Navigation – Plan du site

Résumés

Le parcours curial du cardinal Rafael Merry del Val fut l’un des plus fulgurants de l’histoire ecclésiastique : il fut camérier secret surnuméraire à 21 ans, camérier secret participant à 26 ans, délégué apostolique au Canada à 31 ans, président de l’Académie des Nobles Ecclésiastiques et archevêque à 34 ans, secrétaire d’État et cardinal à 38 ans, archiprêtre de la basilique Saint-Pierre et préfet de la Fabrique de Saint-Pierre à 48 ans, secrétaire du Saint-Office à 49 ans. Dans cet article, Philippe Roy-Lysencourt présente et explique ce parcours à travers un plan chronologique qui en suit les grandes étapes. Il y est donc d’abord question de son parcours curial durant la période qui va de son arrivée à Rome jusqu’à sa nomination comme secrétaire d’État, de ses années comme principal collaborateur de Pie X, et enfin, de celles durant lesquelles il fut secrétaire du Saint-Office.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Les plus importantes hagiographies sont les suivantes : Forbes 1932 ; Cenci 1933 ; Dal-Gal 1953 ; (...)

1Malgré l’importance qu’il a eue dans l’histoire, le cardinal Rafael Merry del Val reste une figure négligée par les historiens. En effet, si les livres à tendance hagiographique sont relativement nombreux1, il n’existe encore aucune biographie scientifique du personnage et les travaux consacrés à l’un ou l’autre aspect de sa vie sont quasi inexistants. Pourtant, il suffit de consulter un ouvrage ou un article qui traite de l’Église dans le premier tiers du XXe siècle, ou des relations du Saint-Siège avec les États au cours de cette période, pour rencontrer son nom. Il s’agit d’un personnage qui, par son rôle et ses charges au sein de la Curie, a été impliqué dans la plupart des grands événements ecclésiaux de son époque et qui a joué, devant ou derrière la scène, un rôle majeur au sein du monde occidental.

  • 2 Pontificio Colegio Español de San José, Archivo Merry del Val (PCESJ, AMDV), lettre de Mgr Pedro C (...)

2Les sources qui permettent de retracer le parcours curial du cardinal Merry del Val, comme pour la plupart des cardinaux de Curie, sont nombreuses. Tout d’abord, il y a les archives vaticanes (Archivio Segreto Vaticano, Archivio della Congregazione per la Dottrina della Fede, Archivio della Congregazione degli Affari ecclesiastici straordinari, etc.), qui donnent la possibilité de suivre sa carrière au sein de l’administration de l’Église. À part ses spogli (10 cartons dans l’Archivio Segreto Vaticano), les documents qui se trouvent dans ces archives sont essentiellement des papiers administratifs qui ne permettent pas véritablement d’appréhender l’homme en lui-même, c’est-à-dire de connaître en profondeur sa personnalité, ses aspirations, sa vie intellectuelle, spirituelle, personnelle, etc. Dans le cas du cardinal Merry del Val, l’historien peut bénéficier d’une source supplémentaire, à savoir la documentation rassemblée par les postulateurs de son procès en béatification ouvert en 19532, conservée au Pontificio Colegio Español de San José (Rome). Ces archives sont d’une très grande richesse. Outre des photocopies de documents que l’on retrouve ailleurs, elles conservent des documents personnels, des écrits, de la correspondance, des prédications, des conférences et discours, des articles de presse, des livres de compte, de la documentation relative à son action caritative, à différents travaux et activités, des documents qu’il a conservés, des photos, des objets personnels, etc. En plus de faciliter la recherche, ces archives permettent notamment de suivre l’homme, ses intérêts, sa pensée, ses travaux, son apostolat, sa spiritualité, etc., toutes choses qui intéressent particulièrement les postulateurs.

3Par ailleurs, l’ouverture du procès de béatification du cardinal Merry del Val a donné lieu à la rédaction de différents documents officiels présentés à la Sacrée Congrégation des rites (devenue, en 1969, la Congrégation pour les causes des saints) ou réalisés par elle : Articoli per il processo ordinario informativo (1952, 31 p.), Copia Publica (1956, 5 vol. ), Summarium super dubio (1956, 450 p.), Summarium ex officio super scriptis (1956, 13 p.), Informatio super dubio (1957, 69 p.), Litterae postulatoriae pro impetranda signatura commissionis introductionis causae (1957, 48 p.), Animadversiones Promotoris Generalis Fidei Super Dubio an signanda sit commissio introductionis causae in casu et ad effectum de quo agitur (1959, 59 p.), Relazione sul processo di beatificazione e canonizzazione del Servo di Dio Raffaele cardinale Merry del Val nel Vicariato per la Città del Vaticano (s.d., 53 p.), Summarium Additivum super dubio (1995, 265 p.). Ces documents comportent des informations sur la vie et les œuvres du cardinal, des études sur sa pratique des vertus chrétiennes (vertus théologales : foi, espérance, charité ; vertus cardinales : prudence, justice, tempérance, force), des considérations sur sa réputation de sainteté, des copies de papiers importants le concernant, des témoignages de personnes l’ayant connu, etc. Le but d’un procès de béatification et de canonisation étant de déterminer la sainteté ou non d’un personnage, la Congrégation ne s’intéresse pas seulement à ce qui témoigne en sa faveur, mais aussi à ce qui a été dit ou écrit contre lui. Par conséquent, les accusations portées contre le cardinal y sont exposées clairement et une réponse documentée est chaque fois apportée. Au final, l’information que l’on trouve dans ces documents est objective, basée sur des archives et des témoignages ; ils constituent donc, pour le biographe, une base documentaire de première importance.

  • 3 PCESJ, AMDV, f° 7251, « Certified copy of an entry of birth ».
  • 4 PCESJ, AMDV, f° 1035, « Algunos modestos apuntes referentes a la familia de Su Eminencia el Carden (...)
  • 5 Merry del Val (Rafael) s.d. ; Merry del Val (Rafael) 1932 ; Alzina 2001 ; Quintana 2009.

4Dans cet article, il ne sera question que du parcours curial du cardinal Rafael Merry del Val y Zulueta Wilcox, qui naquit à Londres le 10 octobre 18653. Du côté paternel comme du côté maternel, il descendait de nobles familles cosmopolites, avec des attaches essentiellement espagnoles et anglaises4. Son père, prénommé également Rafael, fut secrétaire de l’Ambassade d’Espagne à Paris puis à Londres, avant d’être ministre plénipotentiaire d’Espagne en Belgique (1876-1887), ambassadeur d’Espagne en Autriche-Hongrie (1887-1893), et ambassadeur d’Espagne près le Saint-Siège (1893-1901)5.

  • 6 À propos de St. Cuthbert’s College voir : Gillow 1885 ; An old alumnus 1889 ; Bonney 1912 ; Leroux (...)
  • 7 PCESJ, AMDV, f° 1036, « Algunos modestos apuntes referentes a la familia de Su Eminencia el Carden (...)

5La famille Merry del Val, composée de cinq enfants, suivit le père dans ses différents postes et Rafael vécut en Angleterre, jusqu’en 1876, puis en Belgique, jusqu’en 1883, année où il rejoignit un séminaire du nord de l’Angleterre, St. Cuthbert’s College, à Ushaw6. En 1885, il fut envoyé poursuivre ses études à Rome. Il devait se rendre au Collège pontifical écossais, mais ses plans furent bouleversés par Léon XIII. En effet, lorsqu’il arriva dans la Ville Éternelle, accompagné de son père, il fut reçu avec lui en audience privée. Lors de cet entretien, Léon XIII imposa au jeune homme de se rendre à l’Académie pontificale des Nobles ecclésiastiques plutôt qu’au Collège écossais7.

6Cette audience fut le début d’une carrière curiale fulgurante pour Raphael Merry del Val, carrière qui sera présentée dans cet article à travers un plan chronologique qui en suivra les grandes étapes. Il sera donc d’abord question de son parcours curial durant la période qui va de son arrivée à Rome jusqu’à sa nomination comme secrétaire d’État, de 1885 à 1903, de ses années comme principal collaborateur de Pie X en tant que secrétaire d’État, de 1903 à 1914, et enfin, de celles durant lesquelles il fut secrétaire du Saint-Office, de 1914 à 1930.

Les prémices de la carrière curiale de Rafael Merry del Val (1885-1903)

  • 8 Sur cette institution, voir : Regolamento 1802 ; Procaccini 1889 ; La Pontificia Accademia 1951 ; (...)
  • 9 Archives de l’Académie Pontificale Ecclésiastique, Libro segnato B ; Cenci 1933, p. 39-40.
  • 10 Archivio Segreto Vaticano (ASV), Segreteria di Stato, Spogli di Cardinali e Officiali di Curia, Ra (...)
  • 11 ASV, Segreteria di Stato, Spogli di Cardinali e Officiali di Curia, Rafael Merry del Val, busta 3, (...)
  • 12 ASV, Segreteria di Stato, Spogli di Cardinali e Officiali di Curia, Rafael Merry del Val, busta 3, (...)

7En 1885, après son audience avec Léon XIII, Rafael Merry del Val se rendit à l’Académie des Nobles ecclésiastiques. Le but de cette institution était de former de jeunes ecclésiastiques au service diplomatique du Saint-Siège et au service administratif de la Curie8. C’était la porte d’entrée pour une belle carrière au service du Saint-Siège. Rafael Merry del Val resta dans cet établissement jusqu’en 18919, tout en poursuivant des études à la Grégorienne où il obtint un doctorat en philosophie (1886)10, un doctorat en théologie (1890)11, et un diplôme en droit canonique (1891)12.

  • 13 Archivio della Sacra Congregazione degli Affari Ecclesiastici Straordinari (ASCAES), Inghilterra, (...)
  • 14 ASV, Segreteria di Stato, Spogli di Cardinali e Officiali di Curia, Rafael Merry del Val, busta 3, (...)
  • 15 Cenci 1933, p. 36-37.
  • 16 ASCAES, Stati Ecclesiastici, 1887-1888, Pos. 1083, Fasc. 355, Berlino – 1888.
  • 17 Cenci 1933, p. 37.
  • 18 ASV, Segreteria di Stato, Spogli di Cardinali e Officiali di Curia, Rafael Merry del Val, busta 3, (...)

8La principale question qui se pose ici est la suivante : pourquoi Léon XIII ordonna-t-il à ce jeune homme, qu’il voyait pour la première fois, d’entrer à l’Académie des Nobles ecclésiastiques ? En l’absence de sources permettant de répondre avec certitude à cette question, l’historien ne peut que formuler des hypothèses. Cette décision est certainement liée à une convergence de plusieurs éléments. Trois raisons principales peuvent expliquer cet ordre du pape. Tout d’abord, le jeune homme avait le profil idéal : il était issu d’une grande famille dont il avait reçu une éducation soignée, il était polyglotte, et son père était un diplomate de carrière. D’autre part, le contact semble être très bien passé entre Léon XIII et le père de Rafael, qui termina sa carrière comme ambassadeur d’Espagne près le Saint-Siège. Et puis, le pontife semble s’être attaché au jeune homme et s’occupa personnellement de lui donner des charges et des honneurs. Ainsi, en juin 1887, Léon XIII le choisit comme secrétaire de la Mission pontificale envoyée à Londres pour présenter ses félicitations à la reine Victoria pour le jubilé d’or de son règne13. À cette occasion, Léon XIII le nomma camérier secret surnuméraire14. Cette distinction honorifique lui donnait le titre de Monsignore alors qu’il était encore étudiant, qu’il n’était pas encore prêtre et même pas sous-diacre. De plus, Léon XIII lui envoya son propre tailleur pour prendre les mesures en vue de la confection du nouvel habit qu’il devrait porter, ce qui montre bien les dispositions paternelles du pontife à l’égard du jeune clerc15. Quelques mois plus tard, en mars 1888, Léon XIII le nomma secrétaire d’une Mission pontificale à Berlin pour le représenter à l’occasion des funérailles de l’Empereur Guillaume Ier et du couronnement de Frédéric III16. En décembre 1889, il fut à nouveau secrétaire d’une Mission pontificale, cette fois à la Cour impériale de Vienne17. Entre temps, il avait été ordonné prêtre le 30 décembre 1888 par le cardinal Lucido Maria Parocchi18.

  • 19 ASV, Segreteria di Stato, Spogli di Cardinali e Officiali di Curia, Rafael Merry del Val, busta 3, (...)
  • 20 PCESJ, AMDV, f° 1202 ; Beatificazione e Canonizzazione 1952, p. 6.
  • 21 ASV, Segreteria di Stato, Spogli di Cardinali e Officiali di Curia, Rafael Merry del Val, busta 3, (...)
  • 22 Archivio della Congregazione per la Dottrina della Fede (ACDF), Sanctum Officium, De Ordinibus Sac (...)

9Après son ordination sacerdotale, l’ascension curiale de Rafael Merry del Val se poursuivit : le 31 décembre 1891, Léon XIII le prit à son service direct en le nommant camérier secret participant19, en charge de l’Antichambre pontificale. En juin 1893, il fut envoyé en Autriche-Hongrie pour présenter la barrette rouge à Mgr Lörinc Schlauch, évêque d’Oradea20. Deux ans et demi plus tard, en décembre 1895, Léon XIII le nomma secrétaire adjoint de la Commission pontificale spéciale pour l’union des Églises dissidentes21. L’année suivante, il devint secrétaire de la Commission pontificale pour l’examen de la question de la validité des ordres anglicans22.

  • 23 ASV, Segreteria di Stato, Spogli di Cardinali e Officiali di Curia, Rafael Merry del Val, busta 3, (...)
  • 24 ASV, Segreteria di Stato, Spogli di Cardinali e Officiali di Curia, Rafael Merry del Val, busta 3, (...)
  • 25 ASCAES, Session 783, 11 février 1897 ; Session 796, 21 giugno 1897 ; Session 807, 14 octobre 1897  (...)
  • 26 ACDF, Archivum Indicis Librorum Prohibitorum, Diarium 22, Acta Sacrae Indicis Congregationis, 1894 (...)
  • 27 ASV, Segreteria di Stato, Spogli di Cardinali e Officiali di Curia, Rafael Merry del Val, busta 3, (...)
  • 28 ASV, Segreteria di Stato, Spogli di Cardinali e Officiali di Curia, Rafael Merry del Val, busta 3, (...)

10En mars 1897, sa carrière fit un nouveau bond en avant puisqu’il fut nommé délégué apostolique en Mission extraordinaire au Canada23 et prélat domestique de Sa Sainteté24. Le succès mitigé de sa mission et le mécontentement de plusieurs évêques du Canada n’arrêtèrent pas son ascension25. En juillet 1898, il fut nommé consulteur de la Sacrée Congrégation de l’Index26. L’année suivante, en octobre 1899, Léon XIII le plaça à la tête de l’Académie Pontificale des Nobles ecclésiastiques27. Quelques mois plus tard, le 6 mai 1900, il fut sacré archevêque titulaire de Nicée28.

  • 29 ASV, Segreteria di Stato, Morte di Pontefici e Conclavi, Pio X, Scatola 14/B, fascicolo 9, f° 5.

11La mort de Léon XIII, le 20 juillet 1903, fut l’occasion pour Mgr Merry del Val d’une nouvelle charge qui fut déterminante pour la suite de sa carrière. Le Sacré Collège se trouvait alors en difficulté, sans personne pour préparer, organiser et gérer le conclave, puisque Mgr Alessandro Volpini, qui était secrétaire du Sacré Collège et qui devait être secrétaire du conclave, était mort inopinément quelques jours avant le pape. Il fallait donc lui trouver un successeur en urgence et c’est Mgr Merry del Val qui fut choisi29. Cette charge fut essentielle dans sa nomination comme secrétaire d’État. Il en sera question dans la prochaine partie. Auparavant, considérons les raisons qui peuvent expliquer l’ascension fulgurante de Rafael Merry del Val.

  • 30 Cenci 1933, p. 49-50.
  • 31 Cenci 1933, p. 50.
  • 32 PCESJ, AMDV, copie d’une lettre de Rafael Merry del Val à un certain père Lacoste, Vatican, 7 octo (...)
  • 33 Cenci 1933, p. 7.
  • 34 Par exemple : ASV, Segreteria di Stato, Spogli di Cardinali e Officiali di Curia, Rafael Merry del (...)

12La première des raisons qu’il faut noter est l’affection particulière que lui portait Léon XIII. C’est le pape qui lui conféra toutes ces charges et honneurs sans que le jeune homme les ait cherchés. Rafael Merry del Val n’aspirait qu’à retourner en Angleterre et se consacrer à la conversion des protestants. Ainsi, par exemple, lorsqu’il apprit qu’il était nommé camérier secret participant, il demanda à Léon XIII de revenir sur sa décision et de le laisser partir pour l’Angleterre. En vain30. Auparavant, devant les bruits qui couraient à Rome au sujet de sa nomination, il avait écrit à un religieux : « Niente di questo genere potrebbe essere così contrario alle mie aspirazioni, che io penso che Nostro Signore mi darebbe la grazia di richiamarmi da questa vita, piuttosto che infliggermi una tale cosa31. » Plus tard, de retour du Canada, il espérait que le mécontentement de ceux qui étaient opposés à sa politique et qui tâchaient de détruire sa réputation auprès du pape et de ses supérieurs allait lui permettre de quitter le Vatican et de se consacrer au ministère des âmes32. En vain. Un autre élément qu’il faut souligner dans la carrière de Rafael Merry del Val, sans cependant qu’on puisse en mesurer exactement l’importance, c’est l’estime que Léon XIII avait pour son père et la présence de ce dernier à Rome en tant qu’ambassadeur près le Saint-Siège de 1893 à 1901. Léon XIII estimait cet homme à qui il conféra le grade de Grand-croix de l’Ordre de Pie IX puis de membre de l’Ordre du Christ33. À chaque nouvel honneur donné à son jeune fils, l’ambassadeur écrivait au cardinal Rampolla pour lui demander de bien vouloir remercier Léon XIII34. Tout cela était pur protocole et politesse mais certainement pas sans effet psychologique sur le vieux pontife. Enfin, il faut aussi tenir compte des qualités personnelles de Rafael Merry del Val, de ses nobles origines, de son éducation soignée, de sa sociabilité, de ses connaissances linguistiques, diplomatiques, géopolitiques, etc. C’est l’ensemble de ces facteurs qu’il faut considérer pour comprendre la première partie du parcours curial de Rafael Merry del Val.

Secrétaire d’État de Pie X (1903-1914)

  • 35 Merry del Val 1951, p. 17-21.
  • 36 Merry del Val 1951, p. 26.
  • 37 Lors de sa première audience avec Mgr Merry del Val, Pie X lui dit : « J’ai vu durant ces jours co (...)

13Après la mort de Léon XIII, Giuseppe Sarto fut élu pape le 4 août 1903. Le jour même, alors qu’il ne l’avait vu pour la première fois que quelques jours auparavant et ne lui avait parlé, tout au plus, que quelques minutes la veille35, il nomma le jeune Mgr Rafael Merry del Val pro-secrétaire d’État. Comment expliquer cette nomination étonnante ? Pour la comprendre, il faut en présenter les circonstances. C’était le soir de l’élection, vers 20h30. Mgr Merry del Val se rendit dans la chambre de Pie X pour lui faire signer les lettres annonçant officiellement son élection aux chefs d’État et pour prendre congé de lui, son travail étant terminé. Mais Pie X lui dit : « Monseigneur, vous voulez m’abandonner ? Non, non, restez, restez avec moi. Je n’ai pas encore pris de décision, je ne sais ce que je ferai. Pour l’instant, je n’ai personne, restez avec moi comme pro-secrétaire d’État… puis, nous verrons. Rendez-moi ce service en ami36. » La première raison semble donc être que Pie X, qui arrivait de Venise et qui n’avait aucune expérience curiale, se trouvait un peu démuni : il ne connaissait pas les hommes de l’administration centrale de l’Église et ne savait pas sur qui porter ses choix, notamment pour le poste central de secrétaire d’État. Il lui fallait donc se laisser du temps pour réfléchir. D’autre part, il avait immédiatement besoin de quelqu’un puisqu’il ne connaissait pas les rouages de la machine vaticane de façon approfondie. Mais pourquoi son choix s’est-il arrêté sur ce jeune homme qui n’avait pas 40 ans et qu’il ne connaissait pas vraiment ? Probablement parce qu’il avait apprécié son travail comme secrétaire du conclave. Il avait eu l’occasion de voir le jeune archevêque à l’œuvre pendant quelques jours et avait pu apprécier ses qualités37. L’a-t-on conseillé ? Lui a-t-on dit du bien de ce jeune prélat pendant le conclave ? Ce n’est pas impossible. En l’absence de documentation complémentaire, il est difficile d’aller plus loin dans l’explication de cette nomination.

14Pendant deux mois et demi, en attendant que le nouveau pape se décide à nommer un secrétaire d’État définitif, Rafael Merry del Val seconda Pie X en tant que pro-secrétaire d’État. Et puis, le 18 octobre 1903, Pie X lui annonça que c’était lui qu’il avait choisi comme Secrétaire d’État et qu’il allait le créer cardinal :

Ill.mo e Rev.mo Monsignore,

Il voto degli Eminentissimi Cardinali, che La elessero Segretario del Conclave, la bontà con cui Ella accettò di sostenere in questo tempo le cure della Segreteria di Stato e l’amorevole premura onde disimpegnò il delicatissimo ufficio, mi obbligano a pregarla di assumere in via stabile l’incarico di mio Segretario di Stato.

A tal fine, anche per soddisfare ad un bisogno del cuore e a darle un piccolo segno della mia viva gratitudine, nel prossimo Consistoro del 9 novembre p. v. mi procurerò la cara compiacenza di crearla Cardinale di S. R. Chiesa.

Posso poi aggiungere a suo grande conforto che con tale atto farò cosa gratissima alla massima parte degli E.mi Cardinali, che con me ammirano le doti eminenti di cui l’ha arricchita il Signore, con le quali Ella renderà certo alla Chiesa i migliori servigi.

  • 38 ASCAES, Stati Ecclesiastici, 1903-1904, Posizione 1267, Fascicolo 429, Roma – 1903-1912.

E a questo fine Le impartisco con particolare affetto l’Apostolica Benedizione38.

  • 39 Merry del Val 1951, p. 42.

15Mgr Merry del Val essaya de dissuader le pape, mais, selon son propre témoignage, Pie X « n’admit aucune tentative de discuter sa décision » et il lui dit qu’il devait s’« incliner devant la volonté de Dieu comme il l’avait fait lui-même, en se courbant sous le poids du Pontificat39. »

  • 40 Merry del Val 1951, p. 37-38.
  • 41 Merry del Val 1951, p. 38.
  • 42 PCESJ, AMDV, copie d’une lettre de Rafael Merry del Val à un certain père Lacoste, Vatican, 23 aoû (...)

16Mgr Merry del Val fut le premier surpris par cette nomination. Il a écrit que Pie X ne lui avait jamais révélé, « même par le plus minime indice, ce qu’il pensait » au sujet de la nomination du futur secrétaire d’État et qu’il semblait évident que le pape ne devait pas songer à lui40. De plus, c’était une charge qu’il n’avait pas cherchée et qu’il ne souhaitait pas. Voici ce qu’il écrivit à ce sujet dans son livre Pie X. Impressions et souvenirs : « Le fardeau pesant des occupations quotidiennes ne me laissait pas le temps de penser à autre chose et je n’avais qu’un seul désir : être libéré de la lourde responsabilité d’une fonction temporaire, qu’aucune personne de bon sens à ma place n’aurait souhaité voir se prolonger41. » À un religieux, il écrivit le 23 août 1903 : « Je suis très occupé pour le moment et je le serai jusqu’à ce que le S. Père se décide à nommer un Card. Secrétaire d’État. J’espère que cette nomination se fera bientôt et que je pourrai me retirer et reprendre mes anciennes occupations42. » Mais alors, pourquoi Pie X l’a-t-il nommé ? Voici les raisons que le pape a données à un cardinal :

  • 43 Cenci 1933, p. 138.

Je l’ai choisi parce qu’il est polyglotte : né en Angleterre, éduqué en Belgique, espagnol de nationalité, il a vécu en Italie ; fils de diplomate et diplomate lui-même, il connaît les problèmes de tous les pays. Il est très modeste, il est un saint. Il vient ici tous les matins et m’informe de toutes les questions du monde. Je ne dois jamais lui faire une observation. Et puis, il n’a pas de compromissions43.

  • 44 Acta Sanctae Sedis (ASS), Vol. XXXVI, Rome, 1903-1904, p. 193-198, 276.
  • 45 ASV, Segreteria di Stato, Spogli di Cardinali e Officiali di Curia, Rafael Merry del Val, busta 4, (...)
  • 46 ASS, Vol. XXXVI, Rome, 1903-1904, p. 283.
  • 47 La Gerarchia Cattolica, 1910.
  • 48 Acta Apostolicae Sedis (AAS), Annus VI, Vol. VI, n° 1, 19 janvier 1914, p. 22.

17Rafael Merry del Val fut nommé cardinal par Pie X lors du consistoire secret du 9 novembre 190344 et la barrette lui fut imposée le 11 novembre suivant45. Le lendemain, il fut nommé membre des Congrégations du Saint-Office, du Concile, des Rites et des Affaires Ecclésiastiques Extraordinaires46. En octobre 1909, il devint membre de la Congrégation Consistoriale47. Enfin, le 12 janvier 1914, quelques mois avant de mourir, Pie X le nomma archiprêtre de la basilique Saint-Pierre et préfet de la Fabrique de Saint-Pierre en remplacement du cardinal Rampolla qui était décédé le mois précédent48.

  • 49 Éléments calculés à partir des données du site http://www.catholic-hierarchy.org [consulté le 8 av (...)
  • 50 Établi à partir des données du site http://www.catholic-hierarchy.org [consulté le 8 avril 2015].

18Lorsqu’il fut nommé secrétaire d’État, Rafael Merry del Val avait 38 ans. La moyenne d’âge à laquelle les trente-six secrétaires d’État de la période contemporaine accédèrent à ce poste est de 60 ans. Même si on retrouve d’autres secrétaires d’État nommés assez jeunes, comme par exemple le cardinal Consalvi, nommé pour la première fois à 43 ans, le cardinal Merry del Val reste, jusqu’à aujourd’hui, le plus jeune secrétaire d’État de l’histoire de la curie contemporaine49. Un autre aspect qu’il est intéressant de considérer, c’est le synchronisme entre le mandat du secrétaire d’État et le pontificat dans lequel il s’inscrit. Pour Rafael Merry del Val, c’est clair : il fut nommé à l’aube du pontificat de Pie X et ne fut pas reconduit sous Benoît XV. Sa correspondance avec le pontificat est si étroite que l’histoire et l’historien ne peuvent dissocier les noms de Pie X et du cardinal Merry del Val. Il s’agit d’un cas unique ; aucun autre mandat de secrétaire d’État ne correspond exactement et exclusivement à un pontificat : soit les autres papes eurent plusieurs secrétaires d’État, soit ces derniers remplirent cette charge pour plus d’un pape50. Enfin, il faut relever que Rafael Merry del Val est le premier secrétaire d’État non-italien. Après lui, il faut attendre le cardinal Villot (1969-1979) pour qu’un secrétaire d’État ne provienne pas d’Italie. La nomination et le mandat de Rafael Merry del Val sont donc atypiques en raison de son jeune âge, de la correspondance exacte de sa charge avec un pontificat, et de sa provenance géographique.

Secrétaire du Saint-Office (1914-1930)

  • 51 AAS, Annus VI, Vol. VI, n° 12, 20 août 1914, p. 405.
  • 52 AAS, Annus VI, Vol. VI, n° 14, 3 septembre 1914, p. 457.
  • 53 AAS, Annus VI, Vol. VI, n° 15, 17 septembre 1914, p. 511.
  • 54 AAS, Annus VI, Vol. VI, n° 16, 16 octobre 1914, p. 525.
  • 55 Au sujet de cette Congrégation, voir, entre autres : Prosperi 1996 ; Tedeschi 1997 ; Borromeo 2003 (...)

19Après la mort de Pie X, le 20 août 191451, et l’élection de Benoît XV, le 3 septembre suivant52, une nouvelle période s’ouvrit dans la vie du cardinal Merry del Val. Il fut remplacé par le cardinal Domenico Ferrata à la Secrétairerie d’État53 et nommé secrétaire de la Suprême Sacrée Congrégation du Saint-Office le 14 octobre 191454. Héritière de la Sacrée Congrégation de l’Inquisition romaine et universelle fondée par Paul III en 1542, cette Congrégation fut réformée par Pie X en 1908 et prit le nom de Sacrée Congrégation du Saint-Office. Elle fut ensuite remaniée par Paul VI en 1965 et devint alors la Congrégation pour la Doctrine de la Foi55.

  • 56 AAS, Annus V, Vol. V, n° 18, 20 décembre 1913, p. 544.
  • 57 AAS, Annus VI, Vol. VI, n° 16, 16 octobre 1914, p. 532.
  • 58 Éléments calculés à partir des données du site http://www.catholic-hierarchy.org [consulté le 8 av (...)

20La Sacrée Congrégation du Saint-Office (1908-1965) en elle-même ne compta que sept secrétaires successifs. Rafael Merry del Val était le troisième d’entre eux, après le cardinal Rampolla, décédé le 16 décembre 191356, et le cardinal Ferrata, nommé secrétaire d’État le 4 septembre 1914 et mort le 10 octobre suivant57. Le poste fut donc libre environ un mois après l’élection de Benoît XV qui le confia au cardinal Merry del Val. Si l’on considère les secrétaires de la Sacrée Congrégation de l’Inquisition depuis son origine en 1564 jusqu’aux préfets de la Congrégation pour la Doctrine de la Foi aujourd’hui, il y eut quarante-cinq cardinaux à la tête de cette institution. Leur moyenne d’âge au moment de leur nomination est de 66 ans. Rafael Merry del Val a été nommé à 49 ans. Il est le deuxième personnage nommé le plus jeune après le cardinal Barberini, au XVIIe siècle, désigné à 36 ans58. Par ailleurs, tout comme pour les secrétaires d’État, il est le premier non-italien à accéder à ce poste. Malgré tout, sa nomination à la tête du Saint-Office est moins étonnante que sa nomination comme secrétaire d’État en 1903. Tout d’abord, le cardinal Rampolla, son prédécesseur à la Secrétairerie d’État, avait eu la même responsabilité. Et puis, on pouvait difficilement lui donner un poste de second ordre après quatorze années passées à la tête de la Secrétairerie d’État.

  • 59 Annuario Pontificio, 1916.
  • 60 Annuario Pontificio, 1917.
  • 61 Cenci 1933, p. 524-527.
  • 62 L’Osservatore Romano n° 231, Lunedì-Martedì 4-5 Ottobre 1926 ; L’Osservatore Romano n° 232, Mercol (...)
  • 63 AAS, Annus XXII, Vol. XXII, n° 3, 3 mars 1930, p. 152.
  • 64 Visani 2011.

21En décembre 1915, le cardinal Merry del Val fut nommé membre de la Sainte Congrégation Cérémoniale, de la Sacrée Congrégation pour la Propagation de la foi, et président de l’Académie Pontificale de Religion Catholique59. L’année suivante, il devint membre de la Congrégation de la propagande pour les affaires du rite oriental60. En 1920, Benoît XV le nomma légat pontifical à Assise pour le premier centenaire de la découverte du corps de saint François d’Assise et pour le Congrès catéchétique de l’Ombrie61. En 1926, il fut à nouveau légat pontifical à Assise pour le septième centenaire de la mort de saint François d’Assise62. Il mourut mystérieusement le 26 février 193063, lors d’une opération d’appendicite64.

Conclusion

22Pour conclure cet article, tâchons d’analyser et d’expliquer en quelques mots le parcours curial de Rafael Merry del Val en faisant ressortir les éléments les plus importants. Tout d’abord, sa carrière fut fulgurante et exceptionnelle. Pour ne prendre que ses nominations les plus importantes, il fut camérier secret surnuméraire ‑ donc Monsignore ‑ à 21 ans, camérier secret participant à 26 ans, délégué apostolique au Canada à 31 ans, président de l’Académie des Nobles Ecclésiastiques et archevêque à 34 ans, secrétaire d’État et cardinal à 38 ans, archiprêtre de la basilique Saint-Pierre et préfet de la Fabrique de Saint-Pierre à 48 ans, secrétaire du Saint-Office à 49 ans.

  • 65 Cenci 1933, p. 50 ; Beatificazione e Canonizzazione 1952, p. 21 ; Merry del Val 1951, p. 42.
  • 66 Cenci 1933, p. 138.
  • 67 Ibid.

23Comment expliquer cette éclatante carrière, qu’il n’a ni voulue ni souhaitée65 ? Tout d’abord, par l’estime particulière et l’attachement qu’avait pour lui Léon XIII. Également, mais il est difficile de dire en quelle mesure, par la considération que Léon XIII avait pour son père et par la présence de ce dernier à Rome en tant qu’ambassadeur près le Saint-Siège. Il faut également souligner son appartenance à la noblesse, donnée importante à cette époque, de même que ses aptitudes et compétences personnelles, parmi lesquelles il faut nommer : son éducation soignée et ses bonnes manières, sa sociabilité, ses connaissances linguistiques, diplomatiques et géopolitiques, sa formation, à la fois philosophique, théologique et juridique. Sa carrière s’explique aussi par sa dévotion envers la papauté : Rafael Merry del Val n’était pas un homme de parti. Pie X a expliqué lui-même que l’une des raisons pour lesquelles il l’avait choisi était qu’il n’avait pas de compromissions66. Il faut également noter sa réputation de sainteté qui a joué dans sa nomination comme secrétaire d’État, puisque Pie X l’a explicitement dit à un cardinal67. Enfin, il ne faut pas négliger les concours de circonstances : qu’aurait été la carrière de Rafael Merry del Val s’il n’avait pas été reçu en audience par Léon XIII en se rendant au collège écossais ? Qu’aurait été sa carrière si Mgr Volpini n’était pas mort juste avant le conclave ?

24Le parcours curial du cardinal Merry del Val n’est qu’un aspect de sa vie. Dans cet article, nous n’avons pas considéré l’homme, le prêtre, sa spiritualité, son apostolat. Cela a été étudié par ses nombreux hagiographes, de même que par ceux qui ont œuvré à son procès de béatification. Ce qu’ils n’ont pas fait, en revanche, c’est examiner en détail son rôle comme secrétaire d’État de Pie X et, encore moins, son travail en tant que secrétaire de la Sacrée Congrégation du Saint-Office. Il s’agit là de deux aspects fondamentaux qui restent à éclairer dans la vie de Rafael Merry del Val et qui représentent un véritable défi pour le biographe car les nombreux dossiers que le cardinal eut à traiter sont délicats et complexes, et parce que les archives sont surabondantes et dispersées dans de nombreux pays.

Haut de page

Bibliographie

Alzina 2001 = J. P. Alzina, Embajadores de España en Londres. Una Guía de Retratos de la Embajada de España, Madrid, 2001.

An old alumnus 1889 = An old alumnus, Records and Recollections of St. Cuthbert’s College, Ushaw ; with Introductory Poem, To which are appended copious Illustrative, Historical, and Descriptive Notes, Preston, 1889.

Beatificazione e Canonizzazione 1952 = Beatificazione e Canonizzazione del Servo di Dio il Cardinale Raffaele Merry del Val Segretario di Stato del Beato Pio X. Articoli per il Processo ordinario informativo, Cité du Vatican, 1952.

Bonney 1912 = E. Bonney, « Ushaw College », dans The Catholic Encyclopedia, Volume XV, New York, 1912, p. 233-235.

Borromeo 2003 = A. Borromeo (dir.), L’inquisizione. Atti del Simposio internazionale (Città del Vaticano, 29-31 ottobre 1998), Cité du Vatican, 2003.

Campbell 2008 = W. J. Campbell (Ed.), Ushaw College 1808-2008. A Celebration, Durham, 2008.

Cenci 1933 = P. Cenci, Il cardinale Raffaele Merry del Val, Rome-Turin, 1933.

Dal-Gal 1953 = R. P. Dal-Gal, Il Cardinale Raffaele Merry de Val. Segretario di Stato del Beato Pio X, Rome, 1953.

Del Col 2006 = A. Del Col, L’inquisizione in Italia dal XII al XXI secolo, Milan, 2006.

Forbes 1932 = F. A. Forbes, Rafael, cardinal Merry del Val. A character sketch, Londres-New York-Toronto, 1932.

Gillow 1885 = Rev. H. Gillow, The Chapels at Ushaw with an historical introduction, Durham, 1885.

González Chaves 2004 = A. J. González Chaves, Rafael Merry del Val, Madrid, 2004.

Hettlingen 1937 = V. von Hettlingen, Raphael Kardinal Merry del Val. Ein Lebensbild, Einsiedeln, Cologne, 1937.

Javierre 1961 = J. M.a Javierre, Merry del Val, Barcelone, 1961.

La Pontificia Accademia 1951 = La Pontificia Accademia Ecclesiastica : 1701-1951, Cité du Vatican, 1951.

La validez de las ordenaciones anglicanas 2012 = La validez de las ordenaciones anglicanas. Los documentos de la comisión preparatoria de la bula « Apostolicae Curae », Tomo II, Los documentos de 1896, Introducción, transcripción y notas de Mons. Alejandro Cifres, Rome, 2012 (Fontes Archivi Sancti Officii Romani, 2).

La validité des ordinations anglicanes 1997 = La validité des ordinations anglicanes. Les documents de la commission préparatoire à la lettre « Apostolicae Curae », Tome I, Les dossiers précédents. Introduction, transcription et notes par André F. von Gunten, O.P., avec la collaboration de Mgr Alejandro Cifres, Florence, 1997 (Fontes Archivi Sancti Officii Romani, 1), 263 p.

Leroux 1933 = A. Leroux, Enquête sur la formation des Clercs à l’Étranger. Ushaw college, Moulins, 1933.

Martini 1951 = A. Martini, La diplomazia della Santa Sede e la pontificia Accademia ecclesiastica, dans La Civiltà Cattolica, II, 1951, p. 372-386.

Merry del Val (Rafael) 1932 = Merry del Val (Rafael), dans Enciclopedia Universal Ilustrada Europeo-Americana, Tome VII (apéndice), Bilbao-Madrid-Barcelone, 1932, p. 375.

Merry del Val (Rafael) s.d. = Merry del Val (Rafael), dans Enciclopedia Universal Ilustrada Europeo-Americana, XXXIV, Bilbao-Madrid-Barcelone, s.d., p. 981.

Merry del Val 1951 = Cardinal Merry del Val, Pie X. Impressions et souvenirs, St-Maurice, 1951.

Milburn 1964 = D. Milburn, A History of Ushaw College. A Study of the Origin, Foundation and Development of an English Catholic Seminary with an Epilogue 1908-1962, Durham, 1964.

Mitchell 1956 = H. Mitchell, Le cardinal R. Merry del Val. Secrétaire d’État de Saint Pie X, Paris, 1956.

Pontificia Accademia 2003 = Pontificia Accademia Ecclesiastica, Terzo centenario (1701-2001), Rome, 2003.

Procaccini 1889 = F. Procaccini di Montescaglioso, La Pontificia Accademia dei Nobili Ecclesiastici, Rome, 1889.

Prosperi 1996 = A. Prosperi, Tribunali della coscienza. Inquisitori, confessori, missionari, Turin, 1996.

Prosperi 2010 = A. Prosperi (dir.), Dizionario storico dell’Inquisizione, 4 vol., Pise, 2010.

Prudhomme 2004 = C. Prudhomme, L’Académie pontificale ecclésiastique et le service du Saint-Siège, dans MEFRIM, 116-1 2004, p. 61-89.

Quintana 2009 = C. de Quintana Bermúdez de la Puente, Merry del Val, Rafael, dans Diccionario Biográfico Español, t. XXXIV, Madrid, 2009, p. 776-777.

Regolamento 1802 = Regolamento da osservarsi dai Signori Convittori dell’Accademia Ecclesiastica di Roma, Rome, 1802 (réimprimé en 1982).

Tedeschi 1997 = J. Tedeschi, Il giudice e l’eretico. Studi sull’Inquisizione romana, Milan, 1997.

Visani 2011 = A. Visani, La misteriosa morte del cardinale Merry del Val nelle carte della polizia politica fascista, Giornale di storia 7, 2011, <http://www.giornaledistoria.net/public/file/Content20120621_VisaniMDV.pdf>.

Haut de page

Notes

1 Les plus importantes hagiographies sont les suivantes : Forbes 1932 ; Cenci 1933 ; Dal-Gal 1953 ; Hettlingen 1937 ; Mitchell 1956 ; Javierre 1961 ; González Chaves 2004.

2 Pontificio Colegio Español de San José, Archivo Merry del Val (PCESJ, AMDV), lettre de Mgr Pedro Canisio van Lierde à « Beatissimo Padre », Città del Vaticano, 20 février 1953.

3 PCESJ, AMDV, f° 7251, « Certified copy of an entry of birth ».

4 PCESJ, AMDV, f° 1035, « Algunos modestos apuntes referentes a la familia de Su Eminencia el Cardenal Merry del Val, y a los primeros anos de su vida », rédigés par Domingo Merry del Val, frère du cardinal.

5 Merry del Val (Rafael) s.d. ; Merry del Val (Rafael) 1932 ; Alzina 2001 ; Quintana 2009.

6 À propos de St. Cuthbert’s College voir : Gillow 1885 ; An old alumnus 1889 ; Bonney 1912 ; Leroux 1933 ; Milburn 1964 ; Campbell 2008.

7 PCESJ, AMDV, f° 1036, « Algunos modestos apuntes referentes a la familia de Su Eminencia el Cardenal Merry del Val, y a los primeros anos de su vida », rédigés par Domingo Merry del Val, frère du cardinal ; Beatificazione e Canonizzazione 1952, p. 5.

8 Sur cette institution, voir : Regolamento 1802 ; Procaccini 1889 ; La Pontificia Accademia 1951 ; Martini 1951 ; Pontificia Accademia 2003 ; Prudhomme 2004.

9 Archives de l’Académie Pontificale Ecclésiastique, Libro segnato B ; Cenci 1933, p. 39-40.

10 Archivio Segreto Vaticano (ASV), Segreteria di Stato, Spogli di Cardinali e Officiali di Curia, Rafael Merry del Val, busta 3, f °116, certificat de doctorat en philosophie de l’Université Pontificale Grégorienne de Rafael Merry del Val, 18 juillet 1886.

11 ASV, Segreteria di Stato, Spogli di Cardinali e Officiali di Curia, Rafael Merry del Val, busta 3, f° 138, certificat de doctorat en théologie de l’Université Pontificale Grégorienne de Rafael Merry del Val, 30 juin 1890.

12 ASV, Segreteria di Stato, Spogli di Cardinali e Officiali di Curia, Rafael Merry del Val, busta 3, f° 145, Université Pontificale Grégorienne, Rome, 26 novembre 1891.

13 Archivio della Sacra Congregazione degli Affari Ecclesiastici Straordinari (ASCAES), Inghilterra, 1886-1888, Pos. 111, Fasc. 45, Londra – 1887, « Istruzioni per Monsig. Ruffo Scilla Incaricato dal S. Padre a complimentare la Regina d’Inghilterra per il 50°. anno della sua esaltazione al trono » ; ASV, Segreteria di Stato, Spogli di Cardinali e Officiali di Curia, Rafael Merry del Val, busta 3, f° 120, lettre du cardinal Mariano Rampolla à Rafael Merry del Val (père), Rome, 16 juin 1887.

14 ASV, Segreteria di Stato, Spogli di Cardinali e Officiali di Curia, Rafael Merry del Val, busta 3, f° 119, Prefettura dei SS. Palazzi Apostolici, Dalle Stanze al Vaticano, n° 486, 8 juin 1887, document signé par Mgr Luigi Macchi.

15 Cenci 1933, p. 36-37.

16 ASCAES, Stati Ecclesiastici, 1887-1888, Pos. 1083, Fasc. 355, Berlino – 1888.

17 Cenci 1933, p. 37.

18 ASV, Segreteria di Stato, Spogli di Cardinali e Officiali di Curia, Rafael Merry del Val, busta 3, f° 126, lettre testimoniale attestant l’ordination sacerdotale de Rafael Merry del Val par le cardinal Lucido Maria Parocchi le 30 décembre 1888, Rome, 5 janvier 1889.

19 ASV, Segreteria di Stato, Spogli di Cardinali e Officiali di Curia, Rafael Merry del Val, busta 3, f° 146, certificat de nomination de Rafael Merry del Val comme camérier secret participant, signé par le cardinal Mariano Rampolla del Tindaro, secrétairerie d’État, 31 décembre 1891.

20 PCESJ, AMDV, f° 1202 ; Beatificazione e Canonizzazione 1952, p. 6.

21 ASV, Segreteria di Stato, Spogli di Cardinali e Officiali di Curia, Rafael Merry del Val, busta 3, f° 213, billet de nomination comme secrétaire adjoint de la Commission pontificale pour la réunion des Églises dissidentes, Secrétairerie d’État, 9 décembre 1895.

22 Archivio della Congregazione per la Dottrina della Fede (ACDF), Sanctum Officium, De Ordinibus Sacris, 1897, n. 1, Della Consecrazione episcopale e delle sacre Ordinazioni presso gli Anglicani, I. Au sujet de cette Commission et du travail de Rafael Merry del Val, voir : La validité des ordinations anglicanes 1997 ; La validez de las ordenaciones anglicanas 2012.

23 ASV, Segreteria di Stato, Spogli di Cardinali e Officiali di Curia, Rafael Merry del Val, busta 3, f° 214, bref de nomination de Rafael Merry del Val comme délégué apostolique au Canada, 10 mars 1897.

24 ASV, Segreteria di Stato, Spogli di Cardinali e Officiali di Curia, Rafael Merry del Val, busta 3, f° 216, bref de nomination de Rafael Merry del Val comme prélat domestique de Sa Sainteté, Rome, 13 mars 1897.

25 ASCAES, Session 783, 11 février 1897 ; Session 796, 21 giugno 1897 ; Session 807, 14 octobre 1897 ; Session 809, 11 décembre 1897 ; Session 825, 11 juillet 1898 ; ASCAES, Inghilterra, 1897, Posizione 161, Fascicoli 90-103, Canada – 1897 ; Inghilterra, 1897-1898, Posizione 162, Fascicolo 104, Canada QuébecMontréal – 1897 ; Inghilterra, 1897-1898, Posizione 163, Fascicolo 104-105, Canada – 1897-1898.

26 ACDF, Archivum Indicis Librorum Prohibitorum, Diarium 22, Acta Sacrae Indicis Congregationis, 1894-1907, f° 38r, 6 juillet 1898.

27 ASV, Segreteria di Stato, Spogli di Cardinali e Officiali di Curia, Rafael Merry del Val, busta 3, f° 230, billet de nomination de Rafael Merry del Val comme président de l’Académie pontificale des Nobles ecclésiastiques, Dalla Segreteria di Stato, 23 octobre 1899.

28 ASV, Segreteria di Stato, Spogli di Cardinali e Officiali di Curia, Rafael Merry del Val, busta 3, f° 233, billet de nomination de Rafael Merry del Val comme archevêque titulaire de Nicée, signé par le cardinal Mariano Rampolla del Tindaro, Dalla Segreteria di Stato, 5 avril 1900.

29 ASV, Segreteria di Stato, Morte di Pontefici e Conclavi, Pio X, Scatola 14/B, fascicolo 9, f° 5.

30 Cenci 1933, p. 49-50.

31 Cenci 1933, p. 50.

32 PCESJ, AMDV, copie d’une lettre de Rafael Merry del Val à un certain père Lacoste, Vatican, 7 octobre 1897.

33 Cenci 1933, p. 7.

34 Par exemple : ASV, Segreteria di Stato, Spogli di Cardinali e Officiali di Curia, Rafael Merry del Val, busta 3, f° 120, lettre du cardinal Mariano Rampolla à Rafael Merry del Val (père), Rome, 16 juin 1887 ; ASV, Segreteria di Stato, Spogli di Cardinali e Officiali di Curia, Rafael Merry del Val, busta 3, f° 148, lettre du cardinal Mariano Rampolla del Tindaro, écrite par Mgr Giacomo Della Chiesa, à Rafael Merry del Val (père), Rome, 12 janvier 1892.

35 Merry del Val 1951, p. 17-21.

36 Merry del Val 1951, p. 26.

37 Lors de sa première audience avec Mgr Merry del Val, Pie X lui dit : « J’ai vu durant ces jours combien vous vous êtes donné avec ardeur à votre tâche. » Cette citation se trouve dans Merry del Val 1951, p. 25.

38 ASCAES, Stati Ecclesiastici, 1903-1904, Posizione 1267, Fascicolo 429, Roma – 1903-1912.

39 Merry del Val 1951, p. 42.

40 Merry del Val 1951, p. 37-38.

41 Merry del Val 1951, p. 38.

42 PCESJ, AMDV, copie d’une lettre de Rafael Merry del Val à un certain père Lacoste, Vatican, 23 août 1903.

43 Cenci 1933, p. 138.

44 Acta Sanctae Sedis (ASS), Vol. XXXVI, Rome, 1903-1904, p. 193-198, 276.

45 ASV, Segreteria di Stato, Spogli di Cardinali e Officiali di Curia, Rafael Merry del Val, busta 4, f° 272, Bulle par laquelle Pie X confère le titre presbytéral de Sainte-Praxède au cardinal Merry del Val ; ASS, Vol. XXXVI, Rome, 1903-1904, p. 278.

46 ASS, Vol. XXXVI, Rome, 1903-1904, p. 283.

47 La Gerarchia Cattolica, 1910.

48 Acta Apostolicae Sedis (AAS), Annus VI, Vol. VI, n° 1, 19 janvier 1914, p. 22.

49 Éléments calculés à partir des données du site http://www.catholic-hierarchy.org [consulté le 8 avril 2015].

50 Établi à partir des données du site http://www.catholic-hierarchy.org [consulté le 8 avril 2015].

51 AAS, Annus VI, Vol. VI, n° 12, 20 août 1914, p. 405.

52 AAS, Annus VI, Vol. VI, n° 14, 3 septembre 1914, p. 457.

53 AAS, Annus VI, Vol. VI, n° 15, 17 septembre 1914, p. 511.

54 AAS, Annus VI, Vol. VI, n° 16, 16 octobre 1914, p. 525.

55 Au sujet de cette Congrégation, voir, entre autres : Prosperi 1996 ; Tedeschi 1997 ; Borromeo 2003 ; Del Col 2006 ; Prosperi 2010.

56 AAS, Annus V, Vol. V, n° 18, 20 décembre 1913, p. 544.

57 AAS, Annus VI, Vol. VI, n° 16, 16 octobre 1914, p. 532.

58 Éléments calculés à partir des données du site http://www.catholic-hierarchy.org [consulté le 8 avril 2015].

59 Annuario Pontificio, 1916.

60 Annuario Pontificio, 1917.

61 Cenci 1933, p. 524-527.

62 L’Osservatore Romano n° 231, Lunedì-Martedì 4-5 Ottobre 1926 ; L’Osservatore Romano n° 232, Mercoledì 6 Ottobre 1926.

63 AAS, Annus XXII, Vol. XXII, n° 3, 3 mars 1930, p. 152.

64 Visani 2011.

65 Cenci 1933, p. 50 ; Beatificazione e Canonizzazione 1952, p. 21 ; Merry del Val 1951, p. 42.

66 Cenci 1933, p. 138.

67 Ibid.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Philippe Roy-Lysencourt, « Le parcours curial du cardinal Rafael Merry del Val », Mélanges de l’École française de Rome - Italie et Méditerranée modernes et contemporaines [En ligne], 128-1 | 2016, mis en ligne le 14 mars 2016, consulté le 22 juin 2017. URL : http://mefrim.revues.org/2415 ; DOI : 10.4000/mefrim.2415

Haut de page

Auteur

Philippe Roy-Lysencourt

Université Laval/F.R.S.-FNRS - philippe.roy.lysencourt@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

© École française de Rome

Haut de page
  • Logo École française de Rome
  • Revues.org