Navigation – Plan du site

Résumés

Il y a toujours eu des biographies cardinalices. On peut souhaiter qu’elles se multiplient sur un mode qui ne soit plus hagiographique mais fondé sur les sources, comme c’est de plus en plus le cas aujourd’hui. Il existe aussi, pour le XIXe siècle surtout, des prosopographies cardinalices, mais elles mériteraient d’être utilisées de façon plus systématique pour éclairer des profils-types (milieu d’origine, formation, carrière, géographie…). Il faudrait passer du singulier au pluriel, du cardinal tel ou tel aux cardinaux, qui n’apparaissent guère comme corps dans l’historiographie que pour les conclaves. Quel rôle pour les cardinaux dans les Églises nationales ? Quel rôle pour les cardinaux lors des consistoires, dans les congrégations romaines, dans les commissions pontificales ?

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Fouilloux 2011.

1Avoir commis récemment une biographie cardinalice1 qualifie-t-il d’emblée pour parler des prélats élevés à la pourpre durant les deux siècles qui suivent la Révolution française ? On peut en douter. Cette intervention n’a d’ailleurs pas l’ambition d’ajouter une pierre aux connaissances acquises sur l’un ou l’autre des confrères du cardinal Tisserant ni sur le collège qu’il a illustré, mais bien plutôt de proposer quelques réflexions sur ce qu’est l’historiographie cardinalice aujourd’hui et sur ce qu’elle pourrait devenir dans un avenir proche si la recherche amorcée par notre rencontre prend corps.

Biographies

  • 2 Sibilia 1960 ; Gizzi 1993.
  • 3 Cerretti 1929.
  • 4 Le prieur de Solesmes utilise surtout les correspondances conservées « avec un soin jaloux » (Batt (...)
  • 5 Schmidt 1989.

2La voie la plus fréquentée est bien sûr celle de la biographie. D’une certaine manière, il y a toujours eu des biographies de cardinaux. Des neveux attentionnés ou des secrétaires inconsolables en ont même fait un genre spécifique qui continue de prospérer, sans pour autant sacrifier aux exigences critiques du métier d’historien. C’est un Sibilia qui produit en 1960 la vie du cardinal Enrico Sibilia, « diplomate du Saint-Siège » (1861-1948) ; ou un Gizzi qui produit en 1993 celle du cardinal Tommaso Pasquale Gizzi, premier secrétaire d’État de Pie IX (1787-1849)2. Disciple de celui de Léon XIII, Mariano Rampolla del Tindaro (1843-1913), le cardinal Bonaventura Cerretti (1872-1933) a rédigé un hommage à son maître3. Ce genre contient le pire et le meilleur, de l’oraison funèbre à peine élargie jusqu’à la grosse « brique » abondamment puisée aux sources, dont les modèles sont les deux biographies concurrentes consacrées la même année, peu après sa mort, au cardinal bibliothécaire français Jean-Baptiste Pitra (1812-1889), par dom Fernand Cabrol et par Mgr Albert Battandier4. Bien fourni au XIXe siècle, le genre se prolonge très avant dans le XXe comme le prouve, par exemple, la biographie de référence du cardinal Augustin Bea (1881-1968), grande figure du concile Vatican II, due à son secrétaire, le jésuite Stjepan Schmidt5.

  • 6 Six, cinq et huit références, respectivement (Jankowiak 2007, p. 784-789).

3Ce matériau de valeur inégale présente au moins trois défauts pour l’historien. Comme le montre la bibliographie sur la Curie des XIXe et XXe siècles dans la thèse de François Jankowiak, il se polarise sur quelques personnalités phares du Collège cardinalice, au détriment de personnalités plus effacées, défavorisées en quantité comme en qualité : sa rubrique « Études prosopographiques et biographiques » comporte seulement une quarantaine de noms avec une forte concentration sur les secrétaires d’État, Antonelli (1806-1876), Merry del Val (1865-1930) ou Gasparri (1852-1934)6.

  • 7 Guérend 2011 ; après Vinatier 1983.

4Second handicap : toutes ces biographies, minces ou pesantes, présentent un caractère apologétique plus ou moins prononcé. Leur but est moins de reconstruire avec rigueur un moment de l’histoire de l’Église à travers le portrait d’un de ses acteurs majeurs que d’exalter le rôle de celui-ci dans ce qu’il a eu de plus singulier : la biographie cardinalice ainsi conçue distingue, alors que l’historien tend à exemplifier. Et on aurait tort de penser que l’essor de l’histoire comme discipline scientifique a tari la veine : la dernière en date des biographies du cardinal Emmanuel Suhard (1874-1949), archevêque de Reims puis de Paris, est animée comme la précédente par le souci de faire de l’apôtre de la Mission intérieure un résistant aux exigences de l’occupant allemand, à l’égal de son confrère de Toulouse Mgr Saliège (1870-1956)7.

  • 8 Georges 2014.
  • 9 Barberini 2008.

5Rares sont enfin ces biographies cardinalices qui ont pu disposer de l’ensemble des sources nécessaires à leur projet. Pour les cardinaux résidentiels, le biographe dépend des dispositions testamentaires de l’intéressé : s’il a légué ses papiers à sa famille, il lui faut obtenir le feu vert de ses descendants ; s’il les a laissés à l’Église dont il avait la charge, tout dépend de leur conservation et de leurs conditions d’accès : dans le cas du diocèse de Lyon, l’écart est patent entre l’abondance des papiers du cardinal Gerlier (1880-1965), ouverts à la consultation par son troisième successeur le cardinal Decourtray (1923-1994), qui ont permis la rédaction d’un portrait de bon aloi8, et la quasi absence de documents sur son prédécesseur le cardinal Maurin (1859-1936), qui rend impossible l’entreprise biographique. La viabilité de celle-ci dépend donc le plus souvent des règles de communication des archives ecclésiastiques qui sont plus rigoureuses que celles des archives publiques. Pour le cas des cardinaux de Curie, dont les spogli doivent être déposés aux archives vaticanes, la norme fixée par Jean-Paul II est de ne rien communiquer si le prélat est mort après 1922. Elle a pourtant subi des entorses, et de taille. Ainsi les papiers du cardinal Agostino Casaroli (1914-1998), principal négociateur de l’Ostpolitik vaticane sous Paul VI et Jean-Paul II, sont-ils déposés à l’Archivio di Stato de Parme, ce qui a permis la publication de documents aussi sensibles que les protocoles d’accord élaborés alors avec les démocraties populaires d’Europe centrale : Hongrie, Tchécoslovaquie, Yougoslavie, Pologne, République démocratique allemande et Bulgarie9. Dans le cas du cardinal Tisserant (1884-1972), seules ses dispositions testamentaires, contestées en vain au lendemain de sa mort par les représentants du Saint-Siège, ont permis la dévolution de ses papiers à une Association chargée de les classer et de les communiquer. Sans cette infraction à l’ordre qui lui avait été intimé de son vivant, il n’y aurait pas eu de biographie.

  • 10 Simon 1950 ; Ellis, 1952.
  • 11 Aubert 1994.
  • 12 Cholvy 2007.
  • 13 Clément 1994 ; Masson 2001.
  • 14 Trippen 2003 et 2005 ; Neuhold 2008.
  • 15 Nobili 2005 et Nobili 2011.
  • 16 Buonasorte 2006.

6Le regain d’intérêt récent des historiens pour le genre biographique a toutefois permis l’apparition de biographies cardinalices d’un nouveau type qui s’intéressent autant aux contextes ecclésiaux traversés par leur héros qu’au portrait en pied de celui-ci. La rigueur romaine en matière de communication des archives fait que ces biographies new look concernent plus, pour le XXe siècle à tout le moins, les cardinaux résidentiels dont les papiers bénéficient de conditions d’accès meilleures que ceux des cardinaux de Curie, le cas Tisserant étant l’exception. Aloys Simon sur le cardinal belge Sterckx (1792-1867) ou John Tracy Ellis sur le cardinal américain Gibbons (1834-1921) ont montré la voie dès les années 195010 ; mais plus encore le grand historien de Louvain Roger Aubert, bien qu’il n’ait pas terminé sa biographie du cardinal Mercier (1851-1926)11. En dépit d’une moindre difficulté de documentation, les cardinaux du XIXe siècle ont moins bénéficié de ce tournant historiographique que ceux du XXe siècle. En France, seul le cardinal de Cabrières (1830-1921), intransigeant évêque de Montpellier, a échappé au goût croissant des chercheurs pour le contemporain12 : outre Gerlier, de Lyon, Saliège, de Toulouse, et surtout Liénart (1884-1973), de Lille, ont été gratifiés récemment de solides biographies, même si leur activité pastorale dans le diocèse qui leur a été confié y éclipse quelque peu leurs tâches proprement cardinalices13. Dans le monde germanique, Frings (Cologne, 1887-1978) ou König (Vienne, 1905-2004) disposent aussi de bonnes biographies14 ; et le mouvement est lancé en Italie avec par exemple les travaux d’Elena Nobili sur le cardinal Schuster (1880-1954), archevêque de Milan15, ou celui de Nicla Buonasorte sur le puissant archevêque conservateur de Gênes Giuseppe Siri (1906-1989)16.

7Il faut souhaiter que le mouvement se propage en direction de quelques-uns des principaux cardinaux de Curie sur lesquels manque cruellement une biographie à prétention scientifique : des chantiers importants sont en cours sur Raphaël Merry del Val, secrétaire d’État de Pie X et secrétaire du Saint-Office de Pie XI (Philippe J. Roy), sur Willem Van Rossum (1854-1932), préfet de la Propagande sous Pie X et Pie XI (Vefie Poels) ou sur Jan Willebrands (1909-2006), secrétaire du Conseil pontifical pour l’Unité des chrétiens et archevêque d’Utrecht après Vatican II (Karim Schelkens). Ils devront recycler ce qui peut servir dans les plaidoyers antérieurs et contourner les empêchements documentaires. Mais une collection de biographies, aussi instructive soit-elle, suffit-elle à construire l’objet « cardinaux » ? Il est à craindre que non. Pas plus que la collection des notices cardinalices, pourtant fort utiles, éparses dans tous les grands dictionnaires et encyclopédies : le cardinalat n’y est jamais interrogé comme catégorie spécifique, noyé qu’il est dans une masse d’informations sur d’autres personnages ou d’autres sujets.

Prosopographies

  • 17 Boutry 2002.
  • 18 Weber 1978.
  • 19 Wolf 2005.

8L’enjeu de la recherche qui s’amorce est de passer du singulier au pluriel : de tel ou tel cardinal pris comme centre exclusif d’intérêt aux cardinaux comme groupe éminent au sein de l’Église romaine. On peut objecter que c’est là enfoncer une porte largement ouverte par des travaux à caractère prosopographique qui présentent un tout autre intérêt dans cette optique. Ils fournissent en effet des renseignements sériels et homogènes sur tous les membres du collège cardinalice pour une époque donnée (première moitié du XIXe siècle chez Philippe Boutry17, pontificat de Pie IX chez Christoph Weber18) ou pour un type de cardinaux : les secrétaires du Saint-Office et de l’Index au XIXe siècle chez Hubert Wolf19.

  • 20 LeBlanc 2007.
  • 21 Boutry 2002, p. 299-487.

9Plusieurs limites toutefois à ces travaux. Seul le site construit par Salvador Miranda, « The Cardinals of the Holy Roman Church », embrasse l’ensemble des cardinaux, mais avec le minimum de renseignements nécessaires : son enquête perd de façon compréhensible en profondeur ce qu’elle gagne en étendue. Sinon, seul le XIXe siècle est bien couvert. Le dictionnaire de Jean LeBlanc traite de façon plus ou moins précise l’ensemble des 475 cardinaux de Pie VII à Léon XIII20, alors que Philippe Boutry et Christoph Weber s’en tiennent à une chronologie plus courte. Modèle du genre, le travail du premier fournit 157 notices détaillées sur les cardinaux de Curie de la première moitié du siècle : origine familiale, formation ecclésiastique, carrière à Rome et en dehors de Rome, fonctions cardinalices, participation aux conclaves, publications, sources et bibliographie à prétention exhaustive21. Elle inclut en outre des prélats qui ne sont pas cardinaux à l’époque envisagée, mais qui sont appelés à le devenir. En revanche, la quasi-totalité du travail reste à faire pour le XXe siècle, bien que le site de Salvador Miranda soit un point de départ utile. Et les cardinaux résidentiels sont moins bien servis jusqu’à présent par les entreprises prosopographiques que les cardinaux de Curie.

  • 22 Docteur Jekyll et Mister Hyde sur lequel Wolf 2013.
  • 23 Il n’existe guère de travaux récents dans ce domaine. On signalera cependant celui du franciscain (...)

10Ces entreprises sérielles sont potentiellement plus utiles pour une recherche sur les cardinaux, au pluriel, que la juxtaposition de biographies séparées. Elles se prêteraient en effet à des études transversales sur le Sacré Collège si elles étaient informatisées, ce qui n’est le cas que des plus récentes. Les prosopographies permettent par exemple une typologie plus fine des composantes du groupe cardinalice dépassant la bipartition, étanche jusqu’au pontificat de Paul VI, entre cardinaux résidentiels et cardinaux de Curie. Ainsi apparaîtraient d’autres types de cardinaux, moins fournis il est vrai que les deux principaux. On songe par exemple aux théologiens appelés au cardinalat du fait de leur rôle dans un épisode majeur du développement doctrinal de l’Église : des experts de Vatican I (Franzelin, 1816-1886, mais pas Kleutgen)22 aux experts de Vatican II (Daniélou, 1905-1974, Congar, 1904-1995, de Lubac, 1896-1991) en passant par les chevaliers de l’antimodernisme (Mazzella, 1833-1900, Billot, 1846-1931, Lépicier, 1863-1936). Quelques semaines avant la publication de l’encyclique Aeterni Patris qui restaure l’enseignement du thomisme au sein de l’Église romaine, Léon XIII l’annonce d’une certaine manière en conférant la pourpre, le 15 mai 1879 lors de son premier consistoire, à quatre intellectuels : Joseph Hergenröther (1824-1890) et John Henry Newman (1801-1890), mais aussi deux de ses proches collaborateurs, son frère aîné Giuseppe Pecci (1807-1890) et le dominicain corse Thomas-Marie Zigliara (1833-1893). Autre cas de figure plus large que les seuls théologiens, les cardinaux issus d’un ordre ou d’une congrégation : bien que la vocation religieuse n’ait pas pour objectif premier de conduire au cardinalat23, on trouve des religieux, non seulement à la tête de congrégations curiales, mais aussi sur de grands sièges résidentiels : le bénédictin Schuster à Milan de 1929 à 1954, ou le jésuite Boetto (1871-1946), à Gênes de 1938 à 1946.

11Pour les cardinaux résidentiels, le traitement des prosopographies permettrait une géographie plus fine que le passage à l’âge adulte d’une Église locale avec l’attribution d’un siège cardinalice : premier cardinal chinois (Tien Ken-sin, 1890-1967) en 1946, premier cardinal africain (Rugambwa, 1912-1997) en 1960... Cette extension du cardinalat à de nouveaux territoires provoque la croissance d’un collège dont les limites ont pour contrepartie le non pourvoi de sièges anciennement cardinalices : on a remarqué, dans la première fournée des promus du pape François l’absence de Turin, de Venise ou de Malines-Bruxelles. Ces déplacements géographiques appelleraient une cartographie plus précise.

  • 24 Un tiers encore sous Léon XIII : Jankowiak 2007, p. 465-468.

12Les prosopographies pourraient éclairer aussi les conditions d’accès au chapeau cardinalice : le poids des origines géographiques et familiales dans le cas des cardinaux de Curie notamment. François Jankowiak a noté la persistance du recrutement au sein des anciens États pontificaux après leur disparition24 ; mais les chrétientés alpines fournissent aussi nombre de porporati : les Bergamasques Antonio Agliardi (1832-1915), Felice Cavagnis (1841-1906) et Giorgio Gusmini (1855-1921) au XIXe siècle. Léon XIII ayant enfreint la règle de 1586 qui interdisait la présence au sein du Sacré Collège de deux cardinaux de la même lignée, il existe des familles cardinalices, qu’il s’agisse de fratries comme pour les Vannutelli, Serafino (1834-1915) et Vincenzo (1836-1930), à la fin du XIXe siècle et pour les Cicognani, Gaetano (1881-1962) et Amleto (1883-1973), au milieu du XXe ; ou de la filiation d’oncle à neveu comme pour les Gasparri, Pietro et Enrico (1871-1956) sous Pie XI. La formation ecclésiastique et la carrière au sein des instances dirigeantes de l’Église sont aussi fort instructives. Est-il possible de repérer assez tôt parmi les jeunes clercs italiens admis au Séminaire romain ou à l’Académie des nobles ecclésiastiques et qui cheminent ensuite entre dicastères et nonciatures ceux d’entre eux qui deviendront cardinaux, certains postes y prédisposant de façon quasi mécanique, qu’on le regrette ou qu’on prenne acte d’un tableau d’avancement comparable à ceux des États laïcs ?

13Une fin d’études à Rome est-elle devenue un passage obligé pour les cardinaux résidentiels ou bien d’autres voies sont-elles possibles ? Saint-Sulpice en France comme le prouvent les cas de Feltin (1883-1975), Gerlier ou Liénart ; mais leurs cadets Garrone (1901-1994) et Gouyon (1910-2000) sont des anciens du Séminaire français de la via Santa Chiara. Et l’itinéraire, théologiquement discutable, qui conduit un prélat d’un évêché mineur à un siège cardinalice est-il la règle ou l’exception ? Feltin passe ainsi de Troyes à Bordeaux et à Paris ; et Marty (1904-1994) après lui de Saint-Flour à Reims et à Paris.

Du singulier au pluriel

  • 25 Séverine Blenner-Michel, « L’Assemblée des cardinaux et archevêques (1919-1964) » et Christian Sor (...)
  • 26 Sportelli 1994.

14Il est regrettable que les prosopographies existantes n’aient pas suscité ces tris sélectifs qui donneraient du collège cardinalice une vision d’ensemble moins émiettée que la somme des biographies. Malgré leur lacune sur le XXe siècle, elles présentent le groupe des cardinaux comme un haut personnel d’Église passible des mêmes méthodes que les personnels comparables des États. Elles ne suffisent cependant pas, car elles ne font qu’énumérer les fonctions occupées par les cardinaux, sans dire beaucoup sur leur manière de les remplir. Pour achever de constituer le groupe des porporati en collège et pas seulement en collection d’individualités, il faudrait donc explorer ses fonctions collectives au sein de l’Église. Préoccupé surtout de revaloriser le statut des évêques, le concile Vatican II n’y aide guère : il n’a rien dit des cardinaux, bien que nombre d’entre eux y aient joué un rôle de premier plan. Une telle entreprise concerne presque exclusivement les cardinaux de Curie jusqu’à la fin du XXe siècle. Il faudrait pourtant s’interroger aussi sur la place que les cardinaux résidentiels occupent, à l’occasion ou de façon régulière, dans les grandes Églises nationales, dans leurs pays respectifs et vis-à-vis de Rome. Sur place, ils sont fréquemment les interlocuteurs qualifiés de l’Église pour les gouvernements, surtout pour ceux d’entre eux qui n’entretiennent pas de relations diplomatiques avec le Saint-Siège. Et ils sont aussi, à l’occasion, les avocats de leurs Églises en cour de Rome : en 1953, les cardinaux Feltin, Gerlier et Liénart y plaident en vain la poursuite de l’aventure des prêtres-ouvriers. Fonction de médiation individuelle ou collective ? En France, l’Assemblée des cardinaux et archevêques créée en 1919, dont les archives ne sont pas inaccessibles, attire la curiosité. Certes, elle n’est pas composée que de cardinaux, mais ceux-ci y occupent une place suffisamment importante pour qu’on se demande ce qu’elle devient lors de la création de la conférence épiscopale en 196425. Cet exemple français est-il unique ? On aimerait des précisions sur le rôle des cardinaux allemands à la Conférence annuelle de Fulda, ou des cardinaux américains dans la National Catholic Welfare Conference. En Italie, les cardinaux font office de directoire de la Conférence épiscopale créée en 1952, mais qui réunit seulement jusqu’à Vatican II les présidents des régions apostoliques sous l’œil vigilant du pape26. La généralisation des conférences épiscopales n’aurait-elle pas affaibli ce rôle de médiation ? De fortes personnalités cardinalices comme Law (1931-), de Boston, et Lustiger (1926-2007), de Paris, n’ont pas pu accéder à la présidence des leurs.

  • 27 Melloni 2003.

15Vu de Rome, le rôle collectif des cardinaux est trop souvent rétréci, dans l’historiographie du moins, à la réunion périodique du conclave dont les travaux sont secrets, bien qu’ils aient toujours excité la curiosité des historiens, et parfois leur imagination. On en connaît ainsi, non seulement le résultat, mais aussi les grandes lignes, voire les détails, du fait d’indiscrétions27. Il faudrait cependant pousser la curiosité au-delà de la désignation des papes, bien que le fonctionnement ordinaire du Saint-Siège ne soit guère collégial : pas d’équivalent au conseil des ministres, mais des audiences où chaque chef de dicastère traite avec le pape des affaires de son domaine. Les souverains pontifes réunissent pourtant de façon irrégulière les cardinaux en consistoire : c’est souvent l’occasion pour eux de préciser un point majeur de leur politique. Certains discours pontificaux au Sacré Collège sont ainsi fameux : c’est en consistoire, le 20 décembre 1926 que Pie XI prononce l’exclusive contre l’Action française de Charles Maurras. Et l’on pourrait citer d’autres exemples de ces grands discours d’orientation. Mais les cardinaux sont-ils seulement muets et passifs en la circonstance ? N’y a-t-il pas moyen de trouver, dans les archives conservées par l’institution ou par l’un d’entre eux, des traces de leur activité en consistoire ?

  • 28 Pettinaroli 2010 ; Fouilloux 2013.
  • 29 Archives de la Congrégation pour l’Église orientale, Ponenza 246/36 (« Relazione » datée de févrie (...)
  • 30 Pettinaroli 2013.

16D’autres prérogatives des cardinaux concernent les instances de gouvernement du Saint-Siège. Les dicastères romains possèdent une direction cardinalice, composée pour l’essentiel de curialistes jusqu’à une époque récente, qui se réunit de façon régulière en plénière pour examiner, sur rapport des consulteurs, les affaires du ressort concerné. Ses travaux font l’objet de procès-verbaux plus ou moins fournis, avec un état nominatif des suffrages exprimés, quand il y a vote. La consultation de tels documents est possible à l’Archivio segreto vaticano ou au siège des dicastères jusqu’à la fin du pontificat de Pie XI en 1939. Et peut-être au-delà bientôt. Or, ils n’ont guère été sollicités par les historiens, sauf enquête ponctuelle sur un événement ou sur un dicastère28. Ils fournissent pourtant des indications précieuses sur le fonctionnement ordinaire de l’administration du Saint-Siège, à une période donnée et dans un secteur donné. Les réunions plénières mixtes entre congrégations intéressées par une même affaire sont moins nombreuses, mais plus instructives : ainsi des réunions associant la Secrétairerie d’État, la Propagande et la Congrégation orientale sur l’encadrement ecclésiastique de l’Éthiopie récemment conquise par l’Italie fasciste, en 1936-193729. En plus des congrégations de plein exercice, le Saint-Siège a multiplié les commissions sur des problèmes spécifiques apparus chemin faisant. Si l’on désespère de retrouver les archives de la Commission biblique pontificale, créée en 1902 par Léon XIII pour réguler l’exégèse catholique, pourtant classées en 1940, l’itinéraire de la Commission pro Russia fondée au sein de la Congrégation pour l’Église orientale en 1925, puis indépendante d’elle, a été retracé de façon suggestive30.


17On l’aura compris : l’effort à venir doit porter sur les trois chantiers simultanément. Il faut multiplier les biographies cardinalices rédigées selon les canons scientifiques qui ont présidé au renouveau du genre dans les études historiques : toute biographie ainsi menée dit bien plus, sur l’état de l’Église et sur son rapport à la société environnante que les particularités d’une vie singulière. Il faut étendre les prosopographies cardinalices vers le XXe siècle au fur et à mesure de la disponibilité des sources, et surtout utiliser mieux que cela n’a été fait les prosopographies existantes sur le XIXe siècle qui recèlent des mines d’informations sur le cardinalat sous les pontificats successifs. Il faut enfin partir à la recherche de la moindre activité cardinalice collégiale, tant dans les Églises locales qu’au sommet de l’Église universelle, pour tenter de percevoir le rôle de l’instance cardinalice dans le gouvernement de l’Église catholique. Bref, sans cesser d’enrichir la galerie des grandes figures cardinalices, il faut résolument tenter le passage du singulier au pluriel, du cardinal aux cardinaux.

Haut de page

Bibliographie

Aubert 1994 = R. Aubert, Le cardinal Mercier (1851-1926). Un prélat d’avant-garde. Hommage au professeur Roger Aubert, Louvain, 1994.

Barberini 2008 = G. Barberini (dir.), La politica del dialogo. Le carte Casaroli sull’Ostpolitik vaticana, Bologne, 2008.

Battandier 1893 = A. Battandier, Le cardinal Jean-Baptiste Pitra, évêque de Porto, bibliothécaire de la Sainte Église, Paris, 1893.

Betti 1963 = U. Betti, I cardinali dell’Ordine dei frati minori, Rome, 1963.

Buonasorte 2006 = N. Buonasorte, Siri. Tradizione e rinnovamento, Bologne, 2006.

Boutry 2002 = P. Boutry, Souverain et pontife : recherches prosopographiques sur la Curie romaine à l’âge de la Restauration (1814-1846), Rome, 2002 (Coll. EFR, 300).

Cabrol 1893 = D. F. Cabrol, Histoire du cardinal Pitra, bénédictin de la Congrégation de France (abbaye de Solesmes), Paris, 1893

Cerretti 1929 = B. Cerretti, Il cardinale Mariano Rampolla del Tindaro, Rome, 1929.

Cholvy 2007 = G. Cholvy, Le cardinal de Cabrières (1830-1921), Paris, 2007.

Clément 1994 = J.-L. Clément, Monseigneur Saliège archevêque de Toulouse, 1929-1956, Paris, 1994.

Ellis 1952 = J. Tracy Ellis, The life of James card. Gibbons, archbishop of Baltimore, Milwaukee, 1952, 2 vol. 

Fouilloux 2013 = É. Fouilloux, Affaires françaises, archives romaines. Les dossiers du Saint-Office (1920-1938), dans Revue suisse d’histoire religieuse et culturelle, 107 (2013), p. 193-204.

Fouilloux 2011 = É. Fouilloux, Eugène cardinal Tisserant (1884-1972). Une biographie, Paris, 2011.

Georges 2014 = O. Georges, Pierre-Marie Gerlier, le cardinal militant, 1880-1965, Paris, 2014.

Gizzi 1993 = S. Gizzi, Il cardinale Tommaso Pasquale Gizzi segretario di stato di Papa Pio IX, Frosinone, 1993.

Guérend 2011 = J.-P. Guérend, Cardinal Emmanuel Suhard Archevêque de Paris (1940-1949), Paris, 2011.

Jankowiak 2007 = F. Jankowiak, La Curie romaine de Pie IX à Pie X. Le gouvernement central de l’Église et la fin des États pontificaux, Rome, 2007 (BEFAR, 330).

LeBlanc 2007 = J. LeBlanc, Dictionnaire biographique des cardinaux du XIXe siècle. Contribution à l’histoire du Sacré Collège sous les pontificats de Pie VII, Léon XII, Grégoire XVI, Pie IX et Léon XIII, 1800-1903, Montréal, 2007.

Le Moigne - Sorrel 2013 = F. Le Moigne, C. Sorrel (dir.), Les évêques français de la séparation au pontificat de Jean-Paul II, Paris, 2013.

Masson 2001 = C. Masson, Le cardinal Liénart évêque de Lille 1928-1968, Paris, 2001.

Melloni 2003 = A. Melloni, Le conclave, Paris, Salvator, 2003.

Neuhold 2008 = D. Neuhold, Franz Kardinal König. Religion und Freiheit. Ein theologisches und politisches Profil, Fribourg-Stuttgart, 2008.

Nobili 2005 = E. Nobili, La parabola di un’illusione. Il cardinal Schuster dalla guerra di Etiopia alle leggi razziali, Milan, 2005

Nobili 2011 = E. Nobili, Ildefonso Schuster e il rinnovamento cattolico (1880-1929), Milan, 2011.

Pettinaroli 2010 = L. Pettinaroli, Les sessioni de la congrégation des Affaires ecclésiastiques extraordinaires : évaluation générale (1814-1938) et remarques sur le cas russe (1906-1925), dans MEFRIM, 122-2, 2010, p. 493-537, URL : https://mefrim.revues.org/585.

Pettinaroli 2013 = L. Pettinaroli, La commission Pro Russia. Une institution dans la Curie de Pie XI (1925-1939), dans C. Bonafoux et M. Bréjon de Lavergnée (dir.), Autour du fait religieux. Nouvelles recherches en histoire contemporaine, Paris, 2013, p. 89-123 (Les Cahiers de l’Association française d’histoire religieuse contemporaine).

Schmidt 1989 = S. Schmidt, Augustin Bea : der Kardinal der Einheit, Graz, 1989.

Sibilia 1960 = S. Sibilia, Il cardinale Enrico Sibilia. Un diplomatico della Santa Sede (1861-1948), Rome, 1960.

Simon 1950 = A. Simon, Le cardinal Sterckx et son temps, Wetteren, 1950, 2 vol. 

Sportelli 1994 = F. Sportelli, La Conferenza Episcopale Italiana, 1952-1972, Galatina, 1994.

Trippen 2003-2005 = N. Trippen, Josef Kardinal Frings (1887-1978), Paderborn, 2 volumes, 2003 et 2005.

Vinatier 1983 = J. Vinatier, Le cardinal Suhard l’évêque du renouveau missionnaire, 1874-1949, Paris, 1983.

Weber 1978 = C. Weber Kardinäle und Preläten in den letzten Jahrzehnten des Kirchenstaates : Elite-Rekruitierung, Karriere-Muster und soziale Zusammensetzung der kurialen Führungsschicht zur Zeit Pius’IX, 1846-1878, Stuttgart, 1978, 2 vol. 

Wolf 2005 = H. Wolf (hg.), Prosopographie von Römischer Inquisition und Indexkongregation, 1814-1917, Paderborn, Ferdinand Schöningh, 2005, 2 vol. 

Wolf 2013 = H. Wolf, Le Vice et la Grâce. L’affaire des religieuses de Sant’Ambrogio, Paris, 2013.

Haut de page

Notes

1 Fouilloux 2011.

2 Sibilia 1960 ; Gizzi 1993.

3 Cerretti 1929.

4 Le prieur de Solesmes utilise surtout les correspondances conservées « avec un soin jaloux » (Battandier 1893, p. XIV) dans les archives de l’abbaye : Cabrol 1893 ; son ancien vicaire général utilise, lui, une autobiographie inédite du cardinal et ses journaux de voyages : Battandier 1893.

5 Schmidt 1989.

6 Six, cinq et huit références, respectivement (Jankowiak 2007, p. 784-789).

7 Guérend 2011 ; après Vinatier 1983.

8 Georges 2014.

9 Barberini 2008.

10 Simon 1950 ; Ellis, 1952.

11 Aubert 1994.

12 Cholvy 2007.

13 Clément 1994 ; Masson 2001.

14 Trippen 2003 et 2005 ; Neuhold 2008.

15 Nobili 2005 et Nobili 2011.

16 Buonasorte 2006.

17 Boutry 2002.

18 Weber 1978.

19 Wolf 2005.

20 LeBlanc 2007.

21 Boutry 2002, p. 299-487.

22 Docteur Jekyll et Mister Hyde sur lequel Wolf 2013.

23 Il n’existe guère de travaux récents dans ce domaine. On signalera cependant celui du franciscain Umberto Betti (Betti 1963) parce que son auteur a été l’un des théologiens majeurs de Vatican II... et qu’il a été promu cardinal par Benoît XVI en 2007.

24 Un tiers encore sous Léon XIII : Jankowiak 2007, p. 465-468.

25 Séverine Blenner-Michel, « L’Assemblée des cardinaux et archevêques (1919-1964) » et Christian Sorrel, « À l’heure du concile. Les débuts de la Conférence épiscopale française (1964-1974) », dans Le Moigne – Sorrel 2013, p. 313-344.

26 Sportelli 1994.

27 Melloni 2003.

28 Pettinaroli 2010 ; Fouilloux 2013.

29 Archives de la Congrégation pour l’Église orientale, Ponenza 246/36 (« Relazione » datée de février 1937 et documents joints).

30 Pettinaroli 2013.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Étienne Fouilloux, « Cardinal ou cardinaux ? », Mélanges de l’École française de Rome - Italie et Méditerranée modernes et contemporaines [En ligne], 127-2 | 2015, mis en ligne le 10 novembre 2015, consulté le 23 novembre 2017. URL : http://mefrim.revues.org/2325 ; DOI : 10.4000/mefrim.2325

Haut de page

Auteur

Étienne Fouilloux

Institution de rattachement : professeur émérite d’histoire contemporaine à l’Université Lumière – Lyon 2 - etienne.fouilloux@wanadoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© École française de Rome

Haut de page
  • Logo École française de Rome
  • Revues.org