Navigation – Plan du site
Cardinaux et cardinalat (1775-1978) : sources et approches

Introduction : les approches du cardinalat entre histoire, droit, théologie et archivistique

Laura Pettinaroli

Texte intégral

  • 1 L. Pásztor, L’histoire de la Curie romaine, problème d’histoire de l’Église, dans Revue d'histoire (...)

1Depuis un demi-siècle, l’historiographie de la papauté contemporaine a beaucoup progressé au gré des ouvertures régulières de nouveaux fonds d’archives. L’attention a été portée, au-delà des politiques mises en œuvre dans les Églises locales ou face aux États, au fonctionnement des institutions curiales et à leurs acteurs. Depuis l’appel lancé en 1969 par Lajos Pásztor1, la connaissance de la Curie a ainsi bénéficié tant d’études de cas que d’approches plus globales, notamment par la prosopographie, qui se sont toutes révélées utiles pour mieux comprendre ce monde réputé impénétrable.

  • 2 Pour une présentation plus détaillée du projet, voir F. Jankowiak, L.  Pettinaroli, Cardinaux et c (...)

2En lançant en 2013 un appel à communications sur le thème « Cardinaux et cardinalat, une élite à l’épreuve de la modernité (1775-1978) », notre propos était de mettre l’accent sur ce personnel curial de premier plan mais aussi de mieux appréhender, dans son ensemble, ce corps toujours plus international à l’articulation de Rome et du monde. Ce projet soulevait donc d’emblée plusieurs questions méthodologiques : il s’agissait d’intégrer les approches biographiques sans s’y limiter, mais aussi de conjuguer des approches disciplinaires variées, du droit à la sociologie, en passant par la théologie et peut-être même l’anthropologie2.

3Même si certaines pistes n’ont pas été empruntées, notre appel a été largement entendu : plus de soixante propositions ont été faites, qui ont notamment permis d’alimenter deux colloques en 2014 et 2015 grâce au soutien de l’École française de Rome, de l’Université Paris Sud (Faculté Jean Monnet – centre Droit et Sociétés Religieuses) et de l’Institut catholique de Paris (Faculté des Lettres - Unité de recherche Religion, culture et société EA 7403). Si la réflexion sur les sources et les méthodes a été constante au long du programme, certaines contributions ont abordé plus directement cette dimension. Le dossier qui suit les rassemble : les contributions qui sont publiées ici ont d’abord été présentées lors de la journée inaugurale du 19 juin 2014 à Paris, à l’exception de celle de François Jankowiak, que nous avons jugé utile d’ajouter afin d’offrir un contre-point sur la perspective canonique.

4Le dossier s’ouvre sur un paradoxe, mis en lumière par le théologien Jean-François Chiron, professeur à l’Université catholique de Lyon : si la théologie se penche régulièrement sur le rôle de l’épiscopat (très lié à l’économie des sacrements), elle reste beaucoup plus « discrète » sur la question du cardinalat et ce malgré « l’importance pratique » de ce dernier dans la vie de l’Église catholique. Pour comprendre cette situation, l’auteur propose un parcours sur l’histoire du cardinalat, en soulignant le profond renouvellement de cette institution au second millénaire. Alors que l’Église catholique évolue d’une communion d’Églises locales vers une Église universelle centralisée, le cardinalat mue également: simple institution spécifique au clergé romain, il est toujours plus chargé de l'assistance du pontife dans sa tâche de pasteur universel. Le cardinalat se distingue dès lors autant par sa romanité que par son lien au pape et à sa mission de gouvernement universel, posant la question récurrente – que la période post-Vatican II n’a pas su résoudre – de l’articulation entre cardinalat et épiscopat.

5L’article de l’historien spécialiste de la période moderne, Sylvio Hermann De Franceschi, directeur d’études à l’École pratique des hautes études, met l’accent sur l’approche du cardinalat par les théologiens de la période posttridentine. Si certains auteurs de cette période en viennent à définir les cardinaux comme des membres du corps mystique du souverain pontife (pars corporis Papæ) du fait de leur participation au gouvernement universel – ce qui ne manquera pas d’alimenter la controverse antiromaine, la « consistance théologique » du cardinalat pose, en fait, souvent problème. Cela s’explique tout d’abord par des raisons historiques. En effet, malgré l’affirmation d’une origine apostolique des cardinaux (qui prendraient la suite du « sénat » des Apôtres), les théologiens ne parviennent pas à faire du cardinalat une institution divine. De plus, du point de vue théologique, l’articulation avec l’épiscopat pose de nombreux problèmes. Finalement, même dans cette période d’élaboration d’une ecclésiologie romano-centrée et monarchique, les théologiens manient avec difficulté ce thème du cardinalat et le délaissent progressivement pour faire porter leurs efforts sur la question de l’infaillibilité du pape. Paradoxalement, c’est en amont de cette période, à la fin du Moyen Âge, chez les conciliaristes, que l’on trouve les plus virulentes mises en valeur théologiques du cardinalat, qui envisageaient parfois le Sacré Collège comme un contre poids à la monarchie pontificale.

6Cependant, si la théologie du cardinalat reste sinon absente du moins incertaine, il n’en va pas de même pour les sources canoniques le concernant. L’article de François Jankowiak, professeur d’histoire du droit à l’Université Paris Sud, souligne l’importance et la grande variété des sources normatives concernant les cardinaux, de part et d’autre de la codification de 1917. L’auteur met l’accent sur les règles qui touchent à la création des cardinaux et à celles qui régissent leur activité en temps ordinaire, notamment au sein de la Curie, laissant la législation qui s’applique au temps sede vacante volontairement de côté pour une prochaine publication. La variété de ces sources juridiques incite à adopter une approche plus empirique que théorique du cardinalat : il convient donc de faire le bilan des approches historiennes.

7Étienne Fouilloux, professeur émérite d’histoire contemporaine à l’Université Lyon 2, souligne que les études sur les cardinaux ont été renouvelées tant par des approches biographiques – longtemps privilégiées mais qui ne sont parvenues que récemment à se dégager de tout présupposé hagiographique – que par des recherches prosopographiques. À l’avenir, ces deux directions de recherche devraient être poursuivies, en développant à la fois des biographies attentives aux logiques globales et des prosopographies plus systématiques et informatisées permettant d’envisager un traitement sériel et homogène des membres du collège cardinalice. Selon l’auteur, un troisième axe de recherche mérite l’attention des chercheurs : les activités collectives des cardinaux, notamment au sein des congrégations romaines.

8La contribution de l’historien et archiviste à l’Archivio Segreto Vaticano Alejandro Mario Dieguez offre précisément un instrument de travail pour aborder le rôle décisionnel des cardinaux dans le processus administratif romain. L’auteur présente différents types de sources vaticanes (conservées à l’ASV et dans d’autres archives de dicastères) sur le rôle administratif des cardinaux. Il souligne tout d’abord l’intérêt des feuilles d’audience qui permettent d’aborder, de façon « verticale », le rapport des cardinaux (chefs de dicastères notamment) au pontife. Il rappelle ensuite l’importance des procès-verbaux de réunions plénières de cardinaux dans les différentes congrégations romaines. L’auteur met enfin l’accent sur une autre forme du travail collectif des cardinaux : les commissions cardinalices spéciales ou ad hoc, qui sont constituées par les papes pour accélérer la prise de décision ou pour une plus grande discrétion. Ces institutions souples et encore méconnues font apparaître le rôle de conseil et d’expertise des cardinaux en collaboration directe avec le pape, qui les choisit, souvent sur proposition du cardinal secrétaire d’État. L’auteur livre un premier inventaire de ces commissions et des sources afférentes conservées à l’ASV. De Pie VI à Pie XI, il identifie 72 commissions, dont un tiers durant le seul pontificat de Léon XIII. Elles portent sur des sujets très divers, allant d’enjeux religieux et internationaux considérables (commission sur la réunion des chrétiens « dissidents » en 1894) à des affaires quasi « domestiques » (commission sur le conflit entre le prince Colonna et la commune de Rocca di Papa, 1866).

9Ce dossier ne propose donc pas de synthèse définitive sur l’ensemble des approches disciplinaires possibles du cardinalat et du corps des cardinaux mais établit un premier état des lieux des approches historiques, théologiques et juridiques du cardinalat, tout en dessinant quelques perspectives pour la poursuite de la recherche : il ouvre ainsi une série de publications tirées du programme lancé en 2013, qui sera bientôt complétée par des dossiers sur les biographies cardinalices, les représentations artistiques des cardinaux ou encore leur rôle administratif et symbolique entre Cour et Curie.

Haut de page

Notes

1 L. Pásztor, L’histoire de la Curie romaine, problème d’histoire de l’Église, dans Revue d'histoire ecclésiastique, 64, 1969, p. 353-366.

2 Pour une présentation plus détaillée du projet, voir F. Jankowiak, L.  Pettinaroli, Cardinaux et cardinalat, une élite à l’épreuve de la modernité (1775–1978). Réflexions autour d'un projet collectif, dans Rechtsgeschichte : Zeitschrift des Max-Planck-Instituts für europäische Rechtsgeschichte, 20, 2012, p. 363-365.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Laura Pettinaroli, « Introduction : les approches du cardinalat entre histoire, droit, théologie et archivistique », Mélanges de l’École française de Rome - Italie et Méditerranée modernes et contemporaines [En ligne], 127-2 | 2015, mis en ligne le 10 novembre 2015, consulté le 22 juin 2017. URL : http://mefrim.revues.org/2296 ; DOI : 10.4000/mefrim.2296

Haut de page

Auteur

Laura Pettinaroli

Institut Catholique de Paris - Unité de recherche Religion, culture et société EA 7403 - l.pettinaroli@icp.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© École française de Rome

Haut de page
  • Logo École française de Rome
  • Revues.org