Navigation – Plan du site
L’enseignement des langues et de l’histoire en Allemagne, en Italie et en France, XIXe-XXe siècles : formation des maîtres, pratiques professionnelles et enjeux politiques

Les lecteurs d’italien dans les universités françaises pendant le fascisme : des stratégies contrariées d’influence par la langue

Jérémie Dubois

Résumés

Cet article envisage le rôle complexe des lecteurs d’italien dans les universités françaises dans les années 1920 et 1930. La diplomatie de l’Italie fasciste a essayé de les utiliser comme des vecteurs d’influence politique en France. Durant la période, deux types de recrutement ont coexisté. Certains lecteurs étaient sélectionnés et payés par les universités françaises et d’autres étaient envoyés et contrôlés par l’Italie fasciste. Dans certains cas, comme à Dijon ou à Nancy, les universités acceptèrent l’arrivée de lecteurs d’italien car elles voyaient là une possibilité d’élargir leur offre de cours de langues. Dans d’autres cas, comme à Grenoble, l’option choisie consista à recruter les lecteurs directement sur une base locale pour prévenir les ingérences politiques. La relation entre les professeurs français d’italien et les lecteurs d’italien peut être éclairée par des rapports conservés aux archives du ministère italien des affaires étrangères.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Matard 1988.
  • 2 Cette contribution s’appuie notamment sur une enquête plus large sur l’enseignement de l’italien e (...)
  • 3 Forlin 2013, p. 193.
  • 4 Sur le milieu des italianisants en France et le fascisme, voir Fournier-Finocchiaro 2010.

1Le régime fasciste italien a mené une politique de la langue inégalement couronnée de succès. Cette politique a possédé plusieurs dimensions. Elle a visé à influer sur les usages de la langue italienne elle-même, pour en modifier la structure, comme l’a montré Marie-Anne Matard-Bonucci à travers l’examen des tentatives fascistes destinées à supprimer le pronom « lei » comme formule de politesse1. Elle a également pris la forme d’une politique destinée à utiliser l’enseignement de la langue italienne à l’étranger comme un outil d’influence dans les relations internationales2. Il convient toutefois de ne pas en surestimer a posteriori la cohérence d’ensemble puisque, comme l’a fait remarquer récemment Olivier Forlin, l’ambition consistant pour l’Italie fasciste à unifier politiquement et culturellement un ensemble dont elle aurait été le cœur ne saurait être vue comme un projet unique, reposant sur une « vision politique cohérente tenant compte des moyens nécessaires à sa concrétisation3 ». La part des tâtonnements, des ajustements, des revers et des désaccords mêmes entre les acteurs fascistes doit ainsi être prise en compte pour rendre compte des aléas d’une stratégie sans cesse redéfinie4. À cet égard, la question de la perception et de l’utilisation des « lecteurs d’italien » enseignant dans les universités françaises par les différents représentants du pouvoir fasciste aide à comprendre dans quelle mesure des moyens ont été effectivement déployés pour atteindre des buts stratégiques.

  • 5 Poupault 2013 ; Grillère-Lacroix 2014.

2Par l’expression « lecteurs d’italien » nous entendons évoquer des enseignants de langue maternelle italienne qui interviennent dans une université française pour y dispenser des cours de langue étrangère. Le titre de « lecteur d’italien » masque l’hétérogénéité de leurs positions puisqu’un lecteur d’italien dans l’entre-deux-guerres peut être statutairement employé par une université française, comme il peut à l’inverse être détaché du ministère italien de l’Instruction publique pour exercer sur les crédits du ministère italien des affaires étrangères. Selon les autorités hiérarchiques dont ils dépendent, les lecteurs n’ont ni les mêmes profils de formation, ni les mêmes missions. Certains viennent directement d’Italie pour exercer en France, tandis que d’autres sont déjà installés dans la ville universitaire depuis plusieurs années lorsqu’ils sont chargés de ces fonctions. Cette hétérogénéité s’observe encore au plan politique : certains lecteurs promeuvent activement l’idéologie du régime, tandis que d’autre sont beaucoup plus éloignés du fascisme. Envisager les rapports universitaires, diplomatiques et culturels entre l’Italie fasciste et la France au prisme des lecteurs d’italien permet d’adopter une perspective d’histoire culturelle et sociale de l’enseignement supérieur pour mettre à l’épreuve l’idée selon laquelle les lecteurs de langue étrangère occuperaient toujours un statut d’acteurs socialement « dominés » dans l’espace universitaire. Il s’agit de voir comment le contexte spécifique du fascisme a temporairement renforcé la position de certains lecteurs d’italien en France, avant qu’il ne la complique, parfois fortement, lorsque les relations franco-italiennes se détériorent à la fin des années 1930 dans un contexte de revendications territoriales de l’Italie sur des espaces français5. La démarche vise à comprendre le fonctionnement du système universitaire français à partir de la façon dont ce système est perçu et utilisé par l’État fasciste et dont il réagit à ses initiatives.

  • 6 Pretelli 2010, p. 24.
  • 7 Forlin 2013, p. 187-188.

3Deux aspects de la politique extérieure fasciste s’entrecroisent à propos des lecteurs d’italien en France : l’une d’elle relève de ce que l’historien italien Matteo Pretelli désigne comme un « programme organique6 » mis en place par Mussolini pour contrôler les Italiens à l’étranger, même lorsqu’ils ne dépendent pas de l’État fasciste ; l’autre relève d’une démarche plus directe, correspondant à l’envoi dans les universités françaises d’émissaires rétribués et choisis par l’État fasciste, au nom de la promotion de la langue et de la culture italiennes. L’examen du statut et des activités des lecteurs d’italien en France dans la première moitié du XXe siècle permet ainsi de contribuer à deux débats historiographiques actuellement très vifs, portant l’un sur la continuité ou non de la politique extérieure de l’Italie libérale et de l’Italie fasciste et l’autre sur le poids des inflexions politiques internes au fascisme au fil des deux décennies durant lesquelles il occupe le pouvoir à Rome7. Peut-on considérer que le fascisme italien réoriente la politique antérieure de l’Italie vis-à-vis des lecteurs d’université en France ? Comment tente-t-il d’utiliser ces enseignants aux multiples statuts au service de sa propagande ? Dans quelle mesure y parvient-il ?

4La politique d’influence fasciste vis-à-vis des lecteurs a pris des formes indirectes vis-à-vis des lecteurs payés sur des crédits français. Elle se double à la fin des années 1920 d’une stratégie plus interventionniste, visant à envoyer des émissaires dans les universités françaises. Dès lors, l’action universitaire et extra-universitaire des lecteurs d’italien devient progressivement un enjeu des relations franco-italiennes.

Les lecteurs d’italien dans les universités françaises préexistent au régime fasciste mais l’État mussolinien s’y intéresse davantage que l’Italie libérale

Dès l’aube du XXe siècle, des lecteurs interviennent comme auxiliaires d’enseignants français

  • 8 Le premier lecteur d’italien en France, Ferdinando Neri est un ancien élève des universités de Tur (...)
  • 9 Pesenti-Rossi 1997, p. 259.
  • 10 Bulletin Italien, 1904, p. 330.

5Les facultés des lettres de Grenoble, Paris et Strasbourg ont en commun d’avoir institué un lectorat d’italien dès avant la prise du pouvoir par Mussolini. Pionnière en France, l’université de Grenoble a créé en 1904 un poste de lecteur d’italien8, pour compléter les enseignements donnés par un enseignant français, Henri Hauvette. Lorsque ce dernier est nommé à la Sorbonne, en 1906, il obtient que son lecteur de Grenoble le suive à Paris. Enfin, un poste de lecteur à Strasbourg a été instauré au lendemain de la Grande Guerre, à l’initiative de la faculté des lettres9. À l’origine, le lecteur est chargé d’exercices pratiques de traduction, rédaction et conversation en italien, tout en contribuant à l’enseignement philologique et littéraire10, sous le contrôle direct du titulaire français.

  • 11 Lettre de Gabriel Maugain à Julien Luchaire, 14 novembre 1911, Archives de l’Institut français de (...)

6À Grenoble, Paris et Strasbourg, les lecteurs d’italien ont été constamment choisis et rémunérés par les universités françaises, du début du XXe siècle à la Deuxième Guerre mondiale : l’instauration du fascisme outremonts ne représente donc pas de ce point de vue une césure visible. En revanche, l’intérêt de la diplomatie fasciste pour les lecteurs d’italien est beaucoup plus fort que celui que manifestait l’Italie libérale. Dans la première décennie du XXe siècle, le gouvernement italien ne semble ainsi pas avoir considéré les lecteurs d’italien en France comme de potentiels vecteurs stratégiques de diffusion de la langue et de la culture italienne en France. À ce moment-là, l’Italie privilégie d’autres façons de mener sa politique de la langue, comme le soutien financier à des écoles italiennes, destinées à des enfants de l’immigration transalpine. Les échanges entre Gabriel Maugain et Julien Luchaire en 1911 pour remplacer le lecteur Cugiani à l’université de Grenoble montrent que ces universitaires français doivent s’organiser seuls pour trouver un Italien susceptible de venir donner des cours en Isère. Leurs efforts pour impliquer le gouvernement italien dans l’entreprise restent vains, si bien que Maugain, qui enseigne l’italien à la faculté des lettres de Grenoble, prie Julien Luchaire, alors directeur de l’institut français de Florence, de lui envoyer un lecteur italien, auquel il donnerait le statut de boursier de l’Institut français de Florence11.

7Tout se passe comme si les lecteurs d’italien n’étaient pas encore identifiés comme utiles à la politique culturelle et universitaire de l’Italie libérale en France. La rupture qui s’opère ensuite est toutefois progressive, puisque la politique active d’envois de lecteurs aux frais de l’Italie en France n’est tentée qu’à partir de la fin des années 1920, au moment où s’affirme l’idéologie érigeant une « italianité » fasciste en modèle de civilisation. Il serait toutefois erroné de penser que les efforts des fascistes pour introduire leurs émissaires dans les amphithéâtres d’italien vaudraient pour tout le territoire national. En réalité, des modèles différents d’influence coexistent durablement en fonction des contextes.

L’Italie fasciste a cherché avec un succès inégal à instrumentaliser les lecteurs d’italien employés par des universités françaises

  • 12 L’agrégation d’italien existe depuis 1900 en France : elle permet d’obtenir une chaire en lycée.

8L’Italie fasciste s’intéresse tôt aux lecteurs d’italien employés par des universités françaises. Elle développe durablement vis-à-vis d’eux une politique d’influence et d’instrumentalisation, qui relève cependant d’un modèle précaire et presque « artisanal » puisqu’elle n’a pas sur eux d’autorité directe, n’étant pas leur employeur principal. La diplomatie italienne se livre ainsi à un exercice d’équilibrisme ou de funambulisme, tant le lien entre un lecteur d’italien employé par la France et la diplomatie de l’État fasciste est jugé aussi important que fragile. Ce lien ne tient souvent qu’à un fil, celui du bon vouloir du lecteur qu’il faut sans cesse gagner à la cause, par différents stratagèmes. Les efforts déployés en amont auprès des universités pour influencer le choix des lecteurs qu’elles vont recruter, de même que les cadeaux ou les charges annexes confiées à des lecteurs employés par la France s’expliquent par la fonction très stratégique des lecteurs, à l’interface entre deux mondes. Le paysage de l’enseignement de l’italien en France est en effet très fortement polarisé entre deux univers dans les années 1920 et 1930. Il est possible d’apprendre l’italien par des canaux scolaires et universitaires, c’est-à-dire dans un cadre français, diplômant, avec des professeurs qui sont souvent des fonctionnaires agrégés12. Comme fonctionnaire, l’agrégé doit détenir la nationalité française. L’autre pôle de diffusion de la langue italienne consiste en un enseignement organisé par des Italiens, soit dans le cadre d’écoles financées par l’Italie et gérés par la diplomatie italienne, soit dans le cadre d’associations comme la Société Dante Alighieri. Les deux modèles d’organisation sont donc structurellement distincts. Une sorte de frontière nationale oppose les deux univers, entre langue italienne transmise par des Français principalement à des Français et vecteurs italiens de diffusion de la langue transalpine s’adressant en bonne partie à des Italiens, enfants ou adultes. Le lecteur d’italien se situe à l’interface entre les deux univers nationaux, ce qui lui donne un rôle sans équivalent.

Les lecteurs d’italien employés par la France font l’objet de pressions indirectes

9Les cas de Grenoble, Paris, Strasbourg montrent comment une même situation de subordination du lecteur d’italien à un employeur français n’a pas toujours eu les mêmes incidences sur ses rapports avec la diplomatie fasciste.

  • 13 Voir la dédicace à P. Ronzy en ouverture de la thèse publiée. Busnelli 1925.
  • 14 Pour un compte rendu de la soutenance, voir Ronzy 1926.
  • 15 Fiche individuelle de renseignement, non datée [1933], Archives historiques du ministère italien d (...)
  • 16 Ibid., Notice individuelle de renseignement établie par le vice-consul d’Italie à Grenoble, non da (...)
  • 17 Ibid.

10Durant tout l’entre-deux-guerres, l’université de Grenoble gère directement ses lecteurs d’italien. Manlio Duilio Busnelli, recruté en 1922 comme lecteur, est en fait un étudiant de l’université française. Élève de l’universitaire grenoblois Pierre Ronzy13, il soutient en mai 1925 une thèse sur les liens entretenus par Diderot avec l’Italie14. Busnelli resta en poste à Grenoble durant douze ans, jusqu’en juin 1934. Durant tout son service à Grenoble, il est payé sur des crédits universitaires français15. Il exerce alors à la fois à la faculté des lettres et à l’Institut commercial de la faculté de droit16. Sa position à Grenoble était particulièrement intéressante pour les autorités diplomatiques italiennes locales. Bien intégré à la faculté, il contribuait parallèlement à la propagande fasciste. Ainsi, en liaison avec le vice-consulat d’Italie, il contribue en février 1927 à la création du fascio de Grenoble, par l’intermédiaire duquel il s’inscrit au parti national fasciste17.

  • 18 Lettre du vice-consul d’Italie à Grenoble au consul d’Italie à Chambéry, 12 juin 1934, ibid.

11Le statut personnel de Manlio Duilio Busnelli est délicat car, ayant été très tôt dans sa carrière engagé par la France comme lecteur, il n’appartient à aucune administration italienne18. N’étant que peu payé à Grenoble – il reçoit environ 760 francs par mois en 1934 – il décide de renoncer à enseigner l’italien en France pour devenir professeur de français à l’académie navale de Livourne. La réaction du vice-consul de Grenoble envers ce projet est révélatrice du rôle joué par Busnelli en Isère. Le diplomate alerte son ministère de tutelle sur les dommages que le départ du lecteur pourrait causer à l’œuvre de propagande italienne dans les milieux culturels grenoblois, où Busnelli est à la fois conseiller du comité local de la Société Dante Alighieri et inspecteur des écoles italiennes de Grenoble. Le vice-consul s’en explique ainsi :

  • 19 Lettre du vice-consul d’Italie à Grenoble au consul d’Italie à Chambéry, 12 juin 1934, ibid.

12La situation est d’autant plus préoccupante, qu’étant données les opinions politiques qui prévalent au sein du conseil académique, il est pratiquement certain que sera appelé à Grenoble, en remplacement de Busnelli, un enseignant ouvertement et intimement antifasciste. À ce sujet, le titulaire de la chaire d’italien a d’ailleurs déjà déclaré qu’il n’accepterait jamais quelqu’un qui serait choisi et envoyé par notre gouvernement 19

  • 20 Ibid.
  • 21 Lettre du ministère des Affaires étrangères italien, signée par Pullino, au vice-consul de Chambér (...)

13S’il existe au printemps 1934 deux professeurs titulaires d’italien à Grenoble, Henri Bédarida et Pierre Ronzy, les propos du vice-consul laissent bien entendre qu’une unité de vue se dégageait parmi les enseignants de la faculté des lettres, sans quoi il se serait empressé de signaler une faille dans l’hostilité vis-à-vis du fascisme. Aussi le diplomate ne voit-il qu’une seule solution susceptible de sauvegarder les intérêts de la propagande fasciste locale : assurer le maintien en poste de Busnelli en lui confiant des charges rémunérées, comme des cours d’italien pour les étrangers ou la responsabilité de créer un Institut culturel italien à Grenoble20. Mais bien que le ministère ait envisagé en juillet 1934 de soutenir financièrement Busnelli21, celui-ci a alors déjà rejoint son poste à Livourne.

14Ces éléments sont extrêmement importants pour comprendre dans quel contexte s’est opéré le recrutement à l’université de Grenoble de celui qui devait devenir l’un des plus importants spécialistes de Stendhal au XXe siècle, Vittorio Del Litto. C’est en effet lui qui devient lecteur à l’université de Grenoble à partir de l’année 1934-1935. Son nom est quelquefois mentionné dans la correspondance diplomatique avec Rome, mais il ne semble pas avoir entretenu de liens directs avec le ministère des Affaires étrangères italien dans l’entre-deux-guerres, à la différence de son prédécesseur. Vittorio Del Litto devait rester lecteur d’italien à Grenoble jusqu’à la Deuxième Guerre mondiale et occuper ensuite une chaire de professeur de littérature française et comparée à l’université de Grenoble.

  • 22 Notice individuelle non datée [1932], ASMAE, D.G.I.E. A.S., 1920-1955, b. 463, « A. ROSA ».
  • 23 Ibid., Lettre du consul général d’Italie à Paris, Cameroni, à Fransoni, chargé d’affaires à l’amba (...)
  • 24 Ibid.

15Tandis que certaines universités connaissent une succession de lecteurs d’italien aux profils variés, celle de Paris n’en compte que deux au premier XXe siècle. Après le départ de Ferdinando Neri, Antonio Rosa est recruté par la Sorbonne en 1908. Il resta en fonction jusqu’à la Seconde Guerre mondiale. Comme à Grenoble, le financement du poste de lecteur est assumé par le ministère français de l’Instruction publique22. Antonio Rosa, n’est pas né en Italie mais à Trieste en 1871, la ville appartenant alors à l’Empire des Habsbourg. Il a obtenu à Venise un diplôme en philologie et n’appartient à aucun cadre de l’enseignement italien. Il a été recruté sur la proposition d’Henri Hauvette23. Il est chargé à partir de 1920, en plus de ses fonctions de lecteur, d’un cours de grammaire historique à la Sorbonne24.

  • 25 Voir notamment la lettre de Guido Fabris, président du comité des écoles italiennes de Paris, à Pi (...)
  • 26 Fiche de renseignement du ministère des Affaires étrangères italien, 1938-1939, ASMAE, D.G.I.E. A. (...)

16La situation administrative de Rosa à la Sorbonne lui a permis de n’être pas statutairement contrôlé par l’ambassade d’Italie à Paris et de pouvoir rester en fonction malgré les vigoureuses attaques politiques dont il fait l’objet dans les milieux fascistes parisiens25. Contrairement au grenoblois Busnelli, Rosa n’est pas membre du parti fasciste dans l’entre-deux-guerres. Lorsqu’il répond en 1938-1939 à un questionnaire du ministère des Affaires étrangères italien que sa demande d’inscription au Parti national fasciste est « en cours 26», la formule a sans doute un caractère dilatoire qui marque son faible empressement à rejoindre les rangs du parti de Mussolini.

  • 27 Pesenti-Rossi 1997, p. 259.
  • 28 Lettre du consul d’Italie à Strasbourg au ministère des Affaires étrangères italien, 27 avril 1927 (...)
  • 29 Ibid.

17À Strasbourg, Gabriel Maugain, professeur puis doyen de la faculté des lettres, possède la haute main sur l’organisation du lectorat d’italien, institué à la suite d’une délibération du conseil de l’université en 191927. La règle en Alsace semble avoir été le financement français du salaire du lecteur d’italien, qui se monte en 1927 à 800 francs par mois, la charge étant partagée entre la faculté des lettres et l’Institut supérieur de commerce de Strasbourg28. Un financement mixte par la France et par le gouvernement italien a toutefois été proposé par le consul d’Italie à Strasbourg. Il plaide en ce sens auprès du ministère des Affaires étrangères italien, soulignant que les lecteurs d’italien et d’espagnol, d’institution récente, sont défavorisés par rapport à leurs collègues d’autres langues, dont les statuts datent de l’époque où l’université de Strasbourg était allemande29. Rien ne laisse supposer que cette proposition ait été suivie d’effet.

  • 30 Pesenti-Rossi 1997, p. 259.
  • 31 Lettre du consul de Strasbourg au ministère des Affaires étrangères italien, 9 novembre 1932, ASMA (...)
  • 32 Lettre du consul de Strasbourg au ministère des Affaires étrangères italien, 9 novembre 1932. Ibid(...)
  • 33 Ibid.
  • 34 Lettre du consul d’Italie à Strasbourg au ministère des Affaires étrangères italien, 4 janvier 193 (...)
  • 35 Lettre du consul d’Italie à Strasbourg au ministère des Affaires étrangères italien, 31 janvier 19 (...)
  • 36 Ibid.

18Plusieurs personnes se succèdent à Strasbourg comme lecteurs dans l’entre-deux-guerres. M. Pagliai, nommé en 1922, démissionne rapidement30. Enzo Ferrari Della Torre, docteur ès lettres, lui succède à partir de janvier 1923. Il annonce qu’il quitte Strasbourg en novembre 193231. Son remplacement représente un enjeu politique. Le consul d’Italie à Strasbourg dit s’être mis immédiatement en relation avec les autorités universitaires locales, « dans le but d’éviter que le choix tombe sur une personne qui ne nous convienne guère32». L’université de Strasbourg a repoussé la tentative d’ingérence dans les affaires académiques, au grand dam du consul qui dit avoir été informé que la faculté disposait depuis longtemps de différentes candidatures et ne pouvait pour cette raison s’engager à accepter les noms qui pourraient lui être proposés par le gouvernement italien33. Le consul dit toutefois avoir eu l’assurance d’être tenu informé de la question et qu’aucune décision définitive ne serait prise sans qu’il soit tenu au courant. La volonté de l’université de conserver sa liberté de décision en matière d’emploi des lecteurs italiens ne signifie pas nécessairement que Gabriel Maugain ait veillé à éviter toute propagande fasciste dans les murs de l’université. Le consul de Strasbourg dit avoir été informé par Maugain en janvier 1933 qu’il nommerait à titre de lecteur temporaire Anor Bavai, docteur en droit et en sciences politiques, venu à Strasbourg pour compléter des recherches en droit international pour le compte de l’Institut de droit public de l’université de Padoue. Le consul ne se targue en aucun cas d’avoir suggéré le nom de ce lecteur, mais souligne qu’il a été pendant quatre ans le secrétaire politique du groupe universitaire fasciste de Macerata34. Par la suite, le consul devait tirer les enseignements du fait qu’il avait été mis devant le fait accompli dans le cas de Bavai et souligner qu’il serait préférable, « au moins en apparence 35», que les candidats recommandés par le gouvernement italien soient soutenus auprès de Gabriel Maugain non pas par les voies diplomatiques mais par les canaux universitaires italiens. Il propose ainsi que l’académicien Giulio Bertoni fasse directement part au doyen de la faculté des lettres de Strasbourg de sa volonté de voir recruter Francesco Ugolini, par ailleurs soutenu par le ministère italien des Affaires étrangères36. En réalité, c’est Glauco Natoli qui va être chargé d’enseigner l’italien comme lecteur à la faculté de Strasbourg. Il devait rester en poste jusqu’à la veille du déclenchement de la Deuxième Guerre mondiale.

À partir de la fin des années 1920, l’Italie a poursuivi simultanément une deuxième stratégie d’influence par la langue par le biais de lecteurs qu’elle se propose de financer directement

Cette politique de l’offre se heurte d’abord à des résistances

  • 37 Lettre du consul d’Italie à marseille, C. Barduzzi, au ministère des Affaires étrangères italien, (...)
  • 38 Ibid., Lettre du consul d’Italie à marseille, C. Barduzzi, au ministère des Affaires étrangères it (...)
  • 39 Ibid., Lettre du consul d’Italie à marseille, C. Barduzzi, au ministère des Affaires étrangères it (...)
  • 40 Ibid. Lettre du consul d’Italie à marseille au ministère des Affaires étrangères italien, 6 févrie (...)
  • 41 Ibid.
  • 42 Ibid., Lettre du consul d’Italie à marseille au ministère des Affaires étrangères italien, 19 avri (...)

19À la faculté d’Aix, la situation évolue au cours de l’entre-deux-guerres. Lorsqu’au printemps 1928, Massimo Spiritini, professeur à l’Institut technique Belzoni de Padoue est envoyé par le ministère des Affaires étrangères italien à Marseille pour travailler comme lecteur à la faculté d’Aix et pour surveiller les activités pédagogiques italiennes à Marseille, il est clair que son salaire doit provenir de crédits italiens37. Le consul note que Spiritini pourrait ainsi remplacer des « lecteurs non diplômés », sans préciser leur identité38. Il insiste sur la fonction de représentation du lecteur, qu’il souhaite voir envoyé au plus vite par les autorités italiennes pour qu’il puisse assister aux cérémonies en l’honneur de Pétrarque organisées à Fontaine-de-Vaucluse, le 6 mai 192839. Le consul plaide pour que le ministère augmente les crédits alloués au lecteur, la somme initialement envisagée ne pouvant lui permettre de vivre. Cette initiative italienne va se heurter à un refus de l’administration française. Le recteur de l’académie d’Aix, Henri Padé n’a pas voulu ouvrir officiellement un poste de lecteur40. Le consul estime qu’en interdisant à Massimo Spiritini d’exercer à la faculté, le recteur a obéi à « d’évidentes raisons politiques 41». Le diplomate met en avant le fait que l’administration française aurait tenu pour dangereuse la création de ce poste en Provence, dans une faculté fréquentée par des Italiens et des Corses. Le lecteur qui avait été pressenti par le gouvernement italien a finalement animé le journal L’Eco d’Italia, organe du fascio local à Marseille, en plus de son rôle d’encadrement des activités scolaires italiennes, ce qui montre bien que Rome avait voulu envoyer à la faculté des lettres d’Aix un propagandiste actif de la cause fasciste42. Cette tentative manquée montre que, entre le contexte de l’Italie libérale du début du siècle et celui du régime fasciste, la dynamique de l’offre et de la demande s’est inversée : là où naguère une université française sollicitait en vain de l’Italie un lecteur, c’est désormais l’inverse, une université française refusant d’accueillir en son sein un lecteur d’italien jugé suspect précisément parce qu’il serait envoyé et payé par Rome.

  • 43 Voir notamment la lettre du 4 mars 1930 envoyée par la direction générale de la sécurité publique (...)
  • 44 Ministère des Affaires étrangères italien, Appunto, Rome, 28 mars 1930, DGIE A.S. 1920-1955, b. 11 (...)

20Politique et pédagogie s’entrelacent encore étroitement lorsque l’université d’Aix décide finalement d’ouvrir un concours pour le poste de lecteur d’italien, en 1930. Le candidat classé premier est Umberto Segre. Cet ancien élève de l’ENS de Pise est considéré comme un antifasciste par les autorités italiennes, qui vont chercher à empêcher son recrutement par l’établissement français43. Elles semblent avoir eu gain de cause car c’est celui qui était classé second, Attilio Carnuletti, qui va finalement exercer à partir de mars 193044. Il resta en poste à Aix jusqu’à la Deuxième Guerre mondiale.

  • 45 Lettre du consul d’Italie à marseille, Valeriani, au ministère des Affaires étrangères italien, 16 (...)
  • 46 Ibid., Rapport adressé par le consul général d’Italie à marseille au ministère des Affaires étrang (...)

21À l’inverse de ce qui avait été envisagé pour Massimo Spiritini, Attilio Carnelutti est payé entièrement sur des fonds du ministère français. En 1932, il touche ainsi 7000 francs par an45. Ce retournement de situation s’explique sans doute par les efforts déployés par Maurice Mignon, qui enseigne alors la langue et la littérature italiennes à l’université d’Aix. C’est lui qui avait sollicité en 1928 le consul d’Italie à Marseille pour obtenir l’envoi d’un lecteur. Après l’échec de cette tentative, il avait cherché à convaincre ses collègues et surtout le recteur Padé, qui y était hostile, de la nécessité d’accueillir un lecteur. L’idée d’un financement et d’un contrôle français a sans doute contribué à lever les réserves que suscitait le projet46.

22Ainsi, dans les quatre facultés où au moins un universitaire français est spécialement chargé d’enseigner l’italien, la question du lectorat se résout dans un sens similaire : l’administration française assume la prise en charge financière de l’enseignant étranger, ce qui le place de fait sous la responsabilité hiérarchique du professeur titulaire français. Les déconvenues essuyées par les autorités fascistes dans leurs tentatives d’instrumentalisation indirecte des lecteurs vont les pousser à négocier au cas par cas la mise en place d’un système nouveau.

Une cible de choix pour la diplomatie fasciste : les universités dans lesquelles l’enseignement de l’italien n’est pas encore l’objet d’un enseignement régulier

  • 47 Cette notion est employée par la sociologue M.-P. Pouly pour analyser les écarts de situation entr (...)

23A partir du début des années 1930, des lecteurs d’italien sont envoyés par Rome pour créer de toutes pièces des foyers d’études italiennes dans des universités françaises où celles-ci n’avaient jusque-là pas droit de cité. Dès lors, ces lecteurs possèdent une fonction statutairement moins « ancillaire47 » que d’ordinaire puisque c’est sur eux que repose l’enseignement de la discipline dans une faculté, au lieu qu’ils apparaissent comme les simples facilitateurs du travail d’un titulaire français. Des lecteurs d’italien, financés entièrement par les crédits du ministère des Affaires étrangères fasciste vont être envoyés dans des établissements supérieurs français en émissaires de la langue, de la culture et de la pensée italiennes.

  • 48 Lettre du consul d’Italie à Dijon au ministre des Affaires étrangères italien, 14 mai 1932, ASMAE, (...)
  • 49 Récapitulatif de la carrière d’A. Caccavelli, non daté, ASMAE, A.S. 1920-1955, b. 95, A. Caccavell (...)

24On peut considérer qu’à Dijon, Nancy, Toulouse et Besançon, le gouvernement fasciste joue au cours des années 1930 un rôle clé d’impulsion et d’organisation d’un enseignement universitaire portant spécifiquement sur la langue et la culture italiennes. Le gouvernement de Rome n’agit évidemment pas dans une perspective désintéressée. C’est bien une volonté de permettre à l’Italie et aux idées du régime de gagner en influence qui sous-tend les efforts pour pénétrer et étoffer le maillage de l’enseignement supérieur français. Les lecteurs sont en fait chargés d’agir comme leviers et comme relais de la politique culturelle italienne. La politique consistant à financer entièrement un enseignant d’italien dans des universités françaises s’est mise en place à partir du début des années 1930 ; elle a pu être envisagée durant les années 1920, mais ne semble pas avoir été mise en œuvre réellement avant la nomination de Giuseppe Gerace à l’université de Dijon, en mai 193248. Les négociations préalables à cette nomination vont servir de modèle pour la création à la faculté des lettres de Nancy d’un lectorat confié à Alberto Caccavelli à partir de février 193349.

  • 50 Lettre de P. Parini au consul d’Italie à Dijon, 7 juillet 1931. ASMAE A.S., 1929-1935, b. 855, Dij (...)
  • 51 Condette, 2006, p. 351-352.
  • 52 Lettre du consul d’Italie à Dijon au ministère des Affaires étrangères italien, 10 juillet 1931, A (...)
  • 53 Le consul, dans le but de mieux convaincre sa hiérarchie romaine, indique que Dijon est sans doute (...)
  • 54 Lettre de P. Parini au consul d’Italie à Dijon, 7 novembre 1931, ASMAE A.S. 1929-1935, b. 855, Dij (...)
  • 55 Ibid., Lettre du consul de Dijon au ministère des Affaires étrangères italien, 11 décembre 1931.
  • 56 Lettre du ministère des Affaires étrangères italien (signature illisible) au consul d’Italie à Bor (...)

25L’initiative du projet de création d’un lectorat d’italien à Dijon vient directement de Rome : elle a été suggérée au consul d’Italie à Dijon par le directeur général des Italiens à l’étranger, le hiérarque fasciste Piero Parini en juillet 193150. Ce dernier veut essayer de profiter de la sympathie témoignée par le recteur de l’académie de Dijon, Adolphe Terracher, qui venait d’autoriser le consul à utiliser des locaux d’écoles primaires publiques dijonnaises pour y organiser des cours d’italien en dehors des heures ordinaires d’école. Terracher, recteur de l’académie de Dijon depuis 192551, va appuyer le projet d’un lectorat à Dijon, tout en précisant au consul que l’absence d’une chaire d’italien excluait de fait toute possibilité d’une contribution financière de l’université française. Il propose qu’une personne soit désignée, pour un an seulement et à titre d’expérimentation, par le gouvernement italien, qui en assurerait le financement complet52. Le consul souligne que le lecteur se constituerait facilement un public à l’université, l’italien étant enseigné dans deux lycées dijonnais53. Surtout, il voit dans l’institution d’un lecteur la possible préfiguration d’une véritable chaire universitaire, qui serait cette fois à la charge du gouvernement français, et qui placerait l’italien dans une situation similaire à l’anglais et à l’allemand à Dijon. En novembre 1931, Piero Parini donne son accord pour un financement du poste par le gouvernement italien. Il ajoute que, conformément à la proposition du consul, le ministère s’engageait à ce que Terracher soit invité à donner des conférences dans une université italienne, afin de le remercier pour sa bienveillance54. Terracher va effectivement jouer un rôle déterminant dans l’organisation de cette innovation dans les rapports culturels franco-italiens. C’est sur son initiative que le conseil de la faculté des lettres et le conseil universitaire ont accepté la proposition du gouvernement italien55. Jusqu’à la Deuxième Guerre mondiale, plusieurs lecteurs vont succéder à Giuseppe Gerace, lorsque celui-ci va être envoyé par le gouvernement italien à la faculté des lettres de Bordeaux en 1933-1934. Le recteur Terracher, qui avait quitté Dijon pour Bordeaux, avait souhaité que Gerace le rejoigne en Aquitaine56. Le ministère italien donnant son accord pour créer et financer un poste de lecteur à Bordeaux, Gerace va renforcer les cours d’italien donnés qu’Augustin Renaudet donnait en complément de ses cours d’histoire.

  • 57 Voir son acte de naissance, ASMAE, A.S., 1920-1955, b. 95, dossier personnel A. Caccavelli.
  • 58 Voir lettre de C. Merlo à P. Parini, 21 octobre 1932, ibid.
  • 59 Décret du ministre italien de l’Instruction publique, Ercole, 26 février 1933, ibid.

26À Nancy, le lectorat d’italien est assumé durant tout l’entre-deux-guerres par un seul enseignant. Alberto Caccavelli reste en poste dans l’université lorraine de février 1933 au 10 juin 1940. Comme son collègue de Dijon, il est nommé par le gouvernement italien. Alberto Caccavelli, né en 1905 à Lucera, dans la province de Foggia57, est un ancien élève de l’École normale supérieure de Pise. Il avait été appuyé auprès de Piero Parini par un de ses anciens professeurs de cette ville, l’universitaire Clemente Merlo58. Alors qu’il enseignait le latin et l’italien au lycée de Lecce, il a été mis à la disposition du ministère des Affaires étrangères pour exercer comme « lecteur de philologie romane » à l’université de Nancy59. Le décret du ministre de l’Instruction publique italienne le nommait dans ses fonctions pour une durée indéterminée.

La question de la certification de leurs cours a représenté un enjeu majeur pour les lecteurs appointés par l’Italie en France

  • 60 Lettre de P. Parini au consul d’Italie à Dijon, 14 juillet 1932, ASMAE, A.S., 1929-1935, b. 855, D (...)
  • 61 Rapport de G. Gerace, lecteur à l’université de Dijon, adressé Piero Parini, directeur général des (...)
  • 62 Voir la copie de cet arrêté du ministre de l’Education nationale A. Berthod, 3 mai 1934, ASMAE, A. (...)
  • 63 Ibid., Annexe de l’arrêté du 3 mai 1934.
  • 64 Lettre du consul d’Italie à Nancy au ministère des Affaires étrangères italien, 13 juin 1935, A.S. (...)

27L’explication de la longévité de Caccavelli à Nancy doit beaucoup à son action pédagogique. Pour les autorités italiennes, la question de la certification des cours donnés par les lecteurs est primordiale, puisqu’elle joue à la fois sur l’attractivité des cours et sur l’assiduité et le sérieux avec lesquels les enseignements sont suivis. À Dijon, dès 1932, Parini avait proposé d’échanger un engagement du gouvernement italien d’assurer la pérennité du financement d’un lecteur à l’université contre la mise en place d’une validation des cours du lecteur60. Ces efforts s’étaient soldés par la possibilité offerte aux étudiants de valider un certificat d’italien parmi les quatre devant être obtenus pour une licence de lettres61. Alberto Caccavelli, avec l’appui du doyen de la faculté des lettres de Nancy parvient pour sa part à obtenir, le 3 mai 1934, qu’un arrêté du ministre français de l’Education nationale crée un « diplôme de langue et littérature italiennes » spécifique à l’université de Nancy62. Il est précisé qu’aucune condition de grade ou de nationalité n’est exigée pour suivre l’enseignement, dont la durée est fixée à un semestre63. Ces dispositions ouvrent ainsi la voie à une fréquentation des cours d’italien non seulement par des étudiants de différentes disciplines, mais aussi par un public plus large, appartenant notamment à la bourgeoisie locale. L’examen, qui comporte des épreuves écrites et orales, se déroule devant un jury de trois membres, choisis par le doyen. L’université française y gagne sur le plan matériel, puisque les personnes qui veulent préparer ce diplôme doivent régler auprès d’elle différents droits d’immatriculation, d’exercices pratiques et d’examen – alors même que le financement du principal acteur de ce diplôme reste assuré par la diplomatie italienne. Au plan symbolique, c’est surtout la diplomatie italienne qui est renforcée par ce nouveau dispositif. Le consul d’Italie à Nancy est officiellement invité par le doyen de la faculté des lettres, M. Laurent, à assister à ses côtés aux épreuves de la première session de ce diplôme en juin 193564. Le jury est constitué par les professeurs Frère et Bulard et par le lecteur Caccavelli, qui participe ainsi directement au processus de collation d’un titre, qu’il co-signe avant qu’il soit délivré sous le sceau de l’université de Nancy par le recteur.

  • 65 Lettre du consul d’Italie à Nancy au ministère des Affaires étrangères, datée du 25 mars 1935 et t (...)
  • 66 Voir par exemple la lettre de Pullino au consul d’Italie à marseille, 5 juillet 1935, ASMAE, A.S., (...)
  • 67 Lettre du consul d’Italie à Strasbourg au ministère des Affaires étrangères italien, 23 juillet 19 (...)

28Parallèlement, un diplôme supérieur de langue et littérature italiennes de l’université de Nancy est créé par décision du recteur d’académie en mars 1935. Ce diplôme se distingue du précédent en ce qu’il implique de suivre une année d’enseignement et qu’il nécessite la production d’un travail original d’une centaine de pages, sur une question de langue ou de littérature italienne, le thème étant choisi en accord avec l’enseignant et le doyen65. Une circulaire est envoyée depuis Rome par la direction des Italiens à l’étranger, pour pousser les consuls des différentes villes où un lecteur est institué à réclamer des dispositions similaires auprès de leur établissement66. Ces efforts vont parfois porter, mais ils se heurtent à une ferme résistance dans certaines universités où l’italien ne repose pas sur le seul enseignement d’un lecteur. À Strasbourg, lorsque le consul a sondé Gabriel Maugain sur l’opportunité de créer des diplômes s’inspirant du modèle nancéen, celui-ci lui a répondu qu’une telle initiative serait absolument superflue dans son université, où l’enseignement de l’italien est officiel et où sont décernés des diplômes ayant valeur légale, comme les certificats d’études pratiques, philologiques et littéraires (conduisant à la licence d’italien), le diplôme d’études supérieures d’italien ou le doctorat. Maugain souligne également que des cours de préparation à l’agrégation sont organisés à l’université67. Le doyen de la faculté des lettres voyait certainement d’un œil très réservé le développement de « diplômes supérieurs de langue et littérature italiennes », susceptibles de provoquer des confusions avec le « diplôme d’études supérieures d’italien », ou DES, préparé dans sa faculté suivant des normes définies à échelle nationale, et soumis à des conditions d’obtentions plus contraignantes.

  • 68 Lettre de G. Gobbio, consul d’Italie à Dijon, au ministère des Affaires étrangères italien, 19 jui (...)
  • 69 Ibid., Lettre de Parini à G. Gobbio, consul d’Italie à Dijon, 11 juillet 1934.
  • 70 Ibid., Lettre de Parini au ministère de l’Instruction publique italien, 26 juillet 1934. Cette rét (...)
  • 71 Rapport du lecteur R. Paladino au ministère des Affaires étrangères italien, juillet 1935, ASMAE, (...)

29Le ministère italien des Affaires étrangères, en cherchant à déployer une politique de présence dans les établissements supérieurs français, conserve un souci de gestion de ses crédits. Il se montre sélectif dans les lieux où il décide de financer la présence d’un lecteur. Lorsque le recteur de Besançon sollicite l’attribution d’un enseignant, le consul d’Italie à Dijon prend fait et cause pour la proposition68. Cela lui vaut des reproches de la part de son ministère qui lui signifie qu’il ne devait pas prendre position sur ce type de question, sans y avoir été préalablement autorisé69. Parini considère en effet que « l’importance secondaire » de l’université de Besançon ne justifie pas l’envoi d’un enseignant aux frais du gouvernement italien70. Il se borne à envisager la mise à disposition d’un enseignant aux frais de l’université d’accueil. La solution finalement trouvée va consister à faire intervenir le lecteur de Dijon à l’université de Besançon, à partir de l’année 1934-193571.

  • 72 Rapport de G. Gerace, lecteur d’italien à la faculté des lettres de Bordeaux, année 1934-1935, ACS (...)
  • 73 Lettre du consul d’Italie à Toulouse à l’ambassadeur d’Italie en France, 1er mars 1934, ASMAE, A.S (...)
  • 74 Ibid., Lettre du consul d’Italie à Toulouse au ministère des Affaires étrangères italien, 18 décem (...)
  • 75 Ibid., Lettre du consul d’Italie à Toulouse au ministère des Affaires étrangères italien, 19 décem (...)
  • 76 Curriculum vitae de P. Renucci, Archives privées Lucienne Portier, chez Mme Lagarrigue, Courbevoie

30La stratégie du gouvernement italien vis-à-vis de ses lecteurs servant en France comme dans d’autres pays est très claire : les lecteurs réunis à Rome en 1934 se sont entendus dire que leur mission ne consistait pas seulement à enseigner la langue et la culture italiennes, mais aussi à faire en sorte que, dans les cinq ans, les pays concernés prennent en charge sur leurs budgets le financement de la diffusion de l’italien72. Cette volonté place en France les lecteurs d’italien dans un rôle de créateurs d’une demande sociale locale, susceptible d’être ensuite satisfaite par des agrégés d’italien. C’est nettement le cas à Toulouse où Salvatore Gaetani est nommé lecteur à l’université aux frais de l’Italie en février 193473. Au début de l’année 1936, il accepte de donner bénévolement des cours d’italien dans les lycées de garçons et de filles de Toulouse74. Le consul d’Italie à Toulouse note que 250 élèves se seraient immédiatement montrés intéressés, dépassant ainsi largement les possibilités des cours pouvant être ouverts75. Les chiffres donnés par le diplomate à son administration peuvent avoir été gonflés pour mieux répondre à l’objectif de diffusion large de la langue italienne, néanmoins, les efforts du lecteur pour susciter et mettre à jour une demande de cours en italien dans les lycées ont largement dû favoriser la décision ministérielle consistant à ouvrir un nouveau poste et à affecter Paul Renucci comme professeur d’italien au lycée de Toulouse immédiatement après sa réussite à l’agrégation, à la rentrée 193676.

31Dans la mesure où des lecteurs interviennent aussi à Clermont-Ferrand, Lyon et Rennes, la répartition géographique des lecteurs d’italien est France est de plus en plus étendue au fil des années 1930 et ces lecteurs ne se contentent pas d’exercer leurs fonctions au sein des universités. Ils participent souvent activement à la vie sociale et politique de leurs villes.

Le rôle politique et social du lecteur d’italien à l’intérieur et à l’extérieur des universités françaises

La recherche d’une notabilité universitaire par le biais de conférences de lectures dantesques

  • 77 Lettre du consul d’Italie à Toulouse au ministère des Affaires étrangères italien, 4 juin 1934, AS (...)
  • 78 Ibid.
  • 79 Lettre du consul de Nancy au ministère des Affaires étrangères, 15 mars 1935, ASMAE, A.S., 1929-19 (...)
  • 80 Non signé, « Les conférences. Reprise des conférences sur Dante », in La petite Gironde, Bordeaux, (...)
  • 81 Le guetteur du donjon, « Feuillets toulousains. Nous lisons Dante avec le professeur S. Gaetani », (...)
  • 82 Lettre du consul de Dijon au ministère des Affaires étrangères, 19 juin 1934, ASMAE, A.S., 1929-19 (...)
  • 83 J. Godfrin, « Inauguration des lectures dantesques à l’université », coupure de presse non datée e (...)

32La mission des lecteurs, comme en témoignent les différents rapports qu’ils transmettent régulièrement à Rome, intègre plusieurs dimensions. Un premier objectif semble être d’acquérir une certaine notoriété dans la ville où ils sont en poste. Le consul de Toulouse salue ainsi l’activité « mondaine » déployée par Salvatore Gaetani dans le cadre des Lecturae Dantis fondées par ce dernier à l’Institut des études méridionales de la ville77. Le consul se félicite que le lecteur participe, par ce cycle de conférences et de lectures de textes de Dante, au développement d’une « œuvre d’italianité78 ». En mars 1935, Alberto Caccavelli fait de même à Nancy79, tandis que des lectures dantesques sont aussi organisées à Bordeaux par Giuseppe Gerace entre 1937 et 194080. L’un des enjeux tient à la visibilité du lecteur dans la ville et à la possibilité pour lui d’acquérir un statut de notable. Comme les Français comptent pour une bonne part de l’auditoire, aux côtés d’Italiens81, il est utile que le lecteur puisse s’exprimer facilement en français. Lorsque ce n’est pas le cas, comme pour Raffaello Paladino à Dijon en 1934, le consul ne manque pas de se plaindre auprès du ministère que l’enseignant d’italien manque de rayonnement dans la ville – ce qui débouche sur son remplacement82. L’insertion des lecteurs d’italien dans les sociétés des villes où ils résident passe souvent par le biais des comités locaux France-Italie. C’est sous l’égide de cette structure qu’Alberto Caccavelli organise ses « cours dantesques ». Le secrétaire général de l’association, Jean Godfrin, est en contact épistolaire avec Maurice Barrès ; il rend compte de la première conférence du lecteur d’italien en reprenant l’idée du romancier nationaliste français selon laquelle Dante était une pierre du barrage contre la pensée germanique83.

Des relais locaux de la politique extérieure fasciste

33Le deuxième objectif, lié au précédent, consiste à faire du lecteur un agent d’influence dans les milieux intellectuels et politiques français, en utilisant au maximum son image universitaire et savante. Elle lui permet d’articuler son action avec le consul local, qui est souvent son supérieur hiérarchique direct, sans être considéré comme l’agent politique d’une puissance étrangère. Cette participation des lecteurs à la pénétration des idées fascistes dans la société et l’université françaises s’observe à différents moments de l’entre-deux-guerres.

  • 84 Fiche de renseignement sur G. Maugin (sic), non signée, (probablement établie sous l’autorité du c (...)
  • 85 Ibid.
  • 86 Lettre du consul de Strasbourg au ministère des Affaires étrangères italien, 21 novembre 1934, ibi (...)
  • 87 Voir l’article nécrologique sur G. Natoli par C. Dédéyan, dans la Revue des Etudes Italiennes d’av (...)
  • 88 Pour une mise en perspective de la notion de « hiérarchie des objets d’étude », voir dans ce même (...)

34Ce rôle politique semble avoir été facilité par le fait que souvent, le lecteur d’italien est chargé d’enseigner la littérature ou la civilisation la plus contemporaine. À Strasbourg, le lecteur Anor Bavai, dont on a vu les engagements antérieurs fascistes, a intégré une série de conférences sur le fascisme dans ses cours de littérature contemporaine, sans que Maugain s’y soit opposé. Le consul de Strasbourg voit là une preuve de la relative bienveillance de Maugain vis-à-vis du régime italien, tout en soulignant que ce dernier est avant tout d’esprit farouchement français et qu’il s’intéresse surtout à des siècles plus éloignés de l’époque contemporaine84. Tandis que le professeur français consacre la plupart de ses cours sur la littérature italienne à Dante et aux principaux aspects des XVe et XVIe siècles85, le programme d’enseignement du nouveau lecteur, Glauco Natoli, en 1934-1935, doit comporter, au second semestre, un cours d’études pratiques ayant pour objet l’histoire de l’Italie au cours des vingt dernières années. Le consul d’Italie à Strasbourg, qui rapporte à son ministère que ce cours doit insister sur « l’État mussolinien, les accords du Latran, les réalisations du fascisme en Italie et dans le monde86 », laisse bien entendre qu’il y voit une contribution à l’œuvre de propagande. Si cette intention d’utiliser le lecteur ne fait pas de doute, il faut rester prudent sur l’attitude effective de Glauco Natoli, tant le consul et le lecteur ont intérêt à donner l’image d’une propagande efficace pour satisfaire Rome, sans que le cours sur le fascisme ait nécessairement été philofasciste. Le lecteur nommé par l’université de Strasbourg serait en effet arrivé à Strasbourg en étant « en difficulté avec le gouvernent fasciste 87» ; il a pu vouloir donner des gages de son soutien au régime auprès des autorités italiennes locales sans que cela ne corresponde à son activité réelle, que le consul n’a de surcroît par les moyens de contrôler entièrement puisque le lecteur est rémunéré par l’université. En tous les cas, le titulaire français ne se réserve pas la question très sensible de l’époque contemporaine, ce qui renvoie aussi à une hiérarchie du prestige des objets d’étude et d’enseignement dans laquelle le passé plus lointain est jugé davantage culturellement consacré et légitimant dans l’université française que la période récente88.

  • 89 Rapport de G. Gerace, lecteur à la faculté des lettres de Bordeaux, à P. Parini, directeur général (...)

35L’activité fascisante du lecteur d’italien est bien mieux établie à l’université de Bordeaux. Durant l’année 1934-1935, Giuseppe Gerace, qui avait été muté de Dijon à Bordeaux, organise plusieurs conférences de propagande fasciste dans le cadre du comité France-Italie de Bordeaux, présidé par le recteur de l’académie, Terracher. À l’invitation de ce dernier, Gerace prononce une conférence inaugurale sur le thème du « climat moral de l’Italie contemporaine89 ». Gerace intègre ensuite dans ce cycle de conférence un de ses anciens condisciples de l’Institut oriental de Naples, Arturo Assante, correspondant en Campanie du journal fasciste Il Popolo d’Italia, qui prononça ainsi à l’université une série de trois conférences sur le corporatisme italien. Ces interventions semblent bien avoir été perçues non comme des exposés savants mais comme des activités de propagande, puisque Gerace souligne les résistances que le recteur Terracher a rencontrées pour les organiser.

  • 90 ibid.

36Je l’ai vu affronter tranquillement et avec la conscience sereine des sympathisants pour le régime fasciste l’hostilité malveillante de quelques éléments académiques, qui n’acceptaient pas que ma conférence et celles d’Assante aient lieu dans les murs de l’université. Et tout s’est finalement passé pour le mieux 90.

  • 91 Gerace - Assante, 1935.
  • 92 Voir Condette 2006 p. 351. Terracher a contribué au transfert de l’université de Strasbourg à Cler (...)
  • 93 Lettre du consul d’Italie à Dijon, b. D’Acunzo, au ministère des Affaires étrangères italien, 9 av (...)

37Les conférences de Gerace et Assante ont été publiées à Naples et à Bordeaux avec une préface du recteur Terracher sous le titre L’État fasciste91. L’intérêt principal de cette publication ne tient pas principalement à sa diffusion, qui semble avoir été limitée. Cet ouvrage de deux propagandistes zélés de la cause fasciste est surtout important par la position officielle de leur préfacier dans la hiérarchie éducative française. Loin d’être frappé de sanctions par son administration de tutelle pour le soutien qu’il apporte ainsi à la cause du fascisme, Terracher continue sa carrière au sein du corps rectoral, passant de Bordeaux à Strasbourg en 193892. À la même période, à Dijon, le lecteur Paladino, qui avait succédé à Giuseppe Gerace, faisait traduire par ses étudiants des articles du journal fasciste Il Popolo d’Italia, ce qui aurait à la fois nuit à la fréquentation de ses cours et provoqué le mécontentement du doyen de la faculté des lettres93.

Une mobilisation délicate lors de l’agression fasciste de l’Éthiopie

  • 94 Labanca 2005, p. 51 ; Labanca 2014.
  • 95 Ces critiques débouchent sur les sanctions contre l’Italie décidées par la Société des Nations le 1 (...)
  • 96 Propos de l’agent consulaire italien à Clermont-Ferrand, cité dans une lettre du consul d’Italie à (...)
  • 97 Lettre de Parini au consul d’Italie à Dijon, 28 mars 1935, ASMAE, A.S., 1920-1955, b. 20, « G. B. A (...)
  • 98 Lettre du consul d’Italie à Dijon, b. D’Acunzo, au ministère des Affaires étrangères italien, 9 avr (...)
  • 99 Ibid.

38Le cas de la crise éthiopienne est encore plus emblématique d’une volonté globale du pouvoir fasciste d’utiliser les lecteurs comme des agents de la propagande en France. Le 2 octobre 1935, les divisions italiennes ont franchi le fleuve Mareb et commencé à envahir l’Éthiopie. Ainsi commençait une guerre présentée comme destinée à venger la défaite subie à Adoua en 1896. Le grand Empire éthiopien était en 1935 l’un des seuls États traditionnels africains restés indépendants au terme du partage du continent par les puissances coloniales européennes. Comme l’a montré Nicola Labanca, la conquête de l’Éthiopie a été précédée et accompagnée d’une campagne de propagande fasciste, destinée à mobiliser l’opinion publique94. Mise en cause par d’autres nations européennes pour son intervention95, l’Italie va chercher à faire de ses lecteurs des avocats de sa politique d’agression. Les autorités consulaires italiennes en France vont donner des consignes et du matériel de propagande aux lecteurs. Franca De Franchi, lectrice d’italien à l’université de Clermont-Ferrand, aurait ainsi, d’après la diplomatie italienne, exercé « une intense activité de propagande dans les milieux universitaires, pour la défense du bon droit de l’Italie96 ». À Dijon, la collaboration du lecteur avec le consul dans la propagande destinée à justifier l’attitude de l’Italie en Éthiopie a été très étroite. Le lecteur nommé en mars 1935 n’est pas seulement un spécialiste de langue : Giovanni Battista Angioletti exerçait auparavant les fonctions de directeur de l’Institut culturel italien de Prague97. Cette habitude d’une action située à la jonction de l’action politique et culturelle a fait de lui un acteur zélé de la propagande coloniale fasciste en Bourgogne, mais aussi en Franche-Comté. Le consul d’Italie à Dijon présente le lecteur comme son « unique collaborateur dans l’œuvre de propagande auprès des compatriotes 98». Le lecteur a compensé l’échec de la mobilisation d’un cercle restreint de propagande, qui avait été auparavant constitué par le consul au sein de la communauté italienne locale, et qui s’est révélé inadapté, puisque, d’après le consul, il ne comportait pas de personnes capables de traiter d’un sujet aussi sensible. Les réunions organisées au sein du fascio de Dijon sont finalement animées tour à tour par le consul et par le lecteur de l’université. Angioletti est intervenu également plusieurs fois dans des conférences pour le fascio de Besançon et celui de Pontarlier, dans le Doubs99.

  • 100 Ibid.
  • 101 Il s’agit du professeur Chabot.
  • 102 Ibid.
  • 103 Lettre de la direction des Italiens à l’étranger (Rome), signée Pullino, au consul d’Italie à Dijon (...)

39L’activité de propagande déployée par les lecteurs est parfois entravée par les résistances locales. Le consul de Dijon souligne qu’aucune conférence pour le public français n’a pu être organisée dans cette ville, la faculté des lettres étant d’après lui « caractérisée par une couleur politique complètement rouge, des professeurs aux étudiants100 ». Le doyen de la faculté des lettres avait expressément enjoint Angioletti dès son arrivée de s’abstenir absolument de toute propagande. Le consul précise qu’au lendemain du déclenchement des hostilités en Éthiopie, le doyen de la faculté101 et deux professeurs ont démissionné du comité local France-Italie, en signe de protestation. La position du lecteur à l’université est alors devenue délicate, l’agression ayant déclenché une forme d’hostilité à son égard d’une partie du personnel de la faculté. La situation dès lors était telle qu’une seule conférence de propagande du lecteur aurait suffi à mettre un terme aux leçons universitaires qu’il continuait à donner102. La paralysie du comité France-Italie sous le coup des retentissantes démissions aurait de toute façon rendu difficile la réunion d’un auditoire. Angioletti est finalement félicité par la direction des Italiens à l’étranger pour son activité de propagande, que Rome l’incite à continuer tout en restant dans le cadre permis par les autorités locales103.

  • 104 Voir sur ce point Matard-Bonucci 2002, p. 177.
  • 105 Lettre confidentielle de Parini à E. Bodreto (Rome), 28 décembre 1933, ASMAE, D.G.I.E. A.S., 1920-1 (...)
  • 106 Cavarocchi 2010, p. 46.
  • 107 Lettre de Parini à l’ambassadeur d’Italie en France, Manzoni, 10 juillet 1931, ASMAE, A.S. 1929-193 (...)

40Il faut néanmoins nuancer l’analyse en soulignant la situation particulière des lecteurs rémunérés par la France. Ceux-ci, sans être nécessairement tous des anti-fascistes convaincus, ont eu une latitude d’action plus grande que leurs homologues appointés par l’Italie. Le cas du lecteur de la Sorbonne, Antonio Rosa, le montre bien. Il représente pour Parini une sorte d’antithèse de l’« Italien nouveau » que le régime cherche à construire, notamment à l’étranger104. Le directeur général des Italiens à l’étranger considère en effet le lecteur comme « le prototype du vieux membre de la colonie, qui, émigré depuis plus de 20 ans, n’a plus repris contact avec la métropole et ne peut comprendre la force et l’importance de notre renouveau 105». Comme le note l’historienne Francesca Cavarocchi, le régime fasciste a cherché à promouvoir des voyages réguliers des émigrés en Italie, dans l’espoir que les transformations du pays, notamment au plan urbanistique, exercent sur eux une impression positive quant à leur perception du régime106. N’ayant pas directement autorité sur Rosa, Parini avait peu auparavant essayé de s’attacher sa bienveillance en lui offrant, comme à Henri Hauvette, un ouvrage édité par la Librairie de l’État, conseillant à l’ambassadeur Manzoni d’essayer de profiter de cette occasion pour « attirer plus fortement dans l’orbite de la colonie et des institutions italiennes 107» le professeur Rosa.

  • 108 Lettre du ministère des Affaires étrangères italien à l’ambassade d’Italie en France, 18 août 1933, (...)
  • 109 Maltone 2006, p. 57.
  • 110 Lettre de Camerani, consul général d’Italie à Paris, à Fransoni, chargé d’affaires à l’Ambassade d’ (...)
  • 111 Propos du chef de la police italienne cités dans une lettre du ministère des Affaires étrangères it (...)
  • 112 « Pro memoria », lettre anonyme manuscrite adressée au ministère des Affaires étrangères italien, d (...)

41La tentative ne semble pas avoir été couronnée de succès puisque Rosa fait ensuite l’objet de vives accusations. En 1933, le chef de la police italienne informe le ministère des Affaires étrangères italien qu’il suspecte Antonio Rosa d’être en rapports avec les milieux antifascistes à Paris et en particulier avec Luigia Nitti ou avec le socialiste Virgilio Marchetto108. Diplômée de sanscrit, Luigia Nitti était la fille de l’ancien premier ministre Francesco Saverio Nitti109. Rosa est accusé de chercher à espionner les milieux officiels italiens à Paris pour le compte de ses amis antifascistes. Le consul général d’Italie en France défend toutefois le lecteur contre les accusations d’espionnage des milieux diplomatiques italiens, soulignant que Rosa n’entretient que des contacts très espacés avec l’ambassade110. La police estime également que le lecteur d’italien a participé à l’organisation du congrès européen pour le front unique anti-fasciste ayant eu lieu à Paris du 4 au 6 juin 1933, quelques mois après l’accession au pouvoir d’Adolf Hitler. Rosa est également surveillé politiquement dans ses fonctions universitaires, puisque la police italienne l’accuse d’alterner dans ses cours à la Sorbonne, de façon habilement dialectique, des éloges du fascisme avec des phrases jugées antinationales, à l’image de celle-ci : « avec les bonifications intégrales [des terres par le régime fasciste], une nouvelle bourgeoisie s’est substituée à l’ancienne111 ». Une lettre anonyme adressée au ministère des Affaires étrangères en 1935 accuse encore le lecteur d’avoir manqué à ses devoirs nationaux en tournant en dérision l’œuvre de D’Annunzio lors d’une conférence publique112.


  • 113 19 avril 1940, PB/AB Renseignements : « Référence à circulaire secrète s/447 : « Au cours de l’anné (...)
  • 114 Lettre d’A. Carnelutti, lecteur d’italien à l’université d’Aix-Marseille au ministère des Affaires (...)

42En conclusion, il faut souligner que certains lecteurs d’italien vont connaître une brusque remise en question de leur position sous l’effet de la dégradation des relations franco-italiennes à la fin des années 1930. Certains d’entre eux basculent de la figure du « notable » à celle du suspect puis du « réprouvé ». Après avoir incarné collectivement en France une figure du savant lettré pénétrant dans les cercles de la bonne société de grandes villes grâce à leur connaissance de Dante, les lecteurs d’italien voient souvent leur rôle brutalement remis en question, particulièrement lorsqu’ils relèvent de l’administration italienne. Certains sont surveillés car suspectés de se servir de leurs fonctions comme d’une couverture pour mener des actions d’espionnage en France113. D’autres vont être internés en juin 1940 comme le lecteur d’Aix, Attilio Carnelutti114.

43En définitive, il faut insister sur le rôle ambigu et paradoxal qu’ont eu les lecteurs d’italien dans l’émergence d’une « demande sociale » en faveur d’un enseignement universitaire de cette langue. Si certains d’entre eux ont donné une image répulsive de la culture et de la langue italienne à des personnes se défiant du fascisme, la durée souvent longue de leurs fonctions en France a contribué à créer localement de nouvelles filières d’études universitaires de l’italien, et celles-ci vont persister après leur départ, lorsque de véritables départements d’italien vont s’organiser, associant des universitaires en poste et de nouveaux lecteurs, après la Deuxième Guerre mondiale. La stratégie destinée à ancrer l’italien dans le paysage universitaire français a ainsi eu une postérité qui dépasse la seule politique de la langue fasciste.

Haut de page

Bibliographie

Bulletin Italien 1904 = Questions d’enseignement, dans Bulletin Italien, 4, 1904, p. 330-331.

Busnelli 1925 = M. D. Busnelli, Diderot et l'Italie. Reflets de vie et de culture italiennes dans la pensée de Diderot, Paris, Champion, 1925, XIX-307 p.

Cavarocchi 2010 = F. Cavarocchi, Avanguardie dello spirito. Il fascismo e la propaganda culturale all’estero, Rome, 2010.

Condette 2006 = J.-F. Condette, Les recteurs d’académie en France de 1808 à 1940, t. 2. Dictionnaire biographique, Lyon, 2006.

D. Grillère-Lacroix 2014 = D. Grillère-Lacroix, La politique fasciste de revendications territoriales à l’égard de la France et ses enjeux (1938-1943), dans Relations internationales, 158, 2014, p. 45-58.

Dubois 2015 = J. Dubois, L’enseignement de l’italien en France 1880-1940, une discipline au cœur des relations franco-italiennes, Grenoble 2015.

Dubois 2014 = J. Dubois, Le centre universitaire méditerranéen de Nice et les stratégies d’influence de l’Italie fasciste. Entre légitimations croisées et suspicions mutuelles, dans Relations internationales, 158, 2014, p. 27-43.

Forlin 2013 = O. Forlin, Le fascisme. Historiographie et enjeux mémoriels, Paris, 2013.

Fournier-Finocchiaro 2010 = L. Fournier-Finocchiaro, Les études italiennes en France pendant le Ventennio fasciste, dans Transalpina, 13, 2010, p. 161-178.

Gerace ­ Assante 1935 = G. Gerace, A. Assante, L’État fasciste, Naples, Morano ; Bordeaux, Delmas, 1935. (préface d’A. Terracher).

Labanca 2005 = N. Labanca, Una guerra per l’impero. Memorie della campagna d’Etiopia, 1935-36, Bologne, 2005.

Labanca 2014 = N. Labanca, Outre-mer : histoire de l’expansion coloniale italienne, Grenoble, 2014.

Maltone 2006 = C. Maltone, Exil et identité. Les antifascistes italiens dans le Sud-Ouest, 1924-1940, Pessac, 2006.

Matard 1988 = M.-A. Matard, L'anti-«Lei» : utopie linguistique ou projet totalitaire ?, dans MEFR, 100-2, 1988, p. 971-1010.

Matard-Bonucci 2002 = M.-A. Matard-Bonucci, Enjeux de la diplomatie culturelle fasciste. De l’Italien à l’étranger à l’Italien nouveau, dans MEFRIM, 14-1, 2002, p. 163-178.

Pesenti-Rossi 1997 = E. Pesenti-Rossi, Les études italiennes à Strasbourg, 1919-1958, dans Revue d’Alsace, 123, 1997, p. 253-268.

Pouly 2009 = M.-P. Pouly, L’« Esprit » du capitalisme et le corps des lettrés. L’inscription scolaire de l’anglais et sa différenciation. XIXe-XXe siècles, thèse de sociologie, Paris, EHESS, 2009.

Poupault 2013 = C. Poupault, Amitié « latine » et pragmatisme diplomatique. Les relations franco-italiennes de 1936 à 1938, dans Relations internationales, 154, 2013-2, p. 51-62.

Pretelli 2010 = M. Pretelli, Il fascismo e gli italiani all’estero, Bologne, 2010.

Ronzy 1926 = P. Ronzy, Soutenances de thèses, dans Études Italiennes, 8, 1926, p 55-58.

Haut de page

Notes

1 Matard 1988.

2 Cette contribution s’appuie notamment sur une enquête plus large sur l’enseignement de l’italien en France sous la Troisième République, voir Dubois 2015.

3 Forlin 2013, p. 193.

4 Sur le milieu des italianisants en France et le fascisme, voir Fournier-Finocchiaro 2010.

5 Poupault 2013 ; Grillère-Lacroix 2014.

6 Pretelli 2010, p. 24.

7 Forlin 2013, p. 187-188.

8 Le premier lecteur d’italien en France, Ferdinando Neri est un ancien élève des universités de Turin et de Florence. Bulletin Italien 1904, p. 331.

9 Pesenti-Rossi 1997, p. 259.

10 Bulletin Italien, 1904, p. 330.

11 Lettre de Gabriel Maugain à Julien Luchaire, 14 novembre 1911, Archives de l’Institut français de Florence, V, 9.

12 L’agrégation d’italien existe depuis 1900 en France : elle permet d’obtenir une chaire en lycée.

13 Voir la dédicace à P. Ronzy en ouverture de la thèse publiée. Busnelli 1925.

14 Pour un compte rendu de la soutenance, voir Ronzy 1926.

15 Fiche individuelle de renseignement, non datée [1933], Archives historiques du ministère italien des affaires étrangères (désormais = ASMAE), Rome, A.S. (désormais A.S.) (1929-1935), b. 855, « Grenoble ».

16 Ibid., Notice individuelle de renseignement établie par le vice-consul d’Italie à Grenoble, non datée, transmise au ministère des Affaires étrangères italien par le consul d’Italie à Chambéry le 23 mai 1933.

17 Ibid.

18 Lettre du vice-consul d’Italie à Grenoble au consul d’Italie à Chambéry, 12 juin 1934, ibid.

19 Lettre du vice-consul d’Italie à Grenoble au consul d’Italie à Chambéry, 12 juin 1934, ibid.

20 Ibid.

21 Lettre du ministère des Affaires étrangères italien, signée par Pullino, au vice-consul de Chambéry, 14 juillet 1934, ibid.

22 Notice individuelle non datée [1932], ASMAE, D.G.I.E. A.S., 1920-1955, b. 463, « A. ROSA ».

23 Ibid., Lettre du consul général d’Italie à Paris, Cameroni, à Fransoni, chargé d’affaires à l’ambassade d’Italie, 30 septembre 1933.

24 Ibid.

25 Voir notamment la lettre de Guido Fabris, président du comité des écoles italiennes de Paris, à Piero Parini, 16 décembre 1932, ASMAE, A.S., 1929-1935, b. 856, Paris.

26 Fiche de renseignement du ministère des Affaires étrangères italien, 1938-1939, ASMAE, D.G.I.E. A.S., 1920-1955, b. 463, « A. ROSA ».

27 Pesenti-Rossi 1997, p. 259.

28 Lettre du consul d’Italie à Strasbourg au ministère des Affaires étrangères italien, 27 avril 1927, ASMAE, A.S., 1929-1935, b. 856, Université de Strasbourg.

29 Ibid.

30 Pesenti-Rossi 1997, p. 259.

31 Lettre du consul de Strasbourg au ministère des Affaires étrangères italien, 9 novembre 1932, ASMAE, A.S., 1929-1935, b. 856.

32 Lettre du consul de Strasbourg au ministère des Affaires étrangères italien, 9 novembre 1932. Ibid.

33 Ibid.

34 Lettre du consul d’Italie à Strasbourg au ministère des Affaires étrangères italien, 4 janvier 1933, ibid.

35 Lettre du consul d’Italie à Strasbourg au ministère des Affaires étrangères italien, 31 janvier 1933, ibid.

36 Ibid.

37 Lettre du consul d’Italie à marseille, C. Barduzzi, au ministère des Affaires étrangères italien, 6 mars 1928, ASMAE A.S., 1929-1935, b. 855. Aix.

38 Ibid., Lettre du consul d’Italie à marseille, C. Barduzzi, au ministère des Affaires étrangères italien, 26 avril 1928.

39 Ibid., Lettre du consul d’Italie à marseille, C. Barduzzi, au ministère des Affaires étrangères italien, 31 mars 1928.

40 Ibid. Lettre du consul d’Italie à marseille au ministère des Affaires étrangères italien, 6 février 1929.

41 Ibid.

42 Ibid., Lettre du consul d’Italie à marseille au ministère des Affaires étrangères italien, 19 avril 1930.

43 Voir notamment la lettre du 4 mars 1930 envoyée par la direction générale de la sécurité publique italienne au ministre des Affaires étrangères italien, ASMAE A.S., 1929-1935, b. 855 (Aix). Sur l’engagement antifasciste de U. Segre et sur son internement ultérieur du fait des lois raciales, voir Attal 2013, p 629.

44 Ministère des Affaires étrangères italien, Appunto, Rome, 28 mars 1930, DGIE A.S. 1920-1955, b. 117, dossier personnel « A. Carnelutti ».

45 Lettre du consul d’Italie à marseille, Valeriani, au ministère des Affaires étrangères italien, 16 avril 1932, ASMAE A.S., 1929-1935, b. 855. (Aix).

46 Ibid., Rapport adressé par le consul général d’Italie à marseille au ministère des Affaires étrangères italien, 5 décembre 1929.

47 Cette notion est employée par la sociologue M.-P. Pouly pour analyser les écarts de situation entre les acteurs de l’anglais comme discipline universitaire. Pouly 2009, p. 149.

48 Lettre du consul d’Italie à Dijon au ministre des Affaires étrangères italien, 14 mai 1932, ASMAE, A.S., 1929-1935, b. 855, Dijon.

49 Récapitulatif de la carrière d’A. Caccavelli, non daté, ASMAE, A.S. 1920-1955, b. 95, A. Caccavelli.

50 Lettre de P. Parini au consul d’Italie à Dijon, 7 juillet 1931. ASMAE A.S., 1929-1935, b. 855, Dijon.

51 Condette, 2006, p. 351-352.

52 Lettre du consul d’Italie à Dijon au ministère des Affaires étrangères italien, 10 juillet 1931, ASMAE A.S. 1929-1935, b. 855, Dijon.

53 Le consul, dans le but de mieux convaincre sa hiérarchie romaine, indique que Dijon est sans doute la seule ville de province à compter deux lycées où l’italien est enseigné, ce qui est faux puisque les établissements secondaires de plusieurs villes, comme Grenoble, marseille ou Montpellier sont alors au moins aussi bien dotés.

54 Lettre de P. Parini au consul d’Italie à Dijon, 7 novembre 1931, ASMAE A.S. 1929-1935, b. 855, Dijon.

55 Ibid., Lettre du consul de Dijon au ministère des Affaires étrangères italien, 11 décembre 1931.

56 Lettre du ministère des Affaires étrangères italien (signature illisible) au consul d’Italie à Bordeaux, 4 août 1932, A.S. 1929-1935, b. 855, Bordeaux.

57 Voir son acte de naissance, ASMAE, A.S., 1920-1955, b. 95, dossier personnel A. Caccavelli.

58 Voir lettre de C. Merlo à P. Parini, 21 octobre 1932, ibid.

59 Décret du ministre italien de l’Instruction publique, Ercole, 26 février 1933, ibid.

60 Lettre de P. Parini au consul d’Italie à Dijon, 14 juillet 1932, ASMAE, A.S., 1929-1935, b. 855, Dijon.

61 Rapport de G. Gerace, lecteur à l’université de Dijon, adressé Piero Parini, directeur général des Italiens à l’étranger, 18 décembre 1932, ibid.

62 Voir la copie de cet arrêté du ministre de l’Education nationale A. Berthod, 3 mai 1934, ASMAE, A.S. 1929-1935, b. 856, Nancy.

63 Ibid., Annexe de l’arrêté du 3 mai 1934.

64 Lettre du consul d’Italie à Nancy au ministère des Affaires étrangères italien, 13 juin 1935, A.S. 1920-1955, b. 95, A. Caccavelli.

65 Lettre du consul d’Italie à Nancy au ministère des Affaires étrangères, datée du 25 mars 1935 et transmise au consul d’Italie à Aix, ASMAE, A.S., 1929-1935, b. 855, Aix.

66 Voir par exemple la lettre de Pullino au consul d’Italie à marseille, 5 juillet 1935, ASMAE, A.S., 1929-1935, b. 855, Aix.

67 Lettre du consul d’Italie à Strasbourg au ministère des Affaires étrangères italien, 23 juillet 1935, ASMAE, A.S., 1929-1935, b. 856.

68 Lettre de G. Gobbio, consul d’Italie à Dijon, au ministère des Affaires étrangères italien, 19 juin 1934, ASMAE, A.S., 1929-1935, b. 855, Besançon.

69 Ibid., Lettre de Parini à G. Gobbio, consul d’Italie à Dijon, 11 juillet 1934.

70 Ibid., Lettre de Parini au ministère de l’Instruction publique italien, 26 juillet 1934. Cette réticence de l’Italie fasciste à accorder l’envoi d’un lecteur d’italien s’observe aussi dans le cas du Centre universitaire méditerranéen de Nice dans l’entre-deux-guerres, comme en témoigne les efforts assidus et longtemps vains de Paul Valéry et Maurice Mignon pour obtenir gain de cause. Dubois, 2014.

71 Rapport du lecteur R. Paladino au ministère des Affaires étrangères italien, juillet 1935, ASMAE, A.S., 1929-1935, b. 855, Dijon.

72 Rapport de G. Gerace, lecteur d’italien à la faculté des lettres de Bordeaux, année 1934-1935, ACS Minculpop, Direzione generale per i servizi della propaganda, b. 75.

73 Lettre du consul d’Italie à Toulouse à l’ambassadeur d’Italie en France, 1er mars 1934, ASMAE, A.S., 1929-1935, b. 856, Toulouse.

74 Ibid., Lettre du consul d’Italie à Toulouse au ministère des Affaires étrangères italien, 18 décembre 1934.

75 Ibid., Lettre du consul d’Italie à Toulouse au ministère des Affaires étrangères italien, 19 décembre 1934.

76 Curriculum vitae de P. Renucci, Archives privées Lucienne Portier, chez Mme Lagarrigue, Courbevoie.

77 Lettre du consul d’Italie à Toulouse au ministère des Affaires étrangères italien, 4 juin 1934, ASMAE, A.S., 1929-1935, b. 856, Toulouse.

78 Ibid.

79 Lettre du consul de Nancy au ministère des Affaires étrangères, 15 mars 1935, ASMAE, A.S., 1929-1935, b. 856, Nancy.

80 Non signé, « Les conférences. Reprise des conférences sur Dante », in La petite Gironde, Bordeaux, 13 mars 1940, ACS, Minculpop, D. G. della propaganda, b. 85, Bordeaux.

81 Le guetteur du donjon, « Feuillets toulousains. Nous lisons Dante avec le professeur S. Gaetani », in Express du Midi, Toulouse, 25 avril 1934, ASMAE, A.S., 1929-1935 b. 856, Toulouse.

82 Lettre du consul de Dijon au ministère des Affaires étrangères, 19 juin 1934, ASMAE, A.S., 1929-1935, b. 855, Besançon.

83 J. Godfrin, « Inauguration des lectures dantesques à l’université », coupure de presse non datée et sans source, annonçant la conférence d’A. Caccavelli sur « la jeunesse éternelle de la poésie dantesque », qui a eu lieu le 14 mars 1935. ASMAE, A.S., 1929-1935 b. 856.

84 Fiche de renseignement sur G. Maugin (sic), non signée, (probablement établie sous l’autorité du consul d’Italie à Strasbourg), sur papier à en-tête du ministère des Affaires étrangères italien, non datée [vers 1933], ibid.

85 Ibid.

86 Lettre du consul de Strasbourg au ministère des Affaires étrangères italien, 21 novembre 1934, ibid.

87 Voir l’article nécrologique sur G. Natoli par C. Dédéyan, dans la Revue des Etudes Italiennes d’avril-juin 1966, citée dans Pesenti-Rossi 1997 p. 259.

88 Pour une mise en perspective de la notion de « hiérarchie des objets d’étude », voir dans ce même dossier l’article de la sociologue M.-P. Pouly, « Hiérarchie des objets d’étude au sein de l’anglais universitaire en France XIXe-XXIe siècles ».

89 Rapport de G. Gerace, lecteur à la faculté des lettres de Bordeaux, à P. Parini, directeur général des Italiens à l’étranger, 24 avril 1935, ACS, Minculpop, DGP, b. 75, Bordeaux.

90 ibid.

91 Gerace - Assante, 1935.

92 Voir Condette 2006 p. 351. Terracher a contribué au transfert de l’université de Strasbourg à Clermont Ferrand en août 1939. Il fut relevé de ses fonctions par le régime de Vichy en janvier 1944. Il est réintégré dans son poste à la Libération.

93 Lettre du consul d’Italie à Dijon, b. D’Acunzo, au ministère des Affaires étrangères italien, 9 avril 1936, ASMAE, A.S., 1920-1955, b. 20, « G. B. Angioletti ».

94 Labanca 2005, p. 51 ; Labanca 2014.

95 Ces critiques débouchent sur les sanctions contre l’Italie décidées par la Société des Nations le 18 novembre 1935.

96 Propos de l’agent consulaire italien à Clermont-Ferrand, cité dans une lettre du consul d’Italie à Lyon au ministère des Affaires étrangères italien, ASMAE, A.S., 1929-1935, b. 855, Clermont.

97 Lettre de Parini au consul d’Italie à Dijon, 28 mars 1935, ASMAE, A.S., 1920-1955, b. 20, « G. B. Angioletti ».

98 Lettre du consul d’Italie à Dijon, b. D’Acunzo, au ministère des Affaires étrangères italien, 9 avril 1936, Ibid.

99 Ibid.

100 Ibid.

101 Il s’agit du professeur Chabot.

102 Ibid.

103 Lettre de la direction des Italiens à l’étranger (Rome), signée Pullino, au consul d’Italie à Dijon, 8 mai 1936, Ibid.

104 Voir sur ce point Matard-Bonucci 2002, p. 177.

105 Lettre confidentielle de Parini à E. Bodreto (Rome), 28 décembre 1933, ASMAE, D.G.I.E. A.S., 1920-1955, b. 463, « A. Rosa ».

106 Cavarocchi 2010, p. 46.

107 Lettre de Parini à l’ambassadeur d’Italie en France, Manzoni, 10 juillet 1931, ASMAE, A.S. 1929-1935, b. 856, Université de Paris.

108 Lettre du ministère des Affaires étrangères italien à l’ambassade d’Italie en France, 18 août 1933, ASMAE, D.G.I.E. A.S., 1920-1955, b. 463, « A. Rosa ».

109 Maltone 2006, p. 57.

110 Lettre de Camerani, consul général d’Italie à Paris, à Fransoni, chargé d’affaires à l’Ambassade d’Italie à Paris, 30 septembre 1933, ibid.

111 Propos du chef de la police italienne cités dans une lettre du ministère des Affaires étrangères italien à l’ambassade d’Italie en France, 18 août 1933, ibid.

112 « Pro memoria », lettre anonyme manuscrite adressée au ministère des Affaires étrangères italien, datée de Paris, le 17 mai 1935, ibid.

113 19 avril 1940, PB/AB Renseignements : « Référence à circulaire secrète s/447 : « Au cours de l’année 1938, le consul d’Italie à Dijon a reçu la visite du consul d’Allemagne à Lyon. À la même époque, on a soupçonné d’être le chef du service de renseignement pour l’Est de la France le major Chanoux, lecteur d’italien aux facultés de Dijon et de Besançon », Archives départementales de la Côte d’Or, SM art. 7508, « Renseignements sur l’activité du consulat d’Italie ».

114 Lettre d’A. Carnelutti, lecteur d’italien à l’université d’Aix-Marseille au ministère des Affaires étrangères italien, 7 janvier 1941 (la lettre est datée par erreur du 7 janvier 1940). ASMAE, DGIE, A.S., 1920-1955, b. 117, dossier personnel d’A. Carnelutti.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jérémie Dubois, « Les lecteurs d’italien dans les universités françaises pendant le fascisme : des stratégies contrariées d’influence par la langue », Mélanges de l’École française de Rome - Italie et Méditerranée modernes et contemporaines [En ligne], 127-2 | 2015, mis en ligne le 28 octobre 2015, consulté le 22 juin 2017. URL : http://mefrim.revues.org/2286 ; DOI : 10.4000/mefrim.2286

Haut de page

Auteur

Jérémie Dubois

Université de Reims Champagne-Ardenne, École supérieure du professorat et de l’éducation (ESPE), laboratoire CERHIC - jeremie.dubois@univ-reims.fr

Articles du même auteur

  • Introduction [Texte intégral]
    Paru dans Mélanges de l’École française de Rome - Italie et Méditerranée modernes et contemporaines, 127-2 | 2015
Haut de page

Droits d’auteur

© École française de Rome

Haut de page
  • Logo École française de Rome
  • Revues.org