Navigation – Plan du site
L’enseignement des langues et de l’histoire en Allemagne, en Italie et en France, XIXe-XXe siècles : formation des maîtres, pratiques professionnelles et enjeux politiques

Hiérarchie des objets d’étude au sein de l’anglais universitaire en France, XIXe-XXIe siècles

Marie-Pierre Pouly

Résumés

Cette esquisse historique de la curiosité angliciste sur plus d’un siècle et demi revient sur trois configurations distinctes au sein de cette discipline et éclaire la part relative qu’y occupent notamment la littérature et l’histoire (ou la civilisation). La première, largement développée ici, voit s’opérer la spécialisation des anglicistes et la cristallisation de la discipline autour de la Sorbonne Nouvelle au début du XXe siècle, sous le signe de la littérature anglaise ; la seconde, dans le sillage du 1968 universitaire, plus rapidement esquissée ici, correspond à la redéfinition de la discipline angliciste et de ses objets d’étude ; la dernière, contemporaine, voit se déplacer vers l’enseignement supérieur la tension entre une définition pratique et une définition savante des langues. Un détour par l’histoire de la discipline angliciste éclairera la centralité de la catégorie de littérature et la signification de la place de la civilisation, et dans une moindre mesure, de l’histoire, au sein de la discipline angliciste. En conclusion, un aperçu statistique de la hiérarchie contemporaine des objets d’étude anglicistes permettra de mettre en évidence la recomposition des hiérarchies en matière de postes dans la période récente, recomposition qui ne s’accompagne pas d’une remise en cause symbolique entière de la prééminence de la catégorie de littérature au sein de l’anglicisme universitaire.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Nous ne prendrons pas ici pour objet les acteurs et les débats qui ont conduit à la scolarisation d (...)

1Qu’advient-t-il quand une langue dont la maîtrise était constitutive du style de vie aristocratique voit sa transmission généralisée dans le système scolaire ? Et qu’advient-il quand une langue à usage technique, que définissent les marchands, échappe à la définition pratique qu’en font ses promoteurs, en s’autonomisant dans une forme scolaire et savante ?1 À la fin du XIXe siècle, la mise en discipline des langues et civilisations étrangères des nations européennes dominantes, relève, pour partie, de la construction des identités nationales et se structure autour d’un cosmopolitisme littéraire. Mais ces disciplines de langue sont soumises aux injonctions pratiques de transmission d’une langue véhiculaire pour les besoins du commerce. Cette tension structurante traverse très durablement l’anglais scolaire et plus récemment l’anglais universitaire.

2Dans cet article, nous éclairons la place relative de la littérature, de la civilisation et de la linguistique dans les études anglaises à trois moments des études anglaises : le premier voit s’opérer la spécialisation des anglicistes et la cristallisation de la discipline autour de la Sorbonne Nouvelle au début du XXe siècle, sous le signe de la littérature anglaise ; le deuxième, dans le sillage du 1968 universitaire, correspond à la redéfinition de la discipline angliciste et de ses objets d’étude. Quant à la hiérarchie contemporaine des objets d’étude anglicistes, elle est marquée par la raréfaction des postes universitaires de littérature, mais cette recomposition ne s’accompagne pas d’une remise en cause symbolique entière de la prééminence de la catégorie de littérature au sein de l’anglicisme universitaire.

3Au XIXe siècle, la définition historique des langues vivantes comme matière scolaire de l’enseignement secondaire est le produit d’un rapport de force favorable à la sphère marchande : la nouvelle discipline possède alors très peu de ressources et de soutiens pour se définir de façon plus « académique », à un moment où les humanités classiques réservées à la bourgeoisie dominent l’ensemble des matières scolaires. Du fait même que les langues étrangères soient des langues, elles entrent dans un couple d’opposition et de concurrence avec les langues classiques et sont défendues sous leur forme pratique par les représentants des intérêts marchands tout autant que par la bourgeoisie conservatrice qui ne souhaite pas voir contestée la suprématie d’études classiques qui servent, comme le rappelle Edmond Goblot, de « barrière » et de « niveau ».

  • 2 Dans la division du travail savant, suivant la division du travail de domination internationale, l’ (...)

4Cependant les disciplines de langues étrangères de l’enseignement supérieur qui se mettent en place autour de l’agrégation dans la deuxième partie du XIXe siècle, avec une forme « d’autonomie » de collation des grades, possèdent plus de ressources que la matière du secondaire pour se distinguer des demandes marchandes. Elles s’organisent en se calquant sur les disciplines de lettres plus prestigieuses et la littérature constitue la catégorie principale de description des « nations » étrangères dominantes et de leur « âme »2 (« civilisation ») tandis que les outils de la philologie sont subordonnés à cette appréhension littéraire.

5Cette autonomie relative est contestée depuis les années 1960 avec le développement universitaire de l’anglais de spécialité, la mise en place progressive des cursus Langues étrangères appliquées [LEA] dans les années 1970, et la transformation en cours des départements universitaires en instances de certification. L’anglais constitue dès lors un cas particulier de discipline pour qui la relation potentielle à la sphère marchande n’est pas de l’ordre de l’échange de biens « savants », d’expertise, etc., mais relève de la production d’une force de travail ayant des dispositions ajustées au monde de l’entreprise, aux échanges internationaux, sachant parler l’anglais pour les besoins de l’industrie et du commerce.

6Nous nous appuierons sur l’analyse des chaires et des programmes d’enseignement pour mettre au jour la structure des objets d’étude. À partir de l’exploitation, pour la période contemporaine, d’une base de données croisant propriétés scolaires et sociales des 1729 enseignants-chercheurs anglicistes (Section 11 du CNU) avec leurs objets d’étude, nous présenterons quelques éléments d’analyse des clivages et des transformations actuels de l’anglais universitaire en soulignant à la fois l’inertie des hiérarchies héritées et les forces qui concourent à transformer les rapports de force au sein de la discipline.

Naissance de l’angliciste littéraire universitaire (début du XIXe siècle)

  • 3 Pour plus de détails, voir Pouly 20121.

7La domination symbolique de la littérature au sein de la discipline angliciste renvoie à l’histoire de la discipline, et plus généralement à celle des disciplines de langues étrangères. La mise en place des disciplines universitaires de langue et littérature étrangère (dont l’anglais est un cas particulier) s’opère à la faveur du poids social acquis par les savoirs sur l’étranger et de l’engagement étatique à scolariser les langues vivantes dans l’enseignement secondaire (ou primaire supérieur) en contrôlant les maîtres, tentative de monopolisation qui entraîne la création de concours et de formations (agrégation, licences), de jurys spécifiques, d’inspecteurs et de programmes spéciaux, associés à un corps de savoirs produit par les organisateurs universitaires des concours de recrutement3. La mise en place d’un corps de spécialistes universitaires de l’anglais au cours du XIXe siècle débouche sur une forme stable au début du XXe siècle, qui se caractérise par la place prépondérante accordée à la littérature dans la définition des études anglaises, alors même que la scolarisation de la langue anglaise dans l’enseignement secondaire devait, du point de vue des groupes qui l’ont défendue, avoir des visées pratiques et concerner une langue usuelle plutôt que littéraire.

  • 4 Frijhoff 1995.
  • 5 Tuilier 1994, p. 490.

8Les recherches sur l’émergence de l’anglais universitaire dans l’ensemble des pays européens (exception faite des pays anglophones pour lesquels elle n’a bien entendu pas la même fonction) suggèrent que la discipline académique n’apparaît qu’à partir du moment où il est question de généraliser l’enseignement des langues dans l’enseignement primaire ou secondaire4, dans un contexte où les disciplines littéraires constituent les piliers du système d’enseignement et sont dotées d’une signification idéologique forte5.

  • 6 Espagne - Lagier - Werner 1991, p. 118.

9Avec la Révolution de Juillet, un enseignement de langues vivantes est introduit par étapes dans le cursus des collèges. L’ordonnance du ministre Vatimesnil, du 26 mars 1829, complétée par l’arrêté Montbel du 15 septembre 1829, institue des chaires d’allemand et d’anglais dans tous les collèges royaux. Mais l’introduction des langues vivantes est marquée par des atermoiements constants. Les agrégations de langues vivantes (anglais et allemand) sont créées, à compter de 1849, afin de centraliser la formation des enseignants de langues étrangères. Alors que les autres agrégations exigent la licence ès lettres, les candidats aux agrégations de grammaire et de langues vivantes peuvent se présenter aux épreuves avec le seul titre de bachelier, ce qui signale leur faible prestige. L’instauration du concours avec un programme d’inspiration philologique et littéraire et l’importance accordée à la maîtrise du français contredisent dans les faits l’orientation utilitariste qui préside à la mise en place de la discipline6. Cette première institution de l’agrégation ne dure que trois ans. Cependant, les langues continuent d’être enseignées. La période allant de 1864 à 1880 s’accompagne d’une professionnalisation du corps, d’une assimilation des langues vivantes aux autres matières et d’une homogénéisation des méthodes.

  • 7 Puren 1988, p. 46-48.
  • 8 Gerbod 1965, p. 453.

10Les ministres Victor Duruy et Jules Simon sont sensibles à la « demande sociale » pour l’enseignement des langues vivantes et soutenus par les milieux de l’industrie dans un contexte d’expansion industrielle et commerciale. Mais les enseignants de langues modernes, baignés de culture classique, formés à la grammaire et la philologie, conscients aussi de la dévaluation au sein de l’université que la définition orale et pratique de la discipline entraînerait, n’appliquent pas les textes officiels qui prônent la méthode naturelle et la transmission orale de la langue à des fins pratiques, la réputation et le sérieux d’une matière étant (au moins alors) proportionnels au nombre de travaux écrits qu’elle exige. Les enseignants sont en cela soutenus par l’inspection qui cherche à défendre l’esprit français de l’université. Victor Duruy, soucieux de ne pas heurter les habitudes acquises7, malgré son activisme pédagogique et sa volonté de placer les langues vivantes du côté des matières pratiques et axées sur l’oral, accepte un compromis pour créer un corps stable et légitime de savants et de bons pédagogues, seul capable selon lui d’assurer la généralisation de la transmission des langues8. Les jurys d’agrégation alignent les modalités de concours sur les agrégations prestigieuses et lettrées : allongement de la durée des épreuves, par exemple, pratique de l’exégèse et de la dissertation, référence à la culture antique et française classique.

  • 9 Dénombrements réalisés à partir des données collectées par André Chervel (base INRP) pour la périod (...)

11La licence ès lettres avec mention langues vivantes est instituée dans les facultés de lettres en 1881. Dès les années 1870, l’enseignement des langues et littératures étrangères est assuré dans toutes les facultés et les anglicistes titulaires de chaires deviennent plus nombreux à partir de années 1880. Autre signe d’institutionnalisation : hormis les périodes de « creux » liées aux deux guerres mondiales, la croissance des effectifs d’agrégés d’anglais est régulière, passant d’une dizaine d’agrégés d’anglais produits annuellement vers 1900 à une cinquantaine au milieu du siècle9.

12L’institutionnalisation de l’anglais à l’université entretient un lien dialectique avec celle de la scolarisation de l’anglais dans l’enseignement secondaire. Mais une division du travail spécifique va progressivement se mettre en place, qui assigne au secondaire l’apprentissage de la langue (fût-ce au moyen de l’imitation des modèles littéraires) et à la discipline universitaire la production d’une histoire littéraire. L’exercice le plus prisé du lycée, calqué sur les humanités classiques, reste la traduction (versions, thèmes), tandis que la littérature (recueils de texte) occupe une place restreinte, quoique relativement plus importante que la civilisation (les « précis de civilisation »), quasiment absente et en voie d’être monopolisée autour de l’École libre des sciences politiques – temporairement du moins – par d’autres disciplines : histoire, science politique ou droit.

13Comment expliquer, alors que les anglicistes universitaires ont pour mission de préparer les étudiants à l’enseignement des « langues vivantes », dont la définition pratique triomphe avec la réforme du baccalauréat de 1902, dans les collèges et les lycées, la centralité et la domination de la catégorie de la littérature dans les « études anglaises » (plutôt que celle de la linguistique, par exemple) ? Outre la prégnance, que l’on vient de détailler, de la formation littéraire dans le modèle éducatif dominant, et donc la stratégie d’ennoblissement des disciplines de langues étrangères, nouvelles venues prenant modèle sur les disciplines les plus prestigieuses, on peut souligner le sens donné à la connaissance des littératures étrangères au cours du long XIXe siècle.

Les spécialistes de l’étranger

14La connaissance des littératures étrangères au cours du XIXe siècle est promue par différentes catégories qui peuvent être encore indifférenciées (libéraux, diplomates, journalistes, littérateurs), qui ont en commun l’intérêt à l’importation sur le marché national de produits étrangers dans différents univers. L’étude de la littérature nationale (des pays dominants) est l’une des formes que prend la « psychologie des peuples » occidentaux (au moment où l’ethnologie et la géographie étudient celle des peuples sans écriture), le canon littéraire étant supposé recueillir les caractères et le génie national. Journalistes ou publicistes, animateurs de la diplomatie culturelle, ministère des Affaires étrangères, philanthropes ou associations et sociétés liées aux chambres de commerce pour la promotion de l’exportation, sociétés savantes de géographie liant la production de connaissances à la constitution d’élites mieux formées pour agir dans le monde : tous œuvrent à la production, sous une forme plus ou moins scolaire, d’une élite tournée vers le monde, invitée au voyage ou à l’étude, plus académique, des pays étrangers, à un moment de nationalisation des sociétés. La production et l’organisation d’un corps de spécialistes de l’étranger est un effet de cette nationalisation qui produit, classe, naturalise et nationalise l’Étranger comme étranger. Aussi les « humanités modernes », dont font partie l’anglais et l’allemand universitaires, participent de la mise en ordre symbolique des relations entre États.

  • 10 Wilfert 2002.

15La connaissance de l’étranger, mais aussi la capacité à construire des réseaux internationaux, à produire des discours sur l’étranger et à se hisser au niveau des étrangers dans les champs littéraires, savants, économiques, etc., est un élément décisif pour la légitimité des élites nationales, à la fois dans leurs efforts internes de légitimation et dans les efforts externes de domination (compétition, sociabilité, diplomatie, négociations internationales, guerre, etc.). Les rangs des « spécialistes de l’étranger » sont de plus en plus fournis à la fin du XIXe siècle, aussi bien chez les publicistes dits littéraires que chez les académiciens, les diplomates, les économistes, les spécialistes des sciences camérales (l’École libre des sciences politiques est à ce titre un lieu d’accumulation des savoirs sur l’étranger)10. À partir de 1880, alors que s’accroît la professionnalisation des univers littéraires et que s’accélère leur structuration, l’importation littéraire, très largement d’œuvres littéraires de langue anglaise et dans une moindre mesure allemande, russe et italienne, devient une stratégie d’accumulation de ressources dans le champ littéraire national.

  • 11 Wilfert, idem, p. 44.

16C’est dans ce cadre global qu’il convient de situer la création des chaires de littérature étrangère, la spécialisation sur une littérature nationale et la définition (traducteur/critique/historien) des spécialistes universitaires. L’importation littéraire académique, explique Blaise Wilfert, assure la formation d’une élite aux prétentions cosmopolites, se distinguant par là de ceux qui n’avaient que l’horizon national pour perspective. Le discours sur les littératures étrangères consiste ainsi en une forme d’ « ethnologie littéraire empirique », dans laquelle la littérature constitue le plus vrai témoignage de l’esprit des peuples11. Les importateurs contribuent ainsi entre 1895 et 1914 à la construction d’une géopolitique des littératures nationales, à laquelle participent les professeurs de langue et de littérature étrangère, des diplomates lettrés et une fraction des écrivains.

  • 12 Voir Guillory 1987.

17La constitution des canons littéraires nationaux (et donc « l’invention » de la littérature comme catégorie) a, par ailleurs, partie liée avec la fabrication des langues nationales légitimes, écrites, distinctes du latin clérical d’une part et des langues « vulgaires » d’autre part : les anthologies de littérature correspondent au travail de mise en forme de la langue vernaculaire légitime devenue langue nationale. L’anthologie est le dispositif pédagogique essentiel d’organisation de textes produit par les grammairiens classiques12. L’enseignement de la langue étrangère pour des usages mondains et savants réactive cette pédagogie de l’anthologie littéraire. Le genre de l’anthologie anglaise connaît en France une première floraison sous la Monarchie de Juillet : cet élan correspond à la poussée de l’enseignement de l’anglais mais aussi au travail de construction nationale par la littérature qu’entreprennent les groupes d’affinité libérale. À partir des années 1880, avec la création de la licence de langues vivantes et l’apparition des cours de littérature anglaise en Faculté, les anthologies les plus prestigieuses sont désormais le fait des chargés de cours puis des titulaires de chaires de littérature anglaise à la Sorbonne.

18À la fin du XIXe siècle, les anthologies peuvent s’accompagner d’histoires littéraires écrites par les plus légitimes des anglicistes (les titulaires de chaires). La division du travail qui s’établit entre la connaissance grammaticale, l’enseignement des techniques rhétoriques et l’organisation du corpus des textes (histoire littéraire) est une division hiérarchique où le terme le plus élevé est l’histoire littéraire, apparemment détachée des fonctions de transmission linguistique, transmission symboliquement dominée sous la forme de la grammaire enseignée aux petites classes. L’opposition qui structure les lettres, dans la division des classes du lycée, de la grammaire initiale au couronnement des classes de rhétorique, se retrouve au niveau des agrégations – la grammaire faisant figure de parent pauvre – et se reproduit au sein de l’anglais. L’histoire littéraire, terme désormais le plus noble du travail de reproduction de la langue légitime, s’oppose à la grammaire, dont l’objectif technique de transmission linguistique est dévalué.

La spécialisation universitaire

  • 13 Charle 1986 ; Charle 1985.
  • 14 Charle 1994. Voir aussi le numéro 48/1, 2001/1 de la Revue d’histoire moderne et contemporaine.

19Mais les professeurs de langue et littérature anglaise, à la fin du siècle, en devenant des maîtres universitaires voués à la préparation des étudiants aux diplômes, s’éloignent partiellement de la figure des cosmopolites et polyglottes parisiens, éventuellement associés à la diplomatie, d’origine bourgeoise ou aristocratique (Chateaubriand, Taine et, pour la fin du XIXe siècle, Jusserand), dont les verdicts critiques, qui ont cours dans les salons ou les revues, possèdent un poids mondain plus élevé que les énoncés des professeurs de langues vivantes généralement issus de la petite bourgeoisie provinciale (commerçante ou professorale13) et dominés dans la hiérarchie des disciplines lettrées, dont le destinataire principal est le public captif de la préparation à la licence et à l’agrégation, même si les plus en vue d’entre eux (ceux de la Sorbonne : Fernand Baldensperger, pour la littérature comparée, Charles Cestre, pour l’américain, Louis Cazamian, Émile Legouis pour l’anglais) purent bénéficier de la nationalisation culturelle alors en cours en France pour acquérir temporairement (1910-1930 environ) d’un statut quasi diplomatique14.

  • 15 Pour la liste des chaires et de leurs occupants, voir Espagne, 1993. La première chaire de littérat (...)

20Jusqu’au début du XXe siècle, les universitaires écrivant sur les littératures de langue anglaise sont, à la Sorbonne, des professeurs de « littératures étrangères » dont la non-spécialisation (ils évoquent tour à tour Dante, Shakespeare et Goethe) survit sous une forme transformée dans la « littérature comparée » à partir du moment où les chaires de littérature étrangère se spécialisent par pays. C’est en 1901 qu’est créée à la Sorbonne la première chaire de langue et littérature anglaise, occupée par Alexandre Beljame, également enseignant à l’École libre des sciences politiques15. Dans cette nouvelle division du travail, les titulaires de chaires de littérature comparée continuent à évoquer les littératures étrangères, essentiellement allemande, anglaise et italienne, parfois américaine, sous l’angle des réceptions et influences binationales, mais ce sont les spécialistes de chaque pays, qui commencent à se désigner comme germanistes, italianistes, anglicistes (ou anglicisants), qui sont désormais chargés de transmettre, d’étudier et de célébrer le canon de la nation désignée dans l’intitulé de leur chaire et de préparer à la licence de langues vivantes correspondante.

21Les professeurs d’anglais occupent alors la double position de professeur et d’intermédiaire littéraire sur le marché mondain, dans la figure du critique ou dans celle de traducteur, parfois de l’écrivain. L’anglais trouve une forme stable comme discipline universitaire au début du XXsiècle, notamment autour des chaires de la Sorbonne, de Lille et de Lyon, et se structure sur le modèle des disciplines de lettres, elles-mêmes en transformation. Une distinction nette s’opère entre les universitaires, professant dans des cours fermés préparant aux concours et des séminaires de recherche, et les professeurs de lycée occupés à l’enseignement de la langue et à la lecture d’anthologies fabriquées ou préfacées par les universitaires, qui ont souvent pour objectif de faire connaître la « civilisation » anglaise. Alors que les titulaires de chaire avant 1905 publient encore essentiellement des ouvrages pour l’enseignement secondaire et l’apprentissage de la langue, les nouveaux titulaires de chaire de la Sorbonne à partir de cette date ne publient que des traductions et des ouvrages correspondant à leurs enseignements dans le cadre de leurs invitations à l’étranger, de la licence et, plus encore, du séminaire du diplôme d’enseignement supérieur (DES).

  • 16 Reynaud-Paligot, 2008.
  • 17 Cazamian - Legouis, 1924.

22Les titulaires de chaires de la Sorbonne, au début du XXe siècle (Louis Cazamian, Charles Cestre, Émile Legouis) se situent au pôle universitaire plutôt que mondain des discours sur la littérature et dans son versant historique plutôt qu’esthétique, dans la lignée de la critique historique de Gustave Lanson et ses recrues à l’École normale supérieure. Par ailleurs, la critique littéraire de la première moitié du XXe siècle que pratiquent à la Sorbonne les anglicistes (essentiellement Émile Legouis et Louis Cazamian) et l’américaniste Charles Cestre tend à envisager la civilisation dans le prolongement de la littérature. Le libéralisme tainien lié à l’École libre des sciences politiques, avec le paradigme de la psychologie des peuples qu’il articule, continue à informer les multiples articles et opuscules que les anglicistes et l’américaniste de l’Institut d’anglais de la Sorbonne produisent sur « l’âme » anglaise puis américaine et à servir de cadre pour établir un lien étroit entre littérature et « civilisation », cette dernière étant entendue comme le génie d’une nation16. Les écrivains anglais et américains, représentants d’une race du nord (civilisée), sont jaugés en partie en fonction de leur capacité à représenter ce qui est désigné comme l’esprit de la nation dont ils étudient la littérature. Avec Émile Legouis et Louis Cazamian s’établit durablement la centralité de l’histoire littéraire (ils écrivent ensemble une histoire de la littérature anglaise de 1320 pages en 192417), de la dissertation et de l’explication de texte, et le caractère subordonné de la civilisation, lié à la définition littéraire et tainienne de l’établissement d’une psychologie des peuples sur la base des textes littéraires.

  • 18 Chervel, 1993, p. 173-181.
  • 19 Bompaire-Évesque,2002.

23L’ensemble de ces transformations sont concomitantes de la fonction de préparation à l’agrégation d’anglais impartie aux facultés de lettres avec la création des bourses de licence et d’agrégation à la fin du XIXsiècle18. À la Sorbonne, la méthode historique de Gustave Lanson se substitue à la critique rhétorique et esthétique exhibant le goût pour les « belles-lettres ». Le texte littéraire est conçu comme le produit de sources et d’influences, le critique tentant d’épuiser, avec l’histoire littéraire, la somme de ses déterminations. Les transformations de l’université sous la Troisième République et la définition « scientifique » du métier s’accompagnent d’une modification du rapport à la littérature qui cesse d’être perçue comme un réservoir de figures de style pour devenir la trace d’une façon de sentir, sur laquelle s’exerce le relativisme historique. En pratique, un compromis « historico-esthétique » s’établit entre la vision historique de l’histoire littéraire et la fonction de canonisation des œuvres qu’exerce le corps des lettrés19. L’ethos valorisé des anglicistes et celui qu’exigent les exercices de cooptation agrégative synthétise désormais l’ensemble de ces contraintes : rigueur analytique du savant et sensibilité littéraire contenue ; sobriété de la langue et puissance de la perception.

24À l’issue de ce processus, au milieu du XXe siècle, l’histoire est présente de quatre façons dans les études anglaises en France : d’abord sous l’angle de l’histoire littéraire (principalement de la littérature anglaise), qui est devenue le pôle dominant du travail angliciste ; deuxièmement sous l’angle de la « civilisation », subordonnée à l’étude littéraire et l’appréhension de « l’âme » d’un peuple, mais aussi terme englobant l’ensemble des savoirs culturels nécessaires aux apprentis anglicistes passant une année d’étude à l’étranger ; troisièmement, plus tardivement pour l’anglais, sous l’angle de la philologie, elle aussi subordonnée à l’étude des textes littéraires. Il faut faire, enfin, un cas particulier de la présence de l’histoire américaine dans les cours de l’angliciste Charles Cestre à la Sorbonne.

25L’espace états-unien est pendant le premier tiers du XXe siècle un sujet d’enquêtes et de description dans plusieurs univers. Au pôle universitaire (géographie, histoire, faculté de droit, EPHE, Collège de France), les États-Unis, laboratoire du libéralisme étudié par l’École libre de sciences politiques, la revue L’Économiste français et l’Académie des sciences morales et politiques, font l’objet d’une description centrée sur le commerce, l’industrie, le droit ainsi que l’histoire des relations franco-américaines ; au pôle non universitaire, ce laboratoire d’un nouveau monde est étudié par des réformateurs sous l’angle des solutions pratiques qu’il serait souhaitable d’apporter aux transformations des sociétés modernes : délégations d’ouvriers aux expositions universelles, cercles socialistes, journalistes, ingénieurs, enquêteurs et fonctionnaires y cherchent des indices d’un rapport harmonieux entre capital et travail et étudient le réformisme du mouvement ouvrier américain. Cette présence très forte de l’intérêt pour l’exemple américain détermine également les curiosités de Charles Cestre qui se traduisent dans le programme de civilisation américaine de 1924 à 1940 dans le certificat de littérature et civilisation américaines, certificat spécial de la faculté de lettres de Paris créé par l’arrêté du 15 avril 1921 : « production industrielle et question sociale » ou « la réforme sociale de l’industrie américaine », au XIXe siècle ou au XXe siècle, ainsi qu’une introduction à « l’histoire sociale » des États-Unis (fin XIXe en particulier).

La réinvention de la civilisation autour de 1968

26Mais l’intégration croissante du domaine américain au sein de la licence puis de l’agrégation d’anglais, liée à la transformation du certificat libre d’américain en certificat obligatoire de facto pour les prétendants à l’agrégation d’anglais, s’accompagne d’une « littérarisation » croissante du programme d’américain dans les études anglaises universitaires : le certificat prépare en amont une épreuve sur deux auteurs américains ; la structure littéraire à l’œuvre dans l’étude de la littérature anglaise tend à s’imposer plus nettement à ce certificat désormais parallèle à celui de littérature anglaise.

27Tout semble indiquer l’existence d’une réaction conservatrice – au sens où elle tend à défendre les contenus disciplinaires anciens – à l’Institut d’anglais de la Sorbonne dans les années 1950-60, à mesure que se réduisent pour les assistants, maîtres assistants et les thésards de plus en plus nombreux les chances d’accès aux postes universitaires élevés. On observe en effet ce qu’on pourrait appeler une réaction littéraire dans les années 1950-60, dont on a de nombreux indices quand on étudie l’évolution des sujets de cours sur toute la période, avec une recrudescence de la littérature anglaise et un retour à des méthodes d’analyse littéraire les plus anciennes et des sujets du type « un auteur, sa vie, son œuvre ».

28Alors que les inscriptions en thèse d’anglais augmentent très rapidement, les chances de soutenir une thèse d’anglais entamée sont divisées par trois entre la fin des années 1940 et la fin des années 1960, car le nombre de postes permettant de rédiger la longue thèse d’État n’augmente pas aussi rapidement que les inscriptions en thèse. Avec la concurrence de plus en plus forte pour la concrétisation des thèses, les chances de réussite se concentrent de plus en plus sur les thèses de facture classique portant sur la littérature anglaise avec une forte recrudescence des plans de thèse construits sur le diptyque « biographie, œuvre ». Alors que les domaines antérieurement marginaux augmentent nettement dans les inscriptions en thèses (civilisation, linguistique, domaine américain), les nouveaux recrutements dans les années 1960 ne se font qu’en littérature.

  • 20 Nous renvoyons pour plus de détails aux articles et chapitres d’ouvrage suivants : Gaubert ­ Pouly, (...)

29À la fin des années 1960, la structure des grades est très défavorable au rang B des enseignants subalternes (4,6 enseignants de rang B pour un enseignant de rang A), ce qui favorise d’autant plus une humeur contestataire que la restriction des chances d’accès aux postes élevés s’accompagne d’un recentrement autour d’une définition très classique de la discipline (littérature, sa vie son œuvre). À la veille de 1968, les sujets de thèses « déviants » sont le fait d’individus qui, dans les années suivantes, seront impliqués dans les diverses entreprises contestataires de la forme disciplinaire ancienne qui, à la faveur de l’ouverture de nouvelles universités et de nouveaux départements d’anglais, et de la multiplication des postes, trouveront à s’institutionnaliser autour de nouvelles sous-spécialités, en particulier la civilisation, la linguistique et les études américaines20.

30La formulation d’une définition alternative du contenu disciplinaire passe par sa redéfinition partielle à travers une série de déplacements et d’emprunts : parmi les redéfinitions, la présence des sciences sociales va croître avec des emprunts à la sociologie et à l’histoire, déjà présentes en pointillé dans le cursus de licence d’anglais. À cela se superposera la mobilisation de l’outillage théorique du marxisme qui permet à certains jeunes étudiants militants de reconvertir leur socialisation politique en profits intellectuels. La littérature anglaise se voit plus généralement contester sa suprématie, remplacée par celle, espérée, des éléments déjà existants mais dominés de la licence d’anglais : linguistique, civilisation, américain.

Espace des propriétés et espace des objets d’étude en 2004

31Le tableau 1 (voir annexe ci-dessous) synthétise de façon simplifiée la hiérarchie des objets d’étude que l’on peut observer actuellement chez les anglicistes universitaires. Il a été construit en croisant un certain nombre de propriétés sociales (notamment scolaires) de l’ensemble des enseignants-chercheurs anglicistes en poste en 2004 (n =1 729) avec le ou les objets d’étude qu’ils ont choisi(s) pour se présenter dans les principaux annuaires d’anglicistes. Quand un objet d’étude est surreprésenté selon une propriété (par exemple, chez les agrégés), la case est grisée, quand il est sous-représenté, la case est blanche. Apparaît alors une matrice diagonale qui permet de hiérarchiser les objets d’étude : le tableau oppose d’un côté, en haut à gauche, les propriétés dominantes chez les anglicistes, et les objets d’étude associés à ces propriétés et inversement en bas et à droite, les propriétés dominées et les objets d’étude (ou, parfois, l’absence d’objet d’étude déclaré) qui y sont associées.

32Il existe, au sein de l’anglais universitaire, une hiérarchie des objets d’étude qui correspond à une hiérarchie scolaire des producteurs de savoir angliciste. Ainsi, parmi les lauréats à l’agrégation d’anglais, ceux qui étaient classés parmi les premiers 5 %, soit 5,4 % des anglicistes, sont 11,6 % à étudier le XVIe siècle, 8,3 % la littérature, 7,6 % la Grande-Bretagne ; inversement, aucun de ces « majors » (ou quasi majors) d’agrégation ne déclare étudier l’Australie, la didactique de l’anglais ou l’anglais de l’économie ou de la gestion. Autre exemple, parmi les anglicistes anciens élèves de l’ENS de la rue d’Ulm, sont surreprésentés ceux qui étudient la littérature, l’histoire des idées, ou à la fois la littérature et la civilisation, mais sont sous-représentés ceux qui se présentent comme n’étudiant que la civilisation (et pas la littérature).

33D’un côté donc, les anglicistes dotés des propriétés scolaires dominantes (agrégés, normaliens ) sont surreprésentés dans les spécialités les plus anciennes (Grande-Bretagne, littérature, Histoire des idées) ; de l’autre, les non normaliens et les non agrégés déclarent moins souvent des objets d’étude dans les annuaires spécialisés des anglicistes (signe d’une moindre intégration aux lieux légitimes de la discipline) et sont, quand ils en déclarent, très fortement associés à des aires géographiques moins prestigieuses (Australie, Commonwealth), moins centrales historiquement du point de vue des rapports de force entre nations, ou encore dévoués à la transmission linguistique sans perspective historique spécifique (traduction, didactique, etc.).

34À mesure que les propriétés scolaires s’élèvent, les chances relatives d’étudier un objet lié au programme de l’agrégation croissent également, et plus encore celles d’étudier les aspects les plus rares du concours : ainsi, les agrégés ont une fois et demie plus de chances que les non agrégés d’étudier le XVIe siècle, tandis que les normaliens Ulm ont plus de trois fois plus de chances de l’étudier, et près de quatre fois et demie plus de chances que les autres d’étudier le XVIIe siècle. En revanche, le Moyen Âge, quasiment systématiquement exclu du programme agrégatif, ne fait pas partie des choix vers lesquels se portent plus fréquemment que les autres les anglicistes les plus dotés scolairement (alors que chez les historiens, le Moyen Âge reste hautement distinctif et son étude implique un droit d’entrée scolaire élevé).

35On voit, d’abord, que ce n’est pas l’histoire comme discipline qui est présente dans les objets déclarés, mais le caractère ancien des textes étudiés (en histoire littéraire comme en histoire des idées) notamment par les anglicistes les plus dotés scolairement, ancienneté des textes qui implique la présence d’une perspective historique. À l’inverse, la modalité du siècle, donc l’approche historique, ne s’applique pas à certains domaines d’étude (anglais pour spécialistes d’autres disciplines, par exemple, ou la didactique), qui se trouvent être les moins légitimes et/ou les moins anciennement intégrés au cursus angliciste. L’ancienneté des objets étudiés procure ainsi une forme de prestige car elle repose sur des compétences jugées plus ésotériques, ascétiques et rares. On note, par ailleurs, dans les termes d’auto-présentation proposés par les annuaires d’anglicistes, l’absence de la référence à la discipline historique ; ce sont les termes d’histoire des idées, et surtout de civilisation, qui s’imposent.

36Cette forme d’objectivation de la place symbolique des différentes spécialités au sein de la discipline angliciste permet de relativiser le discours officiel de la discipline qui consiste à placer sur un pied d’égalité, dans les programmes de concours, dans les sous-spécialités du Conseil national des universités ou dans les curricula universitaires, les trois piliers de l’agrégation depuis le début des années 1970 (littérature, civilisation, linguistique, spécialités constamment énumérées dans cet ordre symbolique contrevenant de facto au principe non hiérarchisant d’énumération alphabétique) puis, plus tardivement, l’anglais de spécialité ou anglais aux spécialistes d’autres disciplines (LANSAD), spécialité encore absente de l’agrégation.

37Néanmoins, c’est aujourd’hui le pôle appliqué (transmission de l’anglais pour des besoins pratiques, en Langues étrangères appliquées - LEA ou LANSAD) qui suscite le plus grand nombre de postes d’enseignants et d’enseignants-chercheurs d’anglais publiés à l’université (cf. tableau 2, infra).

Tab. 2 - Chances selon la spécialité de voir publié un poste de cette spécialité. Section 11 du CNU (Conseil national des universités), 2009.

Source : Liste de tous les postes d’enseignants-chercheurs publiés en 2009. Mis en ligne en août 2009 sur le site « Galaxie » du ministère de l’Enseignement supérieur et de la recherche. https://www.galaxie.enseignementsup-recherche.gouv.fr/​ensup/​emplois_publies.html.

Profil des postes publiés en 2009 en section 11 MCF PR Total Part de la spécialité %  % de MCF Nombre annuel moyen de thèses qualifiées entre 2000 et 2005 Rapport entre le nombre de thèses annuellement qualifiées et le nombre de postes de MCF
Anglais de spécialité ou LEA 39 6 45 29,6 86,7 8 4,9
Civilisation ou histoire 22 26 44 28,9 50 43 0,5
Études anglophones 8 8 16 10,5 50 / /
Littérature 9 11 20 13,2 45 55 0,2
Linguistique 11 7 18 11,8 61,1 17 0,6
Traduction 4 0 4 2,6 100 1,3 3,1
Non précisé 1 0 1 0,7 100 / /
Total 94 58 152 100 61,8 124 0,8
  • 21 Calculs établis à partir de la liste des qualifiés par la section d’anglais du Conseil national des (...)

38La hiérarchie des objets d’étude « payants » en termes de postes pour les doctorants se distingue donc nettement de la hiérarchie symbolique des spécialités prestigieuses : les postes de littérature sont relativement peu nombreux (entre 13 à 20 % si l’on ajoute une part de ceux qui sont fléchés « études anglophones » à ceux qui sont explicitement en « littérature »), largement dépassés par ceux de civilisation (dont les titulaires sont souvent appelés à enseigner aussi en LEA) et d’anglais de spécialité, didactique et LEA. Ceux dont la thèse de la littérature a été qualifiée par la section d’anglais du Conseil national des universités ont ainsi 30 fois moins de chance de voir publié un poste en littérature que les personnes dont la thèse a été qualifiée en anglais de spécialité un poste en anglais de spécialité21. Il arrive donc de plus en plus souvent que les anglicistes littéraires postulent sur ces postes d’anglais de « spécialité » (et puissent les obtenir, alors que la réciproque n’est pas vraie, ce qui montre que la hiérarchie symbolique interne perdure). La civilisation occupe, en la matière, une position intermédiaire : moins prestigieuse historiquement que la littérature, elle permet néanmoins plus facilement d’obtenir un poste de civilisationniste ou à défaut de civilisationniste et d’enseignant LANSAD.

Conclusion

39Nous avons présenté quelques éléments d’analyse des transformations historiques de l’anglais universitaire en soulignant à la fois l’inertie des hiérarchies héritées et les forces qui concourent à transformer les rapports de force au sein de la discipline. Du point de vue de la définition de l’anglais comme « compétence » linguistique, l’anglais universitaire a tous les airs d’un monde « inversé ». Ses représentants les plus légitimes forment un corps qui travaille à sa propre perpétuation, en valorisant l’ensemble des objets savants constitués historiquement au sein de la discipline (par ordre décroissant d’ancienneté et de prestige : littérature, civilisation, linguistique théorique), plutôt qu’à la seule et nécessaire transmission linguistique qui s’effectue de surcroît et est communément partagée mais n’est ni suffisante, ni distinctive, bien qu’elle reçoive toutes les attentions des réformateurs universitaires et des instances ministérielles. Les anglicistes occupent un espace différencié où les fonctions de transmission linguistique sont fortement dévaluées mais reçoivent aujourd’hui, à la faveur des transformations universitaires, le soutien, via la création de postes, des instances administratives.

40L’analyse mériterait d’être poursuivie de manière à faire apparaître aussi les différenciations internes à chacune des « spécialités » des anglicistes, vouant les uns à la certification dans de futurs collèges universitaires a-disciplinaires et les autres (moins nombreux), soit à la célébration de la littérature (conservée), soit à la linguistique appliquée à la traduction automatique ou à la didactique, soit à la production de savoirs sur l’étranger (anglo-saxon) pour les besoins de la « psychologie » du commerce (civilisation pour Langues étrangères appliquées), soit à la production de ces savoirs sur l’étranger concurrents ou indiscernables (si ce n’est institutionnellement) de ceux que produisent la science politique, l’histoire ou la sociologie.

Haut de page

Bibliographie

Bompaire-Évesque 2002 = C. Bompaire-Évesque, Le procès de la rhétorique dans l’enseignement supérieur français autour de 1900, dans Revue d’histoire littéraire de la France, 102, 2002-3, p. 389-404.

Cazamian - Legouis = L. Cazamian et E. Legouis, Histoire de la littérature anglaise, Paris, 1924.

Charle 1985 = C. Charle, La Faculté des lettres de Paris. 1809-1908, Paris, 1985.

Charle 1986 = C. Charle, Les professeurs de la Faculté des lettres de Paris. Dictionnaire biographique, 1909-1939, Paris, 1986

Charle 1994 = C. Charle, Ambassadeurs ou chercheurs ? Les relations internationales des professeurs de la Sorbonne sous la IIIe République, dans Genèses, 14, 1994, p. 42-62.

Chervel 1993 = A. Chervel, Histoire de l’agrégation. Contribution à l’histoire de la culture scolaire, Paris, 1993.

Espagne 1993 = M. Espagne, Le Paradigme de l’étranger, Paris, 1993.

Espagne - Lagier Werner 1994 = M. Espagne, F. Lagier, M. Werner, Le Maître de langue. Les premiers enseignants d’allemand en France (1830-1850), Paris, 1991.

Frijhoff 1995 = W. Frijhoff, L’introduction des langues modernes à l’université : questions de théorie et de méthode, dans Documents pour l’histoire du français langue étrangère ou seconde, 16, 1995, p. 45-64.

Gaubert - Pouly 2012 = C. Gaubert, M.-P. Pouly, Transformations morphologiques et mobilisations disciplinaires : les enseignants et étudiants de l’Institut d’anglais de la Sorbonne en 1968, dans Actes de la recherche en sciences sociales, n° 194, 2012, p. 78-97 

Gerbod 1965 = P. Gerbod, La Condition universitaire en France au XIXe siècle, thèse pour le doctorat ès lettres présentée à la Faculté des lettres et sciences humaines de l’Université de Paris, 1965.

Guillory 1987 = J. Guillory, Canonical and non-canonical : a critique of the current debate, dans English Literary History, 54-3, automne 1987, p. 483-527.

Pouly 2009 = M.-P. Pouly, L’« Esprit » du capitalisme et le corps des lettrés. L’inscription scolaire de l’anglais et sa différenciation. XIXe-XXe siècles, thèse de sociologie, Paris, EHESS, 2009.

Pouly 2010 = M.-P. Pouly, Analystes et analyses de la curiosité américaniste des anglicistes en France, dans Nuevo mundo, mundos nuevos, Debates, janvier 2010 

Pouly 20121 = M.-P. Pouly, La différenciation de l’enseignement de l’anglais vers la fin du XIXe siècle en France, dans Histoire de l’éducation, 133, 2012, p. 5-41.

Pouly 20122 = M.-P. Pouly, L’anglais de la Sorbonne à Vincennes, dans C. Soulié (dir.), Un mythe à détruire ? Origines et destin du Centre universitaire expérimental de Vincennes, Paris, 2012, p. 281-313.

Puren 1988 = C. Puren, Histoire des méthodologies de l’enseignement des langues, Paris, 1988.

Reynaud-Paligot 2008 = C. Reynaud-Paligot, La psychologie des peuples et ses applications durant l’entre-deux-guerres, dans Revue de synthèse, 129-1, 2008, p. 125-146.

Tuilier 1994 = A. Tuilier, Histoire de l’université de Paris et de la Sorbonne, t. 2, Paris, 1994.

Wilfert 2002 = B. Wilfert, Cosmopolis ou l’homme invisible. Les importateurs de littérature étrangère en France, 1880-1914, dans Actes de la recherche en sciences sociales, 144, 2002, p. 33-46.

Haut de page

Document annexe

Haut de page

Notes

1 Nous ne prendrons pas ici pour objet les acteurs et les débats qui ont conduit à la scolarisation de l’anglais au cours du XIXe siècle, dont l’analyse est conduite ailleurs. Voir en particulier Pouly 2009.

2 Dans la division du travail savant, suivant la division du travail de domination internationale, l’outillage mental de l’anthropologie et les méthodes ethnologiques semblent initialement réservés aux peuples sans écriture susceptibles d’être colonisés tandis que la catégorie de littérature s’applique aux nations concurrentes pour saisir l’esprit (ou « l’âme ») des peuples. Voir Reynaud-Paligot 2008.

3 Pour plus de détails, voir Pouly 20121.

4 Frijhoff 1995.

5 Tuilier 1994, p. 490.

6 Espagne - Lagier - Werner 1991, p. 118.

7 Puren 1988, p. 46-48.

8 Gerbod 1965, p. 453.

9 Dénombrements réalisés à partir des données collectées par André Chervel (base INRP) pour la période 1849-1950.

10 Wilfert 2002.

11 Wilfert, idem, p. 44.

12 Voir Guillory 1987.

13 Charle 1986 ; Charle 1985.

14 Charle 1994. Voir aussi le numéro 48/1, 2001/1 de la Revue d’histoire moderne et contemporaine.

15 Pour la liste des chaires et de leurs occupants, voir Espagne, 1993. La première chaire de littérature comparée est créée à Lyon en 1896 et la discipline s’établit plus nettement dans les années 1920.

16 Reynaud-Paligot, 2008.

17 Cazamian - Legouis, 1924.

18 Chervel, 1993, p. 173-181.

19 Bompaire-Évesque,2002.

20 Nous renvoyons pour plus de détails aux articles et chapitres d’ouvrage suivants : Gaubert ­ Pouly, 2012 ; Pouly, 2010 ; Pouly, 20122.

21 Calculs établis à partir de la liste des qualifiés par la section d’anglais du Conseil national des universités, par objet d’étude, et de la liste de tous les postes d’enseignants-chercheurs publiés en 2009.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie-Pierre Pouly, « Hiérarchie des objets d’étude au sein de l’anglais universitaire en France, XIXe-XXIe siècles », Mélanges de l’École française de Rome - Italie et Méditerranée modernes et contemporaines [En ligne], 127-2 | 2015, mis en ligne le 27 octobre 2015, consulté le 24 septembre 2017. URL : http://mefrim.revues.org/2235 ; DOI : 10.4000/mefrim.2235

Haut de page

Auteur

Marie-Pierre Pouly

Université de Limoges, GRESCO - marie-pierre.pouly@unilim.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© École française de Rome

Haut de page
  • Logo École française de Rome
  • Revues.org