Navigation – Plan du site
Aux bords des institutions. À propos du «commerce actif» en Méditerranée à l'époque moderne

Présentation

Guillaume Calafat et Biagio Salvemini

Texte intégral

On appelle commerce actif celui qu’un peuple fait avec avantage chez un autre qui paie ses marchandises ou tout en argent comptant, ou partie seulement en d’autres marchandises qui lui sont nécessaires. Ce commerce enrichit celui qui le fait, à proportion de ce qu’il appauvrit celui qui le supporte.
Le commerce passif est celui qu’on fait avec perte, en donnant pour les marchandises dont on a besoin, non seulement le superflu de ses productions naturelles, mais encore son argent comptant. Il est ruineux pour le pays où il a lieu.

Anton Friedrich Büsching, Introduction à la connaissance géographique et politique, le commerce et les finances, des États de l’Europe, Amsterdam, J. H. Schneider, 1781, p. 154.

Ainsi il y a un commerce actif & un commerce passif. Il est évident que le commerce passif diminue le bénéfice de l'exportation, & augmente le prix de l'importation. Il est contraire à l'objet du commerce dans un état, puisqu'il dérobe à son peuple le travail & les moyens de subsister; il en arrête l'effet, puisqu'il diminue la richesse relative de cet état.
Le commerce passif produit encore un autre désavantage: la nation qui s'est emparée du commerce actif d'une autre, la tient dans sa dépendance; si leur union vient à cesser, celle qui n'a qu'un commerce passif reste sans vigueur: son agriculture, son industrie, ses colonies sont dans l'inaction, sa population diminue, jusqu'à ce que par des efforts dont les progrès sont toujours lents & incertains, elle reprenne un commerce passif.

François Véron de Forbonnais, « Commerce », dans Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné des sciences des arts et des métiers, Denis Diderot, Jean Le Rond d’Alembert (dir.), Paris, Briasson, tome 3, p. 698.

  • 1 Pour une description du programme « Aux bords des institutions » qui regroupe l’Università di Bari, (...)

1Le présent dossier rassemble une partie des contributions présentées lors d’une journée d’études sur le « commerce actif » tenue à l’École française de Rome le 24 février 2012. Il s’inscrit, plus généralement, dans le cadre d’un programme de recherche collectif - « Aux bords des institutions » (2011-2014) - qui se proposait d’analyser les interactions entre les institutions de régulation du commerce, les pouvoirs politiques et les acteurs économiques de l’époque moderne. Centré essentiellement sur la Méditerranée européenne d’un « long XVIIIe siècle », le programme s’est tour à tour intéressé aux fraudes comme révélatrices de configurations institutionnelles différenciées en Méditerranée, ainsi qu’aux rationalités économiques et aux « moralités marchandes » de l’Ancien Régime1. La rencontre sur le « commerce actif » cherchait, quant à elle, à soulever la question des politiques économiques menées par différents pouvoirs méditerranéens de l’époque moderne afin de favoriser le développement d’une balance commerciale excédentaire, censée assurer la richesse des États, la félicité publique et le prestige du souverain. La recherche du « commerce actif » et son corolaire, la hantise du « commerce passif », bien perceptibles dans les citations de Forbonnais et Büsching mises en exergue ici, influaient ainsi directement sur l’édification et l’adaptation d’institutions marchandes établies pour accroître le trafic et le commerce des différentes places portuaires et marchandes en Méditerranée. Les tentatives de territorialisations et de bornages juridictionnels des échanges multipliaient les sources de productions normatives et faisaient naître de nombreuses tensions entre acteurs du commerce et pouvoirs politiques concurrents.

2 Ces tensions apparaissent nettement dans chacun des différents articles qui composent ce dossier. Andrea Addobbati, dans son texte sur la profession des courtiers (sensali) livournais, s’intéresse aux efforts de régulation des intermédiaires commerciaux, rouage essentiel des échanges dans le « port franc » toscan ; il décrit notamment les différentes politiques – délégation, coercition, concertation – menées par les autorités toscanes pour tenter de réguler et de discipliner le courtage aux XVIIe et XVIIIe siècles. Jean-Baptiste Xambo revient de son côté sur « l’affaire Villareal », du nom de ce marchand juif livournais installé à Marseille suite à l’édit d’affranchissement du port souhaité par Colbert en 1669. À travers l’histoire des vives résistances des négociants marseillais qui mènent à l’expulsion des juifs du port provençal en 1682, l’article met en lumière la difficile application d’une politique économique royale, face à une classe marchande marseillaise à la fois solidement implantée et jalouse de ses privilèges. Dans son article sur le commerce des chiffons destinés à la fabrication du papier, Augusto Ciuffetti rappelle quant à lui l’intérêt d’étudier spécifiquement certains types de produits, en raison de la grande variabilité des règlements associés ponctuellement à chaque marchandise. Les échecs successifs des projets de réformes des États pontificaux pour réguler le marché des chiffons aux XVIIIe et XIXe siècles témoignent bien de la propension de certains acteurs économiques à passer outre les réglementations étatiques et à recourir volontiers à la contrebande. L’étude de Christopher Denis-Delacour renseigne pour sa part sur l’institution du tribunal du Consulat de la mer de Civitavecchia en 1742, qui accompagne le développement du port franc voulu par les États pontificaux. L’article souligne les nombreuses collusions entre le monde du négoce, les experts du tribunal et les juges-marchands du port tyrrhénien. Enfin, Daniele Andreozzi, dans sa recherche sur le port franc de Trieste, montre l’adaptation pragmatique des politiques « mercantilistes » affichées par les Habsbourg (au nom précisément du « commerce actif ») à la configuration politique, sociale et économique complexe de l’Adriatique septentrionale du XVIIIe siècle. Ces cinq travaux renseignent par conséquent de manière située sur les institutions du commerce d’Ancien Régime, pensées et analysées comme autant d’espaces de négociations et d’oppositions économiques, sociales et politiques.

Haut de page

Notes

1 Pour une description du programme « Aux bords des institutions » qui regroupe l’Università di Bari, l’École Française de Rome, l’Universität Basel et la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme d’Aix-en-Provence, voir : https://dg.philhist.unibas.ch/forschung/projekte/projektseiten/aux-bords-des-institutions/ Le programme a donné lieu à plusieurs dossiers d’articles : « Frodi marittime tra norme e istituzioni (secc. VII-XIX) » dirigé par Biagio Salvemini et Roberto Zaugg, Quaderni Storici, vol. 2 (2013) ; « Moralités marchandes dans l’Europe méditerranéenne au XVIIIe siècle. Institutions, appartenances, pratiques » dirigé par Christopher Denis-Delacour et Biagio Salvemini, dans Rives méditerranéennes, n° 49 (2014).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Guillaume Calafat et Biagio Salvemini, « Présentation », Mélanges de l’École française de Rome - Italie et Méditerranée modernes et contemporaines [En ligne], 127-1 | 2015, mis en ligne le 30 juin 2015, consulté le 23 mars 2017. URL : http://mefrim.revues.org/2191 ; DOI : 10.4000/mefrim.2191

Haut de page

Auteurs

Guillaume Calafat

Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne (IHMC), ERC Configmed - gcalafat@univ-paris1.fr

Biagio Salvemini

Università di Bari, ERC Configmed - biagio.salvemini@uniba.it

Haut de page

Droits d’auteur

© École française de Rome

Haut de page
  • Logo École française de Rome
  • Revues.org