Navigation – Plan du site
Mythe, Histoire, Croisade. Autour d’Alphonse Dupront

Les croisades de la liberté en France au XIXe siècle

Guy Bedouelle o.p.

Résumés

La communication est conçue comme une analyse, un commentaire et un prolongement du chapitre VIII du Mythe de croisade : « Croisade et chevalerie. Fils des croisés et service inutile » (en particulier les p. 724-738 du tome II). Le cadre des réflexions d’Alphonse Dupront se situe dans la période 1830-1870. Elles présentent la « pulsion de croisade » de Montalembert entre l’expédition d’Alger, antérieure aux Trois Glorieuses, et l’épopée des zouaves pontificaux. La question historique ici posée est celle du rôle de l’aristocratie dans une société sans chevalerie, sans féodalité, sans monarchie héréditaire légitime et sans théocratie. L’esprit de croisade va mener progressivement cette aristocratie vers l’ultramontanisme et le soutien des États pontificaux, dernier refuge de la théocratie. Les prolongements de ces analyses peuvent se faire d’abord vers les croisades pour les libertés nationales. Le cas de la Pologne est emblématique. Au-delà de la querelle qui oppose Lacordaire et Montalembert sur le rôle de l’aristocratie dans la société à venir, c’est tout le libéralisme catholique qui s’engage pour soutenir le combat chevaleresque des Polonais contre l’oppression tzariste et pour la foi catholique. Mais il y a aussi une croisade plus souterraine, celle de l’art chrétien, menée avec persévérance par Alexis-François Rio, ami de Lacordaire et surtout de Montalembert, qui fait se rejoindre au Moyen Âge l’idéal ascétique et l’idéal chevaleresque.

Haut de page

Entrées d’index

Mots-clés :

Alphonse Dupront

Keywords :

Alphonse Dupront
Haut de page

Texte intégral

1Dans le Mythe de croisade, Alphonse Dupront consacre une trentaine de pages remarquablement informées, servies par un vocabulaire et une sémantique, de la croisade chevaleresque au XIXe, puis au XXe siècle. Dans ce chapitre du tome II, dédié aux « fils des croisés et service inutile », retenons les pages 724-737, dans lesquelles A. Dupront en déploie les harmoniques de 1830 à 1870. Retraçons-en le cadre, tentons d’en dégager la signification, essayons d’en prolonger les perspectives.

Le cadre

  • 1 C. de Montalembert, Journal intime inédit, II, 1830-1833, texte établi par L. Le Guillou et N. Roge (...)
  • 2 A. Dupront, Le mythe de croisade, II, Paris, 1997, p. 725.
  • 3 É. Poulat, Liberté. Laïcité. La guerre des deux France et le principe de modernité, Paris, 1987.

2Au point de départ, il y a l’expédition d’Alger « qui partit comme une croisade », à laquelle peu de nobles participèrent mais qui résonna pour le monde ultra comme « la revanche de saint Louis ». Apprenant la victoire du 4 juillet 1830, Charles de Montalembert qui vient d’avoir vingt ans, s’écrie : « quelle gloire ! Quelle merveilleuse victoire !... Puisse Dieu nous faire la grâce d’en profiter »1. C’est à ce jeune aristocrate qu’A. Dupront consacre les pages suivantes. Libéral comme sa génération, « Montalembert, nature religieuse d’une générosité rare, vivra en état permanent de croisade » 2. Ses croisades, que vous allons reprendre plus en détail, sont, plus tard, fièrement assumées comme un héritage par le fameux mot prononcé à la tribune de la Chambres des pairs, le 16 avril 1844, et qui a donné son titre au chapitre que nous analysons : « Nous sommes les fils des croisés ; nous ne reculerons pas devant les fils de Voltaire ». Cette distinction de deux catégories, au-delà des passages de l’une à l’autre, préfigure peut-être les « deux France » dont M. Émile Poulat a parlé dans un contexte plus tardif3.

  • 4 A. Dupront, Le mythe de croisade… cit., p. 728.
  • 5 Cité par le P. É. Lecanuet, Montalembert, II, Paris, 1898, p. 503.
  • 6 A. Dupront, Le mythe de croisade… cit., p. 732.

3En effet, la croisade du XIXe siècle est « la défense de la religion », « latence neuve de croisade » dit Dupront 4. « L’esprit ultra, pour anglican qu’il soit, est condamné, à peine de n’être plus chevaleresque, à se faire lentement ultramontain ». Les croisés se mettent donc à la disposition de la papauté. Il s’agit de se vouer « au service du droit [...] le plus sûr et le plus sacré de tous, personnifié par le Pape », comme le dit Montalembert en 18505. C’est pourquoi le vicomte de La Vausserie peut parler de l’expédition des zouaves pontificaux comme de « la croisade d’Italie en 1860 », « pauvres jeunes fous qui sont venus périr à Castelfidardo, se croyant des croisés », comme le dit Veuillot, évidemment pour les défendre6.

  • 7 Revue des Deux-Mondes, 33, mai-juin 1861, p. 181-218.

4Enfin, sur les traces de Chateaubriand, le XIXe siècle français connaît aussi le pèlerinage en Orient vers lequel partent, parmi tant d’autres, Charles-André de Marcellus qui en rapporte la Vénus de Milo ; Michaud, parti pour visiter à soixante-deux ans les lieux de son Histoire des croisades ; Montalembert, encore lui, que la crise ouverte en 1840 par l’occupation de la Syrie par Méhémet-Ali contraint à ne pas poursuivre au-delà de Constantinople ; Louis de Ségur enfin qui, en 1860, conduit les princes d’Orléans jusqu’à Palmyre et Jérusalem7.

La signification

  • 8 A. Dupront, Le mythe de croisade… cit., p. 728.

5Dans sa densité, la pensée de Dupront, qui semble cheminer vers sa propre intériorité, n’est pas si aisée à saisir, ici comme ailleurs. Parmi tant d’autres questions posées à l’historien, on ne retiendra dans ces pages que celle du rôle de l’aristocratie, ouvert depuis son retour dans la société et la politique en 1815. Si, en effet, l’expédition d’Alger peut avoir implicitement la forme d’un dernier sursaut de chrétienté, où la croisade, comme au Moyen Âge, a pour fonction de reprendre à l’Islam une terre anciennement chrétienne, qu’en est-il après la Révolution de 1830 ? Sans théocratie, même plus sous sa forme atténuée de la sainte alliance du trône et de l’autel, sans chrétienté et sans féodalité, mais réunie toutefois dans une Chambre des Pairs, quel rôle peut et doit encore assumer l’aristocratie française ? Il y a comme une vacuité de croisade, une latence 8, une nécessaire transmutation à opérer.

6Alphonse Dupront insiste sur la formule utilisée par Montalembert : « nous sommes fils de croisés » (c’est-à-dire nous ne sommes pas croisés nous-mêmes). C’est bien faire droit à cette recherche de paternité à laquelle Montalembert, par exemple, orphelin à vingt ans, se livrera pendant ses années décisives, avec Daniel O’Connell en 1829, Lamennais de 1830 à 1833, le général Skrzynecki à partir de 1833. Et peut-être avec Lacordaire, pourtant plus âgé que lui de huit ans seulement...

  • 9 Ibid., p. 725.

7À un moment décisif, Lamennais, lui aussi gentilhomme, et breton, lui écrit : « Tu t’en vas, t’enfonçant dans le passé, c’est-à-dire dans le vide » 9. C’est le 2 février 1834, au moment où Félicité de Lamennais  a, lui, choisi déjà l’avenir futuriste d’un au-delà du christianisme. Entre le passé médiéval de la croisade et la prophétie démocratique, quel sera le choix historique de l’aristocratie française ?

  • 10 Ibid., p. 728.
  • 11 Ibid., p. 732.

8L’évolution décrite par Dupront permet de comprendre, même si bien d’autres facteurs ont joué, le passage de la noblesse catholique d’un certain gallicanisme, à l’image de la monarchie et cela jusqu’au Second Empire, vers un ultramontanisme qui régnera chez elle en maître par la suite, en dépit, puis à cause, des indéfectibles réflexes nationaux des gouvernements français, quels qu’ils soient. La défense du pontife romain et de ses États s’opèrerait alors comme un transfert du mythe de croisade, qui a l’avantage de transcender les clivages dynastiques 10. Mais il s’agit bien et toujours de la défense d’un idéal théocratique, dans son dernier réduit, si l’on peut dire : celui du pape-roi. Cela explique de surcroît cet au-delà du conservatisme de l’aristocratie qui va se manifester de multiples manières et dont Alphonse Dupront dit très bien : « parce qu’elle est chevalerie, la noblesse participe d’un plus haut et plus large service. Sa contracture défensive, au long du XIXe siècle, l’amène à cette découverte d’elle-même » 11. Ce sera le service de l’Église, mais plus encore celui de la nation française.

Des prolongements

  • 12 É. Lecanuet, Montalembert, I, Paris, éd. 1904, p. 403.
  • 13 Lacordaire – Montalembert, Correspondances, établie par L. Le Guillou, Paris, 1989, p. 223.

9Comme toute vraie pensée, cette analyse invite à la réflexion et à des prolongements. Il ne s’agit pas de rectifier les approches de Dupront, dont l’analyse de textes révèle les nuances et les prudences, sauf sur un point. En effet, suivant une lecture de Lecanuet, Dupront fait dire à Lacordaire, écrivant à Montalembert, le 2 décembre 1833 : « La retraite, l’étude, une religion moins politique et plus réelle, voilà ce qui peut te sauver »12. Ce terme de « religion politique » entraîne A. Dupront dans un certain nombre de développements. Mais, il semble bien qu’on doive lire, avec l’édition de Louis Le Guillou13 : « une religion moins poétique et plus réelle », ce qui porte le débat sur un tout autre registre.

  • 14 Ces lettres de Montalembert sont publiées, de façon parfois fautive, par A. Trannoy, le romantisme (...)
  • 15 Ibid, p. 442.
  • 16 Ibid., p. 444.
  • 17 Ibid., p. 474.
  • 18 Ibid., p. 483.

10Le premier prolongement peut être d’abord éclairé par la relation de Montalembert à Lacordaire. C’est très justement que Dupront a relevé l’importance d’un débat entre les deux amis sur le rôle de l’aristocratie dans la nouvelle société, qui se situe, par un échange de trois lettres de part et d’autre, entre septembre 1839 et février 1840, au moment où Lacordaire fait son noviciat dominicain en Italie14. Dans la première de ses lettres, du 20 septembre 1839, Montalembert répond longuement à une diatribe du novice qui est en train d’écrire sa Vie de saint Dominique et disculper le fondateur des Prêcheurs du péché d’Inquisition. Dans ce plaidoyer véhément pour l’aristocratie européenne, Montalembert rappelle avec une certaine ironie que l’aristocratie polonaise, attaquée par Lacordaire, fut « la seule qui se présenta sur la brèche et qui sauva l’Europe en 1686 (sic) alors que Louis XIV, ce grand précurseur de la démocratie moderne, fomentait les efforts des Turcs contre le Saint Empire » 15. L’Église ne trouva-t-elle pas « dans l’aristocratie des armées toujours nombreuses et toujours fidèles pour exécuter ses volontés, témoin les croisades, la guerre des investitures, celle des Albigeois ? » 16. Lacordaire déclara ne pas avoir voulu attaquer l’aristocratie du Moyen Âge, mais seulement celle de la fin de l’Ancien Régime. La controverse se poursuivit d’une manière plus calme ensuite. En fait, Lacordaire défend moins la démocratie et l’abolition du principe héréditaire que la société moderne. Ainsi, alors que Montalembert avait parlé des « épouvantables catastrophes de l’industrie moderne » 17, Lacordaire lui rétorque vertement, le 21 avril 1840 : « qu’est-ce que cette diatribe contre l’industrie comme si l’industrie n’était pas capable d’être christianisée ? » 18.

  • 19 A. Dupront, Le mythe de croisade… cit., p. 727.

11Pourtant, au-delà des divergences sur le rôle de l’aristocratie dans la société, les libéraux catholiques se retrouvent pour ce que le Père de Ravignan, le jésuite qui succède à Lacordaire dans la chaire de Notre-Dame, appelle « la croisade de la liberté catholique » 19. Tout « plébéien » qu’il soit, comme Lacordaire aime à se qualifier devant Charles de Montalembert, son jeune ami aristocrate, il ne cesse de se référer au vocabulaire de la croisade. Il le fait bien avant de rencontrer Montalembert puisqu’en 1824 déjà, dans une lettre à son camarade Victor Ladey, après la mort de Lord Byron à Missolonghi, il exalte l’entreprise des Croisés en jugeant l’Islam avec l’assurance et l’intransigeance d’un garçon de vingt-deux ans qui vient d’entrer au séminaire :

  • 20 Lettre du 28 novembre 1824, Répertoire de la correspondance de H.-D. Lacordaire, I, 1816-1839, G. B (...)

Quel temps préfères-tu de celui où les nations, les chevaliers et les rois quittaient leur patrie à la voix d’un moine pour aller secourir les chrétiens de l’Orient, combattre une religion stupide, et déposer leurs épées victorieuses sur le tombeau du sauveur du monde [ou de celui d’] aujourd’hui [quand] des journalistes parlent en faveur de la Grèce opprimée par les barbares ? [...] on fait des phrases et personne ne bouge [...] Sans doute les croisades ont présenté quelquefois d’étranges spectacles [...] mais je cherche en vain quelque chose de plus beau que ce mouvement de l’Europe pour reporter la civilisation en Asie, pour chasser les Barbares qui se sont placés là pour tracer une limite à nos sciences, à nos arts, à notre commerce et qui ont envahi le tombeau d’où l’Europe moderne est sortie, cette Jérusalem, l’autre ville éternelle20.

  • 21 Lettre du 1er janvier 1827, ibid., p. 216.

12En 1827, s’adressant à un autre ami de jeunesse, Edmond Boissard, Lacordaire, mêlant avec un certain art les pèlerins d’Emmaüs et les Croisés, évoque leur jeunesse commune. Comme « deux de ces anciens chevaliers », ils ont marché ensemble, parlant « avec une sorte d’ardeur et de tristesse de Jérusalem et de la croisade », et ensuite au lieu de se dire : « Dieu le veut ! », ils ont dit : « que veut Dieu ? » et ils se sont séparés21. On voit donc que la référence chevaleresque à la Croisade n’est pas le monopole de l’aristocratie en ce premier tiers du XIXe siècle.

  • 22 Lettre du 1er mars 1831, ibid., p. 320.

13Nul doute que l’entreprise de l’Avenir et sa défense des libertés n’ait été conçue comme une croisade. Accueillant un poème d’Edmond Turquéty, aux « sentiments religieux et libéraux », Lacordaire lui écrit : « Vos vers [...] nous ont appris que la cause sainte, que la croisade du dix-neuvième siècle trouverait partout une sympathie digne d’elle [...] Nous avons toujours pensé que Dieu nous enverrait des bardes catholiques, et déjà plusieurs des premiers poètes français nous ont donné des preuves que la poésie se souviendra tôt ou tard de sa grande vocation sur la terre »22.

  • 23 La constante et admirable Irlande, la victorieuse Belgique, dans La Révolution de Pologne, article (...)
  • 24 Ibid., p. 127.
  • 25 G. Bordet, La Pologne, Lamennais et ses amis, 1830-1834, Paris, 1985, p. 37.

14Alors que la devise « Dieu et la liberté » paraît inscrite sur la première page du journal comme sur une oriflamme, l’engagement de ceux qui s’appellent eux-mêmes catholiques libéraux est complet en faveur de la Belgique et de ses fragiles débuts, de l’Irlande et de ses audaces23. Ailleurs, l’Irlande est qualifiée de « Palestine moderne »24, mais le vocabulaire de la croisade semble surtout se concentrer autour de la défense de la Pologne. Peut-être vaut-il la peine de rappeler que, sur un total de 338 numéros de l’Avenir, on a pu repérer 370 articles ou dépêches concernant la Pologne opprimée ou insurgée25.

  • 26 N. Taillade, Montalembert, Rome et la Pologne (1833-1850), dans Libéralisme chrétien et catholicism (...)
  • 27 Œuvres polémiques ... cit., n. 11, p. 125.
  • 28 Ibid., p. 190.

15Montalembert est le plus ardent défenseur de la Pologne qui sera toujours comme un amour de jeunesse26, personnifiée par Hedwige Lubomirska, rencontrée à Rome et qu’il ne lui sera pas permis d’épouser. Sous sa plume, la Pologne est toujours celle qui incarne la résistance catholique au cours des siècles : « en 1683, elle sauva seule, sous les murs de Vienne, le catholicisme et la civilisation, et renouvela, en face de l’Europe énervée par le despotisme, le sublime spectacle d’une croisade ! »27. L’insurrection de Varsovie en 1830 et 1831 est évoquée en des termes qui font appel à l’imagerie des Croisades. « Les patriotes s’écrient "comme Urbain II ou saint Bernard" : Qui est avec Dieu, Dieu est avec lui [...] Et ceux-ci, avec ces drapeaux où il y a une croix rouge, avec ces canons, ces armes, ce bruit, où vont-ils ? Ils vont, avant de combattre, prier aussi leur pontife de bénir le combat et lui jurer de mourir pour Dieu et la liberté »28. On pourrait multiplier ces allusions aussi sous la plume des autres collaborateurs de l’Avenir.

  • 29 M. Bouteron, Pologne romantique, Paris 1937, p. 167-191.

16Mais c’est dans la Préface aux pages inspirées que Mickiewicz composa à Paris, et que Montalembert voulut aussitôt traduire sous le titre du Livre des Pèlerins polonais29, que se trouve organisés comme en une symphonie les thèmes de la Croisade. Sans pouvoir citer tout le texte, donnons quelques exemples.

  • 30 Ibid., p. 243. Œuvres polémiques et diverses, I, Paris, 1860, p. 243.

17En Pologne, « tout ce qu’il y a eu de chevaleresque et de saint au Moyen Âge, s’est allié avec tout ce qu’il y a de progressif et de vivace dans le nôtre [...] Le catholicisme, ce vieux dominateur des nations, doit à la Pologne une page de son histoire digne de figurer à côté de celles où il a enregistré les gloires des croisades et de la Vendée ». Les générations n’oublieront [...] ni ces jeunes guerrier, intrépides et pieux comme des croisés, et que la seule pudeur de l’amitié nous empêche de nommer, ni ce Julien Małachowski, mourant la faux à la main avec ce cri : « Quiconque croit en Dieu ne craint pas l’homme » ; ni surtout ce Skrzynecki, généralissime d’une armée libérale avec le scapulaire sur la poitrine, fêtant les jours saints par des victoires, terminant ses bulletins par une pensée pour Dieu et les âmes des morts, publiant des proclamations qu’on croirait emprunter aux livres des Macchabées, mettant à l’ordre du jour de son armée des exhortations et des prières qu’auraient pu lui léguer Godefroi ou saint Louis »30.

  • 31 Montalembert et sa correspondance inédite avec le Généralissime Skrzynecki, par I.-N.S., Paris, 190 (...)
  • 32 Journal intime inédit, II, le 5 octobre 1833, p. 381.

18Rappelons ici encore l’importance qu’eut le général Skrzynecki pour Montalembert qui en fit son confident, son directeur spirituel, son « confesseur laïc » comme dit très bien l’éditeur quasi anonyme de leur correspondance31. Montalembert, après sa première rencontre avec lui, s’écrie : « L’accueil que me fait ce héros de mon imagination et de ma foi, ce pieux chrétien, ce saint guerrier, l’honneur et la consolation de ce siècle, m’a comblé de fierté et de joie [...] Je trouve en lui tout ce que j’aurais pu désirer ou espérer : c’est le modèle du chevalier chrétien, un saint et un héros »32.

  • 33 Lettre du 14 décembre 1833, éd. L. Le Guillou, p. 234.

19Les références enflammées à la Croisade n’empêchèrent pas que la Préface de Montalembert fut blâmée explicitement à Rome. Lacordaire, qui y voyait ce que Montalembert avait « de plus insensé comme conduite et de plus mauvais comme goût littéraire »33, devait connaître une mésaventure semblable, quelques années plus tard.

  • 34 Vie de saint Dominique, Paris, 1989, p. 70. Sur l’épisode de la tentative de censure du texte, voir (...)

20En 1840, en effet, alors qu’il a terminé sa Vie de saint Dominique, un passage du manuscrit déplait à la Curie romaine, tout particulièrement au cardinal Lambruschini, Secrétaire d’État. Au sujet de la croisade des Albigeois, Lacordaire n’avait pu s’empêcher d’actualiser son propos : « Quel est le Français qui n’accompagnerait de ses vœux, sinon de sa personne, une armée de chevaliers marchant à travers l’Europe au secours de la Pologne ? »34. Là encore, Lacordaire rejoint le vocabulaire du temps.

  • 35 Répertoire, G. Bedouelle et C.-A Martin (éd.), lettre du 16 décembre 1839, p. 1190.

21Lacordaire a bien conscience d’appartenir à une nouvelle chevalerie, celle des idées, la seule qui convienne au XIXe siècle. C’est ce qu’il dit de manière un peu mélancolique, adressant de son noviciat italien une lettre au comte de Falloux, aristocrate et même légitimiste : « J’écrivais à Madame Swetchine que vous m’apparaissiez de temps en temps, comme à l’époque des fées ou plutôt de la chevalerie, lorsqu’après des années de séparation, on se rencontrait tout à coup sous les murs d’Antioche ou d’Édesse, au pied du Mont Liban, ou en buvant de l’eau du Nil. Et, dans le vrai, si la chevalerie de l’épée n’est plus, celle des idées commence. Nous sommes un peu tous, sous beaucoup de rapports du moins, des chevaliers errants de l’intelligence ; nous cherchons le secret perdu de la vérité »35.

  • 36 Citée par A. Dupront, n. 75 du chap. VIII, t. IV, p. 1945, d’après Lecanuet, Montalembert, II, p. 3 (...)

22On le sait, ni Lacordaire qui mourut, comme il l’avait souhaité, en « libéral impénitent », ni Montalembert ne désertèrent cette chevalerie. Elle sut acquérir chez le laïc une profondeur qui lui donne des accents prophétiques lorsqu’il écrit dans une lettre du 22 novembre 1847 au cardinal Cadolini, dans l’espoir de voir agir le pape « libéral » qu’apparaît alors être Pie IX36 : « Le triomphe de l’Église au dix-neuvième siècle sera précisément de vaincre ses ennemis par la liberté, comme elle les a vaincus autrefois, par l’épée de la féodalité et le sceptre des rois ». La position est cohérente du refus de l’Inquisition par Lacordaire et aussi par Montalembert à l’acception du vocabulaire de la Croisade mais dans la conviction qu’il ne s’agit pas seulement pour les catholiques d’être des croisés pour la liberté mais par elle, comme « une arme et un instrument ».

  • 37 Revue des deux Mondes, I, 1833.
  • 38 Mélanges d’art et de littérature, Œuvres complètes, p. 114-115, (art. de l’Université catholique, D (...)

23Un second prolongement peut être trouvé dans la recherche d’un art chrétien dont les libéraux catholiques romantiques placèrent l’apogée au Moyen Âge. C’est encore un fois Montalembert qui fit connaître les travaux de son ami Alexis-François Rio. Après sa fameuse lettre à Victor Hugo, en mars 1833 : Du Vandalisme en France 37, puis avec un deuxième article en 1837 et enfin en 1839, dans Du Vandalisme et du Catholicisme dans l’art, Montalembert fit connaître les idées qui s’imposèrent dans ces milieux chrétiens. La considération de l’histoire de l’art les amène à discerner comment s’est produit l’envahissement du paganisme dans l’art et la société. C’est la thèse des Préraphaélites et on ne s’étonnera pas de voir Montalembert retenir aux deux bouts de la chaîne « deux peintres chrétiens », Fra Angelico au XVe siècle et Overbeck au XIXe siècle, ni de le voir qualifier de « croisade » l’offensive de Savonarole contre la paganisation de la société chrétienne. Rio, dit Montalembert, a su apprécier « les admirables invectives de l’apôtre chrétien contre [...] le paganisme avec tous ses souvenirs antiques, ses héros profanes, sa littérature obscène et son art voluptueux »38.

  • 39 M. C. Bowe, François Rio. Sa place dans le renouveau catholique en Europe (1797-1874), Paris 1938, (...)

24Rio, formé en Italie et en Allemagne, chez des maîtres comme Carl Friedrich von Rumohr, l’auteur des Italienische Forschungen, publiées entre 1827 et 1831, fit éditer ses études d’histoire de l’art à partir de 1836. Il les réunit sous le titre De l’art chrétien, en quatre volumes parus entre 1861 et 1867, avant de donner un épilogue en 187039.

  • 40 A.-Fr. Rio, De l’art chrétien, p. 31, édition de 1874.

25On ne trouvera pas, dans ces études historiques de la peinture de la Renaissance, de grandes déclarations rhétoriques, mais la lecture de l’Introduction de l’Art chrétien peut fournir subtilement un prolongement au mythe de croisade. Rio retrace l’histoire du Beau dans l’art et la littérature de l’Antiquité gréco-romaine, mais subitement il s’arrête, émerveillé, devant la description d’Énée par Virgile : « Ce portrait pourrait aussi bien s’appliquer à Godefroi de Bouillon ou à saint Louis [...] On voit déjà poindre l’idéal chevaleresque tel que l’ont poursuivi les héros et les poètes du Moyen Âge »40.

26Vient ensuite un exposé de l’art chrétien primitif dans toute sa pureté, s’affadissant ensuite et engendrant la crise iconoclaste qui, selon Rio, devait plonger l’art chrétien en un long sommeil.

  • 41 Ibid., p. 59.
  • 42 Ibid., p. 60.
  • 43 Ibid., p. 67.

27Mais vient alors ce miracle médiéval, qui constitue la thèse de cette introduction et que Rio voit dans la rencontre providentielle de l’idéal ascétique, qui appartient à la cité de Dieu, et de l’idéal chevaleresque, qui relève de la cité des hommes41. Le récit se poursuit par la double histoire des moines, d’une part, dont le modèle est saint Bernard, et des chevaliers, de l’autre, dont le type littéraire est Roland. « Les premiers fruits de cette alliance ont été les croisades, prêchées par des moines et entreprises par les chevaliers »42. Pour les héros de la première croisade, « après le nom du Christ dont ils allaient venger l’injure et conquérir le tombeau, le nom qu’ils avaient le plus souvent à la bouche était celui de Roland, parce qu’il était le plus en harmonie qu’aucun autre avec l’enthousiasme religieux et chevaleresque qui avait déterminé ce grand mouvement des chrétiens occidentaux vers l’Orient »43.

  • 44 Ibid., p. 81.

28Rio invoque alors les Chevaliers de la Table ronde, puis les Ordres de chevalerie pour conclure ce qui est, au fond, une histoire du sentiment religieux, par la figure de saint Georges, le saint vainqueur du Mal, qui apparut « à l’armée des Croisés avant la bataille d’Antioche, dont le gain lui fut humblement attribué par Godefroi de Bouillon »44. Rio termine son Introduction en déclarant passer alors à son sujet, une nouvelle étape bien différente de l’art proprement chrétien, celui de l’idéal esthétique réalisé par les arts d’imitation qui ont leur apogée en Italie.

  • 45 Fr. Pupil, Le Style Troubadour ou la nostalgie du bon vieux temps, Nancy, 1985.

29Nous avons bien ici, au-delà du « style troubadour »45, « l’invention du Moyen Âge que le catholicisme du XIXe siècle veut faire, et dont il a choisi, à l’exclusion de ses autres formes, des thèmes privilégiés, celui de la foi active, de l’idéal moral, de l’unité des deux cités, du service de Dieu, que représente l’idéal de la croisade, transposition dans l’histoire de la culture du mythe de croisade, aussi fécond qu’éclairant.

Haut de page

Notes

1 C. de Montalembert, Journal intime inédit, II, 1830-1833, texte établi par L. Le Guillou et N. Roger-Taillade, Paris, 1990, p. 37.

2 A. Dupront, Le mythe de croisade, II, Paris, 1997, p. 725.

3 É. Poulat, Liberté. Laïcité. La guerre des deux France et le principe de modernité, Paris, 1987.

4 A. Dupront, Le mythe de croisade… cit., p. 728.

5 Cité par le P. É. Lecanuet, Montalembert, II, Paris, 1898, p. 503.

6 A. Dupront, Le mythe de croisade… cit., p. 732.

7 Revue des Deux-Mondes, 33, mai-juin 1861, p. 181-218.

8 A. Dupront, Le mythe de croisade… cit., p. 728.

9 Ibid., p. 725.

10 Ibid., p. 728.

11 Ibid., p. 732.

12 É. Lecanuet, Montalembert, I, Paris, éd. 1904, p. 403.

13 Lacordaire – Montalembert, Correspondances, établie par L. Le Guillou, Paris, 1989, p. 223.

14 Ces lettres de Montalembert sont publiées, de façon parfois fautive, par A. Trannoy, le romantisme politique de Montalembert avant 1843, p. 517-541 ; voir aussi Lacordaire – Montalembert, Correspondance… cit., p. 432-483.

15 Ibid, p. 442.

16 Ibid., p. 444.

17 Ibid., p. 474.

18 Ibid., p. 483.

19 A. Dupront, Le mythe de croisade… cit., p. 727.

20 Lettre du 28 novembre 1824, Répertoire de la correspondance de H.-D. Lacordaire, I, 1816-1839, G. Bedouelle et Chr. A. Martin (éd.), Fribourg-Paris, p. 137.

21 Lettre du 1er janvier 1827, ibid., p. 216.

22 Lettre du 1er mars 1831, ibid., p. 320.

23 La constante et admirable Irlande, la victorieuse Belgique, dans La Révolution de Pologne, article de Montalembert du 12 décembre 1830, Œuvres polémiques et diverses, I, Paris, 1860, p. 125.

24 Ibid., p. 127.

25 G. Bordet, La Pologne, Lamennais et ses amis, 1830-1834, Paris, 1985, p. 37.

26 N. Taillade, Montalembert, Rome et la Pologne (1833-1850), dans Libéralisme chrétien et catholicisme libéral en Espagne, France et Italie dans la première moitié du XIXe siècle, Aix-en-Provence, 1989 (Études hispano-italiennes, 3), p. 343-359.

27 Œuvres polémiques ... cit., n. 11, p. 125.

28 Ibid., p. 190.

29 M. Bouteron, Pologne romantique, Paris 1937, p. 167-191.

30 Ibid., p. 243. Œuvres polémiques et diverses, I, Paris, 1860, p. 243.

31 Montalembert et sa correspondance inédite avec le Généralissime Skrzynecki, par I.-N.S., Paris, 1903).

32 Journal intime inédit, II, le 5 octobre 1833, p. 381.

33 Lettre du 14 décembre 1833, éd. L. Le Guillou, p. 234.

34 Vie de saint Dominique, Paris, 1989, p. 70. Sur l’épisode de la tentative de censure du texte, voir A. Duval, introduction à cette édition, p. xxx-xl.

35 Répertoire, G. Bedouelle et C.-A Martin (éd.), lettre du 16 décembre 1839, p. 1190.

36 Citée par A. Dupront, n. 75 du chap. VIII, t. IV, p. 1945, d’après Lecanuet, Montalembert, II, p. 358.

37 Revue des deux Mondes, I, 1833.

38 Mélanges d’art et de littérature, Œuvres complètes, p. 114-115, (art. de l’Université catholique, De la peinture chrétienne en Italie de juillet 1837). Le P. Lecanuet, dans sa biographie de Montalembert, intitule le chapitre où il relate ce combat Nouvelle croisade contre les Vandales pour l’art chrétien, II, p. 99 et s.

39 M. C. Bowe, François Rio. Sa place dans le renouveau catholique en Europe (1797-1874), Paris 1938, et J.-R. Derré, Lamennais, ses amis et le mouvement des idées à l’époque romantique (1824-1834), Paris, 1962, p. 653-669.

40 A.-Fr. Rio, De l’art chrétien, p. 31, édition de 1874.

41 Ibid., p. 59.

42 Ibid., p. 60.

43 Ibid., p. 67.

44 Ibid., p. 81.

45 Fr. Pupil, Le Style Troubadour ou la nostalgie du bon vieux temps, Nancy, 1985.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Guy Bedouelle o.p., « Les croisades de la liberté en France au XIXe siècle », Mélanges de l’École française de Rome - Italie et Méditerranée modernes et contemporaines [En ligne], 124-1 | 2012, mis en ligne le 19 décembre 2012, consulté le 23 octobre 2017. URL : http://mefrim.revues.org/212 ; DOI : 10.4000/mefrim.212

Haut de page

Droits d’auteur

© École française de Rome

Haut de page
  • Logo École française de Rome
  • Revues.org