Navigation – Plan du site
Varia

Entre normes romaines et réformes locales : les tentatives de réforme de la liturgie praguoise par le cardinal Harrach (XVIIe siècle)

Nicolas Richard

Résumés

La romanisation de la liturgie praguoise à la suite des réformes tridentines s’effectue essentiellement dans la première moitié du XVIIe siècle, sous l’archiépiscopat du cardinal Harrach (1623-1667), qui promulgue en 1643-1645 un nouveau rituel et un nouveau bréviaire, ce dernier sous forme d’un ajout au bréviaire romain. L’article se penche d’abord sur les acteurs de cette réforme (le barnabite Don Vacchi), les négociations avec une curie romaine d’une grande inertie en la matière, l’aspect économique et juridique de la réforme, enfin sa diffusion et son résultat concret.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Linhartová 1932, p. 324-325, s.l., décembre 1607, instruction de Giovanni Stefano Ferreri, évêque (...)

… ce sera l’office de Monseigneur le nouvel archevêque de […] reprendre la réforme du missel, bréviaire et rituel, en adoptant le romain, hormis quelques saints particuliers pour lesquels pendant la célébration du synode feu Monseigneur l’archevêque a fait donner commencement au prévôt de cette cathédrale1.

  • 2 La tranquille assurance du nonce, qui considère à cette date qu’il existe un rituel romain, semble (...)

1C’est en ces termes que le nonce apostolique à Prague Stefano Ferreri évoque, à l’intention de son successeur, la future réforme des livres liturgiques praguois. En ce début du XVIIe – nous sommes en 1607 – l’entreprise apparaît très simple aux yeux de Mgr Ferreri : il suffit d’adopter les livres romains et d’y ajouter les offices des saints particulièrement vénérés dans l’archidiocèse. Dans sa hâte, le nonce exige même du nouvel archevêque qu’il adopte le rituel romain. Or celui-ci n’est même pas encore stricto sensu promulgué. Il le sera par Paul V en 1614, soit sept ans plus tard2.

  • 3 Guéranger, 1878, p. 499-500.

2Le besoin d’une telle réforme apparaît comme une évidence au nonce à Prague. Ce n’est pas d’ailleurs de sa part le signe d’une fidélité particulièrement poussée au Siège Apostolique. En effet, depuis la fin du siècle précédent, un mouvement très fort, dans toute la catholicité, pousse à l’adoption des livres liturgiques romains. Ainsi le souhaitent les pontifes romains. Ainsi aussi le désirent les évêques. C’est par exemple l’époque où l’assemblée du clergé de France de 1605-1606 adopte la proposition de l’évêque d’Embrun « qu’il serait à propos que toutes les églises fussent uniformes en la célébration du service divin, et que l’office romain fût reçu partout »3.

3Or, cette réforme de la liturgie, que tout le monde souhaite en ce début du XVIIe siècle, ne se fit pas en France, où la réception de l’office romain ne fut que partielle ; en Bohême elle n’eut lieu que quarante ans après quand, en 1643, le cardinal Harrach put supprimer l’ancien bréviaire de Prague au profit du romain puis, deux ans plus tard, promulguer le rituel romano-praguois.

  • 4 Prague, Narodní Archiv (NA – Archives Nationales), Archiv Pražského Arcibiskupství (APA - Archives (...)
  • 5 Voir sa relation ad limina de 1637 : Anno præterito Universos per Archidiœcesim Vicarios meos Fora (...)

4Une explication superficielle mettrait ce retard au compte des difficultés politiques et religieuses que connaît la Bohême dans la première moitié du XVIIe siècle. C’est une évidence en effet que les épiscopats de Lamberg et de Lohel, puis les décennies 1620-1630, n’ont pas été favorables à la réforme de la liturgie – les archevêques de Prague sont amplement occupés ailleurs. Pourtant, l’argument ne tient pas. Déjà la tentative manquée de Lamberg d’adopter missel et bréviaire romains (1610)4 venait juste après l’année 1609, désastreuse pour les catholiques auxquels la Lettre de Majesté (9 juillet) avait ôté leur monopole sur leurs paroisses. Mais en 1645, l’état de la Bohême était pire encore. Le royaume était parcouru par les troupes suédoises de Tortensson – un curé était même mort de faim, écrivait déjà Harrach lors de la décennie de guerre précédente5. Or, c’est précisément en ces années les plus dramatiques de la Guerre de Trente Ans pour la Bohême que le cardinal promulgue bréviaire et rituel.

5Comment expliquer cette réforme de la liturgie à un moment si peu approprié ? S’agissait-il d’imposer à toute force la liturgie romaine dans une Bohême qui n’était alors pas loin du chaos militaire et religieux ? Bref, qu’a signifié cette réforme liturgique du cardinal Harrach ?

  • 6 Sur les problèmes terminologiques, Hameline 2000, p. 79-83 en particulier.

6Qui dit liturgie6λειτουργία – dit acte public. Réformer la liturgie pose d’abord un problème canonique, car il faut que cette prière soit proprement celle de l’Église, dont la constitution est hiérarchique. Le problème est aussi théologique : lex orandi lex credendi. Un changement de la loi de prière a des conséquences dans l’ordre de la foi, et c’est pour cela que les modifications du texte même des prières liturgiques doivent être soigneusement scrutées. Cependant, l’importance historique de ces textes naît cependant en grande partie du troisième aspect d’une réforme liturgique : son application, et sa mise en œuvre à une époque donnée – autrement dit, la façon dont elle remplit sa fin propre. La réforme, ses résultats, son application constituent précisément les trois aspects de l’œuvre liturgique du cardinal Harrach que nous voudrions envisager.

La révision des livres liturgiques praguois

  • 7 Sur Harrach, Krásl 1886, mais surtout Catalano 2005 et Keller - Catalano 2010.
  • 8 Carolinus 1621, n. p. Prague, Bibliothèque de l’abbaye prémontrée de Strahov (désormais Strahov), (...)

7Il est certain que l’épiscopat du cardinal Harrach (1623-1667) correspond à la réforme catholique de la Bohême. Cette réforme qui n’est pas une reconstruction a posteriori des historiens, mais correspond au sentiment qu’ont les contemporains de vivre « le temps de la réforme », pour le déplorer ou s’en réjouir. Toutefois le sens de l’expression est double. « Réforme » désigne le basculement religieux que connaît le royaume après la victoire des Habsbourg à la bataille de la Montagne Blanche en 1620. L’armée impériale et celle de la Ligue catholique, en disloquant les troupes des États de Bohême révoltés, permettent à Ferdinand II de réaliser ce qu’aucun de ses prédécesseurs n’avait eu la possibilité de faire : rétablir en Bohême, où les catholiques ne représentent qu’un dixième de la population, l’unité religieuse autour du siège apostolique. Un des artisans de cette politique est le cardinal Harrach, fils d’un des conseillers les plus en cour du Habsbourg. Il a reçu à Rome l’éducation classique des futurs prélats et s’est fait remarquer à la cour pontificale7. Le choix d’un tel archevêque à ce moment crucial détermine ce qu’est la « réforme » catholique de la Bohême  dans sa seconde acception : la volonté d’améliorer le niveau du clergé et de la vie religieuse pour les faire correspondre aux exigences tridentines telles que les a comprises saint Charles Borromée, modèle de tout évêque réformateur. Dans ce contexte, l’enjeu liturgique était donc double : rétablir l’uniformité et la décence du culte comme le voulait Lamberg en 1610, mais aussi permettre le retour dans le giron de l’Église de la population. Le culte catholique est envisagé, en lui-même, comme un moyen, une raison de conversion à la religion romaine. C’est ce qu’écrit dès 1621 l’auteur vraisemblablement pseudonyme d’un plan de conversion du royaume8.

  • 9 En général, là-dessus, Catalano 2005, passim.
  • 10 Voir sa relation ad limina de 1632 : Quæ verò pleraque alia negocia concernunt per constitutas Con (...)
  • 11 Meunier, 2004 ; voir aussi Meunier 2010 et, sur la réforme du bréviaire, Ditchfield 1995, p. 17-67
  • 12 Prague, NA, APA I, cart. 2135, 12 au 16 février 1633, relations du consistoire à l’archevêque sur (...)

8Il ne serait cependant pas possible de connaître cette réforme catholique si le cardinal n’avait pas procédé en même temps, dès les années 1620, à une réforme administrative grâce à des Italiens, familiers de l’administration ecclésiastique lombarde9. Dans cette réforme, la liturgie n’est pas oubliée. En 1632, le cardinal peut rendre compte à Rome de la création à Prague d’une congrégation archidiocésaine des rites dont la pérennité est d’ailleurs assez douteuse10. On peut trouver cette fondation superflue pour un archidiocèse qui ne compte alors que 300 curés. Mais il est certain que dès les années 1620 Harrach prend une série de décrets pour réglementer des aspects particuliers du culte et du calendrier liturgique. Ces mesures ne sont pas cependant suffisantes pour lui. Le but que poursuit Harrach est l’introduction dans l’archidiocèse des livres liturgiques romains. Il participe ainsi parfaitement de ce que Clément Meunier a appelé, dans sa thèse célèbre sur la réforme tridentine du culte, le « désir de réforme »11 liturgique de la fin du XVIe et du début du XVIIe siècle. Il est clair qu’Harrach poursuivait ce même but, comme on le voit par exemple en 1633. Cette année-là, l’Annonciation tombe le Vendredi saint. Selon l’usage romain, il faudrait la reporter après le dimanche in albis – l’usage praguois est au contraire de l’avancer avant le dimanche des Rameaux. C’est pour cette dernière solution qu’incline le consistoire, qui pense favoriser de la sorte la piété des fidèles. Le cardinal y consent, mais précise bien de sa main : « qu’on le fasse cette année jusqu’à ce que nous introduisions les cérémonies romaines »12.

  • 13 En l’occurrence le prévôt évoqué dans la citation au début de cet article, Jiří Bartholdus Pontanu (...)
  • 14 Catalano 2005, p. 97.
  • 15 Guéranger 1878, p. 526-527.

9Comment introduire les cérémonies romaines ? Une simple administration, aussi efficace soit-elle, ne peut y suffire. De véritables spécialistes de la liturgie sont nécessaires. Harrach ne fait pas appel à des chanoines de Prague – contrairement au nonce Ferreri qui quarante ans plus tôt pensait qu’il y avait sur place des gens suffisamment compétents13. L’archevêque, lui, demande en 1630 à la Propaganda fide son appui pour obtenir l’envoi du barnabite Bartolomeo Gavanti « qui est extrêmement savant dans les cérémonies liturgiques conformes au style de Rome, que je veux introduire dans ce royaume »14. La Congrégation appuie le projet, mais ni le cardinal Borromée, ni le pape Urbain VIII ne sont prêts à laisser sortir d’Italie le célèbre liturgiste. Le pape Barberini interdit au barnabite de quitter Rome par un bref : Rescribo te, auctoritate nostra, universæ Ecclesiæ beneficio, in breviarii Romani emendatione occupatum15. À qui s’adresser alors ? Finalement, la cheville ouvrière de la réforme de la liturgie de Prague est un autre barnabite, le P. Lino Vacchi.

  • 16 Alessandro Catalano a eu la gentillesse de m’indiquer l’existence de cette correspondance viennois (...)

10Pas plus que l’histoire de la réforme de la liturgie sous le cardinal Harrach, la personnalité du P. Vacchi n’a attiré l’attention de l’historiographie. Peut-être est-ce parce que les fonds d’archives classiques ne nous disent quasiment rien sur ces deux sujets. Il existe cependant une correspondance viennoise entre le P. Vacchi et le cardinal sur la réforme des livres liturgiques, de même que des registres entiers de minutes des lettres entre le Général des barnabites et les différentes maisons de la congrégation, dont celle de Prague, sont soigneusement conservés à Rome16.

  • 17 Sur les barnabites de Bohême, les sources tchèques recensées par Svátek 1970, p. 565, sont quasi-i (...)
  • 18 Le 19 novembre 1624 un rapport des barnabites sur leur activité en Bohême est lu au Pape à la Cong (...)
  • 19 Carafa 1639, mentionne, p. 124, qu’il a obtenu de l’Empereur l’église Saint-Michel de Vienne pour (...)
  • 20 Rome, APF, SOCG, vol. 70, fol. 294, 9 décembre 1628, Florio à la Congrégation de Propaganda fide ( (...)
  • 21 Vicaire général de l’archevêque, Don Florio remplace Harrach pendant l’occupation saxonne. Il appa (...)
  • 22 L’activité éducatrice des barnabites est bien résumée par Bianchi 1993, p. 17-100.
  • 23 Là-dessus, Regazzoni 1998, que je remercie Marie Lezowski de m’avoir aimablement procuré.

11Comment le cardinal Harrach est-il entré en contact avec Don Lino Vacchi ? Les débuts de la congrégation des barnabites en Bohême sont très mal connus17. Les premiers pères arrivent en Bohême autour de 162418, alors que se crée leur maison de Vienne soutenue par le nonce19. Don Florio Cremona, proche collaborateur du cardinal Harrach, obtient la fondation d’un collège de sa congrégation en l’église praguoise Saint-Benoît de Hradčany à partir de 162720. L’activité de Don Florio au service de l’archevêque lui vaut l’hostilité des jésuites, mais aussi l’espoir d’obtenir des bénéfices ecclésiastiques pour l’occupation desquels il lui faut quitter l’habit barnabite (1637)21. À cette date cependant, les liens entre le cardinal Harrach et les clercs de saint Paul sont extrêmement étroits. Les barnabites de Prague, contrairement à une des vocations importantes de leur congrégation depuis le chapitre de 1605, n’ont pas d’établissement d’enseignement en Bohême22. Ils jouent un rôle plus discret, qui n’est pas sans rappeler ce qu’ils ont fait au service de saint Charles Borromée à Milan ou de saint François de Sales à Annecy23, mais aussi, en ce XVIIe siècle, auprès de nombreux évêques italiens. Forts de leur haute culture, ils servent d’administrateurs et de théologiens, compensant par la compétence leur petit nombre. C’est le rôle que joue à Prague à partir des années 1640 un Don Pio Cassetta, célèbre pour ses prédications et ses ouvrages, mais surtout actif au sein du consistoire archiépiscopal. Il sert de théologien au cardinal Harrach. Son confrère qui nous intéresse ici, Don Lino Vacchi, est liturgiste du même archevêque.

  • 24 L’absence de Vacchi du catalogue de Comini 1933 ne doit donc pas étonner.

12Pourtant, on ne connaît de Don Lino Vacchi aucun traité de liturgie. Il n’y a donc pas grand sens à le comparer à Bartolomeo Gavanti (1569-1638), le « prince des liturgistes », ou aux grands liturgistes barnabites de sa génération, comme Giovanni Antonio Gabuzio (†1627), le secrétaire de la commission de rédaction du rituel romain, Giovanni Pietro Moneta (1568-1654), qui dirige l’édition du missel ambrosien du cardinal Frédéric Borromée ou encore Anacleto Secchi (1585-1635), l’érudit spécialiste des hymnes liturgiques24. Pourtant, à son niveau, Don Lino n’en reste pas moins un excellent exemple de cette ambiance intellectuelle de haut niveau dans sa congrégation.

  • 25 Sur Don Lino (Milan, 1580-Vienne, 17 septembre 1643), voir sa notice dans Boffito 1937, IV, p. 108 (...)

13D’origine lombarde comme la plupart de ses confrères, il entre en 1597 chez les Barnabites, étudie à Crémone et Pavie avant de faire une carrière de prédicateur dans différentes maisons de sa congrégation, principalement en Lombardie. En 1626 il est lecteur de théologie scolastique à Pavie jusqu’en 1629 où il est fait provincial de Lombardie et a mission de veiller sur les maisons de Germanie. Sa résidence est alors fixée à Vienne. Jusqu’en 1632, il remplit diverses missions de négociations, notamment à la Cour impériale, au service du nonce Palloto et du cardinal Harrach. Il est rappelé entre 1632 et 1635 en Lombardie, avant d’être nommé à la prévôté de Vienne, qu’il quitte en 1637 à la demande du cardinal pour aider au gouvernement de l’archidiocèse de Prague. Il est alors assesseur du Consistoire. À cause de l’invasion suédoise, il se replie à Vienne au début des années 1640 et y meurt en septembre 164325.

  • 26 Vienne, Allgemeines Verwaltungsarchiv/Finanz- und Hofkammerarchiv (AVA), FA-Harrach, cart. 152, Va (...)
  • 27 L’évêque barnabite de Theano Ottavio Boldoni édite des inscriptions de Vacchi, en louant son érudi (...)
  • 28 Sur l’art poétique urbanien, voir la superbe synthèse de Marc Fumaroli (Fumaroli 2007).
  • 29 Voir Keller - Catalano 2010, III, p. 360, Vienne 19 décembre 1649, où Harrach note que Gérard de S (...)
  • 30 Il s’agit sans conteste du Thesaurus Sacrorum Rituum ; sive Commentaria in Rubricas Missalis et Br (...)
  • 31 Prague, NA, APA I, registre A 16/3a, Protocollum Anni 1638-1639, fol. 104r (2 juillet 1638) il est (...)

14Cette carrière, si ce terme convient ici, est particulièrement équilibrée : Don Lino Vacchi occupe tout autant des postes de prédication que d’enseignement, d’administration diocésaine que de direction au sein de sa congrégation. Partant, et faute d’écrits, il est difficile de lui attribuer un profil intellectuel tranché. On ne peut guère attendre de secours des notices mortuaires écrites par ses confrères légèrement flagorneurs – non sans une certaine raison, car Don Lino est un des principaux ouvriers de l’implantation barnabite au nord des Alpes. Il a sans aucun doute joui d’une estime certaine de son vivant. Restent en outre quelques évidences supplémentaires. C’est un connaisseur des problèmes de juridiction ecclésiastique26, auxquelles il a été souvent confronté dans les curies épiscopales tant italiennes que bohême. C’est un théologien scolastique. Il est réputé aussi avoir un bon style en latin, aux dires d’un auteur difficile comme Boldoni qui prône une langue classique très épurée27. En cela, Don Lino est parfaitement en accord avec l’ambiance artistique de la Rome de son temps, où Urbain VIII réécrit par cicéronisme les hymnes du bréviaire28. Mais, surtout, Don Vacchi est un savant en matière liturgique, et sert d’expert au Consistoire de Prague en la matière. On sait d’ailleurs qu’il tire sa science de Gavanti. C’est lui qui a donné le livre de Gavanti à l’archevêque qui l’utilise par la suite29. Don Lino se sert d’ailleurs de la somme liturgique30 de son célèbre confrère comme d’une référence ultime31.

  • 32 Vienne, AVA, FA-Harrach, cart. 152, Prague, 17 octobre 1637, Don Vacchi à Harrach : les offices pr (...)
  • 33 Vienne, AVA, FA-Harrach, cart. 152, Prague, 17 octobre 1637, Don Vacchi à Harrach, cit. supra.
  • 34 Sess. XXV, canon disciplinaire XII « Les jours de fêtes que l’évêque aura commandés dans son diocè (...)

15Quand le cardinal a-t-il chargé Don Lino de refondre le rite propre de l’archidiocèse ? Nous l’ignorons précisément. À l’automne 1637, le P. Vacchi envoie quelques lettres au cardinal alors à Rome. À la mi-octobre, il lui annonce que le propre des saints de l’archidiocèse, destiné au bréviaire, est terminé32. Le texte arrive à Rome autour de la mi-novembre. Dans le commentaire qu’il fait de son œuvre au cardinal, Vacchi en reconnaît les imperfections, mais s’en excuse, les mettant au compte du zèle qu’il a eu à écrire, selon les ordres de l’archevêque, les nouveaux offices au plus vite, pour que le cardinal puisse les faire approuver avant de quitter Rome. Ces offices propres du bréviaire, indique-t-il, ont été faits à partir du rituel d’Olomouc et d’autres textes déjà approuvés par la Congrégation des rites. Il envoie aussi un projet de décret par lequel le cardinal abrogerait le missel et le bréviaire de Prague et promulguerait le missel et le bréviaire romains, avec l’office propre. Le but de Don Vacchi serait de faire adopter le bréviaire non seulement aux séculiers, mais aussi aux réguliers33 : ce n’est là d’ailleurs qu’une application des canons du concile de Trente34, et non la marque d’une conception extensive de l’autorité épiscopale en matière liturgique.

  • 35 Rome, APF, SOCG, vol. 79 (1637) fol. 335r-v, Prague, 18 mars 1637, Don Florio à Ingoli ; fol. 331r (...)
  • 36 Prague, NA, APA I, cart. 2027, Prague, 1636, Visentainer, projet de décret. Le chancelier évoquait (...)
  • 37 Vienne, AVA, FA-Harrach, cart. 152, Prague, 17 octobre 1637, Don Vacchi à Harrach.

16Qu’en est-il du rituel ? Le travail est autrement plus lourd, et sa refonte est antérieure. Elle était déjà quasiment terminée au printemps 1637 comme le montrent les lettres de Don Florio à Ingoli secrétaire de la Propaganda fide35. Dès l’année précédente, le chancelier Visentainer avait préparé un projet de décret pour la promulgation du nouveau livre et l’abrogation des précédents rituels36. Il y indiquait la façon dont on avait procédé. On s’était servi du rituel romain de Paul V déjà largement présent, à en croire le chancelier, dans les paroisses de Bohême. Et on y avait fait quelques additions. Par ailleurs, il semble qu’il y a eu polémique, à propos des ajouts propres au rite de Prague, entre les conservateurs comme le majordome d’Harrach et les réformateurs plus radicaux comme Don Florio. Mais on n’en sait pas plus. En octobre, le rituel est déjà parti pour Rome37.

  • 38 Vienne, AVA, FA-Harrach, cart. 152, Prague, 17 octobre 1637, Don Vacchi à Harrach : il propose au (...)
  • 39 Vienne, AVA, FA-Harrach, cart. 152, Prague 12 septembre 1637, Don Vacchi à Harrach. Le barnabite s (...)

17Le temps de la réforme semble donc bien arrivé. Ce, d’autant plus que Vacchi qui semble avoir pris les choses en main, pense à une rénovation liturgique qui ne s’en tiendrait pas seulement aux livres, mais s’étendrait au culte divin au sens le plus large. Il demande ainsi au cardinal d’obtenir des reliques pour l’archidiocèse38 et les indulgences de l’archiconfrérie du Saint-Sacrement à Rome, archiconfrérie qu’il veut développer à Prague pour pallier les abus liés au manque de respect pour l’Eucharistie39.

  • 40 Voir les annotations du cardinal à la lettre citée du 17 octobre 1637 : « che sta bene il tutto, l (...)
  • 41 Sur le fonctionnement de la congrégation, Gramatowski 1988, p. 35-107.
  • 42 Keller - Catalano, t. II, p. 233, 18 octobre 1637 : « Con la dimanda sopra il mio rituale nuovo mi (...)
  • 43 Rome, Archives de la Congrégation pour la Cause des Saints (ACCS), fonds de la Congrégation des Ri (...)
  • 44 Rome, ACCS, S.R.C. Decreta, 1642-1645, p. 23-24, 19 juillet 1642, décision d’envoyer l’office des (...)
  • 45 Proprium Sanctorum S. Pragensis Ecclesiæ Patronorum, Vienne, 1643, Strahov, AH VII 175, n. p., déc (...)
  • 46 Voir Catalano, 2005, p. 514, 5 mars 1639, Harrach à Barsotti : « se in Roma non si trova più risco (...)
  • 47 Prague, 23 avril 1645. Voir Rituale Pragense ad usum romanum accomodatum, Jussu & Authoritate Emin (...)

18Ces livres, dont la réécriture est terminée en cette fin 1637, correspondent parfaitement aux attentes du cardinal40. Reste à les faire approuver par les autorités compétentes, c'est-à-dire par la Congrégation des rites41. Pour le rituel, Harrach s’en ouvre à Urbain VIII lors de son audience du 18 octobre 1637 ; le Pape nomme un procureur42. Pour le livre le moins volumineux, c'est-à-dire le Directorium ou office des saints propres à l’archidiocèse à adjoindre au bréviaire, il faut attendre juin de l’année suivante pour que la Congrégation des rites nomme des rapporteurs43. Et attendre encore quatre ans pour qu’enfin en 1642 elle approuve l’Office des saints du bréviaire praguois44, que promulgue aussitôt Harrach en janvier suivant45. Ce n’était donc pas la peine de tant presser Don Lino pour l’écrire. Pour le rituel, Harrach a abandonné la partie  en cours de route. En 1639, il écrit à son agent à Rome de cesser de demander l’approbation du rituel s’il ne rencontre pas d’accord du côté romain46. Il le promulgue donc en 1645 sans approbation romaine47.

  • 48 « Nous vous exhortons dans le Seigneur » écrit le pontife dans sa constitution Apostolicæ Sedis (1 (...)
  • 49 Sur toutes ces questions, voir les remarques de Dom Pommarès, meilleur sans doute dans son analyse (...)
  • 50 La meilleure définition de l’idée de romanité est celle de Bruno Neveu, Neveu, 1994, p. 396-398. S (...)

19Est-ce le signe d’une désobéissance à l’égard de Rome ? Ce serait une erreur de le penser. Le Rituel romain de Paul V, à la différence du Bréviaire romain de saint Pie V48, n’a pas valeur obligatoire. En outre, ce n’est pas un cas isolé, notamment en France, que de voir un évêque réformer la liturgie sans en référer explicitement à Rome49. Est-ce là un moyen d’éviter une romanité50 trop envahissante ?

Les livres réformés

  • 51 Dans l’état de notre documentation, on ignore si le Directorium a jamais subi d’éventuelles correc (...)

20Répondre à la question de la romanité ne peut se faire qu’en étudiant le résultat de cette réforme liturgique, c'est-à-dire les nouveaux livres. La taille restreinte du présent article nous force à faire des choix : la place nous manquerait pour analyser les deux livres dans leur entièreté. Aussi est-il de meilleure méthode de choisir quelques passages du rituel pour analyser dans quelle mesure le nouveau texte est l’expression d’une romanité liturgique, et dans quelle mesure la tradition praguoise s’y maintient. Pourquoi le rituel plutôt que le Directorium du bréviaire ? D’abord parce qu’il n’est pas approuvé par Rome : il n’y a pas subi d’éventuelles corrections51, et est donc resté conforme au projet de ses auteurs praguois. En outre, c’est un livre complet, et non, comme le Directorium, le simple ajout d’un rite propre à la fin du bréviaire romain. Enfin, le rituel concerne la religion du populus christianus tandis que le bréviaire ne touche que ceux qui récitent l’office – en cela, l’Agenda Romano-Pragensis est de plus grande conséquence.

  • 52 Obsequiale sive Benedictionale, quod Agendam appellant secundum ritum & consuetudinem S. Metropoli (...)

21Qu’a signifié la réforme dans le cas du rituel ? Celui qui était jusque là en vigueur était la réimpression par Martin Medek en 158552 du premier rituel praguois imprimé, l’Agenda de Plzeň, datant de la fin du XVe siècle. En quoi est-il modifié ?

  • 53 Rituale Pragense 1645, p. 95-97.
  • 54 Rituale Romanum 1614 [Sodi-Flores Arcas 2004], p. 59 [67].
  • 55 Obsequiale 1585, fol. XXVIIv s.

22Prenons deux exemples ; d’abord le sacrement de l’extrême-onction. Là, il est clair que le nouveau rituel de Prague suit étroitement le rituel de Paul V. Il ne s’en écarte que parce qu’il fournit un modèle d’exhortation en tchèque et en allemand au malade, pour lui expliquer le sacrement qu’il va recevoir et l’admonester de le recevoir avec un cœur pur53. mais le rituel romain en prévoyait la possibilité54. En revanche, la différence avec le rituel praguois médiéval est flagrante55.

23On peut regrouper en quatre points principaux les changements qui distinguent le rituel praguois médiéval de celui du cardinal Harrach. D’abord, l’extrême onction est trois ou quatre fois plus longue dans l’ancien rite, où la récitation des sept psaumes de la pénitence et des litanies était obligatoire. Ensuite, les paroles mêmes du sacrement, celles de l’onction, ne sont pas les mêmes : la formule praguoise nouvelle corrige légèrement le style, et abrège la formule ancienne, en supprimant une glose et une bénédiction préalable. Voici par exemple pour l’onction des narines :

Obsequiale 1585, fol. XXXIXv Rituale Pragense 1645, p. 100
[rubr.] Ad nares. [texte] Ungo has nares oleo sacrato : ut quicquid noxiè contractum est odoratu superfluo, ista evacuet medicatio. In nomine patris, & filij, & spiritus sancti. Amen. Per istam sacram unctionem, & suam pijssimam misericordiam, indulgeat tibi Dominus Deus, quicquid narium tuarum odoratu deliquisti. [rubr.] Ad nares. [texte] Per istam sanctam unctionem , & suam pijssimam misericordiam, indulgeat tibi Dominus quicquid per odoratum deliquisti. Amen

24Enfin, troisième modification substantielle, celle des oraisons : non que la substance du texte ou les références scripturaires ne soient pas exactement les mêmes – mais l’agencement est totalement différent. Le rituel praguois ancien priait d’abord pour la guérison corporelle du malade. Après l’onction, il priait ensuite pour sa guérison spirituelle, c'est-à-dire la grâce de la béatitude éternelle et d’une bonne mort. Le rituel romain et celui d’Harrach font exactement le contraire : ils partent de la prière pour la guérison spirituelle et demandent en outre à la fin la guérison corporelle. La compréhension du sacrement en est facilitée : ce qui n’est qu’une grâce annexe (la guérison corporelle) est subordonnée à la grâce essentielle (la guérison de l’âme). Le dernier changement substantiel à noter est celui des litanies. Non seulement la plupart des saints locaux ont disparu, mais les invocations au Christ Rédempteur ont été bien allégées, notamment pour le rite suivant, celui des prières de l’agonie. Bref, la tonalité est moins anxieuse que dans le rituel praguois ancien.

25Qu’en tirer comme conclusion ? D’abord, il est certain que la brièveté du nouveau rituel le rend applicable dans un pays où les prêtres ont infiniment plus de paroissiens qu’auparavant, depuis le début de la reconquête catholique des années 1620. Ce n’est certainement pas un argument qui a été pris en compte dans la réforme du rituel, mais il peut en expliquer un éventuel succès. Ensuite, sa simplicité favorise son intelligibilité, avec la réduction des litanies des saints à un modèle général, et non plus à leur adaptation à chaque rite. Enfin, il n’est pas inutile de souligner encore une fois la sérénité accrue du rituel romano-praguois.

  • 56 Strahov FC IV 25 Appendix Ritualis Romano Pragensis continens ea, quæ parochi præ manibus habere d (...)
  • 57 Franz 1909, t. I, p. 279-334.
  • 58 Franz 1909, t. I, p. 318.
  • 59 Jn 2, 1-11.
  • 60 Jn 1, 1-14.
  • 61 Mc 16, 14-20.
  • 62 Sur la question du poison, cf. Collard 2003.

26Les correcteurs de la liturgie n’étaient pas libres de changer ad libitum le rite de l’extrême-onction, car le rituel de Paul V, quoiqu’il n’eût pas valeur véritablement obligatoire, les liait malgré tout. En revanche, pour les bénédictions propres à l’archidiocèse de Prague, leur marge de manœuvre était bien plus grande. Qu’en ont-ils fait ? Prenons l’exemple de la bénédiction du vin pour la Saint-Jean, quod Sancti Ioannis Amorem appelant, juste après Noël56. Si l’on suit l’analyse déjà ancienne d’Adolph Franz57, le rite de cette bénédiction est à rattacher aux coutumes préchrétiennes des Minnentrunken de l’espace germanique. Au moment de la christianisation, elles se seraient reportées sur saint Jean-Baptiste, alors très populaire. À ce fond de dévotion s’ajouterait la piété pour saint Jean l’Évangéliste, représenté – à la suite de la lecture des apocryphes – avec un calice, dont une vipère finit par sortir, pour mieux symboliser le pouvoir de l’Apôtre contre les poisons. Il est clair que le rituel de Prague tel qu’il existe avant la réforme d’Harrach reflète cette filiation. La prière de bénédiction praguoise, Deus & pater Domini Nostri Jesu Christi, cuius verbo cœli firmati sunt, qui reprend une forme attestée à Saint-Florian (Autriche), invoque la bénédiction divine contre une série d’animaux qui dérivent de l’histoire naturelle telle que la connaissait le Moyen Âge : ceux qui sont nommés sont les plus dangereux. Le deuxième évangile est apparu dès le XIIIe siècle. La liturgie praguoise, comme dans d’autres parties du Saint-Empire médiéval, en a ajouté un troisième58. C’est celui des noces de Cana59. Les deux autres sont ceux que l’on retrouve toujours, le prologue de saint Jean60 et l’évangile de l’Ascension61 – ce dernier à cause des signes par lesquels on reconnaîtra les disciples : si mortiferum quid biberint, non eis nocebit. Les fidèles, qui apportent à la Saint-Jean le vin qui est béni, distribué et consommé après la messe, attendent du saint qu’il les protège par ce vin béni contre les empoisonnements et les morsures62.

  • 63 Obsequiale 1585, fol. CLVIIv s.

27Ces trois évangiles ouvraient, dans le rituel praguois ancien63, la bénédiction. Une telle succession d’évangiles est inouïe dans le rite romain. Aussi le rituel réformé d’Harrach s’en tient-il au seul prologue de saint Jean. Romanité certainement, prudence pastorale aussi : l’accumulation de paroles évangéliques peut amener à considérer les évangiles comme des formules magiques, ce qu’il faut éviter. Ainsi l’Église tridentine donne-t-elle le pas à la juste explication de l’Écriture sur la béate répétition incantatoire de paroles incomprises – ou plus exactement : sur le risque de celle-ci. Mais peut-être nous avançons-nous trop dans cette interprétation : la documentation ne nous permet pas de connaître les motivations des auteurs du nouveau rituel. Toujours est-il que la suite de cette cérémonie refondue donne bien l’impression d’une volonté de supprimer les ambiguïtés et les risques de superstition : est ôtée l’oraison qui faisait référence au calice et pouvait laisser croire à la consécration du vin de la Saint-Jean – ou, pire encore, à la communion des fidèles au précieux sang. En revanche, le rituel rénové garde, en les raccourcissant considérablement, les autres oraisons, mais y ajoute une nouvelle tonalité : d’abord la Sainte Vierge, ensuite le bon vin qui réjouit le cœur de l’homme. S’ensuit la bénédiction qui clôt dans les deux cas la cérémonie.

28Que tirer de ce second exemple ? La cérémonie originelle, qui plonge ses racines au plus profond de l’histoire religieuse du pays, remontant jusqu’avant la christianisation, est conservée. De même sa structure est-elle soigneusement respectée. L’énumération d’animaux légendaires n’a pas été touchée : il s’agit là d’une question de littérature, non de théologie. Là se niche l’évidente volonté de respecter les traditions praguoises autant qu’il est possible. En revanche, tout ce qui pouvait conduire à une interprétation hétérodoxe de la cérémonie a été mis de côté sans pitié. L’aspect romain du nouveau formulaire éclate avec la réduction à un seul évangile, l’introduction de l’intercession mariale ; la mention de la joie que procure un bon usage du vin confère, là encore, plus de sérénité au rite.

29Force est donc de constater à partir de ces deux exemples – mais nous pourrions les multiplier – que le rituel romano-praguois, s’il conserve les bénédictions propres à l’archidiocèse, les réécrit cependant entièrement, quitte à en conserver le sens général. On pourrait presque parler de radicalité à propos de cette réforme liturgique du cardinal Harrach. Celui-ci respecte bien le projet fixé par l’archevêque dans son décret de proclamation :

  • 64 Image chère au pontificat du défunt Urbain VIII Barberini, dont les armes étaient les abeilles, et (...)
  • 65 Rituale Pragense 1645, n. p. : Certè Apostolici successores singuli in varijs Ecclesiæ partibus sp (...)

C’est chose certaine que les successeurs des Apôtres, chacun dans les différentes parties de l’Église, ont statué, mus par un esprit d’unité, sur les saintes cérémonies ; chose que firent aussi nos prédécesseurs, en particulier l’archevêque Martin [Medek de Mohelnice] digne d’une éternelle mémoire. D’où venait cette admirable variété de tous [les diocèses] dont l’épouse du Christ était en même temps entourée. Mais cependant, de là d’où coulent les fleuves, là ils retournent, et tous les dons accomplis descendent d’un Don suprême, même s’il est divisé par participation en un grand nombre, il revient cependant à un seul – pour ces raisons, afin qu’unique soit dans toute l’Église l’ordre hiérarchique, les souverains pontifes ont rassemblé dans l’unique ruche64 de l’Église tous ceux qui veulent, d’où qu’ils viennent, rendre le culte divin selon un rite, afin que l’univers tout entier soit revêtu de l’unique tunique pontificale, et que les traditions des pères brillent comme quatre pierres sculptées par les ordres, à savoir le bréviaire, le missel, le pontifical, et enfin, quatrième, le rituel édité sous Paul V […] Nous aussi, puisque la voracité du temps a consommé les labeurs de nos prédécesseurs, afin qu’à l’avenir nos curés ne connaissent pas pareil dommage à celui dont nous faisons à présent l’expérience, avons pris le soin de faire à nouveau imprimer le rituel romain, comme il est scellé sur la pierre du Siège Apostolique, il demeurera jusqu’au bout dans une perpétuelle stabilité. En quelques endroits cependant, nous avons servi ce même rituel en concédant aux langues maternelles selon l’usage de la patrie ; en outre nous avons rassemblé en un appendice des choses diverses, que les curés doivent fréquemment avoir sous la main ou qui sont habituellement demandées par les âmes pieuses sous l’effet d’une louable habitude65.

30La différence est éloquente avec ce qu’écrivait dans son propre décret du 12 janvier 1585 Martin Medek dont Harrach fait pourtant un éloge appuyé :

  • 66 Obsequiale 1585, p. 2-3 : Non sine gravi causas, patres nostri, qui in hoc ipsum, ut fidem Christi (...)

Ce n’était pas sans de graves raisons que nos pères, qui dans la fin d’implanter dans ce doux Royaume la foi chrétienne, et celle-ci romaine et apostolique […] ont institué les cérémonies que l’on doit observer. […] Pourquoi l’usage approuvé de ces rites antiques est insensiblement tombé en une certaine désuétude ? Entre autres causes, nous apportons celle-ci, qui n’est pas sans importance, que les ‘Obsequiales’ ou, comme on les appelle, les ‘Agenda’, ont fait défaut, après si longtemps, en maints endroits. À cette occasion, […] d’autres Agendas ont été introduits dans notre archidiocèse ; d’où sort un certain changement dans les pieuses habitudes, et est née une nouvelle manière (en ce qui concerne la façon de faire les choses sacrées). Mais cependant, afin que nous léguions à nos descendants les traditions, aussi antiques que pleines de gravité et de sainteté de notre sainte Église métropolitaine de Prague (dont, quoiqu’indigne, nous avons comme archevêque la charge) ; afin aussi que la manière et l’action [liturgiques] soient communes dans toutes les églises ; afin qu’il ne s’en trouve plus de ceux qui jusqu’aujourd’hui avaient pris l’habitude d’user d’autres Agendas, quelque mérite qu’ils leur prétendent ; ou qui ne jouissent pas des mêmes rites, en quelque lieu de Bohême qu’ils se trouvent […], nous avons fait éditer cet ‘Obsequiale’66.

  • 67 Neveu 1994, p. 398.

31La question de la romanité liturgique n’est pas d’ordre canonique, Medek n’étant donc en rien tenu à observer un rituel romain qui n’est pas encore proclamé par le pape, et qui ne sera jamais obligatoire. Elle est d’ordre ecclésiologique : Harrach se considère obligé de mener à bien une réforme à laquelle il n’est pas strictement tenu. Pour Medek, l’autorité en matière liturgique venait des saints évangélisateurs. Pour Harrach, elle dérive de l’Église qui, après avoir laissé aux évêques le soin de maintenir l’unité liturgique des diocèses, a décidé, par la bouche du pontife romain, de fixer une fois pour toutes les quatre livres principaux de la liturgie. C’est le rocher ferme sur lequel il faut fonder le rituel, et non pas, comme Medek, sur la tradition immobile des saints évangélisateurs. Ce n’est pas cependant un rejet de cette tradition en tant que telle. Le cardinal la conserve – et même l’augmente par le recours au vernaculaire pour certaines cérémonies comme le baptême – mais opère la subordination de l’usage de la patrie au rite universel, c’est-à-dire romain. Pour reprendre les termes de Bruno Neveu67, faudrait-il dire qu’Harrach, fidèle à la romanité, fait du Magistère le « gardien mais aussi [l’]interprète de l’Écriture et de la Tradition » tandis que Medek, dans la tradition cisalpine, « envisage la garde du dépôt révélé de manière plus statique » ? Ce ne serait pas impossible, à regarder leurs conceptions de la liturgie. Mais la nuance ici s’impose : Harrach, dans une conception qui n’est pas sans faire penser à Quo primum tempore de saint Pie V, déclare définitif le rituel romain. Cela ne signifie pas pour autant qu’il exclue nécessairement les traditions locales, comme le confirme le Rituel de 1645.

32Jamais sans doute dans l’histoire l’archidiocèse de Prague n’avait eu une liturgie si romaine qu’après cette réforme du cardinal Harrach. La chose serait cependant de relativement peu d’importance si cette réforme s’était avérée lettre morte. Mais cela n’a pas été le cas. Elle a bel et bien été appliquée.

L’application de la réforme

33L’application des deux réformes est liée, comme le montrent les sources, même si l’introduction du Directorium reste dans l’ombre de celle du rituel. Après plus de dix ans d’efforts, les livres sont enfin promulgués et les anciens supprimés, mais la proclamation semble n’avoir pas eu de caractère de solennité. Elle se réduit à une entreprise de vente des nouveaux livres liturgiques auprès des curés, car il est urgent de rentrer dans ses frais.

  • 68 Don Lino trouvait le recteur jésuite du Klementinum, qui possédait une imprimerie, trop dur en aff (...)
  • 69 Rome, APF, SOCG, vol. 79 (1637), fol. 251-252 et fol. 256, Prague, 18 avril 1637, Harrach à SCPF, (...)
  • 70 Ces comptes (en partie prévisionnels) sont ceux du barnabite. Voir Vienne, AVA, FA-Harrach, cart.  (...)
  • 71 Voir Vienne, AVA, FA-Harrach, cart. 152, Prague, 10 décembre 1642, Don Vacchi à Harrach : pour l’é (...)
  • 72 Vienne, AVA, FA-Harrach, cart. 152, Vienne, 25 mars 1643, Don Vacchi à Harrach.
  • 73 La mention Pragæ Typis seminarii archiepiscopalis, anno Domini M.D.C.XXXX.V. sur la page de garde (...)

34L’édition des livres réformés a été en effet ruineuse. Elle forme la matière d’une correspondance détaillée envoyée au cardinal par Don Lino, au moment même où Rome se résout à examiner le Directorium pour le bréviaire. Finalement, les éditeurs viennois ont sans aucun doute été choisis pour des raisons techniques68. Pour donner une idée du volume de l’affaire, quelques chiffres suffisent : elle devati coûter en tout, rituel et Directorium compris, 10 350 Reichsthaler ou rixdales, soit 15 525 florins. À titre de comparaison, la caisse du sel, censée compenser par son revenu les biens d’Église perdus depuis le hussitisme, dispose en 1635, année convenable, d’une entrée d’un peu moins de 20 000 florins69. Or le rituel, à lui seul, devait coûter 9 000 rixdales, soit 13 500 florins70. Ces sommes donnent la mesure de l’importance que le cardinal mettait, même en plein cœur de la Guerre de Trente Ans, dans cette entreprise de réforme des livres liturgiques praguois. Nous avons, ce qui est rare, une idée des tirages escomptés : Don Lino écrit au cardinal que l’on hésite entre trois et quatre mille exemplaires pour le Directorium, tandis que le rituel sera tiré en moindre quantité71, trois mille unités seulement sans doute72. Le but était de les vendre au prix, estimé modeste, de trois rixdales, soit quatre florins et trente kreutzers, somme importante pour un curé de Bohême. Il est cependant fort possible que l’on se soit finalement contenté de tirages plus faibles. Rentrer dans les frais s’avère de toute façon très long. L’édition d’ailleurs s’attarde, sans doute à cause de l’inertie romaine. Le Directorium, le rituel et l’« appendice » de celui-ci sont sortis des presses viennoises de Matthieu Cosmerovius en 1643. Le décret d’Harrach, qui ouvre l’édition du nouveau rituel en le promulguant, n’est imprimé, lui, qu’en 1645, sur les presses de la typographie archiépiscopale praguoise, alors dans les locaux du séminaire73.

  • 74 Voir par exemple Prague, NA, APA I, registre B 76/8 (Constitutiones synodaticæ archi-diæcesis Prag (...)
  • 75 Prague, NA, APA I, registre A 16/5 (Maculatura Anni 1647), fol. 34r, 10 juin1647, le consistoire a (...)
  • 76 Prague, NA, APA I, registre A 16/5,fol. 50v, 30 juin 1647, le consistoire confirme dans son bénéfi (...)
  • 77 Prague, NA, APA I, cart. 796, Kutná Hora (Kuttenberg), 9 mars 1648, Mathieu Georges Czernowsky arc (...)
  • 78 Prague, NA, APA I, cart. 796, Horšovský Týn (Bischofteinitz), 2 avril 1648, Joannes Ignatius Engel (...)

35La diffusion des livres réformés est l’affaire des années 1647-1649. En juin 1647, une convocation des curés de Prague est l’occasion de remettre le rituel à ceux qui ne l’ont pas – mais il est déjà en usage dans la capitale74. Les prêtres ont deux semaines pour payer, quatre pour les plus pauvres75. À la même époque, les vicaires forains sont chargés en province de la distribution76 et doivent faire parvenir l’argent à la Saint-Gall suivante. Les sommes sont perçues par les vicaires forains qui le joignent aux habituelles contributions. Le rituel semble avoir été vendu peut-être 17% moins cher que prévu ce qui, vu les conditions économiques et militaires de la Bohême de 1648, ne s’apparente certainement pas à une opération de bradage77. La difficulté de certains règlements s’explique sans doute par ce maintien d’un prix élevé78.

  • 79 Prague, NA, APA I, registre A 16/5, fol. 50r, 24 juin 1647: Maximilianus Fogger [curé et vicaire f (...)

36Certains curés ont refusé de recevoir les livres réformés. Leur opposition est liée à la querelle latente entre l’abbesse de Marienthal en Lusace et l’archevêque. Dépendantes politiquement de l’Électorat de Saxe, leurs paroisses lusaciennes appartiennent à l’archidiocèse de Prague, mais le droit de patronage y est exercé par l’abbesse cistercienne de Marienthal en Lusace, protégée par l’Empereur, mais sur laquelle l’archevêque de Prague n’a pas juridiction. Ces enclaves font l’objet de nombreuses contestations, au moins depuis les années 1620 où, au début de son archiépiscopat, Harrach a chargé son consistoire de clarifier les frontières de l’archidiocèse. Les tensions sont donc perpétuelles. L’abbesse tente de se faire reconnaître un quasi-diocèse tandis que l’archevêque serait bien aise d’étendre sa juridiction sur l’abbaye, ce qui n’est guère original à l’époque, mais prend un relief particulier à cause de l’imbroglio politico-administratif. Il faut attendre janvier 1649 pour que l’archevêque impose enfin le rituel romano-praguois dans ses paroisses de Lusace79. Il le fait par le biais d’un échange : on donnera des nouveaux rituels pour remplacer les anciens, qualifiés à cette occasion de « défectueux ».


  • 80 Voir Prague, NA, APA I, cart. 796, Žatec (Saaz), 1er mars 1648, le prémontré Wenceslaus Zeliwsky d (...)
  • 81 Voir Prague, NA, APA I, cart. 796, Plzeň (Pilsen), 13 janvier 1648, rapport d’Urbanus Franciscus P (...)

37Si la réception des livres n’a pas rencontré d’opposition plus notable, leur application provoque d’autres difficultés. C’est surtout le calendrier qui semble gêner. Les fêtes liturgiques chômées provoquent un certain nombre d’interrogations de curés qui n’y sont pas habitués : ils en réfèrent aux vicaires forains, qui se tournent vers le consistoire. Ainsi à Žatec, où, si la fête de saint Adalbert, second évêque de Prague, est désormais fériée, c’est grâce au Directorium80. Qu’il ait fallu pour cela la réduction de la liturgie bohême au rite romain ne manque pas de sel. Là encore, l’idée d’une opposition systématique entre romanité et tradition locale doit être bannie. À Plzeň en revanche, l’archidiacre marque sa perplexité quand il s’agit de transférer selon la coutume du royaume la vigile de la Saint-Matthieu tombant malencontreusement au moment des jours gras, parce qu’« il ne nous est pas permis de changer une loi de la Sainte Église universelle81 ». À Horšovský Týn, l’archidiacre résume la situation de façon plus générale :

  • 82 Prague, NA, APA I, cart. 796, Horšovský Týn, archidiaconé, 3 février 1648, l’archidiacre Joannes I (...)

Je voulais entre autres demander à Vos Très Illustres et Révérendissimes Seigneuries ce qu’il fallait que je fasse avec les nouvelles fêtes introduites par bulles pontificales, car, dans de nombreux districts [de cet archidiocèse], elles ne sont pas observées ni célébrées, et on les dit abrogées. Mais, parce que ces derniers temps a été édité un calendrier ecclésiastique par l’autorité de l’Éminentissime Seigneur « Seigneur Cardinal » qui est parvenu entre mes mains, dans lequel sont spécifiées toutes les fêtes qui sont et doivent être des solennités dans l’archidiocèse de Prague, je pense que je ne ferais pas mal, si je me dirigeais conformément à celui-là, et que je m’en accommodais, et que je l’ordonnais de même aux curés qui sont sous mon inspection82.

  • 83 Cf. la bulle Quod a nobis (1568) : … Ac etiam abolemus quæcumque alia breviaria, vel antiquiora, v (...)
  • 84 Cf. Prague, NA, APA I, cart. 19 (Emanata 1648-1649-1650) ; Summa Decreti Archiepiscopalis, non cac (...)

38La période des ajustements entre les deux calendriers liturgiques, l’ancien et celui réformé à la romaine, n’est cependant pas close. À la fin de 1650, le consistoire doit prendre un décret pour rappeler le caractère obligatoire de l’usage des livres réformés, mais surtout donner des règles de discernement en matière de calendrier. Certaines fêtes propres à l’archidiocèse sont supprimées – quoique la liturgie praguoise ancienne soit qualifiée d’immémoriale83, ce qui permettrait légalement d’exclure ce type de suppression – et la question des contradictions entre calendrier romain et calendrier praguois résolue : ce sera le second qui primera84.

  • 85 Prague, NA, APA I, cart. 796, Doupov (Tuppau) 29 janvier 1648, maître Fridericus Georgius Maÿer au (...)

39Hormis ces ajustements, l’introduction de la liturgie praguoise réformée selon l’usage de Rome n’a donc pas rencontré de résistance notable, malgré la radicalité des changements. Sans doute est-ce ici la conséquence d’une introduction pragmatique de la réforme, qui se fait en douceur. L’archevêque cherche à vendre les nouveaux livres. Il affirme aussi clairement, dans ses décrets, son autorité en matière liturgique et sa volonté d’uniformité du culte. Mais il ne paraît pas se soucier, dans les faits, de traquer les us et coutumes liturgiques particuliers. Peut-être fait-il confiance au temps. En tout cas, il n’y a aucune sanction, si minime soit-elle, contre des ecclésiastiques contrevenants. Est-ce à dire qu’il n’y en a pas, c'est-à-dire que la réforme a été vite appliquée ? Un rapport du vicaire forain de Doupov nous permet de répondre à cette question. Dans son district, écrit-il en substance en ce mois de janvier 164885, sur une dizaine de paroisses, s’en trouvent seulement deux qui aient des curés usant du nouveau rituel. Trois autres curés n’en font pas usage – l’un d’eux se sert encore de celui de Medek. Et pour les autres paroisses ? Le vicaire forain ne le dit pas, ce qui n’est pas forcément signe, à mon sens, que les nouveaux rituels y soient utilisés. En effet, tant les inventaires de sacristie que les rapports de visite de la Guerre de Trente Ans laissent voir la diversité des rituels employés, certains se servant du romain, d’autres de celui d’Olomouc, d’autres de celui de Ratisbonne etc. L’imposition du rituel praguois, dont nous venons de mesurer le caractère progressif, est donc, au moins autant qu’une réforme, une tentative d’unification de la liturgie archidiocésaine.


40Ces considérations sur la Babel liturgique bohême de la Guerre de Trente Ans nous amènent à la conclusion. Qu’a été la réforme de la liturgie tentée par le cardinal Harrach ? Cette réforme est tout d’abord l’expression d’une volonté tenace, pendant un demi-siècle, de la mener à bien, envers et contre tout et en particulier contre l’inertie de Rome, qui n’exerce guère de pression pour la correction rapide des livres praguois dans le style romain. Celui-ci s’impose cependant, même dans la réécriture des offices particuliers à l’archidiocèse. Et ce changement radical semble s’être imposé en douceur et sans résistance notable : le Consistoire ne cherche qu’à répandre les nouveaux livres, sans mesures drastiques contre les fervents de l’usus antiquior ni contre les adeptes de rituels étrangers. En ce sens, moins qu’une réforme, c’est une lente réunification de la liturgie praguoise que met en route le cardinal.

  • 86 Voir en particulier la Pars secunda Ritualis Romano-Pragensis, continens Cæremonialia, Benediction (...)

41Maintenant, qu’a signifié la réforme du bréviaire et du rituel dans l’histoire de la liturgie praguoise ? À long terme, le rituel s’est imposé, même s’il a été complété dans l’édition de 1700 par une série de bénédictions86. En revanche, la réforme du bréviaire a été, au moins en partie, un échec. Le 3 mars 1674, la Congrégation des rites doit résoudre une série de dubia. Le premier est celui-ci :

  • 87 An stante Bulla Pii V in Bullario n. 64, et receptio novi Breviarii per totam Archidiœcesim Pragen (...)

Si, malgré la bulle de Pie V, et la réception du nouveau bréviaire dans tout l’archidiocèse de Prague, l’Église métropolitaine peut seule user du bréviaire ancien, et ce sans accord du Siège Apostolique, et si l’archevêque peut licitement le tolérer ou le permettre87 ?

  • 88 Là-dessus, cf. par exemple ce qu’écrit le futur doyen du chapitre Tomáš Pešina z Čechorodu (1629-1 (...)

42Trente ans après la réforme du bréviaire, le chapitre métropolitain ne l’observait toujours pas. Si certains réguliers le firent observer au successeur d’Harrach en 1671, leur projet de réforme échoua devant l’opposition des chanoines88. Cette résistance du chapitre, pour isolée qu’elle semble avoir été, n’en était pas moins importante quand on sait le rôle de conservatoire liturgique diocésain dont ces compagnies étaient généralement investies.

43Trouver une explication à cette différence de destins n’est pas difficile ; le rituel a été une œuvre longue, collective, et menée par des gens connaissant particulièrement bien l’archidiocèse, son histoire et ses paroisses – le consistoire. Quant à Don Vacchi, qui était sans doute le meilleur liturgiste dont le cardinal ait jamais pu disposer, il a fait en quelques mois, juste après son arrivée à Prague, une œuvre peut-être parfaite formellement, mais absolument étrangère à la tradition locale. Bref, la liturgie s’est avérée être une affaire trop sérieuse pour être laissée aux liturgistes.

Haut de page

Bibliographie

Bartůněk 1943-1945 = V. Bartůněk, Karel z Lamberka, pražský arcibiskup, in Časopis Společností přátel starožitností českých, n° 51-53, 1943-1945, p. 174-214.

Beránek 2005 = K. Beránek, Z dějin akademické tiskárny v Praze, rééd. in K. Beránek V. Beránková, Karel Beránek, Výbor prací z let 1958-1999, Prague 2005, p. 152-161.

Bianchi 1993 = A. Bianchi, L’istruzione secondaria tra barocco ed età dei lumi. Il collegio di San Giovanni alle Vigne di Lodi e l’esperienza pedagogica dei Barnabiti, Milan, 1993, « Biblioteca di storia moderna e contemporanea »

Boffito 1937 = G. Boffito Barn., Bibliotheca Barnabita, I-IV, Florence, 1937.

Boldoni 1660 = O. Boldoni, Epigraphica, sive Elogia inscriptionesque quodvis genus pangendi ratio ubi de inscribendis tabulis, symbolis, clypeis… facili methodo dissertatur, Pérouse, apud Bartolos et A. Laurentium, 1660.

Cagni 2006 = G. M. Cagni, Il P. Antonio Pagni, la Congregazione secolare dell’Annunziata di Pescia e i barnabiti, in Barnabiti Studi, Rivista di ricerche storiche dei Chierici Regolari di S. Paolo (Barnabiti), n° 23, 2006, p. 7-157.

Canzler 1786 = J. G. Canzler, Tableau historique pour servir à la connoissance des affaires politiques et économiques de l’Electorat de Saxe et des provinces incorporées ou réunies par Jean Georges Canzler conseiller à la Chambre Suprème des Comptes de S.A.S.E. de Saxe, Dresde-Leipzig, Breitkopf, 1786.

Carafa 1639 = Caroli Carafa Episcopi Aversani Commentaria de Germania Sacra restaurata, sub Summis PP. Gregorio XV, & S.D.N. Urbano VIII., regnante Aug. & Piiss.mo Imp. Ferdinando Secundo. Coloniæ Agrippinæ Apud Cornelium ab Egmond, MDCXXXIX [1639].

Carolinus 1621 = A. Carolinus [pseudonyme?)], Consilium sacrum de catholica religione, et Ecclesiastica Hierarchia per Bohemiam, Moraviam, Silesiam, & Lusatiam ritè instauranda. Ad S. Cæsaream et Regiam maiestatem cui accessit Peroratio Parænetica ad Serenissimam Domum Austriacam. Per C. Andream Carolinum. Et nunc Reges intelligite, erudimini qui iudicatis terram. Ps. 2. MDCXXI., s.l. [1621].

Catalano, 2005 = A. Catalano, La Boemia e la riconquista delle coscienze, Ernest Adalbert von Harrach e la controriforma in Europa Centrale (1620-1667), Rome, 2005, « tribunali della fede ».

Čechura 2009 = J. Čechura, 5. 5. 1609. Zlom v nejdelším sněmu českých dějin. Generální zkouška stavovského povstání, Prague, 2009, « Dny, které tvořily české dějiny »

Collard 2003 = F. Collard, Le crime de poison au Moyen Âge, Paris, 2003.

Comini 1933 = A. L. M. Comini Barn., La liturgia e l’ascetica tra i barnabiti, in I Barnabiti nel IV Centenario dalla fondazione 1533-1933, Gênes, 1933, p. 315-327.

De Franceschi 2009 = S. Hermann De Franceschi, La crise théologico-politique du premier âge baroque. Antiromanisme doctrinal, pouvoir pastoral et raison du prince : le Saint-Siège face au prisme français (1607-1627), Rome, 2009.

Decreta Authentica CSR 1898 = Decreta Authentica Congregationis Sacrorum Rituum ex actis eiusdem collecta eiusque auctoritate promulgata sub auspiciis SS. Domini Nostri Leonis Papæ XIII., Rome, 1898, vol. I.

Directorium = Proprium Sanctorum S. Pragensis Ecclesiæ Patronorum, Vienne, Matthæus Cosmerovius, 1643.

Ditchfield 1995 = Simon Ditchfield, Liturgy, sanctity and History in Tridentine Italy. Pietro Maria Campi and the preservation of the particular, Cambridge, 1995.

Eberhard 1996 = W. Eberhard, Lamberg, in E. Gatz (dir.), Die Bischöfe des Heiligen Römischen Reiches, Ein biographisches Lexikon, t. II (1448 bis 1648), Berlin, 1996, p. 403-404.

Evans 1980 = R. J. W. Evans, Rudolf II, Ohnmacht und Einsamkeit, Graz, 1980.

Franz 1909 = A. Franz, Die kirchlichen Benediktionen im Mittelalter, t. I-II, Fribourg-en-Brisgau, 1909, rééd. Bonn, 2006.

Fumaroli 2007 = M. Fumaroli, Le ‘siècle’ d’Urbain VIII, in L. M. Onori, S. Schütze, F. Solinas (dir.), I Barberini e la cultura europeé del Seicento, Atti del convegni internazionale, Palazzo Barberini alle Quattro Fontane, 7-11 dicembre 2004, Rome, 2007, p. 1-14.

Girard 2011 = A. Girard, Antiromanismes catholiques : hostilité doctrinale et crise théologico-politique, in Revue d’Histoire Moderne et Contemporaine, 58-1, janvier-mars 2011, p. 178-190.

Gramatowski 1988 = W. Gramatowski SJ, Polonika liturgiczne w Kongregacji Obrzędów 1588-1632. Studium z dziejów Kurii Rzymskiej, Rome-Varsovie, 1988, « Bobolanum », 13.

Guéranger, 1878 = Dom P. Guéranger OSB, Les Institutions liturgiques, 2e édition, Paris, 1878.

Hameline 2000 = J.-Y. Hameline, De l’usage de l’adjectif « liturgique » ou les éléments d’une grammaire de l’assentiment cultuel, in La maison-Dieu, 222, 2000-2, p. 79-106.

Hefele - Leclerq 1938 = C.-J. Hefele, Dom Leclerq OSB, Histoire des Conciles, t. X-1, Paris, 1938.

Keller - Catalano 2010 = K. Keller, A. Catalano (éd.), Die Diarien und Tagzettel des Kardinals Ernst Adalbert von Harrach (1598-1667), Vienne, 2010.

Krásl 1886 = F. Krásl, Arnošt hrabě Harrach, kardinál sv. Církve římské a kníže arcibiskup pražský, Prague, 1886.

Linhartová 1932 = M. Linhartová (éd.), Epistulæ et acta Nuntiorum Apostolicorum apud Imperatorem 1592-1628, curis Instituti Historici Bohemoslovenici Romæ et Pragæ, tomus IV-1 (1607), Prague, 1932.

Louthan 2010 = H. Louthan, Tongues, Toes, and Bonas : Remebering Saints in Early Modern Bohemia, in A. Walsham, Relics and remains, Past and Present Supplement 5, Oxford 2010, p. 167-183.

Meunier 2010 = C. Meunier, La vie de la liturgie latine en Europe à l’époque moderne, in J.-R. Armogathe, Y.-M. Hilaire (dir.), Histoire générale du christianisme du XVIe siècle à nos jours, Paris, 2010, p. 325-339.

Meunier, 2004 = C. Meunier, Le désir de réforme. La liturgie entre tradition et magistère (ca.1500- ca. 1620), thèse de l’École des Chartes, 2004.

Neveu, 1994 = B. Neveu, Juge suprême et docteur infaillible : le pontificat romain de la bulle In eminenti (1643) à la bulle Auctorem fidei (1794), in Mélanges de l’École française de Rome. Moyen Âge-Temps modernes, 93-1, 1981, p. 215-275 rééd. B. Neveu, Érudition et religion aux XVIIe et XVIIIe siècles, Paris, 1994, p. 385-450.

Obsequiale, 1585 = Obsequiale sive Benedictionale, quod Agendam appellant secundum ritum & consuetudinem S. Metropolitanæ Pragensis Ecclesiæ […] Pragæ, apud Michaelem Peterle, M. D. LXXXV. [1585].

Parma 2008 = T. Parma, La riforma liturgica seicentesca a Olomouc. Edizione dei testi attinenti alle trattative del cardinale Dietrichstein con la Sacra Congregazione dei Riti, in Acta Universitatis Palackianæ Olomucensis, Theologica Olomucensia, vol. 9, 2008, p. 53-71.

Pešina 1916 = T. Pessina (recte Pešina), Memorabilia ab anno 1665 usque ad annum 1680. Edidit Antonius Podlaha, Prague, 1916.

Pommarès 1997 = J.-M. Pommarès OSB, Trente et le Missel. L’évolution de la question de l’autorité compétente en matière de Missels, Rome, 1997.

Premoli 1913 = O. Premoli Barn., Storia dei Barnabiti nel seicento, Rome, 1913.

Rauwel 2007 = A. Rauwel, Traités de liturgie et exaltation de la romanité de Bernold de Constance à Innocent III, in M. Aurell (dir.), Convaincre et persuader : propagande et communication aux XIIe et XIIIs., Poitiers, 2007, p703-712.

Rauwel, à paraître = A. Rauwel, Liturgies diocésaines et rit romain autour de la bulle Quo primum de Pie V, à paraître dans les actes du colloque de 2013 à l’École française de Rome L’unité ecclésiologique à l’époque moderne : héritages, traités et questions disputées.

Regazzoni 1998 = M. M. Regazzoni Barn., Presenza dei Barnabiti in Savoia al tempo di S. Francesco di Sales, in Barnabiti Studi, Rivista di ricerche storiche dei Chierici Regolari di S. Paolo (Barnabiti), n° 15, 1998, p. 213-335.

Rituale Pragense, 1645 = Rituale Pragense ad usum romanum accomodatum, Jussu & Authoritate Eminentiss. et Reverendissimi Domini, Domini Ernesti Adalberti tit. S. Praxedis Presb. Cardinalis ab Harrach […] Pragæ, Typis Seminarii Archiepiscopalis, Anno Domini M. DC. XXXXV [1645].

Rituale Romanum, 1614 = voir Sodi-Flores Arcas 2004

Sodi-Flores Arcas 2004 = M. Sodi, J. J. Flores Arcas, Rituale Romanum. Editio Princeps, Vatican, 2004.

Sot, 2009 = M. Sot (éd.), Les Gestes des Évêques d’Auxerre, Paris, 2009.

Svátek 1970 = J. Svátek, Organizace řeholních institutcí v českých zemích a pěče o jejich archivy, in Sborník archivních prací XX-2, Prague, 1970, p. 505-625.

Truhlář-Hrdina, 1966 = A. Truhlář, K. Hrdina, Rukověť humanistického básnictví, Prague, 1966.

Tüchle 1962 = H. Tüchle, Acta S. C. De Propaganda Fide Germaniam spectantia. Die Protokolle der Propagandakongregation zu deutschen Angelegenheiten 1622-1649, Paderborn, 1962.

Ungarelli 1836 = A. M. Ungarelli Barn., Bibliotheca scriptorum e congregatione clericorum regularium sancti Pauli, Rome, 1836.

Voit, 2006 = P. Voit, Encyklopedie Knihy, Prague, 2006.

Zdichynec 2008 = J. Zdichynec, ‘Vim vi pellere licet’ ? Vývoj konfesních poměrů na farnostech hornolužických ženských klášterů v průběhu 17. století, in I. Čornejová (dir.), Locus pietatis et vitæ. Sborník příspěvků z konference konané v Hejnicích ve dnech 13.-15. září 2007, Prague, 2008, p. 351-391.

Zdichynec 2014 = J. Zdichynec, Les abbayes féminines de la Haute-Lusace aux XVIe et XVIIe siècles. Les religieuses entre pouvoir temporel et spirituel au temps des réformes, s. l., 2014.

Zíbrt 1900-1912 = Č. Zíbrt, Bibliografie České Historie, I-V, Prague, 1900-1912.

Haut de page

Notes

1 Linhartová 1932, p. 324-325, s.l., décembre 1607, instruction de Giovanni Stefano Ferreri, évêque de Verceil, ancien nonce à Prague, à son successeur Antonio Caetani (1607-1611), où il récapitule son activité en Bohême : « Poco dopo monsr arcivescovo morì, onde non si fece publicare per tutte le parocchie, sarà però officio di monsr arcivescovo moderno farlo subito che sia consecrato et insieme ripigliare la riforma del missale, breviario e rituale, prendendo il Romano, fuorchè in certi santi particolari, alli quali così dopo la celebratione del sinodo monsr arcivescovo morto haveva fatto dar principio dal preposto di questa cathedrale. »

2 La tranquille assurance du nonce, qui considère à cette date qu’il existe un rituel romain, semble jeter le trouble sur l’opinion canonique qui prévaut au moins depuis Benoît XIV, que le rituel édité à Rome en 1584 par le cardinal Santorio (Rituale sacramentorum romanum, Gregorii XIII Pont. Max. jussu editum) ne porte ce titre qu’après coup, et ne fut publié que sous Paul V (corriger en ce sens Voit, 2006, p. 753). Le même Paul V le déclare abrogé (par précaution sans doute), tout en le couvrant d’éloges, dans la constitution Apostolicæ Sedis (17 juin 1614) par laquelle il promulgue le nouveau Rituale Romanum. En fait, si le nonce est persuadé à cette date qu’il existe un rituel romain, c’est qu’en fait il y en a une foule à sa disposition dans la Rome de la fin du XVIe siècle : le Sacerdotale du dominicain Alberto Castellani, approuvé par Léon X, remis à jour sous Pie IV, sans approbation – le Sacerdotale… juxta Tridentini concilii sanctiones du chanoine de Saint-Jean de Latran Samarini (Venise 1579), augmenté par le prélat Rocca – le recueil de Santorio, auxquels il faudrait ajouter les livres contenant les formules du rituel, tels le ceremoniale, le pontifical etc. Si tous ces rituels reflètent bien l’usage romain, aucun ne jouit cependant du statut canonique des autres livres liturgiques réformés depuis saint Pie V, tels que le missel et le bréviaire. Outre cela, jamais le rituel, comme il appert de la constitution de 1614, n’a joui d’une valeur obligatoire équivalente à celle qui protège le missel rénové par le pape Ghislieri ou le bréviaire. Sur toutes ces questions, voir en dernier lieu l’édition anastatique Sodi-Flores Arcas 2004, en part. p. XXIV s.

3 Guéranger, 1878, p. 499-500.

4 Prague, Narodní Archiv (NA – Archives Nationales), Archiv Pražského Arcibiskupství (APA - Archives Archiépiscopales de Prague) I, carton 2027, s. l., 28 avril 1610, Lamberg au chapitre métropolitain de Prague (brouillon de lettre). Sur les évènements de 1609, la longue diète et la Lettre de Majesté, Čechura 2009 ; sur le programme de réforme de l’épiscopat Lamberg (1607-1612), débuté brillamment, mais achevé dans l’échec politique et la maladie, Bartůněk 1943-1945 et généralement Eberhard 1996.

5 Voir sa relation ad limina de 1637 : Anno præterito Universos per Archidiœcesim Vicarios meos Foraneos, qui ultra 30. sunt, coram me citavi, nec suorum modo Districtuum relationes scriptas, sed singulorum quoquæ Parochorum proprias afferre jussi, ut fecerunt ; ingens fuit moles Voluminum : Omnia tamen ego ipse necdum perlustravi, sed manu propria in compendium redegi scripto[…] Plurimi Parochorum cum pane litigant, unum fame periisse legi… Rome, Archivio Segreto Vaticano (ASV), Congr. Concilio, Relat. Diœces., cart. 666A, fol. 594-599, ici fol. 596r. La belle rhétorique qui enveloppe les rapports à Rome du cardinal ne doit pas amener à conclure à la vacuité des informations qui y sont données : l’archevêque n’a nullement besoin d’exagérer pour peindre la situation du clergé sous des couleurs dramatiques.

6 Sur les problèmes terminologiques, Hameline 2000, p. 79-83 en particulier.

7 Sur Harrach, Krásl 1886, mais surtout Catalano 2005 et Keller - Catalano 2010.

8 Carolinus 1621, n. p. Prague, Bibliothèque de l’abbaye prémontrée de Strahov (désormais Strahov), imprimé AO XII 39. Sur les éditions, Zíbrt 1900-1912, IV, p. 348, 469, n° 5804 et 7887.

9 En général, là-dessus, Catalano 2005, passim.

10 Voir sa relation ad limina de 1632 : Quæ verò pleraque alia negocia concernunt per constitutas Congregationes diversas discutiebantur, videlicet illa quæ fidem Catholicam, Sacros Ritus, Pœnitentiariam, et similia respiciunt. Rome, ASV, Congr. Concilio, Relat. Diœces., cart. 666A, fol. 305r. Le fait ne doit pas étonner outre mesure ; on le retrouverait en France à la même époque. Par exemple dans le diocèse d’Auxerre, dont les Actes notent pour son évêque Gilles de Souvré (9 février 1626/octobre 1626 – 19 septembre 1631) qu’il « fit instituer dans son évêché une congrégation des rites comme à Rome et il espéra faire adopter dans son Église les livres et les saintes cérémonies qui étaient en usage à Rome, mais il rencontra auprès de son chapitre les mêmes difficultés que Monseigneur de Donnadieu. Il fit distribuer dans son diocèse un manuel ou rituel, livre de l’administration des sacrements… » Trad. et éd. Sot, 2009, III, p. 156-158.

11 Meunier, 2004 ; voir aussi Meunier 2010 et, sur la réforme du bréviaire, Ditchfield 1995, p. 17-67.

12 Prague, NA, APA I, cart. 2135, 12 au 16 février 1633, relations du consistoire à l’archevêque sur son activité, annotées par Harrach.

13 En l’occurrence le prévôt évoqué dans la citation au début de cet article, Jiří Bartholdus Pontanus de Braitenberg († 1614), qui joua un rôle-clé dans le synode de Prague de 1605 ; il était surtout le principal homme de lettres catholique de la Bohême du temps, et était considéré comme l’un des meilleurs poètes de la cour de Rodolphe II (Evans, 1980, p. 109-112). C’était aussi un hagiographe de la Bohême et un théologien très orthodoxe. En 1602, il publia à Prague ses Hymnorum sacrorum de Beatissima Virgine Maria & S. Patronis Bohemiæ ; aussi n’était-il guère étonnant qu’on s’adressât à lui pour le propre praguois. Sur ce Pontanus, voir en particulier son importante notice bio-bibliographique dans Truhlář-Hrdina 1966, p. 137-167.

14 Catalano 2005, p. 97.

15 Guéranger 1878, p. 526-527.

16 Alessandro Catalano a eu la gentillesse de m’indiquer l’existence de cette correspondance viennoise et je tiens à l’en remercier très vivement. De même, je suis très redevable à Don Mauro Regazzoni de son aimable accueil dans les archives barnabites.

17 Sur les barnabites de Bohême, les sources tchèques recensées par Svátek 1970, p. 565, sont quasi-inexistantes. La centralisation barnabite permettrait aisément d’y remédier, pourvu que l’on ait recours aux fonds lombards et romains. Seule l’importante personnalité de Don Florio Cremona a attiré l’attention. Voir par exemple Catalano 2005, p. 134-135 et passim. Sinon, quelques renseignements tirés des archives de l’ordre dans Cagni 2006, p. 97-101, où est exposé le projet initial de fondation d’un noviciat. En général, sur l’histoire de l’ordre, l’autorité reste Premoli 1913.

18 Le 19 novembre 1624 un rapport des barnabites sur leur activité en Bohême est lu au Pape à la Congrégation de Propaganda fide ; celle-ci, le 21 juin 1625, envoie au nonce à Vienne et à Harrach des recommandations pour deux barnabites en partance, dont le P. Florio. Voir Tüchle 1962, p. 75 et 99. Le projet de fondation est précoce. Voir Rome, Archives de la Congrégation pour l’Évangélisation des Peuples (APF), SOCG, vol. 214, fol. 21, Vienne, 14 décembre 1624, le nonce Carafa au cardinal Bandini : si l’église des luthériens de Prague (Saint-Sauveur) a été attribuée aux Minimes – chaque ordre essaie alors de récupérer les meilleures églises – il ne laissera pas d’en procurer une aux barnabites quand l’occasion s’en présentera ; voir aussi fol. 31v, Bandini, 6 janvier 1625.

19 Carafa 1639, mentionne, p. 124, qu’il a obtenu de l’Empereur l’église Saint-Michel de Vienne pour les barnabites, dont l’apostolat en ville est fécond.

20 Rome, APF, SOCG, vol. 70, fol. 294, 9 décembre 1628, Florio à la Congrégation de Propaganda fide (désormais SCPF), lui demandant son appui pour l’installation d’une maison de son ordre ; fol. 297v, 31 janvier 1629, la Congrégation, au rapport du cardinal Borgia, décide de recommander le projet au capucin Valeriano (Magni) de Milan, alors son principal correspondant à Prague.

21 Vicaire général de l’archevêque, Don Florio remplace Harrach pendant l’occupation saxonne. Il apparaît comme l’un des principaux responsables de la politique du cardinal. Rome, APF, SOCG, vol. 215, fol. 223-224, 1632, Magni à SCPF. Si les « calomnies » contre les barnabites ont commencé dès la période de leur installation, si bien que le nonce doit promettre à la Propaganda fide de les protéger (SOCG, vol. 70, fol. 130-131, Vienne, 13 juillet 1629, G. B. Pallotto, nonce, à Ingoli), elles visent par la suite plus particulièrement Don Florio, en butte à l’hostilité des jésuites dans la longue affaire du contrôle de l’Université. Voir SOCG, vol. 215, fol. 162, 165, 169. Ce sont celles-ci qui motivent partiellement sa demande de quitter l’ordre, exprimée dès la mi-1637. Basilio d’Aire explique bien à Rome que, si Don Florio veut quitter les Barnabites, se faire imposer l’habit des croisés à l’étoile rouge, et partir résider à Rome, c’est qu’il est las des polémiques et qu’il craint une future disgrâce du cardinal qui le laisserait sans protecteur. Voir SOCG, vol. 79, fol. 339, Prague, 13 juin 1637, Florio à Ingoli, où évoquant ses douze ans de bons services, il demande la capacité à recevoir des bénéfices ; et fol. 345, Prague, 29 août 1637, Basilio d’Aire à Ingoli. Sur cette affaire, il faudrait voir aussi la correspondance du général, Archives barnabites de Rome, San Carlo, t. 38, p. 57-58, 29 décembre 1637 et alibi.

22 L’activité éducatrice des barnabites est bien résumée par Bianchi 1993, p. 17-100.

23 Là-dessus, Regazzoni 1998, que je remercie Marie Lezowski de m’avoir aimablement procuré.

24 L’absence de Vacchi du catalogue de Comini 1933 ne doit donc pas étonner.

25 Sur Don Lino (Milan, 1580-Vienne, 17 septembre 1643), voir sa notice dans Boffito 1937, IV, p. 108-109 ; aussi Ungarelli 1836, p. 271. Pour les renseignements supplémentaires, je suis redevable à Don Mauro.

26 Vienne, Allgemeines Verwaltungsarchiv/Finanz- und Hofkammerarchiv (AVA), FA-Harrach, cart. 152, Vacchi, Prague, 10 septembre 1642, Don Vacchi à Harrach sur les abus du juspatronat ; 22 octobre 1642, sur la réponse du Consistoire au Burgrave sur la façon dont le for ecclésiastique doit juger. Quand on connaît l’importance de ces questions pour l’entourage du cardinal, on mesure la confiance qu’Harrach lui accorde ; autre signe de celle-ci, le fait qu’Harrach ait confié à Don Vacchi en mars 1638 ses sceaux et sa chancellerie en l’absence du chancelier Visentainer. Keller - Catalano 2010, t. II, p. 302 (3 mars 1638).

27 L’évêque barnabite de Theano Ottavio Boldoni édite des inscriptions de Vacchi, en louant son érudition. Boldoni 1660, p. 413 et 643.

28 Sur l’art poétique urbanien, voir la superbe synthèse de Marc Fumaroli (Fumaroli 2007).

29 Voir Keller - Catalano 2010, III, p. 360, Vienne 19 décembre 1649, où Harrach note que Gérard de Schlessin OCr (†1652), prévôt de Peltenberg, demande si l’on peut, en disant la messe, « portare senza dispensa il berettino sino al canone, n’ho visto il commentario super missam del padre Gavanti, che mostra sì bene da principio come che in caso di necessità et per puoco tempo si possa fare, ma conclude pur finalemente che non può farsi senza concessione del Papa medesimo. »

30 Il s’agit sans conteste du Thesaurus Sacrorum Rituum ; sive Commentaria in Rubricas Missalis et Breviarii Romani ; Romæ MDCXXX. [1630] ex typographia Cameræ Apostolicæ (éditions successives à Venise en 1630, Rome 1632, Anvers 1646).

31 Prague, NA, APA I, registre A 16/3a, Protocollum Anni 1638-1639, fol. 104r (2 juillet 1638) il est rapporté à l’archevêque quod in libro B. Gavanti, quem D. Linus dedit Eminentissimo, inveniatur in verbo BENEDICTIO de potestate benedicendi Vestes sacerdotales, præterea quoad hoc P. Don Linum nihil ultra scire.

32 Vienne, AVA, FA-Harrach, cart. 152, Prague, 17 octobre 1637, Don Vacchi à Harrach : les offices propres des saints et les messes commandées sont faits, ils sont imparfaits et mal écrits mais le barnabite n’a pas voulu faire attendre l’archevêque, dont le départ de Rome était proche.

33 Vienne, AVA, FA-Harrach, cart. 152, Prague, 17 octobre 1637, Don Vacchi à Harrach, cit. supra.

34 Sess. XXV, canon disciplinaire XII « Les jours de fêtes que l’évêque aura commandés dans son diocèse, seront aussi observés par tous les exempts, mêmes réguliers » (trad. Hefele - Leclerq 1938, p. 606).

35 Rome, APF, SOCG, vol. 79 (1637) fol. 335r-v, Prague, 18 mars 1637, Don Florio à Ingoli ; fol. 331r-v, Prague, 4 avril 1637, Don Florio à Ingoli.

36 Prague, NA, APA I, cart. 2027, Prague, 1636, Visentainer, projet de décret. Le chancelier évoquait l’extirpation des rites hérétiques, déjà menée à bien et la nécessité de rendre les cérémonies compréhensibles et uniformes. Voir aussi deux autres projets, carton 2022, Prague, 1636, s.n.

37 Vienne, AVA, FA-Harrach, cart. 152, Prague, 17 octobre 1637, Don Vacchi à Harrach.

38 Vienne, AVA, FA-Harrach, cart. 152, Prague, 17 octobre 1637, Don Vacchi à Harrach : il propose au cardinal un conseil du suffragant, celui d’obtenir du pape les corps de saints Cyrille et Méthode dont le cardinal Baronius écrit dans le martyrologe qu’ils se trouvent sous un autel de Saint-Clément (Rome). Harrach marque son accord, qui ne laisse pas d’être légèrement sceptique, en notant qu’il fera son possible pour les rapporter avec lui. Récupérer ces reliques est son projet depuis, au moins, 1629. Catalano 2005, p. 168. La démarche se solde par un net refus pontifical. Vienne, AVA, FA-Harrach, cart. 152, Prague, 24 octobre 1637, Don Vacchi à Harrach, noté par Harrach : « 14 9bre 1637. Ho havvto la negata alla demanda delli corpi di S. Cirillo et Methodo. ». Sur les mouvements de reliques à cette époque, voir en dernier lieu Louthan 2010.

39 Vienne, AVA, FA-Harrach, cart. 152, Prague 12 septembre 1637, Don Vacchi à Harrach. Le barnabite se plaignait en particulier des prêtres qui portaient le viatique sans habits liturgiques, et voulait qu’on le portât sous le dais et entouré de cierges, d’où l’idée d’instituer à cette fin une confrérie du Saint-Sacrement. Dans la marge, le cardinal notait qu’il ferait donner des ordres pour faire cesser les abus, et qu’il y avait déjà à Saint-Thomas de Malá Strana une confrérie du Saint-Sacrement, à laquelle on pouvait en agréger d’autres sans recourir à Rome à chaque fois qu’on en fondait une nouvelle à Prague.

40 Voir les annotations du cardinal à la lettre citée du 17 octobre 1637 : « che sta bene il tutto, lo faro copiare e lo sollecitaro ap.o la Cong.ne » etc. Le diaire italien d’Harrach atteste de son extraordinaire intérêt pour les particularismes liturgiques au cours de cette année 1637. Keller - Catalano, t. II, p. 188 (sur l’autel portable en cas de nécessité), p. 270 (cérémonies ambrosiennes), alibi sur le rite maronite, passim sur les rituels cardinalices romains etc.

41 Sur le fonctionnement de la congrégation, Gramatowski 1988, p. 35-107.

42 Keller - Catalano, t. II, p. 233, 18 octobre 1637 : « Con la dimanda sopra il mio rituale nuovo mi rimando a monsignor [Cesare] Facchinetti ».

43 Rome, Archives de la Congrégation pour la Cause des Saints (ACCS), fonds de la Congrégation des Rites (S.R.C.), Decreta, 1637-1642, Regnante Urbano VIII Pontifico Opt. Max. Decreta Edita in Sacra Rituum Congregatione à die XI maij 1638 usque ad diem 14 Aprilis 1642. Secretarius munere gerente Julio Cincio Romano V. S. Referendario, et Sacræ Consistorialis Aulæ, et Senatus, Populique Romani Advocato, fol. 19, 12 juin 1638, Pragen. Ecclesiæ diœ. Pragen. exhibentes offitia propria Sanctor. diœ. Supplicarunt approbari, et S. Cong° commissit DD. Caet.no et Pamp.lio et ACCS, S.R.C., n° 11634, supplique de l’église de Prague en ce sens.

44 Rome, ACCS, S.R.C. Decreta, 1642-1645, p. 23-24, 19 juillet 1642, décision d’envoyer l’office des saints aux cardinaux Sachetti et Pamphili ; ACCS, S.R.C. Decreta 1642-1645, p. 86-87: décret d’approbation de ce Directorium approuvé par le Pape.

45 Proprium Sanctorum S. Pragensis Ecclesiæ Patronorum, Vienne, 1643, Strahov, AH VII 175, n. p., décret daté du 13 janvier 1643.

46 Voir Catalano, 2005, p. 514, 5 mars 1639, Harrach à Barsotti : « se in Roma non si trova più riscontro dell’instanza fatta a nome mio per la nostra Agenda nova, V.S. non ne parli più, che troviamo qui nel nostro consiglio privato, che non ci fa bisogno consenso alcuno da Roma, Io la farò stampare propria autoritate sotto il titolo Agenda Pragensis accommodata ad normam Ritualis Romani, e sarà bella finita ».

47 Prague, 23 avril 1645. Voir Rituale Pragense ad usum romanum accomodatum, Jussu & Authoritate Eminentiss. et Reverendissimi Domini, Domini Ernesti Adalberti tit. S. Praxedis Presb. Cardinalis ab Harrach […] Pragæ, Typis Seminarii Archiepiscopalis, Anno Domini M. DC. XXXXV [1645], Strahov FC IV 25.

48 « Nous vous exhortons dans le Seigneur » écrit le pontife dans sa constitution Apostolicæ Sedis (17 juin 1614), alors que saint Pie V abolissait tous les bréviaires moins que bicentenaires dans Quod a nobis (9 juillet 1568). On pourrait penser en outre que l’intérêt de la SCR va plus vers le plus important, c'est-à-dire le bréviaire qu’Urbain VIII, qui vient d’en réformer les hymnes (25 janvier 1631 bref Divinam psalmodiam), a comparé ailleurs à l’un des deux poumons, avec le missel, de la vie liturgique. Au reste, les periti de la Congrégation sont plus familiers dans les affaires du bréviaire à la réforme duquel ils viennent de participer que dans celles du rituel. Enfin, approuver le rituel revenait à approuver toutes les bénédictions particulières s’y trouvant, et il n’est pas forcément souhaitable d’aventurer l’autorité romaine dans ces régions quelque peu étrangères.

49 Sur toutes ces questions, voir les remarques de Dom Pommarès, meilleur sans doute dans son analyse que dans sa synthèse juridique (Pommarès 1997). Voir aussi l’analyse d’Alain Rauwel (Rauwel, à paraître), que je remercie son auteur de m’avoir communiquée avant publication.

50 La meilleure définition de l’idée de romanité est celle de Bruno Neveu, Neveu, 1994, p. 396-398. Sur la question les débats catholiques autour de la romanité à l’époque qui nous intéresse, De Franceschi 2009. Sur ces questions qui touchent surtout la théologie politique, voir en dernier lieu le compte-rendu synthétique qu’y consacre Aurélien Girard (Girard 2011). Sur le concept de romanité liturgique, des éléments dans Rauwel, 2007.

51 Dans l’état de notre documentation, on ignore si le Directorium a jamais subi d’éventuelles corrections – il n’est pas impossible qu’il existe un exemplaire annoté et biffé qui surgira un jour de l’ACCS qui semble souffrir de quelques difficultés, bien compréhensibles, d’archivage. Ou bien, à défaut, un rapport de consulteur comparable à celui d’Olomouc édité par Tomáš Parma (Parma 2008).

52 Obsequiale sive Benedictionale, quod Agendam appellant secundum ritum & consuetudinem S. Metropolitanæ Pragensis Ecclesiæ […] Pragæ, apud Michaelem Peterle, M. D. LXXXV. [1585], Strahov ACh II 20.

53 Rituale Pragense 1645, p. 95-97.

54 Rituale Romanum 1614 [Sodi-Flores Arcas 2004], p. 59 [67].

55 Obsequiale 1585, fol. XXVIIv s.

56 Strahov FC IV 25 Appendix Ritualis Romano Pragensis continens ea, quæ parochi præ manibus habere debent, vel ex laudabile consuetudine à fidelibus desiderari solent, Viennæ Austriæ, Excudebat Matthæus Cosmerovius, Anno M. DC. XL. III. [1643], p. 76.

57 Franz 1909, t. I, p. 279-334.

58 Franz 1909, t. I, p. 318.

59 Jn 2, 1-11.

60 Jn 1, 1-14.

61 Mc 16, 14-20.

62 Sur la question du poison, cf. Collard 2003.

63 Obsequiale 1585, fol. CLVIIv s.

64 Image chère au pontificat du défunt Urbain VIII Barberini, dont les armes étaient les abeilles, et Harrach la créature.

65 Rituale Pragense 1645, n. p. : Certè Apostolici successores singuli in varijs Ecclesiæ partibus spiritu unitatis afflati, sacras Cæremonias statuerunt : quod & fecerunt nostri Antecessores, singulariter Archiepiscopus Martinus æternâ memoriâ dignus : Unde ab omnibus simul mirabili varietate Christi Sponsa circumdata est ; Quia tamen unde exeunt flumina, revertuntur, & omne donum perfectum ab uno summo descendens, etsi plura, participatione divisum sit, ad idem tandem convertitur, ut unicus sit in totâ Ecclesiâ Hierarchicus Ordo, Summi Pontifices, omnes Divini cultus exercendi ritus undique deliberantes, in unum Ecclesiæ Alvearium collegerunt, & ut in unâ Pontificiâ poderis veste totus esset Orbis terrarum, & parentum traditiones quasi quatuor ordinibus lapidum sculptæ micarent, Breviario scilicet, Missali, Pontificali cum suo Cæremoniali, quarto denique Rituali sub Paulo V. edito […] Nos quoque, siquidem Antecessorem nostrorum labores temporis consumpsit voracitas, ne similem, qualem nunc experimur, jacturam, patiantur in posterum Parochi nostri, idem Rituale Romanum denuo imprimi curavimus, tamquam in Apostolicæ Sedis petrâ firmatum, perpetuâ stabilitate permansurum. Aliqua tamen, eodem Rituali concedente pro more Patriæ maternis linguis inservimus, Ac demum una Appendice diversa collegimus, quæ vel frequenter parochi præ manibus habere debent ; vel ex laudabili consuetudine à devotis desiderari solent.

66 Obsequiale 1585, p. 2-3 : Non sine gravi causas, patres nostri, qui in hoc ipsum, ut fidem Christianam, eamque Romanam & Apostolicam, in inclyto hoc Regno, plantarent […] ceremonias observandas instituerunt […] Cur autem paulatim approbatus antiquorum rituum usus, in desuetudinem quandam venerit : inter alias, non exiguam causam ducimus, quod Obsequialia, seu (ut vocant) Agenda, tanto temporis intervallo, multis in locis defecerint. Qua occasione, […] alia Agenda, in nostram Archidiœcesim introducta sunt ; unde quædam piarum consuetudinem erupit immutatio, modusque alius, (quo ad res sacras pertractandas) ceptus est. Verumtamen ut sanctæ Metropolitanæ Pragensis Ecclesiæ, (cuius, uti Archiepiscopus, licet indigni curam gerimus) sicut antiquas, ita non minus gravitate & sanctitate plenas traditiones, etiam ad posteros derivemus ; communique sit omnibus templis modus & actio ; nec habeant, qui alijs Agendis hactenus usi sunt, quod merito prætendant ; vel non ijsdem ritibus, ubivis locorum Bohemiæ, gaudeant […] hoc Obsequiale […] in lucem ædi curavimus.

67 Neveu 1994, p. 398.

68 Don Lino trouvait le recteur jésuite du Klementinum, qui possédait une imprimerie, trop dur en affaires pour le mêler au projet comme on avait pensé à l’origine. Voir sur son officine Beránek 2005. Notons cependant que l’entente parfaite entre archevêque et éditeurs jésuites, obtenue grâce au barnabite Pio Cassetta, n’interviendra qu’en 1646. Beránek 2005, p. 154. Vienne, AVA, FA-Harrach, cart. 152, Vienne, 27 décembre 1642, Don Vacchi au cardinal. Il manquait en outre aux éditeurs praguois des caractères qu’ils eussent dû faire fondre pour l’occasion. L’éditeur [Jan starší] Bylina, spécialisé dans les productions religieuses et pressenti précédemment, avait prétendu un manque de caractères. Vienne, AVA, FA-Harrach, cart. 152, Prague, 8 février 1642, Don Vacchi au cardinal. Sur cet éditeur, Voit, 2006, p. 146-147.

69 Rome, APF, SOCG, vol. 79 (1637), fol. 251-252 et fol. 256, Prague, 18 avril 1637, Harrach à SCPF, comptes examinés à la congrégation du 22 juin 1637 sur le rapport du cardinal Pallotto.

70 Ces comptes (en partie prévisionnels) sont ceux du barnabite. Voir Vienne, AVA, FA-Harrach, cart. 152, Vienne, 25 mars 1643, Don Vacchi à Harrach.

71 Voir Vienne, AVA, FA-Harrach, cart. 152, Prague, 10 décembre 1642, Don Vacchi à Harrach : pour l’édition des offices comme la désire Son Éminence, elle ne peut se faire rapidement pour des raisons financières ; pour le tirage, le barnabite écrit qu’il faudra se décider entre trois et quatre mille copies, ce qui est certain étant qu’il faut le tirer à plus d’exemplaire que le rituel.

72 Vienne, AVA, FA-Harrach, cart. 152, Vienne, 25 mars 1643, Don Vacchi à Harrach.

73 La mention Pragæ Typis seminarii archiepiscopalis, anno Domini M.D.C.XXXX.V. sur la page de garde du rituel est trompeuse : elle ne concerne que le décret d’Harrach, tandis que l’imprimeur viennois Cosmerovius (Voit 2006, p. 169) s’est chargé du Directorium, du Rituale romano-pragense (voir p. [488]) et de son appendix. Les presses du séminaire archiépiscopal (Voit 2006, p. 890-891), eussent été bien en peine d’entreprendre une édition techniquement si difficile, avec différents caractères typographiques et des partitions musicales.

74 Voir par exemple Prague, NA, APA I, registre B 76/8 (Constitutiones synodaticæ archi-diæcesis Pragensis, t. I, décrets d’Harrach des années 1629-1669), Prague, 17 avril 1647, décret d’Harrach à tous les curés de la capitale sur la sonnerie des cloches pascales, ordonnant que, le samedi saint, après la bénédiction le matin du feu, du cierge, des fonts juxta novum Rituale, on fasse sonner la nuit à matines les cloches de la ville au signal de celle de l’église métropolitaine, vers la neuvième heure ; ordre est donné aux bedeaux de sonner un quart d’heure le matin, et une heure entière le soir, afin qu’à la dixième heure, où l’on lève le corps du Seigneur du Sépulcre, on commence l’office des matines avec dévotion et quantité de peuple.

75 Prague, NA, APA I, registre A 16/5 (Maculatura Anni 1647), fol. 34r, 10 juin1647, le consistoire au vicaire forain de Blatná-Blatna (Blatnensis, près de Strakonice-Strakonitz) : savoir s’il se rend à la convocation des curés du 13 juillet pour recevoir le rituel, afin qu’il en profite au passage pour régler les affaires de mœurs du curé d’Horažd'ovice (Horažd'owitz) ; voir aussi fol. 34v, 12 juin 1647 : Vocati sunt quoque hac die Parochi Pragenses, et siquidem Ritualia Nova non habebant, cuilibet unum datum est solvandum, intra duas septimanas à receptione. Patribus autem ad S. Crucem terminus de prestanda præ solutione in 4 septimanas propter paupertate prolongatus est.

76 Prague, NA, APA I, registre A 16/5,fol. 50v, 30 juin 1647, le consistoire confirme dans son bénéfice le nouveau doyen de Písek (Pisek), terminant par sit diligens in collectione pecuniæ Ritualium et Contributionis pro termino S. Galli. Cf. aussi Prague, NA, APA I, cart. 796 (recepta 1648), Plzeň (Pilsen), 13 janvier 1648, rapport d’Urbanus Franciscus Pieletius à Kocker doyen du chapitre métropolitain, § 4 : Mitto Rdissimo Dno Dno Zbraslawski hic tres ducatos pro duplici Rituali adhuc à Prædecessore meo relictij idque à Dno Decano Nepomucensi.

77 Prague, NA, APA I, cart. 796, Kutná Hora (Kuttenberg), 9 mars 1648, Mathieu Georges Czernowsky archidiacre et vicaire forain du lieu à Visentainer : il envoie six ducats pour les rituels, en neuf exemplaires et pour huit directoria, en signalant qu’il a des difficultés pour percevoir les deux ducats restants. Nous ne sommes pas persuadés du tout qu’il soit pertinent d’employer les tables de conversions monétaires habituelles pour une période si troublée que l’année 1648. Si cependant par extraordinaire cela s’avérait juste, il faudrait considérer qu’un ducat d’Empire – monnaie d’or – vaut quatre florins ou gouldes et demi, ce qui voudrait dire que Czernowsky devait régler en tout trente-six florins, soit, grosso modo, 4 florins pour un rituel et un Directorium, ce dernier valant 15 kreutzers l’un (cf. infra), cela met le rituel à 3 florins 45 kreutzers, ce qui est un peu moins élevé que les prévisions de Don Vacchi (4 florins et demi). C’est d’ailleurs à ce prix de 3 fl. 45 kr. que la Bibliothèque de Strahov acheta en 1694 son rituel coté FC IV 25 (voir la mention manuscrite, juste après le décret cardinalice de 1645).

78 Prague, NA, APA I, cart. 796, Horšovský Týn (Bischofteinitz), 2 avril 1648, Joannes Ignatius Engelbertus à Pressino archidiacre du lieu à Visentainer : il fait parvenir la contribution du séminaire et le cathedraticum, et signale ses difficultés pour les obtenir des religieux (problème d’exemption d’ailleurs classique), ainsi que des curés. Ces derniers en effet sont très pauvres et aliqui vix habent panem. Il donne un florin et trente kreutzers pour les sex Calendarijs Ecclesiasticis transmittas, c'est-à-dire le Directorium, qui a donc été vendu 15 kreutzers l’unité.

79 Prague, NA, APA I, registre A 16/5, fol. 50r, 24 juin 1647: Maximilianus Fogger [curé et vicaire forain de Stráž pod Ralskem (Wartenberg)] accusat Parochos Marievallenses quod Ritualia Nova accipere nolint, adjungendo ipsorum litterarum ex quibus cum appareat, quod libenter acciperent, dummodo pecuniam haberent, debebit itaque cum illis aliquantum patientia haberi. Ibid., fol. 41v, 27 juin 1647, décret à Maximilianus Fogger, quatenus monet Parochos sibi subiectos circa accicipienda Ritualia, cum comminatione, si quis eorum a publicatione huius decreti intra duas septimanas antiquo Rituali usus fuerit, quod pro mulcta executivè 12 Imperiales deponere debebit. Le cas des livres liturgiques n’est qu’un exemple du refus de l’abbesse de laisser payer les contributions ecclésiastiques (qui sont reconnaissances de juridiction de la chaire cathédrale). Voir Prague, NA, APA I, cart. 796 (recepta 1648), Stráž pod Ralskem, 9 mars 1648, Maximilianus Fogger à Kocker. L’affaire reprend au début de 1649. Voir Prague, NA, APA I, cart. 796, le consistoire à Harrach, relation pour janvier et février 1649. Aussi Prague, NA, APA I, cart. 19 (Emanata 1648-1649-1650), Prague, 19 février 1649, le consistoire à l’abbesse de Marienthal, lettre : « Daß Mangelhaffte Rituale oder Agenda wollet nur bey der Erzbischofflichen Kanzleÿ ablegen laßen, solle entgegen ein anders außgefolget werden. Welches nicht allein ihnen abgestorbennen, sondern auch andern widerseczigenen Pfarrern, die sich solches anzuerchenen darnach zu nichtez landteresenez Ernstlichn befehlig nachzukommen gewonigert, alß contumacibus eingetreuungen worden müßn, sintemahlen solches durch das Gantzes Königreich, damit der Gottes dienst einhelliglich, sambt gleiches gestaldt verwichtet werden möchte, wohero er keine Ursach, sich von Solchen Exempt zumachen gehabt. ». L’ordre d’échange est répété un certain nombre de fois, puis l’affaire semble réglée. Voir Prague, NA, APA I, cart. 796, le consistoire à Harrach, relation du 19 février au 19 mars 1649 : Conquesta fuerat Abbatis de Mariæ Vallensis Rituale defectuosum ut remittat, habitura completum et sacramenta quoque administrari curet, ad tempus determinatum. Voir enfin Prague, NA, APA I, registre A 16/5, (registre Maculatura 1649), fol. 10v, 19 février 1649, à la suite d’une lettre à l’abbesse qui se plaint de la rigueur du curé de Stráž pod Ralskem dans inventaire de l’héritage d’un curé défunt, le Consistoire précise Rituale ubi defectus habentur Pragam mittat receptura aliud magis completum. En règle générale, sur l’histoire de Marienthal et de ses paroisses, on se reportera à Canzler 1786, p. 519-567, Zdichynec 2014 et surtout Zdichynec 2008.

80 Voir Prague, NA, APA I, cart. 796, Žatec (Saaz), 1er mars 1648, le prémontré Wenceslaus Zeliwsky doyen du lieu à Kocker doyen du chapitre métropolitain.

81 Voir Prague, NA, APA I, cart. 796, Plzeň (Pilsen), 13 janvier 1648, rapport d’Urbanus Franciscus Pieletius archidiacre de Pilsen, à Kocker, cité supra, § 4, soumettant une question qui s’est posée à Plzeň à plusieurs religieux : si vigilia Sancti Matthiæ venerit ultimis diebus Bacchanaliorum prout hoc anno fiet, quod ieiunium illis diebus non soleat servari, sed iuxta consuetudine patriæ (quam mihi perere non poterit nec offendere) anticipatè die Sabbathi ante Dominicam Quinquagesimæ sit temendum, ego autem contrarium opposui nobis non licere mutare legem Universalem Ecclesiæ Sanctæ, unde etiam cuperem super hoc informari… La question se pose aussi à Český Krumlov (Böhmisch Krumau). Voir Prague, NA, APA I, cart. 796, s.l.n.d., Georgius Bilek a Bilenbergh (sic) à Visentainer : Peto consilium ab Eminentissimo, quid faciendum erit cum Vigilia S. Matthæi incidat hoc anno in feriam secundam post Quinquagesimam, An nimirum possit die Sabbatho anticipari.

82 Prague, NA, APA I, cart. 796, Horšovský Týn, archidiaconé, 3 février 1648, l’archidiacre Joannes Ignatius Engelbertus a Presmo au consistoire, entre autres, ceci sur le calendrier liturgique : Volebam præterea PerIllustres et Reverendissimas Dominationes Vestras consulere, quid mihi cum novis festis per Bullam Pontificiam introductis faciendum sit, cum in multis Districtibus non observentur, nec celebrentur, et abrogata esse dicantur. Sed quia his diebus Calendarium Ecclesiasticum Authoritate Eminentissimi Domini Domini Cardinalis editum, ad manus meas devenit, in quo specificantur omnia festa, quæ per Archidiæcesim Pragensem solennia fori sunt, et esse debent, puto me non male facturum, si me iuxta illud direxero, et eidem me accomodavero, Parochisque meæ inspectioni commissis id ipsum significavero.

83 Cf. la bulle Quod a nobis (1568) : … Ac etiam abolemus quæcumque alia breviaria, vel antiquiora, vel quovis privilegio munita, vel ab episcopis in suis diæcesibus pervulgata … in quibus alias Officium divinum Romanæ ecclesiæ ritu dici consuevit, aut debet ; illis tamen exceptis, quæ ab ipsa prima institutione, a Sede apostolica approbata, vel consuetudine, quæ, vel ipsa institutio, ducentos annos antecedat, aliis certis breviariis usa fuisse constiterit : quibus, ut inveteratum illud jus dicendi, et psallendi suum Officium non adimimus, sic eisdem si forte hoc Nostrum, quod modò pervulgatum est, magis placeat, dummodo episcopus et universum Capitulum in eo consentiant, ut id in choro dicere et psallere possint, permittimus. Or la fête abrogée des reliques, fondée par Charles IV († 1378), ne tombait sans doute pas sous le coup de la règle des 200 ans.

84 Cf. Prague, NA, APA I, cart. 19 (Emanata 1648-1649-1650) ; Summa Decreti Archiepiscopalis, non cacheté, minute avec des corrections (dont nous reportons les principales) : Ut tollantur abusus, si qui bellorum injuria irrepserunt, et Bohemi a tota sit tandem aliquando labij unius, et sermonum eorundem noster Eminentissimus Princeps Ernestus Adalbertus cardinalis ab Harrach Archiepiscopus Pragensis etc. consentiente Universo Venerabili Capitulo decrevit, ut in Canonici Officij lectione omnes præsenti Ecclesiastico Calendario et Directorio utantur. Cuius Autorem jussit, imprimis Sanctorum .S. Pragensis Ecclesiæ Patronorum solennitates, quorum Officia propris fuerunt, à sacra Rituum Congregatione approbata anno 1642. et suo jussu edita anno 1643 interserere debitis locis. Et cum B: Norbertum Archiepiscopum Magdeburgensem, Candidi Ordinis Præmonstratensium Fundatorem Boëmiæ Regnum in Patronum admiserit jussit cum coli ut patronum primum quidem quinto Jdus Julias cum officio duplici, et iterum cum majori solennitate Dominica 4 post Pascha non impeditâ quâ magno Dei beneficio eius Sanctæ Reliquiæ Pragam translatæ sunt, quam ob rem statuit, ut Oratio communis quæ quotidie recitari solet sit [qui remplace est biffé] hæc r/ Gaudete Justi in Domino. v/ Rectos decet colaudatio Oremus ; Propitiare nobis quæsumus Domine famulis tuis, per Sanctorum turorum et Patronorum nostrorum, Viti, Wenceslaj, Adalberti Sigismundi Procopij georgij benedicti et Sociorum eius. Norberti atque Ludmillæ merita gloriosa ut eorum piâ intercessione ab omnibus semper protegamur adversis. Per etc. Præcepit etiam ut Calendario et Directorio inscribantur ex festa, quæ à Clero huius Archidiæceseos iuxta Calendarij S. Metropolitanæ Ecclesiæ Consignationem per immemorabile tempus ante reformationem Breviarij Pij V factam observata sunt, in locum tamen variorum festorum quibus celebrabantur Reliquiarum Translationes a Carolo IV. et alijs Bohemiæ Regibus factæ substituit festum unicum Omnium Sanctorum quorum reliquiæ Pragæ sunt celebrandum prima Dominiâ (sic pour Dominicâ) post festum S: Bartholomæj Apostoli ritu duplici primæ classis. Circa quam diem anno 1645. Postremum plurimæ reliquiæ Carelsteinio in Cathedralem Ecclesiam jussu Invictissimi Imperatoris, ac Boëmiæ Regis Ferdinandi III sunt avecta. Et ut omnia verbo comprehendam ut Directorij Autor Generali aliquâ regulâ dirigeretur jussit ut ex duobus Calendarijs (Pragensi ac Romano) unicum concinnaret. Cum autem hæc à diversis, diverso loco et tempore facta non solum essere diversa sed frequenter adversa percepit ut exactè observaret vetus Pragense, ut et Romanum sicubi hoc non sit illi contrarium. Et denique quia Conciones nihil sunt aliud quam Evangelij expositiones, mandavit omnibus et singulis Concionatoribus etiam Regularibus, tam in suis, quam alienis Ecclesiis concionaturis, ut in sacris ad populum sermonibus prælegant vernaculè et explanent Evangelia, quæ in Missa iuxta ritum Romani Missalis præscribuntur. pro ut Catholica Ecclesiæ consuetudinem Cathedralis Pragensis Ecclesiæ Concionatores, alijque ferè omnes usu receperunt et practicarunt prohibuit etiam omnibus Bibliopolis et Typographis, sub pœna censuræ Ecclesiasticæ suo arbitrio infligendæ, ne quis deinceps in vernaculis aut Latinis Calendarijs, aut Evangeliorum libris, alium Evangeliorum ordinem apponat, quam Romanum, neque libros huiusmodi aliter alibi impressos, in hac Archidiæcesi venales habeat. Datum Pragæ in Archiepiscopali Consistorio, die 9 Novembris anno 1650.

85 Prague, NA, APA I, cart. 796, Doupov (Tuppau) 29 janvier 1648, maître Fridericus Georgius Maÿer au consistoire, rapport sur l’état des paroisses de son ressort en janvier.

86 Voir en particulier la Pars secunda Ritualis Romano-Pragensis, continens Cæremonialia, Benedictiones, Processiones & alia necessaria, quæ Parochi præ manibus habere, & observare debent. Vetero-Pragæ, Typis Archi-Episcopal. in Collegio S. NORBERTI, per Georgium Samuelem Beringer, 1699 (Strahov FC IV 25).

87 An stante Bulla Pii V in Bullario n. 64, et receptio novi Breviarii per totam Archidiœcesim Pragen., possit sola Ecclesia Metropolitana uti antique Breviaro sine consensus Sedis Apostolicæ, et an Archiepiscopi licite hoc potuerint tolerare vel permittere ? Voir Decreta Authentica CSR 1898, t. I (1588-1705), n° 1502, p. 310-311. Cf. sa copie : Prague, NA, APA I, registre B 16/2 (bullaire romain pour Prague, 1665-1676).

88 Là-dessus, cf. par exemple ce qu’écrit le futur doyen du chapitre Tomáš Pešina z Čechorodu (1629-1680). Pešina, 1916, p. 5. Il est possible que la situation soit plus nuancée : voir Prague, NA, APA I, cart. 2027, s. d. [post 1650], le mémoire anonyme Rationes pro inducendo Ritu Romano in Ecclesiam Metropolitanam Pragen. et quomodo id fieri possit, qui, favorable aux réformes archiépiscopales, reproche notamment aux chanoines de prier, eux, selon le bréviaire romain, mais d’exiger des clercs de chœur d’user pour l’office à la cathédrale du bréviaire praguois, malgré ses insuffisances.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nicolas Richard, « Entre normes romaines et réformes locales : les tentatives de réforme de la liturgie praguoise par le cardinal Harrach (XVIIe siècle) », Mélanges de l’École française de Rome - Italie et Méditerranée modernes et contemporaines [En ligne], 127-1 | 2015, mis en ligne le 24 juin 2015, consulté le 23 mars 2017. URL : http://mefrim.revues.org/2041 ; DOI : 10.4000/mefrim.2041

Haut de page

Auteur

Nicolas Richard

Fondation Thiers - nicolas.richard10@voila.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© École française de Rome

Haut de page
  • Logo École française de Rome
  • Revues.org