Navigation – Plan du site
Tours et détours des objets de dévotion catholiques (XVIe-XXIe siècles)

Les dévotions perdues. Les objets de dévotion catholiques sous le regard des savants parisiens, 1790-1801

Pierre-Yves Lacour

Résumés

Entre 1790 et 1797, les confiscations révolutionnaires opérées tant en France qu’à l’étranger sur les ennemis du jour – clercs, émigrés et condamnés puis princes étrangers et villes rebelles – apportent des millions de choses de toutes natures dans de vastes dépôts avec, parmi eux, des objets de dévotion catholiques. Dans un premier temps, entre 1790 et 1794, le regard porté par les centres parisiens sur ces objets est transparent : les savants et les conservateurs des grandes institutions et les membres des commissions chargées des confiscations – souvent les mêmes – ne les constituent pas en une catégorie à part entière dans les Instructions, tandis qu’aucune place ne leur est spécifiquement dévolue dans les inventaires. Ces objets n’apparaissent alors guère qu’en creux. Ils sont des emblèmes des superstitions dans le discours déchristianisateur qui marque l’an II et encore le début de l’an III. Dans un second temps, à partir des années 1795-1796, les savants et les journalistes soulignent à plusieurs reprises le retour des dévotions, non sans parfois les moquer dans un discours à forte connotation sociale.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Entre 1790 et 1797, principalement sous la Convention et le Directoire, plusieurs commissions sont constituées pour confisquer les « objets des sciences et des arts » des ennemis de l’heure. En France, à partir de 1790, des commissaires sont chargés de saisir les biens mobiliers des maisons religieuses, des émigrés et condamnés et des académies, notamment au travers de la Commission temporaire des arts, active entre 1793 et 1795. Entre 1794 et 1797, dans le cadre des conquêtes révolutionnaires en Europe, des commissions sont à nouveau dépêchées pour confisquer les monuments des arts et des sciences dans l’espace allemand, belge et hollandais dès 1794, puis en Italie à partir de 1796. L’étude est centrée sur le travail de ces commissions et sur les discours et pratiques de leurs membres, presque toujours professeurs ou conservateurs des grandes institutions scientifiques et culturelles parisiennes, autrement dit des acteurs « centraux » ou dominants de la scène savante nationale.

  • 1 Poulot 1996, p. 249-258, Poulot 1997, p. 152-153 et Baciocchi - Julia 2009, p. 487-488.

2Dans le contexte des saisies révolutionnaires, un objet ne peut être utile que de deux manières : soit il participe du projet d’instruction publique en s’insérant dans une collection ; soit il sert l’économie de guerre en étant revendu ou refondu. Dominique Poulot a recensé les formes du réemploi du mobilier ecclésiastique, caractéristique de « l’utilitarisme ambiant » : les cloches sont transformées en canons, le fer blanc des toitures en boîtes à mitraille, les pièces d’orfèvrerie en numéraire, les missels en pâte à papier, les parchemins en gargousses (enveloppes pour la poudre à canon), tandis que les cordes des cloches sont attribuées aux convois militaires, que les marbres d’église sont utilisés pour faire de l’eau gazeuse ou que l’on songe à employer les suaires des reliques pour fabriquer des pansements1.

  • 2 Verdier 2001, p. 18-19.

3Dans l’ensemble des biens mobiliers confisqués sous la Révolution, les objets de dévotion – c’est-à-dire ici les objets mobilisés comme médiateurs dans la relation avec Dieu, tels que les crucifix, les ex-voto ou les Agnus Dei – sont difficiles à retrouver2. Ceux de première origine, saisis dans les institutions religieuses et souvent précieux, sont parfois repérables dans les inventaires de saisie ; ceux de seconde origine, auparavant propriétés particulières des émigrés et des condamnés, ne le sont jamais ou presque. De fait, seuls les objets habituellement mobilisés dans le cadre des dévotions collectives peuvent être repérés malgré de nombreuses difficultés, liées en particulier aux questions de nomenclature et de catégorisation dans les archives des confiscations.

4Lors des saisies révolutionnaires, ces objets sont en effet intégrés dans des catégories qui dépendent davantage de leur nature que de leur usage. Il s’agirait alors d’étudier l’évidement provisoire et les réinventions fragiles des dévotions au cours de la décennie révolutionnaire. L’analyse est organisée en quatre moments : un premier est dédié à la difficile appréhension des objets de dévotion dans les instructions de confiscations publiées entre 1790 et 1794 ; un deuxième est consacré à la place de ces objets dans les saisies menées en France, essentiellement par la Commission temporaire des arts, entre 1792 et 1795 ; un troisième, à leur place dans les confiscations italiennes opérées en 1796 et 1797, et un quatrième, au retour des dévotions catholiques entre 1797 et 1801.

Le silence des Instructions révolutionnaires (1790-1794)

  • 3 Baciocchi - Julia 2009, p. 497 et Deloche - Leniaud 1989, p. 61.

5Entre novembre 1790 et juillet 1794 une série d’instructions sont imprimées afin d’organiser les confiscations des biens mobiliers de première et seconde origine, autrement dit des « monuments publics transportables » appartenant aux clercs ou aux émigrés et condamnés. Dans l’ensemble de cette littérature prescriptive, aucune catégorie approchante de celle d’objet de dévotion n’est mobilisée, l’usage dévot des objets étant presque entièrement oblitéré, avec une seule nuance : deux instructions, l’une du 24 octobre 1790 et l’autre du 20 mars 1791, expliquent que pour les reliques, il faut procéder « avec les égards qui sont dus à la décence et à la majesté du culte » ou « avec les précautions qu’exige la décence », ce qui est, d’ailleurs, une manière de reprendre les mots employés par les évêques d’Ancien Régime lors de leurs visites pastorales3. Les dévotions, rapportées aux seules reliques, n’apparaissent alors qu’en creux comme d’anciens usages qu’il serait impolitique de profaner.

6Les objets donnant lieu à des manifestations publiques de dévotion sont intégrés dans la catégorie plus large des biens mobiliers des églises. L’Instruction concernant les châsses, reliquaires et autres pièces d’orfèvrerie provenant du mobilier des maisons ecclésiastiques et destinés à la fonte publiée par les Comités réunis d’administration ecclésiastique et d’aliénation des biens nationaux le 20 mars 1791 traite spécifiquement des objets métalliques de première origine, qui peuvent être fondus pour la Monnaie. Les objets religieux n’y sont appréhendés qu’au travers de la valeur de leurs matériaux, de leur ancienneté et de la qualité du travail d’orfèvrerie.

Tableau - Évaluation du mobilier des maisons religieuses selon l’Instruction du 20 mars 1791

Qualité d’ensemble Exceptions Destination
valeur artistique supérieure ou égale à la valeur des matériaux [aucune] conservation
valeur artistique inférieure à la valeur des matériaux ancienneté (avant 1300)
beauté du travail
intérêt historique
inscription conservation partielle et fonte
incrustation
tissu
détail intéressant dessin puis fonte
[aucune] fonte

7Pour décider du sort des objets religieux, les commissaires révolutionnaires doivent donc non seulement déterminer « l’âge des châsses et reliquaires », mais surtout juger si la manière vaut davantage que la matière. C’est à ce moment-là qu’ils évaluent les objets et qu’ils procèdent à des arbitrages, en opérant un premier tri entre les objets destinés à la fonte et ceux conservés pour les collections nationales.

  • 4 Baciocchi - Julia 2009, p. 522.
  • 5 Deloche - Leniaud 1989, p. 61.

8Les reliquaires, en tant que pièces d’orfèvrerie, peuvent ainsi connaître l’une ou l’autre de ces quatre destinations : soit fondus, soit conservés, soit démembrés et partiellement conservés, soit dessinés avant d’être transformés en numéraire. Les reliques, quant à elles, peuvent être « dissociées » des reliquaires, selon l’expression de Stéphane Baciocchi et Dominique Julia, une partie étant conservée et l’autre détruite4. On lit ainsi dans l’Instruction du 20 mars 1791 : « Lorsque les reliques seront posées sur des étoffes ou tissus qui peuvent offrir des éclaircissements relatifs aux manufactures, on aura soin de les mettre à part pour être examinées, quand elles mériteront d’être conservées »5. Il revient alors au prêtre d’opérer cette dissociation entre l’objet de dévotion en tant que tel – la relique – et l’objet d’histoire – le tissu –, autrement dit entre ce qui relie à Dieu d’un côté, et ce qui relie à la société ancienne de l’autre, et qui est le seul aspect à intéresser les commissaires révolutionnaires.

  • 6 Vicq d’Azyr 1794.
  • 7 Tuetey 1912-1917, préface.

9En mars 1794 a lieu la première publication de l’Instruction sur la manière d’inventorier et de conserver, dans toute l’étendue de la République, tous les objets qui peuvent servir aux arts, aux sciences et à l’enseignement, rédigée par le médecin Félix Vicq d’Azyr (1748-1794)6. Elle dresse la liste d’un « grand nombre d’établissements actuellement supprimés, mais où se trouvent encore des collections qui doivent être inventoriées et recueillies par les différentes sections de la commission des arts » et recense une dizaine d’établissements parisiens du culte catholique. La nouvelle Commission temporaire des arts est composée essentiellement de membres des grandes institutions savantes parisiennes pour l’expertise scientifique des objets, accompagnés de quelques marchands pour leur évaluation financière7. Aucune des douze sections qui la compose n’est spécifiquement en charge des objets de dévotion. Les sections de la Commission – à l’exception de celle des « dépôts littéraires » – sont en effet définies à l’intersection d’un domaine de savoir et d’une ou plusieurs catégories de choses. Les objets étant ainsi appréhendés en fonction de leur mobilisation dans l’ordre des savoirs, leur possible valeur spirituelle disparaît de facto.

10Les objets de dévotion n’ont ainsi pas de place attitrée, mais peuvent néanmoins être saisis – au sens d’appréhender comme de confisquer – par différentes sections, comme celle d’Anatomie, médecine et chirurgie pour les reliques, celle des Antiquités, pour les « monuments du moyen âge » qui intéressent « l’historien du moyen âge », celle de Géographie et de marine, pour les modèles de navire servant d’ex-voto, ou celle de Peinture et sculpture, pour les représentations pieuses. Entre 1790 et 1794, entre les premières Instructions et celle de Vicq d’Azyr, l’appréhension de ces objets se transforme légèrement, l’accent étant moins mis sur le matériau qui les constitue et son prix que sur leur mobilisation savante, particulièrement dans les savoirs historiques. Mais en 1790 comme en 1794, il n’est jamais question des dévotions, particulières ou collectives, qui prendraient appui sur ces objets, sauf pour inviter les commissaires révolutionnaires chargés des saisies à une prudence toute politique.

Les confiscations françaises, 1792-1795

  • 8 Baciocchi - Julia 2009, p. 486, p. 524.
  • 9 Clay 2012, p. 109-114 et p. 265.

11Au cours des saisies opérées en France, les objets de dévotion n’apparaissent presque jamais dans les sources des commissions en charge des confiscations. Cela tient à plusieurs raisons. D’une part, les inventaires d’argenterie ne renseignent que sur le poids d’or et d’argent sans détailler les objets qui partent à la fonte, et encore moins les reliquaires et autres crucifix8. D’autre part, les archives des saisies sont très éparses et lacunaires avant la mise en place de la Commission temporaire des arts, entre septembre 1793 et février 1794. Un certain nombre d’objets de dévotion collective, notamment des statues miraculeuses de la Vierge, ont été soustraits aux inventaires et cachés dans des demeures privées par des clercs réfractaires en 1790 et 1791 et peut-être même encore en 17939. Enfin, dans les inventaires des collections particulières des émigrés ou des condamnés, les objets de dévotion qui peuvent s’y trouver sont recensés parmi les spécimens d’histoire naturelle, les œuvres d’art et sans doute ailleurs et pour leur seule valeur marchande ou savante. Le regard des membres de la Commission temporaire des arts sur ces objets est comme transparent : ils ne les voient pas ou, du moins, ils ne les voient jamais comme objets de dévotion.

  • 10 Guiffrey - Tuetey 1910, p. 39.
  • 11 Lenoir 1878, I, p. 37, p. 39, p. 40 et p. 51.
  • 12 Archives nationales, F/17/1229 : Lettre de la Municipalité d’Annonay en Ardèche à la Commission te (...)
  • 13 Baciocchi - Julia 2009, p. 530.
  • 14 Le Gall 2007, p. 375.

12Dans les milliers d’objets confisqués dans les lieux de culte publics, on repère toutefois quelques ex-voto, par exemple dans le dépôt des Petits-Augustins à Paris, institué pour recueillir les objets des anciennes maisons religieuses. En décembre 1792, Alexandre Lenoir (1761-1839), directeur du dépôt des Petits-Augustins, remet par exemple à la Commission du Muséum du Louvre un ex-voto peint par Le Sueur et saisi aux Célestins10. D’après son journal, entre mars et mai 1794, il a également reçu des églises parisiennes deux ex-voto dédiés à sainte Geneviève, un autre peint « dans le style de Poërson » et un dernier « esquisse à la manière de Bourdon », tous destinés à son dépôt des Petits-Augustins11. Dans tous ces cas, il s’agit de tableaux conservés pour leur valeur artistique et dont la fonction médiatrice, enregistrée dans leur dénomination, a été en quelque sorte désactivée ou neutralisée. Le sort des ex-voto rejoint ainsi celui d’autres pièces du mobilier des églises, comme les bénitiers de l’église paroissiale d’Annonay qui, en mars 1795, sont envoyés au Muséum national d’histoire naturelle, car ils sont aussi de précieuses coquilles originaires des Philippines12. La catégorie des objets de « l’ancienne superstition » intègre sans distinction ce que les représentants de la commune de Sedan appellent en janvier 1794 la « batterie de cuisine du sacerdoce » aussi bien que les objets de dévotion13. Quand ils ne sont pas fondus ou revendus, ces objets religieux sont envoyés aux musées. Comme l’observe Jean-Marie Le Gall à propos du transfert du trésor de Saint-Denis dans les musées parisiens, « le déplacement des objets opère une destruction de sens et une réaffectation sémiotique »14.

  • 15 Aulard 1897, XI, p. 323.

13Cette perte du caractère dévot des ex-voto transférés des églises vers les dépôts et musées fait écho au discours déchristianisateur, particulièrement vif entre l’automne 1793 et le mois d’août 1794, et qui se manifeste notamment dans de grandes mascarades anticléricales. En février 1794, Bouret, représentant en mission dans la Manche, annonce « l’épuration des autorités » de Honfleur et la disparition des ex-voto des églises du département15 :

Une de ces chapelles que la superstition avait consacrées sur les bords de la mer, et qui garantissaient du naufrage ceux qui arrivaient à bon port, vient d’être purgée de tous les imbéciles ex-voto dont elle était meublée. Des matelots m’ont apporté une jolie frégate suspendue à sa voûte, dont ils font hommage à la Convention, qui la recevra sous peu. Les citoyennes de Honfleur ont retiré du même édifice un drapeau tricolore qu’elles avaient voué à Marie pleine de grâce, et l’ont inauguré dans le temple de la Raison, où la déesse de la Liberté saura mieux le préserver et le défendre. Enfin tout s’aligne au niveau de la liberté.

  • 16 Lakanal 1794, p. 9.
  • 17 Baciocchi - Julia 2009, p. 542-546 et Lezowski 2015.

14Le passage d’un ex-voto marin d’une chapelle des bords de mer aux mains d’un représentant en mission est emblématique de ces transferts de sacralité si courants en l’an II. Le discours de Bouret sur les ex-voto est d’ailleurs très proche de celui tenu sur les reliques encore en l’an III, où l’on dénonce les « superstitions » et le « mensonge sacerdotal ». Ainsi, dans le Projet et rapport de loi sur les Écoles centrales rédigé le 26 frimaire pour le Comité d’Instruction publique de la Convention, Lakanal écrit que le savoir médical, « en guérissant les maux du corps […] portera le plus grand coup à l’incurable fanatisme, puisque, quand les médecins sauront guérir, le peuple n’ira plus recourir à d’impuissantes reliques »16. Parfois cette dénonciation du pouvoir magique des reliques en passe d’ailleurs par la vérification experte de leurs pouvoirs lors de procès qui sont comme une image en négatif de ceux organisés par les évêques modernes17.

Les confiscations italiennes, 1796-1797

  • 18 Blumer 1934, Taton 1951, p. 43-44 et Donato 2013, p. 234-235.
  • 19 Thouin 1841, II, p. 346.
  • 20 Monge 1993, p. 223.
  • 21 Archives nationales, F/17/ 1275-A : Lettre de Duboy-Laverne au Directoire exécutif. Paris, le 4 ve (...)

15Les saisies révolutionnaires se poursuivent hors des frontières. En 1796, après un premier épisode en Europe septentrionale, plusieurs commissaires sont chargés de recueillir en Italie les monuments des sciences et des arts18. Parmi eux, André Thouin (1747-1824), naturaliste et républicain sincère, et Gaspard Monge (1746-1818), mathématicien et farouche anticlérical. À propos de Lorette, dont le trésor est saisi par les commissaires, le premier remarque que « les habitants se divisent presque tous en aubergistes, en fabricants de chapelets et en mendiants » et que « la ville entière a été faite pour accompagner l’église principale, où l’on garde la célèbre madone »19. Quant à Monge, il écrit au Directoire en février 1797 que les objets confisqués au sanctuaire marial ont autrefois servi à « abuser de la crédulité du peuple »20. Dans le même esprit et le même mois, Duboy-Laverne, directeur de l’imprimerie de la République, écrit au Directoire à propos des caractères orientaux de l’Imprimerie romaine de la Congrégation pour la propagation de la foi, que « ces caractères originairement gravés pour propager chez les nations les plus lointaines l’empire de la superstition seront entre les mains des Français libres les conducteurs électriques de la philosophie et des sciences utiles au bonheur de l’humanité »21. On retrouve ici les grands traits du discours déchristianisateur avec une foi étonnante dans l’efficace du médium.

  • 22 Archives nationales, F/17/1275-A.
  • 23 Archives nationales, F/17/1275-A : État des objets saisis au Cabinet d’histoire naturelle et au Ca (...)
  • 24 Archives nationales, F/17/1275-A : « Procès-verbal relatif à la remise faite par les dépositaires (...)

16Les confiscations italiennes apportent à Paris de très nombreux dessins et tableaux, sculptures antiques et modernes, livres rares et manuscrits précieux saisis dans les églises, les palais ou chez les particuliers22. D’autres objets, plus rares, sont également saisis, comme de petites antiquités, des spécimens d’histoire naturelle ou bien des armes, essentiellement européennes. Parmi cette foule de choses, on repère très peu d’objets de dévotion et, comme lors des saisies françaises, le regard des commissaires ne se pose pas – ou presque – sur ces objets, sauf lorsqu’ils importent pour autre chose, leur valeur marchande ou leur valeur savante. À Modène, ils confisquent dans la collection du duc « un camée représentant la tête du Christ sur une agate de deux couleurs »23. À Monza, les commissaires français accompagnés d’officiers municipaux et de « dépositaires » de la Bibliothèque et du Trésor saisissent trois « objets inutiles au culte renfermés dans le trésor du chapitre » de la basilique de San Giovanni Battista – la couronne d’or du roi lombard Agilulf, celle de son épouse, la reine Théodelinde, et un vase de saphir – mais ils délaissent la couronne de fer, objet de dévotion publique24 :

Quant à la couronne dite de fer, exposée à la vénération publique dans l’église cathédrale de Monza nous l’avons laissé [sic], d’après le consentement du citoyen Patraud, commissaire des revenus domaniaux et les pressantes sollicitations de la Municipalité et des députés de la fabrique de Monza, dans ladite église, comme un objet de culte auquel le peuple paroit fortement attaché.

  • 25 Baciocchi - Julia 2009, p. 499-500.

17Dans le refus de saisir la couronne de fer de Monza, on entend comme l’écho amplifié des demandes de décence formulées en France quelques années plus tôt par les autorités constituées et par les instructions de 1790 et 179125. La prudence politique paraît ici d’autant plus importante que les saisies s’opèrent à l’étranger.

  • 26 Bercé 2011, p. 270.
  • 27 Bercé 2011, p. 30-33.
  • 28 Bercé 2011, p. 56-62.
  • 29 Archives nationales, F/17/1275-A : Récépissé des Commissaires Monge, Tinet, J. Giuseppe Taroni. Lo (...)

18Dans l’ensemble des villes confisquées, Lorette est un cas remarquable. La cité est, à l’époque moderne, un important lieu de pèlerinage marial : la Sainte Maison de Marie transportée de Terre sainte par des anges – avec, sur son autel, la célèbre statue de la Vierge à l’Enfant – est visitée par des milliers de pèlerins chaque année, même si la décrue est perceptible au XVIIIe siècle26. À Lorette, l’Église produit et vend également de multiples objets de dévotion à la Vierge, souvent accompagnés de certificats d’authenticité : images ayant été en contact avec la statue, morceaux du voile portée par celle-ci lors de la semaine sainte ou sachets renfermant la poussière balayée chaque soir dans la Sainte Maison27. Autour de celle-ci, dans des dizaines de boutiques, de modernes marchands du Temple vendent également une foule de pieux souvenirs, notamment des ex-voto28. Même si les principales pièces du Trésor sont envoyées loin du sanctuaire avant l’arrivée des commissaires français, ces derniers confisquent cinq objets le 12 février 1797, parmi lesquels « un bénitier de cristal de roche avec son goupillon de la même matière ; celui-ci garni d’or émaillé », destiné au Muséum national d’histoire naturelle29.

  • 30 Bercé 2011, p. 305.
  • 31 Décade 1797, p. 74.

19Surtout, les commissaires saisissent la statue de Notre-Dame de Lorette, transportée au Cabinet des médailles « pour être réunie aux monuments bizarres de la superstition et servir à compléter l’histoire des impostures religieuses » selon les mots de François de Neufchâteau30. La Décade philosophique, grand périodique encyclopédique du Directoire lié aux Idéologues, précise à propos de la réalisation d’une gravure de la statue31 :

Au moment où l’on emballe cette célèbre relique, et où l’on est sur le point de lui faire exécuter un voyage non moins extraordinaire que celui qu’elle a fait en venant de la Palestine en Italie, on doit être curieux d’en avoir une représentation fidelle, ainsi que de tous ses accessoires : le but du graveur a été de satisfaire cette curiosité. Il représente d’abord l’image qui est une figure de bois de cèdre, sculptée par St. Luc, selon les vrais croyans : elle est recouverte d’une robe garnie d’or et de pierreries. […]
Nous ne saurions trop engager les honnêtes gens à ne rejetter aucun de ces faits notoires, attendu que le commencement même du doute sur ces prodiges est un acheminement à la philosophie, et qu’ils sont, comme chacun sait, le fondement de toute morale.

  • 32 Grégoire 1794, p. 11.

20L’auteur anonyme de la Décade commence par tourner en dérision les récits de translation, dont le modèle est justement donné par la relation hagiographique du déplacement de la Sainte Maison depuis Nazareth jusqu’à Lorette. Il se fait ensuite plus sérieux quand il affirme que la statue de dévotion – qui n’est pas tenue pour un chef-d’œuvre de l’art, à la différence d’autres statues confisquées en Italie – doit servir la philosophie en témoignant de « l’ancienne superstition ». On retrouve ici un discours proche de celui mobilisé au même moment pour les caractères de l’Imprimerie romaine, mais avec une connotation plus directement pédagogique. À l’image de la conservation du mausolée de Richelieu, la représentation de la statue de Notre-Dame serait ainsi, selon les mots de Grégoire dans son premier rapport sur le vandalisme en 1794, « une espèce de pilori perpétuel »32.

Les dévotions retrouvées, 1797-1801

  • 33 Archives nationales, F/17/1276 : Lettre de Keil au ministre de l’Intérieur. Griessen, le 14 floréa (...)
  • 34 Magasin 1797, 281.

21En 1797, une autre mission de confiscation qualifiée de « liquidatrice » par Bénédicte Savoy est envoyée dans l’espace rhénan. Au mois de mai, une dépouille « simplement desséchée par l’action de l’air », ce que l’on appelait au XVIIe siècle une « momie blanche », est saisie à Sinzig par le commissaire révolutionnaire Anton Keil33. Aubin-Louis Millin de Grandmaison (1759-1818), naturaliste et antiquaire, ancien membre de la Commission temporaire des arts, conservateur du Muséum des antiques et rédacteur du Magasin encyclopédique, décrit dans la rubrique des nouvelles littéraires du périodique le départ de la momie de l’Allemagne pour Paris, où elle doit rejoindre le cabinet qu’il dirige34 :

[On lui] a donné la forme d’un saint, comme on le fait aux corps bien conservés qui se trouvent dans les catacombes de Rome. Celui-ci a des bas de coton, un bandeau, bleu chamaré [sic] d’argent, un bouquet de filigrane dans les mains, qui sont croisées sur la poitrine. C’étoit sans doute un objet de culte dont on a privé très-inutilement le pays. Il est placé dans une bière peinte en noir, fermant à clef ; les conducteurs l’ont fait voir pour de l’argent dans la route, et ils demandoient qu’on le leur laissât une journée à Paris pour cet usage, ce qui ne leur a pas été accordé ; ils ont pris, comme le singe de Lafontaine, le nom de la ville pour un nom d’homme, et le corps est devenu celui de Sinzig, et la prononciation de la première syllabe a fait croire que c’étoit le cadavre d’un nommé Zig, mais au nombre des saints.

  • 35 Baciocchi - Julia 2009, p. 561.
  • 36 Cattaneo 1995.
  • 37 En 1815, lors des restitutions, Sinzig retrouve sa momie à nouveau placée dans l’église d’où elle (...)

22Stéphane Baciocchi et Dominique Julia ont insisté sur la reprise du culte des reliques en France en 1795-1796 : leur réapparition est parfois accompagnée de leur ostension au milieu d’une foule bruyante, où les signes de piété et de curiosité sont parfois mêlés d’insultes35. De la même manière, Massimo Cattaneo a observé « l’onde de miracles » qui parcourt l’Italie au printemps et à l’été 1796 et qui suit l’entrée des Français dans Rome et notamment les miracles de « madones aux yeux mobiles » (occhiomoventi)36. C’est dans ce contexte politique et religieux qu’en 1797, une simple méprise a fabriqué un nouveau saint, saint Zig, sur la route de Paris37. Au cours de la translation du cadavre desséché, on assiste alors à une invention de reliques, des conducteurs avisés ayant compris qu’ils pouvaient tirer de l’argent de ces restes offerts à une nouvelle piété.

  • 38 Cointreau 1800, p. 195.

23Quelques mois plus tard, à la fin de l’année 1798, la statue de Notre-Dame de Lorette est installée dans le Muséum des antiques de Millin à la Bibliothèque nationale. Cette installation est organisée par des membres du Conseil de conservation des monuments, qui succède à la Commission temporaire des arts38. Dans son Histoire abrégée du Cabinet des Médailles publiée en 1800, Cointreau la décrit en ces termes :

Cette statue, de bois de cèdre, recouverte de lin, portant plusieurs couches de différentes couleurs, et représentant la Vierge debout, tenant Jésus dans ses bras, a de hauteur environ quatre-vingt-dix centimètres : son authenticité est constatée par les cachets du général en chef de l’armée d’Italie (Bonaparte), que l’on y aperçoit en plusieurs endroits.

  • 39 Cointreau 1800, p. 191-195 et Bercé 2011, p. 305-306.
  • 40 Archives nationales, AJ/15/840 : Objets remis à l’Italie. Paris, le 6 novembre 1815.

24La statue, parmi d’autres objets d’Italie – inscriptions grecques, diplômes romains, calice en or, couvertures de livres religieux, couronnes des rois lombards, table isiaque, momies égyptiennes, pierres gravées et « beaucoup d’autres objets classés comme ils devoient l’être, mais peu dignes d’être mentionnés » – demeure exposée au milieu des antiquités jusqu’en janvier 1801, avant d’être restituée à Rome en mars et replacée sur son autel à la fin de l’année, soit quelques mois après la ratification du Concordat39. En 1815, dans les suites du traité de Vienne, d’autres objets sont remis aux puissances victorieuses dans le cadre des restitutions. Parmi les objets remis au pape, on repère ceux issus de Lorette dans l’envoi du Muséum national d’histoire naturelle, notamment le « bénitier en cristal de roche avec son goupillon garni d’or émaillé » mais aussi une « une croix en cristal de roche montée en vermeil émaillé »40.

Conclusion

  • 41 Le Gall 2007, p. 375.

25La séquence chronologique 1790-1801 se compose de deux grandes phases successives. Entre les débuts de la Révolution et 1797, les usages dévots des objets sont largement démonétisés et les objets auparavant mobilisés dans le cadre des dévotions publiques ne sont plus appréhendés par les commissaires chargés des confiscations que pour deux motifs : leur valeur marchande et leur intérêt cognitif, autrement dit comme matériau brut ou comme objet de collection. Ainsi, quand il sont saisis – au double sens d’appréhender intellectuellement et de confisquer –, les objets de dévotion deviennent autre chose : une matière première à réemployer, des œuvres d’art à exposer, voire des monuments de l’histoire ou, plutôt et comme le souligne Jean-Marie Le Gall à propos du trésor de l’église de Saint-Denis, des « monuments retranchés de l’Histoire, afin d’être signifiants pour un présent régénérateur »41. De fait, au cours des confiscations révolutionnaires, dans les instructions comme dans les pratiques, les usages dévots ne sont mentionnés qu’en creux, lorsque l’on invite les commissaires à la plus grande décence et prudence, pour ne pas s’aliéner le peuple.

  • 42 Mentelle 1799, p. 17.

26Dans un second temps, entre les saisies italiennes en 1796 et 1797 et le concordat de 1801, la question des dévotions réapparaît, bien qu’à la marge. Certains savants comme Edme Mentelle (1730-1816), également ancien membre de la Commission temporaire des arts, tournent toujours en dérision « l’ignorante crédulité » des dévots, qui offrent des ex-voto dans les sanctuaires de Lorette ou de sainte Geneviève, « respectables seulement sous ce point de vue, qu’ils annonçoient des cœurs pénétrés d’une des plus précieuses vertus qui soient données aux hommes, la tendre et vive reconnoissance »42. Mais, bien que moqués, les objets de dévotion sont désormais regardés en tant que tels et sont conservés dans des collections en tant que témoignages du passé superstitieux et contre-épreuves de la philosophie. Sur fond de conquête italienne, ces mêmes années voient aussi le retour des dévotions et des objets qui les médiatisent, de la multiplication des miracles en Italie jusqu’à l’invention de reliques en France. Le concordat qui donne l’occasion de replacer certains objets de dévotion remarquables dans les sanctuaires semble ainsi clore un moment de brutal évidement spirituel de ces objets, tout au moins dans le regard des élites savantes.

  • 43 Clay 2012, p. 127, p. 202-204, p. 273-275 et p. 277-282.

27Les objets de dévotion mobilisent en effet au cours de la Révolution un monde social beaucoup plus large que celui des élites savantes étudié ici, un monde social qui intègre également des clercs réfractaires et des sectionnaires radicaux, des administrateurs locaux et des catholiques dévots. Les voix de ces acteurs sont certes difficiles à restituer – comment retrouver une parole populaire ou bien dévote entre les lignes des acteurs centraux qui tiennent la plume ? Comment se fier aux reconstructions tardives et très politisées des mémorialistes ? Mais, avec toutes ses difficultés, l’exercice permettrait peut-être, pour le moment révolutionnaire, de mettre en rapport la configuration des positions sociales avec la pluralité des discours et les modalités d’intervention publique. Il faudrait alors suivre pour les objets de dévotion la démarche entreprise par Richard Clay à propos de la grande vague iconoclaste du Paris révolutionnaire, quand il montre que les « objets représentationnels » ne sont presque jamais perçus comme des œuvres d’art mais qu’ils sont « diachroniquement et synchroniquement polysémiques » du fait des multiples appropriations religieuses, politiques, esthétiques ou historiques dont ils font l’objet par les différents groupes sociaux parisiens43.

Haut de page

Bibliographie

Sources

Cointreau 1800 = A.-L. Cointreau, Histoire abrégée du Cabinet des médailles et antiques de la Bibliothèque nationale, Paris, 1800.

Décade 1797 = Décade philosophique, littéraire et politique, vol. 13, mars à mai 1797.

Grégoire 1794 = H. Grégoire, Rapport sur les destructions opérées par le vandalisme, et sur les moyens de le réprimer, [Paris], 1794.

Lakanal 1794 = J. Lakanal, Rapport et projet de loi sur les Écoles centrales fait au nom du Comité d’Instruction publique. Dans la séance du 26 frimaire de l’an troisième de la République française une et indivisible, [Paris], 1794.

Lenoir 1878 = A. Lenoir, Alexandre Lenoir, son journal et le Musée des monuments français, Paris, 1878.

Magasin 1797 = A.-L. Millin (dir.), Magasin encyclopédique, ou Journal des sciences, des lettres et des arts, 3ème année, vol. 3, 1797.

Mentelle 1799 = E. Mentelle, Description des territoires d’Épidaure et de Trézène en Grèce, dans Magasin encyclopédique, 4ème année, vol. 6, 1799, p. 9-30.

Monge 1993 = G. Monge, Dall’Italia : 1796-1798, Palerme, 1993.

Thouin 1841 = A. Thouin, Voyage dans la Belgique, la Hollande et l’Italie, Paris, 1841, 2 vol.

Vicq d’Azyr 1794 = F. Vicq d’Azyr, Instruction sur la manière d’inventorier et de conserver dans toute l’étendue de la République, tous les objets qui peuvent servir aux arts, aux sciences et à l’enseignement, Paris, 1794.

Travaux

Aulard 1897 = F.-A. Aulard (éd.), Recueil des actes du Comité de Salut public, avec la correspondance officielle des représentants en mission et le registre du Conseil exécutif provisoire, Paris, 1897, vol. 11.

Baciocchi - Julia 2009 = S. Baciocchi, D. Julia, Reliques et Révolution française (1789-1804), dans  P. Boutry et al. (dir.), Reliques modernes. Cultes et usages chrétiens des corps saints des Réformes aux révolutions, Paris, 2009, vol. 2, p. 483-585.

Bercé 2011 = Y.-M. Bercé, Lorette aux XVIe et XVIIe siècles : histoire du plus grand pèlerinage des temps modernes, Paris, 2011.

Blumer 1934 = M.-L. Blumer, La Commission pour la recherche des objets de sciences et arts en Italie (1796-1797), dans La Révolution française, vol. 87, 1934, p. 62-259.

Cattaneo 1995 = M. Cattaneo, Gli occhi di Maria sulla rivoluzione : « miracoli » a Roma e nello Stato della Chiesa (1796-1797), Rome, 1995.

Clay 2012 = R. Clay, Iconoclasm in Revolutionary Paris: the Transformation of Signs, Oxford, 2012.

Deloche - Leniaud 1989 = B. Deloche, J.-M. Leniaud, La Culture des sans-culottes : le premier dossier du patrimoine : 1789-1798, Paris-Montpellier, 1989.

Donato 2013 = M. P. Donato, Requisizioni e dispersioni del patrimonio storico, artistico e culturale, dans  M. P. Donato et al. (dir.), Atlante storico dell’Italia rivoluzionaria e napoleonica, Rome, 2013 (Collection de l’École française de Rome, 477) , p. 234-235.

Guiffrey - Tuetey 1910 = J. Guiffrey et A. Tuetey, La Commission du Muséum et la création du Musée du Louvre, 1792-1793, Paris, 1910.

Le Gall 2007 = J.-M. Le Gall, Le Mythe de Saint Denis : entre Renaissance et Révolution, Seyssel, 2007.

Lezowski 2015 = M. Lezowski, La vérité des reliques selon Charles Borromée : réforme interne ou aiguillon protestant ?, dans  F. Pagani (dir.), Ecclesia semper reformanda. A 450 Anni dal Concilio di Trento, Milan, 2015 [à paraître].

Poulot 1996 = D. Poulot, « Surveiller et s’instruire ». La Révolution française et l’intelligence de l’héritage historique, Oxford, 1996.

Poulot 1997 = D. Poulot, Musée, nation, patrimoine. 1789-1815, Paris, 1997.

Taton 1951 = R. Taton, L’œuvre scientifique de Monge, Paris, 1951.

Tuetey 1912-1917 = L. Tuetey (éd.), Procès-verbaux de la Commission temporaire des arts, Paris, Imprimerie nationale, 1912-1917.

Verdier 2001 = H. Verdier (éd.), Thésaurus des objets mobiliers, Paris, 2001.

Haut de page

Notes

1 Poulot 1996, p. 249-258, Poulot 1997, p. 152-153 et Baciocchi - Julia 2009, p. 487-488.

2 Verdier 2001, p. 18-19.

3 Baciocchi - Julia 2009, p. 497 et Deloche - Leniaud 1989, p. 61.

4 Baciocchi - Julia 2009, p. 522.

5 Deloche - Leniaud 1989, p. 61.

6 Vicq d’Azyr 1794.

7 Tuetey 1912-1917, préface.

8 Baciocchi - Julia 2009, p. 486, p. 524.

9 Clay 2012, p. 109-114 et p. 265.

10 Guiffrey - Tuetey 1910, p. 39.

11 Lenoir 1878, I, p. 37, p. 39, p. 40 et p. 51.

12 Archives nationales, F/17/1229 : Lettre de la Municipalité d’Annonay en Ardèche à la Commission temporaire des Arts. Annonay, le 16 ventôse an III.

13 Baciocchi - Julia 2009, p. 530.

14 Le Gall 2007, p. 375.

15 Aulard 1897, XI, p. 323.

16 Lakanal 1794, p. 9.

17 Baciocchi - Julia 2009, p. 542-546 et Lezowski 2015.

18 Blumer 1934, Taton 1951, p. 43-44 et Donato 2013, p. 234-235.

19 Thouin 1841, II, p. 346.

20 Monge 1993, p. 223.

21 Archives nationales, F/17/ 1275-A : Lettre de Duboy-Laverne au Directoire exécutif. Paris, le 4 ventôse an V.

22 Archives nationales, F/17/1275-A.

23 Archives nationales, F/17/1275-A : État des objets saisis au Cabinet d’histoire naturelle et au Cabinet d’antiquités du ci-devant Duc de Modène pour être envoyés au Muséum national d’histoire naturelle. Modène, le 28 vendémiaire an V.

24 Archives nationales, F/17/1275-A : « Procès-verbal relatif à la remise faite par les dépositaires de la Bibliothèque et du Trésor de Monza, des livres manuscrits et autres objets que la Commission des arts et des sciences a jugés dignes d’être transportés à Bibliothèque nationale de Paris ». Monza, le 23 nivôse an V.

25 Baciocchi - Julia 2009, p. 499-500.

26 Bercé 2011, p. 270.

27 Bercé 2011, p. 30-33.

28 Bercé 2011, p. 56-62.

29 Archives nationales, F/17/1275-A : Récépissé des Commissaires Monge, Tinet, J. Giuseppe Taroni. Lorette, le 24 pluviôse an V. Trois exemplaires : l’un conservé ; l’autre pour les custodes ; le dernier au ministre des Relations extérieures ; Ibidem aux Archives nationales, AJ/15/836.

30 Bercé 2011, p. 305.

31 Décade 1797, p. 74.

32 Grégoire 1794, p. 11.

33 Archives nationales, F/17/1276 : Lettre de Keil au ministre de l’Intérieur. Griessen, le 14 floréal an V.

34 Magasin 1797, 281.

35 Baciocchi - Julia 2009, p. 561.

36 Cattaneo 1995.

37 En 1815, lors des restitutions, Sinzig retrouve sa momie à nouveau placée dans l’église d’où elle avait été tirée.

38 Cointreau 1800, p. 195.

39 Cointreau 1800, p. 191-195 et Bercé 2011, p. 305-306.

40 Archives nationales, AJ/15/840 : Objets remis à l’Italie. Paris, le 6 novembre 1815.

41 Le Gall 2007, p. 375.

42 Mentelle 1799, p. 17.

43 Clay 2012, p. 127, p. 202-204, p. 273-275 et p. 277-282.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierre-Yves Lacour, « Les dévotions perdues. Les objets de dévotion catholiques sous le regard des savants parisiens, 1790-1801 », Mélanges de l’École française de Rome - Italie et Méditerranée modernes et contemporaines [En ligne], 126-2 | 2014, mis en ligne le 25 novembre 2014, consulté le 24 juin 2017. URL : http://mefrim.revues.org/2011 ; DOI : 10.4000/mefrim.2011

Haut de page

Auteur

Pierre-Yves Lacour

Université Paul-Valéry Montpellier - Laboratoire CRISES - pierre-yves.lacour@univ-montp3.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© École française de Rome

Haut de page
  • Logo École française de Rome
  • Revues.org