Navigation – Plan du site
Mythe, Histoire, Croisade. Autour d’Alphonse Dupront

Croisade et Paix : la Pologne face aux Turcs à l’époque moderne

Maciej Bugajewski et Maciej Serwański

Résumés

L’un des objectifs de la présente intervention consiste à démontrer que le processus de formation de l’identité polonaise est inséparablement lié au processus de formation de l’identité européenne, analysé dans l’œuvre d’Alphonse Dupront. À l’époque moderne la Pologne se range du côté de l’Occident pour participer d’une manière spécifique à une confrontation avec le monde de l’islam. Face à cette appartenance, la Pologne de cette époque restait le plus souvent défavorable à l’idée d’un engagement dans la guerre contre les Turcs. La République nobiliaire cherchait à éviter un conflit armé avec les Turcs, mais en même temps elle prétendait jouer le rôle de rempart de la chrétienté, ce qui a abouti à une série des guerres réciproques. Parallèlement, on observe une grande ouverture de la société nobiliaire aux éléments de la culture orientale. La Pologne participait ainsi au mythe de croisade dans sa dimension axiologique et symbolique.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Sur la notion de l’identité historique, voir Bugajewski 2002, p. 95-107 et Id. 2009, p. 96-127.

1Les perspectives interprétatives ouvertes par l’auteur de Mythe de croisade permettent de repenser la formation et l’évolution dynamiques de l’identité polonaise tant sur le plan culturel que civilisationnel. Cette prise de conscience de soi s’effectue moyennant une confrontation continue avec les sociétés et les cultures voisines, une confrontation qui s’organise bien sûr dans un jeu de différences et de ressemblances fondant le matériel de base indispensable pour le modelage des figures de l’identité nationale. Dans une grande mesure, la formation systématique à travers le temps des images et des sens composant la conscience de nous-mêmes a été le résultat (dans le domaine de la pensée et celui de la parole) de l’activité de la société polonaise1. Cette activité peut, à son tour, s’interpréter sommairement en fonction du processus historique par lequel la Pologne parvint à se situer face au devenir de l’Occident à travers les âges, un devenir qu’Alphonse Dupront conçoit entre autres comme un résultat de son mouvement répété et multidimensionnel vers l’Orient.

  • 2 Nous voudrions exposer notre problématique en nous référant aux idées générales présentées par Alph (...)

2L’un des objectifs de la présente intervention consiste ainsi à démontrer que le processus de formation de l’identité nationale polonaise est inséparablement lié au processus de formation de l’identité européenne, tel qu’il a été conçu dans l’ouvrage d’Alphonse Dupront2. En effet, l’histoire de Pologne répète, en la modifiant en même temps, la création de la différence entre l’Occident et l’Orient, considérée dans ses aspects fondamentaux qu’étaient, d’un côté, le fait de la différenciation systématique de l’Occident par rapport à l’Orient à la suite d’une accumulation de coupures culturelles et, de l’autre, le fait de l’orientation civilisationnelle (y compris militaire) de l’Occident vers l’Orient, analysée très largement par l’auteur de Mythe de croisade.

3C’est en traversant trois étapes successives que la Pologne a rejoint le groupe des pays qui, du point de vue de la civilisation, ont été influencés par le mythe des croisades. La première étape va du Xe siècle jusqu’à la seconde moitié du XIVe siècle (ce qui correspond à la période de la création de l’Occident en termes d’opposition par rapport à l’Orient) et se caractérise par une accession dynamique de la Pologne à la culture et à la civilisation de l’Europe latine. À l’époque moderne (du XVe au XVIIIe siècle), en tant que pays appartenant par son identité culturelle et civilisationnelle à la partie occidentale du continent européen, la Pologne, appelée la République nobiliaire, se range du côté de l’Occident pour participer – et cela d’une manière très spécifique – à une confrontation politique, religieuse et civilisationnelle très complexe avec le monde de l’islam. Face à cette appartenance au camp occidental, il convient en particulier d’examiner de plus près les raisons pour lesquelles la Pologne de cette époque restait le plus souvent défavorable à l’idée d’un engagement dans la guerre contre les Turcs, dont la papauté, les Habsbourg et la République de Venise étaient les instigateurs. Parallèlement, on observe à cette époque une grande ouverture de la société nobiliaire aux éléments de la culture orientale, et notamment à sa symbolique et à son monde de l’imaginaire. Enfin, aux XIXe et XXe siècles, on assiste à une nouvelle occidentalisation de l’identité polonaise, qui représente une réaction à la dépendance de la Pologne par rapport à son voisin oriental, la Russie (on peut se référer aux partages de la Pologne et à sa vassalité à l’époque du communisme).

  • 3 Dupront 2001, p. 21.

4La participation de la Pologne à la civilisation de l’Occident, son mouvement vers l’Orient comprenant son « orientalisation » partielle et, enfin, la « réoccidentalisation » aux XIXe et XXe siècles (promue par la nouvelle couche sociale – l’intelligentsia) représentent autant de facteurs qui permettent d’intégrer le processus de formation de l’identité nationale des Polonais dans la dialectique de l’Occident et de l’Orient, mise en œuvre par Alphonse Dupront3.

5La première phase de l’histoire de la société polonaise est celle de la formation des fondements de l’identité nationale et culturelle grâce à l’accès à la civilisation de l’Occident latin. À partir de la seconde moitié du XIVe siècle, on assiste à un retournement de l’activité de la Pologne vers l’Orient, dû à l’incorporation dans le Royaume d’une partie des terres ruthéniennes (russes) ainsi qu’à la conclusion d’une union entre la Pologne et la Lituanie, encore païenne à l’époque.

  • 4 Voir Topolski 1994, p. 109-135 ; Markiewicz 2004, p. 108-133 ; Augustyniak 2008, p. 283-307.

6L’union avec son voisin oriental fut un succès historique de la Pologne. Non seulement elle permit au Royaume de remporter la victoire sur son plus grand ennemi, l’Ordre des chevaliers teutoniques, mais aussi d’entreprendre une expansion réussie vers l’est (les territoires ruthéniens) et le sud-est (les principautés danubiennes : la Moldavie et la Valachie). À la suite de ces événements, les élites politiques polonaises se rendirent compte des perspectives de développement que les territoires de l’est et du sud-est de l’Europe représentaient pour le Royaume. La Pologne devint un pays multiculturel et multinational, réunissant plusieurs confessions. Tout cela créait un climat favorable à la coexistence de différences de toutes sortes et jetait les bases de la fameuse tolérance polonaise : le territoire de la République nobiliaire de Pologne était habité, en dehors des Polonais et des Lituaniens, par des populations telles que les Ruthéniens, les Arméniens, les Juifs, les Tartares, les Karaïtes, les Écossais, les Hollandais et les Allemands4. Au seuil de l’époque moderne, la Pologne était donc un État pluriculturel qui, tout en appartenant à la civilisation occidentale, restait ouvert à la réception de nouveaux modèles culturels. D’autre part, il convient d’observer que la demande croissante de blé polonais à l’ouest de l’Europe, qui liait les producteurs polonais, c’est-à-dire la noblesse, aux marchés occidentaux, provoquait paradoxalement, elle aussi, une certaine attraction de l’économie polonaise vers l’Orient. En effet, la noblesse, qui devenait de plus en plus riche, était réellement intéressée par l’achat de produits de luxe provenant du Proche-Orient, ce qui augmentait tout naturellement le volume d’affaires de l’État polonais dans les pays du sud et de l’Orient.

7À la lumière de ce qu’on vient de dire, il paraît juste de constater qu’au seuil de l’époque moderne, le retournement de la Pologne vers l’Orient était déjà, malgré ses origines culturelles occidentales, un fait tout à fait accompli. Dans la même période, la monarchie des Jagellons devenait l’un des acteurs importants de la politique internationale.

  • 5 Kieniewicz 1978, p. 75-93.
  • 6 Tazbir 1987, passim ; voir aussi Id. 1986, p. 98-129.

8Dans ce contexte, l’État polono-lituanien devait bien sûr prendre position face aux deux grands axes de la politique internationale du moment qu’étaient la rivalité entre la France et les Habsbourg et la résistance de la chrétienté occidentale à l’expansion de l’Empire ottoman pendant quatre siècles. Nous avons déjà dit qu’à l’époque moderne, les différents monarques polonais, tout comme la noblesse d’ailleurs, cherchaient généralement à ne pas s’engager dans la croisade antiturque, prêchée par le Saint-Siège, la maison d’Autriche et la République de Venise. Cela ne signifiait pas pour autant que les monarques et nobles polonais ne fussent pas curieux de connaître la civilisation de l’Orient islamique ou encore qu’ils ne fussent pas ouverts à la réception des modèles orientaux en matière de culture5. La Pologne participait ainsi au mythe de croisade, au sens d’Alphonse Dupront, dans sa dimension axiologique et symbolique. Dans la mesure du possible, la République nobiliaire cherchait à éviter un conflit armé avec les Turcs. Mais, en même temps – tout paradoxal que cela puisse paraître – elle prétendait jouer le rôle de rempart de la chrétienté (antemurale christianitatis), car elle croyait que ce rôle était l’un des éléments essentiels de son identité6.

9En premier lieu, il convient d’approfondir les raisons de cet attachement aux relations pacifiques avec les Turcs, tellement caractéristique pour la Pologne de l’époque. En effet, s’il est vrai que d’un point de vue formel, elles étaient fondées sur la conclusion en 1533 et 1553 des traités de la paix « perpétuelle » entre le roi de Pologne et le Sultan, cela n’explique pas encore les motifs de cette attitude. Pour ce faire, il faut distinguer deux groupes de facteurs : d’abord, le calcul rationnel des avantages et des pertes possibles en cas d’association à la croisade (fait par les élites politiques) et, ensuite, les traits de mentalité spécifiques qui dissuadaient la noblesse polonaise de donner son approbation à la guerre.

  • 7 Id. 1986, p. 9-31.

10Du côté du rationnel, situons, entre autres, les facteurs qu’on peut appeler historiques. Bien qu’il ait déjà été mentionné auparavant, le premier d’entre eux doit être répété ici. Dans la période médiévale, la Pologne avait noué des alliances avec les païens, et notamment avec les Lituaniens et avec les Tartares, contre l’ennemi principal, l’Ordre des chevaliers teutoniques7.

  • 8 Serwański 2006, p. 131-137.

11Depuis le début de l’époque moderne, à ce facteur historique qu’on vient d’évoquer, s’en ajoute également un autre, lié cette fois à la spécificité du système politique de l’ancienne République. Il s’agit plus exactement du fait que le monarque polonais n’était qu’un primus inter pares à l’intérieur de la « nation noble » qui, à son tour, était particulièrement nombreuse et s’assurait toujours de nouveaux privilèges. Les seigneurs polonais, qui tenaient au respect du système politique de la monarchie, appelé démocratie nobiliaire, étaient bien conscients qu’une guerre augmenterait inévitablement les effectifs de l’armée et renforcerait ainsi la position du roi. Cela explique le pacifisme de la noblesse polonaise8.

12L’incorporation de l’Ukraine à la Couronne de Pologne, qui eut lieu après le resserrement de l’union avec la Lituanie en 1569, étendit le domaine des intérêts économiques des seigneurs polonais vers l’Orient, sur les territoires proches de ceux des Tartares et des Turcs. Ce fait donnait lieu à deux attitudes paradoxalement contradictoires que la noblesse adoptait dans les relations avec les Turcs. D’un côté, elle voulait écarter toute menace de guerre et, de l’autre, elle était consciente qu’en cas de danger elle serait obligée de défendre ses intérêts en recourant à la voie armée. Cela permet d’expliquer en partie pourquoi au XVIIe siècle on assiste quand même à des guerres polono-turques. Il est d’ailleurs très significatif que la noblesse habitant au nord de la Pologne montrait pratiquement son désintérêt face à la question des rapports polono-turcs. De même, elle était beaucoup plus pacifiste devant la menace de guerre qui pesait sur les zones limitrophes de l’Empire ottoman.

  • 9 Pajewski 1997, p. 19-52, 114-126 ; Serwański 1996, p. 116, 126-130.

13S’agissant du calcul rationnel des avantages et des pertes, on ne saurait oublier les raisons liées à la politique étrangère. La politique turque de la Pologne dépendait des relations polono-habsbourgeoises qui, de leur côté, dépendaient de la rivalité entre Paris et Vienne pour leur influence en Pologne. En règle générale, tout rapprochement polono-autrichien traduisait la volonté de la monarchie des Habsbourg d’entraîner la Pologne dans une coalition antiturque et chaque intervention de la France, qui soutenait l’Empire ottoman contre les Habsbourg, avait pour but de pacifier les conflits entre la Pologne et les Turcs9. En pratique, s’il est vrai que la politique polonaise au XVIe siècle fut le plus souvent liée à l’alliance avec la maison d’Autriche, il faut aussi reconnaître que cette dernière ne parvenait pas à faire suffisamment pression sur les seigneurs polonais pour les encourager à s’engager dans la Sainte-Ligue et à combattre contre les Turcs. Le réalisme dans l’évaluation des forces armées de l’Empire ottoman et, en conséquence, la conviction que seule une large coalition européenne pouvait garantir la victoire sur les Turcs étaient, en effet, prédominants dans les milieux des seigneurs polonais. Toutefois, la politique pro-Habsbourg du roi de Pologne Sigismond III Wasa et, plus spécialement, l’intervention militaire des régiments dépêchés pour secourir l’Empereur en Hongrie et l’expédition polonaise en Moldavie (1619-1620) furent à l’origine de longs conflits armés pendant les décennies suivantes.

  • 10 Woliński 1983, p. 21 et s.

14Les facteurs liés à la politique étrangère jouèrent aussi un rôle important dans la deuxième moitié du XVIIe siècle, quand le rapprochement entre la couronne de Pologne et la maison d’Autriche poussa l’Empire ottoman à déclarer la guerre en 1672. La demande d’aide adressée aux souverains chrétiens, l’Empereur, le pape et le roi de France, fut refusée. La République nobiliaire dut affronter une attaque conjointe des Turcs, des Tartares, des Cosaques, de la Transylvanie et de la Valachie, qui aboutit à la perte de la Podolie et de l’Ukraine (paix de Buczacz, octobre 1672). Ce fut à ce moment-là que l’hetman Jean Sobieski présenta son grand projet de guerre contre les Turcs, proposant de créer une grande coalition européenne des souverains chrétiens et une ligue des pays limitrophes de la Pologne, menacés comme elle par les Turcs. Toutefois, à l’exception des subsides du pape, le projet – comme la fois précédente – ne trouva pratiquement aucun écho en Europe. Cela n’empêcha tout de même pas Jean Sobieski de prendre lui-même la tête des régiments polonais et de balayer l’armée turque en novembre 167310.

  • 11 Wimmer 1983, passim ; Bély 1992, chap. 9, p. 264-276 ; Serwański 2004, p. 49-59.
  • 12 Serwański 1998, p. 277-290.

15En 1674, l’hetman, le vainqueur des Turcs, fut élu roi de Pologne et prit le nom de Jean III. Tourné vers la France, mais négligé par Louis XIV, il choisit finalement l’option autrichienne. Il décida de reprendre sa politique antiturque en essayant de persuader les autres souverains chrétiens de former une ligue afin d’aider la Pologne, menacée par une nouvelle guerre contre les Turcs. Cependant, les projets polonais n’obtinrent une fois de plus aucun soutien concret de l’étranger. En revanche, contraint par les traités polono-autrichiens, Jean III Sobieski secourut Léopold Ier à Vienne, assiégée par l’armée de Kara Mustafâ. À la suite de cette victoire de Kahlenberg (1683)11, il se vit accorder par le pape le titre de difensore della fede et devint le principal fondateur de la Sainte-Ligue (1684). Pourtant, en dépit des apparences et contrairement aux autres pays membres de cette alliance antiturque, le Royaume de Pologne ne sut en tirer aucun profit. D’ailleurs, la position de la Pologne dans la Sainte-Ligue se dégrada peu à peu, de même que son activité extérieure12.

  • 13 Serwański 2003, p. 15-24 (résumé en français) ; Id. 2010, p. 39-45. Voir aussi dans le même volume (...)

16À la lumière de toutes ces difficultés, la reconquête, en vertu du traité de Carlowitz (1699), des territoires dont elle avait été amputée en 1672, fut un succès13. C’était d’ailleurs une période de grands changements politiques en Europe : la Pologne et l’Empire ottoman connaissaient alors un affaiblissement systématique de leur prestige devant l’hégémonie de plus en plus incontestable de la Russie.

17Au XVIIIe siècle les relations turco-russes étaient dans une grande mesure déterminées par les affaires polonaises. La Porte ottomane protesta énergiquement contre l’intervention russe dans la République après la mort du roi Auguste III (1763). Elle devint la protectrice des Confédérés polonais de Bar luttant contre les Russes en Pologne et elle déclara ensuite la guerre à la Russie, guerre qui, dans l’historiographie turque, est appelée la guerre polonaise (1768-1774). Elle se termina par la défaite turque sur mer et sur terre et elle se solda par des pertes territoriales considérables.

18Revenons encore au siècle précédent. Nous avons déjà dit que les relations polono-turques au XVIIe siècle peuvent être placées dans un contexte plus large, à savoir dans celui des facteurs sociaux et culturels. Parmi ces facteurs mythico-symboliques, on peut citer au moins trois traits spécifiques de la société nobiliaire. Si la Pologne du XVIe siècle est un pays qui pratique la tolérance religieuse et cherche à éviter les guerres, elle connaît au cours du XVIIe siècle la grande vague de la Contre-Réforme et s’engage dans de longs conflits armés contre la Suède luthérienne, la Moscovie orthodoxe et la Turquie musulmane. Le facteur confessionnel commence à jouer un rôle de plus en plus important : la Pologne se définit elle-même comme antemurale christianitatis. Pourtant, ce qui paraît significatif, c’est le fait qu’en même temps qu’on craignait réellement le risque de la conversion des Polonais au protestantisme ou à la foi orthodoxe, on excluait pratiquement le même risque du côté de l’islam. Les Turcs étaient considérés comme « infidèles » et ennemis militaires, mais on ne voyait pas en eux de danger confessionnel.

  • 14 Wyczański 1973, p. 68-79 ; Grzybowski 1996, passim.

19Un autre trait caractéristique de la société nobiliaire tenait à son « sarmatisme », c’est-à-dire à une idéologie qui glorifiait la « nation noble », le système politique de la République nobiliaire et la xénophobie14. Fidèle aux idées de la Contre-Réforme, le sarmatisme identifiait aussi un vrai Polonais à un catholique. S’il est vrai que la pratique connaissait également des cas contraires, il faut reconnaître que c’est grâce à cette idéalisation des relations intérieures et de la politique de leur propre État que les Polonais ne se laissaient pas entraîner en général dans la réalisation des intérêts de l’étranger. Tel semble avoir été le cas de la propagande internationale liée à la conception de la croisade antiturque qui n’eut pas de succès auprès de la noblesse, désireuse de défendre surtout ses propres intérêts. D’ailleurs, l’expérience négative de Jean III Sobieski allait être un argument à l’appui de cette résistance intuitive de la noblesse.

20C’est aussi dans ce contexte qu’il faut placer le troisième trait caractéristique de la société nobiliaire, à savoir son mode de vie rustique, lié à l’exploitation des réserves à corvée. En effet, chaque guerre diminuait inévitablement les revenus de la noblesse, soit à cause des impôts toujours plus élevés, soit à cause des dégâts provoqués par les actions militaires.

  • 15 Tazbir 1986, p. 130-157.

21L’une des spécificités de la République des seigneurs polonais était son ouverture à l’Orient. Pourtant, cette ouverture ne tenait pas uniquement à la proximité géographique de la culture orientale, aux contacts commerciaux ou encore à la présence des peuples musulmans en Pologne même, mais aussi à l’absence chez les Polonais de préjugés contre les influences de la culture orientale et, notamment, contre l’islam, qu’on croyait tout simplement incapable de faire chanceler le catholicisme en Pologne. Adoptés par les Polonais, les modèles provenant de l’Orient continuaient à surprendre et même à choquer par leur fastueuse dimension extérieure les habitants de l’Occident. Cela était visible à l’occasion des ambassades polonaises envoyées dans les pays occidentaux ou encore à l’occasion des voyages des étrangers en Pologne. En pratique, on assistait à une orientalisation du goût artistique des Sarmates polonais, se manifestant dans le somptueux de l’habit, du mobilier et des armes, volontiers assimilé par la culture nobiliaire15.

  • 16 Pajewski 1997, p. 250-257.

22La paix de Karlowitz, signée au tournant du XVIIe et du XVIIIe siècle, marqua la fin du conflit polono-turc et inaugura une période de rapprochement entre les anciens adversaires. Comme nous avons déjà dit, à l’origine de ce rapprochement, qui dura pendant tout le XVIIIe siècle, il y eut l’apparition d’un ennemi commun, à savoir la Russie. Au XIXe siècle, après la disparition de la Pologne de la carte de l’Europe à la suite des trois partages, l’Empire ottoman sera le porte-parole de son indépendance16. Voilà l’un des paradoxes de l’histoire !

23Toutes les raisons mentionnées ci-dessus montrent nettement que, à l’exception du règne de Jean III Sobieski, la monarchie polono-lituanienne aux temps modernes ne se limitait pas simplement à accepter la participation à la dimension militaire et politique des rapports entre l’Occident et l’Orient, mais qu’elle participait au mythe de croisade dans son sens profond.

Haut de page

Bibliographie

Augustyniak 2008 = U. Augustyniak, Historia Polski 1572-1795 [Histoire de Pologne 1572-1795], Varsovie, 2008.

Bély 1992 = L. Bély, Les relations internationales en Europe XVIIe-XVIIIe siècles, Paris, 1992.

Bugajewski 2002 = M. Bugajewski, Historiografia i czas, Paula Ricoeura teoria poznania historycznego [L’historiographie et le temps. Théorie de la connaissance historique de Paul Ricœur], Poznan, 2002, p. 239.

Bugajewski 2009 = M. Bugajewski, Brzemię przeszłości. Zło jako przedmiot interpretacji historycznej [Fardeau de l’histoire. Le mal comme objet de l’interprétation historique], Poznan, 2009, p. 250.

Dupront 1997 = A. Dupront, Le Mythe de croisade, 4 volumes, Paris, 1997.

Dupront 2001 = A. Dupront, Genèses des Temps modernes. Rome, les Réformes et le Nouveau Monde, Paris, 2001.

Grzybowski 1996 = S. Grzybowski, Sarmatyzm, Varsovie, 1996.

Kieniewicz 1978 = J. Kieniewicz, Orientalność polska [L’orientalisme polonais], dans A. Garlicki (dir.), Sąsiedzi i inni [Les voisins et les autres], Varsovie, 1978.

Markiewicz 2004 = M. Markiewicz, Historia Polski 1492-1795 [Histoire de Pologne 1492-1795], Cracovie, 2004.

Pajewski 1997 = J. Pajewski, Buńczuk i koncerz. Z dziejów wojen polsko-tureckich [Histoire des guerres polono-turques], Poznan, 1997.

Présence d’Alphonse Dupront 1998 = Présence d’Alphonse Dupront, in Le débat, 99, mars-avril 1998, p. 33-92.

Serwański 1996 = M. Serwański, La place de la Pologne en Europe sur l’échiquier français au XVIIe siècle, dans XVIIe Siècle, 190 (48e année, no 1), 1996, p. 116, 126-130.

Serwański 1998 = M. Serwański, Jean III Sobieski et la Sainte-Ligue, dans XVIIe Siècle, 199 (50e année, no 2), 1998, p. 277-290.

Serwański 2003 = M. Serwański, Dyplomacja polska wobec zasady « uti possidetis » w negocjacjach karłowickich 1698-1699 [La diplomatie polonaise à l'égard du principe uti possidetis dans les négociations des traités de Karlowitz 1698-1699], dans Balcanica Posnaniensia, XIII, 2003, p. 15-24 (résumé en français).

Serwański 2004 = M. Serwański, La victoire de Kahlenberg en 1683 et la conscience nationale des Polonais, dans Fr.-X. Cuche et J.-P. Schneider (éd.), Explorations de la mémoire collective. Grands événements et mythes des origines. Actes du XIe Colloque franco-polonais de l’Université Adam Mickiewicz de Poznań et de l’Université Marc Bloch de Strasbourg, Strasbourg, 2004, p. 49-59.

Serwański 2006 = M. Serwański, Du pacifisme de la noblesse polonaise dans la première moitié du XVIIe siècle, dans J. Dumanowski et M. Figeac (dir.), Noblesse française et noblesse polonaise. Mémoire, identité, culture XVIe-XXe siècles, Pessac, 2006, p. 131-137.

Serwański 2010 = M. Serwański, La Pologne et la Porte ottomane à la fin du XVIIe siècle, dans J. Bérenger (dir.), La Paix de Karlowitz. Les relations entre l’Europe centrale et l’Empire Ottoman, Paris, 2010, p. 39-45.

Tazbir 1986, Myśl polska w nowożytnej kulturze europejskiej [La pensée polonaise dans la culture européenne moderne], Varsovie, 1986.

Tazbir 1987 = J. Tazbir, Polskie przedmurze chrześcijańskiej Europy. Mity a rzeczywistość historyczna [Le rempart polonais de l’Europe chrétienne. Les mythes et la réalité historique], Varsovie, 1987.

Topolski 1994 = J. Topolski, Polska w czasach nowożytnych. Od środkowoeuropejskiej potęgi do utraty niepodległości (1501-1795) [La Pologne à l’époque moderne. De la puissance d’Europe centrale à la perte de l’indépendance (1501-1795)], Poznan, 1994.

Wimmer 1983 = J. Wimmer, Wyprawa wiedeńska 1683 [L’expédition de Vienne 1683], Varsovie, 1983.

Woliński 1983 = J. Woliński, Z dziejów wojen polsko-tureckich [Histoire des guerres polono-turques], Varsovie, 1983.

Wyczański 1973 = A. Wyczański, Uwagi o ksenofobii w Polsce w XVI wieku [Remarques sur la xénophobie en Pologne au XVIe siècle], dans Z. Stefanowska (dir.), Swojskość i cudzoziemszczyzna w dziejach kultury polskiej [Les phénomènes indigènes et les élements étrangers dans l’histoire de la culture polonaise], Varsovie, 1973.

Haut de page

Notes

1 Sur la notion de l’identité historique, voir Bugajewski 2002, p. 95-107 et Id. 2009, p. 96-127.

2 Nous voudrions exposer notre problématique en nous référant aux idées générales présentées par Alphonse Dupront, quoi que nous ne nous rapportions pas directement à des passages de son Mythe de croisade. Voir Dupront 1997, 4 volumes, passim ; voir aussi le dossier Présence d’Alphonse Dupront 1998, p. 33-92.

3 Dupront 2001, p. 21.

4 Voir Topolski 1994, p. 109-135 ; Markiewicz 2004, p. 108-133 ; Augustyniak 2008, p. 283-307.

5 Kieniewicz 1978, p. 75-93.

6 Tazbir 1987, passim ; voir aussi Id. 1986, p. 98-129.

7 Id. 1986, p. 9-31.

8 Serwański 2006, p. 131-137.

9 Pajewski 1997, p. 19-52, 114-126 ; Serwański 1996, p. 116, 126-130.

10 Woliński 1983, p. 21 et s.

11 Wimmer 1983, passim ; Bély 1992, chap. 9, p. 264-276 ; Serwański 2004, p. 49-59.

12 Serwański 1998, p. 277-290.

13 Serwański 2003, p. 15-24 (résumé en français) ; Id. 2010, p. 39-45. Voir aussi dans le même volume les contributions de D. Tollet, M. Dmitriev et G. Platania, p. 47-132.

14 Wyczański 1973, p. 68-79 ; Grzybowski 1996, passim.

15 Tazbir 1986, p. 130-157.

16 Pajewski 1997, p. 250-257.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Maciej Bugajewski et Maciej Serwański, « Croisade et Paix : la Pologne face aux Turcs à l’époque moderne », Mélanges de l’École française de Rome - Italie et Méditerranée modernes et contemporaines [En ligne], 124-1 | 2012, mis en ligne le 30 septembre 2012, consulté le 24 octobre 2017. URL : http://mefrim.revues.org/198 ; DOI : 10.4000/mefrim.198

Haut de page

Auteurs

Maciej Bugajewski

Université Adam Mickiewicz de Poznań (Pologne) - maciej.bugajewski@amu.edu.pl

Maciej Serwański

Université Adam Mickiewicz de Poznań (Pologne) - serwans@amu.edu.pl

Haut de page

Droits d’auteur

© École française de Rome

Haut de page
  • Logo École française de Rome
  • Revues.org