Navigation – Plan du site
De l’Église aux Églises : réflexions sur le schisme aux Temps modernes

L’hérésie contre l’article de foi unam sanctam Ecclesiam

Hélène Millet

Résumés

En déposant deux papes, Benoît XIII et Grégoire XII, en tant que « fauteurs de schisme et hérétiques notoires », le concile de Pise (1409) a résolu un schisme vieux de trente ans d’une manière qui n’a guère été comprise par la suite. La rupture en deux obédiences ennemies était évidente, mais de quelle hérésie pouvait-il bien s’agir ? S’appuyant sur les Pères selon qui « un vieux schisme virait nécessairement à l’hérésie » et sur le Décret de Gratien qui permettait de juger un pape s’il était déviant en matière de foi, les contemporains ont peu à peu admis qu’on pouvait accuser les papes rivaux d’être hérétiques du fait de leur comportement et les faire condamner par un concile. En effet, ils refusaient obstinément de mettre à exécution la double démission à laquelle ils s’étaient pourtant engagés par serment, contrevenant ainsi à l’article de foi du Credo, l’Église est une et sainte. Benoît XIII a été une seconde fois condamné à Constance (1417) pour le même motif.

Haut de page

Texte intégral

1Dans les histoires du Grand Schisme d’Occident (1378-1417), la question des relations entre schisme et hérésie n’est abordée que de façon marginale, à propos de Wyclif et de Huss principalement : les doctrines hérétiques étaient favorisées, explique-t-on, par la longue durée du schisme pontifical. Que le schisme lui-même, avec ses papes concurrents et sa rupture en obédiences, soit envisagé sous l’angle de l’hérésie est une idée qui paraît déplacée, dans la mesure où, pense-t-on, de tels faits n’ont rien à voir avec la foi. Pourtant, les papes de ce schisme avaient été déposés par le concile de Pise en tant que « fauteurs de schisme et hérétiques notoires », les deux chefs d’accusation étant étroitement liés. Qu’avait-on voulu dire par là ? Quelle était cette hérésie qui leur avait valu d’être condamnés ?

  • 1 Je renvoie le lecteur qui souhaiterait se reporter à un résumé moin (...)
  • 2 Ces textes sont principalement en latin. Ils ont été traduits par m (...)

2Pour explorer ces questions, l’exposé qui va suivre ne peut faire l’économie de retracer les faits, car ce sont eux qui ont nourri les discours et inspiré les actes. Ce rappel est d’autant plus nécessaire que, sous l’effet des controverses, le récit de cette période dramatique obéit trop souvent à des considérations non historiques et que le non spécialiste risque de s’enliser dans la foule des péripéties subsidiaires1. Sur cette toile de fond, les textes qui seront produits n’en prendront que plus de relief. Certains étaient inévitables, ainsi les jugements prononcés par les conciles ; d’autres résultent d’une sélection, car les contemporains ont beaucoup réfléchi et ils ont dû beaucoup débattre avant de s’accorder sur ce qu’était cette hérésie d’un genre nouveau, lovée dans le schisme particulier qu’ils étaient en train de vivre2. On verra que, avant de s’imposer au concile de Pise, en 1409, la solution a été progressivement entrevue et différemment mûrie de part et d’autre des Alpes, et que, sur cette matière, le concile de Constance n’a rien inventé de nouveau.

Le Grand Schisme d’Occident : une vue cavalière des faits jusqu’en 1409

  • 3 Jamme 2005 et 2012.

3À la mort de Grégoire XI, à Rome, le 27 mars 1378, le conclave s’était déroulé de façon particulièrement mouvementée. Après soixante ans de séjour ininterrompu de la papauté en Avignon, le sacré collège était très majoritairement composé de cardinaux français, odieux par conséquent aux Romains. La Ville allait être à nouveau séditieuse et inhospitalière si on ne lui redonnait pas un évêque selon son cœur. L’émeute grondait quand le choix des électeurs se porta sur l’archevêque de Bari. Devenu pape Urbain VI, l’homme se révéla déséquilibré et violent. Les cardinaux trouvèrent dans les circonstances irrégulières de son élection l’argument qu’il leur fallait pour l’évincer. Le 9 août 1378, ils la proclamèrent nulle ipso facto et, le 20 septembre, ils firent pape l’un des leurs, le cardinal de Genève, sous le nom de Clément VII3.

4Contrairement à leur attente, Urbain VI eut suffisamment de soutiens pour résister et contre-attaquer. Les deux rivaux armèrent des troupes pour en découdre. Battu à Marino (30 avril 1379), Clément VII dut quitter le Latium ; il se replia sur Avignon où l’attendaient un palais et les bureaux de la curie qui n’avaient pas encore été rapatriés à Rome. L’ancienne capitale de la chrétienté était prête à reprendre du service. Il y avait désormais une obédience qu’on pouvait dire avignonnaise et une autre romaine. Leurs forces, remarquablement équilibrées, donnèrent l’avantage tantôt à l’une, tantôt à l’autre. Chacune était persuadée d’obéir au « vrai pape ». Chacune excommuniait les partisans de l’autre avec un égal sens de son bon droit. L’arsenal juridique de l’Église latine n’offrait pas de moyen simple pour sortir de cette impasse.

  • 4 Swanson 1979.

5Ce schisme était donc parti pour « s’indurer ». À la mort d’Urbain VI (1389), ses cardinaux ne doutèrent pas un instant qu’il fallait lui donner un successeur ; ce fut Boniface IX. Chez les Avignonnais, la question de la transmission ne se posa qu’en 1394. Or, depuis deux ans environ, l’idée s’était fait jour que, au lieu de se battre pour imposer son vrai pape, mieux valait faire passer la recherche de l’union avant toute autre espèce de considérations. Sous l’impulsion de l’université de Paris, on se mit à rivaliser pour imaginer des alternatives à la voie de fait4. Il en fut trouvé trois principales : les voies de compromis, de concile et de cession. La voie de cession, c’est-à-dire la démission conjointe des deux pontifes, fut considérée comme la plus facile à réaliser. Elle fit son chemin jusqu’à la curie avignonnaise. À la mort de Clément VII, au début du conclave, les cardinaux se mirent d’accord pour signer un engagement : celui qui serait élu travaillerait de toutes ses forces à réunifier l’Église par tous les moyens qui s’offriraient à lui, jusques et y compris la cession. Puis ils confièrent les destinées de l’obédience à l’un d’eux, Pero de Luna, qui devint le pape Benoît XIII.

  • 5 Millet 1985 (= Millet 2009, p. 30-46).
  • 6 Sur les années 1394-1398, voir Kaminsky 1983, p. 108-177.

6Dès qu’elles furent connues, on se réjouit fort de ces bonnes dispositions. Charles VI et son grand conseil s’engagèrent à fond en faveur de la voie de cession, non sans l’avoir auparavant fait plébisciter par une assemblée du clergé, improprement désignée comme premier concile de Paris (1395)5. Prié de se mettre sans plus tarder en situation d’exécuter sa promesse, Benoît XIII estima qu’il était de son devoir d’essayer d’abord d’autres remèdes. Un fossé d’incompréhension s’installa entre le nouveau pape et le royaume de France. Une troisième assemblée du clergé décida à une très forte majorité qu’il convenait de forcer le pontife à cesser d’ergoter : le royaume allait arrêter de lui obéir jusqu’à ce qu’il consente à offrir la double cession à son adversaire6. Devant cette « soustraction d’obédience » (1398), Benoît XIII refusa de se soumettre, et comme la France resta isolée dans cette position, c’est lui qui gagna la partie : en 1403, le royaume rentrait dans l’obéissance.

  • 7 Sur le schisme en Italie à cette époque, voir Landi 1985.

7En 1404, il y eut un nouveau passage de témoin dans l’obédience romaine7. Cette fois-ci, les cardinaux estimèrent qu’ils ne pouvaient pas être en reste avec leurs rivaux, et, lorsqu’il fut élu, Innocent VII avait fait le serment, comme ses confrères, de consentir à s’effacer si cela devait s’avérer favoriser la cause de l’union. Las, faute de temps mais aussi d’énergie, la situation resta stationnaire sous son pontificat. À son décès (1406), les cardinaux décidèrent de faire mieux : ils promirent d’envoyer une délégation vers « l’intrus » dans les trois mois de leur éventuel avènement et de ne pas désigner d’autres membres du sacré collège tant que durerait le processus d’union, sauf s’il était besoin d’avoir un nombre égal d’électeurs dans chaque camp.

  • 8 Girgensohn 2007.

8Grégoire XII s’empressa de s’acquitter de sa promesse8. Il fit partir de belles lettres pour donner toute la publicité possible à sa proposition de traiter avec son rival en vue d’une double abdication. Benoît XIII se prêta de bonne grâce à ses avances et reçut ses plénipotentiaires à Marseille. Le 20 avril 1407, rendez-vous était pris pour une rencontre des deux papes à la Toussaint, à Savone. Durant l’été, Grégoire XII s’avisa que la place n’était pas sûre, qu’il n’avait pas de galères pour s’y rendre, que Pietrasanta conviendrait beaucoup mieux… Bref, il tergiversa tant et si bien qu’il se trouvait à Sienne, refusant décidément de se rendre à Savone, lorsque Benoît XIII y fit son entrée au jour dit.

9Pendant plusieurs mois, quantité d’ambassadeurs et autres intermédiaires s’affairèrent à proposer leurs bons offices sans rien obtenir de tangible, si ce n’est la conviction que les deux pontifes étaient de mèche pour faire traîner les choses en longueur. En avril 1408, la situation de Grégoire XII se dégrada. Ayant perdu la confiance de ses cardinaux, il apprit aussi que Rome était prise par le roi de Naples. Il rompit son serment et créa cardinaux quatre de ses proches, pensant ainsi renforcer sa position. Ce fut le signal de la révolte. Les 11 et 12 mai 1408, ses anciens cardinaux prirent la fuite et se réfugièrent à Livourne pour négocier avec leurs collègues avignonnais.

10Benoît XIII n’était pas en meilleure posture : de nouveau désobéissante, la France s’était déclarée neutre. Il résolut de quitter l’Italie mais ne fut suivi que par une minorité. À Livourne, désormais sensiblement à parité, les cardinaux dissidents des deux collèges se mirent d’accord, le 29 juin, pour prendre l’initiative de réunir un concile des deux obédiences. On sut, durant l’été, que Pise serait en mesure de l’accueillir. Tous étaient invités à s’y retrouver le 25 mars 1409.

  • 9 Millet 2010.

11Des convocations furent acheminées dans tous les diocèses et auprès de tout ce que la chrétienté latine comptait d’autorités politiques et religieuses. Elles faisaient le récit détaillé des récents événements et affichaient quel serait le programme si les deux pontifes rivaux refusaient de s’y rendre : ils seraient jugés par contumace et on élirait un pape unique incontesté. C’était l’éventualité la plus probable, car chacun avait riposté en annonçant qu’il réunirait un concile de son obédience. Du 15 novembre 1408 au 26 mars 1409, les fidèles de Benoît XIII, presque tous issus de la péninsule ibérique, se retrouvèrent à Perpignan9. Grégoire XII, chassé d’un peu partout, dut attendre le 6 juin pour rassembler à Cividale en Frioul les quelques partisans – des Italiens et des Allemands – qui lui restaient.

  • 10 Millet 2011.

12À Pise, il n’y avait pas encore foule le jour de l’ouverture ; mais les participants ne cessaient d’arriver en rang serré jusqu’à former une assemblée de plus de 500 pères à partir de la mi-juin10. À chaque session, on procéda à l’appel de Benoît et de Grégoire et procès-verbal fut dressé de leur contumace. Le 24 avril, lecture fut donnée des accusations portées contre eux. En 37 articles étaient détaillés leurs faits et gestes tendant à démontrer que, depuis leur élection, ils s’étaient opposés aux efforts d’union, ils avaient fait de fausses promesses de cession et ils s’étaient secrètement entendus pour éviter de se rencontrer. Le 10 mai, le concile se déclara représentatif de l’Église et juge compétent des deux rivaux ; il était donc fondé à légitimer les actes de désobéissance qui avaient permis à chacun d’arriver jusqu’à Pise.

  • 11 Girgensohn 1986.

13Du 11 au 30 mai, une centaine de personnes furent appelées devant une commission chargée de les interroger à partir des 37 articles afin de les valider. Du 27 au 30 mai, défilèrent encore 32 personnes à qui furent soumis 10 articles additionnels faisant grief aux accusés d’avoir tenu des propos ou commis des actes qui les rendaient suspects de s’adonner à la magie ou de favoriser des doctrines hérétiques. Mais ces nouveaux articles ne furent pas retenus pour la session du 1er juin où lecture fut à nouveau donnée des 37 chefs d’accusation, avec, pour chacun d’eux, mention du nombre et de la qualité des personnes ayant reconnu qu’ils étaient exacts. Ainsi était établie la notoriété des crimes imputés aux accusés11.

  • 12 Mansi 1784 - 27, col. 27-29. Tel qu’il a été publié, le documen (...)

14Ces crimes furent résumés en cinq points qui ne faisaient pas davantage allusion à des pratiques magiques ou scandaleuses ou à des propos malsonnants12. Ils établissaient en revanche que :

  • Benoît et Grégoire avaient refusé de donner la paix et l’unité à l’Église par le moyen d’une double cession, portant ainsi atteinte à la vérité catholique prescrivant que l’Église devait être une.
  • Ils avaient nourri le schisme en prononçant des excommunications et, plutôt que d’y mettre fin, ils avaient supporté soustraction d’obédience et neutralité.
  • Ils avaient traité de mauvaise, pernicieuse et diabolique la voie de cession, tenant ainsi des propos qui contrevenaient à l’article de foi unam sanctam Ecclesiam.
  • Ils avaient obstinément refusé de se rétracter et ils s’étaient ligués pour que leurs offres de renoncer à la papauté ne puissent se réaliser.
  • Ils avaient refusé de se présenter au concile et choisi d’être contumaces, donc de maintenir l’Église dans la division.

15Le 28 mai, deux questions furent soumises à tous les théologiens présents au concile. Vus les témoignages rassemblés contre eux, Benoît et Grégoire devaient-ils être réputés schismatiques et hérétiques ? Si oui, devaient-ils être écartés du gouvernement de l’Église pour cause d’hérésie ? Tous acquiescèrent, à l’unanimité. La voie était libre désormais pour que fût prononcée la sentence définitive.

16Le 5 juin, Simon de Cramaud, patriarche d’Alexandrie, assisté par les deux autres prélats ayant rang de patriarche, donna lecture du jugement :

  • 13 Parmi les nombreuses références possibles, voir Mansi 1784 - 26 (...)

Après avoir invoqué le nom du Christ, le saint et universel synode représentant l’Église universelle – à qui on sait qu’il revient de connaître et de juger cette cause – réuni dans l’église cathédrale de Pise par la grâce du Saint-Esprit et siégeant là en tant que tribunal […] prononce, décide, détermine et déclare […] que Angelo Correr et Pero de Luna qui – rappelons-le – se disputent la papauté, ont été et sont, chacun d’eux, schismatiques notoires, qu’ils ont nourri un vieux schisme, l’ont prolongé, excité, approuvé et soutenu avec entêtement, qu’ils sont aussi hérétiques notoires, qu’ils s’écartent de la foi, s’enlisent dans des crimes énormes et notoires de parjure et de faux serment, qu’ils scandalisent notoirement la sainte et universelle Église de Dieu, en se montrant de façon notoire, évidente et manifeste incorrigibles, contumaces et entêtés.
C’est pourquoi ils se sont rendus indignes de tout honneur et de toute dignité, y compris la dignité papale ; à cause de leurs iniquités, crimes et forfaits, pour qu’ils cessent de régner, commander ou gouverner, tous les deux et chacun individuellement en sont donc ipso facto déchus et privés par Dieu et les sacrés canons, et ils sont exclus de l’Église. Néanmoins, par cette sentence définitive et couchée par écrit, [le saint synode] prive, rejette et exclut lesdits Pero et Angelo, chacun individuellement. Il leur interdit, il interdit à chacun d’eux, de se considérer et de se comporter comme un souverain pontife et, par précaution, il déclare que l’Église romaine est vacante13.

17Comment avait-on pu en arriver là ? Quels étaient les principes sur lesquels reposait cette condamnation ?

La progressive émergence de l’hérésie contre l’unité de l’Église

  • 14 Bliemetzrieder 1910.

18Dès le début du schisme, des voix s’étaient élevées dans l’université de Paris pour démontrer qu’il existait une façon pacifique de régler le conflit : la voie de concile. La lettre ouverte au roi de France connue sous le nom d’Epistola concordiae que le canoniste Konrad de Gelnhausen a publiée en 1380 est sans doute le plus connu de leurs écrits14. D’emblée, elle rangeait le schisme présent dans la lignée de ceux qui avaient été résolus par la réunion d’un concile au motif qu’il regardait la foi :

  • 15 Ibid., p. 119 : Et si dicatur, quod concilia predicta congr (...)

Et si on dit que ces conciles ont été rassemblés pour statuer sur des questions de foi et contre les hérétiques et les hérésies qui surgissaient alors, il faut répondre que le cas actuel est un cas regardant la foi au plus haut point vu qu’il touche à la tête de la foi sur cette terre, et que, du fait de sa prolongation, non seulement l’Église s’exhibe comme un monstre à deux têtes, mais encore d’innombrables hérésies vont pulluler15.

  • 16 Ibid., p. 120 : numquam, (...)
  • 17 En fait, la rédaction de ce texte avec sa proposition finale, n (...)

19Pour juger des liens entre schisme et hérésie, Gelnhausen se référait à saint Jérôme, ici cité d’après le Décret de Gratien : « Jamais, ou rarement, un schisme est sans hérésie, du fait que, rompant l’unité de l’Église, il s’invente des hérésies “pour justifier sa séparation d’avec l'Église” : voir Jérôme (24, q. 3 Inter scisma)16 ». Or, en matière de foi, il était prouvé que, contrairement au pape et aux cardinaux, l’Église universelle était infaillible. En témoignait, parmi quantité d’autorités, ce passage des Gesta de Boniface martyr intégré dans le Décret17 :

  • 18 Bliemetzrieder 1910, p. 124 : Quod eciam collegium pape et (...)

À la Dist. 40, le chapitre Si papa se termine ainsi : le pape ne peut être jugé par personne « sauf s’il est surpris à dévier dans la foi ». Et la glose dit ceci : « je crois de façon certaine que si son crime quel qu’il soit est notoire et que, de ce fait, l’Église est scandalisée, et qu’il s’avère incorrigible, il peut être accusé » et par conséquent jugé ; or ce ne peut être que par l’Église universelle, c’est-à-dire le concile18.

  • 19 Depuis l’ouvrage de Brian Tierney (Tierney 1955), il n’est plus (...)
  • 20 C. 24, Q. 3, c. 26 : Inter heresim et scisma hoc esse arbit (...)
  • 21 D. 40, c. 6 : Si papa suae (...)
  • 22 Voir dans Bliemetzrieder 1910 les lettres de dédicace, p. 71*-9 (...)

20Gelnhausen s’était donc évertué à situer la solution conciliaire dans la ligne des traditions canoniques les plus vénérables19. Parmi ses nombreuses citations du Décret, il faut relever les deux canons Inter heresim20 et Si papa21 auxquels renvoyèrent constamment tous les auteurs ultérieurs. Mais l’heure n’était pas encore au concile et, en France, moins que partout ailleurs. En effet, durant l’été 1381, le duc Charles d’Anjou, oncle de Charles VI, prit l’étendard de la guerre pour conquérir le royaume de Naples et ramener Clément VII à Rome. Ordre fut intimé à l’université de ne plus débattre de la solution conciliaire et de donner des gages de son attachement à l’obédience avignonnaise. Les étudiants et les maîtres attachés à Urbain VI se virent contraints d’émigrer ou de retourner dans leur pays d’origine. Konrad de Gelnhausen fut de ceux qui partirent : il devint professeur à l’université de Heidelberg et s’occupa à diffuser son épître auprès de l’électeur palatin et du roi des Romains22.

  • 23 Selon l’Archidiacre (Gui de Baysio) d’ailleurs cité par Gelnhau (...)

21Malgré la dispersion de ses promoteurs, on ne voit pas que la solution conciliaire ait gagné rapidement beaucoup d’adeptes dans l’obédience urbaniste. Il y avait en effet dans l’argumentation de ces précurseurs deux points faibles. En premier lieu, préconiser un concile général et parvenir à le réunir étaient deux réalités distinctes. Une convocation lancée par un pape ne toucherait que les fidèles de son obédience et aucun des deux pontifes n’était prêt à envisager ne serait-ce que l’idée d’agir en concertation. Comment sortir de cette alternative sans issue ? D’autre part, l’accusation d’hérésie contre les papes manquait de consistance. Chacun voyait alors dans l’intrus l’auteur des dommages faits à l’Église et dans son élimination le moyen le plus sûr de la soulager de ses maux. Le schisme n’avait pas encore tant duré qu’il ait engendré de la lassitude et du dégoût. Pour taxer d’obstination coupable – ce complément indispensable de l’hérésie23 – celui qui s’acharnait à faire valoir son bon droit, encore fallait-il avoir le sentiment qu’il se fourvoyait dans une impasse. Seul le temps allait permettre cette prise de conscience.

22Dans chacune des obédiences, les choses ne sont allées ni au même pas ni dans la même direction. Chez les Avignonnais, la résistance que Benoît XIII opposa à ceux qui voulaient le voir prendre des initiatives pour la réunification de l’Église suscita un intense moment de réflexion. Les débats se focalisèrent sur la rupture de l’obligation d’obéissance envers un pontife jugé notoirement coupable d’hérésie pour prolongation volontaire de schisme. Les papes romains ne furent soumis à pareille pression qu’avec une bonne dizaine d’années de décalage. Il fallut que Grégoire XII reculât devant le rendez-vous de Savone pour que revienne en force l’idée d’un concile comme seul juge compétent d’un pape scandalisant l’Église. La convergence de ces deux démarches fit le concile de Pise. Mais il convient de les distinguer et d’en montrer les spécificités.

  • 24 Millet - Vincent 2004.

23En France donc, sous l’effet conjoint de campagnes répétées de prières publiques pour l’union de l’Église et du retour de l’université de Paris dans l’arène gouvernementale, un profond désir de sortir du schisme émergea à la fin du pontificat de Clément VII24. Admis à prêcher devant la cour en 1391, le théologien Gilles des Champs fit forte impression. Sa pensée tenait en cinq propositions :

  1. Quiconque dit qu’il ne faut pas travailler à l’union de l’Église ou qu’il ne faut pas y contribuer, s’il s’entête dans cette opinion, c’est un hérétique.

  2. Si quelqu’un peut contribuer à rechercher l’union de l’Église et s’en empêche, il doit être tenu pour hérétique.

  3. Tout homme adulte qui n’y travaille pas, alors qu’il pourrait y contribuer, pèche gravement, c’est-à-dire mortellement.

  4. Dire qu’il faut seulement prier, qu’il n'est pas besoin de s’occuper autrement du schisme, c’est tenter Dieu.

    • 25 Biblioteca Apostolica Vaticana, Vat. lat. 4927, fol. 13 (...)

    Si l’un des deux élus ne veut pas condescendre à l'union, il doit être éliminé et privé de l’office de pape, à supposer qu’il ait un droit sur cet office25.

  • 26 L’épître Quanquam majorum a été retranscrite intégralement dans (...)
  • 27 La citation, tirée du Contra Cresconius livre II, n° 9, est (...)
  • 28 Religieux de Saint-Denys 1994, p. 152 : Si igitur ad tollen (...)

24L’accusation d’hérésie, brandie d’une façon large et totalement inusitée, était destinée à ébranler l’indifférence que Charles VI avait jusqu’ici témoignée envers le schisme. De fait, le jeune roi se montra plus réceptif aux malheurs de sa mère l’Église et l’université lui adressa le 6 juin 1394 une lettre ouverte pour lui présenter les avantages et les inconvénients des trois principales voies désormais dégagées pour ramener l’unité26. Les maîtres y expliquaient aussi que, selon l’adage augustinien, « un schisme invétéré est une hérésie27 ». Aussi, « ce schisme pestilentiel était-il devenu une espèce d’hérésie du fait de sa longue durée ». On pouvait redouter qu’il ne se prolonge et que, « à l’instar de la division d’avec les Grecs, il ne tombe dans l’oubli et perdure jusqu’à la fin des siècles28 ». L’avertissement se faisait enfin menaçant :

  • 29 Ibid., p. 160 et 162 : Si alter dissidencium aut uterque vi (...)

Si l’un des deux adversaires (ou bien les deux) refuse obstinément de s’engager dans les voies que nous venons de proposer et s’il n’en propose pas une autre convenable, il devra être tenu pour schismatique endurci et, par conséquent, pour hérétique, et ne plus être considéré comme pasteur du troupeau du Christ mais plutôt comme un imposteur et un tyran. Ainsi, il ne faudra plus désormais ni obéir à ses ordres, ni lui laisser aucune charge de gouvernement ou aucune jouissance du patrimoine de l’Église. Il devra être expulsé de la bergerie de Jésus-Christ et n’y plus être traité en brebis ou en pasteur mais en loup agressif et dangereux ; il devra subir les châtiments les plus lourds infligés aux schismatiques et il devra être chassé de la terre des vivants pour rejoindre Dathan et Abiron, les pires des schismatiques29.

  • 30 Kaminsky 1984.
  • 31 Ibid., p. 89 : Lamentabilis (...)

25L’éventualité, on le sait, devint réalité. Face au « loup » Benoît XIII, le royaume de France s’engagea dans la soustraction d’obédience, une politique dont le théoricien fut Simon de Cramaud. En homme d’action accompli, « le patriarche », qui était aussi juriste, avait consigné sa pensée dans un long traité, le De substractione obedienciae, écrit en 1396-139730. Il commença par un constat : « la division lamentable dans laquelle se débat l’Église ruine son état d’Église universelle et met en péril d’innombrables âmes ». Or, l’opinion commune des canonistes était que, « si un pape vrai et incontesté agit de manière à scandaliser l’Église ou expose les âmes au péril et à la ruine, il ne faut pas lui obéir, mais bien plutôt lui résister de facto. Combien plus quand il y a deux papes qui se combattent31 » !

26Puis Cramaud enfonçait le clou en montrant que ces papes nuisibles étaient hérétiques :

  • 32 Ibid., p. 108 : Istorum (...)

Est hérétique l’opinion de ceux qui disent ne pas être tenus à la cession pour donner union et paix à l’Église et qui, de ce fait, maintiennent l’Église divisée en état de schisme, parce que l’hérésie consiste précisément à faire le choix d’une opinion par laquelle l’Église est divisée ou par laquelle quelqu’un est exclu de l’unité32.

  • 33 Ibid., p. 109 : Contumacia (...)
  • 34 Ibid., p. 115: Ergo nedum licet talibus obedienciam substra (...)

27Et l’auteur de convoquer saint Jérôme, saint Augustin et Isidore de Séville pour appuyer cette proposition. Puis des autorités moins prestigieuses mais plus actuelles dans le monde du droit canonique tel Jean le glossateur (le Teutonique) selon qui « la pertinacité ou l’obstination chez un pape crée l’hérésie33 ». Une décrétale de Grégoire IX (5. 8. 1) lui permettait même d’affirmer : c’est peu de dire que ces faiseurs de schisme à cause de la dignité de pape sont des hérétiques, ils sont en fait « des hérésiarques ». En conséquence, concluait Cramaud, « pour ne pas risquer d’être soupçonné d’hérésie ou se rendre fauteur de schisme, il n’est pas licite de cesser d’obéir à de tels personnages, c’est nécessaire34 ».

  • 35 Swanson, p. 99-101.
  • 36 Kaminsky 1984, p. 77 : Tales peccant contra articulum et in (...)

28Dans l’entourage de Benoît XIII, on eut tôt fait de relever la fragilité de l’argumentation dès lors qu’elle reposait sur le refus du pape de la voie de cession. Dès 1395, dans un rapport remis au pape, le théologien dominicain Sanche Mulier faisait valoir qu’on ne pouvait l’accuser d’hérésie sur ce seul fondement, car la voie de cession n’était pas un article de foi, contrairement à l’allégeance au vrai pape35. D’ailleurs, dans son traité, Cramaud lui-même avait rappelé que les Grecs étaient tenus pour hérétiques parce qu’ils ne reconnaissaient pas la primauté du pape, ce qui avait été ainsi formulé par l’Archidiacre (Gui de Baysio) : « Ceux-là pèchent contre l’article et in unam sanctam Ecclesiam36 ».

29Lorsque la soustraction d’obédience fut mise en délibération en 1398, Cramaud prit soin de porter ses attaques sur un comportement plus général du pape. Dans la longue cédule qu’il rédigea pour justifier sa position, après avoir rappelé qu’on pouvait s’opposer même à un pape « paisible » qui commandait des actes portant préjudice à l’Église, il donna cette explication :

  • 37 Millet - Poulle 1988, n° 9, p. 54-56.

La puissance qu’il a, Dieu lui a donnée pour edifier l’Eglise et non pas pour la destruire, si comme dit l’apostre saint Pol et le Decret ; et pour ce, si tost comme son fait tend notoirement a la destruction de l’Eglise, sa puissance cesse et ne luy doit-on point obeir comme a celui qui n’a point de povoir37.

  • 38 Les 293 cédules du vote ont toutes été conservées. Les cédules (...)

30Lors du vote, le patriarche fut loin d’être le seul à remettre un véritable rapport justificatif. Or, il vaut d’être signalé que même les plus déterminés évitèrent d’utiliser les termes d’hérétique et d’hérésie38. Sous la plume de Cramaud lui-même, Benoît XIII n’était que « faiseur de scisme et par consequent destructeur de l’Eglise ». Guillaume Claustre, un juriste qui avait particulièrement bien assimilé la leçon s’exprima ainsi :

  • 39 Guillaume Claustre participa à l’assemblée en tant que procureu (...)

Comme les brebis doyvent fouir du loup qui les veult tuer et estrangler, ainsi nous devons fouir de l’obeissance de cellui que nous avons tenu pour vray pape, lequel nous veult tuer les ames et nourrir en scisme et tenir et usurper par ambition le papat en escande de l’Eglise et peril et perdition de noz ames ; et est de necessité, afin que nous ne participons avec lui en crime crimineulx et qu’il ne nous tire avec lui a dampnation39.

  • 40 Guillaume du Jardin rédigea ce bulletin en tant que procureur d (...)

31Quant au théologien Guillaume du Jardin, il choisit ses termes dans le champ sémantique de l’excommunication sans toutefois employer le mot. Le roi pouvait effectivement lui soustraire l’obédience « et le lessier comme ethnicus et publicanus jouxte le commandement de notre sauveur Jesus-Christ ». C’était une mesure qu’il fallait prendre « tant pour le salut de la crestienté comme pour montrer exemple a l’autre obedience adfin que pareillement facent a leur contendant du papat40 ».

  • 41 Girgensohn 1993.

32On put longtemps croire que la contagion de l’exemple serait inefficace. Mais la mort de Boniface IX (1404) ouvrit aussi une période difficile pour les pontifes romains. À Padoue, le juriste Francesco Zabarella avait relancé à frais nouveaux la réflexion sur le concile41. On connaît surtout de lui un Tractatus de scismate qui ne fut publié qu’en 1410 ; mais, à partir de 1402, sa pensée commença à irriguer les avis juridiques qu’il fut conduit à rédiger en réponse à des consultations. Dans une Église, qu’il définissait comme la congrégation des fidèles, le concile était le lieu naturel de régulation des conflits ; la résolution du schisme ne pouvait passer que par lui et le refus de continuer d’obéir aux contendants. Cependant, la conjoncture orientait vers d’autres préoccupations. Dans les deux obédiences, le salut paraissait alors devoir venir de la voie de cession.

  • 42 Bliemetzrieder 1904b.

33Après l’immense espoir soulevé par le rendez-vous de Savone, la palinodie de Grégoire XII suscita un profond malaise. C’est alors que l’université de Bologne entra en lice, à la demande du légat du pape, le cardinal Cossa42. Les conclusions que ses théologiens rendirent publiques le 20 décembre 1407 furent ratifiées dans les jours suivants par les juristes ; elles s’inscrivaient dans le droit fil de ce qu’on avait déjà pu lire et écrire dans l’autre obédience. Bien que brèves, elles ne peuvent être citées in extenso ; on en retiendra les déclarations suivantes :

  • 43 Martène - Durand 1733, col. 894-897, ici col. 894 : Schisma ant (...)

Bien qu’un schisme ouvert il y a longtemps ne soit qu’un schisme en son début, lorsqu’il dure et persiste, à la fin, il tourne en hérésie. […]
Même s’il est vrai successeur des apôtres, celui qui s’est engagé par serment à suivre une voie devant résorber le schisme […], lorsqu’il n’agit pas réellement et effectivement – pour autant que cela lui est possible –, en vue de tenir son engagement, s’il ne s’amende pas, il est nourrisseur de schisme et vire par conséquent à l’hérésie, parce que, de son plein gré, en opposition avec son devoir de charité, son vœu et son serment, sans aucune compassion, il donne comme nourriture au peuple et aux enfants deux églises avec deux têtes. […]
Ceux qui lui sont soumis peuvent et doivent s’éloigner de lui comme d’un hérétique et cesser de lui obéir s’ils voient que leur obéissance nourrit le schisme de façon palpable […] parce que […] ils s’enfoncent dans le mal avec lui, et d’autant plus gravement qu’ils sont plus intelligents, plus sages et plus puissants43.

34C’était donc une incitation à la rébellion, d’autant plus que les cardinaux étaient dénoncés comme négligents : il leur appartenait de rassembler un concile général contre le pape et ils n’avaient pas bougé. Les maîtres et les prédicateurs devaient prendre le relais, instruire le peuple et faire en sorte que se réunissent des conciles provinciaux où on déciderait de cesser d’obéir à ce pape, même s’il était vrai, car il s’était révélé hérétique.

  • 44 Bliemetzrieder 1903.
  • 45 Pour démontrer qu’il était du devoir des cardinaux de convoquer (...)
  • 46 Bliemetzrieder 1904a, p. 206, n. 1 à la page 207 : Tertia propter (...)

35On l’a vu, l’appel fut entendu par les cardinaux et, dans des versions ultérieures, l’université de Bologne corrigea ses conclusions : leur « négligence » devint de la « diligence »44. Durant l’année 1408, les juristes bolonais s’employèrent à les confirmer dans leurs bonnes dispositions ; ils se relayèrent pour émettre des avis confirmant qu’ils étaient fondés en droit à convoquer un concile45. L’un d’eux, Antonio da Butrio, publia un traité qui permit d’aller encore plus loin. Selon lui, les cardinaux avaient trois bonnes raisons de convoquer le concile. Les deux premières reprenaient un air connu : le délit était notoire, le schisme tournait en hérésie car il était nourri par un pape incorrigible. Mais la dernière était une main tendue aux Avignonnais : les droits à la papauté de chacun des contendants étaient douteux46. Le progrès était considérable par rapport à la proclamation collective de la fin décembre 1407. Elle se terminait sur ces mots :

  • 47 Martène - Durand 1733, col. 896 : Omnia dicta in papam procedun (...)

Tout ce qui vient d’être dit sur le pape s’applique aussi à celui qui se prétend pape en Avignon, et d’autant plus que son camp est celui qui a fait le schisme, que son obédience est plus petite, qu’elle provient d’une spoliation de la nôtre, et que, vu qu’il prétend être pape, il est encore plus enclin à nourrir le schisme47.

  • 48 Bliemetzrieder 1904a, p. 206, n. 1 à la page 207 : Poterunt facere (...)

36Prenant la suite de Butrio, Matteo de Matesillani approuva la décision des « cardinaux » d’avoir délibéré avec les « anticardinaux » ; cela avait permis qu’un concile soit convoqué « pour statuer sur les cas de Grégoire et de Benoît : ils seraient déposés si le concile confirmait qu’ils étaient hérétiques »48.

37On s’acheminait donc vers un concile où il n’y aurait ni vainqueurs ni vaincus si ce n’est deux papes condamnés comme schismatiques et hérétiques pour avoir bafoué l’Église dans son principe d’unité.

Et après le concile de Pise ?

  • 49 Jean XXIII était ce cardinal Cossa, légat de Bologne, auquel le (...)
  • 50 Brandmüller 1997.

38Par cette égale et conjointe condamnation des deux rivaux, les Pisans avaient lancé les fondements d’un parti de l’union, mais ils avaient aussi présumé de leurs forces en pensant que tous se rallieraient à eux rapidement. L’obédience pisane était certes très nettement majoritaire et, sous le pontificat d’Alexandre V (le pape élu par les cardinaux des deux collèges à la fin du concile), elle se renforça notablement ; mais les deux pontifes condamnés parvinrent à se maintenir et à continuer d’être regardés comme vrais papes par quelques princes et un nombre respectable de fidèles. Pas plus qu’ils n’avaient supporté la déchirure en deux camps, les Pisans ne pouvaient se satisfaire d’une trinité de pontifes. Conformément au décret de réforme promulgué à Pise, Jean XXIII, successeur d’Alexandre V mort dès 1410, convoqua un concile général à Rome en 141249. L’assemblée ne tint que quelques sessions, très dispersées dans le temps, et la prise de la Ville par le roi de Naples acheva de la dissoudre. Pour renouer le fil conciliaire, il fallut qu’intervienne le nouveau roi des Romains, Sigismond de Luxembourg. Une occasion rêvée s’offrait à lui d’agir en empereur et de revêtir les habits de défenseur de l’Église : sous sa protection, à Constance, le nouveau concile serait en sécurité. Rendez-vous y fut donné pour le 5 novembre 141450.

  • 51 On verra plus loin dans les attendus du jugement prononcé contr (...)
  • 52 Les différentes rédactions du décret portent toutes : cui [huic (...)

39Il apparut rapidement aux nouveaux pères que, pour parvenir à faire céder la résistance de Grégoire et de Benoît, le pape pisan serait un obstacle difficile à contourner. Dès le début de l’assemblée, des pressions s’exercèrent sur Jean XXIII pour qu’il s’efface de lui-même et laisse la voie libre à des soumissions volontaires. Mais l’humilité n’était pas le fort de cet homme51 ; il se drapa dans sa légitimité et s’imagina qu’il sauverait sa tiare en se dérobant à l’emprise de Sigismond. Le 21 mars 1415, il s’enfuyait de Constance. Tandis que quelques pères s’employaient à le rattraper, les autres octroyaient au concile le droit de le juger en adoptant le fameux décret Haec sancta synodus qui faisait obligation à « tout homme de quelque état ou dignité que ce soit, fût-elle papale », de lui obéir pour ce qui touchait à la foi, l’extirpation du schisme ou la réforme de l’Église52.

  • 53 Mansi 1784 - 27, col. 715-716 : il fut condamné tamquam indignu (...)

40Son procès fut vite fait. Ses juges trouvèrent de nombreuses raisons de le condamner, mais ils s’arrêtèrent sur le seuil de l’accusation d’hérésie. Le texte de la sentence, prononcée le 29 mai 1415, porte en effet qu’il avait quitté la cité de Constance de façon illicite, qu’il était notoirement coupable d’avoir déclenché un scandale, qu’il avait troublé et empêché l’union de l’Église, qu’il avait nourri un schisme invétéré, qu’il avait enfreint son serment. Il était également prouvé qu’il était notoirement simoniaque, dilapidateur des biens de l’Église, mauvais administrateur, coupable de scandaliser le peuple chrétien par ses mœurs notoirement détestables et qu’il avait persévéré dans tous ces maux avec arrogance, qu’il s’était montré incorrigible. À cause de tout cela, parce qu’il était « indigne, inutile et nuisible », il était déposé et condamné à la détention sous la garde de Sigismond53.

  • 54 Mansi 1784 - 27, col. 744-745.

41La destitution du pape pisan était effectivement le signal qu’attendait Grégoire XII pour déposer les armes. Le 4 juillet 1415, Charles de Malatesta se présenta à Constance muni d’une procuration lui permettant de renoncer aux « droit, titre et possession » que le seigneur pape Grégoire XII avait quant à la papauté, devant ce saint synode qui représentait l’Église. Lequel saint synode fit aussitôt savoir qu’il « acceptait, approuvait et trouvait digne de louanges » cette renonciation54.

42Il restait donc encore Benoît XIII. Solidement arrimé au château de Peñiscola, Pero de Luna régnait encore sur la majeure partie de la péninsule ibérique et ne manifestait aucun signe de résipiscence. Sigismond alla le rencontrer à Perpignan mais ne le fit aucunement fléchir. Craignant désormais d’être mis au ban de la société chrétienne, les princes qui lui étaient restés fidèles déclarèrent le 13 décembre 1415 qu’ils allaient cesser de lui obéir et envoyer une délégation à Constance. L’arrachement était difficile ; il prit beaucoup de temps. À l’été 1417, il put enfin y avoir une nation hispanique au concile. Les conditions étaient réunies pour juger une seconde fois le pontife de l’obédience avignonnaise. Le 26 juillet 1417, « le saint synode représentant l’Église universelle, siégeant en formation de tribunal dans cette cause relevant de l’inquisition, prononça » que :

  • 55 Mansi 1784 - 27, col. 1141-1142 : Sancta synodus Ecclesiam (...)

Il avait été et il était encore parjure, cause de scandale pour l’Église universelle, fauteur et nourrisseur d’un schisme invétéré, d’une scission prolongée et d’une division de la sainte Église de Dieu, empêcheur et perturbateur de la paix et de l’union de cette Église, schismatique et hérétique et déviant dans la foi, et violateur invétéré de l’article de foi « unam sanctam catholicam Ecclesiam », incorrigible de façon notoire et manifeste au scandale de l’Église de Dieu et il s’était rendu indigne de tout titre, grade, honneur et dignité, il était éjecté et exclu par Dieu et privé de tout droit auquel il aurait pu prétendre à la papauté et au pontificat de Rome et de l’Église romaine et exclu de l’Église catholique en tant que membre desséché55.

  • 56 En 1467, cinquante années après que Martin V eut été reconnu co (...)
  • 57 Rosenblieh 2010, vol. 2, p. 514-520.

43Avec cette seconde condamnation, on était tout près de l’épilogue. Martin V fut élu le 11 novembre 1417, selon une procédure exceptionnelle consistant à associer des représentants des cinq nations conciliaires aux cardinaux de tous les collèges qui avaient rejoint le concile : il importait au plus haut point qu’il fût le pape de tous. Les quelques poches de résistance de fidèles de Benoît XIII qui parvinrent à se maintenir n’empêchèrent pas l’Église latine de considérer qu’elle avait retrouvé son unité56. Du même coup, on envoya aux oubliettes la nouvelle espèce d’hérésie définie au concile de Pise. Au procès intenté par le concile de Bâle à Eugène IV en 1439, sur les 150 articles définis pour l’enquête solennelle, cinq seulement l’accusaient d’avoir enfreint le dogme unam sanctam. L’erreur qui motiva la condamnation de ce pape fut d’avoir méprisé la juridiction conciliaire57. C’était là un registre tout à fait étranger à celui de la foi.

44L’époque du Grand Schisme d’Occident était donc révolue. Plus qu’aucune autre, sans doute, elle avait attaché du prix à l’unité de l’Église. Ses héritiers ne furent pas seulement les conciliaristes mais aussi les pères qui, à Ferrare et à Florence, tentèrent de réconcilier les Latins et les Grecs.

Haut de page

Bibliographie

Alberigo 1981 = G. Alberigo, Chiesa conciliare. Identità e significato del conciliarismo, Brescia, 1981.

Bliemetzrieder 1903 = F. Bliemetzrieder, Handschriften zur Geschichte des grossen abendländlischen Schismas, dans Studien und Mitteilungen zur Geschichte des Benediktinerordens, 24, 1903, p. 100-114.

Bliemetzrieder 1904a = F. Bliemetzrieder, Das Generalkonzil imgrossen abendländlischen Schisma, Paderborn, 1904.

Bliemetzrieder 1904b = F. Bliemetzrieder, Die Universität von Bologna im grossen abendländlischen Schisma, dans Studien und Mitteilungen zur Geschichte des Benediktinerordens, 25, 1904, p. 734-736.

Bliemetzrieder 1910 = F. Bliemetzrieder, Literarische Polemik zu Beginn desgrossen abendländlischen Schismas. (Kardinal Petrus Flandrin, Kardinal Petrus Amelii, Konrad von Gelnhausen). Ungedruckte Texte und Untersuchungen, Vienne-Leipzig, 1910, p. 111-140, version en ligne : http://obediences.net/repformschism.php?id_ecrit=540

Brandmüller 1997 = W. Brandmüller, Das Konzil von Konstanz 1414-1418, Paderborn-Munich-Vienne-Zurich, 1991-1997, 2 vol.

Girgensohn 1986 = D. Girgensohn, Über die Protokolle des Pisaner Konzils von 1409, dans Annuarium historiae conciliorum, 18, 1986, p. 103-127.

Girgensohn 1993 = D. Girgensohn, Francesco Zabarella aus Padua. Gelehrsamkeit und politisches Wirken eines Rechtsprofessors wärend desgrossen abendländlischen Schismas, dans Zeitschrift der Savigny-Stiftung für Rechtsgeschichte: Kanonistische Abteilung, 79, 1993, p. 232-277.

Girgensohn 2007 = D. Girgensohn, Von den konziliaren Theorie des späteren Mittelalters zur Praxis: Pisa 1409, dans H. Müller et J. Helmrath (éd.), Die Konzilien von Pisa (1409), Konstanz (1414-1418) und Basel (1431-1449). Institutionen und Personen, Ostfildern, 2007, p. 61-94 (version italienne : Dalla teoria conciliare del tardo medioevo alla prassi: il Concilio di Pisa del 1409, dans Bollettino Storico Pisano, 76, 2007, p. 99-134.

Jamme 2005 = A. Jamme, Renverser le pape. Droits, complots et conceptions politiques aux origines du Grand Schisme d’Occident, dans F. Foronda et al. (dir.), Coups d’État à la fin du Moyen Âge ? Aux fondements du pouvoir politique en Europe occidentale, Madrid, 2005 (Collection de la Casa de Velàzquez, 91), p. 433-482.

Jamme 2012 = A. Jamme, Réseaux, stratégies de communication et Storytelling au début du Grand Schisme d’Occident, dans H. Müller et B. Hotz (éd.), Gegenpäpste. Ein unerwünschtes mittelalterliches Phänomen, Vienne-Cologne-Weimar, 2012.

Kaminsky 1983 = H. Kaminsky, Simon de Cramaud and the Great Schism, New Brunswick (NJ), 1983.

Kaminsky 1984 = Simon de Cramaud, De substractione obediencie, éd. H. Kaminsky, Cambridge (Mass.), 1984, version électronique : http://obediences.net/repformschism.php?id_ecrit=433

Landi 1985 = A. Landi, Il papa deposto (Pisa 1409), Turin, 1985.

Mansi 1784 - 26 = G. D. Mansi, Sacrorum Conciliorum nova et amplissima collectio, t. 26, Venise, 1784.

Mansi 1784 - 27 = G. D. Mansi, Sacrorum Conciliorum nova et amplissima collectio, t. 27, Venise, 1784.

Martène - Durand 1733 = E. Martène et U. Durand, Veterum scriptorum et monumentorum historicorum, dogmaticorum, moralium, amplissima collectio, t. VII, Paris, 1733.

Millet 1985 = H. Millet, Du conseil au concile (1395-1408). Recherche sur la nature des assemblées du clergé en France pendant le Grand Schisme d'Occident, dans Journal des Savants, 1985, p. 137-159.

Millet 1994 = H. Millet, Grand Schisme d'Occident (1378-1417), dans Dictionnaire historique de la Papauté, éd. Ph. Levillain, Paris, 1994, p. 729-735.

Millet 2009 = H. Millet, L’Église du Grand Schisme 1378-1417, Paris, 2009 (Les médiévistes français, 9).

Millet 2010 = H. Millet (dir.), Le concile de Perpignan (15 novembre 1408-26 mars 1409), actes du colloque international de Perpignan (24 au 26 janvier 2008), dans Études Roussillonnaises, Revue d’Histoire et d’Archéologie Méditerranéennes, XXIV, 2009-2010.

Millet 2011 = H. Millet, Le concile de Pise. Qui travaillait à l’union de l’Église d’Occident en 1409 ?, Turnhout, 2011 (Ecclesia militans, 1).

Millet - Poulle 1988 = H. Millet et E. Poulle, Le vote de la soustraction d’obédience en 1398, Paris, 1988.

Millet - Vincent 2004 = H. Millet et C. Vincent, La prière pour l’unité de l’Église, dans Le Midi et le Grand Schisme d’Occident, Toulouse, 2004 (Cahiers de Fanjeaux, 39), p. 531-570.

Religieux de Saint-Denys 1994 = Chronique du Religieux de Saint-Denys, éd. L. Bellaguet, réimpr. avec une préface de B. Guenée, 3 vol., Paris, 1994 (1ère impr. 1839-1852), 1, II, p. 136-182.

Rosenblieh 2010 = É. Rosenblieh, Juridiction conciliaire et juridiction pontificale au temps du concile de Bâle 1431-1449 : recours, procédures et suppliques, thèse dactyl. de l’université Paris 1, dir. C. Gauvard, 2010, 3 vol.

Swanson 1979 = R. N. Swanson, Universities, Academics and the Great Schism, Cambridge, 1979.

Tierney 1955 = B. Tierney, Foundations of the Conciliar Theory. The Contribution of the Medieval Canonists from Gratian to the Great Schism, Cambridge, 1955.

Valois 1902 = N. Valois, La France et le Grand Schisme d’Occident, Paris, 1896-1902, 4 vol.

Haut de page

Notes

1 Je renvoie le lecteur qui souhaiterait se reporter à un résumé moins bref à Millet 1994. La remarquable érudition de Noël Valois n’a toujours pas été remplacée : Valois 1902. Je signalerai chemin faisant quelques publications ayant apporté un nouvel éclairage sur les événements évoqués. Note 49, voir un exemple des difficultés engendrées par les controverses sur ce Grand Schisme.

2 Ces textes sont principalement en latin. Ils ont été traduits par mes soins pour figurer dans le courant de l’exposé tandis que la version originale latine est donnée dans les notes.

3 Jamme 2005 et 2012.

4 Swanson 1979.

5 Millet 1985 (= Millet 2009, p. 30-46).

6 Sur les années 1394-1398, voir Kaminsky 1983, p. 108-177.

7 Sur le schisme en Italie à cette époque, voir Landi 1985.

8 Girgensohn 2007.

9 Millet 2010.

10 Millet 2011.

11 Girgensohn 1986.

12 Mansi 1784 - 27, col. 27-29. Tel qu’il a été publié, le document paraît devoir être rattaché à la sentence définitive. Il a été analysé par Alberigo à qui il a cependant échappé que l’hérésie imputée aux deux contendants résidait précisément dans cet ensemble de griefs ; selon lui, l’hérésie n’était que l’un des crimes dont ils furent accusés : voir Alberigo 1981, p. 110-112.

13 Parmi les nombreuses références possibles, voir Mansi 1784 - 26, col. 1146 : Christi nomine invocato, sancta et universalis synodus, universalem ecclesiam repraesentans, et ad quem cognitio et decisio hujus causae noscitur pertinere, Sancti Spiritus gratia in hac majori ecclesia congregata, ibique pro tribunali sedens[…] pronuntiat, decernit, diffinit et declarat […] Angelum Corrario et Petrum de Luna de papatu, ut praefertur, contendentes, et eorum utrumque fuisse et esse notorios schismaticos et antiquati schismatis nutriores, defensores, fautores et approbatores et manutentores pertinaces, necnon notorios haereticos et a fide devios, notoriisque criminibus enormibus perjurii et violatione voti irretitos, universalem Ecclesiam sanctam Dei notorie scandalizantes, cum incorrigibilitate, contumacia et pertinacia notoriis, evidentibus et manifestis. Et his ac aliis se reddidisse omni honore et dignitate etiam papali indignos, ipsosque et eorum utrumque propter praemissas iniquitates, crimina et excessus, ne regnent vel imperent aut praesint, a Deo et sacris canonibus fore ipso facto abjectos et privatos, ac etiam ab Ecclesia praecisos; et nihilominus ipsos Petrum et Angelum et eorum utrumque per hanc definitivam sententiam in his scriptis privat, abjicit et praescindit, inhibendo eisdem, ne eorum aliquis pro summo pontifice gerere se praesumat, ecclesiamque vacare romanam ad cautelam insuper decernando.

14 Bliemetzrieder 1910.

15 Ibid., p. 119 : Et si dicatur, quod concilia predicta congregata fuerunt propter causas fidei decidendas, et contra hereticos et hereses tunc temporis insurgentes ; respondetur quod casus hodiernus est maximus casus fidei, eo quod tangit caput fidei in terris, ex cuius duracione diuturna non solum monstrum biceps in Ecclesia ostenditur, sed eciam innumerabiles hereses pullulabunt.

16 Ibid., p. 120 : numquam, vel raro scisma est sine heresi, eo quod scindens Ecclesie unitatem hereses sibi fingit, ut recte ab Ecclesia videatur recessisse, teste Ieronymo XXIV q III Inter scisma.

17 En fait, la rédaction de ce texte avec sa proposition finale, nisi deprehendatur a fide devius, doit être attribuée au cardinal Humbert (Tierney 1955, p. 57, n. 3).

18 Bliemetzrieder 1910, p. 124 : Quod eciam collegium pape et cardinalium deviare possint eciam in iudiciis et quod subsint in casu concilio generali, probatur […] ex hiis que leguntur de gestis beati Bonifacii martyris, XL di Si papa, ubi terminatur quod papa nemine iudicari potest, nisi deprehendatur a fide devius ; ubi glosa : Certe credo quod si notorium est crimen eius quodcumque et inde scandalisatur Ecclesia et incorrigibilis sit, quod inde possit accusari et per consequens iudicari ; et constat quod non nisi per Ecclesiam universalem sive concilium.

19 Depuis l’ouvrage de Brian Tierney (Tierney 1955), il n’est plus possible de toujours soupçonner l’influence de Guillaume d’Ockam et de Marsile de Padoue derrière toute référence à la convocation du concile en dehors du pape.

20 C. 24, Q. 3, c. 26 : Inter heresim et scisma hoc esse arbitror, quod heresis peruersum dogma habeat, scisma post episcopalem discessionem ab ecclesia pariter separat. Quod quidem in principio aliqua ex parte intelligi potest diuersum ; ceterum nullum scisma nisi heresim aliquam sibi confingit, ut recte ab ecclesia uideatur recessisse (Friedberg, col. 997).

21 D. 40, c. 6 : Si papa suae et fraternae salutis negligens reprehenditur inutilis et remissus in operibus suis, et insuper a bono taciturnus, quod magis officit sibi et omnibus, nichilominus innumerabiles populos cateruatim secum ducit, primo mancipio gehennae cum ipso plagis multis in eternum uapulaturus. Huius culpas istic redarguere presumit mortalium nullus, quia cunctos ipse iudicaturus a nemine est iudicandus, nisi deprehendatur a fide deuius ; pro cuius perpetuo statu uniuersitas fidelium tanto instantius orat, quanto suam salutem post Deum ex illius incolumitate animaduertunt propensius pendere (Friedberg, col. 146).

22 Voir dans Bliemetzrieder 1910 les lettres de dédicace, p. 71*-91*.

23 Selon l’Archidiacre (Gui de Baysio) d’ailleurs cité par Gelnhausen, « l’hérésie est doublement empoisonnée, à savoir par l’erreur qui s’insinue dans le fond et la forme – il s’agit là du début de l’hérésie –, et la pertinacité qui empoisonne la volonté et l’affect – c’est le complément de l’hérésie » (Voir version électronique du Rosarium decretrorum, Strasbourg, 1473, c. Heresis :http://digital.ub.uni-duesseldorf.de/ihd/content/pageview/2233274. Consulté le 30/07/2014.

24 Millet - Vincent 2004.

25 Biblioteca Apostolica Vaticana, Vat. lat. 4927, fol. 136 : Conclusiones proposite coram rege Francorum a magistro Egidio de Campis, magistro in theologia parisiensi: Prima, quicumque dicit quod ad unionem Ecclesie laborandum non est nec juvandum, si pertinaciter hoc asseret, censetur hereticus. Secunda, si sit aliquis qui juvare possit ad huius unionem consequendam, et impedit, scismaticus est censendus. Tertia, quicumque adultus non laborat, si juvare possit, graviter peccat, hoc est mortaliter. Quarta, dicere solum esse orandum et non aliter esse laborandum in facto scismatis est temptare Deum. Quinta, si aliquis horum amborum electorum non vellet condescendere unioni, supposito quod in papatu jus habeat, penitus exterminandus est et a papatu removendus.

26 L’épître Quanquam majorum a été retranscrite intégralement dans la chronique dite du Religieux de Saint-Denys : Religieux de Saint-Denys 1994.

27 La citation, tirée du Contra Cresconius livre II, n° 9, est souvent approximative.

28 Religieux de Saint-Denys 1994, p. 152 : Si igitur ad tollendum hoc pestiferum scisma, quod jam propter longam moram heresisspeciem habet (inveteratum quippe scisma, sicut ait Augustinus, heresis est), non liceat Ecclesiam congregari, repudiatis presertim viis superioribus, quid restabit ? […] Sicque in oblivionem cum Grecorum discidio atque in finem seculi perducetur.

29 Ibid., p. 160 et 162 : Si alter dissidencium aut uterque vias tres expositas inire obstinacius refugerit, nec aliam ydoneam vel alias obtulerit, eum velut scismaticum pertinacem, et, quod ad id consequens est, hereticum, nec gregis Christi pastorem, sed direptorem pocius ac tyrannum judicandum. Sicque ejus deinceps nec jussis obediendum, nec eidem regiminis ulla administracio, ymo nec patrimonium Ecclesie quo utatur relinquendum. Ipse quoque ab ovili Jhesu Christi, non ut ovis aut pastor, sed lupus infestissimus, penitus abigendus est, penisque acerbissimis scismaticorum plectendus, nec in terra vivencium, sed cum Datan et Abiron nequissimis scismaticis porcio ejus habenda.

30 Kaminsky 1984.

31 Ibid., p. 89 : Lamentabilis divisio que hodie prochdolor est in Ecclesia Dei, in subversionem status universalis Ecclesie et infinitarum periculum animarum […]. Vero pape etindubitato, si faciat aliquid quodnotorie scandalizet ecclesiam vel inducat periculum et subversionem animarum, non est obediendum, ymo de facto resistendum.

32 Ibid., p. 108 : Istorum opinio qui dicunt se ad cessionem non teneri pro unione et pace ecclesie, et tenent sic ecclesiam divisam in scismate, est heretica ; quia heresis est proprie eleccio opinionis per quam ecclesia dividitur, vel per quam quis ab unitate segregatur.

33 Ibid., p. 109 : Contumacia vel obstinacio in papa est heresis.

34 Ibid., p. 115: Ergo nedum licet talibus obedienciam substrahere, ymo est necessarium, sub pena suspicionis et fautorie.

35 Swanson, p. 99-101.

36 Kaminsky 1984, p. 77 : Tales peccant contra articulum et in unam sanctam ecclesiam.

37 Millet - Poulle 1988, n° 9, p. 54-56.

38 Les 293 cédules du vote ont toutes été conservées. Les cédules de Guillaume Claustre et de Guillaume du Jardin citées plus loin ont été choisies parmi d’autres parce qu’elles étaient rédigées en français.

39 Guillaume Claustre participa à l’assemblée en tant que procureur de l’évêque de Lavaur : Millet - Poulle 1988, n° 42, p. 89.

40 Guillaume du Jardin rédigea ce bulletin en tant que procureur de l’évêque de Meaux : Millet - Poulle 1988, n° 49, p. 94.

41 Girgensohn 1993.

42 Bliemetzrieder 1904b.

43 Martène - Durand 1733, col. 894-897, ici col. 894 : Schisma antiquatum licet a principio sit schisma, eius tamen per durationem et obstinationem in fine transit in heresim […]. Verus etiam apostolicus, voto et juramento astrictus ad certam viam pro tollendo scismate electam, […] ubi non agit realiter et cum effectu quod in se est et ad quod est astrictus, si se non corrigat, nutritor est schismatis, quod consequenter descendit in heresim, quia quantum in se est, contra debitum caritatis, voti ac juramenti, absque omni compassione nutrit populum et infantes excrescentes ad duo capita et duas ecclesias […]. Tamquam ab haeretico recedere possunt et debent subjecti, et obedientiam subtrahere, si ex eorum obedientia palpabiliter vident nutrientem schisma […] quia […] cum eo descendunt ad profundum malorum tanto gravius, quanto intelligentiores sunt, sapientiores et potentiores.

44 Bliemetzrieder 1903.

45 Pour démontrer qu’il était du devoir des cardinaux de convoquer le concile, Antonio da Butrio prit appui sur le canon Si duo dont la glose affirmait : in causa heresis majus est concilium quam papa. Matesillani expliqua quant à lui qu’ils étaient partes corporis papae et que le collège était, après le pape, le plus haut membre de l’Église en dignité : voir Bliemetzrieder 1904a, p. 206, n. 1.

46 Bliemetzrieder 1904a, p. 206, n. 1 à la page 207 : Tertia propter probabile dubium, quia factum proponitur dubium et consilia sunt contraria.

47 Martène - Durand 1733, col. 896 : Omnia dicta in papam procedunt in eo qui se gerit pro papa in Avenione, et tanto fortius, quanto pars sua fuit quae schisma fecit, et quia minorem habet obedientiam, et partem nostram spoliavit obedientia illa, et quia magis ingerendo se pro papa, magis inclinatus est ad schisma nutriendum.

48 Bliemetzrieder 1904a, p. 206, n. 1 à la page 207 : Poterunt facere congregare generale concilium ad hoc, ut tam Gregorius quam Benedictus quasi haeretici per concilium si videbitur deponantur.

49 Jean XXIII était ce cardinal Cossa, légat de Bologne, auquel les conclusions émises par l’université font référence (voir plus haut). Le lecteur aura évidemment remarqué que le XXe siècle a connu un second pape Jean XXIII. Tous les autres papes du schisme, à l’exception d’Alexandre V, ont ainsi été doublés plus ou moins tardivement. Cette façon de faire n’est que l’une des conséquences produites par les multiples controverses que j’évoquais dans l’introduction.

50 Brandmüller 1997.

51 On verra plus loin dans les attendus du jugement prononcé contre lui que la personnalité et le genre de vie de Jean XXIII donnaient prise à la critique. Les témoignages de sympathie à son endroit ne sont pas légion, le plus fort étant peut-être son superbe tombeau abrité dans le baptistère de Florence. Jean XXIII en effet accepta sa déposition et finit son existence en fils soumis de l’Église.

52 Les différentes rédactions du décret portent toutes : cui [huic sancte synodo] quilibet cuiuscumque status vel dignitaits, etiamsi papalis existat obedire tenetur. Voir Alberigo 1981, p. 165-186.

53 Mansi 1784 - 27, col. 715-716 : il fut condamné tamquam indignum, et inutilem et damnosum.

54 Mansi 1784 - 27, col. 744-745.

55 Mansi 1784 - 27, col. 1141-1142 : Sancta synodus Ecclesiam universalem repraesentans, in dicta inquisitionis causa pro tribunali sedens, pronuntiat, decernit et declarat […] fuisse et esse perjurum, universalis Ecclesiae scandalizatorem, fautorem et nutritorem inveterati schismatis et inveteratae scissurae et divisionis Ecclesiae sanctae Dei, pacis et unionis ejusdem Ecclesiae impeditorem et turbatorem, schismaticum et hereticum ac a fide devium, et articuli fidei Unam sanctam catholicam Ecclesiam violatorem pertinacem, cum scandalo Ecclesiae Dei incorrigibilem, notorium et manifestum, ac omni titulo, gradu honore et dignitate se reddidisse indignum, a Deo ejectum et praecisum, et omni jure eidem in papatu et Romano pontifici ac Romanae ecclesiae quomodolibet competente ipso jure privatum et ab Ecclesia catholica tanquam membrum aridum praecisum.

56 En 1467, cinquante années après que Martin V eut été reconnu comme unique pontife de l’Église romaine, trois membres d’une famille du Rouergue étaient arrêtés et déférés devant le tribunal de l’évêque et de l’inquisiteur de Rodez parce qu’ils croyaient encore à la légitimité de Benoît XIII et recevaient les sacrements de sectateurs retranchés dans le maquis. Le père mourut avant le verdict ; la fille avait abjuré et fut condamnée à la prison à perpétuité et le fils, relaps, fut livré au bras séculier. Voir Valois 1902, p. 475-477.

57 Rosenblieh 2010, vol. 2, p. 514-520.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Hélène Millet, « L’hérésie contre l’article de foi unam sanctam Ecclesiam », Mélanges de l’École française de Rome - Italie et Méditerranée modernes et contemporaines [En ligne], 126-2 | 2014, mis en ligne le 23 octobre 2014, consulté le 24 octobre 2017. URL : http://mefrim.revues.org/1822 ; DOI : 10.4000/mefrim.1822

Haut de page

Auteur

Hélène Millet

LAMOP – Université Paris 1 / CNRS - h.millet@noos.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© École française de Rome

Haut de page
  • Logo École française de Rome
  • Revues.org