Navigation – Plan du site
De la suppression à la restauration de la Compagnie de Jésus : nouvelles recherches

Une prosopographie des ex-jésuites « parisiens » (1762-1848)

Philippe Lécrivain S.J.

Résumés

L’article montre par une étude minutieuse du cas parisien combien la suppression de la Compagnie de Jésus ne marque pas une interruption brutale de l’activité des jésuites, d’une part en raison de la progressivité de l’interdiction effective de cette activité et d’autre part par les rapides ébauches de regroupements puis de rétablissements qui aboutissent au fait que, sur une sorte de ligne d’archipel, la Compagnie de Jésus peut sembler recomposée avant même d’être décomposée ; cela n’empêchant pas que les individus eux-mêmes – puisqu’il s’agit d’une prosopographie – évoluent dans leur conception du monde et d’eux-mêmes. L’auteur donne à partir de là un aperçu des contradictions dans lesquelles se trouve placée l’histoire de cette suppression quand elle commence de s’écrire au tournant des années 1850.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 L’Assistance de France (Galliæ) comprend cinq provinces dont celle de Paris (Franciæ).

1La Compagnie de Jésus, supprimée par le Parlement de Paris en 1762, l’est en France en 1764 par Louis XV, décision confirmée par Louis XVI en 1777. Supprimée par Clément XIV en 1773, elle est approuvée partiellement par Pie VII en Russie et en Italie en 1801 et 1804 puis, universellement, par le même en 1814. Ne pouvant suivre les 3049 Jésuites de l’Assistance en 1761, nous nous limiterons dans cette étude aux 735 de la province de Paris, dont 684 résident en France et 51 dans les missions extérieures1. Cette province qui va de Brest à Arras et de Bourges à Dieppe, dépend des Cours d’Arras, Rennes, Rouen et Paris. Cette spatialisation ne vaut cependant que pour le moment de la « suppression » (1762-1777). Pendant le temps de la « survie » (1777-1814), la province de Paris n’existant plus, les Jésuites sont plus difficiles à cerner en dehors de Paris. Enfin, lors du « rétablissement » (1814-1848), la province de France, érigée en 1820, est divisée en 1836.

2Dans cet espace variable, trois générations sont à considérer : l’une, née dans les années 1700, disparaît au moment de la suppression ou peu après ; une autre, née dans les années 1740, est très âgée lors de la bulle de 1814 ; une troisième enfin, née dans les années 1780, assure le rétablissement de la Compagnie de Jésus.

La suppression de la Compagnie (1762-1777)

Vider les maisons et partir !

3Les arrêts français de 1762-1764 laissant les Jésuites libres de « se retirer où bon leur semble », certains restent sur place, d’autres se retirent dans leur famille ou là où ils ont des attaches, d’autres enfin rejoignent une autre province de la Compagnie. À Rome, Lorenzo Ricci permet à ceux qui n’ont prononcé que des vœux simples d’en être dispensés mais souhaite que certains partent en missions et que les plus âgés puissent vivre ensemble en Avignon ou dans les États pontificaux.

Expulsion des Jésuites et réaffectation des collèges

  • 2 Aimable Floquet (1797-1881), Histoire du parlement de Normandie. Vol. 6, Rouen, 1840-1842.
  • 3 O. Chaline, « L’expulsion des Jésuites du collège de Rouen », in Études normandes, 1993-1994, p. 71 (...)
  • 4 Edmond Ducrest de Villeneuve, Histoire de Rennes, Rennes, 1894, p. 369-370.
  • 5 Arrêt du Parlement de Bretagne du 27 novembre 1762.. Rennes, chez G. Vatar, 1762.
  • 6 Jules Clère, Histoire de l’école de La Flèche, depuis sa fondation, Paris, 1853 ; Camille de Rochem (...)

4En Normandie, une fois signifiée aux Jésuites leur suppression, leurs biens saisis et inventoriés sont vendus à l’encan avant le 1er juillet 1762. Selon Floquet2, à Rouen on fut frappé par la rapidité de la mise en vente3. En Bretagne, les mêmes procédures s’accompagnent de manifestations hostiles4, mais les Jésuites quittent leurs maisons le 2 août. En octobre suivant cependant, lors des États, certains souhaitent le retour des Jésuites. Le Clergé adhère, le Tiers se montre hostile et la Noblesse se divise. Le 27 novembre, le Parlement interdit tout rétablissement et toute assemblée5. À Paris, si les mêmes procédures sont dans l’ensemble suivies, leur mise en œuvre est contrastée à Arras, Nevers et Orléans. À La Flèche, les Jésuites qui sont une centaine quittent la maison le 1er avril 1762 « au milieu d’une population attristée de leur départ6». À Paris, après le retrait des membres du collège et du noviciat à la maison professe, tous sont expulsés le 20 août.

  • 7 Louis de Caradeuc de La Chalotais, Essai d’éducation nationale ou plan d’études pour la jeunesse. G (...)
  • 8 Id., p. 77.

5En réalité, ces procédures d’expulsion sont indissociables de la mise en place de nouvelles équipes pédagogiques. Le 24 mars 1763, La Chalotais avait présenté un Essai d'éducation nationale7 : « Je revendique pour la nation une éducation qui ne dépende que de l'Etat parce qu'elle lui appartient essentiellement. C'est un droit inaliénable et imprescriptible d'instruire ses membres parce que les enfants de l'État doivent être élevés par des membres de l'État8 ». Ce projet serait resté lettre morte si des Bureaux d’administration n’avaient pris en main les nouvelles institutions.

6Lors du départ des Jésuites, des tensions se produisent à propos des collèges entre les édiles municipaux et les commissaires parlementaires. En Bretagne, sur l’insistance de La Chalotais, ce sont finalement des laïcs mariés et des clercs séculiers qui succèdent aux Jésuites. Pareillement, en Normandie, mais après quelques hésitations, les collèges sont confiés à des prêtres séculiers. Comme dans ces deux provinces, de nombreux mémoires sont envoyés à Paris, mais les commissaires ne retiennent que les propositions qui vont dans leur sens. Dans l’ensemble des collèges, les professeurs reçus sont des laïcs ou des clercs séculiers. À La Flèche, les mémoires envoyés par la Ville et l’Université d’Angers étant contradictoires, le parlement tranche pour la prise en charge du collège des prêtres séculiers. À Louis-Le-Grand, devenu un lieu de formation des maîtres, les professeurs sont ceux du collège de Lisieux puis, après 1764, ceux du collège de Beauvais. Ce sont des laïcs et des séculiers recrutés sur concours.

7En 1771, lors de la suppression des parlements, les évêques dénoncent, dans un mémoire au roi, les méfaits d’une éducation sécularisée et demandent que l’enseignement soit de nouveau confié à des ecclésiastiques. Les réformateurs empêchent l’implantation de bénédictins à Blois et à Rennes, mais ne peuvent l’éviter à Compiègne. Les oratoriens sont à Arras en 1777 et à Tours en 1779 et les doctrinaires à La Flèche en 1776, à Moulins en 1780 et à Bourges en 1786.

Dispersion des Jésuites et attribution des pensions

8En 1762, il y avait 639 Jésuites dans la province de France : 461 sur le territoire du Conseil d’Artois et du Parlement de Paris, 89 sur celui de Rennes et 89 sur celui de Rouen. Nous en avons suivi 407 : 186 sont restés sur place et 135 rentrés chez eux ; 26 se sont mariés ou ont été relevés de leurs vœux ; 6 sont partis en mission (Chine, Salonique, Saint-Pierre et Miquelon) et 33 ont rejoint une autre province (Bohème, Pologne, Champagne, Angleterre, Naples, Catalogne, Gaule-Belgique, Flandre-Belgique, Carpentras).

  • 9 Arrêt de la Cour du Parlement… Extrait des registres du parlement du 22 février 1763, Paris, G. Sim (...)
  • 10 Arrêt de la Cour de Parlement… Extrait des registres du parlement du 22 Juillet 1763, Paris, G. Sim (...)
  • 11 Arrêt du Parlement de Bretagne… Extrait des registres du parlement du 17 janvier 1763, Rennes, G. V (...)
  • 12 Arrêt de la Cour du Parlement… Extrait des registres du parlement du 21 juin 1762. Rouen, J. Le Bou (...)
  • 13 Ce serment est requis pour exercer un ministère ou une charge sous peine d’expulsion pour les profè (...)
  • 14 Arrêt du parlement de Rouen… Extrait des registres du Parlement du 20 juillet 1762, Rouen, R. Lalle (...)
  • 15 Pierre Bolduc et Jacques Farner, Cas de conscience sur le serment que plusieurs Parlements et en pa (...)
  • 16 Arrêt du Parlement de Normandie…, Rouen, R. Lallemant, 1763.

9La question des pensions alimentaires est abordée à Paris le 6 août 1762 : Les Jésuites de plus de 33 ans – âge de la profession – recevront les pères, 600 livres et les frères 300 ; et ceux de moins de 33 ans recevront, les étudiants, 200 livres et les frères 100. Le 22 février 1763, le Parlement statue sur les requêtes présentées9 et, pour clore, un arrêt demande le 22 juillet la liste de ceux qui n’ont pas sollicité de pension et une autre de tous ceux, pensionnés ou non, qui vivent dans le ressort10. De ces listes – portant sur les Parisiens, les Artésiens et même quelques Normands – il ressort que 219 Jésuites ont reçu une pension. Pour la Bretagne et la Normandie, nous ne disposons pas de listes mais nous savons que sur la proposition de La Chalotais, le Parlement de Rennes versa le 21 juillet 1762 des pensions proches de celles données à Paris et que le 17 janvier 1763, un nouvel arrêt accorda une augmentation11. À Rouen, l’animosité du Parlement rendit difficile l’attribution des pensions. Pour prétendre à une pension de 200 livres, il est demandé le 21 juin 1762 de remplir de nombreuses conditions12. Pierre Plesse, le recteur de Caen, les ayant refusées au nom de ses confrères, tous sont sommés de prêter le serment de 176213 ou de quitter le royaume14. À Paris seuls trois Jésuites prêtent ce serment15 et, en Bretagne, ils ne sont pas plus nombreux. On sait même que sept le refusèrent. En revanche, en Normandie, devant le refus des religieux de se soumettre au décret du 21 juin, et de prêter serment, les parlementaires décident le 3 mars 1763 d’exiler du royaume ceux qui s’y refusent. Seuls deux Jésuites se soumirent, mais l’arrêt d’expulsion, mal reçu, fut cassé par le roi16.

10Une question reste en suspens : qui reçut les Jésuites ? Commençons par Versailles, puis par cercles, élargissons la perspective. À la Cour près du roi demeurent les confesseurs et les frères qui les accompagnent. D’autres sont proches du Dauphin, des princes de Bourbon ou de Rohan, des princesses de Savoie et de Caumont. Entre Versailles et la ville, des magistrats, des militaires et des chargés d’office royaux accueillent aussi des Jésuites. À Paris, d’autres sont reçus par Mgr de Beaumont et Mgr Champion de Cicé ; par l'abbé de Breteuil, agent général du clergé, et par l’abbé du Cluzel, ancien jésuite et futur intendant. Quelques paroisses et communautés de prêtres ouvrent aussi leurs portes. Des religieux proches des anciennes maisons de la Compagnie le font également : les génovéfains, les ursulines, les visitandines, les carmélites et les bénédictines, ou plus éloignés les théatins ou les Hospitalières de l’Enfant Jésus.

  • 17 D‘après des sondages partiels, 40% des personnes qui ont accueilli les Jésuites appartenaient aux C (...)
  • 18 Cf. H. Fouqueray, Les œuvres sociales de la Congrégation des Messieurs de Caen au XVIIIe siècle, Pa (...)

11Dans la capitale encore, des Jésuites sont accueillis par des « bourgeois », des maîtres artisans ou des commerçants17, tandis que d’autres s’installent dans des hôtels, seuls, à plusieurs ou suffisamment proches pour s’entraider. Dans les autres villes du ressort, sur les 76 que nous avons suivis, 33 logent chez des particuliers (17 chez des ecclésiastiques et 15 chez des aristocrates ou des bourgeois), tandis que les 43 autres résident à deux ou trois dans des paroisses. Tout autre est la situation en Normandie. À Rouen cependant trois vivent ensemble dans un prieuré du collège tandis qu’à Caen, jusqu’au procès de Pierre Plesse, cinq sont reçus par des amis et continuent d’exercer leur ministère18. En Bretagne, après les États de Bretagne, la plupart des Jésuites se sont soumis. À Rennes, 28, dont 23 originaires de la ville, reçus par des familles ou des religieux, exercent le ministère. À Brest un réside à l’Hôtel de l’Intendance et deux à la paroisse Saint-Louis. À Quimper et à Vannes, cinq, reçus par des amis, donnent des retraites et des missions. Ceux qui ont prêté le serment breton, poursuivent ouvertement leurs ministères.

  • 19 ARSJ Gall 116, f. 130-240.

12Du milieu de 1762 au début 1764, les Jésuites vivent selon leur institut. Étienne de La Croix, le provincial, retiré à Argenton-sur-Creuse, dirige la province. En Bretagne, Pierre Dupays, ancien recteur, suit ses compagnons de Rennes et de Vannes. À Paris, Claude Frey de Neuville et Henri Frélaut maintiennent eux aussi des liens. Tous sont en relation épistolaire avec le préposé général19.

Prêter serment ou s’exiler

Nouvelles menaces d’exil en Normandie et à Paris

  • 20 Discours d’un des Messieurs des Enquêtes… Extrait des registres du parlement du 22 mars 1764, Rouen (...)
  • 21 Arrêt de la Cour du Parlement… Extrait des registres de la cour du 27 mars 1765, Rouen, J. Le Boull (...)
  • 22 Renoncer à leur institut, tenir pour impies les doctrines contenues dans les Assertions, reconnaîtr (...)
  • 23 Arrêt de la Cour du Parlement. Extrait des registres du Parlement du 9 mars 1764, Paris, G. Simon, (...)

13En 1764, malgré l’édit de mars 1763, le Parlement de Normandie ordonne aux Jésuites de partir20. L’édit royal de novembre arrête cette procédure, abroge les serments et autorise les Jésuites à vivre dans le royaume en particuliers. Le 25 mars 1765, le Parlement enregistre cet édit mais le restreint21. Il interdit à ceux qui n’ont pas fait de serment de recevoir un bénéfice, d’enseigner ou de remplir une charge pastorale. Il leur demande de résider au lieu de leur naissance, d’éviter les villes du ressort et de ne pas demeurer ensemble. À Paris, constatant que peu de Jésuites ont fait le serment de 1762, le Parlement demande le 22 février 1764 à ceux qui ne sont pas infirmes de prêter le nouveau serment de 1764 ou de quitter la France22. Il ajoute que ceux qui auront fait ce serment pourront faire celui de 1762 pour « reprendre une vie normale ». Le 9 mars 1764, constatant que seuls 25 Jésuites ont prêté le nouveau serment, le Parlement déclare que les Jésuites actuellement dans le ressort ont un mois pour s’exécuter et éviter le bannissement23.

  • 24 “The persecution of French Jesuits by the parlement of Paris, 1761-1771.”, A modern persecution : B (...)
  • 25 Parmi ceux-ci, la moitié n’avaient pas 33 ans en 1762 et donc pas accès à une pension.
  • 26 Le 2 avril 1764 le roi avait précisé : 1. Les Jésuites de 33 ans continueront de recevoir une pensi (...)
  • 27 L’état des Jésuites à Paris après le 1er décembre 1764 (Ms. Joly de Fleuri 1629, f. 188).

14Selon D. G. Thompson cette prescription affecte 363 Jésuites24. 30 d’entre eux tentent de la contourner en déclarant leur loyauté au roi, tandis que 139 acceptent de prêter le serment25 et que 26 prêtent aussi le serment de 1762. Bientôt cependant, la situation devient difficile pour les 139 « jureurs ». Les 113 qui n’ont fait que le serment de 1764, s’ils jouissent d’une pension, doivent assumer d’avoir renié la Compagnie. Quant aux 26 qui ont prêté le serment de 1762, ils sont écartés par les évêques. Devant ces difficultés, certains se rétractent, courant le risque d’être emprisonnés ou de s’exiler. La situation des « non-jureurs » est pire encore26. Pour éviter l’emprisonnement, beaucoup partent, ainsi ceux de Versailles. Mais tous ne le font pas. Le 1er décembre 1764, le Parlement de Paris enregistre l’édit royal de novembre avec de sérieuses conditions. Les non-jureurs doivent vivre séparément, résider dans le diocèse de leur naissance, demeurer à moins de dix lieues de Paris et se présenter tous les six mois aux officiers du bailliage. En revanche ceux qui ont prêté le serment de 1764 peuvent vivre où ils le veulent et ceux qui ont prêté celui de 1762 sont libres d’exercer des fonctions publiques. En 1766, sur le ressort parisien, vivent les 271 jureurs, les infirmes et ceux qui ont tourné la loi. Mais, de la fin 1764 au début 1767, les autorités poursuivent les Jésuites qui vivent ensemble – 21 sont appréhendés et obligés à quitter Paris27.

  • 28 Alexis de Saint-Priest, Histoire de la chute des Jésuites au XVIIIe (1750-1782), Paris, 1844, p. 30 (...)
  • 29 François Collet, relevé de ses vœux en 1762, retiré aux Missions étrangères de Paris, ordonné évêqu (...)

15À Rome, Lorenzo Ricci accepte mal ces événements. En 1762, il est mécontent que des Jésuites aient prêté serment et que les provinciaux de Toulouse et de Lyon n’organisent pas de noviciat pour les missions. En 1764, il écrit : « Faites en sorte de vous lier ensemble plus que jamais par des nœuds solides ; souvenez vous que les puissances humaines n’ont pas le droit d’annuler vos vœux »28. Il tolère cependant qu’une douzaine de Jésuites demandent d’en être relevés, mais n’accepte pas que le provincial de Lyon prête serment, plutôt que de servir la Compagnie en Avignon. En revanche, Il loue ceux qui dirigent les « restes de leurs provinces » depuis Strasbourg, Bordeaux ou Liège, et il remercie ceux qui sont partis dans les missions ou se sont refugiés dans les parties non-françaises des provinces de Lyon et de Champagne. Mais sa crainte est que, dispersés et rémunérés, les Jésuites ne vivent plus selon l’Institut. Ainsi est-il mécontent d’apprendre en 1766 l’ordination épiscopale de François Collet29. Lorenzo Ricci continue cependant de diriger son Ordre et en 1770 encourage encore les Jésuites à partir en mission. Mais la situation en France est devenue plus difficile.

La réouverture de la « chasse aux Jésuites »

  • 30 Discours, arrêtés et arrêt du Parlement de Normandie, concernant les Jésuites, des 14 et 19 mai 176 (...)
  • 31 L’arrêt, concernant les Jésuites déclarés tels le 6 août 1761, ne tient pas compte de ceux qui ont (...)
  • 32 254 étaient là depuis 1762 et 195 venus d’ailleurs par la suite.
  • 33 Ms Joly de Fleuri 1629, f. 189. État des ci-devant Jésuites qui l’étaient encore lors de la dissolu (...)
  • 34 Ms Joly de Fleuri, 1631, f. 2-61 : État des Jésuites qui se trouvent dans chacun des cas prévus par (...)

16En 1765 le soutien du pape et des évêques apporté aux jésuites mécontente les parlementaires et, quand Charles III les expulse d’Espagne en avril 1767, leurs adversaires reprennent leur poursuite. Le 14 mai 1767 à Rouen, un conseiller prononce un sévère réquisitoire : « La France est infestée par les Jésuites, il faut la délivrer de ces monstres […]. Le roi doit obtenir du pape l’extinction totale de la Compagnie de Jésus30 ». Mais revenons à Paris. Dès le 29 avril 1767, Henri de Chauvelin, avait expliqué que l’expulsion des Jésuites espagnols devait conduire le Parlement à remettre en cause la législation en vigueur. L’édit de 1764 est suspendu et les Jésuites priés de se retirer du royaume31 à l’exception de ceux qui ont prêté les serments ou qui ont été déclarés infirmes. Il est précisé que tout jésuite, français ou étranger, sera poursuivi, ainsi que ceux qui l’abriteront. Pareillement, il est interdit, sous peine de graves sanctions, à quiconque d’employer un jésuite. Alors qu’en avril 1767, 449 Jésuites se trouvaient sur le ressort de Paris32, dans les mois qui suivent, 261 en ont disparu : 15 qui sont morts, 207 qui ont refusé de jurer ou se sont rétractés et les malades qui ont refusé de rester. Certains s’exilent pour la seconde fois33. Implacables, les autorités poursuivent les hors-la-loi et les emprisonnent. En 1768, quand la Compagnie est supprimée en Lorraine, le Parlement enquête de nouveau. Le rapport indique que sur 171 admis, 112 sont « jureurs », 14 ont un statut indécis et 45 sont malades34. En 1770, ils sont 150 mais le Parlement craint un retournement de l’opinion et leur regroupement.

  • 35 Dans la province de Champagne, la Franche-Comté, la Flandre et l’Alsace ne seront fermées qu’en 176 (...)
  • 36 François Ducrest, Séjour à Fribourg de trente-six Jésuites français exilés (1762-1768), Fragnières, (...)
  • 37 Paul Bonnenfant, La suppression de la Compagnie de Jésus dans les Pays-Bas autrichiens (1773), Brux (...)
  • 38 Le procureur de Cateau-Cambrésis signale le 21 avril 1764 la course des Jésuites vers Tournai, Mons (...)

17Entre 1767 et 1771, où les Jésuites s’exilent-ils ? Leur premier réflexe est de se rendre dans les régions d’accès facile35. D’autres, se rendant dans les États des Habsbourg, trouvent refuge dans la province de Germanie supérieure, à Fribourg36 en Suisse ou à Lubeck qui en est une mission ; dans les Pays-Bas autrichiens37 : dans la province de Gaule-Belgique38 (Mons, Tournai, Cateau-Cambrésis) et dans celle de Flandre-Belgique (Bruxelles, Malines, Liège). D’autres encore vont dans la province du Rhin supérieur, à Offenburg ou à Fulda. Certains, apprenant que Bieganski, le confesseur de Marie Leczinska, recrute des Français pour la Pologne, le suivent, ainsi Barruel qui s’arrête cependant à Prague, dans la province de Bohême. D’autres sont en Catalogne, en Italie (Rome ou Milan). Mais plus nombreux sont ceux qui entrent dans la province d’Angleterre à Liège entre 1764 et 1768.

L’Affaire de Bretagne

  • 39 Luc Daireaux, « Le Feu de la rébellion ». Les imprimés de l’Affaire de Bretagne (1764-1769), Paris, (...)
  • 40 B. Pocquet du Haut-Jussé, Le Pouvoir absolu et l’esprit provincial. Le duc d’Aiguillon et La Chalot (...)

18À Rennes les jésuites ne tardent pas à être pris dans les remous de l’« affaire » qui oppose La Chalotais à d'Aiguillon39. Il est reproché au second de tenir des assemblées et d’avoir tenté d’empoisonner La Chalotais40. Les esprits s’échauffent mais les Jésuites sont innocentés. L’affaire rebondit quand les partisans de La Chalotais impriment en mars 1770 un libelle : Procédure de Bretagne, ou procès extraordinairement instruit et jugé au sujet des assemblées illicites, discours injurieux, subordination de témoins, complot de poison et incident de calomnie.

  • 41 D. Gillian Thompson, op. cit. p. 65-68 : Calvairiennes de Cucé (6) ; Grandes Ursulines (4) ; Grande (...)
  • 42 « L’environnement parlementaire des Jésuites rennais », p. 102-118, « Familles parlementaires, fami (...)
  • 43 Liste des parlementaires de Bretagne. De la Saint Martin 1767à Pâques 1768, Rennes, G. Vatar, 1768. (...)

19Mais qui sont ces jésuites incriminés ? 33 ont été identifiés. Certains ont rempli des charges importantes. Les uns sont profès, d’autres ont été ordonnés après leur dispersion et d’autres encore ont été relevés de leurs vœux. Huit vivent dans leur famille, six chez des amis et d’autres dans un appartement. La plupart exercent le ministère dans les paroisses vivantes de Rennes et de la périphérie, d’autres vivent près de communautés religieuses ou d’institutions hospitalières41. Les témoins du procès confirment que les Jésuites se retrouvent où plusieurs vivent ensemble. Dans l’étude d’Olivier Chaline42, on retrouve leurs affiliés43. Ces familles jouent un rôle important. Alliées à l’évêque de Rennes, Henri Desnos, et à ses vicaires Saint-Aubin et Saint-Luc, elles sont à la Grande Visitation, à l’hôpital Saint-Yves et au Bon Pasteur, comme à l’Hôtel des Demoiselles et à celui des Pauvres Gentilshommes. Mais ce n’eut qu’un temps.

  • 44 AD I-et-V 1 Bk 12, État des Prêtres, Écoliers, et autres de la ci-devant Société se disant de Jésus (...)
  • 45 Arrêt du Parlement de Bretagne… Extrait des registres de Parlement du 2 mars 1770, Rennes, G. Vatar (...)

20En 1769 le Parlement rétabli s’inquiète des Jésuites44 : 129 en Bretagne dont 28 à Rennes, mais seuls 110 Bretons. Le 2 mars 1770, il ordonne aux non Bretons de partir et aux autres de prêter le serment de 1762 ou de se retirer45. Il demande aussi d’être informé sur les assemblées de Saint Malo. 9 Jésuites vivent en cette ville, mais 4 sont particulièrement visés. On leur reproche de vouloir rétablir leur Ordre et de tenir des assemblées à l’Hôtel-Dieu dirigé par les filles de Saint-Thomas-de-Villeneuve. En 1771, un tiers au moins des Jésuites vivant en Bretagne est expulsé. La suppression de la Compagnie par Clément XIV en 1773 explique que les parlementaires ne renouvelèrent pas les lois de 1767 et 1770 lorsqu’ils furent rappelés en 1774. Le roi fit même alors un geste généreux en augmentant les pensions des Jésuites de 50 à 200 livres.

21Bien que les plus acharnés aient disparu, des parlementaires parisiens tentent en 1777 de repartir en guerre. Le roi met alors un point final à ce qui, selon lui, n’a que trop duré et règle définitivement la situation des Jésuites dans le royaume. À cette date, 250 Jésuites vivent sur le territoire de l’ancienne province de France : 170 sur le ressort du parlement de Paris, 65 sur celui de Rennes et 15 sur celui de Rouen. Hors de la province, selon le rapport de M. de Merville du 20 février 1774, vingt Jésuites sont à Rome. Quant à la cinquantaine qui est en Louisiane, dans les Antilles et à la Guyane, ils sont expulsés par les Conseils souverains malgré la guerre de Sept ans. Une trentaine rentre en France avant 1765.

La survie de l’ex-Compagnie de Jésus (1777-1814)

22Au cours de cette période, la situation des Jésuites s’est transformée profondément. Aux anciens ont succédé ceux qui étaient étudiants au moment de la suppression. La Compagnie n’existe plus, les structure provinciales ont disparu et les maisons ont été fermées. À la différence des Espagnols qui ont été durablement expulsés, les Français sont revenus en France. Dans cette seconde partie, nous suivrons particulièrement, mais pas uniquement ceux qui vivent à Paris. Trois moments retiendront notre attention : la fin du règne de Louis XVI, le moment révolutionnaire et le temps de l’Empire.

Une accalmie avant la Révolution

23Dans les décrets de suppression, trois choses sont demandées aux Jésuites : renoncer à leur institut, disparaître de l’espace public et ne pas faire renaître la Compagnie.

Une présence visible

  • 46 Philippe Lécrivain choisit dans cette nouvelle phase, postérieure à la Suppression, de conserver au (...)

24En 1788, l’Assemblée du Clergé décide que l’Agence générale du clergé soutiendra financièrement les anciens Jésuites. Sur le tableau, dressé en janvier, il est possible de voir où ceux-ci sont les plus nombreux : Nancy (33), Avignon (22), Besançon (19), Arras et Paris (12), Bordeaux (9), Quimper (8), Lyon et Limoges (7), Embrun et Saintes (6). Si Paris et Lyon ne comptent pas plus de Jésuites secourus, c’est qu’en ces deux lieux beaucoup vivent de leurs revenus. Au total le tableau donne le nom de 312 religieux mais, par d’autres sources, on estime qu’à la veille de la Révolution, 500 Jésuites46 vivent en France et une centaine à Paris.

25À Paris il est difficile de localiser les Jésuites qui vivent seuls, ainsi Alexandre Lanfant au 8 rue Jacob. Il est plus aisé de situer ceux qui vivent à plusieurs malgré les interdits, ainsi Pierre de Clorivière au 5 rue de la Chaise dans un hôtel appartenant aux Champion de Cicé. En réalité, dans les années 1780, les principaux « lieux » des Jésuites correspondent à leurs anciennes implantations, c’est-à-dire dans le Marais, le Quartier Latin ou le Faubourg Saint-Germain, ils résident alors dans des séminaires-hôtels, dans des aumôneries d’hôpitaux, dans des couvents ou des monastères.

  • Quartier du Marais :
    Annonciades célestes, Bénédictines de l’Adoration perpétuelle du Saint Sacrement, Bénédictines du Calvaire, Carmel de la Sainte-Mère-de-Dieu, Clarisses de l’Ave-Maria, Filles de la Charité, Hôpital des Enfants trouvés, Nouvelles Catholiques, Prieuré royal des Madelonnettes, Ursulines de Sainte-Avoie, Visitation Sainte-Marie

  • Quartier Latin :
    Carmel de l’Annonciation, Filles de Sainte-Aure, Hôpital de la Pitié, Hôpital de la Salpêtrière, Séminaire des Eudistes, Séminaire des Irlandais, Séminaire des Nouveaux Convertis, Séminaire du Saint-Esprit, Séminaire Saint-Nicolas-du-Chardonnet, Ursulines, Visitation Sainte-Marie

  • Faubourg Saint-Germain :
    Bénédictines de l’Adoration perpétuelle du Saint-Sacrement (rue Bellechasse), Bénédictines de l’Adoration perpétuelle du Saint-Sacrement (rue Cassette), Bénédictines de Notre-Dame de Consolation, Bénédictines de Notre-Dame de Liesse, Bénédictines du Calvaire, Carmel royal de Sainte-Thérèse, Cisterciennes de l’Abbaye-aux-Bois, Filles de la Charité, Hôpital des Incurables Religieuses de Saint-Thomas de Villeneuve (Maison mère, rue de Sèvres) ; Maison Royale de l’Enfant-Jésus, rue de Vaugirard ; Congrégation du Bon Pasteur, rue du Cherche-Midi ; Filles de Sainte-Valère, rue de Grenelle) ; Séminaire des Missions étrangères Visitation

26Hors de Paris, plusieurs Jésuites vivent à Issy-les-Moulineaux, à l’infirmerie de la Compagnie des prêtres de Saint-Sulpice ; d’autres auprès des Ermites du Mont-Valérien ; d’autres encore chez les filles de Sainte-Croix à Rueil, les bénédictines de Jarcy, les carmélites de Saint-Denis, les visitandines de Chaillot et les ursulines de Saint-Cloud et de Corbeil.

27Parmi la centaine de Jésuites vivant alors à Paris, les plus visibles sont les prédicateurs. Lors du Jubilé de 1776, à Paris sur 20 prédicateurs, 16 sont de la Compagnie. Beauregard fait à Notre-Dame un sermon sur la philosophie où il compare la morale de Jésus-Christ avec celle de Diderot et d’Helvétius, l’Encyclopédie et l’Évangile et annonce la révolution et le culte de la raison. Dans les années qui suivent, les listes des prédicateurs indiquent le nom de Jésuites avec le titre de « prédicateur ordinaire du roi ». Marolles, Lanfant, Friteyre-Durvé, Le Gué et Seconds prêchent chaque année en ville ou à la Cour. Comme son prédécesseur, Mgr de Juigné (1782-1789), bien disposé à l’égard de la Compagnie, tient peu compte de l’édit royal de 1777. Des Jésuites sont faits chanoines (d’Espinasse, Bourdier-Delpuits), d’autres curés ou vicaires à Paris ou dans la campagne, d’autres sont nommés aumôniers dans les hôpitaux ou dans les maisons religieuses. Nombreux enfin sont ceux qui missionnent dans le diocèse.

  • 47 En avril 1784 il est inhumé « avec tous les honneurs » par arrêt de la cour du Parlement de Toulous (...)

28Mais les Jésuites sont présents d’une autre manière dans les années 1780. Plusieurs, sous l’influence de Caussade, Surin et François de Sales, font une « conversion spirituelle » comme Milley en Provence, Roy en Chine, Grou à Paris ou Baudran à Lyon. D’autres publient des livres à succès : Giraudeau (Histoires et paraboles) et Couturier (La Famille Sainte), tandis que Saint-Pard revoit les œuvres de Saint-Jure. Verron, Doré, Clorivière, Champion de Pontalier, la liste de ceux qui écrivent sur la prière est impressionnante. La suppression n’a pas interrompu le mouvement et il semble qu’alors la spiritualité ignatienne se soit dégagée du moralisme affectif qui dominait. Mais à côté de ceux qui écrivent, il y a aussi ceux qui agissent, ainsi Jean Serane à Toulouse47.

Une présence diversement enracinée

  • 48 L’archevêque exigea une rétractation que Voltaire refusa mais un arrangement fut trouvé. Voltaire m (...)
  • 49 Cf. Journal de Hardy, 4 avril 1779 : Beauregard « chéri du prélat au point d'avoir été jugé digne d (...)

29Alors que des Jésuites se lancent dans l’apostolat pastoral ou spirituel, d’autres se font apologistes ou controversistes (Grou, Postel, Guénard, Monestier ou Para du Phanjas) n’hésitant pas à croiser les philosophes. Mais d’autres sont plus précis, ainsi Grou, Barruel, avec ses Helviennes ou lettres provinciales philosophiques (1781-1788), Durozoy avec sa Philosophie sociale ou Essai sur les devoirs de l’homme et du citoyen (1787) ou Gagnières des Granges avec son Mémoire sur le système politique de Necker et de Brienne (1788). Dix ans plus tôt, lors des derniers moments de Voltaire à Paris en 1778, certains Jésuites s’étaient affairés. Gaultier, chapelain aux Incurables, avait reçu sa confession48. Entretemps, Beauregard, prêchant à Versailles, s’en était pris à lui : « C'était Dieu, c'était le roi, c'étaient les bonnes mœurs qui étaient l'objet des attaques de ces productions subversives de tout gouvernement et de toute croyance, productions imprudemment souffertes et qui, au lieu des répressions les plus méritées, valaient des couronnes à leurs auteurs ». Plainte est aussitôt portée à l'archevêque qui donne raison à Beauregard, mais les courtisans s'étaient adressés à Louis XVI : « Il a fait son devoir, leur est-il répondu, faites le vôtre ». Et comme le prince de Beauvau insiste avec une certaine chaleur : « Il a dit ce qu'il devait dire, ajoute le roi ; et vous, vous devez vous taire et profiter49 ».

  • 50 Guillaume Colot, « Les combats catholiques dans la presse révolutionnaire (1789-1799) », Annales hi (...)
  • 51 De 1779 à 1782, Grosier a repris l’ancien Journal de Trévoux où il attaque les philosophes et défen (...)

30Estimant que tout cela n’est qu’ « escarmouche », plusieurs Jésuites se lancent dans des combats plus rudes mais empruntent des chemins divergeant. Rejoignant d’anciens confrères ayant quitté la Compagnie avant sa suppression, ils se font les disciples des Lumières ou de leurs adversaires. Certains suivent l’abbé Reynal qui collabore à l’Encyclopédie et publie avec succès L’Histoire des deux Indes, Robinet qui s’est fait connaître par son livre De la nature et Deleyre qui écrit dans l’Encyclopédie l'article « Fanatisme » qui eut un grand retentissement. Cerutti fait partie de ce groupe. En 1783, dans L'aigle et le hibou, il rend hommage aux encyclopédistes. À l’opposé, plus nombreux sont ceux qui se mettent à l’école d’Élie Fréron, devenu un journaliste célèbre : Delaporte, Geffroy, Donzé, Barruel, Fontenay et Grosier. Mis à part Delaporte et Donzé, qui adoptèrent les idées nouvelles, les autres s’y opposèrent. Avant l’explosion de la presse d’opinion sous la Révolution50, les Jésuites ont largement emprunté ce moyen d’expression. À l’étranger, avec l’accord des évêques, Coster publie L’Esprit des journaux (Liège, 1772-1775), Dambrin, LaGazette de Cologne (1764-1780) et Feller,LeJournal historique et littéraire (Bruxelles, 1773-1794). En France, outre Grosier et Geoffroy qui ont repris l’Année littéraire de Fréron (1776-1790)51, Fontenay publie LesAffiches de provinces (1776-1790). Mais le plus important est Barruel avec LesAnnales littéraires et morales (1774-1784) et Le Journal ecclésiastique (1788-1792). 

31Dans un autre contexte, mais tout aussi engagés, prennent place les quatre Jésuites qui siègent alors à l’Académie française. Trois sont anciens sous la coupole : d’Olivet (1723), La Ville (1746) et Gresset (1748) dont l’attitude à l’égard des philosophes est mêlée. Gresset comme Radonvilliers qui le rejoint en 1763 heureux de retrouver ses nombreux condisciples de Louis-Le-Grand, demeurent attachés à la Compagnie. En revanche, Millot (1777) participe à la réception solennelle de Voltaire avant d’être reçu par d’Alembert en janvier 1778.

Une présence professionnalisée

  • 52 Cet ouvrage est publié en 24 volumes, Paris, 1778-1790. 
  • 53 Grosier est resté fidèle aux maîtres de sa jeunesse. En 1790, il écrit que « la cessation des servi (...)
  • 54 Cet ouvrage est publié en 1777-1785 avec Leroux des Hauterayes d’après l’Histoire générale de la Ch (...)

32Lors de la suppression de la Compagnie, un certain nombre de Jésuites changent d’orientation. Certains sont avocats ou juristes, demeurant ecclésiastiques (Jacquet), ou non : Blauzat, Leguell, Thiébault ou La Madeleine. D’autres se font médecins, ainsi Coulange, un ami de Fréron, ou le célèbre Guillotin qui quitte la Compagnie lors de sa suppression. D’autres encore deviennent diplomates. Georgel suit le prince de Rohan à Vienne et y reste comme chargé d’affaires. Le cas de Roubaud, missionnaire au Canada, est différent puisqu’il se comporte en agent double, avant de finir ses jours au séminaire de Saint-Sulpice à Paris. Plus nombreux sont les Jésuites qui poursuivent leur spécialisation première. Bérault-Bercastel, chanoine de Noyon, écrit son Histoire générale de l'Église, depuis la prédication des apôtres jusqu'au pontificat de Grégoire XVI52 ; d’Aussy rompt avec la Compagnie et devient conservateur à la Bibliothèque royale ; Grosier, chanoine de Saint-Louis du Louvre en 178053, déjà connu comme journaliste, est connu l'éditeur de l'Histoire générale de la Chine ou Annales de cet Empire54, louée par d’Alembert.

  • 55 Guy Boistel, « L'observatoire des Jésuites de Marseille sous la direction du père Esprit Pezenas (1 (...)

33À côté des historiens, la Compagnie comptait au moment de sa suppression plusieurs scientifiques rattachés aux observatoires de Lyon, Marseille et Avignon. Pézenas55 et Beraud meurent rapidement tandis que Paulian et Blanchard se retirent à Nice et à Toulon. En revanche, Vautrin et Rossignol partent en Lituanie. En 1766 le second, Lagrange et Corréard rejoignent à Milan le célèbre physicien, Bošković, qui, invité à Paris en 1773 par le roi comme directeur des travaux d'optique pour la marine, avait dû repartir en 1786 à la suite de ses conflits avec Condorcet et d’Alembert.

Survies et regroupements

  • 56 J. Daguerre, de l’Aa de Bordeaux, en rétablit une à Lyon, puis d’autres à Chambéry, Annecy et Turin (...)

34Avant la Révolution, dans les régions où résident plusieurs Jésuites, les congrégations mariales, supprimées en 1760, n’ont pas disparu, pareillement les Aa (Assemblées d’Amis)56. Celles-ci sont à Turin en 1781 où Bruno Lanteri et ses compagnons les rejoignent. Au même moment sont fondées dans cette ville les « Amitiés chrétiennes » par un jésuite suisse, Nicolas Von Diessbach. Par certains de leurs buts – la sanctification personnelle de ses membres et l’apostolat – celles-ci s’apparentent aux autres sociétés secrètes catholiques, tout en s’en distinguant par une orientation spécifique qui, pour combattre les progrès de l’incrédulité, entend s’appuyer sur la presse et la diffusion de « bons livres ». De Turin, les Amitiés chrétiennes essaiment à Vienne, Florence, Milan, Varsovie, Rome et Paris. Un des principaux artisans de cette diffusion fut Luigi Virginio, un autre jésuite. C’est à lui que revient la fondation de Milan, puis celle de Paris, où l’on trouve sa trace à partir d’août 1786. Son point d’insertion à Paris est le séminaire Saint-Nicolas-du-Chardonnet, où il occupe la chaire de théologie morale. Virginio est proche de Clorivière.

  • 57 Nous renvoyons sur ce point aux enquêtes en cours de Sabina Pavone sur la situation des jésuites en (...)

35Par ces réseaux plus ou moins clandestins qui se développent notamment à Paris et à Lyon, comme par les journaux qui leur sont favorables ou hostiles, ils découvrent que la Compagnie survit en plusieurs pays. Ils apprennent qu’avec l’appui du Prince Palatin, les Jésuites anglais dirigent toujours l’Académie de Liège et que ceux de Mannheim tiennent encore leurs chaires. Mais Les Gazettes de Cologne et du Luxembourg parlent également beaucoup des Jésuites en Prusse, en Russie et dans les missions57.

36Ainsi, dans les années qui précèdent la Révolution, la Compagnie de Jésus n’a pas totalement disparu du paysage. Si certains de ses membres ont totalement rompu avec elle, d’autres continuent de se dirent « Jésuites », « ex-Jésuites » ou « anciens Jésuites », voulant manifester leur attachement à leur institut dont ils savent qu’il existe toujours en Russie et dans les missions lointaines.

Contrastes révolutionnaires

37Parmi les Jésuites que nous avons suivis jusqu’ici, une quinzaine de « parisiens » disparaissent dont quelques uns avaient été célèbres (Berthier, Desmaretz, Launay, Le Chapellain, Ligny, etc.). Les autres poursuivent leurs travaux et résident dans les mêmes lieux. À Paris cependant certains regroupements se font : dans les galetas de Saint-Thomas-de-Villeneuve rue de Sèvres, chez les Eudistes rue Lhomond ou chez les Sulpiciens à Issy-les-Moulineaux.

La participation des Jésuites à la Constituante

38Quand, le 5 mai 1789, Louis XVI ouvre les États généraux à Versailles, huit Jésuites y participent. Au moment de leur élection, ils assuraient des charges paroissiales dans leur diocèse d’origine : Allain à Josselin (Morbihan), Brousse à Wolkrange (Moselle), Coster à Verdun, Delfaud à Daglan (Dordogne), Laurent à de Huillaux (Bourbonnais), Rollin à Verton (Picardie), Rozaven à Plogonnec (Finistère), Saint-Estevan, un ancien d’Inde, à Ciboure (Labour). Rapidement, leurs positions divergent : Allain, Brousse, Delfaud, Laurent et Rozaven décidèrent de voter avec le Tiers-État. On sait qu’ils acceptèrent la remise des biens d’Église à la nation mais on ignore leur réaction lors des débats sur les vœux monastiques.

39Barruel proteste en février 1790 dans Le Journal ecclésiastique : « Si les Français se glorifient d'avoir établi une distinction très importante entre les pouvoirs législatif, exécutif et judiciaire, il est une autre distinction non moins importante à faire, que l'on semble oublier tous les jours de plus en plus. C'est de l'autorité purement politique, et de l'autorité purement ecclésiastique ». Le 19 février 1790, la Constituante supprima les Ordres religieux : « La loi constitutionnelle du royaume ne reconnaît plus de vœux monastiques solennels de personne de l'un ni de l'autre sexe ; en conséquence, les Ordres et congrégations régulières dans lesquels on fait de pareils vœux sont et demeurent supprimés en France, sans qu'il puisse en être établi de semblables à l'avenir ».

40Cette suppression marqua plusieurs Jésuites comme on le verra, mais la Constitution Civile du Clergé du 12 juillet 1790 les atteint plus profondément encore.

Répartis dans les deux Églises

  • 58 Nicolas Rollin, curé de Verton, Bibliothèque de la ville d'Amiens n° 3597 f° 68.

41Le 30 octobre 1790, les évêques publient L’Exposition des principes de l’Église catholique contre la Constitution Civile du Clergé. Mais, le 26 décembre 1790, il est décrété que tout ecclésiastique, « fonctionnaire publique », devra avant le 4 janvier suivant jurer de respecter la Constitution Civile du Clergé. Parmi les huit Jésuites constituants, Brousse, Laurent et Rozaven le font, les autres se récusent. Rollin écrit à son évêque : « Inviolablement attaché aux principes constitutifs du gouvernement de l'Église, j'ai juré de les révérer les uns comme institutions divines, les autres comme institutions apostoliques, tous comme pratiques constantes et comme enseignement uniforme légitimés par les conciles. Le seul titre de constitution pour le clergé me paraît absurde. Le clergé est constitué par celui même qui a constitué la religion, et aucune puissance sur la terre n'a le droit de retoucher cette constitution58 ». Allain et Coster signent le texte des évêques tandis que Delfaud dénonce dans une lettre ouverte les mouvements anticatholiques.

42En janvier-février 1791, les prêtres qui exercent des charges pastorales en province sont tenus de prêter serment. Une majorité de Jésuites qui sont dans cette situation le refusent, ainsi Fiard, Bonnaud et Couturier, mais d’autres le prêtent comme les frères Dufraisse. Après les brefs Quod aliquantum et Caritas de mars et avril 1791 où Pie VI demande de ne pas jurer ou de se rétracter dans l'espace de quarante jours. C’est ce que fait Rozaven. Quoi qu’il en soit, une situation de schisme divise le clergé en prêtres constitutionnels, désignés comme « intrus » ou insermentés, désignés comme « réfractaires » ou assermentés. La rupture entre la Révolution et l'Église catholique semble inévitable.

  • 59 AFSJ C-PA 101 ; Paul Pisani, Répertoire biographique de l’épiscopat constitutionnel (1791-1802), Pa (...)
  • 60 Jean Couturier envoya une lettre ouverte à Volfius, « son condisciple, son confrère et son ami ». A (...)

43Bien que Pie VI ait déclaré nulle et sacrilège toute élection sacerdotale ou épiscopale dans l’Église constitutionnelle, un Jésuite, Jean-Mathias Brousse pose sa candidature pour le diocèse de Metz mais il est battu au troisième tour ; trois autres en revanche sont sacrés à l’Oratoire de Paris en mars 1791 : Jean-Joseph Brival, évêque de Tulle, François-Xavier Laurent, évêque de Moulins et Jean-Baptiste Volfius, évêque de Dijon59. Brival et Volfius ont accepté l’épiscopat à l’instigation, le premier, d’un neveu futur conventionnel, le second d’un frère constituant qui l’avait nommé aumônier de la milice citoyenne de Dijon. Ces pressions familiales furent plus fortes que celles de leurs compagnons60.

  • 61 Notons que bien des chapelles que desservent des Jésuites demeurent ouvertes jusqu’en août 1792 : B (...)
  • 62 Journal de Paris, n° 31, alors rédigé par Condorcet, Garet et Regnault de St-Jean d’Angély. Déjà, l (...)

44Par souci d'apaisement, sur proposition de Talleyrand et Sieyès, un décret de mai 1791, donne le droit aux prêtres insermentés de célébrer la messe dans les églises constitutionnelles61 et, lors d’une des dernières séances de la Constituante, un député demanda « justice pour les Jésuites, ces infortunés qui avaient été sacrifiés, non pas à la raison et à la patrie, mais à l’esprit de partie, à la vengeance, mais à des haines implacables62 ». Le 1er octobre, la Législative succède à la Constituante mais ne poursuit pas ces mesures de conciliation. Le 29 novembre, un nouveau serment est imposé à tous les ecclésiastiques, fonctionnaires publics ou non. Le 19 mars 1792 le pape, en condamnant toute communication entre les « intrus » et les « réfractaires », reconnaît implicitement le schisme. En réponse, le 27 mai, la déportation est décrétée contre tout réfractaire dénoncé par vingt citoyens. Le 26 août, la condamnation est plus sévère. Elle vise indifféremment tout religieux ou ecclésiastique dénoncé par six citoyens.

Une survie difficile sous la Terreur

  • 63 Pie VI, par un décret du 24 avril 1786, avait accordé une indulgence plénière pour la fête de saint (...)

45Bien que le décret du 26 août 1792 n’ait pas été appliqué avec rigueur pour ceux qui avaient 60 ans et plus, plusieurs Jésuites réfractaires décident de s’exiler en Angleterre : Claude Corbé, François Allain, Augustin Barruel, Jean-Nicolas Beauregard, Jean-Nicolas Grou. D’autres sont arrêtés, ainsi Jean Couturier. D’autres encore entre en clandestinité comme Pierre de Clorivière et Nicolas Verron qui éditent Les Neuvaines en l'honneur des saints de la Compagnie de Jésus : « C’est à vous, lit-on dans l’épitre dédicatoire, mes RP et très chers Frères, qui restez encore dans la dispersion de la Compagnie de Jésus, que nous nous faisons un devoir de présenter et de dédier ces Neuvaines, qui vous rappelleront vos modèles et vos protecteurs »63.

  • 64 « Le 19 août, le Séminaire du Saint-Esprit est envahi, entre 6 et 7 heures du soir, par plusieurs m (...)
  • 65 Il s’agit de François Balmain, Charles Béraud du Pérou, Jacques Bonnaud, Claude Cayx, dit Dumas, Je (...)
  • 66 René Andrieux, Jean-François Benoît dit Vourlat, Pierre Guérin du Rocher, Robert Guérin du Rocher, (...)
  • 67 Julien Derviller à Paris en 1793, Charles Ferry et Gabriel Dupleix à Lyon, Charles Brunet à Poitier (...)
  • 68 En mars 1794, huit cent vingt-neuf ecclésiastiques, presque tous prêtres, furent déportés sur les p (...)

46Au moment où ces textes circulent sous le manteau, commencent en France les rafles et les massacres. En Avignon, la Terreur est instaurée dès octobre 1791. 600 personnes sont arrêtées dont Antoine de Nolhac ; puis dépecées, elles sont jetées deux par deux dans la Glacière. À Clairac en Agenais, Pierre Lartigue est massacré par la foule en délire en juillet 1792. Après la chute de la Monarchie le 10 août 1792, la fièvre monte à Paris. De nombreux suspects sont arrêtés64. 350 ecclésiastiques sont incarcérés dont plus de la moitié étrangers à la capitale. Entre les 2 et 5 septembre, des bandes armées d’hommes et de femmes envahissent les prisons parisiennes pour se livrer à l’exécution collective des détenus au couvent des Carmes, à l’abbaye de Saint-Germain, au séminaire Saint-Firmin, aux prisons de la Force, rue Saint-Antoine. 15 Jésuites sont massacrés aux Carmes65, 8 à Saint-Firmin66, 1 à La Force (François Le Livec du Trésurin), 1 à l’Abbaye (Charles Lanfant). Au lendemain de l'exécution du roi le 21 janvier 1793, la Terreur se fait plus violente. Dans les deux années qui suivent, six Jésuites sont guillotinés à Paris ou en province67 et quatre sur les pontons : Gilbert Macusson, Jean Cordier, Pierre Baudouin et Philippe Moreau qui mourut durant le transport68.

  • 69 Dans Dialogue entre Dimanche et Decadi, il demande l’abolition du calendrier décadaire.
  • 70 Arrêté à Brest, il est transféré à Paris où il est amnistié. Il mourut au séminaire de Nancy le 26 (...)

47Pendant ce temps, la situation des jureurs se détériore. Les persécutions s'étendent à eux maintenant, pour peu qu’ils soient suspects de modération. Pour y échapper, certains apostasient, d'autres se marient, d'autres « se jettent dans la révolution ». ll en alla ainsi pour quelques Jésuites. Joseph Cauche devient un révolutionnaire farouche et violent, tout en critiquant la politique religieuse de la Convention69. Plus originale est la position de Joseph Donzé de Verteuil qui est élu le 25 mars 1793 substitut au Tribunal révolutionnaire auprès de Fouquier-Tinville70. Quant aux trois évêques constitutionnels jésuites, ils n’échappent pas à la Terreur. À Moulins, Laurent, sous la pression de la Société populaire, est sommé de porter dans les offices un pique et un bonnet rouge. Il le fait le 20 octobre 1793 et démissionne. À Tulle, Brival s’enfuit en novembre pour ne rien renier. Quant à Volfius, incarcéré à Dijon en décembre, il apostasie sous la pression de ses proches.

Nouveaux serments et nouvelles persécutions

  • 71 Le culte est ainsi célébré au séminaire du Saint-Esprit, rue des Postes et dans les chapelles des V (...)
  • 72 On répandit en France et en Belgique un prétendu bref du pape, en date du 5 juillet 1796, commençan (...)
  • 73 F. Uzureau. Les Serments pendant la Révolution, in-12, Paris, 1904.

48La chute de Robespierre en juillet 1794 marque un suspens. Le 18 septembre 1794, la Convention décrète que les cultes sont libres, qu’elle n’en rémunérera aucun et que désormais l'Église et l'État sont séparés. Le 30 mars 1795, certaines chapelles sont rouvertes au culte71 et le 30 mai il est décidé que des associations peuvent restaurer des lieux de culte, à condition que les desservants prêtent serment de soumission aux lois de la république. Ceci est précisé le 30 septembre. Ce serment fut peu imposé en dehors de Paris, le plus souvent on ne demanda de ne prêter que le serment de liberté-égalité (1792). Curieusement, alors que beaucoup de réfractaires accédèrent à cette demande, elle suscita l’opposition des plus intransigeants72. Clorivière reprocha à d’Espinasse, son ami, vicaire général de Paris et conseillé par Émery, le supérieur de Saint-Sulpice, d’avoir prêté serment73.

49Le coup d’État du 18 fructidor an V (4 septembre 1797) provoque un revirement de situation. Le Directoire, craignant une poussée royaliste, durcit sa politique religieuse. Un serment de haine à la royauté est exigé des prêtres. Une nouvelle Terreur s'installe. Les plus chanceux parviennent à émigrer : Gervais Gesnin, Thomas Le Pointe, Jean-Baptiste Moyens et Jean Pelletier se rendent en Angleterre. D’autres sont incarcérés : Jean Couturier à Dijon, Jacques-Antoine Bertrand au Puy, Joseph Le Guillou et Jean-René Chauveau-Kernaëret à Brest. Quant à Pierre Fédon, vicaire général à Die, il est condamné en 1798 à la déportation en Guyane mais il meurt à la prison de Clermont Ferrand en 1799.

50Durant la fin de la Convention et le temps du Directoire, l’Église constitutionnelle est elle aussi fort malmenée. Désorganisée par l’abandon de certains de ses ministres et par la suppression du budget des cultes, elle tente de se relever sous la conduite de l’Abbé Grégoire et des « Évêques réunis à Paris ». Le 15 mars 1795 ceux-ci proposent, dans une Première Lettre encyclique, un règlement provisoire pour le fonctionnement de l'Église. Ils fondent aussi une Société de philosophie chrétienne pour restaurer les études religieuses, et une revue, Les Annales de la Religion, pour propager les principes gallicans et richéristes en vigueur dans le clergé constitutionnel. Enfin ils tiennent à Paris en mai 1797 un concile.

  • 74 En 1793, il écrit ses Eclaircissements sur la question s’il existe une distinction réelle entre le (...)
  • 75 Annales de la religion, n°14 et 21, thermidor an III (1795).
  • 76 Bernard Plongeron, « Spiritualité et pauvreté monastique au XVIIIe siècle », Revue de l’histoire de (...)

51Lors de cette assemblée, Laurent, l’ancien évêque de Moulins, est mis au nombre des évêques mariés dans le compte-rendu de l’abbé Grégoire en 1797. En revanche Volfius, l’évêque de Dijon, après s’être rétracté en 1795, prend part au concile dont il critique les tendances jansénistes. Quant à Brival, l’évêque de Tulle, il adhère pleinement à la Première Lettre Encyclique et assiste au concile. Un autre jésuite, Michel-Joseph Dufraisse, prend une part notable à cette assemblée, comme délégué du Puy-de-Dôme. Apprécié par « les Évêques réunis », Dufraisse est élu évêque métropolitain de Bourges et sacré à Paris le 28 octobre 1798. En réalité, son orientation « constitutionnelle » n’est pas nouvelle. En avril 1791, il est l’un des vicaires épiscopaux de Jean Périer, l’évêque du Puy-de-Dôme. Il tente alors un rapprochement avec les réfractaires74. En 1795, il prend contact avec l’abbé Grégoire. Il veut lui communiquer son Apologie des prêtres français que l’amour de la religion et de la patrie a déterminés à accepter, en 1791, la Constitution Civile du Clergé, et, en 1792, à prêter les serments de la liberté et de l’égalité, prescrits par l’Assemblée législative et la Convention Nationale75. Au moment de la Terreur, il est arrêté comme fanatique incorrigible et incarcéré en même temps que son frère jumeau, Claude, ancien jésuite lui aussi. Libéré, il reprend sa charge de vicaire épiscopal, vivant dans un total dénuement voulant, dit-il, être fidèle à l’Église de l’époque apostolique76.

Rétablissements partiels et réadmissions individuelles

52Après avoir considéré les Jésuites dans les tourbillons de la Révolution, nous devons revenir sur nos pas et considérer comment, au cours de cette décennie, puis durant le Consulat et l’Empire, certains d’entre eux ont gardé l’espoir de voir la Compagnie, qui subsistait en Russie, être rétablie universellement.

  • 77 François II n’y étant plus opposé, le nonce de Vienne, Albani, pense en 1797 tout régler par un pla (...)

53Dans les Pays-Bas autrichiens, en 1790, le trésorier de Brabant demande aux États le retour des Jésuites. La même demande est faite en plusieurs diètes polonaises, mais le nonce à Varsovie, Ferdinando Maria Saluzzo, étouffe l’affaire à la demande de l’ambassadeur d’Espagne. En décembre 1793, l’archevêque de Vienne, le cardinal Migazzi, fait la même prière à François II mais l’affaire tourne court77 ; pareillement de 1794 à 1797, Clément-Wenceslas de Saxe, l’électeur de Trèves, multiplie les demandes avec l’aide du nonce Annibal delle Genga.

  • 78 Jacques Crétineau-Joly, Histoire religieuse, politique et littéraire de la Compagnie de Jésus, comp (...)

54Finalement, c’est à Parme que le vent tourne. Déjà en 1787, Ferdinand, liant la suppression de la Compagnie et les prodromes de la Révolution, avait tenté de rappeler les Jésuites. En 1792, il revient à la charge. Ne pouvant compter sur les Jésuites âgés de Parme, il écrit à Gabriel Lenkiewicz le 23 juillet 1793 : « Ce n’est pas depuis peu de temps que Dieu a mis dans mon cœur la pensée de rétablir la Compagnie de Jésus, dont la perte a été la source d’un grand nombre de maux pour l’Église et les monarchies78 ». Trois Jésuites lui sont envoyés de Polotsk.

  • 79 Le pape agrée aussi l’ouverture d’un noviciat à Colorno mais désire qu’avant de faire leurs vœux, l (...)
  • 80 Paul Dudon, « La résurrection de la Compagnie de Jésus », Revue des questions historiques, 1939, p. (...)

55Sans approuver ni blâmer l’initiative du duc, Pie VI l’invite à la prudence79. Mais, le 17 septembre 1797, le pape change de ton : « Les maux incalculables qui ont dérivé de l’abolition des Jésuites sont trop connus et trop expérimentés pour qu’il y ait besoin d’y insister. Que si l’Espagne ne veut pas des Jésuites, qu’elle fasse au moins savoir qu’elle ne répugne pas à ce que le pape les rende à qui le désire80 ».

Nouvelles fondations

56Quand la Constituante supprime les vœux religieux en février 1790, Clorivière décide de rejoindre les Jésuites du Maryland, rêvant d’obtenir de Pie VI une extension du privilège accordé à ceux de Russie. Mais le 19 juillet, priant à Saint-Servan, il « entend » : « Pourquoi pas en France ? Pourquoi pas dans tout l’univers ? » Comprenant qu’il s’agit de rétablir la Compagnie « selon une forme appropriée aux circonstances », il rédige un premier plan puis, peu après, un second pour les femmes où Adélaïde de Cicé retrouve son propre dessein. Bien reçu par Villeneuve et les Jésuites rennais, le projet pour les hommes est rejeté par Verron et ceux de Paris, comme par Carroll et ceux de Baltimore, qui n’y reconnaissent pas la Compagnie et y voient une menace pour les Jésuites de Russie et de Parme. Reconnaissant son erreur, Clorivière dissocie la Compagnie de Jésus de la Société des Pères du Cœur de Jésus fondée officiellement à Montmartre le 2 février 1791.

57Pendant les mêmes années, deux autres instituts voient le jour : la Société du Sacré Cœur de Jésus et la Société de la foi de Jésus. La première est fondée par Tournely et Broglie, deux séminaristes de Saint-Sulpice, rejoints par Varin à Louvain. Le 8 mai 1794, ils demandent au Vicaire général de Russie de pouvoir le rejoindre mais celui-ci leur conseille d'attendre. Le 15 octobre, avec quelques autres, ils s’engagent à vivre selon Ignace et font le vœu de s’en remettre au pape. Après avoir résidé près d’Augsbourg, le groupe se fixe près de Vienne. À la mort de Tournely, en 1797, Varin, devenu supérieur, rédige un plan de l’institut. Contresigné par le cardinal Migazzi, ce texte est envoyé à Pie VI.

  • 81 Halmat, un des premiers compagnons de Paccanari, dans Notes sur l’établissement de l’Institut de la (...)

58À Rome, le 15 août 1797, Nicolas Paccanari et dix compagnons fondent la Société de la foi de Jésus et prononcent leurs premiers vœux81. Le 12 avril de l’année suivante, ils se présentent à Sienne devant Pie VI qui les bénit et les invite à s’unir à la Société du Sacré Cœur de Jésus. L’union est conclue à Hagenbrünn le 18 avril 1799. Ils prennent le nom de Société des Pères de la foi, Nicolas Paccanari devient leur supérieur général et ils se répandent rapidement.

  • 82 La Correspondance de Clorivière a été éditée par Marie-Louise Barthélemy (1993, 1997, 2002), Franço (...)

59Mais, au début des années 1800, quelles relations existent entre les Jésuites, la Société du Cœur de Jésus et la Société des Pères la foi ? Une lecture rapide des correspondances montre qu’ils ne suivent pas les mêmes chemins82.

Des conceptions et des instituts différents

  • 83 AFSJ C-PA 500, 4 : La Société du Cœur de Jésus et ses premiers membres martyrs de la Révolution. No (...)
  • 84 Dans sa lettre à Pochard (août 1797), Clorivière conseille la lecture de Rodriguez, Lallemant, Suri (...)
  • 85 Clorivière n’a pas lu Joachin de Flore et n’adopte pas sa division tripartite de l’histoire. Pourta (...)

60Clorivière est en relation avec les Jésuites de Saint-Malo, Rennes, Paris, Londres, Rome et d’ailleurs. Il désire rejoindre Carroll dans le Maryland. Sous la Terreur, ses liens se resserrent autour des membres du Cœur de Jésus83. Il continue toutefois de rencontrer les Jésuites qui partagent ses intransigeances : Verron et d’Hervillé, et de correspondre avec ceux qui sont en Angleterre : Fleury, Fontaine, Barruel et Stone. Clorivière distingue désormais la Compagnie et sa Société. En 1798, dans le Mémoire aux évêques, il montre que le propre de cette dernière est de s’adapter et de s’enraciner « dans le temps présent », en adoptant autant que faire se peut l’institut et la spiritualité de la Compagnie84. Il ajoute : « C'est pour ces temps malheureux que nous disons que l'existence de notre Société serait comme nécessaire. Pour établir cette nécessité, il faut donc montrer que ces temps ont été prédits dans les Livres Saints (l’Apocalypse), que tout nous porte à croire que nous y touchons de près85 ».

  • 86 A. Rayez, « Clorivière et les Pères de la Foi », AHSJ, t. 23 (1954), p. 283-297.
  • 87 Clorivière constitue alors un dossier (les textes des deux Sociétés, un Mémoire pour le pape, une l (...)

61Dans le même Mémoire, Clorivière évoque la Société du Sacré Cœur de Jésus de Tournely et marque en quoi il s’en distingue. Ceci ne l’empêche pas de rencontrer Varin et d’écrire en novembre 1800 : C’est un « homme de Dieu avec qui je suis intimement lié d'esprit et de cœur ». Ayant appris l’enthousiasme que Paccanari suscite à Rome, il lui écrit en 1801 pour obtenir de Pie VII l’approbation de son œuvre86. Dans sa lettre, il marque l’originalité de son œuvre. Si Paccanari entend restaurer la Compagnie, sa Société n’en est que le rejeton et l’extension ; l’absence de vie commune qui la caractérise ne permet pas de confusion : « C’est le propre de l’Esprit de Dieu de donner des pensées diverses et d'établir des instituts différents dans son Église, bien que ce soit le même esprit87 ». Quelques mois après, Clorivière reçoit une lettre de Vienne de Virginio qui, ayant appris et comprenant ses relations avec la Société de la Foi, le met en garde contre Paccanari. Nous reviendrons sur ce point.

62Toutefois, c’est peut-être dans sa lettre du 5 octobre 1802 à François Bacoffe – le seul Jésuite qui ait rejoint la Société du Cœur de Jésus – que Clorivière est le plus clair : « Je ne suis pas surpris du désir que vous avez eu de vous associer d'abord avec MM. de la Foi de Jésus. La conformité qu'ils ont en bien des choses avec l'ancienne Compagnie, jointe au zèle et aux vertus qui les rendent certainement bien estimables, était tout à fait propre à faire une vive impression sur votre âme […] Vous n'avez rien à regretter, vous avez accompli sa volonté sainte et, par là même, vous avez fait ce qu'il y a pour vous de plus parfait […] Vous pouvez y atteindre également dans la Société du Cœur de Jésus […] La sainte Eglise, en demeurant toujours ce qu'elle est, ne tardera pas longtemps à rentrer dans cet état d'oppression et de persécution presque universelle […] C'est sans doute un des motifs qui vous auront porté à embrasser cette Société naissante du Cœur de Jésus ; il peut aussi contribuer puissamment à vous y maintenir dans la ferveur ». Alors qu’on débat ainsi en France, d’autres événements ont lieu en Russie et en Italie.

Les deux Brefs de 1801 et 1804

  • 88 Cité par Crétineau-Joly, op. cit., p. 498.
  • 89 Poczobut, jésuite astronome et recteur de l’académie de Vilnius, est opposé à ce projet : « Les pro (...)

63Le 11 août 1800, le tsar Paul Ier écrit à Pie VII : « Gruber, de la Compagnie de Jésus, m’ayant fait connaître que les membres de cette Compagnie désiraient d’être reconnus par Votre Sainteté, je crois devoir solliciter une approbation formelle en faveur de cet institut, pour lequel je professe un attachement tout particulier ; et j’espère que ma recommandation ne sera pas inutile88 ». Sans attendre la réponse, Gruber est assuré que ceux qui le rejoindront obtiendront un passeport et obtient du gouverneur de Lituanie que soit confiée à la Compagnie l’université de Vilnius89.

  • 90 Cité par Crétineau-Joly, op. cit., p. 499-500.

64Le 8 décembre 1800, le tsar écrit à son ambassadeur en Turquie : « Connaissant tous les avantages qu’un bon gouvernement peut retirer de l’Institut des Jésuites, dont la fin est d’élever la jeunesse et d’inspirer l’amour et la fidélité pour les souverains, j’ai résolu de rétablir cet ordre dans mes États et je lui accorde de grandes prérogatives. Comme je désire que la Porte ottomane participe au bien immense qu’on peut retirer de cette société, je vous recommande de l’aider en ce point. Ainsi vous engagerez le Divan à rendre à la Compagnie tous les privilèges dont elle jouissait au temps du gouvernement monarchique en France90 ».

  • 91 Le texte latin de Catholicæ fidei se trouve dans Sébastien Sanguinetti sj, La Compagnie de Jésus et (...)
  • 92 En 1803, 10 Jésuites s'installent chez les colons allemands sur la Volga, 3 à Odessa, 4 à Riga, 3 à (...)
  • 93 En 1805, Alexandre Ier demande à Gruber de répondre à l’appel de Louis de Poirot, jésuite de Pékin. (...)

65À la réception de la lettre du tsar, Pie VII a nommé quatre cardinaux pour examiner l'affaire. Ils sont peu favorables à la Compagnie et le bref Catholicæ fidei, signé par le pape le 7 mars 1801, s’en ressent. Si François-Xavier Kareu devient préposé général, la Compagnie n’est rétablie qu’en Russie91. Quand Paul Ier est assassiné, Alexandre Ier consacre par ukase le bref de rétablissement, ratifie l’élection de Gruber comme préposé général et approuve l’expansion de la Compagnie92. En 1805, les Jésuites sont 265 en Russie. Gruber a d'autres projets93, notamment celui de se rendre à Rome, mais il meurt en mars 1805. Nommé vicaire général, le père Lustyg convoque la Congrégation et le 2 septembre Bzrozowski est élu préposé général.

  • 94 Cité par J. Crétineau-Joly, op. cit. p. 509. Le texte latin complet de Per alias se trouve dans S. (...)

66En Italie, à la mort du duc de Parme et de Plaisance en 1802, les deux principautés sont incorporées à l’empire napoléonien mais les Jésuites qui y vivent n’en sont pas affectés. Sur ces entrefaites, le roi des Deux-Siciles, Ferdinand IV, désire le retour de la Compagnie dans ses États. Pignatelli, le provincial de Parme, se rend à Naples en février 1804. Le 30 juillet 1804, Pie VI adresse à Gruber le bref Per alias : « Ayant donc égard, comme nos fonctions pastorales nous en font un devoir, aux vœux de S.M. le roi des Deux-Siciles, vœux qui n’ont pour objet que le bien spirituel et temporel de ses sujets, et surtout la plus grande gloire de Dieu et le salut des âmes, de notre science certaine et de notre pleine puissance apostolique, après une mûre délibération, nous avons résolu d'étendre au royaume des Deux-Siciles la teneur desdites lettres apostoliques que nous avons données pour l'empire de Russie94 ».

  • 95 Il invite les anciens à revenir dans la Compagnie : 167 sur 170 le font. Ceux qui étaient devenus é (...)
  • 96 Joseph Pignatelli, chassé d'Espagne par Charles III, de Corse par Marbeuf, de Parme, puis de Naples (...)
  • 97 70 Jésuites s’établissent « incognito » au Collège romain, d‘autres s’installent au séminaire d'Orv (...)

67Le 6 août 1804, Ferdinand IV rétablit les Jésuites95. Le 15, ils reprennent possession du Gesù de Naples et Pignatelli devient leur provincial96. Mais, dès mars suivant, expulsés par Joseph Bonaparte, ils doivent se réfugier dans les États pontificaux97. À cette nouvelle, Brzozowski demande que quelques jeunes le rejoignent en Russie. Pignatelli consulte le pape mais celui-ci, pensant rétablir toute la Compagnie, lui conseille d'attendre.

Une vague de réadmissions

68Peu après l’envoi du bref Catholicæ fidei, Consalvi transmet à Gruber l’autorisation de réunir à la Compagnie, sous certaines conditions, ceux qui se présenteraient. Cette nouvelle est bientôt connue en Autriche mais les joséphistes y sont encore trop puissants pour qu’on y donne suite. En Angleterre, il en va autrement. Aux Jésuites qui avaient demandé dès 1786 leur retour dans la Compagnie, Gruber écrit en février 1803 : « La faculté de nous agréger d’autres et de les unir à nous aussi bien dans les pays catholiques que dans les pays non-catholiques nous a été donnée vivæ vocis oraculo ». Le 22 mai, il reconstitue officieusement la province anglaise sous l'autorité de Stone que Strickland a reçu à la profession. Le 26 septembre, un noviciat est ouvert.

  • 98 Dans une lettre du 25 octobre 1805, Brzozowski rappelle à Poirot que F. Bourgeois avait demandé sa (...)
  • 99 ARSJ Russia 1016. Registra originalia epistolarum vicariorum generalium in Russia (1802-1808). Lett (...)

69Entre 1803 et 1805, six des Français présents en Angleterre sont réadmis dans la Compagnie : Corbé, Le Pointe, Grou, La Fontaine, Fleury (Forester) et Sionest (Simpson). Mais, en Allemagne, Beauregard l’est depuis mars 1802, tandis qu’en France Patoüillard et Clorivière le sont l’un à Laon en avril 1803, et l’autre à la prison du Temple en 1805. Mais en Asie aussi, certains sont réadmis dans la Compagnie : en Chine, Poirot, Grammont et Panzi en 180398, et à Pondichéry, d’Andrea et Manente après le rétablissement de la Compagnie en Italie en 180499. À côté de cette quinzaine d’anciens Jésuites qui ont été réadmis tout en restant sur place, une trentaine d’autres français ont rejoint la Russie, dont quatre entrés dans la Compagnie avant sa suppression (Billy, Dujardin, Maître et Richard). Vingt-deux d’entre eux sont arrivés entre 1804 et 1806, les autres entre 1808 et 1812. Cinq partirent immédiatement en mission en Amérique.

L’éclatement des Pères de la foi

  • 100 ARSJ His Soc 1054 Vol. IV/10 : « Je crois que c’est la volonté de Dieu que l’Institut de saint Igna (...)
  • 101 ARSJ His. Soc. 1053 – Institutum, Regulæ, Ordinationes, Decret, Privilegia - Modifications apportée (...)

70Alors qu’un réveil se produit chez les Jésuites, les Pères de la Foi traversent des moments difficiles après s’être répandus rapidement en Italie, en Autriche, en Suisse, en Angleterre et même en Hollande. À Rome, pour apaiser l’inquiétude que suscite son attitude à l’égard des Jésuites de Russie, Paccanari redit en août 1799 d’une manière formelle son désir de faire revivre la Compagnie100. Mais à Londres, Rozaven et Broglie, éprouvent d’autres difficultés. S’ils attirent à eux cinq prêtres français et Charles Fleury, ils ont du mal à se faire reconnaître par les Jésuites anglais qui leur reprochent leur infidélité à Ignace, notamment à propos du quatrième vœu101.

  • 102 Gruber demande à Virginio le 20 février 1802 de le renseigner sur Paccanari (ARSJ Russia 1016) ; le (...)
  • 103 À Broglie qui lui demande comment être admis en Russie, Gruber répond que tous les candidats à la C (...)
  • 104 Dans ses Mémoires historiques, Gury écrit que Rozaven et les siens (environ 20) – dont beaucoup de (...)

71En 1802, Paccanari réunit à Rome les responsables. Rozaven venu de Londres et Varin de Paris sont choqués du peu de place que leur supérieur accorde à la vie intérieure. Lors d’un second voyage, Rozaven désapprouve Paccanari qui lui semble manipulé par ceux qui refusent le rétablissement de la Compagnie102. Il décide de partir en Russie mais, revenu en Angleterre, il apprend que déjà une vingtaine de ses compagnons – des Français, des Hollandais et des Allemands acceptés par Gruber103 – y sont déjà partis. Rozaven les rejoint à Polostk en mars 1804104. Grivel l'y a précédé en 1803 et Desroziers, Ploquin et Liouville le suivront en 1805.

  • 105 1805 : Dissidia entre Paccanari et Sineo della Torre ; 1806 : graves accusations contre Paccanari d (...)

72Impressionné par ces départs, Varin se demande s’il ne doit pas lui-aussi se rendre en Russie. Il interroge le cardinal Spina, le légat du pape venu pour le Concordat. Celui-ci lui conseille de rompre avec Paccanari, de ne point se rendre en Russie et de continuer le travail commencé en France. Peu après une même scission se fait dans le Valais et, en Italie, la rupture est hâtée par la publication du bref Per alias de 1804105. Paccanari, rejeté par Pignatelli, n’est plus persona grata malgré le soutien de l’archiduchesse Marie-Anne. En 1807, cité au Saint-Office, il est condamné à dix ans de réclusion au château Saint-Ange.

Le Concordat change la donne en France

  • 106 Dufraisse écrit à Pie VII avant de mourir le 17 septembre 1802. Brival meurt, réconcilié avec Rome, (...)

73Le Concordat – signé le 15 juillet 1801 par Joseph Bonaparte et le cardinal Consalvi, ratifié par Pie VII le 15 août 1801, déclaré loi d’État le 8 avril 1802 – rétablit la paix religieuse en même temps que l’autorité du Saint-Siège. Pour constituer un nouvel épiscopat, le Premier Consul exige, avec le soutien du pape, la démission des évêques réfractaires et constitutionnels. Les Jésuites, Volfius, Brival et Dufraisse, démissionnent106. Pour la constitution du nouvel épiscopat, cinq Jésuites ont été sollicités. En revanche l’épiscopat est proposé à cinq Jésuites, dont Allain pour Tournai et Georgel pour Saint-Dié. Tous refusent sauf Jean Imberties qui devient évêque d’Autun.

  • 107 Barruel prend parti pour le pape et fait campagne pour entraîner les prêtres émigrés à reprendre en (...)
  • 108 Ce livre est publié en deux volumes à Paris, en 1803, chez Crapart, Caille et Ravier, traduit en an (...)

74Le Concordat est bien reçu des Jésuites confirmés dans leurs charges de curé, chanoine ou vicaire général. De Londres, Barruel milite pour le ralliement107. Encouragé au nom du pape par le cardinal Antonelli, il prépare alors un nouveau livre, Du Pape et de ses droits religieux, à l'occasion du Concordat108. Profitant et de la paix conclue entre la France et l'Angleterre le 25 mars 1802, de l’inauguration solennelle du concordat à Notre-Dame le 18 avril et de la déclaration d’amnistie du 26 avril 1802, Barruel arrive à Paris en septembre 1802. Dès son retour, le chapitre de Notre-Dame, à l'unanimité, l'élit chanoine honoraire, faute de place pour un nouveau titulaire.

  • 109 Sur ce point Portalis s'explique : « Toutes les institutions monastiques ont disparu ; elles avaien (...)

75Mais le Concordat, s’il a apaisé bien des choses, n’a pas tout réglé. Portant un jugement général sur le traité, Clorivière pense que les conditions faites à l'Église sont insuffisantes. « Cependant, écrit-il, le Chef de l'Église, en qui je révère l'autorité de Jésus-Christ, a le pouvoir de tolérer cela pour le salut du peuple, le bien de l'Église et de la Religion. Je me soumets et ne veux rien examiner. Dieu sait tirer le bien du mal ». Le Concordat en particulier ne reconnaît pas les religieux109.

  • 110 ARSJ Russia 1016.
  • 111 Lettre du 19 juin 1806 envoyée à Strickland depuis Amsterdam : « Me voilà du nouveau réduit à vivr (...)

76Un rapide tour d’horizon s’impose. Considérons tout d’abord les anciens Jésuites. Les exilés ont rejoint leurs confrères dans la pastorale concordataire ou ont choisi de vivre retirés dans leur diocèse d’origine. Ils se connaissent, se rencontrent, voire écrivent en Russie110, d’autres, on l’a dit, se préparent à y partir. Barruel lui-même songe à rejoindre la Compagnie à Naples111.

  • 112 Il lui est reproché d’avoir participé au complot de « la machine infernale » contre le premier cons (...)
  • 113 J.-B. Gury, op. cit. p. 204 : La Société des Prêtres du Cœur de Jésus « fit du bien pendant quelque (...)

77Vient ensuite la Société du Cœur de Jésus. Clorivière, soupçonné de chouannerie112, est incarcéré au Temple le 5 mai 1804. S’il demeure en contact suivi avec Adélaïde de Cicé qui dirige la Société du Cœur de Marie, ses relations avec la Société du Cœur de Jésus, dirigée par Bourgeois, sont plus distendues. La situation de celle-ci est difficile au Havre et à Chartres et la réticence des évêques provoque des départs à Versailles, à Aix ou à Rennes. En revanche, tout se passe bien à Besançon et à Amiens. Plusieurs causes expliquent cette situation, le harcèlement du gouvernement sur lequel nous allons revenir mais aussi la réadmission de Clorivière par Lustyg dans la Compagnie en 1805. Invité à poursuivre son œuvre, il continue de suivre la Société du Cœur de Marie mais prend ses distances à l’égard de la Société du Cœur de Jésus113. En revanche, ses relations avec les Jésuites se multiplient, notamment avec Philippe d’Espinasse qui relit son manuscrit sur les Lettres de Pierre et souhaite voir Bourgeois devenir curé de Saint-Méry.

  • 114 Le collège de Lyon est fermé en 1902 sur ordre de Fouché ; celui d'Amiens, transféré à Montdidier e (...)

78Enfin, il y a les Pères de la foi. Depuis sa rupture avec Paccanari, Varin tente de les faire vivre en France en ouvrant des collèges à Lyon en 1801, à Amiens et Roanne en 1802, à Belley en 1803 et à Largentière en 1804114. Dans sa correspondance, Clorivière parle de Varin avec sympathie. Il le « félicite de tout cœur » de son installation à Largentière mais il s'inquiète de ses projets d'avenir. Est-ce pour se rapprocher davantage de la Compagnie renaissante en Russie et en Italie qu'il s'est détaché de Paccanari ? Mais quand ils sont supprimés, il écrit à Melle de Cicé en octobre 1804 : « Vous avez bien fait d'assurer M. Varin de mon sincère attachement mais je pense bien qu'il est toujours dans l'intention de se réunir aux Jésuites, quand ils seront admis en France, comme j'espère qu'ils le seront bientôt ».

Une situation confuse sous le Consulat et l’Empire

  • 115 Jean Étienne Portalis, «  Rapport et projet d’Arrêt du conseil d’État sur les ecclésiastiques qui s (...)
  • 116 Rapport et projet d'Arrêt du Conseil d'Etat sut les Ecclésiastiques qui s'établissent en France sou (...)
  • 117 Le gouvernement impérial reconnaissait cinq communautés hospitalières par ce même décret ; d'autres (...)
  • 118 « Nous ne sommes pas même désignés formellement, à prendre le décret à la lettre : 1er parce que no (...)
  • 119 Dans le Mémoire qu’il fait remettre à Pie VII venu pour le couronnement, Clorivière écrit le 4 déce (...)

79Alors que les tracasseries policières et gouvernementales se multiplient, Clorivière, supérieur de la Société du Cœur de Jésus, apprend en 1802 que Portalis, le ministre des cultes, a signalé la Société du Sacré-Cœur et qu’en janvier 1803, il a rappelé aux évêques qu’aucune corporation séculière ou régulière ne peut exister sans autorisation gouvernementale, en ajoutant qu’« il existe depuis plusieurs années deux sociétés, l'une sous le titre du Cœur de Jésus […] et l’autre à Lyon sous le titre de Pères de la foi ». Clorivière, alors à Aix, remet à Mgr de Cicé un mémoire où il démontre que la Société du Cœur de Jésus ne peut être visée par la circulaire précédente. L’archevêque écrit en ce sens à Portalis en mai 1803. Par la suite, Clorivière maintient avec obstination que les Prêtres du Cœur de Jésus ne sont ni des « Jésuites déguisés » ni des Jésuites tout court. Il s’oppose à Portalis qui, dans un rapport à Napoléon115, explique le 7 juin 1804 que « les Jésuites essaient de se rétablir en France sous le nom de Pères de la foi, d'Adorateurs du Cœur de Jésus ou de Paccanaristes116 ». Converti en décret impérial, ce texte est promulgué le 22 (3 messidor an XII)117. L’allusion à la Société du Cœur de Jésus en a été ôtée. Clorivière s'efforce en vain d'éclairer les pouvoirs publics et la hiérarchie ecclésiastique118. En effet, malgré qu’en a son supérieur, la Société du Cœur de Jésus, visée ou non, est gravement atteinte119.

  • 120 Émile Flourens, « Napoléon 1er et les Jésuites », La Nouvelle Revue, janvier-février 1894, p. 622. (...)
  • 121 Jean Étienne Portalis, «  Rapport au Premier Consul sur une association de prêtres se destinant à l (...)
  • 122 Jean Étienne Portalis, « Rapport au Premier Consul sur les associations dites du Cœur de Jésus, et (...)
  • 123 Portalis est ici mal renseigné. La Compagnie a été rétablie à Parme avec l’accord du pape et ce son (...)
  • 124 Jean Étienne Portalis, « Rapport…  18 fructidor an X », op. cit p. 447 ; Id., « Rapport à Sa Majest (...)
  • 125 Jean Étienne Portalis, « Rapport…  18 fructidor an X », op. cit p. 445.

80La situation des Pères de la foi est autre et, en parcourant les rapports de Portalis, on voit comment en l’espace de trois ans (1801-1804) elle est devenue cruciale aux yeux du gouvernement qui lie de plus les Pères de la Foi et la Compagnie de Jésus. En effet, en septembre 1802, en se fondant sur les discours des Pères de la foi eux-mêmes lors de leur expulsion de Lyon120, ou sur l’entretien qu’il a avec leur délégué121, et après avoir remarqué que « les vrais Jésuites ont refusé de les reconnaître et de se réunir à eux122 », Portalis les distingue nettement mais, dans le même rapport, il explique aussi qu’à Rome, « les Jésuites ne purent conséquemment s’introduire que sous un nom simulé et avec un costume un peu différent », c’est-à-dire celui des paccanaristes123. Portalis dit alors son intérêt pour une institution qui dépend d’un supérieur étranger qui a été fondée « sur le projet de faire revivre […] l’institut des Jésuites124 » et qu’il soupçonne de suivre un plan secret, « se proposant quelque chose de plus que l’instruction125 ».

  • 126 Jean Étienne Portalis, « Rapport et projet d’Arrêt du conseil d’État… », op. cit. pp. 445, 458.
  • 127 Correspondance de Napoléon, Paris, t. X, 1862, p. 15-16.

81Dans son rapport à l’empereur du 8 juin 1804, Portalis n’hésite plus à faire des Pères de la foi des « Jésuites déguisés » et à expliquer qu’ils suivent bien « l’institut des anciens Jésuites […], que leur existence est donc incompatible avec les principes de l’Église gallicane et le droit public de l’empire126 ». Le 22 juin 1804 (3 messidor an XII), les Pères de la foi sont supprimés. Napoléon toutefois ne semble pas totalement satisfait. En octobre 1804, de Trêves, il écrit à Fouché : « J'ai lu avec attention le rapport du préfet de police sur l'exécution du décret du 3 messidor an XII, relatif aux corporations religieuses. Mon but principal a été d'empêcher les Jésuites de s'établir en France. Ils prennent toutes sortes de figures. Je ne veux ni Cœur de Jésus, ni confrérie du Saint-Sacrement, ni rien de ce qui ressemble à une organisation de milice religieuse ; et, sous aucun prétexte, je n'entends faire un pas de plus ni avoir d'autres ecclésiastiques que des prêtres séculiers127 ».

  • 128 Id., p. 18.
  • 129 Id. p. 93.

82Le même jour, il demande à Talleyrand d’écrire en Espagne qu’il verrait avec peine le rétablissement des Jésuites et qu’il ne le souffrira jamais en France ou dans la république italienne128. Enfin le 9, dans une lettre à Fouché, il élargit le champ de ses interdits : « Vous préviendrez les rédacteurs du Mercure et du Journal des Débats que je n'entends point que le nom des Jésuites soit même prononcé, et que tout ce qui pourrait amener à parler de cette société soit évité dans les journaux. Je ne permettrai jamais son rétablissement en France ; l'Espagne n'en veut pas ; l'Italie n'en veut pas non plus. Tenez-y donc la main, et faites connaître aux différents préfets qu'ils veillent à ce que le mouvement qu'on voudrait donner pour le rétablissement des Jésuites n'ait pas même de commencement129 »

  • 130 Jean Étienne Portalis, «  Rapport à l’empereur sur l’analogie que cette association paraîtrait avoi (...)

83Au lendemain de leur suppression, les Pères de la foi tentent de survivre avec l’aide du cardinal Fesch en devenant une « association d’ecclésiastiques citoyens » prononçant des vœux annuels et dirigée par un supérieur français. Portalis, ayant eu vent de cette affaire, fait un rapport à Napoléon à son sujet. Il lui dit qu’il a imposé aux membres de ce nouvel institut un serment identique à celui exigé des Jésuites en 1762. Il précise par ailleurs que cette fondation permettra de faire un tri : « les vrais Jésuites, soumis par leurs vœux à un général étranger et au pape seul, ne pourraient jamais consentir à […] reconnaître un prélat français pour supérieur général […] Ceux qui sont Jésuites par le cœur s'expatrieront plutôt que d’abjurer leur ordre et on aura l'avantage de recouvrer les jeunes ecclésiastiques qui, par goût et par piété, s'étaient réunis â des confrères dont ils étaient désireux de partager les fonctions sans en partager la politique130 ».

  • 131 Louis-Abel de Bonafous Fontenay, ex-jésuite, Du Rétablissement des Jésuites et de l'éducation publi (...)
  • 132 En 1807 les Pères de la foi sont 40 prêtres et 30 frères répartis en huit collèges ou petits-sémina (...)
  • 133 Par le même décret, la Congrégation, dite Congrégation de la Sainte-Vierge – héritière lointaine d (...)
  • 134 J.-O. Boudon, Napoléon et les cultes : les religions en Europe à l'aube du XIXe siècle : 1800-1815. (...)

84Cela cependant semble insuffisant à Napoléon. En 1807, au moment où il réorganise l’enseignement selon les principes développés jadis par Caradeuc, il ne veut voir aucune opposition à son projet131, et surtout pas celle des Pères de la foi dont Portalis lui dit qu’ils « une reproduction de Jésuites sous une autre forme132 ». À sa demande, Fouché poursuit ses enquêtes et lui en rend compte. D’Erfurt, Napoléon lui répond le 1er octobre 1808 : « Je vois dans votre dernier rapport un article de Lyon sur les Pères de la Foi. Le remède est bien simple. Ordonnez que de Lyon tous les Pères de la Foi ou Jésuites soient tenus de retourner dans les villages où ils ont pris naissance. Par ce moyen il n'en restera plus à Lyon ». Les Pères de la foi parviennent néanmoins à se maintenir jusqu'à leur dissolution par un décret du 1er novembre 1809133. Varin se retire alors dans sa famille en Franche-Comté. Deux ans plus tard, toujours fort animé contre le clergé, il considère encore les Pères de la foi comme de redoutables « grenadiers du pape ». Dispersés, Joseph Varin et ses compagnons attendront des jours meilleurs134.

Les Pères de la foi jugés par la Compagnie de Jésus

  • 135 E. Fontana Castelli, “La Compagnia di Gesù Sotto Altro nome”: Niccolò Paccanari e la Compagnia dell (...)
  • 136 Deux lettres de François Halnat, un des premiers compagnons de Paccanari, sont significatives. L’un (...)
  • 137 ARSJ, Paccanaristi, 8, Catalogi B.
  • 138 Malgré ses premiers désirs et en avoir souvent écrit au préposé général, il n’est jamais entré dans (...)
  • 139 Eva Fontana Castelli. Op. Cit., p. 208.

85Il faut ici distinguer le cas de Paccanari et de ceux qui le suivirent jusqu’au bout de celui de ceux qui se séparèrent de lui et enfin de ceux qui, s’étant séparés de lui, continuèrent à vivre en France en dépit du harcèlement dont ils étaient l’objet. Dès 1799, les rapports de Paccanari et des Jésuites de Russie ou d’ailleurs sont vite devenus conflictuels135. Finalement, il est rejeté pour avoir voulu faire des Pères de la foi une autre Compagnie136. Entre 1801, rétablissement en Russie, et 1804, rétablissement dans les Deux-Siciles, la position de Paccanari devient très difficile. En 1802-1803, au moment de l’éclatement, on compte 160 Jésuites (dont 52 prêtres, 76 étudiants et 32 frères)137. Ceux qui sont en Angleterre se rendent en Russie à l’exception de Fleury et de Broglie138 pour s’en remettre au « successeur légitime » d’Ignace. Ce sont des arguments analogues que les Pères de la Foi donnent à Pie VII en 1804 : « Ils désirent mourir dans l’Institut de la vraie Compagnie de Jésus et sous l’obéissance de son général légitime139 ». Ceux de France sont supprimés le 3 messidor an XII.

  • 140 Il s’agit de Champier, Pralet, Pravaz, Barruel, Rossignol, Grosier, Chavignac, d’Espinasse et Séguy (...)

86Sur les 52 Jésuites français demeurés attachés à la Compagnie après 1801 que nous avons pu retrouver, 14 vivaient à l’étranger (Russie exceptée) et 38 en France : 13 à Paris, 8 en Lorraine, 7 en Bretagne et 4 en Provence. 29 disparaissent avant 1813, dont quatre qui avaient obtenu leur réadmission et trois qui s’apprêtaient à le faire (Reyre, Bourdier-Delpuits et Champion de Pontarlier). Parmi les 23 qui meurent après cette date, six ont été réadmis avant 1814 et neuf sont proches de Clorivière et de Sionest, voire de Brzozowski ou d’Angiolini procureur de la Compagnie en Italie140.

  • 141 Pour Barruel, voir AFSJ H Ba 52, ou A. Dechêne, Lettres inédites de Barruel à son retour d’exil (18 (...)

87En France, les Jésuites survivants sont peu nombreux mais certains d’entre eux, sans ignorer les interdits de l’empereur, aimeraient voir la Compagnie reconstituée officieusement comme en Angleterre ou aux États-Unis. Clorivière le souhaitait déjà en 1804 quand il sollicitait sa réadmission mais, à sa sortie de prison en 1809, il semble admettre que le rétablissement des Jésuites en France n’est pas d’actualité. En effet, en renouvelant sa soumission au préposé général, il lui parle de l’invitation de Carroll à venir aux Etats Unis pour former les novices. En 1810, Brzozowski lui demande de rester en France. Deux autres Jésuites sont aussi intéressants par ce qu’ils nous disent de leurs relations avec la Compagnie dans leurs correspondances141. Plus diserts que Clorivière, ils souhaitent l’un et l’autre être réadmis dans la Compagnie et l’écrivent en 1805 à Angiolini, chargé au nom du préposé général d’accueillir ceux qui se présentent dans les Deux-Siciles. L’arrivée des armées de Joseph Bonaparte met un terme à leurs projets.

  • 142 AFSJ M 472-9.

88Mais leur correspondance nous apprend aussi que Rossignol a rencontré Barruel en Allemagne et que celui-ci, après avoir vécu en Angleterre dans l’intimité de Strickland, l’artisan de la renaissance de la Compagnie en Angleterre, s’est rendu à Amsterdam dans la maison de Beckers où vivaient plusieurs Jésuites. C’est d’ailleurs à ce dernier que Gruber écrit le 1er mars 1805 qu'il ne désespère point de voir en France la Compagnie refondée. À sa mort, Lustyg, devenu vicaire général, écrit le 5 avril à Virginio : « Quant à la France, dès que le Gouvernement nous y donnerait entrée, les Pères de la Foi, incorporés à nous et formés par quelques anciens Jésuites, rendraient de grands services à l’Église et à l’État ». Le même jour, comme en écho, il dit à Clorivière : « Je sais la pénurie des prêtres en France : c'est pourquoi je ne voudrais pas l'en priver : mais supposé que quelques-uns des ex-paccanaristes veuillent venir ici ou aller à Naples, je les recevrai volontiers pourvu que ce soient des hommes de bonne volonté tel que vous savez que notre saint Institut les demande142 ».

  • 143 J.-B. Gury, Mémoires historiques des deux sociétés qui ont servi au rétablissement de la Compagnie (...)
  • 144 Fonteyne, le supérieur d’Amsterdam, leur donnent les Exercices et les intégree à la vice-province h (...)

89Le temps passant, l’empire napoléonien s’affaiblissant, l’idée de rétablir la Compagnie en France devient réalisable aux yeux de Brzozowski. Déjà, le 10 novembre 1813, il a demandé à Pie VII d'étendre aux Jésuites d'Angleterre, d'Irlande, d'Amérique du Nord et de l'Archipel les privilèges de la Compagnie restaurée en Russie et à Naples ; la réponse est positive et il la communique le 13 janvier suivant. Au même moment, Brzozowski reçoit dans la Compagnie les anciens Pères de la foi italiens du Valais143 et ceux, français, de Belgique144. Le 14 juin 1814, avant la promulgation de la Bulle de Pie XI, il demande à Clorivière de préparer le rétablissement de la Compagnie en France. Il l'engage à se mettre en relation avec les anciens Jésuites français, Augustin de Barruel et Jean-Baptiste Grosier. Il l'autorise à recevoir des novices et lui confère le titre de supérieur.

  • 145 Nous devons renoncer à donner à lire ici les développements de Philippe Lécrivain sur la Compagnie (...)

90Venons au début des années 1840145, au moment où la Compagnie célèbre le troisième centenaire de sa fondation et où se pose la question de l’écriture en français d’une histoire de la Compagnie de Jésus.

Écrire l’histoire de la Compagnie pour « se présenter »

  • 146 Voir sur ce point l’introduction de ce dossier (NdE).
  • 147 J.-B. Gury, Mémoires sur le noviciat de Montrouge. Pour servir à l’histoire de la Société de Jésus (...)
  • 148 Histoire des deux sociétés du Sacré-Cœur et de la Foi, par le R.P. de Grivel, de la Compagnie de Jé (...)
  • 149 Achille Guidée, Notices historiques sur quelques pères du Sacré-Cœur et de la Compagnie de Jésus po (...)
  • 150 En 1837, à la demande du gouvernement belge, l’œuvre des Bollandistes est reprise à Bruxelles. Par (...)
  • 151 Jacques Crétineau-Joly (1803-1875) est historien, journaliste et essayiste proche des légitimistes. (...)
  • 152 ARSJ His Soc 1082. Fasc. n°1. Toutes les citations qui suivent sont extraites de ce fascicule.

91Le décret 21 de la XXIe Congrégation générale de 1829 avait demandé que soit « continuée » l’histoire de la Compagnie146 Immédiatement, Jean-Baptiste Gury147, Fidèle de Grivel148 et Achille Guidée149 se mirent au travail150. Pendant quelques années on en reste là jusqu’à ce que le rédacteur des Lettres annuelles de 1839 mentionne : « Cette année a vu une chose inouïe : une Histoire, ou plutôt deux Histoires de la Compagnie faites dans un esprit de justice et de bienveillance, sont sur le point de paraître ou du moins promises et annoncées ». Les deux historiens étaient Emmanuel Mazas de Sarrion, proche de Loriquet, et Jean-Baptiste Leclère d'Aubigny, ami de Veuillot. Le premier ne donna pas suite à son projet et le second n’écrivit qu’un volume. C’est alors que Jacques Crétineau-Joly151 se propose au préposé général, ainsi que celui-ci l’explique le 6 octobre 1843 à Maillard, le provincial de Lyon : « J'oubliais de vous parler de l'offre que M. Crétineau-Joly a faite d'écrire l'Histoire de la Compagnie ; je n'y ai pas vu d'inconvénient. Il se propose de passer cinq ou six mois à Rome pour y réunir des documents et y tracer le plan de son ouvrage. Il désire auparavant connaître les documents que nous avons en France. Il s'arrêtera quelques jours à Lyon au commencement de novembre. Je vous prie de charger le Père Pouget, ou quelque autre Père que vous en jugeriez capable, de lui donner tous les renseignements qu'ils jugeront propres à rendre son travail consciencieux et le moins incomplet que possible152 ».

  • 153 Jacques Crétineau-Joly, Histoire religieuse, politique et littéraire de la Compagnie de Jésus, comp (...)
  • 154 « Les Jésuites ne m'ont point compté parmi leurs élèves ; ils ne me virent jamais au nombre de leur (...)
  • 155 ARSJ His Soc 1082. Fasc. n° 2. Le 27 octobre 1845 Crétineau-Joly écrit au P. Bresciani : « Je comme (...)

92Le 15 mars 1844, Roothaan écrit aux provinciaux français : « Crétineau-Joly a fini le 1er volume, il commence le 2d […] Il faudrait que les pères suivent dans la recherche des documents, les annales ne suffisent pas ». Le 8 avril, le préposé général intervient de nouveau : « La Province de Paris désire que celle de Lyon lui vienne en aide pour préparer les matériaux. Elle vous proposerait de vous charger de recueillir ceux sur l'Espagne et le Portugal et les Missions spéciales de ces pays ». Le 30 avril, Crétineau-Joly explique sa méthode au préposé général : « Je ne fais pas d’apologie. Je ne fais point l’histoire surnaturelle de la Compagnie de Jésus. J’écris selon mes impressions, selon la vérité telle quelle m’apparaît153 ». Quelques semaines plus tard, le 17 mai, Roothaan écrit : « Je vois avec plaisir que la province de Lyon concourt à cette œuvre que Dieu, je l'espère, bénira […] M. Crétineau-Joly presse beaucoup pour avoir des collaborateurs, Il demande qu'un père de la province de Lyon aille à Paris pour l'aider, le père de Montézon ne suffisant pas ». Crétineau-Joly, qui se dit faussement ni opposé ni en faveur des Jésuites154, parvient à composer et publier cinq volumes en moins de dix-huit mois, le dernier volume paraissant en mars 1846. Si cette histoire se ferme sur le rétablissement de la Compagnie au commencement du siècle, Crétineau-Joly aurait souhaité poursuivre son œuvre155.

  • 156 Le 30 avril Crétineau-Joly explique qu’il a suivit les événements : « Il y a eu un grand coup. Les (...)

93Dans le dernier volume, Crétineau-Joly a écrit l’histoire au présent sans se soucier de malmener les acteurs des négociations entre Paris et Rome156. Malgré ses défauts (un air d’apologie bien que l’auteur s’efforce de rester objectif, une information solide plus entassée que construite, une multitude de sujets qui ne sont qu’ébauchés) mais grâce aussi son style vivant, L’Histoire de la Compagnie de Jésus est un succès de librairie, comme l’est au même moment De l’existence et de l’institut des jésuites par le R.P. de Ravignan, de la Compagnie de Jésus.

  • 157 Roothaan, proche de Grégoire XVI (1831-1846) et de Lambruschini, son Secrétaire d’État, avait parta (...)
  • 158 Gioberti, érigeant la raison humaine en divinité, proclame que Dieu est une idée, que le christiani (...)
  • 159 Vincenzo Gioberti, Il Gesuita Moderno, 5 v, Losanna, 1846.
  • 160 Le 14 septembre 1847, Roothaan répond dans L’Univers au Courrier français du 27 août précédent qui (...)

94À Rome cependant la situation des Jésuites n’est plus la même. L’élection de Pie IX le 16 juin 1846 a mis en porte-à-faux le préposé général. Très attaché à Lambruschini et à ses idées conservatrices, malgré les conseils qui lui sont donnés par le jésuite Luigi Taparelli d’Azeglio157. Acquis aux idées nouvelles, le nouveau pape prend très vite ses distances par rapport à la Compagnie qui lui apparaît « comme le seul nuage sombre dans un ciel serein ». En Italie, Gioberti158 porte les critiques à leur comble en publiant en 1847 à Lausanne un pamphlet, Il Gesuita moderno159, qui se répand aussitôt et pas seulement dans les milieux anticléricaux. Pie IX, quant à lui, refuse de mettre l’ouvrage à l’Index et prie même Roothaan de renoncer à publier les lettres d’évêques favorables à la Compagnie. Dans le courant de 1847, le bruit court ainsi à Rome que Pie IX songe à supprimer la Compagnie160. Les attaques de Gioberti produisent leurs effets et soulèvent en quelques mois l’opinion.

  • 161 Jacques Crétineau-Joly, Clément XIV et les Jésuites ou histoire de la destruction des Jésuites comp (...)
  • 162 Id., p. 2.
  • 163 Id., p. 7.
  • 164 J.-Ph. Roothaan, Epistolæ, t. 4, p. 460 : Lettre à Crétineau-Joly, 1er juin 1847.

95C’est alors qu’ayant achevé son Histoire, Crétineau-Joly, pensant n’avoir pas suffisamment développé la suppression des Jésuites dans son 5e volume, publie Clément XIV et les Jésuites161 où il dit avoir remis les choses à leur place : « On pourra bien encore calomnier ou louer les Jésuites, les livrer aux disputes des hommes […] il ne sera plus possible d'élever un piédestal à ceux qui les détruisirent et de faire de Clément XIV le modèle des Pontifes162 ». Une telle assertion, qui venge peut-être la Compagnie mais qui éclabousse l’Église, est alors difficilement recevable par les Jésuites. « Au nom de son Ordre et de l'honneur du Saint-Siège, reconnaît Crétineau-Joly, le Général de la Compagnie m’a supplié presque les larmes aux yeux de renoncer à la publication de cette Histoire163 ». Lors de la parution de l’ouvrage à Rome, Roothaan, qui ne méconnaît pas le mérite de la thèse mais qui juge que toute vérité n’est pas bonne à dire en dehors des « circonstances de temps et de lieux », craint que se produise du scandale et une recrudescence de haine contre les Jésuites164.

  • 165 Jacques Crétineau-Joly, Défense de Clément XIV et réponse à l’abbé Gioberti. Paris, 1847.
  • 166 Id., p. VII-VIII.

96Son ouvrage étant vivement critiqué, Crétineau-Joly répond immédiatement165 et précise : « Certains hommes accoutumés à juger légèrement des choses, voudraient peut-être établir une espèce de solidarité de pensée et de vie entre l’auteur de l’Histoire de la Compagnie de Jésus et les membres de cet Institut. Une fois pour toutes, je déclare que cette solidarité n’exista jamais, même pour l’Histoire de la Compagnie de Jésus. Il en eut trop coûté à mon indépendance et à ma franchise. À plus forte raison, dois-je assumer sur moi seul la responsabilité de mes écrits antérieurs et postérieurs, notamment de tout ce qui, dans Clément XIV et sa Défense, tient à l’appréciation des actes du Saint-Siège. Ici, je dois le dire hautement, il y a non seulement défaut d’accord, mais désaccord complet entre l'auteur et les Pères de la Compagnie de Jésus166 ».

  • 167 Ibid.
  • 168 Augustin Theiner, ‎Histoire du Pontificat de Clément XIV, d’après des documents inédits des archive (...)

97Le 11 juin 1847, peu après la parution du livre, Rubillon écrit à Roothaan : « Votre paternité a déjà parcouru l'ouvrage de Crétineau, et je crois qu'elle ne l'aura pas jugé trop nuisible. Le Nonce en est content. Il n'est même pas frappé autant que nous des allusions au pontificat actuel. Malgré ce jugement si indulgent, il me paraît que ces allusions (...) sont déplacées et de nature à produire un fâcheux effet ». Le 28 septembre 1847, Rubillon lui fait part des nuances qu’il a demandées à l’auteur d’insérer167. L’affaire aurait pu en rester là mais l’ouvrage d’Augustin Theiner168 la ranime en 1852. L’Oratorien, préfet des archives secrètes du Vatican, s’en prenant nommément à Crétineau-Joly, présente non un Clément XIV victime de la politique des Bourbon visant à la dissolution de la Compagnie, mais un pape vaguement illuminé qui, marqué par les idées de son temps, la supprime en vertu de convictions intimes et droites. Deux figures opposées donc, portées par deux camps adverses.

  • 169 Les réponses de Crétineau-Joly viendront l’année suivante : Le Pape Clément XIV, lettre au Père Aug (...)
  • 170 L‘Ami de la Religion, T. CLIX (1852), p. 63-64.
  • 171 ARSJ His Soc 1082, fasc. 2.

98Tout cela entretient des rumeurs dans les milieux romains qui s’interrogent de nouveau sur d’éventuelles connivences entre les Jésuites et Crétineau-Joly. Voulant couper court, Roothaan déclare à la presse le 24 décembre 1852 : « Je proteste hautement, dans toute la sincérité de ma conscience, en mon nom propre et au nom de tous les miens, contre tout ce qui, dans les écrits de Mr Crétineau-Joly169, pourrait blesser l'honneur et le respect dû au Saint-Siège apostolique, et je déclare qu'il n'existe aucune solidarité entre cet auteur et les membres de la Compagnie de Jésus170 ». Le même jour, une lettre de Rubillon, devenu assistant général, à Victor Mertian, socius du provincial de Paris apporte trois éléments sur la situation à Rome : 1. On s’occupe de réfuter l’ouvrage de Theiner, mais « rien n’est encore arrêté sur le mode, c’est délicat » ; 2. Si le pape et plusieurs cardinaux sont indignés de l’ouvrage de Theiner, le projet de réponse de Crétineau « est extrêmement grave et peut produire, ici surtout, le plus déplorable effet. C’est ce qui motive la protestation du préposé général ». ; 3. « Quant à l’ouvrage de Theiner, Sa Paternité n’en est pas effrayée et elle recommande à tous la paix de l’âme sur cette attaque qui passera comme tant d’autres171 ».

  • 172 X. de Ravignan, Clément XIII et Clément XIV, Paris, Lanier, 1854. Cf. A. de Ponlevoy, Vie du R.P. d (...)
  • 173 ARSJ His Soc 1082, fasc. 2. Le 12 octobre 1856, alors qu’il en délicatesse avec la Compagnie de Jés (...)
  • 174 ARSJ Hist. Soc. 299. On trouve dans ce dossier un manuscrit de Giuseppe Strickland sj (1864-1917), (...)

99Fin décembre 1854, Ravignan, chargé par Roothaan de répondre à Theiner et, indirectement à Crétineau-Joly172, publie Clément XIII et Clément XIV. Le titre seul fait deviner qu'il s'agit de la suppression des Jésuites ; il suggère aussi une question : comment Clément XIV a-t-il pu abolir en 1773, pour le bien de l'Église, un Ordre religieux vengé par Clément XIII contre toutes les attaques des princes et muni par lui d'une approbation nouvelle en 1765 ? Le travail comporte deux volumes, un de récits, un autre de documents. Il suffirait des documents pour révéler les intrigues, l'emportement passionné des ministres des cours bourboniennes, la vaillance de Clément XIII qui leur résista, la faiblesse de Clément XIV qui leur céda. Ravignan n'use d'aucune plainte, d'aucune violence de parole173. Mais il plaide pour la faiblesse du pape destructeur de la Compagnie les circonstances atténuantes. En réalité, face à Crétineau-Joly qui, pour défendre les Jésuites, attaqua Grégoire XIV, et face à Theiner qui fit l’inverse mais en dépassant largement les limites de la probité intellectuelle, Ravignan, à la demande de ses supérieurs, veut sauver et le pape et les Jésuites174.

Haut de page

Bibliographie

Bonnenfant 1925 = Paul Bonnenfant, La suppression de la Compagnie de Jésus dans les Pays-Bas autrichiens (1773), Bruxelles, 1925

Boudon 2002 = Jacques-Ollivier Boudon, Napoléon et les cultes : les religions en Europe à l'aube du XIXe siècle : 1800-1815, Paris, 2002

Crétineau-Joly 1845-1846 = Jacques Crétineau-Joly, Histoire religieuse, politique et littéraire de la Compagnie de Jésus, composée sur les documents inédits et authentiques, Paris, 1845-1846

Crétineau-Joly 1847 = Jacques Crétineau-Joly, Clément XIV et les Jésuites ou histoire de la destruction des Jésuites composée sur les documents inédits et authentiques, Paris, 1847

Crétineau-Joly 1847 = Jacques Crétineau-Joly, Défense de Clément XIV et réponse à l’abbé Gioberti. Paris, 1847

Crétineau-Joly 1853 = Jacques Crétineau-Joly, Le Pape Clément XIV, lettre au Père Augustin Theiner, 1853

Crétineau-Joly 1853 = Jacques Crétineau-Joly, Le Pape Clément XIV, seconde et dernière lettre au Père Augustin Theiner, 1853.

Dudon 1938 = Paul Dudon, « La suppression de la Compagnie de Jésus (1753-1773) », Revue des questions historiques, 132 (1938), p. 75-107.

Dudon 1939 = Paul Dudon, « La résurrection de la Compagnie de Jésus (1773-1814) », Revue des questions historiques, 133 (1939), p. 21-59.

Fontana-Castelli 2007 = Eva Fontana Castelli, “La Compagnia di Gesù Sotto Altro nom”: Niccolò Paccanari e la Compgnia della Fede di Gesù (1797-1814), Rome, Institut historique de la Compagnie de Jésus, 2007.

Gallo 2012 = Anne-Sophie Gallo, « Réflexions et jalons sur une histoire de ‘l’identité jésuite’ pendant la suppression de la Compagnie de Jésus (1762-1814) », in Europa Moderna - Revue d'histoire et d'iconologie. 2012.

Ponlevoy 1860 = Armand de Ponlevoy, Vie du R.P. de Ravignan, Paris, 1860.  

Ravignan 1854 = Xavier de Ravignan, Clément XIII et Clément XIV, Paris, 1854.

Saint-Priest 1844 = Alexis de Saint-Priest, Histoire de la chute des jésuites au XVIIIe siècle, Paris, 1844.

Sanguinetti 1884 = Sébastien Sanguinetti SJ, La Compagnie de Jésus et son existence canonique dans l’Église, Paris, 1884

Theiner 1852 = Augustin Theiner, ‎Histoire du Pontificat de Clément XIV, d’après des documents inédits des archives secrètes du Vatican, 2 vol. Traduit de l'allemand par Paul de Geslin. Paris, 1852.‎

Thompson 1999 = D. Gillian Thompson, A modern persecution : Breton Jesuits under the suppression of 1762-1814. Oxford, 1999.

Haut de page

Notes

1 L’Assistance de France (Galliæ) comprend cinq provinces dont celle de Paris (Franciæ).

2 Aimable Floquet (1797-1881), Histoire du parlement de Normandie. Vol. 6, Rouen, 1840-1842.

3 O. Chaline, « L’expulsion des Jésuites du collège de Rouen », in Études normandes, 1993-1994, p. 71-81).

4 Edmond Ducrest de Villeneuve, Histoire de Rennes, Rennes, 1894, p. 369-370.

5 Arrêt du Parlement de Bretagne du 27 novembre 1762.. Rennes, chez G. Vatar, 1762.

6 Jules Clère, Histoire de l’école de La Flèche, depuis sa fondation, Paris, 1853 ; Camille de Rochemonteix, Un collège de Jésuites aux XVIIe et XVIIIe siècles. Le collège Henri IV de La Flèche, T. IV, Le Mans, 1889.

7 Louis de Caradeuc de La Chalotais, Essai d’éducation nationale ou plan d’études pour la jeunesse. Genève, chez A. Philibert, 1763. Ce texte s’inspire de l'article « Collèges » de d'Alembert dans l'Encyclopédie.

8 Id., p. 77.

9 Arrêt de la Cour du Parlement… Extrait des registres du parlement du 22 février 1763, Paris, G. Simon, 1763.

10 Arrêt de la Cour de Parlement… Extrait des registres du parlement du 22 Juillet 1763, Paris, G. Simon, 1763.

11 Arrêt du Parlement de Bretagne… Extrait des registres du parlement du 17 janvier 1763, Rennes, G. Vatar, 1763

12 Arrêt de la Cour du Parlement… Extrait des registres du parlement du 21 juin 1762. Rouen, J. Le Boullanger, 1762 : « Ils doivent témoigner d’un retour sincère, attendu du public, pour retrouver leur place dans la société civile ; ils ne doivent jouir d’aucun patrimoine familial […]. Ils doivent aussi suivre les Assertions, renoncer aux maisons de la Compagnie de Jésus, ne pas enseigner aux jeunes, ne pas correspondre avec le supérieur général, n’exercer aucun ministère public. Enfin ils doivent avoir déclaré le lieu où ils veulent se retirer […] »

13 Ce serment est requis pour exercer un ministère ou une charge sous peine d’expulsion pour les profès et les coadjuteurs et de privation de bénéfice et de charge pour les scolastiques.

14 Arrêt du parlement de Rouen… Extrait des registres du Parlement du 20 juillet 1762, Rouen, R. Lallemant, 1762.

15 Pierre Bolduc et Jacques Farner, Cas de conscience sur le serment que plusieurs Parlements et en particulier le Parlement de Bordeaux demandent aux Jésuites, Douai, 1er octobre 1762.

16 Arrêt du Parlement de Normandie…, Rouen, R. Lallemant, 1763.

17 D‘après des sondages partiels, 40% des personnes qui ont accueilli les Jésuites appartenaient aux Congrégations.

18 Cf. H. Fouqueray, Les œuvres sociales de la Congrégation des Messieurs de Caen au XVIIIe siècle, Paris, 1905, p. 15-16. Le 3 mars 1763 le procureur explique : « La religion et les lois ont encore à craindre de l'esprit qui anima la Compagnie ; il lui survit et se perpétue dans le ressort de la Cour et particulièrement dans la ville de Caen, au mépris de vos arrêts […]. Tout est mis en usage pour établir dans le royaume une association générale sous l'étendard d'un despote étranger, et faire revivre ou remplacer, sans forme extérieure, une société formidable. »

19 ARSJ Gall 116, f. 130-240.

20 Discours d’un des Messieurs des Enquêtes… Extrait des registres du parlement du 22 mars 1764, Rouen, J. Le Boullanger, 1764.

21 Arrêt de la Cour du Parlement… Extrait des registres de la cour du 27 mars 1765, Rouen, J. Le Boullanger, 1765.

22 Renoncer à leur institut, tenir pour impies les doctrines contenues dans les Assertions, reconnaître que leur Institut n'est qu'un code d'infamie et de corruption et s'engager à n'avoir aucune relation ni avec d'anciens confrères, ni avec le préposé général. Ce serment fut rédigé sous l’influence de Choiseul qui pensait que les Jésuites ne le prêteraient pas et qu’ainsi on pourrait les exiler.

23 Arrêt de la Cour du Parlement. Extrait des registres du Parlement du 9 mars 1764, Paris, G. Simon, 1764. Voir aussi Dieudonné Thiébault, Apologie des jeunes ex-Jésuites qui ont signé le serment prescrit par arrêt du 6 février 1764, 1764.

24 “The persecution of French Jesuits by the parlement of Paris, 1761-1771.”, A modern persecution : Breton Jesuits, 1762-1814. Oxford, 1999, p. 156-165. L’auteur traite du ressort de Paris et non de la province de France.

25 Parmi ceux-ci, la moitié n’avaient pas 33 ans en 1762 et donc pas accès à une pension.

26 Le 2 avril 1764 le roi avait précisé : 1. Les Jésuites de 33 ans continueront de recevoir une pension ; 2. Que celle-ci sera prise sur les anciens bénéfices et revenus de la Compagnie de Jésus ; 3. Qu’elle sera versée de six mois en six mois ; 4. Aux lieux attestés par les ordinaires ; 5. Si les fonds venaient à manquer, ils seront alimentés autrement ; 6. À partir de 1765, un état annuel sera fait.(Déclaration du roi concernant la subsistance des Jésuites, le 2 avril 1764, Paris, G. Simon, 1764)

27 L’état des Jésuites à Paris après le 1er décembre 1764 (Ms. Joly de Fleuri 1629, f. 188).

28 Alexis de Saint-Priest, Histoire de la chute des Jésuites au XVIIIe (1750-1782), Paris, 1844, p. 306.

29 François Collet, relevé de ses vœux en 1762, retiré aux Missions étrangères de Paris, ordonné évêque d’Adras à Rome en 1766 par le cardinal Henri d’York.

30 Discours, arrêtés et arrêt du Parlement de Normandie, concernant les Jésuites, des 14 et 19 mai 1767... , Rouen, R. Lallemant, 1767.

31 L’arrêt, concernant les Jésuites déclarés tels le 6 août 1761, ne tient pas compte de ceux qui ont été relevés de leurs vœux par la suite.

32 254 étaient là depuis 1762 et 195 venus d’ailleurs par la suite.

33 Ms Joly de Fleuri 1629, f. 189. État des ci-devant Jésuites qui l’étaient encore lors de la dissolution de la Société et qui doivent sortir du royaume aux termes de l’arrêt du 9 mai 1767.

34 Ms Joly de Fleuri, 1631, f. 2-61 : État des Jésuites qui se trouvent dans chacun des cas prévus par les arrêts du parlement, avec les noms de ceux qui sont autorisés à séjourner en France.

35 Dans la province de Champagne, la Franche-Comté, la Flandre et l’Alsace ne seront fermées qu’en 1765 et la Lorraine en 1768. Pareillement, dans la province de Lyon, les Jésuites d’Avignon et de Carpentras seront dispersés en 1768 et ceux de Chambéry en 1770.

36 François Ducrest, Séjour à Fribourg de trente-six Jésuites français exilés (1762-1768), Fragnières, 1913.

37 Paul Bonnenfant, La suppression de la Compagnie de Jésus dans les Pays-Bas autrichiens (1773), Bruxelles, 1925.

38 Le procureur de Cateau-Cambrésis signale le 21 avril 1764 la course des Jésuites vers Tournai, Mons, Bruxelles, Liège et Cologne (Ms. Joli de Fleury 1620, f. 9-10).

39 Luc Daireaux, « Le Feu de la rébellion ». Les imprimés de l’Affaire de Bretagne (1764-1769), Paris, 2011.

40 B. Pocquet du Haut-Jussé, Le Pouvoir absolu et l’esprit provincial. Le duc d’Aiguillon et La Chalotais, 3 vol. Paris, 1900-1901. Voir le chapitre IV, du tome III, en particulier les p. 182-194 et 214-215. Voir les pamphlets : le Tableau des assemblées secrètes et fréquentes des Jésuites et de leurs affiliés à Rennes ; la Lettre d’un gentilhomme breton à un noble espagnol.

41 D. Gillian Thompson, op. cit. p. 65-68 : Calvairiennes de Cucé (6) ; Grandes Ursulines (4) ; Grande Visitation (3) ; Notre-Dame de la Charité (2) ; La Sagesse (2) ; Bon Pasteur (1) ; Abbaye Saint-Georges (1) ; Hôpital Saint-Méen (2) ; Hôpital Saint-Yves (2).

42 « L’environnement parlementaire des Jésuites rennais », p. 102-118, « Familles parlementaires, familles dévotes, Rennes au XVIIIe siècle », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, n° 114-1, 2007,p. 89-130.

43 Liste des parlementaires de Bretagne. De la Saint Martin 1767à Pâques 1768, Rennes, G. Vatar, 1768. Cf. Barthélemy Pocquet du Haut-Jussé, op cit. T. III, 1901, p. 341- 352.

44 AD I-et-V 1 Bk 12, État des Prêtres, Écoliers, et autres de la ci-devant Société se disant de Jésus résidents sous le ressort du parlement de Rennes au mois de janvier 1770.

45 Arrêt du Parlement de Bretagne… Extrait des registres de Parlement du 2 mars 1770, Rennes, G. Vatar, 1770.

46 Philippe Lécrivain choisit dans cette nouvelle phase, postérieure à la Suppression, de conserver aux Jésuites leur nom. Nous respectons ce choix, qui donna toutefois lieu à de vifs débats lors de la table-ronde romaine de 2012, car elle postule le maintien d’une « identité » dont le statut et la définition sont précisément l’un des enjeux de l’enquête (NdE).

47 En avril 1784 il est inhumé « avec tous les honneurs » par arrêt de la cour du Parlement de Toulouse.

48 L’archevêque exigea une rétractation que Voltaire refusa mais un arrangement fut trouvé. Voltaire mourut le 30 mai. Son neveu, l’abbé Mignot, l’enterra provisoirement dans la petite abbaye de Sellières près de Troyes, dont il était abbé commendataire.

49 Cf. Journal de Hardy, 4 avril 1779 : Beauregard « chéri du prélat au point d'avoir été jugé digne d'occuper un logement dans son palais » ; Journal historique du 1er janvier 1779, p. 76 : « Il faut lui lâcher un coup de fusil, murmure brutalement une voix dans l'auditoire » ; et, dans les Mémoires de Weber (éd. Barrière, p. 58) : D'Alembert se contenta de dire au sortir du sermon : « Ces gens-là (les Jésuites) ont une rude agonie. »

50 Guillaume Colot, « Les combats catholiques dans la presse révolutionnaire (1789-1799) », Annales historiques de la Révolution française, n° 355, 2009/1, p. 45-71.

51 De 1779 à 1782, Grosier a repris l’ancien Journal de Trévoux où il attaque les philosophes et défend la Compagnie.

52 Cet ouvrage est publié en 24 volumes, Paris, 1778-1790. 

53 Grosier est resté fidèle aux maîtres de sa jeunesse. En 1790, il écrit que « la cessation des services rendus par les Jésuites, justifie [les] regrets de l'homme impartial », que « des maximes saines, un but utile, ont toujours caractérisé les écrits des littérateurs Jésuites » et que « jamais le saint respect dû aux lois, aux mœurs, à la religion, n'a été violé par eux » (Mémoires d'une société célèbre, t. I, Préface, p. V et XXII).

54 Cet ouvrage est publié en 1777-1785 avec Leroux des Hauterayes d’après l’Histoire générale de la Chine en 12 volumes, compilée à Pékin par J.A.M. Moyriac de Mailla sur les originaux chinois ou mandchous. Le prospectus très développé, par lequel il l’annonça, fut singulièrement bien accueilli du public. D’Alembert et La Harpe en firent l’éloge. L’ouvrage eut un très grand succès.

55 Guy Boistel, « L'observatoire des Jésuites de Marseille sous la direction du père Esprit Pezenas (1728-1763) », Cahiers d'histoire et de philosophie des sciences, n°54, 2005, Lyon, p. 27-45.

56 J. Daguerre, de l’Aa de Bordeaux, en rétablit une à Lyon, puis d’autres à Chambéry, Annecy et Turin.

57 Nous renvoyons sur ce point aux enquêtes en cours de Sabina Pavone sur la situation des jésuites en Chine et en Inde à l’époque de la Suppression (NdE).

58 Nicolas Rollin, curé de Verton, Bibliothèque de la ville d'Amiens n° 3597 f° 68.

59 AFSJ C-PA 101 ; Paul Pisani, Répertoire biographique de l’épiscopat constitutionnel (1791-1802), Paris, Picard, 1907.

60 Jean Couturier envoya une lettre ouverte à Volfius, « son condisciple, son confrère et son ami ». Archives départementales de la Côte d’Or, M. 6, liasse 82, cote 17.

61 Notons que bien des chapelles que desservent des Jésuites demeurent ouvertes jusqu’en août 1792 : Bénédictines de l'Adoration perpétuelle du Saint-Sacrement, rue Cassette, Bernardines de l'Abbaye-au-Bois, Filles de Saint-Thomas de Villeneuve, rue de Sèvres, Visitandines, rue du Bac, Missions étrangères, rue du Bac, Carmélites, rue de Grenelle, Eudistes, rue des Postes, Religieuses de Sainte-Aure, rue Neuve-Ste-Geneviève-Tournefort et les séminaires des Irlandais et des Lombards.

62 Journal de Paris, n° 31, alors rédigé par Condorcet, Garet et Regnault de St-Jean d’Angély. Déjà, le 19 février 1790, l’abbé Grégoire, à propos des pensions octroyées aux Jésuites, interpelle l’Assemblée : « Parmi les cent milles vexations de l’ancien gouvernement qui a tant posé sur la France, on doit compter celle qui a été exercée sur un ordre célèbre, sur les Jésuites. Il faut les faire participer à votre justice. » Barnave ajoute : « Le premier acte de la liberté naissante doit être de réparer les injustices du despotisme ; je propose une rédaction de l’amendement en faveur des Jésuites. » (Moniteur, n° 51).

63 Pie VI, par un décret du 24 avril 1786, avait accordé une indulgence plénière pour la fête de saint Ignace et des saints de la Compagnie. C’est dans cet esprit que Nicolas Verron publie en 1792 les Neuvaines. Cet ouvrage reprend des textes d’Étienne de la Croix, Pierre de Clorivière, Jean Croisset, Nicolas Verron, Dominique de Colonia, Madeleine Thérèse Rousselet. (Neuvaines en l’honneur des saints de la Compagnie de Jésus. Paris, Crapart, 1792 – Neuvaines en l'honneur des saints de la Compagnie de Jésus : SS Ignace de Loyola, François Xavier, François de Borgia, Jean-François Régis, Louis de Gonzague, Stanislas Kostka, BB. Paul Miki, Jean de Goto, Jacques Kisaï ... avec figures. Bruxelles, Lecharlier, 1795).

64 « Le 19 août, le Séminaire du Saint-Esprit est envahi, entre 6 et 7 heures du soir, par plusieurs milliers de sans-culottes. Arrivés devant la porte, ils braquent un canon et poursuivent leur marche jusqu’au Séminaire des Irlandais […] Leurs perquisitions terminées, ils entrent chez les Eudistes, rue des Postes. Ils arrêtent 32 prêtres dont Hébert, Supérieur général et confesseur de Louis XVI […] . Tous ces prêtres sont conduits aux Carmes, où ils périssent dans la nuit du 2 au 3 septembre. Entre 10 et 11 heures du soir, les sans-culottes passent au Séminaire du St-Esprit […] . La visite dure environ trois quarts d'heure […] Chacun se croyait arrivé à sa dernière heure ; on s'embrassait les uns les autres comme ne devant plus se revoir que dans l'éternité. Le danger passé, des sentiments de joie succèdent aux alarmes ! […] Mais le bonheur d'avoir échappé au danger fut de courte durée. La nouvelle des massacres vint bientôt jeter les habitants du Séminaire dans la plus grande consternation. La plupart des amis de la maison furent au nombre des victimes : les eudistes, les Jésuites Le Gué, Verron, Seconds, et bien d'autres. » (AFSJ C Pa 85/23).

65 Il s’agit de François Balmain, Charles Béraud du Pérou, Jacques Bonnaud, Claude Cayx, dit Dumas, Jean Charton de Millou, Guillaume Delfaud, Jacques Friteyre-Durvé, Claude Gagnères des Granges, Louis Gaultier, Claude de La Porte, Mathurin Le Bous de la Ville-Crohain, dit Villeneuve, Charles Le Gué, Vincent Le Rousseau de Rosencoat, Joseph Rouchon, François Vareilhe-Duteil. Dans sa Relation inédite d’un survivant. (AFSJ C Pa 85/25), Joseph Saurin, arrêté chez les Eudistes, incarcéré aux Carmes et sauvé par un compatriote marseillais, raconte : « Le contraste est saisissant entre la sérénité qui règne au-dedans, parmi les ecclésiastiques prisonniers, groupés autour de trois évêques, et, au dehors, le hurlement de la foule, les canonnades, les roulements de tambour, et finalement, le 2, vers quatre heures du soir, le tocsin de Saint-Sulpice qui donne le signal aux émeutiers. La tuerie qui a commencé dans le jardin s’achève, après un simulacre de jugement, au pied du petit escalier faisant communiquer la chapelle, où les prisonniers ont d’abord reflué et se sont mutuellement donné l’absolution, et le jardin. »

66 René Andrieux, Jean-François Benoît dit Vourlat, Pierre Guérin du Rocher, Robert Guérin du Rocher, Éloi Herque du Roure, Antoine Segonds, Loup Thomas, dit Bonnotte, Nicolas Verron 

67 Julien Derviller à Paris en 1793, Charles Ferry et Gabriel Dupleix à Lyon, Charles Brunet à Poitiers, Jean Friteau à Orange, François Rouville à Privas en 1794, tandis que neuf autres sont déportés à l’île d’Aix en 1794, cinq sur les Deux-Associés : Joseph Imbert, Antoine Raymond, Michel de La Motte, Alexis Romécourt et Jean-Baptiste Fiard. Ce dernier en ressortit vivant en 1795. Sur les 829 déportés à Rochefort, 274 ont en effet survécu. Voir, sur Fiard, les recherches de David Armando dans ce volume.

68 En mars 1794, huit cent vingt-neuf ecclésiastiques, presque tous prêtres, furent déportés sur les pontons de Rochefort et détenus à bord des vaisseaux le Washington et les Deux Associés. « Dans ce clergé nombreux, envoyé de toutes les parties de la France, on comptait des vicaires-généraux de divers diocèses, des abbés commendataires, des doyens de chapitres, des chanoines, des curés, des vicaires, des supérieurs ou directeurs de séminaires, des professeurs de collèges, des religieux de tous les ordres. On y avait associé un laïque condamné à la même peine, nommé M. Girard, ci-devant garde du corps du comte d'Artois. »

69 Dans Dialogue entre Dimanche et Decadi, il demande l’abolition du calendrier décadaire.

70 Arrêté à Brest, il est transféré à Paris où il est amnistié. Il mourut au séminaire de Nancy le 26 décembre 1818 après s'être réconcilié avec l'Église.

71 Le culte est ainsi célébré au séminaire du Saint-Esprit, rue des Postes et dans les chapelles des Visitations de la rue du Bac et du faubourg Saint-Jacques.

72 On répandit en France et en Belgique un prétendu bref du pape, en date du 5 juillet 1796, commençant par ces mots : Pastoralis sollicitudo, et qu'on prétendit adressé au Directoire, dans lequel Pie VI approuvait la déclaration en question. Il semble que cet acte émanait réellement des bureaux de la chancellerie pontificale, mais à l'insu du pape et de la Congrégation compétente ; il était donc faux et de nul effet. Le pape ne donna aucune approbation à ce serment, il s'abstint aussi de le condamner.

73 F. Uzureau. Les Serments pendant la Révolution, in-12, Paris, 1904.

74 En 1793, il écrit ses Eclaircissements sur la question s’il existe une distinction réelle entre le pouvoir d’ordre et le pouvoir de juridiction qu’exercent les prêtres dans l’administration des sacrements ; et s’il en existe une, quelle en est la nature et l’origine ? L’auteur se dit docteur en théologie et « membre de la Société des Amis de la Constitution de Clermont. »

75 Annales de la religion, n°14 et 21, thermidor an III (1795).

76 Bernard Plongeron, « Spiritualité et pauvreté monastique au XVIIIe siècle », Revue de l’histoire de l’Église de France, 52, 1966, p 87-111.

77 François II n’y étant plus opposé, le nonce de Vienne, Albani, pense en 1797 tout régler par un placet du Sacré-Collège. Consalvi pressenti, répond : « À une époque, tout en étant leur partisan, il me paraissait quelque peu fanatique de dire que sans eux l’Église ne pouvait vivre, puisqu’elle avait vécu sans eux tant de siècles. Mais c’est là une erreur dont je suis revenu, bien avant la Révolution, quand j’ai connu ce qu’est le jansénisme. Je crus alors et je crois aujourd’hui, que sans les Jésuites l’Église vit très mal. Si j’étais le maître, je les rétablirai demain. Plusieurs fois, je l’ai dit au pape ; lui en a été toujours désireux ; mais la crainte des princes opposants lui a fait différer, dans l’espoir de le réaliser un jour. » Albani partage les mêmes sentiments mais, refusant que l’affaire soit ainsi réglée, conseille à François II d’intervenir auprès de Pie VI, bien qu’il soit captif. Il n’y eut pas de lettre et le pape mourut le 29 août 1799.

78 Jacques Crétineau-Joly, Histoire religieuse, politique et littéraire de la Compagnie de Jésus, composée sur les documents inédits et authentiques, Paris, 1845-1846, T. 5, p. 493.

79 Le pape agrée aussi l’ouverture d’un noviciat à Colorno mais désire qu’avant de faire leurs vœux, les novices se rendent en Russie. Cette demande peut être prise comme une reconnaissance détournée de la Compagnie en ce pays.

80 Paul Dudon, « La résurrection de la Compagnie de Jésus », Revue des questions historiques, 1939, p. 41.

81 Halmat, un des premiers compagnons de Paccanari, dans Notes sur l’établissement de l’Institut de la foi de Jésus, parle beaucoup de visions et des visites de Dieu (ARSJ His Soc 1054 Vol. IV).

82 La Correspondance de Clorivière a été éditée par Marie-Louise Barthélemy (1993, 1997, 2002), François Morlot (1994), Chantal Reynier (1992). Dans les archives romaines et parisiennes, on trouve de nombreuses autres lettres.

83 AFSJ C-PA 500, 4 : La Société du Cœur de Jésus et ses premiers membres martyrs de la Révolution. Notes pour servir à leur histoire.

84 Dans sa lettre à Pochard (août 1797), Clorivière conseille la lecture de Rodriguez, Lallemant, Surin, Rigoleuc, Huby, etc.

85 Clorivière n’a pas lu Joachin de Flore et n’adopte pas sa division tripartite de l’histoire. Pourtant il n’est pas étranger à la nébuleuse post-joachimite. Il a lu Vincent Ferrer qui parle lui aussi d’« hommes évangéliques qui surviendront aux derniers temps ». Mais si, quand il parle de ceux-ci en 1798, il évoque les prêtres du Cœur de Jésus, après 1805 il évoquera les Jésuites rétablis partiellement dont il fera de nouveau partie.

86 A. Rayez, « Clorivière et les Pères de la Foi », AHSJ, t. 23 (1954), p. 283-297.

87 Clorivière constitue alors un dossier (les textes des deux Sociétés, un Mémoire pour le pape, une lettre de l’évêque de Saint-Malo). À peine Astier et Beulé sont-ils arrivés à Rome qu’on les dissuade de rencontrer Paccanari qui n’est plus persona grata. Ils remettent le dossier à Consalvi. Pendant que les cardinaux discutaient, le pape approuve verbalement la forme de vie décrite dans le Mémoire  et autorise ceux qui le désirent à l’embrasser et y prononcer des vœux annuels sous l’autorité de l’évêque. À la demande des délégués, il consent à envoyer un bref à l’évêque de Saint-Malo. Le 1er mai 1801, Clorivière envoie une lettre circulaire aux membres des deux Sociétés pour les informer des décisions pontificales et épiscopales.

88 Cité par Crétineau-Joly, op. cit., p. 498.

89 Poczobut, jésuite astronome et recteur de l’académie de Vilnius, est opposé à ce projet : « Les professeurs actuels sont très versés dans la physique expérimentale, l’histoire naturelle, les mathématiques et surtout l’astronomie. Il y a donc à craindre que les Jésuites ne leur soient inférieurs pour la science et que la réputation de la Compagnie n’en souffre. »

90 Cité par Crétineau-Joly, op. cit., p. 499-500.

91 Le texte latin de Catholicæ fidei se trouve dans Sébastien Sanguinetti sj, La Compagnie de Jésus et son existence canonique dans l’Église, Paris, 1884, p. 380-384.

92 En 1803, 10 Jésuites s'installent chez les colons allemands sur la Volga, 3 à Odessa, 4 à Riga, 3 à Astrakan et 2 à Mozdok sur les contreforts du Caucase.

93 En 1805, Alexandre Ier demande à Gruber de répondre à l’appel de Louis de Poirot, jésuite de Pékin. Le préposé général désigne les mathématiciens Korsak et Grassi et leur donne pour compagnon Sturrner. Ceux-ci se rendent au Portugal par le Danemark et séjournent à Coimbra. Là, ils reçoivent l'ordre de passer en Angleterre. Korsak reste à Londres, Grassi s'embarque pour l’Amérique et Sturmer revient à Saint-Pétersbourg avant de quitter.

94 Cité par J. Crétineau-Joly, op. cit. p. 509. Le texte latin complet de Per alias se trouve dans S. Sanguinetti, op. cit. p. 385-387.

95 Il invite les anciens à revenir dans la Compagnie : 167 sur 170 le font. Ceux qui étaient devenus évêques montrent l'exemple mais seul A. Avogadro, évêque de Vérone, obtient du pape de le faire.

96 Joseph Pignatelli, chassé d'Espagne par Charles III, de Corse par Marbeuf, de Parme, puis de Naples par les Français, devait encore voir les Français maîtres de Rome avant de mourir en 1811.

97 70 Jésuites s’établissent « incognito » au Collège romain, d‘autres s’installent au séminaire d'Orvieto qui devient le noviciat où entre Louis Fortis, le futur préposé général. Mais, dans l’ensemble, les pères se dispersent pour ne point compromettre ceux qui les accueillaient. Quant à ceux de Sicile, ils forment en 1807 une province séparée.

98 Dans une lettre du 25 octobre 1805, Brzozowski rappelle à Poirot que F. Bourgeois avait demandé sa réintégration juste avant de mourir en 1792

99 ARSJ Russia 1016. Registra originalia epistolarum vicariorum generalium in Russia (1802-1808). Lettres de Gruber (1801-1805). En tête des correspondants vient Virginio qui est son intermédiaire, puis ce sont tous les noms que nous avons cités.

100 ARSJ His Soc 1054 Vol. IV/10 : « Je crois que c’est la volonté de Dieu que l’Institut de saint Ignace soit rétabli dans ce temps-ci pour la gloire de Dieu et le bien de l’Église. Mon intention est en conséquence de faire revivre cet identique Institut sous le nom de Compagnie de la foi de Jésus ou sous son ancien nom de Compagnie de Jésus selon qu’il semblera bon au Vicaire de Jésus-Christ. Je désire outre cela que les nouveaux aussi bien que les anciens enfants de saint Ignace ne forment qu’un seul corps et ne soient animés que d’un seul et même esprit, sous la seule condition que toutes choses s’arrangent de la manière qui paraîtra devoir procurer la plus grande gloire de Dieu et que rien ne se fasse sans l’approbation du Saint Siège. »

101 ARSJ His. Soc. 1053 – Institutum, Regulæ, Ordinationes, Decret, Privilegia - Modifications apportées aux Constitutions sj : vœu de soumission au pape. -- ARSJ His. Soc. 1057 – Relations des Pères de la foi avec les Jésuites anglais.

102 Gruber demande à Virginio le 20 février 1802 de le renseigner sur Paccanari (ARSJ Russia 1016) ; le 28 octobre 1803, il dit à Strickland douter de la personne et de la doctrine de Paccanari (ARSJ His Soc 1054, Vol. IV).

103 À Broglie qui lui demande comment être admis en Russie, Gruber répond que tous les candidats à la Compagnie doivent rencontrer Strickland. (ARSJ Russia 1016)

104 Dans ses Mémoires historiques, Gury écrit que Rozaven et les siens (environ 20) – dont beaucoup de français - ont été reçus en mars 1804, mais il précise que Fleury resta en Angleterre.

105 1805 : Dissidia entre Paccanari et Sineo della Torre ; 1806 : graves accusations contre Paccanari de Sineo de la Torre qui dit ne plus suivre ses conseils. ARSJ His Soc 1054 Vol. IV. 

106 Dufraisse écrit à Pie VII avant de mourir le 17 septembre 1802. Brival meurt, réconcilié avec Rome, en 1802. Volfius, réconcilié avec Rome en 1816, meurt le 6 février 1823. Laurent qui a apostasié est devenu conseiller général de l'Allier entre 1800 et 1801. Il se retire à Clermont-Ferrand, où il meurt le mai 1821 réconcilié avec l'Église.

107 Barruel prend parti pour le pape et fait campagne pour entraîner les prêtres émigrés à reprendre en France leur ministère. Là est la raison d'être de leur sacerdoce. Dès le 8 juillet 1800, il publie à Londres chez Dulau un premier écrit pour démontrer aux prêtres que le salut des âmes leur fait un devoir de revenir en France dès lors que la Constitution existante leur en donne la liberté : L'Evangile et le Clergé français, sur la soumission des pasteurs dans les révolutions des empires.

108 Ce livre est publié en deux volumes à Paris, en 1803, chez Crapart, Caille et Ravier, traduit en anglais, allemand et italien.

109 Sur ce point Portalis s'explique : « Toutes les institutions monastiques ont disparu ; elles avaient été minées par le temps. Il n'est pas nécessaire à la religion qu'il existe des institutions pareilles ; et quand elles existent, il est nécessaire qu'elles remplissent le but pieux de leur établissement. La politique, d'accord avec la piété, a donc fait sagement de ne s'occuper que de la régénération des clercs séculiers, c'est à dire de ceux qui sont vraiment préposés, par leur origine et leur caractère, à l'exercice du culte. La discipline ecclésiastique ne sera plus défigurée par des exemptions et des privilèges funestes et injustes, ou par des établissements arbitraires qui n'étaient point de la religion. » Discours et rapports du citoyen Portalis, conseiller d’État, sur l’organisation des cultes. À Nancy, chez J. R. Vigneulle, an X (1802), p. 72.

110 ARSJ Russia 1016.

111 Lettre du 19 juin 1806 envoyée à Strickland depuis Amsterdam : « Me voilà du nouveau réduit à vivre au milieu du siècle et loin de nos retraites religieuses. Car pour la Russie je n’ai pas le courage d'en supporter les glaces. Dans cette situation toujours pénible pour une vocation à laquelle je ne veux ni ne puis me résoudre à renoncer, j'attends que la Providence s'explique et surtout je la prie, je la conjure de me diriger, de suppléer au moins à celle qui me serait si précieuse si jamais je me trouvais dans la société de mes anciens frères ». (Lettres inédites de Barruel à son retour d’exil (1802-1806), publiées par Abel Dechêne, Aubenas, C. Habauzit, 1923, p. 36.)

112 Il lui est reproché d’avoir participé au complot de « la machine infernale » contre le premier consul, dans lequel son neveu semble avoir trempé.

113 J.-B. Gury, op. cit. p. 204 : La Société des Prêtres du Cœur de Jésus « fit du bien pendant quelques années mais elle s’affaiblit peu à peu ; et lorsque le fondateur fut nommé supérieur de la Compagnie de Jésus en France, elle tomba d’elle-même. »… J. Terrien, le biographe de Clorivière, fait remarquer qu’aucun membre de cette Société n’est entré dans la Compagnie de Jésus.

114 Le collège de Lyon est fermé en 1902 sur ordre de Fouché ; celui d'Amiens, transféré à Montdidier en 1804, est fermé en 1812 ; celui de Roanne en 1810 ; celui de Belley en 1808 ; celui de Largentière en 1809.

115 Jean Étienne Portalis, «  Rapport et projet d’Arrêt du conseil d’État sur les ecclésiastiques qui s’établissent en France sous le titre de Pères de la foi et sur les associations connues sous le nom du Sacré Cœur et autres semblables (7 juin 1804/19 prairial an XI) », in Discours, rapports et travaux inédits sur le Concordat de 1801… Paris, 1845.

116 Rapport et projet d'Arrêt du Conseil d'Etat sut les Ecclésiastiques qui s'établissent en France sous le titre de Pères de la Foi et sur les Associations connues sous le nom de Sacré-Cœur et autres semblables.

117 Le gouvernement impérial reconnaissait cinq communautés hospitalières par ce même décret ; d'autres le seront les années suivantes. On ne compte pas moins de 54 communautés nouvelles, dont deux d'hommes, qui, de 1804 à 1814, s'ouvrirent sans autorisation et ne furent pas inquiétées. Les congrégations qui existaient avant le décret, telles les Eudistes et les Picpuciens, n'en continuèrent pas moins leur apostolat.

118 « Nous ne sommes pas même désignés formellement, à prendre le décret à la lettre : 1er parce que nous ne sommes pas entièrement formés en corps d'Association, et que nous tendons seulement à cela, sous le bon plaisir des autorités civiles et ecclésiastiques ; 2e parce que les vœux chez nous ne sont pas perpétuels ; 3e parce que nous dépendons de l’ordinaire ; 4 parce que rien ne paraît à l'extérieur. Ainsi nous pouvons demeurer tranquilles et garder le silence. »

119 Dans le Mémoire qu’il fait remettre à Pie VII venu pour le couronnement, Clorivière écrit le 4 décembre 1804 : « Ce gui peut paraître étrange, si on le regarde seulement avec des yeux charnels, aucune mesure vraiment grave n’a été prise contre nous de la part de l'autorité civile. Cependant il est impossible qu'elle ait ignoré ce que nous avions entrepris depuis plusieurs années […]. Tout dernièrement enfin, lorsqu’eut été saisi chez moi tout ce qui nous concerne, nous et nos Sociétés, et qu'à cette occasion la Société du Cœur de Jésus fut dénoncée par le Ministre des Cuites lui-même, aucune mention ne fut faite de celle-ci dans le décret impérial consécutif à cette dénonciation. Elle ne semble pas davantage comprise dans les dispositifs généraux de ce décret, pour peu qu'on le lise attentivement. »

120 Émile Flourens, « Napoléon 1er et les Jésuites », La Nouvelle Revue, janvier-février 1894, p. 622. Cité par A. Rayez, note 110.

121 Jean Étienne Portalis, «  Rapport au Premier Consul sur une association de prêtres se destinant à l’éducation de la jeunesse (15 septembre 1802/18 fructidor an X) », in Discours, rapports et travaux inédits sur le Concordat de 1801… Paris, 1845.

122 Jean Étienne Portalis, « Rapport au Premier Consul sur les associations dites du Cœur de Jésus, et société des victimes de l’amour de Dieu (12 septembre 1802/25 fructidor an X) », op. cit. p. 450.

123 Portalis est ici mal renseigné. La Compagnie a été rétablie à Parme avec l’accord du pape et ce sont les paccanaristes qui revêtent le costume jésuite, ce que leur interdit immédiatement Pie VII.

124 Jean Étienne Portalis, « Rapport…  18 fructidor an X », op. cit p. 447 ; Id., « Rapport à Sa Majesté… 25 fructidor an X. Op. cit. p. 448.

125 Jean Étienne Portalis, « Rapport…  18 fructidor an X », op. cit p. 445.

126 Jean Étienne Portalis, « Rapport et projet d’Arrêt du conseil d’État… », op. cit. pp. 445, 458.

127 Correspondance de Napoléon, Paris, t. X, 1862, p. 15-16.

128 Id., p. 18.

129 Id. p. 93.

130 Jean Étienne Portalis, «  Rapport à l’empereur sur l’analogie que cette association paraîtrait avoir aux yeux de quelques personnes sur l’ordre des Jésuites, et sur l’utilité d’une association ecclésiastique (28 janvier 1805 / 8 pluviôse an XIII), op. cit., p. 471-474.

131 Louis-Abel de Bonafous Fontenay, ex-jésuite, Du Rétablissement des Jésuites et de l'éducation publique, J. Lambert Romen, 1800.

132 En 1807 les Pères de la foi sont 40 prêtres et 30 frères répartis en huit collèges ou petits-séminaires : L'Argentière (près de Lyon), Montdidier, Belley, Roanne, Montmorillon, Bazas, Marvejols, Roulers, et dans des maisons à Paris, Lyon et Amiens.

133 Par le même décret, la Congrégation, dite Congrégation de la Sainte-Vierge – héritière lointaine des Congrégations mariales – fondée le 2 février 1801 par Jean-Baptiste Bourdier-Delpuits, joue un rôle politique et religieux important, notamment dans la défense de la Religion. Elle n’est sans doute pas sans lien avec les Chevaliers de la foi. Il est difficile de savoir laquelle des deux organisations propagea la bulle d'excommunication fulminée par le pape contre l'empereur.

134 J.-O. Boudon, Napoléon et les cultes : les religions en Europe à l'aube du XIXe siècle : 1800-1815. Paris, 2002.

135 E. Fontana Castelli, “La Compagnia di Gesù Sotto Altro nome”: Niccolò Paccanari e la Compagnia della Fede di Gesù (1797-1814), Rome, 2007.

136 Deux lettres de François Halnat, un des premiers compagnons de Paccanari, sont significatives. L’une du 30 juillet 1799 écrite de Munster (AFSJ C-Pa 500/7), l’autre du 7 octobre 1803 écrite de Londres (AFSJ C-Pa 500/7)

137 ARSJ, Paccanaristi, 8, Catalogi B.

138 Malgré ses premiers désirs et en avoir souvent écrit au préposé général, il n’est jamais entré dans la Compagnie, étant demeuré très attaché à Paccanari. Il vécut à Londres comme un prêtre séculier et se lia au schisme de la Petite Église.

139 Eva Fontana Castelli. Op. Cit., p. 208.

140 Il s’agit de Champier, Pralet, Pravaz, Barruel, Rossignol, Grosier, Chavignac, d’Espinasse et Séguy de la Garde.

141 Pour Barruel, voir AFSJ H Ba 52, ou A. Dechêne, Lettres inédites de Barruel à son retour d’exil (1802-1806). Aubenas, Habauzit, 1923. Pour Rossignol, voir Lettres de M. Rossignol de Vallouise. Turin, Imprimerie de la Cour d’appel, 1806. Sur ce passage, voir Anne-Sophie Gallo, « Réflexions et jalons sur une histoire de ‘l’identité jésuite’ pendant la suppression de la Compagnie de Jésus (1762-1814) », in Europa Moderna - Revue d'histoire et d'iconologie. 2012.

142 AFSJ M 472-9.

143 J.-B. Gury, Mémoires historiques des deux sociétés qui ont servi au rétablissement de la Compagnie de Jésus en 1814. ASJF C-Pa 500 - 1, p. 170.

144 Fonteyne, le supérieur d’Amsterdam, leur donnent les Exercices et les intégree à la vice-province helvétique.

145 Nous devons renoncer à donner à lire ici les développements de Philippe Lécrivain sur la Compagnie de Jésus dans le premier XIXe siècle, qui excèderaient largement les limites de ce volume. Je renvoie au livre de l’auteur : Philippe Lécrivain, s.j., Des Jésuites en quête d’identité. Suppression, survie et rétablissement de la province de France (1750-1850). Paris, 2014. Mais il est très utile de présenter ici les repères que donne Philippe Lécrivain sur l’historiographie de la Compagnie dans cette période, puisque c’est là un aspect important de notre enquête, que j’ai évoqué dans l’introduction du dossier (NdE).

146 Voir sur ce point l’introduction de ce dossier (NdE).

147 J.-B. Gury, Mémoires sur le noviciat de Montrouge. Pour servir à l’histoire de la Société de Jésus en France. Depuis 1818 jusqu’à 1828 inclusivement. Montrouge, 1829. AFSJ E-Mo 11 ; Mémoires historiques sur deux sociétés qui ont servi au rétablissement de la Compagnie de Jésus en 1814. AFSJ C-Pa 500-1. Dans cet ouvrage il cite ses sources : les notes des PP. Gloriot, Varin, Seillier, Jennesseaux, Roger, Debrosse et Loriquet.

148 Histoire des deux sociétés du Sacré-Cœur et de la Foi, par le R.P. de Grivel, de la Compagnie de Jésus. 1829, AFSJ C-Pa 500-2.

149 Achille Guidée, Notices historiques sur quelques pères du Sacré-Cœur et de la Compagnie de Jésus pour faire suite à la Vie de Joseph Varin. Paris, 1860.

150 En 1837, à la demande du gouvernement belge, l’œuvre des Bollandistes est reprise à Bruxelles. Par ailleurs, Roothaan appuie Augustin De Backer qui relance en 1844 la Bibliotheca Scriptorum Societatis.

151 Jacques Crétineau-Joly (1803-1875) est historien, journaliste et essayiste proche des légitimistes. En 1840-1842, il a publié une Histoire de la Vendée militaire (4 vol.) qui connaît un beau succès. Cf. L’abbé M. Maynard, Jacques Crétineau-Joly. Sa Vie politique, religieuse et littéraire..., Paris, 1875.

152 ARSJ His Soc 1082. Fasc. n°1. Toutes les citations qui suivent sont extraites de ce fascicule.

153 Jacques Crétineau-Joly, Histoire religieuse, politique et littéraire de la Compagnie de Jésus, composée sur les documents inédits et authentiques, 6 vol., Paris, Poussièlgue-Fusand, 1845-1846. Dans le volume 1, p. 2, on lit : « Historien, je reste dans l’histoire, en ne m’attachant qu’à la vérité, en cherchant à l’aide de faits incontestés et incontestables qu’à déduire des conséquences logiques, et en ne me formant une opinion que sur l’examen le plus consciencieux. »

154 « Les Jésuites ne m'ont point compté parmi leurs élèves ; ils ne me virent jamais au nombre de leurs néophytes. Je n'ai été ni leur ami, ni leur admirateur, ni leur adversaire. Je ne leur dois point de reconnaissance ; je n'éprouve pour leur Ordre aucune prévention ; je ne suis ni à eux, ni avec eux, ni pour eux, ni contre eux », Jacques Crétineau-Joly, op. cit. p. 2

155 ARSJ His Soc 1082. Fasc. n° 2. Le 27 octobre 1845 Crétineau-Joly écrit au P. Bresciani : « Je commence le sixième volume de mon histoire. Je veux faire pour les vivants ce que j’ai fait pour les morts. »

156 Le 30 avril Crétineau-Joly explique qu’il a suivit les événements : « Il y a eu un grand coup. Les ennemis ont baissé la tête. Rossi est la risée de tous. » Il rappelle ensuite que « tout le monde fait des compliments de ce dernier volume ». Il précise enfin que personne n’a choisi pour lui les papiers à exploiter.

157 Roothaan, proche de Grégoire XVI (1831-1846) et de Lambruschini, son Secrétaire d’État, avait partagé leur myopie sans percevoir ce qu’il y a de caduc dans le système social et politique de l’Ancien Régime. En réalité, il fait partie des zelanti qui souhaitent l’instauration d’un « pontificat de combat » au service d’un idéal conservateur et réactionnaire. Montalembert n’a pas tort alors de regretter l’obstination des Jésuites « à confondre avec les égarements révolutionnaires cette tendance invincible qui porte le monde moderne à substituer le principe de la souveraineté nationale à la monarchie absolue ».

158 Gioberti, érigeant la raison humaine en divinité, proclame que Dieu est une idée, que le christianisme ne peut vivre et triompher qu'à la condition de rester ou de redevenir idéal. La morale de l'Évangile se résume dans l'amour de l'idée et, à ce point de vue, les philosophes et les grands hommes de l'antiquité ont été plus véritablement chrétiens que beaucoup de chrétiens des temps modernes. Pour réformer le catholicisme actuel conformément au vrai type, il est nécessaire d'opérer un mouvement de retour vers la civilisation païenne. Le Jésuite moderne, et les ouvrages Du renouvellement civil de l'Italie et De la primauté civile des Italiens, complètent l'exposé de Gioberti. A ses yeux, le jésuitisme a perverti le catholicisme, et, depuis le Pape jusqu'au dernier des fidèles, il n'y a plus de vrais catholiques, mais seulement des Jésuites. Le jésuitisme est une forme vieillie et usée de la religion, qu'il faut briser ou rajeunir.

159 Vincenzo Gioberti, Il Gesuita Moderno, 5 v, Losanna, 1846.

160 Le 14 septembre 1847, Roothaan répond dans L’Univers au Courrier français du 27 août précédent qui avait écrit que « les Jésuites étaient en état de complot permanent contre le pape ». Cette démarche fort inhabituelle fut remarquée par Montalembert. Voir Jh. Burnichon, op. cit., T.3, p. 102-103.

161 Jacques Crétineau-Joly, Clément XIV et les Jésuites ou histoire de la destruction des Jésuites composée sur les documents inédits et authentiques, Paris, 1847.

162 Id., p. 2.

163 Id., p. 7.

164 J.-Ph. Roothaan, Epistolæ, t. 4, p. 460 : Lettre à Crétineau-Joly, 1er juin 1847.

165 Jacques Crétineau-Joly, Défense de Clément XIV et réponse à l’abbé Gioberti. Paris, 1847.

166 Id., p. VII-VIII.

167 Ibid.

168 Augustin Theiner, ‎Histoire du Pontificat de Clément XIV, d’après des documents inédits des archives secrètes du Vatican, 2 vol., Traduit de l'allemand par Paul de Geslin. Paris, 1852.

169 Les réponses de Crétineau-Joly viendront l’année suivante : Le Pape Clément XIV, lettre au Père Augustin Theiner, 1853 ; Le Pape Clément XIV, seconde et dernière lettre au Père Augustin Theiner, 1853.

170 L‘Ami de la Religion, T. CLIX (1852), p. 63-64.

171 ARSJ His Soc 1082, fasc. 2.

172 X. de Ravignan, Clément XIII et Clément XIV, Paris, Lanier, 1854. Cf. A. de Ponlevoy, Vie du R.P. de Ravignan, t. 2, Paris, 1860, p. 220-24.

173 ARSJ His Soc 1082, fasc. 2. Le 12 octobre 1856, alors qu’il en délicatesse avec la Compagnie de Jésus à propos des droits sur son Histoire, Crétineau-Joly écrit au P. Tewercoren que le livre de Ravignan n’avait pas pour but de le blesser et que, d’ailleurs, la Compagnie n’a jamais voulu entrer en guerre contre lui.

174 ARSJ Hist. Soc. 299. On trouve dans ce dossier un manuscrit de Giuseppe Strickland sj (1864-1917), Abozzo de una storia della suppressione de la Compagnia de Gesu, esquisse d’une histoire de la suppression de la Compagnie de Jésus, qui poursuit la controverse les ouvrages de Theiner et Crétineau-Joly.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Philippe Lécrivain S.J., « Une prosopographie des ex-jésuites « parisiens » (1762-1848) », Mélanges de l’École française de Rome - Italie et Méditerranée modernes et contemporaines [En ligne], 126-1 | 2014, mis en ligne le 06 août 2015, consulté le 23 juin 2017. URL : http://mefrim.revues.org/1670 ; DOI : 10.4000/mefrim.1670

Haut de page

Auteur

Philippe Lécrivain S.J.

Facultés jésuites de Paris - philippe.lecrivain@jesuites.com

Haut de page

Droits d’auteur

© École française de Rome

Haut de page
  • Logo École française de Rome
  • Revues.org