Navigation – Plan du site
Varia

Pascal, la République et l’Église : les Provinciales pour les classes et devant l’Index (1881-1886)

Jean-Louis Quantin

Résumés

La mise de trois Provinciales de Pascal au programme du baccalauréat, en 1880, puis du brevet supérieur, en 1884, entraîna la publication de plusieurs éditions scolaires. À celle, savante mais très antijésuite et même anticatholique, d’Ernest Havet, l’Alliance des maisons d’éducation chrétienne opposa celle de l’abbé Augustin Vialard, imprégnée de l’antijansénisme de Joseph de Maistre. Les Provinciales étant à l’Index depuis 1657, l’édition Vialard fut soumise à la Congrégation en 1884. Les consulteurs romains rendirent un avis négatif, en raison des lacunes et erreurs théologiques de l’introduction et des notes. De très abondantes corrections furent alors apportées par Alphonse Eschbach, supérieur du séminaire français de Rome, qui ne faisait en réalité que suivre les instructions du cardinal Johannes Baptist Franzelin. Ce fut sous cette forme que les Provinciales furent dès lors étudiées dans les établissements catholiques français. L’affaire éclaire les images de Pascal et de Port-Royal à l’époque, leur rôle dans l’affrontement entre cléricaux et laïques, et, à l’intérieur même du monde catholique, les différences culturelles entre Rome et la France.

Haut de page

Notes de l’auteur

Sauf précision contraire, tous les documents cités se trouvent aux Archives de la Congrégation pour la Doctrine de la Foi (ACDF), fonds de l’Index.

Texte intégral

  • 1 Voir Milo 1986, p. 517-562 ; les listes dressées par Chervel 1986 ; et les monographies d’Albanese (...)
  • 2 Sur cette première condamnation, voir Quantin 2007 (prépublication dont la version définitive augme (...)
  • 3 Il est mentionné à ce titre, avec d’autres cas (Rousseau et Montesquieu), par Amadieu 2007, p. 299- (...)

1Est-il une œuvre du XVIIe siècle qui ait tenu au XIXe la même place que les Provinciales – qui y soit constamment restée aussi brûlante ? En un temps où l’école était au cœur des rapports entre Église et État, et où les « classiques » étaient avant tout les grands écrivains du « siècle de Louis XIV »1, l’histoire scolaire des Provinciales est comme un résumé de l’évolution religieuse et politique de la France. La papauté y fut directement mêlée puisque – et c’est là une donnée essentielle, qui met le cas des Provinciales très nettement à part de celui des Pensées –, l’ouvrage figurait à l’Index romain depuis 1657, après qu’il eut été condamné par décret du Saint-Office2. La place que lui fit l’école républicaine lui valut donc, sous la forme d’une édition scolaire, un second examen à Rome en 1884, cette fois-ci par la congrégation de l’Index. L’épisode, qui relève du problème général de l’attitude de celle-ci face aux classiques de la littérature française3, éclaire aussi, plus spécifiquement, les images de Pascal et de Port-Royal qui avaient cours à l’époque, leur rôle dans l’affrontement entre cléricaux et laïques, et, à l’intérieur même du monde catholique, les différences de culture ecclésiastique entre Rome et la France.

Usages scolaires et utilisations polémiques de Pascal

  • 4 Chervel 1986, p. 235. Sur l’importance de cette liste nationale d’auteurs français, voir ibid., p.  (...)
  • 5 Pour le contexte immédiat, voir Trenard 1968, p. 600-616, en particulier p. 602 ; Cubitt 1993, p. 1 (...)
  • 6 Cousin 1843, p. 16. Voir Francis 1959, surtout p. 43-46, 188-195, 239 (avec les observations de Com (...)
  • 7 Cousin 1843, p. XIX-XX.

2L’histoire scolaire des Provinciales commença sous la Monarchie de juillet, quand Victor Cousin profita de son bref passage au ministère de l’Instruction publique pour mettre les deux premières lettres au programme du baccalauréat ès lettres, par le règlement du 14 juillet 18404. L’intention était clairement polémique, alors que l’Université et l’Église s’affrontaient sur la liberté d’enseignement : la dénonciation des jésuites était un thème privilégié des défenseurs du monopole universitaire5. Cousin lui-même, deux ans plus tard, dans son fameux rapport à l’Académie française, en même temps qu’il accréditait durablement l’interprétation romantique des Pensées – qui « mettent à nu l’âme de Pascal, son scepticisme désolé, sa foi inquiète et désespérée »6 –, soulignait que les Provinciales, au contraire, étaient une défense de la raison et de la liberté de penser contre les jésuites. « L’auteur des Provinciales est le héraut de l’esprit nouveau, et l’auteur des Pensées en est l’adversaire ! Aussi est-ce surtout aux Provinciales que le nom de Pascal demeure attaché »7

  • 8 Chervel 1986, p. 11 ; Chervel 2006, p. 441-442. 
  • 9 Le programme du 15 janvier 1848 publié dans Bulletin universitaire, contenant les décrets, règlemen (...)
  • 10 Chervel 1986, p. 237 (programme du 25 mars 1848). 
  • 11 Ibid. 
  • 12 Ibid. : rétabli « dans son entier » en mars 1848, le Siècle de Louis XIV fut quant à lui remplacé e (...)
  • 13 Voltaire 1856, avec, en face de la page de titre, l’arrêté du ministre Hippolyte Fortoul, du 5 mars (...)
  • 14 Voir la lettre souvent citée de Taine à Prévost-Paradol, 25 avril 1852, Taine 1902-1907, I, p. 237, (...)
  • 15 Voltaire 1887 : 34 chapitres ; pour le texte censuré du chapitre XXXII, voir p. 447. Cette édition (...)

3Les réactions catholiques furent vives, au point que l’université de Rennes préféra ne pas appliquer le programme pour éviter un conflit8. À titre de concession à l’Église, le ministre Salvandy imposa au Conseil de l’Université, en janvier 1848, la suppression des Provinciales ; dans le même esprit, le Siècle de Louis XIV de Voltaire, mis au programme en 1840, n’y figurait plus qu’amputé des chapitres sur les affaires religieuses (dont le jansénisme)9. Remises au programme deux mois plus tard, à la faveur de la Révolution de février10, les Provinciales en furent à nouveau retirées en 1849, après la victoire du parti de l’ordre11. Le Siècle de Louis XIV connut les mêmes aléas12. Quand il réapparut, non sans mal, sous le Second Empire, ce fut dans un texte expurgé, non seulement des chapitres religieux, mais même des deux paragraphes consacrés aux Provinciales dans le chapitre « Des beaux-arts » (« Mais le premier livre de génie qu’on vit en prose fut le recueil des Lettres provinciales, en 1654. Toutes les sortes d’éloquence y sont renfermées. Il n’y a pas un seul mot qui, depuis cent ans, se soit ressenti du changement qui altère souvent les langues vivantes »)13 : on ne voulait pas attirer les élèves vers un ouvrage que les professeurs avaient consigne de leur interdire14. Encore dans les années 1880, malgré les contraintes des programmes officiels, l’enseignement catholique ne faisait étudier le Siècle de Louis XIV que sous cette forme15.

  • 16 Chervel 1986, p. 201-205. Depuis 1864, le programme de la rhétorique était aussi celui du baccalaur (...)
  • 17 Pour un résumé, voir Prost 1970, p. 192-203, avec le tableau récapitulatif p. 211. Sur les polémiqu (...)
  • 18 Paul Bert, Discours prononcé dans la Séance du 5 juillet 1879, reproduit dans Bert 1880, p. 600. Po (...)
  • 19 Ordioni 1987. Kotovtchikhine 2000, p. 199, 200, 258, a marqué son scepticisme à l’égard de cette in (...)
  • 20 Bert 1880, p. XIV-XV. 
  • 21 Ibid., p. XXX n. 2.
  • 22 Texte cité par exemple par Rémond 1985, p. 190. Candeur ou pudibonderie, R. Rémond explique que Pau (...)
  • 23 Thureau-Dangin 1880, p. 241-247, accusa Paul Bert de n’avoir fait que reprendre une polémique antic (...)

4Il fallut attendre l’arrivée au pouvoir des républicains pour que les Provinciales retrouvassent leur place. Jules Ferry mit en 1880 les première, quatrième et treizième lettres au programme de la classe de rhétorique (et ipso facto du baccalauréat) ; elles y restèrent jusqu’à la Première Guerre mondiale16. Par rapport au programme de 1840, la sélection déplaçait l’accent de la théologie de la grâce, objet des premières Provinciales, aux questions de morale. La quatrième Provinciale, sur la grâce actuelle et les péchés d’ignorance, marque la transition, et la treizième, à propos du meurtre, contient les pages les plus terribles de Pascal contre l’enseignement moral de la Compagnie. Ce choix n’était évidemment pas innocent. Le contexte général était celui de la sécularisation de l’institution scolaire par les grandes lois républicaines17. Plus précisément, les débats de 1879-1880 sur l’interdiction de l’enseignement aux congrégations religieuses non autorisées, s’accompagnèrent d’une violente polémique contre « la morale des jésuites », qui se réclamait explicitement des Provinciales. En juillet 1879, dans son discours à la Chambre des députés pour défendre l’article 7 de la loi sur la liberté de l’enseignement supérieur (« Nul n’est admis à participer à l’enseignement public ou libre, ni à diriger un établissement d’enseignement de quelque ordre que ce soit, s’il appartient à une congrégation religieuse non autorisée »), Paul Bert exalta ce « pamphlet immortel qui a pris rang dans l’histoire en même temps que parmi les chefs-d’œuvre de la littérature française »18. Une étude stimulante a suggéré que, par son enracinement familial dans le département de l’Yonne, ancien diocèse d’Auxerre, Bert avait été imprégné de la tradition janséniste – dans la version des appelants du XVIIIe siècle plutôt que de Port-Royal19. Son ton, sans parler du reste, n’en était pas moins fort éloigné de celui de Pascal. Lorsqu’il publia, en février 1880, sa propre Morale des Jésuites, extraite des manuels du P. Gury, il mit l’accent sur les cas qui « font preuve de la préoccupation érotique qui hante en toutes circonstances et en tous lieux l’imagination du jésuite »20. Pareille « érotomanie » expliquait pourquoi, d’après les calculs de Paul Bert, les instituteurs congréganistes étaient coupables de quatre fois plus d’attentats aux mœurs que les laïques21 : c’était là ce que, dans son célèbre toast d’août 1879 au banquet du Conseil général de l’Yonne, il avait désigné comme « le phylloxéra que l’on cache avec des feuilles de vigne »22. Cette prédilection pour le dessous de la ceinture était banale dans la polémique anticléricale et anticatholique du temps, pas seulement en France23

  • 24 Buisson 1911, s.v. Filles, p. 635-636.
  • 25 Arrêté du 11 août 1884, dans Bulletin administratif du Ministère de l’Instruction publique, 35, 188 (...)
  • 26 Capéran 1957-1960, II, p. 32-38 ; Curtis 2000, p. 109-110. Sur la réorganisation des examens aux br (...)
  • 27 Lescœur 1884, p. 599. Voir les chiffres donnés par Gréard 1883, p. 55-58, et la discussion de Roger (...)
  • 28 Le décret du 14 janvier 1882, Bulletin administratif du Ministère de l’Instruction publique, 25, 18 (...)
  • 29 Sur cette importance persistante du brevet supérieur, y compris dans les établissements d’État, voi (...)
  • 30 Sur le « snobisme », voir Mayeur 1977, p. 395. Du côté catholique, voir Salembier 1884a ; Rémont 18 (...)
  • 31 Voir Salembier 1884b, p. 19 : « le programme de ces examens [les brevets] est devenu athée depuis 1 (...)

5Le baccalauréat étant alors, dans les faits, un quasi-monopole masculin24, les Provinciales ne concernèrent d’abord que l’enseignement secondaire des garçons. La pression sur les établissements catholiques fut grandement accrue lorsque la même sélection de trois Lettres fut par surcroît inscrite, en 1884, dans « la liste des auteurs français sur lesquels doit porter l’épreuve de lecture expliquée à l’examen du brevet supérieur »25. Le brevet supérieur (« brevet de capacité comprenant les matières facultatives de l’enseignement primaire », désigné avant 1881 comme brevet complet) occupait une place stratégique dans le système scolaire. D’une part, le brevet de capacité avait été rendu obligatoire pour l’enseignement par la loi du 16 juin 1881, qui avait supprimé toutes les équivalences admises jusque là, au premier chef la lettre d’obédience pour les institutrices congréganistes26. D’autre part et surtout, l’usage depuis le Second Empire avait transformé les brevets primaires en diplômes de fin d’études pour les jeunes filles, y compris celles « des familles les plus aisées et qui n’avaient jamais songé à se faire de leur savoir un gagne-pain »27. Cette double fonction ne fut que très peu affectée par la mise en place, encore balbutiante, de l’enseignement secondaire féminin, couronné par un « diplôme de fin d’études secondaires » – au programme duquel on retrouvait du reste, une fois encore, les trois mêmes Provinciales28. Outre que le diplôme ne fut réellement délivré qu’à partir de 1888, lorsque les premières élèves eurent accompli un cycle complet, il était réservé aux lycées et collèges de l’État : les seuls examens que pouvaient passer les élèves des couvents restaient les brevets primaires29. Les laïques ironisaient sur ce « snobisme » du brevet, contre lequel des campagnes catholiques tentèrent en vain de lutter : la demande des familles était trop forte30. La perspective de voir des jeunes filles lire des livres à l’Index était particulièrement scandaleuse aux yeux des catholiques31.

Une édition anticatholique : les Provinciales d’Ernest Havet

  • 32 Pascal 1881b. L’ouvrage fut réimprimé sans changement chez le même éditeur (Ch. Delagrave) en 1882, (...)
  • 33 Pascal 1852 (voir en particulier l’hommage à Cousin dans l’introduction, p. xvii-xviii et lxii) ; P (...)
  • 34 Taine à Havet, 24 mars 1852, dans Taine 1902-1907, I, p. 225. Voir aussi la lettre de remerciements (...)
  • 35 Havet 1891, p. 20-21. Morembert 1989 est, non seulement sommaire, mais déparé par des coquilles dan (...)

6Une édition scolaire des trois Provinciales du programme fut donnée dès 1881 par Ernest Havet, et s’imposa dans les lycées – dans l’intervalle, après que l’article 7 eut été repoussé par le Sénat, les décrets du 29 mars 1880 avaient prononcé la dissolution de la Compagnie de Jésus, et cette mesure avait été mise à exécution le 30 juin suivant32. Havet, membre de l’Institut, professeur au Collège de France, domina la réception de Pascal en France dans la seconde moitié du XIXe siècle, surtout par son édition des Pensées, parue pour la première fois en 1852 et qui fit référence par son très riche commentaire (il en donna, justement en 1881, une troisième édition remaniée). L’interprétation générale était celle de Cousin33. Taine félicita Havet d’avoir montré le christianisme « dans toute son horreur » : « je ne sais si vous y avez pensé ; mais votre livre est un admirable traité polémique »34. Havet était un libre penseur des plus marqués, déiste voltairien à l’époque de sa première édition des Pensées, puis « radicalement irréligieux à partir de son âge mûr » : au jugement de son fils, le latiniste Louis Havet, qui employa sa méthode et son talent de philologue à reconstituer l’itinéraire de son père, ce fut Pascal qui le rendit athée35

  • 36 Havet 1863. Voir en particulier Freppel 1863, p. 113-148 (citation p. 116).
  • 37 Havet 1863, p. 582.
  • 38 Havet 1871-1884. 
  • 39 Ibid., IV, p. 485.
  • 40 Censura italienne imprimée par Luigi Tripepi, 31 décembre 1878, Protocolli 1878-1881, n° 97, p. 2.  (...)
  • 41 Perraud 1881, p. 15. Par « critique intransigeante », Perraud désigne la « critique à outrance, har (...)
  • 42 Pascal 1885. L’introduction reprend textuellement, avec quelques corrections et additions, celle de (...)

7Le vif éloge de la Vie de Jésus de Renan qu’Havet publia dans la Revue des deux mondes en 1863 fit de lui, en tout cas, une bête noire des milieux catholiques, scandalisés de voir « un éditeur des Pensées devenir le thuriféraire de M. Renan »36. Havet trouvait pourtant que la critique de Renan n’était « pas toujours assez ferme et assez sévère »37. Il entreprit donc de retracer lui-même l’histoire des origines chrétiennes, dans quatre volumes publiés entre 1871 et 188438. La thèse fondamentale, renouvelée de la libre pensée du XVIIIe siècle, était « qu’il n’y a rien d’extraordinaire ni de mystérieux dans la naissance et le développement du christianisme »39, qui avait emprunté presque tout à la philosophie grecque ; le ton était volontiers voltairien. Les trois premiers volumes furent condamnés par un décret de l’Index du 3 février 1879, sur dénonciation du nonce à Paris. Au jugement du consulteur chargé du rapport, « pochi libri han veduto la luce in questo secolo, i quali contengano tanti errori, tante empietà e tanti pericoli »40. Le quatrième volume, consacré au christianisme lui-même, était plus choquant encore pour les catholiques. Son chapitre sur Jésus, d’abord publié sous forme d’article en 1881, suscita des réactions indignées. L’évêque d’Autun, Adolphe Perraud, le déclara « triste et très triste, parce qu’il est l’œuvre d’un vieillard et comme le dernier mot d’une vie qui sera bientôt mise en face de la pleine et inexorable lumière de l’éternité »41. Que pareille personnalité ait pris la peine de publier une édition scolaire, voilà qui est révélateur de ce qui était en jeu. Son édition intégrale des Provinciales ne vint qu’ensuite, et sur la base de ce premier travail, en 188542.

  • 43 Pascal 1881b, p. V-XXI (voir p. XVIII n. 1, la référence au Christianisme et ses origines, pour les (...)
  • 44 Ibid., p. XXV, note 2. Voir Boutry 2010, p. 105 ; Leroy 1992, p. 104-105, 166, 218, 232-235, 279. 
  • 45 Pascal 1881b, p. XLVIII-XLIX. Voir la lettre de remerciements de Paul Bert à Havet, qui lui avait e (...)
  • 46 Sur la prégnance de cette idée dans le discours antijésuite, voir Cubitt 1993, p. 154-155 et 171-17 (...)
  • 47 Pascal 1881b, p. XLIX.

8L’édition scolaire d’Havet était explicitement une œuvre de combat. L’introduction commençait par un exposé « De la théologie janséniste », qui était en réalité un essai d’histoire du dogme de la grâce depuis Paul, au caractère technique marqué – on aimerait savoir ce que la plupart des élèves purent y comprendre –, et à la tonalité très nettement libre penseuse : la doctrine de l’Église y était présentée comme irrémédiablement contradictoire. Havet s’y appuyait à la fois sur son édition des Pensées et sur son Christianisme et ses origines, auquel il renvoyait43. Suivait un long réquisitoire contre les jésuites. Havet ne craignait pas de mobiliser l’imaginaire le plus sombre de l’antijésuitisme : « On serait tenté de les comparer [les jésuites] à ces fantômes qu’on se figurait autrefois, qui du fond de leur mort suçaient le sang des vivants »44. Il renvoyait à la Morale des Jésuites de Bert, dont il faisait de nouvelles Provinciales, tout en soulignant – on n’ose penser qu’il s’agissait d’appâter les lycéens –, qu’y figuraient même les questions sexuelles, omises par Pascal  : « On doit remercier M. Paul Bert de s’être résigné à aborder ces ordures (du moins à l’aide du latin), et à nous renseigner ainsi sur la maladie érotique dont cette casuistique est dévorée, et qui s’accuse d’un bout à l’autre par un tel appétit des choses obscènes, et par de tels tours de force dans l’art de les présenter et de les assaisonner »45. Les jésuites, sans doute, « sont maîtres dans l’Église46. Mais l’Église ne juge plus aujourd’hui, elle est jugée, et qu’elle absolve les jésuites, ou même qu’elle les glorifie, ils n’en sont pas moins condamnés sans retour »47

  • 48 Ibid., p. XLV.
  • 49 Sur cette « étonnante contradiction », esquivée par Michelet et Quinet, voir Boutry 2010, p. 103-10 (...)
  • 50 Pascal 1881b, p. XXVII. Voir encore p. LXI-LXII, et Pascal 1885, p. LXXXIX, sur Pascal comme annonc (...)

9Contre les jésuites, Havet identifiait « l’esprit de Port-Royal » et « l’esprit laïque »48. Soulignant la cohérence entre les Provinciales et les Pensées, la théologie et la morale jansénistes, il s’efforçait de résoudre la contradiction à laquelle se heurtait l’antijésuitisme libéral depuis les années 1840 : comment à la fois exalter Port-Royal contre « la morale des casuistes », et défendre une conception du libre arbitre aux antipodes de la théologie de Jansénius49 ? « Il est vrai qu’ainsi le jansénisme a l’air d’anéantir l’homme pour mettre Dieu à sa place ; mais ce n’est qu’une illusion, et en réalité cette grâce qu’il invoque n’est que le plus haut effort de la nature humaine. Il dit : “C’est Dieu qui fait tout en moi” ; mais ce qu’il appelle Dieu est précisément ce qu’il sent en lui-même de plus exalté et de plus pur50 ».

10La conclusion était une allusion transparente à l’actualité :

  • 51 Pascal 1881b, p. LXV.

Je terminerai par une réflexion : c’est que Pascal n’a eu d’autre force à employer contre les jésuites que sa conscience et son talent. Celles dont disposent les gouvernements, c’est-à-dire les décrets, les expulsions, les rigueurs de toute espèce, dont les jésuites eux-mêmes usèrent contre leurs adversaires si impitoyablement, n’étaient pas à son service. Je ne l’en plaindrai pas ; je l’en féliciterai plutôt, car c’est lui qui s’est trouvé avoir les meilleures armes. Je crois qu’on peut y avoir confiance et que les Provinciales, qui ont si bien défendu dans le passé la liberté de l’esprit français, peuvent suffire encore aujourd’hui à cette défense51

Neutraliser les Provinciales : les éditions catholiques

  • 52 Godefroy 1880-1881, p. 15-16. Sur cette revue, voir Moulinet 1995b. Fr. Godefroy avait cité le même (...)
  • 53 Voir infra, n. 125.
  • 54 Sur Claude-Joseph Drioux (1820-1898), outre Didier 1967 et Laplanche 1996, voir Mouchard 1898, qui (...)
  • 55 Ragon 1896, p. 54. 

11Commentant les nouveaux programmes du baccalauréat dans Les Lettres chrétiennes, Frédéric Godefroy déplorait qu’on n’eût « pas craint, dans les circonstances actuelles, de fournir un nouvel aliment aux passions », mais exhortait les professeurs libres à « faire sortir le bien du mal » en saisissant cette occasion « d’étudier devant leurs élèves cette question intéressante : la véracité des Provinciales, et de montrer à l’œil “le venin caché dans ce livre qui a été tant applaudi,” selon les expressions de Fénelon »52. Un travail de ce genre pouvait en théorie être conduit sans mettre l’ouvrage entre les mains des élèves53. Un polygraphe, auteur prolifique de manuels pour l’enseignement libre depuis les années 1840, Claude-Joseph Drioux, chanoine de Langres, se hâta pourtant de donner une édition scolaire, qui parut en 1881 chez l’éditeur catholique Victor Lecoffre54. Drioux devint l’année suivante directeur de L’Enseignement chrétien, le bulletin de l’Alliance des maisons d’éducation chrétienne. Comme le dit élégamment Éloi Ragon, qui lui succéda dans cette dernière fonction, « son érudition, très étendue, commençait alors à perdre de sa fraîcheur première »55.

  • 56 Pascal 1881c, p. 7. Cette édition est aujourd’hui très rare. Le seul exemplaire que j’aie pu locali (...)
  • 57 Ibid., p. 25.
  • 58 Mouchard 1898, p. 323. Jean-Jacques Guerrin, évêque de Langres, se rangea d’entrée parmi les infail (...)
  • 59 Voir Pascal 1881c, p. 52.

12L’étude liminaire de Drioux « sur Pascal et les Provinciales » n’était guère qu’une déclamation contre Port-Royal (« place de guerre d’où partirent les coups les plus terribles contre le catholicisme et contre les Jésuites, ses défenseurs »56) et le jansénisme : « cette hérésie était sans contredit la plus perfide de toutes celles qui ont paru dans les temps modernes. C’était aussi celle qui était le plus directement opposée aux progrès de la civilisation »57. Quoique Drioux fût docteur en théologie et qu’il eût même été le théologien de son évêque à Vatican I58, il ne s’embarrassait pas de nuances. À l’en croire, la doctrine des jésuites critiqués par Pascal était tout simplement celle de l’Église59. S’agissant du probabilisme, il le prouvait, selon un procédé caractéristique du catholicisme français du XIXe siècle, par un pur et simple argument d’autorité :

Le probabilisme est devenu en quelque sorte la doctrine générale de l’Église. C’est saint Alphonse de Liguori qui l’a soutenue [sic] et développée tout particulièrement dans ces derniers temps, et il a été mis au nombre des Docteurs à la suite des Augustin, des Ambroise, des Grégoire, des Thomas d’Aquin, et proclamé une des lumières de la sainte Église.

  • 60 Ibid., p. 75. Canonisé en 1839, Liguori fut proclamé Docteur de l'Église en 1871. Pour l’importance (...)

13On voit que, sur ce point comme sur le reste, ceux que Pascal veut faire passer pour les corrupteurs de la religion et de la morale en ont été au contraire les fidèles gardiens60.

  • 61 Ainsi la définition de la sorbonique : « thèse de théologie soutenue pour le doctorat en Sorbonne » (...)
  • 62 Voir par ex. Pascal 1881c, p. 54 n. 2.
  • 63 Ibid., p. 61 n. 3 [Pascal 1987, p. 76]
  • 64 Voir Pascal 1881c, p. 35 n. 3, p. 55 n. 3 (« Comment comprendre cette conséquence ?), p. 57 n. 3 (« (...)
  • 65 Ibid., p. 40 n. 3. Voir encore par ex. p. 93 n. 3.
  • 66 Ibid., p. 98 n. 1 [Pascal 1987, p. 216].
  • 67 La rareté des exemplaires conservés aujourd’hui dans les bibliothèques publiques ne reflète pas for (...)

14Les notes proprement explicatives étaient rares et, de surcroît, en partie fausses – l’infériorité par rapport à Havet était criante à cet égard61. Drioux s’attachait presque exclusivement à critiquer Pascal, et de la manière la plus vétilleuse, y compris pour relever ses fautes de grammaire – c’étaient là les seules notes de langue de l’édition62. L’auteur de la Quatrième Lettre lance-t-il ironiquement au Père jésuite, à propos des gens « qui pèchent sans regret, qui pèchent avec joie, qui en font vanité » : « Il n’est pas que vous ne confessiez quelqu’un de ceux dont je parle, car c’est parmi les personnes de grande qualité qu’il s’en rencontre d’ordinaire » ? L’éditeur proteste en note : « Pourquoi cette préférence ? Le mal ne se rencontre-t-il pas dans toutes les conditions et pourquoi serait-il plus grand au sommet de la société qu’en bas63 ? » Loin d’expliquer le texte, Drioux professait à plusieurs reprises qu’il ne lui trouvait aucun sens64. Pascal, se plaignait-il, « embrouille tout et confond tout à dessein »65. La terrible conclusion de la Treizième Lettre (« tous vos auteurs s’élèveront en jugement les uns contre les autres ») lui inspirait ce commentaire : « Voilà une effrayante conclusion que son exagération même fait tourner au grotesque. Qui dit trop ne dit rien »66. Bien plus qu’à une édition scolaire, on avait affaire à un pamphlet, dont l’utilité pour les élèves devait être des plus réduites67.

  • 68 Plongeron 1972, p. 292-293.
  • 69 Sur cette maison, devenue en 1909 J. de Gigord, voir Savart 1985, p. 153-156. Pour les éditions sco (...)
  • 70 Pascal 1884.
  • 71 La licence en théologie impliquait la rédaction de deux thèses, latine et française. Voir Calvignac (...)
  • 72 Vialard 1884 (le visa de la Sorbonne est du 19 décembre 1884). Vialard ne fut que deux ans professe (...)
  • 73 Tacite 1883 ; Bossuet 1886.

15Aussi l’Alliance des maisons d’éducation chrétienne, réorganisée en 1882 « pour éliminer de nos maisons les livres sans Dieu que l’Université fournissait à nos classes, pour épurer ceux qui blessent la morale et rectifier ceux qui contredisent l’enseignement de la foi »68, jugea-t-elle nécessaire de faire réaliser une nouvelle édition. Celle-ci parut en 1884 chez son éditeur – qui était aussi celui de l’archevêque de Paris –, la maison Poussielgue69. Le texte, abondamment annoté, était précédé d’une introduction d’une trentaine de pages, et d’un choix d’« appréciations », littéraires puis morales70. Le travail était dû à l’abbé Augustin Vialard, alors professeur de rhétorique au petit séminaire de Saint-Nicolas du Chardonnet à Paris, dont la page de titre étalait les diplômes : licencié ès lettres, docteur en droit canonique, licencié en théologie71. Il devint peu après docteur de cette discipline grâce à une thèse assez légère, qui dut être une des toutes dernières soutenues à la Faculté de théologie catholique de l’Université de Paris, avant sa suppression en 188572. La thèse portait sur le XVIIe siècle, mais Vialard paraît s’être surtout spécialisé dans les éditions classiques : il avait donné l’année précédente deux livres de Tacite, et publia plus tard des Sermons choisis de Bossuet, toujours pour le compte de l’Alliance des maisons d’éducation chrétienne73

  • 74 Le nouveau programme du brevet supérieur fut publié le 11 août 1884 (supra, n. 25), alors que l’édi (...)
  • 75 La sorbonique est ainsi correctement définie, en citant Littré, comme « une des trois thèses que le (...)
  • 76 Ibid., p. 47 n. 3, et p. 47-48 n. 4. On ne trouve aucune note de ce genre chez Havet. 
  • 77 Ibid., p. 46 n. 1, p. 92-93 n. 3.
  • 78 Ibid., p. 3. Pour des attaques transparentes contre Havet, voir encore p. 58-59 n. 1, et p. 89 n. 2 (...)
  • 79 Ibid., p. 3.

16On ne saurait dire si Vialard, en préparant son édition, avait eu exclusivement en vue le baccalauréat ou s’il avait aussi pensé au brevet supérieur74. Pour des candidats aux examens, en tout cas, son travail n’était pas sans mérite. Les notes explicatives étaient, non seulement beaucoup plus abondantes, mais mieux informées que chez Drioux75. Comparée à l’édition d’Havet, celle de Vialard était plus nettement une édition scolaire : bon nombre de notes y étaient élémentaires, par exemple pour fournir un bref résumé biographique sur Thomas d’Aquin ou Augustin76. Vialard avait du reste utilisé le travail d’Havet, auquel il empruntait, en le citant, telle ou telle explication linguistique ou historique77. Mais la perspective avant tout apologétique était affichée dès les premières lignes de l’introduction : « Si les Provinciales sont un ouvrage littéraire, parfois difficile à comprendre, elles sont en même temps un événement historique dont la portée fut immense et dont les désastreux résultats survivront à la gloire du livre ». Et Vialard de dénoncer les éditions « furibondes » de ceux qui avaient « greff[é] un pamphlet sur le pamphlet de Port-Royal » – Havet était clairement visé78. Il importait donc, non seulement de fournir en note les éclaircissements nécessaires, mais de « répondre aux attaques les plus ordinaires, dont la publication des Provinciales est devenue l’occasion, contre un institut religieux, et contre la vérité catholique elle-même ! »79

  • 80 Pascal 1851. Voir Pascal 1884, p. 9 n. 1 : « Nous ne faisons guère que nous inspirer de ce beau tra (...)
  • 81 Sur Maynard (1814-1893), voir Coste 1932, III, p. 561-567.
  • 82 Voir sa lettre de condoléances à Eugène Veuillot, 11 avril 1883, dans Veuillot 1884, p. 138.
  • 83 Compte rendu de l’Histoire du pontificat de Clément XIV d’Augustin Theiner dans Bibliographie catho (...)
  • 84 Voir Lecanuet 1930, p. 56-66 ; Woodhall 1952-1953, p. 274-275 et 277 n. 86 ; Mathieu 1983-1984, p.  (...)
  • 85 Maynard 1884. L’ouvrage reprenait une série d’articles parus dans L’Univers de décembre 1883 à févr (...)
  • 86 Voir Renault 1989, p. 401-403. Tournier 1913, p. 190-195, dit à tort que l’Index condamna l’ouvrage

17Pour ce faire, Vialard avait puisé à deux grandes sources. Il s’était en premier lieu, comme Drioux avant lui, beaucoup servi de l’édition d’un ecclésiatique de Poitiers, le chanoine Michel-Ulysse Maynard – la grande édition catholique des Provinciales, parue en 185180. Maynard, qui mériterait une étude, fut une figure importante du catholicisme intransigeant dans la seconde moitié du XIXe siècle81. Admirateur de Louis Veuillot82, collaborateur de L’Univers, c’était un champion passionné de la Compagnie de Jésus, qu’il considérait comme « la plus grande chose qui ait existé dans l’Église, en dehors de sa divine constitution »83. Septuagénaire au moment où paraissait l’édition Vialard, il était plus combatif que jamais. En 1882, il dirigea une campagne furieuse contre le nouvel évêque de Poitiers, Bellot des Minières, coupable d’avoir affiché des opinions républicaines84. En 1884, il provoqua un scandale international par une attaque d’une rare violence contre la mémoire de Mgr Dupanloup et contre les catholiques libéraux en général85 : le cardinal Lavigerie tenta en vain de faire condamner le livre par la congrégation de l’Index86. C’est surtout au titre de ces dernières polémiques que Maynard est aujourd’hui connu des historiens. 

  • 87 Maynard 1847. L’exemplaire du fonds des Fontaines (déposé à la Bibliothèque municipale de Lyon), co (...)
  • 88 L’exemplaire du fonds des Fontaines (voir note précédente) contient, sur deux feuillets encartés, u (...)
  • 89 Maynard 1850, II, p. 472-473. Les principaux passages du chapitre consacré aux Provinciales dans ce (...)
  • 90 Pascal 1852, p. lxiv note b. Trente ans plus tard, dans Pascal 1881b, p. XXVIII, Havet qualifia l’é (...)

18Maynard avait commencé à travailler sur Pascal pour une thèse française, qu’il aurait dû soutenir devant la Faculté des lettres de Poitiers en avril 1847 et qui avait un caractère nettement polémique, contre Cousin et le scepticisme que celui-ci attribuait à Pascal : l’écho de Veuillot s’y fait nettement entendre87. Mais, la soutenance de sa thèse latine s’étant très mal passée, Maynard « se retira spontanément de la lice »88 – l’expérience ne dut pas lui laisser beaucoup de tendresse pour les maîtres de l’Université. Il refondit ses matériaux dans deux volumes qui virent le jour en 1850 et où l’attaque contre Cousin était encore accentuée. Maynard ne s’en accordait pas moins avec ce dernier, en inversant juste les jugements de valeur, pour opposer les Provinciales aux Pensées. Les premières, à l’en croire, n’avaient « qu’un mérite de forme ». « Mettrons-nous les subtilités jansénistes des Provinciales en comparaison avec les larges considérations morales des Pensées ? […] Les Provinciales, c’est Pascal sans son âme ; les Pensées, c’est Pascal tout entier ; des Pensées seulement on peut dire : Le style, c’est l’homme même » 89. Havet avait commenté ironiquement : « C’est Pascal mis au point de vue de ses fameux adversaires, dans un livre qui est tout à fait selon leur esprit »90.

  • 91 Pascal 1851, I, p. xxv. Le projet avait été annoncé l’année précédente dans Maynard 1850, I, p. 460 (...)
  • 92 Pascal 1851, I, p. xxvii.
  • 93 L. Veuillot, Réponse à M. Rigault [L’Univers, 28 novembre 1853], dans Veuillot 1924-1940, XXXI, p.  (...)

19Constatant pourtant douloureusement l’immense succès des Provinciales, publiées, à l’en croire, « à milliers d’exemplaires et même d’éditions », présentes « dans presque toutes les bibliothèques publiques et privées, répertoire toujours ouvert et toujours inépuisable de calomnies qui passent à travers les Jésuites pour atteindre l’Église elle-même », Maynard avait jugé que le seul moyen de les réfuter était d’en donner une édition annotée91. L’ouvrage, on l’a vu, avait alors été retiré des programmes et Maynard avertissait que son édition ne s’adressait pas « à tous ceux qui ne connaissent pas déjà les Provinciales, qui n’ont aucun besoin de les connaître. Les jeunes gens des collèges, surtout, doivent absolument se l’interdire »92. Au jugement de Veuillot, le travail de Maynard sur « ce livre, trop cher à l’Université » avait « mis les supercheries jansénistes dans une telle évidence qu’on ne peut plus décemment les utiliser »93

  • 94 Lemontey 1832, I, p. 156, cité dans Pascal 1851, I, p. 155 n. 1 (reprenant Maynard 1850, I, p. 471) (...)
  • 95 Pascal 1851, I, p. 62 ; Pascal 1884, p. 70 n. 3 [Pascal 1987, p. 76]. La proposition Omnia opera in (...)

20Vialard tira de Maynard l’essentiel de sa section « Appréciation morale des Provinciales », ainsi ce jugement de Pierre-Édouard Lemontey – qui écrivait sous la Restauration –, selon lequel les Provinciales « firent encore plus de mal à la religion que d’honneur à la langue française »94. Il lui reprit aussi, en les simplifiant et durcissant pour les élèves, plusieurs de ses notes. Sur la question du janséniste de la quatrième Provinciale, « Pensera-t-on que ces philosophes, qui vantaient si hautement la puissance de la nature, en connussent l’infirmité et le médecin ? », Maynard notait : « Peu s’en faut que Pascal ne soutienne ici que tous les actes des infidèles étaient péchés et les vertus des philosophes des vices, la doctrine si chère à Baïus et à Jansénius son disciple, et qu’il ne damne hardiment d’un seul coup tout le monde ancien ». Vialard résume : « Ainsi Pascal réprouve tous les philosophes de l’antiquité et toute l’antiquité elle-même »95.

  • 96 Note inédite à son collaborateur lyonnais, Guy-Marie Deplace, citée par Latreille 1906, p. 128. Cam (...)
  • 97 Latreille 1908, p. 423. En dépit de son orientation anhistorique, cette étude reste la meilleure do (...)
  • 98 Maynard 1850, II, p. 213 : « Il [Cousin] veut être chrétien en dépit du christianisme. C’est le Jan (...)
  • 99 Maynard 1884, p. 371-372 n. 2 (au sens, précisait Maynard, où Maistre explique ce jugement en note) (...)
  • 100 Maynard 1850, II, p. 428. 
  • 101 Pascal 1884, p. 35 (et à nouveau p. 67 n. 3), citant Maistre 1821, p. 76-77. Le mot avait été relev (...)
  • 102 Pascal 1884, p. 59-60, note 5, citant Maistre 1821, p. 86-89. 
  • 103 Pascal 1884, p. 29. Comparer Maistre 1821, p. 68-75 (qui ne fait pas de Mersenne un jésuite mais ne (...)
  • 104 Maynard 1850, I, p. 160-269, surtout 201-211.
  • 105 Havet 1885 (contre le philosophe catholique Jean Félix Nourrisson, Pascal physicien et philosophe, (...)

21L’autre grande source de Vialard était Joseph de Maistre, et plus précisément le premier livre de l’Église gallicane, où Maistre avait entrepris, non seulement « de renverser l’idole » de Port-Royal, mais encore d’« un peu la traîner »96 – Camille Latreille avait autrefois appelé à en étudier l’influence sur l’image de Port-Royal au XIXe siècle97. Maynard s’en était visiblement nourri : il en tira une flèche contre Cousin en 185098 et, trois décennies plus tard, appliqua à Dupanloup le mot de Maistre sur Port-Royal qui « n’a fait que du mal à la religion »99. Il avait cependant pris quelques distances vis-à-vis des jugements proprement littéraires de l’Église gallicane, tout en notant : « On pourrait dire cependant que dans les assertions littéraires de M. de Maistre, aussi bien que dans ses opinions philosophiques, le paradoxe est plus à la surface qu’au fond »100. Vialard, pour sa part, suivit Maistre sans aucune réserve. Le mot dédaigneux de celui-ci sur le « fort joli libelle » concluait les « appréciations littéraires » sur les Provinciales101. Le dialogue imaginé par Maistre entre Pascal et « quelque directeur pris hors de sa secte » était reproduit dans une note, et Vialard avertissait que c’était là une page « sous l’impression de laquelle il est bon de lire toute les Provinciales, à partir de la IVe »102. Maistre avait aussi fait de son mieux, dans le sillage de la polémique jésuite, pour relativiser l’œuvre scientifique de Pascal : ce fut très vraisemblablement ce chapitre de l’Église gallicane, lu trop vite ou grossièrement résumé, qui fit écrire à Vialard que Pascal voulait se venger des jésuites, après qu’« un Jésuite, le P. Lallouère [Lalouvère], avait résolu le problème sur le [sic] cycloïde » et qu’« un autre Jésuite, le P. Mersenne, avait revendiqué publiquement pour Descartes et pour Torricelli, la première gloire de deux célèbres ouvrages de Pascal sur le baromètre et les sections coniques »103. Il vaut de noter que Maynard, dans le chapitre sur « Pascal savant » de son Pascal, avait été, surtout quant aux rôles respectifs de Pascal et de Descartes dans l’expérience du puy de Dôme, beaucoup plus nuancé104. Havet, pour sa part, protesta fermement, en 1885, contre ceux qui voulaient ôter à Pascal « son principal titre comme physicien »105

  • 106 Pascal 1884, p. 15.
  • 107 Voir Maistre 1821, p. 91-92 et 273-275. Pour les critiques de Deplace, voir Latreille 1908, p. 414- (...)
  • 108 Voir en particulier, pour un épisode célèbre et bien révélateur, Buchoud 2002, p. 39-43 et 46.
  • 109 Voir Jacquin 1981, p. 296 ; Jobert 1981, p. 301.
  • 110 Lettre à dom Alphonse Guépin, 27 mars 1874, citée par Oury 2000, p. 452.
  • 111 Pascal 1884, p. 47 n. 3. Voir encore p. 51 n. 2.
  • 112 Voir en particulier Régnon 1883 ; pour un résumé de la polémique, Hocedez 1947, p. 236-244.
  • 113 Pascal 1884, p. 21. 

22Dans l’introduction de son édition, Vialard identifiait pratiquement molinisme et orthodoxie : « c’est suivant l’esprit de ce système que sont donnés la plupart du temps les enseignements pratiques et moraux de l’Église, soit dans les livres de piété, soit du haut de la chaire »106. Il marchait ici encore sur les pas de Joseph de Maistre – quoique ce dernier, sur les instances de Deplace, eût apporté quelques atténuations à son texte107 –, et de beaucoup d’intransigeants français, qui jugeaient le thomisme dangereusement proche du jansénisme108. Il fallut attendre plusieurs années après l’encyclique Aeterni patris de 1879 pour qu’un changement se fît jour sur ce point109. Dom Guéranger parlait de « prétendu thomisme » : « autant j’aime et honore l’Ange de l’École, autant j'exècre le thomisme qui lui est postérieur »110. Dans ses notes sur la première Provinciale, Vialard appelait précisément à distinguer Thomas d’Aquin lui-même et « toutes les manières de voir que l’on a depuis abritées sous le nom de thomisme. Il faudrait plutôt attribuer la paternité du plus grand nombre d’entre elles à quelques-uns de ses commentateurs, par exemple au dominicain espagnol Bannès [sic] »111. Dans les années 1880, la polémique fit rage sur ce point entre dominicains et jésuites : Vialard prenait clairement parti pour ceux-ci112. Il surenchérit à l’occasion sur ses modèles, ainsi pour expliquer aux élèves que Port-Royal « survécut aux justes rigueurs du grand roi et partagea, avec les derniers débauchés, les complaisances et la confiance du Régent »113

  • 114 L'Enseignement chrétien. Bulletin périodique paraissant le 1er et le 16 de chaque mois, 3, n° 16, 1 (...)

23L’édition parut sans doute à l’été 1884, à temps, en tout cas, pour la rentrée scolaire. Au mois d’août, l’abbé Drioux en fit une recension très élogieuse dans le bulletin de l’Alliance des maisons d’éducation chrétienne : « pour répondre à un adversaire comme Pascal il faut tout à la fois de l’érudition, de la pénétration et de la logique, et c’est ce qu’on trouve dans toutes les notes dont M. Vialard a accompagné ces trois lettres. Il n’y a pas un point qu’il n’ait éclairci, et, malgré toute son habileté, Pascal a été complètement convaincu de fausseté et par là même vaincu »114.

Une édition catholique devant l’Index

  • 115 Voir Pascal 1851, I, p. 188, et II, p. 320-324 n. 1 ; et surtout Maynard 1850, I, p. 539. 
  • 116 Pascal 1851, I, p. xxiv. 
  • 117 « Liste des livres condamnés depuis deux siècles dans le diocèse de Paris, et qu’il est défendu, ta (...)
  • 118 Parmi les lettres d’évêques incluses dans Protestation 1841, deux seulement mentionnent l’inscripti (...)
  • 119 Pascal 1851, I, p. xxvi.

24Restait encore la question de l’Index romain. Il est frappant que Maynard en 1851 – alors même qu’il attaquait durement l’ecclésiologie gallicane et ses derniers défenseurs115 –, l’ait passée sous silence. Dans son avant-propos, il devançait en ces termes l’objection qu’on pourrait lui faire : « Convenait-il à un prêtre de publier un ouvrage flétri par l’autorité de l’Église, et interdit dans quelques diocèses de France sous les peines les plus rigoureuses ? »116 C’était le cas à Paris où le Rituel de 1839 de Mgr de Quelen rangeait les Provinciales parmi les livres défendus, sans référence à l’Index mais au motif, dans la pure tradition gallicane, que « la Bulle d’Alexandre VII, Ad sacram Beati Petri sedem, du 16 octobre 1656, publiée par les Mandemens des Vicaires-généraux du cardinal de Retz, des 8 juin et 31 octobre 1661, condamne tous les livres, tant manuscrits qu’imprimés, et ceux qu’on pourroit imprimer à l’avenir, dans lesquels seroit soutenue la doctrine du livre de Jansenius »117. Dans les années 1840, les catholiques qui protestèrent contre l’inscription des Provinciales au programme du baccalauréat évoquèrent très peu l’Index118. Maynard assurait pour sa part avoir consulté « des personnes recommandables par leur piété et leurs lumières. Ce n’est qu’après avoir obtenu leur assentiment que nous nous sommes rassuré nous-même, et nous ne publions notre travail que sur l’avis favorable de la plus haute autorité ecclésiastique qui soit en France »119. S’agissait-il de Sibour, archevêque de Paris, gallican et grand ennemi de L’Univers ? ou plutôt du cardinal de Bonald, archevêque de Lyon et primat des Gaules, dont les tendances étaient certainement plus proches de celles de Maynard ? De l’Index romain, en tout cas, pas un mot. Maynard avait même, dans une note sur la quatrième Provinciale (« c’est dommage, me dit tout bas mon Janséniste, que ce livre-là [la Somme des péchés du P. Bauny] ait été condamné à Rome, et par les évêques de France »), invité à relativiser les condamnations de l’Index :

  • 120 Ibid., p. 147-148, n. 2 [Pascal 1987, p. 72-73]. Vialard dans Pascal 1884, p. 63, s’abstient de tou (...)

Ici, on doit remarquer qu’un livre est quelquefois mis à l’index pour une simple formalité omise dans l’impression, ou bien pour quelque principe peu conforme à certaines maximes des canonistes d’Italie, par exemple celui du P. Bauny touchant la juridiction des officiers civils sur les clercs ; et il paraît qu’on apporta ce motif pour presser la censure de la Somme des péchés. Ce qui n’empêche pas cependant que cet ouvrage ne soit condamnable à d’autres égards, et ne renferme quelques propositions relâchées qui lui valurent la réprobation des évêques de France120.

  • 121 Voir Gough 1986, p. 131-162, et encore p. 195-198, 214-216, 223-225, 243 ; Savart 1985, p. 254-274. (...)
  • 122 Voir deux études posthumes très éclairantes de Bruno Neveu (Neveu 2004, 2007).
  • 123 Voir Capéran 1961, p. 25-50, en particulier 33-34 ; Chevallier 1981, p. 390-420, avec les documents (...)

25 Après 1850 pourtant, en quelques années, devant des gallicans consternés et impuissants, l’Index s’était imposé partout en France. Des éditeurs catholiques ne pouvaient plus, ni en conscience ni commercialement parlant, se permettre de l’ignorer121. Et les éloges donnés à Port-Royal, la critique de « la morale des jésuites », le fait même de ne pas mentionner systématiquement les condamnations de l’Index, étaient des motifs de condamnation aux yeux des censeurs romains122. Au moment où paraissait l’édition Vialard, l’autorité de l’Index auprès des catholiques français était à son apogée. La Congrégation était intervenue dans la querelle scolaire en condamnant, en décembre 1882, quatre manuels d’instruction morale et civique, dont celui de Paul Bert : cette censure eut un immense retentissement ; les évêques français les plus combatifs l’exaltèrent, dans un flou dogmatique sans doute délibéré, comme « la parole même du pape », « les enseignements du Vicaire de Jésus-Christ »123.

  • 124 La supplique des Poussielgue, datée du 11 octobre 1884, et la lettre de Guibert, du 21 octobre 1884 (...)
  • 125 Voir dans Atti e documenti 1878-1885, n° 257, la supplique au pape du P. Ligiez, du 23 septembre 18 (...)
  • 126 Guibert à Martinelli, 21 octobre 1884, Protocolli 1882-1884, n° 78. On ne trouve aucune trace que L (...)

26En octobre 1884, les Poussielgue sollicitèrent donc pour l’édition Vialard une permission de l’Index, par l’intermédiaire de l’archevêque de Paris, le cardinal Guibert124. Celui-ci précisa que son coadjuteur (le futur cardinal Richard, qui lui succéda deux ans plus tard) et lui-même, en vertu des facultés reçues de la Congrégation, accordaient « aux professeurs d’une doctrine sûre, la permission de lire et d’expliquer les Provinciales aux candidats, en les prémunissant contre les erreurs qu’elles contiennent ». La pratique semble avoir été habituelle dans les diocèses français : comme l’écrivait le dominicain Vincent Ligiez, c’était là un « moindre mal », en comparaison du risque que les établissements catholiques fussent abandonnés125. Il devenait pourtant « fort difficile de ne pas mettre le texte sous les yeux des élèves et il était « à craindre que les jeunes gens et les jeunes filles, entraînés par le désir de réussir dans les examens, ne se procurent des éditions non annotées ou annotées dans un esprit contraire à la doctrine de l’Église »126 – Guibert pensait certainement à celle d’Havet. 

  • 127 Lettre de Guibert à Martinelli, 7 octobre 1882, Atti e documenti 1878-1885, n° 302 (original callig (...)
  • 128 Minute de réponse à Guibert, sans date, de la main du P. Saccheri, Atti e documenti 1886-1897, n° 8 (...)
  • 129 Protocolli 1882-1884, n° 61. Sur Haringer, voir Wolf 2005, III/1, p. 757-762 ; Schwedt 2006 ; sur l (...)
  • 130 Voir supra, n. 114. Comparer Guibert à Martinelli, 7 octobre 1882, Atti e documenti 1878-1885, n° 3 (...)

27L’archevêque avait utilisé exactement les mêmes arguments deux ans plus tôt, lorsque les Poussielgue s’étaient adressés à la Congrégation pour leur édition de l’Émile de Rousseau (au programme du brevet supérieur en 1881), réalisée dans le même esprit que les Provinciales de Vialard127. Il leur avait été répondu qu’elle pouvait être tolérée, attentis peculiaribus circumstantiis et necessitatibus expositis, hisque perdurantibus : l’archevêque de Paris ne manqua pas de rappeler ce précédent128. Le consulteur chargé du rapport, le théologien rédemptoriste Michael Haringer, avait de fait rendu un avis très favorable, à la fois pour les notes et pour la notice préliminaire, où les ouvrages de Rousseau étaient sévèrement critiqués, et sa vie racontée de manière à le discréditer. La nouvelle édition ôtait ainsi omne periculum, quod in libro est129. Enhardis par ce succès, les Poussielgue – alors qu’ils n’avaient transmis, deux ans plus tôt, que les épreuves de l’Émile –, envoyaient cette fois directement un exemplaire des Provinciales, déjà publiées et même mises en vente : on ne s’attendait manifestement, à Paris, à aucune difficulté130

  • 131 Protocolli 1882-1884, n° 182. La constitution Sollicita ac prouida figure en tête d’Index 1758 (voi (...)
  • 132 Protocolli 1882-1884, n° 187, p. 1-18 (votum imprimé, en italien, adressée aux cardinaux). Sur Gius (...)
  • 133 Sur l’attention portée par les censeurs romains à « la séduction du style », particulièrement sur l (...)
  • 134 Protocolli 1882-1884, n° 187, p. 3. Voir Pascal 1884, p. 31-35. Sur le passage de Maistre, supra, n (...)
  • 135 Protocolli 1882-1884, n° 187, p. 2-3.

28Conformément à la procédure normale de l’Index – fixée en 1753 par la constitution Sollicita ac prouida de Benoît XIV –, l’édition Vialard fut confiée à un rapporteur, avant d’être examinée dans une « congrégation préparatoire » des consulteurs, au domicile du secrétaire, le dominicain Girolamo Pio Saccheri, le 10 décembre 1884131. Le rapporteur, le P. Giuseppe Maria Granniello, barnabite, professeur de théologie au collège de son ordre, S. Carlo ai Cattinari, consulteur de l’Index et futur cardinal, rendit un avis fouillé et très négatif132. Il excusa les « appréciations littéraires » données en introduction. Elles étaient certes dangereuses puisque, en insistant sur l’agrément de l’ouvrage, elles risquaient de pousser les candidats à lire toutes les Provinciales et pas seulement les trois au programme133. Mais, outre que ces jugements étaient à connaître pour l’examen, celui de Maistre était donné comme correctif et les « appréciations morales » servaient d’antidote134. Granniello passa aussi, en raison du genre de l’ouvrage, sur le simplisme de l’introduction – qui ne distinguait pas le pur molinisme du congruisme et, surtout, oubliait que les systèmes augustinien et thomiste restaient pleinement autorisés dans l’Église, en vertu du principe de « la liberté des écoles »135. Les notes à la première Provinciale étaient insuffisantes et faibles. Mais, si cette théologie était courte, elle était sans dangers pour la foi :

  • 136 Ibid., p. 3-4.

stanteché a’ giorni nostri i laici, e in ispecie i giovanetti e le giovanette, non si occupano dell’efficacia della grazia e della potenza prossima ad osservare la legge di Dio. Io penso che la massima parte di quelli a cui il lavoro è destinato non capiranno quasi nulla di questa lettera, e contenti della parte estetica, se sono buoni troveranno la loro salvaguardia nell’autorità della Chiesa che condannò le Provinciali : se cattivi, rideranno di queste sottigliezze de’ teologi ; e questo non è il peggior male che possa oggi aspettarsi da’ libri cattivi136.

  • 137 Ibid., p. 5.
  • 138 Pascal 1881b, p. XXXV et XL.
  • 139 Protocolli 1882-1884, n° 187, p. 5-6, renvoyant au décret du Saint-Office du 24 août 1690 (Denz.-Sc (...)
  • 140 Protocolli 1882-1884, n° 187, p. 15-17, en renvoyant aux propositions 26, 27 et 28 de 1679 (Denz.-S (...)
  • 141 Protocolli 1882-1884, n° 187, p. 13, en renvoyant à la 30e proposition de 1679 (Denz.-Schön. 2130). (...)
  • 142 Voir Pascal 1884, p. 92 n. 1, sur la Treizième Lettre [Pascal 1987, p. 206] : « Encore une fois, c’ (...)
  • 143 C’est sous ce titre que H. de Pène, dans Le Gaulois du 2 octobre 1882, résuma la polémique entre le (...)
  • 144 Pascal 1881b, p. XLIII n. 1. Ce point est développé dans Pascal 1885, p. 4.

29Il en allait différemment des Lettres IV et XIII, qui traitaient de matières de pratique, et sur lesquelles plusieurs notes de Vialard étaient « poco sane o molto pericolose »137. L’éditeur paraissait ignorer que plusieurs des thèses dénoncées par Pascal avaient été ensuite condamnées par les papes – Havet avait insisté sur ce point, où il voyait la preuve « que l’Église s’est mise du côté de Pascal et qu’elle a jugé en sa faveur »138. Vialard soutenait ainsi que, « pour tout le monde, les jansénistes exceptés », « une inattention involontaire » à Dieu rendait le péché non imputable : mais c’était là le péché philosophique condamné par Alexandre VIII en 1690139 ! Il défendait les restrictions mentales, au mépris du décret d’Innocent XI de 1679 contre la morale relâchée140. Sur l’homicide, il justifiait des théories qui avaient, là encore, été censurées en 1679141. Il allait, avec Escobar, jusqu’à excuser le duel142. La question était des plus actuelles en France, où la prégnance du duel, surtout dans les milieux littéraires et politiques, posait aux catholiques un véritable « cas de conscience »143. Il est remarquable que ç’ait été un des « bien rares » points sur lesquels Havet s’était avoué « tenté de prendre parti pour » les casuistes, en prenant argument de ce qui se pratiquait « aujourd’hui encore »144 : le libre penseur et le prêtre étaient pour une fois d’accord. Granniello s’indigna que Vialart eût osé écrire, « in un libretto dedicato alle Maisons d’éducation chrétienne », que, « de nos jours encore », beaucoup « d’honnêtes gens » se battaient en duel.

  • 145 Protocolli 1882-1884, n° 187, p. 13-14. Sur cette consultation du Saint-Office, voir Falletti 1953, (...)

30Prima di leggere questo passo io non sapeva intendere ciò che mi raccontò un religioso ch’è stato in Francia, vale a dire che un giorno gli si presentò una signora, e lo pregò a voler persuadere non ricordo se il fratello o il marito ad accettare un duello : ora poi dico fra me, qual maraviglia che così pensasse una donna, se parla ne’ termini che ho riferito un sacerdote dottore in diritto canonico e licenziato in teologia. I quesiti sulla cooperazione del medico e del confessore al duello proposti non ha molto alla Suprema fanno sospettare che in Francia non tutto gli ecclesiastici ispirino alla gioventù quell’orrore al duello che la Chiesa vuole145.

  • 146 Protocolli 1882-1884, n° 187, p. 18.
  • 147 Ibid., p. 10. Voir Pascal 1884, p. 66-67 n. 2 [sur les pécheurs qui « ne pensent jamais à Dieu »] : (...)
  • 148 Gerdil 1861 (d’abord publié sous forme de mémoire, Fragments inédits du cardinal Gerdil, dans Anale (...)
  • 149 « Introduzione dell’editore », ibid., p. 18. Cet éditeur est anonyme mais il s’agissait de Granniel (...)
  • 150 Protocolli 1882-1884, n° 187, p. 11, citant De Gratia Dei commentariolum, dans Gerdil 1806-1821, XI (...)
  • 151 Protocolli 1882-1884, n° 187, p. 5-6 et 15-17.

31La piètre performance de Vialard tenait en partie à la difficulté de sa tâche, encore aggravée par les contraintes d’une édition scolaire. Comment réfuter les Provinciales tout en condamnant ce qu’elles condamnent ? En conclusion, Granniello incriminait une erreur de stratégie : « La causa di tanti sbagli mi pare che sia questa, che l’Abate [Vialard] ha voluto quasi sempre e da per tutto confutare il Pascal, mentre avrebbe dovuto contentarsi di mostrare che è uno scrittore sleale, un falsario, un calunniatore »146. Mais la critique théologique rigoureuse du consulteur mettait en cause, non seulement la maladresse de Vialard, mais encore son incompétence, ainsi quand, dans la même note, il trouvait moyen de tomber à la fois dans le pélagianisme, sur la nature et la nécessité de la grâce, et dans le baïanisme et le jansénisme, sur la distribution de la grâce : « E intanto scrive contro i giansenisti ! »147 Il s’agissait, au fond, du heurt de deux cultures. Granniello était un théologien professionnel, formé à employer les concepts rigoureusement et à distinguer les sens d’une proposition, et qui, par surcroît, connaissait parfaitement les controverses des XVIIe et XVIIIe siècles. Sa première publication avait été une édition d’une gloire barnabite, le cardinal Gerdil, dont les manuscrits étaient conservés à S. Carlo ai Cattinari – les studia romains des ordres religieux étaient les conservatoires d’une culture théologique d’Ancien Régime148. Gerdil avait été, dans les dernières décennies du XVIIIe siècle, un des grands champions de l’orthodoxie romaine contre le jansénisme, mais en veillant soigneusement à serrer celui-ci au plus près et à ne pas le confondre avec des opinions qui restaient libres dans l’Église : « cautela, souligna son éditeur, utilissima e di sommo momento »149. Il est significatif de voir Granniello, à côté d’autorités que l’on peut dire classiques, comme Estius, Alphonse de Liguori ou Thomas d’Aquin, citer dans son votum, sur la grâce des pécheurs endurcis, le De Gratia de Gerdil150. Il était aussi familier de toute cette littérature théologique spéciale, de la fin du XVIIe et du début du XVIIIe siècle, qui s’était attachée à commenter les condamnations pontificales, en particulier celles de 1679 : la Crisis theologica de Juan de Cardenas (1687), la Theologia reformata de Diego de La Fuente Hurtado (1689), les Damnatae Theses de Domenico Viva (1708), autant d’ouvrages qu’il opposa aux notes de Vialard151.

  • 152 Voir Neveu 1998, p. 751-757 ; Neveu 1997, surtout p. 330-341. Cette dimension à la fois apologétiqu (...)
  • 153 Schœnher 1911, II, p. 579.
  • 154 Voir Paguelle de Follenay 1896, I, p. 546-548, et II, p. 543-544 et 546. Vialard publia des Sermons (...)
  • 155 Pascal 1885, p. LVIII. 
  • 156 Voir surtout le passage fameux de Maistre 1821, p. 273 n. 1 (« les cinq propositions sont la peccad (...)
  • 157 Voir Maistre 1966, p. XXIII-XXXIV (surtout XXXII-XXXIII) ; Jacqueline 1983. 

32Vialard, pour sa part, n’était pas théologien ou, du moins, avait une conception apologétique et rhétorique de la théologie, à l’image des cours dispensés dans les facultés de théologie catholique de l’Université152. Il était, on l’a vu, professeur de rhétorique au séminaire Saint-Nicolas, dont le supérieur, Paguelle de Follenay, défendait alors vigoureusement « la vieille formation intellectuelle qui faisait des discours latin et français la base des humanités »153. Il vaut de noter que Paguelle de Follenay fut, dix ans plus tard, le biographe officiel du cardinal Guibert. Si tous ces ecclésiastiques lisaient assidûment les « maîtres du XVIIe siècle », leur XVIIe  siècle était beaucoup plus littéraire que théologique : c’était avant tout de Bossuet, et du Bossuet orateur, qu’ils étaient nourris154. L’exposé sur la grâce dans l’édition scolaire d’Havet, si orienté qu’il fût, était plus exact que celui de Vialard. Dans sa grande édition, en 1885, Havet put écrire cruellement mais, s’agissant du moins du clergé séculier français à cette date, sans trop d’injustice : « nos théologiens, si nous avons encore des théologiens, ont abandonné ces discussions autrefois si opiniâtres sur la grâce, et laissent dormir ces textes de Paul et d’Augustin sur lesquels il y a eu tant de controverses »155. Sans doute faut-il aussi tenir compte de l’influence de Maistre : si celui-ci était beaucoup moins ignorant en théologie qu’on ne le dit communément, il reste que, pour mieux insister sur le danger politique du jansénisme, il lui fit subir une véritable déthéologisation156. Les libertés prises par Du Pape avec les formules dogmatiques choquèrent les lecteurs romains157. Soixante ans plus tard, l’écart entre un usage rhétorique et un traitement technique du vocabulaire théologique se voit encore parfaitement dans le commentaire qu’inspire à Granniello la note « Ainsi Pascal réprouve tous les philosophes de l’antiquité et toute l’antiquité elle-même » :

  • 158 Protocolli 1882-1884, n° 187, p. 12.

Osservo che sarebbe stato bene che l’Abate avesse dichiarato quella parola réprouve : che i gentili, e massime i loro filosofi, abbiano avuto delle grazie medicinali, questo è vero : che abbiano alcuni avuto anche qualche grazia soprannaturale quanto alla sostanza, cioè per l’initium fidei, può pure ammettersi : che abbiano fatto qualche opera buona (di bontà naturale) con o senza la grazia, nè pure si nega. Ma l’antitesi del réprouvé è non solo giustificato, ma anche predestinato158.

  • 159 Ibid., p. 18.

33La conclusion était draconienne. Non seulement l’édition devait être supprimée, mais – l’archevêque de Paris ayant précisé qu’il donnait des permissions de lecture aux professeurs –, « mi pare che bisognerebbe aggiungere, che i librai se ne hanno dato fuori delle copie, procurino al possibile di ritirarle »159

  • 160 Protocolli 1882-1884, n° 184 (votum imprimé de Giuseppe Pennacchi), p. 5. Voir E. Renan, Port-Royal(...)
  • 161 On trouvera sur chacun des notices avec bibliographie et, surtout, la liste de leurs vota, dans la (...)
  • 162 Il y avait déjà quatre consulteurs français (Gerarchia 1884, p. 556-558), tous nommés sous Pie IX e (...)
  • 163 Voir Atti e documenti 1886-1897, n° 44, Études antérieures du R. P. Eschbach, Supérieur du Séminair (...)
  • 164 Voir son long votum du 26 mai 1898 sur Le Père Hecker, fondateur des Paulistes Américains, que Char (...)
  • 165 Voir Prévotat 2001, p. 572 n. 190, sur son action contre l’Histoire ancienne de l’Église de Duchesn (...)
  • 166 Protocolli 1882-1884, n° 182. 

34À la réunion préparatoire du 10 décembre, les Provinciales furent examinées avec six autres ouvrages, presque tous français – quatre manuels d’instruction morale et les Nouvelles Études d’histoire religieuse de Renan, auxquelles le rapporteur reprocha notamment leur éloge de Saint-Cyran et des religieuses de Port-Royal qui avaient « sauvé la conscience »160. Étaient présents, outre le dominicain Agostino Bausa, Maître du Sacré Palais, qui siégeait ex officio, et le secrétaire Saccheri, Granniello et neuf autres consulteurs : Luigi Sepiacci, augustin, Vincenzo Nussi, chanoine de St-Pierre, Luigi Tripepi, chanoine de San Lorenzo in Damaso, le théatin Francesco Maria Cirino, le bénédictin irlandais Bernard Smith, le jésuite Antonio Angelini Rota, Michael Haringer (qui avait examiné l’Émile en 1882), le dominicain catalan Pau Carbó i Roca, et un Français, le spiritain Alphonse Eschbach, supérieur du séminaire français de Rome161. Eschbach avait été nommé consulteur juste quinze jours plus tôt, le 22 novembre, le manque d’un Français en mesure de participer effectivement aux réunions et, aussi, plus en phase avec les tendances du nouveau pontificat, ayant dû se faire sentir162. Il ne donne guère l’impression d’avoir été un théologien très distingué, du moins dans l’ordre spéculatif – son principal ouvrage, les Disputationes physiologico-theologicae, témoigne de connaissances anatomiques fort précises163. Il paraît en tout cas avoir suivi docilement la politique française de Léon XIII164, même si plus tard, sous Pie X, il fut proche de l’intégrisme165. Les autres consulteurs avaient de l’expérience, parfois très longue. Presque tous rédigèrent au cours de leur carrière des vota sur des ouvrages en français, et devaient donc comprendre cette langue : Cirino avait été un des censeurs du Dictionnaire de Bouillet en 1854, Smith un de ceux de Victor Cousin en 1858, Tripepi avait été le rapporteur du Christianisme et ses origines de Havet, plusieurs avaient été, ou étaient appelés à être, les censeurs de Renan. La démonstration de leur collègue leur parut sans appel : hanc propositam editionem optato fini non respondere, adeoque non esse publicandam, imo retrahendam ; il fallait écrire à l’archevêque de Paris ut uir doctus et capax in re, de qua agitur, eligat [sic !], qui nouam editionem meliori introductione et adnotationibus aptioribus et opportunis, ad omne periculum subuersionis a iuuenibus amouendum, praeditam conficiat166

  • 167 Voir ibid., la convocation imprimée envoyée aux cardinaux pour cette date. Y est joint, selon la pr (...)
  • 168 Voir Wolf 2005, III, s.v. Sur Franzelin, la bibliographie est importante mais beaucoup plus théolog (...)
  • 169 Courtade 1951-1952. 
  • 170 Voir Aubert 1961, p. 3-42, 65, 75 ; Neufeld 1982, surtout p. 681-683 ; Walter 1987, p. 39 ; le juge (...)
  • 171 Voir Rochemonteix 1901, I, p. 50-51, 57 n. 1, 60 n. 3 ; Baudrillart 1921, I, p. 460-465 ; Maccarron (...)

35La décision finale revenait à la « congrégation générale » des cardinaux de l’Index, qui se tint au Vatican le 19 décembre, avec le Maître du Sacré Palais 167. Huit membres étaient présents, dont seuls trois étaient de véritables théologiens, le dominicain Tommaso Maria Zigliara, l’ancien jésuite devenu prêtre séculier Giuseppe Pecci, frère aîné de Léon XIII, et surtout le jésuite tyrolien Johannes Baptist Franzelin, sans doute alors le plus prestigieux représentant de ce qu’il est convenu d’appeler « l’École romaine »168. Il avait joué, comme consulteur, un rôle de premier plan à Vatican I : le décret du Concile sur l’inspiration des Écritures fut essentiellement son œuvre. Élevé au cardinalat par Pie IX en 1876, son autorité doctrinale restait considérable169, même si son approche commençait d’être supplantée par la montée du néo-thomisme : alors que Zigliara et Giuseppe Pecci jouèrent un rôle important dans ce mouvement, Franzelin s’inscrivait bien davantage dans la continuité des grands théologiens jésuites des XVIe et XVIIe siècles170. Par ses confrères de la Compagnie de Jésus et par ses anciens élèves au Collège romain, il suivait de près les développements français, tant politiques que théologiques, défendant dans l’un et l’autre ordre une ligne intransigeante171

  • 172 Voir Atti e documenti 1886-1897, n° 46 (mémoire d’Henri Lasserre du 25 février 1889, où Maynard est (...)
  • 173 Cabrol 1893, p. 341-342. 
  • 174 Sur l’affaire de la lettre de Pitra à l’abbé Brouwers, en mai 1885, voir Muñoz 1994. Maynard en fut (...)
  • 175 On se reportera à leurs notices respectives dans Wolf 2005, III.
  • 176 Voir Tommaso Esser, Inventario della Segreteria della S. Congregazione dell’Indice (exemplaire dact (...)
  • 177 Diari, XX (1866-1889), p. 285-286.
  • 178 Protocolli 1885-1889, n° 10 (votum imprimé du P. Saccheri, donnant les corrections d’Eschbach).

36L’augustin Tommaso Maria Martinelli, préfet de la Congrégation, avait été professeur d’Écriture sainte à la Sapienza, sans jamais rien publier. Le seul Français, Jean-Baptiste Pitra, Bibliothécaire de la Sainte Église romaine, s’était fait connaître par ses travaux d’érudition. Disciple de dom Guéranger, c’était un intransigeant, lié à Maynard et au groupe de l’Univers, dont il était le patron et le relais à Rome. Habitué à utiliser l’Index contre les catholiques libéraux172, il aurait voulu en faire aussi une machine de guerre contre le gouvernement républicain. La condamnation des manuels en 1882 fut en partie son œuvre, et il espérait qu’elle donnerait le signal d’un grand soulèvement catholique contre les lois scolaires173. Sa fidélité revendiquée à l’esprit du pontificat de Pie IX, critique implicite de la ligne plus conciliatrice de Léon XIII, lui valut, quelques mois plus tard, une sévère réprimande publique de la part du pape : en décembre 1884, on peut penser que son poids, du moins pour les ouvrages français, restait grand à l’Index174. Les autres cardinaux – Edward Henry Howard, Mieczysław Halka Ledóchowski, Isidoro Verga – avaient des profils de juristes ou de diplomates, et devaient être a priori plus sensibles à l’aspect politique des choses175. Nous n’avons pas de procès-verbal de la réunion : le P. Saccheri avait négligé de tenir le registre des procès-verbaux, le Diario, de la Congrégation, et celui-ci fut reconstitué tant bien que mal par ses successeurs176. Pour ce qui concerne les Provinciales, on y lit seulement : « Prefazione va bene, ma loda autori che non devono lodarsi, se per lo stile, passi ma – [trait ondulé] et nihil aliud legitur in adnotationibus P. Secretarii »177. Mais un rapport ultérieur, rédigé par Saccheri lui-même en mars 1885, nous apprend ce qui fut finalement décidé : « le Loro Eminenze Reverendissime, fatte alcune gravi riflessioni sul voto emesso dal P. Granniello Consultore in ordine alla introduzione e alle note annesse al detto libro, dissero Dilata [“Affaire remise à plus tard”] e insieme ordinarono, che un secondo Consultore, il P. Eschbach, dovesse esaminare la proposta edizione, e quindi esternare in proposito il suo parere »178

Le cardinal Franzelin, annotateur des Provinciales pour les classes

  • 179 Protocolli 1885-1889, n° 19 (feuillet sans titre de la main de Franzelin, à l’intérieur d’un bifoli (...)

37En réalité, le travail d’Eschbach fut étroitement encadré : les cardinaux, qui l’avaient désigné en qualité de francophone, ne se fiaient manifestement pas à sa théologie. Les archives de l’Index conservent un feuillet manuscrit – il s’agit d’un original, très raturé –, d’« observations sur l’ouvrage, Les Provinciales de Pascal », qui, en dépit ou plutôt à cause de son caractère technique, vaut d’être cité intégralement179 :

  • 180 Voir Pascal 1884, p. 32-34, citant respectivement Laharpe 1798-1804, VII, p. 199-200 ; Dussault 181 (...)

Tra gli elogi sperticati vorrei omettere almeno quello di La Harpe p. 32 ; di Dessault [sic] p. 33. di Nisard p. 33, 34. dove non si tratta dello stile soltanto ma della veracità dei ragionamenti180.

  • 181 Sur « nous ferons venir tant de cordeliers que nous l’emporterons » [Pascal 1987, p. 49], Pascal 18 (...)

Lett. I. n. X. p. 56. Invece della nota 3. vorrei un’ altra per mostrare, che non si trattava di logomachia, ma della condanna della 1a. proposizione di Giansenio, proscritta da Innoc. X. come eretica. Aliqua Dei praecepta hominibus iustis uolentibus et conantibus secundum praesentes quas habent uires, sunt impossibilia ; deest quoque illis gratia, qua possibilia fiant181.

  • 182 Voir supra, n. 139.

Lett. IV. n. II. p. 62. nota 1. Meglio sarebbe di dire : Non si tratta di una esplicita riflessione a Dio, ma di una avvertenza alla malizia dell’atto. Se questa avvertenza manca per ignoranza o inattenzione tanto in se quanto nella sua causa invincibile, alors, pour tout le monde, les jansénistes exceptés, etc182.

  • 183 Voir supra, n. 147. 

n. VI. p. 66. nota 2. Bisognerebbe spiegare piu chiaramente, che se si suppongono esistere uomini così abbandonati da Dio, questo essere [sic] sempre per loro colpa imputabile183.

  • 184 Voir supra, n. 95 et 158. 
  • 185 Sur « Ne vous suffit-il pas, pour entendre l’erreur de votre principe, de voir que saint Paul se di (...)

n. VIII. nota 3 p. 70. Bisognerebbe dire soltanto, che se tutto che Pascal dice dei filosofi, è vero, ciò non prova che a loro la grazia necessaria non fu offerta o data, ma che essi non vi cooperarono184. nota 2 p. 72 bisognerebbe aggiungere che S. Paolo non dice la sua ignoranza essere stata invincibile, ed in quanto vincibile, era anche imputabile185.

  • 186 Voir supra, n. 141 et 142.

Lett. XIII. n. I. p. 85. nota 3. p. 90. nota 1. p. 91 nota 1. p. 92 nota 1. p. 96 nota 3. Si tratta di cosa principalmente nei nostri tempi pericolosissima e le note devono essere cambiate mostrando l’irragionevolezza del duello, la sua malvagità, e le condanne della Chiesa186.

  • 187 Voir supra, n. 140.

N. II. p. 88. nota 1. p. 89. n. 1. La dottrina sulla restrizione impropriamente detta, che in molte circostanze può essere non solamente lecita ma doverosa, e la restrizione puramente mentale, la quale non è lecita, ha bisogno di una piu chiara spiegazione187

  • 188 Comparaison faite avec sa censura manuscrite, Annotazioni sulla Metafisica del P. Pieralisi M.A., a (...)
  • 189 Eschbach connaissait certainement l’écriture de Franzelin. Sur leurs rapports, voir Eschbach 1903, (...)
  • 190 Protocolli 1885-1889, n° 19 (notes de la main de Franzelin, écrites au bas de la copie des « observ (...)
  • 191 Protocolli 1885-1889, n° 19. Voir la correction finalement proposée par Eschbach, Protocolli 1885-1 (...)
  • 192 Wolf 2005, II/1, p. 623-627.
  • 193 Protocolli 1885-1889, n° 10, p. 1-2. Expurgation dûment effectuée dans Pascal 1886, p. 33.

38Cette note est sans doute possible de la main du cardinal Franzelin188. Elle est accompagnée d’une copie mise au net par le P. Saccheri, peut-être pour en faciliter la lecture, plus probablement pour empêcher qu’Eschbach ne pût reconnaître l’écriture et savoir ainsi l’origine des observations qui lui étaient transmises189. Le supérieur du séminaire français travailla conformément à ses instructions, soumit son manuscrit au secrétaire, et celui-ci le transmit à Franzelin, qui nota quelques corrections à faire190. Ainsi, là où Eschbach avait écrit que, s’il y a des pécheurs qui ne pensent jamais à Dieu, « leur triste état provient toujours d’une faute première » – il s’agissait de remplacer la note particulièrement malheureuse où Vialard avait trouvé moyen de réunir le pélagianisme et le baïanisme –, « meglio sarebbe : provient toujours de leur faute, c’est-à-dire de leur résistance soit à la grâce surnaturelle soit aux avertissements de la loi naturelle gravée dans la conscience humaine »191. Les corrections furent effectuées à la lettre dans la version finalement soumise, sous le nom d’Eschbach, d’abord à la congrégation particulière du 12 mars 1885, puis à la congrégation générale du 23 mars (la première à se tenir depuis le 19 décembre)192. Les appréciations littéraires sur les Provinciales devaient donc être expurgées193. La note sur les péchés commis « dans un entier oubli de Dieu » – celle dans laquelle Vialard était tombé dans le péché philosophique – devait être remplacée par celle-ci :

  • 194 Protocolli 1885-1889, n° 10, p. 2-3 ; Pascal 1886, p. 62 n. 1.

Pascal travestit ici gravement le sens et la pensée de la réponse qu’il vient de recevoir. Il ne s’agit pas, en effet, dans celle-ci, de la nécessité pour qu’il y ait péché, d’une advertance explicite à Dieu, mais bien à la malice de l’acte que l’on commet. Si en dehors de toute volonté coupable, cette advertance fait défaut, soit parce que l’on ignore invinciblement que l’acte est mauvais, soit parce qu’involontairement on n’y prend pas garde, alors, pour tout le monde, les jansénistes exceptés, la faute n’est pas imputable194.

  • 195 Protocolli 1885-1889, n° 10, p. 3 ; Pascal 1886, p. 70 n. 3.

39Au lieu de la note sur les philosophes de l’antiquité, il fallait « insérer la [note] suivante : “La réprobation dont Pascal frappe ici les philosophes de l’antiquité ne prouve pas ce qu’il prétend en tirer. En effet, alors même que l’on admettrait tout ce qu’il en dit, on ne saurait en conclure que la grâce ne leur ait jamais été ni donnée, ni offerte, mais seulement qu’ils n’y ont pas correspondu comme ils auraient dû” »195.

  • 196 Protocolli 1885-1889, n° 10, p. 5 ; Pascal 1886, p. 88 n. 1.

40Une longue note sur « la théorie des équivoques et des restrictions mentales » exposait des cas précis et concluait : « Ce qui est défendu et condamné par l’Église, c’est la restriction dite purement mentale, qui n’est autre chose que le mensonge »196. Il n’était plus question d’excuser le duel mais de souligner, au prix de quelques libertés avec la chronologie, et quitte à convoquer Rousseau contre Pascal, que le mérite de sa condamnation revenait à l’Église catholique :

  • 197 Protocolli 1885-1889, n° 10, p. 5 (les coupures sont dans l’original) ; Pascal 1886, p. 92 n. 2. La (...)

Escobar n’a pas enseigné ce que lui prête ici Pascal. D’autre part le Saint Siège avait dès 1675 [sic] condamné la proposition suivante : « Il est permis à un homme d’honneur de tuer …… celui qui lui aurait donné un soufflet ou un coup de bâton et se serait enfui aussitôt. » Au reste l’Église a toujours condamné le duel sous les peines les plus sévères, déclarant excommuniés non seulement les duellistes, mais tous ceux qui prennent une part quelconque à leur combat, même en qualité de simples spectateurs, ou dans le but d’empêcher les coups mortels. La philosophie rationaliste s’est vue forcée de parler ici comme l’Église : « Gardez-vous, dit Rousseau, de confondre le nom sacré de l’honneur avec ce préjugé féroce qui met toutes les vertus à la pointe d’une épée et n’est propre qu’à faire de braves scélérats …… Laissez se battre tous ces gens-là (tous mauvais sujets) rien n’est moins honorable que cet honneur dont ils font un si grand bruit ; ce n’est qu’une mode insensée, une fausse imitation de vertu qui se pare des plus grands crimes. L’honneur d’un homme qui pense noblement n’est pas au pouvoir d’un autre ; il est en lui-même et non dans l’opinion du peuple : l’honneur ne se défend ni par l’épée ni par le bouclier, mais par une vie intègre et irréprochable, et ce combat vaut bien l’autre en fait de courage. »197

41Tout cela venait de Franzelin, dont Eschbach n’avait été que le porte-plume. La seule contribution qui paraisse propre au directeur du séminaire français était une vive attaque contre l’honnêteté de Pascal. Là où celui-ci avait écrit (à propos de la doctrine de Lessius sur l’homicide) : « C’est une question de fait qu’il sera bien facile de décider », il fallait mettre en note :

  • 198 Protocolli 1885-1889, n° 10, p. 3-4 ; Pascal 1886, p. 86 n. 1, sur la Treizième Lettre [Pascal 1987 (...)

Oui, entre hommes sincères et préoccupés seulement de connaître la vérité ; mais tel n’était pas Pascal en écrivant ces lettres. Dans les pages qui suivent, il ne vise qu’à dénaturer la pensée des auteurs qu’il cite. Ce n’est pas le cas de relever ici toutes les inexactitudes et faussetés même qu’on va lire. Il faudrait pour cela entrer dans des détails que ne comporte pas la nature de nos annotations. Tandis qu’une ligne suffit pour avancer plusieurs erreurs, il faut souvent de nombreuses pages, voire même des volumes pour les réfuter198.

  • 199 Protocolli 1885-1889, n° 1. 
  • 200 Bausa, Saccheri, Sepiacci, Tripepi, Smith, Angelini Rota, Haringer et Eschbach.
  • 201 Outre Wolf 2005, III/2, p. 1472-1479, voir Poli 2000, p. 70-77 ; Poli 2001, p. 773‑785 ; Boutry 200 (...)
  • 202 Est seulement conservé, Protocolli 1885-1889, n° 11, un feuillet de la main de Saccheri, « Congrega (...)
  • 203 Exemplaire de l’ACDF, coté D. VII. 14 (avec tampon Sacra Indicis Congregatio) : un feuillet inséré (...)

42À la congrégation particulière du 12 mars, les théologiens approuvèrent les corrections proposées199. Les présents étaient pour la majeure partie les mêmes qu’en décembre 1884, sans Granniello200 ; parmi les nouveaux venus, on relève en particulier Vincenzo Tizzani, chanoine régulier de la congrégation du Latran, archevêque de Nisibe in partibus, doyen des consulteurs de l’Index (il avait été nommé en 1837), qui avait été le censeur de George Sand et de Balzac au début des années 1840201. La négligence du P. Saccheri nous a malheureusement privés, cette fois encore, du procès-verbal de la congrégation générale et nous n’avons aucune indication sur ce qui s’y dit202. Quelqu’un dut en tout cas estimer que la révision n’était pas encore suffisante. L’exemplaire de l’édition Vialard aux archives de l’Index porte en effet une série de corrections supplémentaires, où l’on peut reconnaître avec vraisemblance une intervention dominicaine (peut-être par Saccheri lui-même). Tout l’exposé du molinisme dans l’introduction est marqué comme à supprimer. Il en va de même pour des notes où Vialard avait souligné l’écart, « sur les questions de la grâce », entre Thomas d’Aquin et « toutes les manières de voir que l’on a depuis abritées sous le nom de thomisme » – ces notes n’ayant été mentionnées ni dans le votum de Granniello ni dans celui d’Eschbach, elles supposent un examen personnel du livre203.

  • 204 Atti e documenti 1886-1897, n° 85 (minute non datée de réponse à Guibert, de la main de Saccheri). 
  • 205 Pascal 1886 : l’exposé sur le système de Molina a ainsi été supprimé dans l’introduction.
  • 206 Ibid., « Avis des éditeurs », p. 3. Pour promouvoir l’édition, les Poussielgue usaient d’une formul (...)
  • 207 En 1894, 1899 (« quatrième édition »), 1907 (« cinquième édition ») : la BNF a toute la série ; il (...)

43Au terme de ce long processus, la Congrégation répondit au cardinal Guibert que l’édition Vialard pouvait être tolérée, dummodo rite adimpleantur emendationes in folio separato, quod nunc transmittitur, notatae : atque nulla fiat mentio de sacra congregatione, et secretum seruetur super consultoris nomen204. Ces conditions furent respectées dans la seconde édition, que les Poussielgue publièrent en 1886 ou, en tout cas, avec la date de cette année. Toutes les corrections de l’Index, tant celles du votum d’Eschbach que celles qui sont marquées dans l’exemplaire, y furent exécutées scrupuleusement205. Les éditeurs se bornaient à avertir, sans plus de précision, qu’ils avaient « consulté à ce sujet l’autorité ecclésiastique » et s’étaient vu répondre que leur édition « pouvait être tolérée à raison des nécessités et des circonstances actuelles »206. Elle fut réimprimée trois fois sans changements dans les vingt années suivantes207

  • 208 Il existait d’autres éditions scolaires mais, à en juger par le nombre de réimpressions, aucune n’e (...)
  • 209 Protocolli 1897-1899, n° 73, p. 2. L’ouvrage fut mis à l’Index à la congrégation générale du 9 sept (...)

44Les Provinciales des classes étaient des textes extrêmes. Si l’édition Havet relevait d’une laïcité de combat, l’édition Vialard n’était pas seulement catholique, mais intransigeante. Elle le resta même après l’intervention de l’Index, qui en éleva en revanche considérablement le niveau théologique. Jusqu’en 1914, tandis que les élèves de l’école laïque étudiaient les Provinciales dans l’édition d’Ernest Havet, ceux de l’enseignement libre les lurent, à leur insu, avec les notes du cardinal Franzelin : l’orthodoxie romaine et la libre pensée française étaient face à face, et au plus haut niveau208. L’effort consenti par l’un et l’autre camp atteste l’importance stratégique que tous deux attribuaient alors à l’enseignement et plus particulièrement aux livres scolaires. Une décennie plus tard, dans son votum sur l’Histoire de France à l’usage des écoles primaires et des classes élémentaires des lycées et collèges par Alphonse Aulard et Antonin Debidour, Eschbach soulignait que ces libres penseurs « del libero pensiero vogliono farsi apostoli, per ottenere il trionfo nella società moderna. A tale scopo essi sanno che il mezzo più acconcio è d’impadronirsi dell’insegnamento della tenera gioventù »209.

  • 210 Voir Quantin 2007.
  • 211 Voir l’étude minutieuse, sur le mode de la chronique, de Jouslin 2007, et l’analyse de l’Apologie p (...)
  • 212 Voir Boutry 2004, surtout p. 39-51 ; Boutry 2008.
  • 213 Voir Viaene 2005, en particulier V. Viaene, « Wagging the dog » : An introduction to Vatican press (...)
  • 214 Sur le problème des rapports entre le pape et l’Index, voir Chevallier 1981, p. 409-412. Le renvoi (...)
  • 215 Sur la politique française de Léon XIII, voir les études (qui l’apprécient de manière sensiblement (...)

45Pour les spécialistes des Provinciales, l’examen de l’édition Vialard par l’Index est d’un exceptionnel intérêt, puisqu’il livre la position catholique officielle sur ce qui constituait au XIXe siècle, et constitue encore pour nous, le cœur des Petites Lettres, à savoir la théologie morale – esquivée, au contraire, lors de la condamnation initiale des Provinciales en 1657, qui ne visa à peu près que le jansénisme proprement dit, celui des cinq propositions210. Dans une longue durée de la réception de l’ouvrage, qui demeure sous-étudiée, surtout par rapport au nombre de travaux sur la vie posthume des Pensées, l’épisode confirme le défi qu’il posait à la théologie catholique. Vialard, au fond, resta prisonnier de la contradiction dont les adversaires jésuites de Pascal au XVIIe siècle n’avaient jamais pu s’extraire. S’il est aisé de traiter en général Pascal de menteur, comment le réfuter en détail sans justifier les casuistes ? Et, si l’on entreprend de défendre les casuistes sur le fond, ne donne-t-on pas raison aux accusations mêmes de Pascal ? C’était la chausse-trappe où était tombé le P. Pirot en 1657, avec son Apologie pour les casuistes, et où Vialard se jeta encore tête baissée211. Mais la piètre prestation du professeur au petit séminaire de Saint-Nicolas du Chardonnet et la sévère critique qui en fut faite par Granniello éclairent aussi la différence de culture, et comme de climat, théologiques de part et d’autre des monts : se vérifie une nouvelle fois la richesse des archives de l’Index pour une histoire de la culture romaine au temps de la papauté intransigeante212. Il conviendrait, enfin, en resserrant encore la chronologie, de s’interroger sur la place de l’Index dans la politique internationale, et particulièrement française, de Léon XIII, alors que la mobilisation de « l’opinion catholique » était devenue la principale ressource du Saint-Siège213, ainsi que dans les conflits et rapports de force au sein de la Curie214. En décidant de ne pas suivre l’avis des consulteurs et de corriger l’édition Vialard à Rome même, au lieu d’infliger au cardinal Guibert l’humiliation, et les considérables difficultés pratiques, d’un refus pur et simple, les cardinaux, au lendemain de la crise des manuels d’instruction civique, ne s’inscrivaient-ils pas dans l’entreprise de conciliation voulue par le pape215 ? Œuvre d’intransigeants, ce qu’on peut bien appeler l’édition Vialard-Franzelin des Provinciales n’en représentait pas moins un compromis : le moyen, pour les écoles catholiques françaises, de suivre les programmes de la République, tout en se réappropriant, en sûreté de conscience, un texte majeur de la culture nationale. 

Haut de page

Bibliographie

Albanese 2003 = R. Albanese, La Fontaine à l’École républicaine : du poète universel au classique scolaire, Charlottesville, 2003.

Albanese 2008 = R. Albanese, Corneille à l’École républicaine : du mythe héroïque à l’imaginaire politique en France, 1800-1950, Paris, 2008.

Amadieu 2004 = J.-B. Amadieu, La littérature française du XIXe siècle à l’Index, dans Revue d’Histoire littéraire de la France, 104, 2004, p. 395-422.

Amadieu 2007 = J.-B. Amadieu, Index romain et littérature française au XIXe siècle : les motifs de censure des œuvres de fiction, à la lumière des archives de la Congrégation de l’Index, thèse, Paris-Sorbonne, 2007.

Artiaga 2005 = L. Artiaga, Les censures romaines de Balzac, dans Romantisme, 127, 1er trimestre 2005, p. 29-44.

Artigas - Glick - Martínez 2006 = M. Artigas, Th. F. Glick et R. A. Martínez, Negotiating Darwin. The Vatican confronts evolution, 1877-1902, Baltimore, 2006.

Aubert 1961 = R. Aubert, Aspects divers du néo-thomisme sous le pontificat de Léon XIII, dans Aspetti della cultura cattolica nell’età di Leone XIII, Rome, 1961 (tiré à part, paginé 3-104). 

Barnes 1976 = A. Barnes, Péguy et ses éditions de Pascal, dans L’Amitié Charles Péguy. Feuillets mensuels, 210, juillet 1976, p. 3-18.

Battandier 1893 = A. Battandier, Le cardinalJean-Baptiste Pitra, évêque de Porto, bibliothécaire de la Sainte Église, 1893.

Baudrillart 1921 = A. Baudrillart, Vie de Mgr d’Hulst, 3e éd., 2 vol., Paris, 1921 [1912-1914].

Beretta 1996 = Fr. Beretta, Monseigneur d’Hulst et la science chrétienne. Portrait d’un intellectuel, Paris, 1996.

Bert 1880 = P. Bert, La Morale des Jésuites, Paris, 1880.

Berthier 1912 = J.-J. Berthier, Le couvent de Sainte Sabine à Rome, Rome, 1912.

Boffito 1933-1937 = G. Boffito, Scrittori barnabiti, o della congregazione dei Chierici regolari di San Paolo (1533-1933), 4 vol., Florence, 1933-1937.

Bonavenia 1887 = G. Bonavenia, Raccolta di memorie intorno alla vita dell’Eminentissimo Cardinale Giovanni Battista Franzelin, della Compagnia di Gesù, Rome, 1887.

Bontoux 1914 = G. Bontoux, Louis Veuillot et les mauvais maîtres de son temps, Paris, 1914.

Bontoux 1919 = G. Bontoux, Louis Veuillot et les mauvais maîtres des XVIe, XVIIe et XVIIIe siècles, Luther, Calvin, Rabelais, Molière, Voltaire, Rousseau, les Encyclopédistes, Paris, 1919.

Bonvin 1989 = B. Bonvin, Lacordaire, Jandel. Suivi de l'édition originale et annotée du Mémoire Jandel. La restauration de l'Ordre dominicain en France après la Révolution écartelée entre deux visions du monde, Paris, 1989.

Bossuet 1886 = Bossuet, Sermons choisis, nouvelle édition […] par M. l’abbé Augustin Vialard, Paris, 1886. 

Boutry 2000 = Ph. Boutry, Une théologie morale en transition : rigorisme et liguorisme dans la formation du curé d’Ars, dans L. Châtellier (éd.), Religions en transition dans la seconde moitié du XVIIIe siècle, Oxford, 2000 [Studies on Voltaire and the Eighteenth century, 2000:02], p. 155-170.

Boutry 2004 = Ph. Boutry, Papauté et culture au XIXe siècle. Magistère, orthodoxie, tradition, dans Revue d’histoire du XIXe siècle, 28, 2004, p. 31-58.

Boutry 2006 = Ph. Boutry, Joseph de Maistre lecteur de Bossuet, dans G. Ferreyrolles (éd.), Bossuet. Le Verbe et l’Histoire (1704-2004), Paris, 2006, p. 377-403.

Boutry 2007 = Ph. Boutry, George Sand et l’Index, dans M. Reid et M. Riot-Sarcey (éd.), George Sand. Littérature et politique, Nantes, 2007, p. 175-199.

Boutry 2008 = Ph. Boutry, La congregazione dell’Inquisizione e dell’Indice dal 1814 al 1917, dans Quellen und Forschungen aus italienischen Archiven und Bibliotheken, 88, 2008, p. 547-555.

Boutry 2010 = Ph. Boutry, Edgar Quinet et le mythe jésuite en 1843 : nova et vetera, dans P.-A. Fabre et C. Maire (éd.), Les Antijésuites. Discours, figures et lieux de l’antijésuitisme à l’époque moderne, Rennes, 2010, p. 91-135.

Buchoud 2002 = B. Buchoud, Le « pèlerin de Dieu » ou la profession manquée du P. Emmanuel à Solesmes, dans Les amis du Bec-Hellouin, 139, sept. 2002, p. 9-53.

Buisson 1911 = F. Buisson (éd.), Nouveau Dictionnaire de pédagogie et d’instruction primaire, Paris, 1911.

Bujanda 2002 = J. M. de Bujanda, Index librorum prohibitorum 1600-1966, Sherbrooke, 2002.

Cabrol 1893 = F. Cabrol, Histoire du cardinalPitra, bénédictin de la Congrégation de France (abbaye de Solesmes), Paris, 1893.

Calvignac 1993 = J.-P. Calvignac, Les thèses : un fonds majeur de la bibliothèque de la Sorbonne, dans Cl. Jolly et Br. Neveu (éd.), Éléments pour une histoire de la thèse, Paris, 1993, p. 177-249.

Capéran 1957-1960 = L. Capéran, Histoire contemporaine de la laïcité française, 2 vol., Paris, 1957-1960.

Capéran 1961 = L. Capéran, Histoire de la laïcité républicaine. La laïcité en marche, Paris, 1961.

Chabot 2004 = J.-L. Chabot, Théologie et politique chez Joseph de Maistre : les insuffisances théologiques de la pensée maistrienne, dans Revue des études maistriennes, 14, 2004, p. 307-335.

Chervel 1986 = A. Chervel, Les auteurs français, latins et grecs au programme de l’enseignement secondaire de 1800 à nos jours, Paris, 1986.

Chervel 1999 = A. Chervel, La Composition française au XIXe siècle dans les principaux concours et examens, de l’agrégation au baccalauréat, Paris, 1999.

Chervel 2006 = A. Chervel, Histoire de l’enseignement du français du XVIIe au XIXe siècle, Paris, 2006.

Chevallier 1981 = P. Chevallier, La séparation de l’Église et de l’école : Jules Ferry et Léon XIII, Paris, 1981.

Compagnon 2007 = A. Compagnon, Le funeste Pascal, dans Revue d’Histoire Littéraire de la France, 107, 2007, p. 413-432.

Coste 1932 = P. Coste, Le grand saint du grand siècle : Monsieur Vincent, 3 vol., Paris, 1932.

Courtade 1951-1952 = G. Courtade, J.-B. Franzelin. Les formules que le Magistère de l’Église lui a empruntées, dans Recherches de Science Religieuse, 40, 1951-1952 [Mélanges Jules Lebreton, II], p. 317-325.

Cousin 1843 = V. Cousin, Des Pensées de Pascal. Rapport à l’Académie française sur la nécessité d’une nouvelle édition de cet ouvrage, Paris, 1843.

Croce 2002 = G. M. Croce, Granniello, Giuseppe Maria, dans Dizionario biografico degli Italiani, 58, Rome, 2002, p. 545-546

Cubitt 1993 = G. Cubitt, The Jesuit myth : conspiracy theory and politics in nineteenth-century France, Oxford, 1993.

Curtis 2000 = S. A. Curtis, Educating the Faithful : Religion, Schooling, and Society in Nineteenth-Century France, Dekalb, 2000.

Debidour 1906-1909 = A. Debidour, L’Église catholique et l’État sous la Troisième République (1870-1906), 2 vol., Paris, 1906-1909.

Denz.-Schön. = Enchiridion symbolorum, definitionum et declarationum de rebus fidei et morum, éd. H. Denzinger et A. Schönmetzer, 36e éd., Fribourg en Br., 1976.

Didier 1967 = J.-C. Didier, Drioux (Claude-Joseph), dans Dictionnaire de biographie française, XI, Paris, 1967, col. 780-781.

Disegni 2009 = S. Disegni, Zola à l’épreuve de la censure d’État et de l’Index, dans Mélanges de l’École française de Rome. Italie et Méditerranée, 121/2, 2009 [Littérature et censure au XIXe siècle], p. 427-462.

Du Boisrouvray 1921 = B. Du Boisrouvray, Monseigneur Gay, évêque d’Anthédon, auxiliaire de Son Éminence le cardinal Pie (1815-1892). Sa vie, ses œuvres d’après des documents inédits, 2 vol., Tours, [1921].

Duchesne 1995 = Correspondance de Giovanni Battista de Rossi et de Louis Duchesne (1873-1894), éd. P. Saint-Roch, Rome, 1995.

Dussault 1818-1824 = J.-J.-Fr. Dussault, Annales littéraires ou choix chronologique des principaux articles de littérature insérés par M. Dussault, dans le journal des Débats, 5 vol., Paris, 1818-1824.

Erba 1981 = A. M. Erba, Echi della « Aeterni Patris » tra i Barnabiti secondo documenti inediti, dans Atti dell’VIII Congresso Tomistico Internazionale, III. L’Enciclica Aeterni Patris. Suoi riflessi nel tempo, Cité du Vatican, 1981, p. 96-135. 

Eschbach 1903 = A. Eschbach, Le séminaire pontifical français de Rome. Ses premiers cinquante ans (1853-1903), Rome, 1903.

Faguet 1891 = É. Faguet, Joseph de Maistre, dans id., Politiques et moralistes du XIXe siècle, I, Paris, 1891, p. 1-67.

Falletti 1953 = L. Falletti, Duel, dans R. Naz (éd.), Dictionnaire de droit canonique, V, Paris, 1953, col. 3-40.

Fénelon 1848-1852 = Œuvres complètes de Fénelon, 10 vol., Paris, 1848-1852.

Fénelon 1990 = Correspondance de Fénelon, éd. J. Orcibal, avec la coll. de J. Le Brun et I. Noye, XII, Genève-Paris, 1990.

Fèvre 1888 = Histoire de l’Église depuis la création jusqu’au XIIsiècle par l’abbé J.-E. Darras […], terminée par Mgr Fèvre, XLII, Paris, 1888.

Fiorentino 1996 = C. M. Fiorentino, Chiesa e Stato a Roma negli anni della destra storica, 1870-1876 : il trasferimento della capitale e la soppressione delle Corporazioni religiose, Rome, 1996.

Fogarty 1982 = G. P. Fogarty, The Vatican and the American hierarchy from 1870 to 1965, Stuttgart, 1982.

Foucart 1978 = Cl. Foucart, L’Aspect méconnu d’un grand lutteur : Louis Veuillot devant les arts et les lettres, Thèse Paris 4, 1977, 2 vol., Lille, 1978.

Francis 1959 = R. Francis, Les Pensées de Pascal en France de 1842 à 1942, essai d’étude historique et critique, Paris, 1959.

Freppel 1863 = Ch.-É. Freppel, Examen critique de la Vie de Jésus de M. Renan, 6e édition augmentée d’une réponse à M. Havet, Paris, 1863.

Gadille 1988a = J. Gadille, Guerrin (Jean-Jacques Marie Antoine), dans Dictionnaire d’histoire et de géographie ecclésiastiques, XXII, Paris, 1988, col. 730.

Gadille 1988b = J. Gadille, Guibert (Joseph-Hippolyte), dans Dictionnaire d’histoire et de géographie ecclésiastiques, XXII, Paris, 1988, col. 771-773.

Gay 2010 = J.-P. Gay, Le Jésuite improbable : remarques sur la mise en place du mythe du Jésuite corrupteur de la morale en France à l’époque moderne, dans P.-A. Fabre et C. Maire (éd.), Les Antijésuites. Discours, figures et lieux de l’antijésuitisme à l’époque moderne, Rennes, 2010, p. 305-327.

Gay 2011 = J.-P. Gay, Morales en conflit. Théologie et polémique au Grand Siècle (1640-1700), Paris, 2011.

Gerarchia 1884 = La Gerarchia Cattolica, la Cappella e la Famiglia Pontificie per l’anno 1884, Rome, 1884.

Gerdil 1806-1821 = Giacinto Sigismondo Gerdil, Opere edite ed inedite, 20 vol., Rome, 1806-1821.

Gerdil 1861 = Appendice al trattato del matrimonio ossia Frammenti teologici inediti del cardinale Giacinto Sigismondo Gerdil, Rome, 1861.

Godefroy 1859 = Fr. Godefroy, Histoire de la littérature française depuis le XVIsiècle jusqu'à nos jours, I, Paris, 1859.

Godefroy 1880-1881 = Fr. Godefroy, Les réformes de l’enseignement secondaire, dans Les Lettres chrétiennes, 2, 1880-1881, p. 1-23. 

Gough 1986 = A. Gough, Paris and Rome. The Gallican Church and the ultramontane campaign, 1848-1853, Oxford, 1986.

Gréard 1883 = O. Gréard, L’enseignement secondaire des filles, 3e éd., Paris, 1883.

Gréard 1890-1902 = O. Gréard, La législation de l’instruction primaire en France depuis 1789 jusqu’à nos jours, 2e édition, 7 vol., Paris, 1890-1902.

Guépin 1876 = A. Guépin, Solesmes et Dom Guéranger, Le Mans, 1876.

Guillet 2008 = Fr. Guillet, La mort en face : histoire du duel de la Révolution à nos jours, Paris, 2008.

Havet 1863 = E. Havet, L’Évangile et l’histoire, dans Revue des deux mondes, 33e année, 2de période, 46, 1863/4, p. 564-596.

Havet 1871-1884 = E. Havet, Le christianisme et ses origines, 4 vol., Paris, 1871-1884.

Havet 1885 = E. Havet, Descartes et Pascal, dans Revue politique et littéraire (Revue bleue), 3e s., 10, 22e année, 2e semestre, 29 août 1885, p. 281-283. 

Havet 1891 = L. Havet, Ernest Havet. Son enseignement et ses écrits, dans Revue politique et littéraire (Revue bleue), 9 mai 1890, p. 587-595 (« Leçon faite au Collège de France par M. Louis Havet, le 21 avril 1890 »), repris dans Association des Anciens élèves de l’École Normale Supérieure, Paris, 1891, p. 11-24.

Higaki 2005 = J. Higaki‬, Péguy et Pascal: les trois ordres et l'ordre du cœur, Clermont-Ferrand, 2005.

Hocedez 1947 = E. Hocedez, Histoire de la théologie au XIXsiècle, III, Le règne de Léon XIII, 1878-1903, Bruxelles-Paris, 1947.

Huysmans 2001 = J.-K. Huysmans, À Rebours, éd. M. Fumaroli, Paris, 2001.

Index 1758 = Index librorum prohibitorum SSmi D. N. Benedicti XIV. Pontificis Maximi iussu recognitus, atque editus, Rome, 1758.

Jacqueline 1983 = B. Jacqueline, Le Saint-Siège et la publication de Du Pape d’après les archives du Vatican, 1818-1820, dans Revue des études maistriennes, 8, 1983, p. 59-82. 

Jacquin 1981 = R. Jacquin, L’accueil reçu en France par l’encyclique Aeterni Patris, dans Atti dell’VIII Congresso Tomistico Internazionale, III, L’Enciclica Aeterni Patris. Suoi riflessi nel tempo, Cité du Vatican, 1981, p. 276-300.

Jankowiak 2007 = Fr. Jankowiak, La curie romaine de Pie IX à Pie X‬: le gouvernement central de l'Église et la fin des États pontificaux (1846-1914), Rome, 2007.‬

Jeanneney 2004 = J.-N. Jeanneney, Le Duel. Une passion française (1789-1914), Paris, 2004. 

Jobert 1981 = Philippe Jobert, L’introduction à Solesmes de la théologie de Thomas d’Aquin après l’encyclique Aeterni Patris, dans Atti dell’VIII Congresso Tomistico Internazionale, III. L’Enciclica Aeterni Patris. Suoi riflessi nel tempo, Cité du Vatican, 1981, p. 301-305.

Jouslin 2007 = O. Jouslin, « Rien ne nous plaît que le combat ». La campagne des Provinciales de Pascal. Étude d’un dialogue polémique, 2 vol., Clermont-Ferrand, 2007.

Klein 1949 = F. Klein, La route du petit Morvandiau. Souvenirs, IV. Une hérésie fantôme. L’Américanisme, Paris, 1949.

Kotovtchikhine 2000 = St. Kotovtchikhine, Paul Bert et l’Instruction publique, Dijon, 2000.

Laharpe 1798-1804 = J.-Fr. Laharpe, Lycée, ou cours de littérature ancienne et moderne, 16 tomes en 19 vol., Paris, H. Agasse, an VII-an XIII [1798-1804].

Langlois 1993 = Cl. Langlois, La difficile conjoncture liguorienne de 1832, dans J. Doré et Chr. Theobald (éd.), Penser la foi. Recherches en théologie aujourd’hui. Mélanges offerts à Joseph Moingt, Paris, 1993, p. 645-661.

Laplanche 1996 = Fr. Laplanche, Drioux Claude-Joseph, dans id. (dir.), Dictionnaire du monde religieux dans la France contemporaine. IX. Les sciences religieuses. Le XIXsiècle, 1800-1914, Paris, 1996, p. 202-203.

Latreille 1904-1905 = C. Latreille, Bossuet et Joseph de Maistre d’après des documents inédits, dans Revue d’Histoire littéraire de la France, 11, 1904, p. 263-281 ; 12, 1905, p. 84-106 ; 257-281 ; 453-466.

Latreille 1906 = C. Latreille, Josephde Maistre et la Papauté, Paris, 1906.

Latreille 1908 = C. Latreille, J. de Maistre et le jansénisme, dans Revue d’Histoire littéraire de la France, 15, 1908, p. 391-424.

Lebrun 1985 = R. Lebrun, Les lectures de Joseph de Maistre d’après les registres inédits, dans Revue des études maistriennes, 9, 1985, p. 126-194.

Lecanuet 1930 = É. Lecanuet, La vie de l’Église sous Léon XIII [L’Église de France sous la Troisième République, IV], Paris, 1930.

Lecanuet 1931 = É. Lecanuet, Les premières années du pontificat de Léon XIII [L’Église de France sous la Troisième République, II], 2e éd., Paris, 1931.

Lefranc 1993 = J. Lefranc, Victor Cousin, interprète et éditeur des Pensées, dans D. Leduc-Fayette (éd.), Pascal au miroir du XIXe siècle, Paris, Mame-Editions Universitaires, 1993, p. 27-38.

Lemontey 1832 = P.-É. Lemontey, Histoire de la Régence et de la minorité de Louis XV jusqu’au ministère du cardinal de Fleury, 2 vol., Paris, 1832.

Leroy 1992 = M. Leroy, Le mythe jésuite de Béranger à Michelet, Paris, 1992.

Leroy 2001 = M. Leroy, Peut-on enseigner la littérature française ?, Paris, 2001. 

Leroy 2002 = M. Leroy, La littérature française dans les instructions officielles du XIXsiècle, dans Revue d’histoire littéraire de la France, 102, 2002, [Littérature et enseignement], p. 365-387.

Lescœur 1884 = L. Lescœur, L’éducation secondaire des jeunes filles et la question des examens. Rapport présenté à l’Assemblée des Catholiques, dans la séance générale du 17 mai 1884, dans Bulletin de la Société générale d’éducation et d’enseignement, 1884, p. 514-526 et 598-604.

Maccarrone 1975 = M. Maccarrone, Monsignor Duchesne e la Curia Romana, dans Monseigneur Duchesne et son temps, Rome, 1975, p. 401-494.

Maire 1925 = A. Maire, Bibliographie générale des œuvres de Pascal, II/1. Pascal pamphlétaire. Les Lettres Provinciales, I, Les éditions, Paris, 1925.

Maistre 1821 = [J. de Maistre], De l’Église gallicane dans son rapport avec le Souverain Pontife, pour servir de suite à l’ouvrage intitulé Du Pape, Lyon, 1821.

Maistre 1884-1886 = J. de Maistre, Œuvres complètes, 14 vol., Lyon, 1884-1886.

Maistre 1912 = Lettres inédites de Joseph de Maistre, éd. C. Latreille, dans Revue politique et littéraire (Revue bleue), 50e année, n° 9, 2 mars 1912, p. 257-263, 290-296, 323-330, 355-361, 390-396.

Maistre 1966 = J. de Maistre, Du Pape, éd. J. Lovie et J. Chetail, Genève, 1966.

Marchasson 1974 = Y. Marchasson, La Diplomatie romaine et la République française : à la recherche d'une conciliation, 1879-1880, Paris, 1974.

Martina 1990 = G. Martina, Pio IX (1867-1878), Rome, 1990. 

Mathieu 1983-1984 = M. Mathieu, La correspondance politique de Mgr Barbier de Montault, dans Bulletin de la Société des Antiquaires de l’Ouest et des Musées de Poitiers, 4e s., 17, 1983-1984, p. 287-320. 

Mayeur 1977 = Fr. Mayeur, L’enseignement secondaire des jeunes filles sous la Troisième République, Paris, 1977.

Maynard 1847 = Philosophie de Pascal. Par l’abbé M. U. Mainard, chef d’institution, Poitiers, 1847.

Maynard 1850 = M.-U. Maynard, Pascal, sa vie et son caractère, ses écrits et son génie, 2 vol., Paris, 1850.

Maynard 1884 = M.-U. Maynard, Monseigneur Dupanloup et M. Lagrange son historien, 2e édition, Paris, 1884.

Mesnard 1993 = J. Mesnard, Le texte des Œuvres de Pascal de 1779 à 1914, dans D. Leduc-Fayette (éd.), Pascal au miroir du XIXsiècle, Paris, 1993, p. 15-26.

Mesnard 1994 = J. Mesnard, Les Pensées de Pascal, 2e édition, Paris, 1994.

Mestre 1884 = le P. Mestre, S.J., Analyses des auteurs français prescrits pour le premier examen du Baccalauréat ès lettres, 8e édition, 2 vol., Lyon-Paris, 1884.

Milo 1986 = D. Milo, Les classiques scolaires, dans P. Nora (éd.), Les lieux de mémoire, II/3, Paris, 1986, p. 517-562.

Montrousier 1866 = H. Montrousier, S.J., L’Index est-il reçu en France ?, dans Revue des Sciences ecclésiastiques, 13, janvier-juin 1866, p. 357-374.

Morembert 1989 = T. de Morembert, Ernest Havet, dans Dictionnaire de biographie française, XVII, Paris, 1989, col. 782-783.

Mouchard 1898 = A. Mouchard, Monseigneur Drioux, dans L’Enseignement chrétien, 17, 1898, p. 321-325.

Moulinet 1995a = D. Moulinet, Les classiques païens dans les collèges catholiques ? Le combat de Monseigneur Gaume (1802-1879), Paris, 1995.

Moulinet 1995b = D. Moulinet, Les Lettres chrétiennes. Une revue au service de l’enseignement chrétien à la fin du XIXsiècle, dans G. Cholvy et M.-J. Chaline (éd.), L’enseignement catholique en France aux XIXet XXsiècles, Paris, 1995, p. 169-182.

Muñoz 1994 = Cristóbal Robles Muñoz, Cátolicos contra la conciliación. La carta del cardenal Pitra (1885), dans Hispania Sacra, 46, 1994, p. 267-289.

Neufeld 1982 = K. H. Neufeld, « Römische Schule ». Beobachtungen und Überlegungen zur genaueren Bestimmung, dans Gregorianum, 63, 1982, p. 677-699.

Neveu 1997 = Br. Neveu, L’Église, l’État et l’Université : les facultés de théologie catholique en France au XIXe siècle, dans N. Aston (éd.), Religious Change in Europe 1650-1914. Essays for John McManners, Oxford, 1997, p. 325-344.

Neveu 1998 = Br. Neveu, Les Facultés de théologie de l’Université de France (1808-1885), Paris, 1998.

Neveu 2004 = Br. Neveu, Un maître de l’abbé Bautain devant l’Index : Victor Cousin et Rome (1844-1859), dans B. Ardura et J.-D. Durand (éd.), Culture, incroyance et foi. Nouveau dialogue. Études en hommage au cardinal Paul Poupard, Rome, 2004, p. 47-65.

Neveu 2007 = Br. Neveu, Les mésaventures d’un ouvrage à l’usage de la jeunesse : le Dictionnaire de Bouillet et l’Index romain (1850-1854), dans G. Ferretti et M. Seguin (éd.), Mélanges offerts à Jean Glénisson, [Jonzac], 2007, p. 263-277.

Nisard 1867 = D. Nisard, Histoire de la littérature française, 4e éd., 4 vol., Paris, 1867.

Ordioni 1987 = P. Ordioni, Les origines gallicanes de l’anticléricalisme en Auxerrois, dans L. Hamon (éd.), Du jansénisme à la laïcité. Le jansénisme et les origines de la déchristianisation, Paris, 1987, p. 167-189.

Oury 2000 = G.-M. Oury, Dom Guéranger, moine au cœur de l’Église, 1805-1875, Solesmes, 2000.

Ozouf 1992 = M. Ozouf, L’École, l’Église et la République, 1871-1914, Paris, 1992 [1963].

Paguelle de Follenay 1896 = J. Paguelle de Follenay, Vie du cardinal Guibert, archevêque de Paris, 2 vol., Paris, 1896.

Pascal 1851 = LesProvinciales ou les lettres écrites par Louis de Montalte à un provincial de ses amis et aux Révérends Pères jésuites ; publiées sur la dernière édition revue par Pascal, avec les variantes des éditions précédentes ; et leur réfutation consistant en introductions et nombreuses notes historiques, littéraires, philosophiques et théologiques, par M. l’abbé Maynard, 2 vol., Paris, 1851.

Pascal 1852 = Pensées de Pascal, publiées dans leur texte authentique avec un commentaire suivi et une étude littéraire, par Ernest Havet, Paris, 1852.

Pascal 1881a = Pensées de Pascal, éd. E. Havet, 3e éd., 2 vol., Paris, 1881.

Pascal 1881b = Les première, quatrième et treizième Lettres Provinciales par Blaise Pascal. Publiées dans leur texte primitif avec une introduction et des notes par Ernest Havet, Paris, 1881.

Pascal 1881c = Les Provinciales de Pascal (Lettres Ire, IVe et XIIIe). Nouvelle édition avec avertissement et notes nombreuses précédée d’une étude sur Pascal et les Provinciales par M. l’abbé Drioux, Paris, 1881.

Pascal 1883 = Bl. Pascal, Quatorzième Lettre Provinciale, nouvelle édition avec un avertissement et des notes par Ernest Havet, Paris, 1883.

Pascal 1884 = Bl. Pascal, Les Provinciales. Lettres I, IV, XIII, nouvelle édition avec introduction et notes par M. l’abbé Augustin Vialard, Paris, Poussielgue, 1884 (Alliance des maisons d’éducation chrétienne).

Pascal 1885 = Les Provinciales de Pascal, nouvelle édition avec une introduction et des remarques par Ernest Havet, Paris, 1885.

Pascal 1886 = Bl. Pascal, Les Provinciales. Lettres I, IV, XIII, suivies de la Vie de Pascal [par Gilberte Périer], nouvelle édition avec introduction et notes par M. l’abbé Vialard, Paris, Poussielgue, 1886 (Alliance des maisons d’éducation chrétienne).

Pascal 1964– = Bl. Pascal, Œuvres complètes, éd. J. Mesnard, 4 vol. parus, Paris, 1964-.

Pascal 1987 = Bl. Pascal, LesProvinciales, éd. M. Le Guern, Paris, 1987 (Folio classique).

Perraud 1881 = A. Perraud, La critique intransigeante et les services qu’elle rend à la science apologétique. Lettre à M. l’abbé Augustin Lemann, Autun-Paris, 1881.

Plongeron 1972 = B. Plongeron, Cent ans d’Alliance des maisons d’éducation chrétienne (1871-1971), dans Revue d’Histoire de l’Église de France, 58, 1972, p. 291-330.

Poli 2000 = A. R. Poli, Lélia et la censure ecclésiastique, dans Les Amis de George Sand, 22, 2000, p. 70-77.

Poli 2001 = A. R. Poli, Lélia de George Sand dans les rapports de la congrégation de l’Index, dans L. Fraisse (éd.), L’Histoire littéraire : ses méthodes et ses résultats. Mélanges offerts à Madeleine Bertaud, Genève, 2001, p. 773‑785.

Pontal 1880 = [É. Pontal], Les congrégations religieuses en France, leurs œuvres et leurs services, Paris, 1880.

Poulat 1975 = É. Poulat, Mgr Duchesne et la crise moderniste, dans Monseigneur Duchesne et son temps, Rome, 1975, p. 353-373.

Poulat 1987 = É. Poulat, L’institution des « sciences religieuses », dans id., Liberté, laïcité. La guerre des deux France et le principe de la modernité, Paris, 1987, p. 285-334.

Pranchère 1996 = J.-Y. Pranchère, La persistance de la pensée maistrienne, dans Revue des études maistriennes, 12, 1996, p. 205-239.

Prévotat 2001 = J. Prévotat, Les catholiques et l’Action française. Histoire d’une condamnation, 1899-1939, Paris, 2001.

Prost 1970 = A. Prost, Histoire de l’enseignement en France 1800-1967, 2e éd., Paris, 1970 (coll. U).

Protestation 1841 = Protestation de l’épiscopat français contre le projet de loi sur l’instruction secondaire, Paris, 1841.

Quantin 2007 = J.-L. Quantin, « Si mes Lettres sont condamnées à Rome... ». Les Provinciales devant le Saint-Office, dans Courrier du Centre International Blaise Pascal, n° 29, 2007, p. 10-25.

Ragon 1896 = É. Ragon, Les noces d’argent de l’Alliance des maisons d’éducation chrétienne, dans L’Enseignement chrétien, 15, 1896, Supplément au numéro du 1er novembre 1896. Compte rendu de la dix-neuvième Assemblée générale de l’Alliance des maisons d’éducation chrétienne tenue à Versailles les 25, 26 et 27 août 1896 (paginé à part), p. 49-56.

Régnon 1883 = Th. de Régnon, S.J., Bañes et Molina. Histoire – Doctrines – Critique métaphysique, Paris, 1883.

Rémond 1985 = R. Rémond, L’anticléricalisme en France de 1815 à nos jours, Bruxelles, 1985 [1976].

Rémont 1884 = C. Rémont, Les questions d’enseignement à l’Assemblée des catholiques de 1884, dans Bulletin de la Société générale d’éducation et d’enseignement, 1884, p. 382-393.

Renan 1884 = E. Renan, Nouvelles Études d’histoire religieuse, Paris, 1884.

Renan 2008 = E. Renan, Correspondance générale, éd. M. Gasnier, sous la dir. de J. Balcou, III, Paris, 2008.

Renault 1989 = Fr. Renault, Aux origines du Ralliement : Léon XIII et Lavigerie (1880-1890), dans Revue Historique, 281, 1989, p. 381-432.

Riccardi 1976 = A. Riccardi, Neo-gallicanesimo e cattolicesimo borghese. Henri Maret e il Concilio Vaticano I, Bologne, 1976.

Rituale 1839 = Rituale Parisiense, auctoritate Illustrissimi et Reverendissimi in Christo Patris et Domini D. Hyacinthi-Ludovici de Quelen Parisiensis Archiepiscopi editum, Paris, 1839.

Rochemonteix 1901 = C. de Rochemonteix, Les Congrégations religieuses non reconnues en France 1789-1881, 2 vol., Le Caire, 1901.

Rogers 2007 = R. Rogers, Les bourgeoises au pensionnat. L’éducation féminine au XIXsiècle, trad. C. Grasser, Rennes, 2007.

Rousseau 1882 = J.-J. Rousseau, Émile ou de l’éducation, livre II, nouvelle édition précédée d’une notice sur la vie et les écrits de J.-J. Rousseau et accompagnée de notes pédagogiques et littéraires par un inspecteur d’académie honoraire, Paris, Poussielgue, 1882 (Bibliothèque pédagogique).

Rousseau 1961 = J.-J. Rousseau, Œuvres complètes, II, éd. B. Gagnebin et M. Raymond, Paris, 1961 (« Bibliothèque de la Pléiade »). 

Salembier 1884a = L. Salembier, Lettres sur les examens de jeunes filles, 2e édition, Lille, 1884.

Salembier 1884b = L. Salembier, Projet d’association entre les trois ordres de l’enseignement libre, Lille, 1884 (« Extrait du compte-rendu du Congrès catholique de Lille, Novembre 1883 »),

Sauvestre 1868 = Ch. Sauvestre, Sur les genoux de l’Église, Paris, 1868.

Savard 1967 = P. Savard, Jules-Paul Tardivel, la France et les États-Unis, 1851-1905, Québec, 1967.‬‬

Savart 1985 = Cl. Savart, Les catholiques en France au XIXe siècle. Le témoignage du livre religieux, Paris, 1985.

Schœnher 1911 = P. Schœnher, Histoire du séminaire de Saint-Nicolas du Chardonnet, 1612-1908, II. Petit séminaire (nov. 1811-1908) avec la période intérimaire (sept. 1792-nov. 1811), Paris–Lille, 1911.

Schwedt 1987 = H. H. Schwedt, Der römische Index der verbotenen Bücher, dans Historisches Jahrbuch, 107, 1987, p. 296-314.

Schwedt 2006 = H. H. Schwedt, Michael Haringer CSsR (1817-1887), Theologe auf dem ersten Vatikanischen Konzil und Konsultor der Indexkongregation, dans id., Censor Censorum. Gesammelte Aufsätze, Paderborn, 2006, p. 85-132.

Siegfried 1932 = A. Siegfried, L’abbé Frémont, 1852-1912. Pour servir à l’histoire religieuse, 2 vol., Paris, 1932.

Sorrel 1996 = Chr. Sorrel, Turinaz (famille), dans id. (éd.), Dictionnaire du monde religieux dans la France contemporaine, VIII. La Savoie, Paris, 1996, p. 397-400.

Stella 1999 = P. Stella, Gerdil, Gacinto Sigismondo, dans Dizionario biografico degli Italiani, 53, Rome, 1999, p. 391-397

Stupazzoni 2008 = M. Stupazzoni, Jane la Pâle (et autres Romans de jeunesse) dans la censure de l’Index ecclésiastique, dans M. Bertini et P. Oppici (éd.), Autour de Wann-Chlore : le Dernier Roman de Jeunesse de Balzac, Berne, 2008, p. 177-195.

Tacite 1883  = Tacite, Les Annales, livres XIV et XV, nouvelle édition […] par M. l’abbé Augustin Vialard, Paris, 1883.

Taine 1902-1907 = H. Taine, sa vie et sa correspondance, 4 vol., Paris, 1902-1907.

Thureau-Dangin 1880 = P. Thureau-Dangin, L’Église et l’État sous la monarchie de Juillet, Paris.

Tournier 1913 = J. Tournier, Le cardinal Lavigerie et son action politique (1863-1892) d’après des documents nouveaux et inédits, Paris, 1913.

Trenard 1968 = L. Trenard, Salvandy en son temps, 1795-1856, Lille, 1968.

Triomphe 1961 = R. Triomphe, Pascal et Joseph de Maistre, dans Revue des Sciences Religieuses, 35, 1961, p. 257-268.

Urbain - Jamey 1884-1885 = Ch. Urbain et Ch. Jamey, Études historiques et critiques sur les classiques français du baccalauréat, 2 vol., Lyon, 1884-1885.

Vacherot 1868 = É. Vacherot, La théologie catholique en France, dans Revue des deux mondes, 38e année, seconde période, 76, 1868/4, p. 294-318.

Veuillot 1924-1940 = L. Veuillot, Œuvres complètes, éd. Fr. Veuillot, 40 vol., Paris, 1924-1940.

Veuillot 1884 = E. Veuillot (éd.), Hommages à Louis Veuillot, Paris, 1884.

Viaene 2005 = V. Viaene (éd.), The papacy and the new world order : Vatican diplomacy, Catholic opinion and international politics at the time of Leo XIII (1878-1903), Bruxelles-Rome, 2005.

Vialard 1884 = A. Vialard, J.-B. du Hamel, prêtre de l’Oratoire, chancelier de l’Église de Bayeux, Paris, 1884.

Voltaire 1856 = Siècle de Louis XIV par Voltaire, édition classique adoptée par le Conseil impérial de l’Instruction publique, Paris, 1856.

Voltaire 1887 = Voltaire, Siècle de Louis XIV, nouvelle éd. par M. l’Abbé J. Vernay, Paris, Poussielgue, 1887 (Alliance des maisons d’éducation chrétienne).

Voltaire 1962 = Voltaire, Le Siècle de Louis XIV, dans Œuvres historiques, éd. R. Pomeau, Paris, 1962 (Bibliothèque de la Pléiade).

Waché 1992 = Br. Waché, Monseigneur Louis Duchesne (1843-1922), historien de l’Église, directeur de l’École française de Rome, Rome, 1992.

Walter 1987 = P. Walter, Johann Baptist Franzelin (1816-1886), Jesuit, Theologe, Kardinal. Ein Lebensbild, Bozen, 1987.

Weber 1973 = Chr. Weber, Quellen und Studien zur Kurie und zur Vatikanischen Politik unter Leo XIII. Mit Berücksichtigung der Beziehungen des Hl. Stuhles zu den Dreibundmächten, Tübingen, 1973.

Weber 1978 = Chr. Weber, Kardinäle und Prälaten in den letzten Jahrzehnten des Kirchenstaates : Elite-Rekrutierung, Karriere-Muster und soziale Zusammensetzung der kurialen Führungsschicht zur Zeit Pius’ IX. (1846-1878), 2 vol., Stuttgart, 1978.

Weber 1981 = Chr. Weber, Dans les couloirs du Vatican. Der Kampf der Kardinäle Czacki und Galimberti um die politische Richtung im Vatikan 1876-1896 im Spiegel der Literatur, Presse und Diplomatie, dans Historisches Jahrbuch, 101, 1981, p. 38-130.

Weiss 1998 = O. Weiss, Tra misericordia e rigorismo : la recezione della dottrina di S. Alfonso nei Paesi Germanici nell’Ottocento, dans La recezione del pensiero alfonsiano nella Chiesa, Rome, 1998 [= Spicilegium Historicum Congregationis SSmi Redemptoris, 45, 1997], p. 269-290.

Wolf 2005 = H. Wolf (éd.), Römische Inquisition und Indexkongregation. Grundlagenforschung 1814-1917, 7 vol., Paderborn, 2005.

Woodhall 1952-1953 = J. B. Woodhall, Henri Bellot des Minières, Republican Bishop of Poitiers, 1881-1888, dans The Catholic Historical Review, 38, 1952-1953, p. 257-284. 

Haut de page

Notes

1 Voir Milo 1986, p. 517-562 ; les listes dressées par Chervel 1986 ; et les monographies d’Albanese 1992, 2003, 2008. 

2 Sur cette première condamnation, voir Quantin 2007 (prépublication dont la version définitive augmentée est à paraître dans XVIIe siècle).

3 Il est mentionné à ce titre, avec d’autres cas (Rousseau et Montesquieu), par Amadieu 2007, p. 299-302 (je remercie M. Amadieu de m’avoir aimablement communiqué les pages concernées de son important travail, à paraître aux éditions du Cerf : la pagination indiquée est celle de la thèse). Les Pensées, qui n’étaient pas à l’Index, furent cependant examinées par la congrégation en 1896, en tant qu’elles tombaient sous la prohibition générale contre tous les livres défendant la doctrine de Jansénius (voir infra, n. 117) : je me propose de traiter ailleurs de cet épisode.

4 Chervel 1986, p. 235. Sur l’importance de cette liste nationale d’auteurs français, voir ibid., p. 7 et 231.

5 Pour le contexte immédiat, voir Trenard 1968, p. 600-616, en particulier p. 602 ; Cubitt 1993, p. 106-118 ; pour l’utilisation polémique des Provinciales, voir Leroy 1992, p. 79, 152-155, 266-270, 285 ; Boutry 2010, p. 103 (avec, n. 60, une liste des éditions publiées de 1815 à 1846) ; Gay 2010, p. 305-307.

6 Cousin 1843, p. 16. Voir Francis 1959, surtout p. 43-46, 188-195, 239 (avec les observations de Compagnon 2007, p. 425) ; Mesnard 1994, p. 282-283 ; Lefranc 1993, p. 27-38. Cette lecture des Pensées se retrouve chez Havet (infra, n. 33).

7 Cousin 1843, p. XIX-XX.

8 Chervel 1986, p. 11 ; Chervel 2006, p. 441-442. 

9 Le programme du 15 janvier 1848 publié dans Bulletin universitaire, contenant les décrets, règlements et arrêtés relatifs à l’Instruction publique, 17, 1848, p. 9, et reproduit dans Chervel 1986, p. 236, porte « Siècle de Louis XIV jusqu’au chapitre XXIV ». Une limitation aussi drastique est difficile à expliquer et on n’en trouve pas trace dans les éditions scolaires (voir infra, n. 13 et 15) : il me semble vraisemblable qu’il s’agit d’une coquille pour « chapitre XXXIV » et que la suppression concerne les chapitres XXXV-XXXIX, sur l’histoire religieuse (le jansénisme fait l’objet du chapitre XXXVII).

10 Chervel 1986, p. 237 (programme du 25 mars 1848). 

11 Ibid. 

12 Ibid. : rétabli « dans son entier » en mars 1848, le Siècle de Louis XIV fut quant à lui remplacé en 1849 par l’Histoire de Charles XII.

13 Voltaire 1856, avec, en face de la page de titre, l’arrêté du ministre Hippolyte Fortoul, du 5 mars 1856. Seuls figurent les 34 premiers chapitres. Pour l’expurgation du chapitre 32, comparer p. 476, avec Voltaire 1962, p. 1004. L’affaire est mentionnée par Leroy 2001 p. 158-159 [ouvrage résumé par l’auteur dans Leroy 2002], mais avec une référence à corriger : lire Félix Hémon, Bersot et ses amis, Paris, 1911, p. 149.

14 Voir la lettre souvent citée de Taine à Prévost-Paradol, 25 avril 1852, Taine 1902-1907, I, p. 237, et sa lettre à Édouard de Suckau du 20 avril 1852, ibid., p. 236. 

15 Voltaire 1887 : 34 chapitres ; pour le texte censuré du chapitre XXXII, voir p. 447. Cette édition est spécialement louée pour son expurgation du texte dans L'Enseignement chrétien, 6, 1887, p. 188.

16 Chervel 1986, p. 201-205. Depuis 1864, le programme de la rhétorique était aussi celui du baccalauréat (ibid., p. 231). Pour des exemples (relativement peu nombreux) de compositions françaises du baccalauréat portant sur les Provinciales, voir Chervel 1999, à l’index. On notera notamment ces sujets susceptibles d’embarrasser les candidats de l’enseignement libre : « Pascal mourut à Paris le 19 août 1662. Vous supposerez une lettre de Nicole à un de ses amis pour lui annoncer cette mort, et pour lui rappeler les services rendus par Pascal à la cause de Port-Royal et à celle du christianisme » (p. 408 : Lyon, 1899) ; « Quel intérêt trouvons-nous maintenant encore à la lecture des Provinciales ? » (p. 459 : Poitiers, 1894). 

17 Pour un résumé, voir Prost 1970, p. 192-203, avec le tableau récapitulatif p. 211. Sur les polémiques et leur signification, voir Ozouf 1992.

18 Paul Bert, Discours prononcé dans la Séance du 5 juillet 1879, reproduit dans Bert 1880, p. 600. Pour une chronique des événements, du point de vue catholique, voir Capéran 1957-1960, I, p. 167-227. Voir aussi les dépêches du nonce Meglia à la Secrétairerie d’État, citées par Chevallier 1981, p. 175 et 177, et, du côté laïque, Debidour 1906-1909, I, p. 222 (qui ne craint pas de comparer Bert à Pascal). 

19 Ordioni 1987. Kotovtchikhine 2000, p. 199, 200, 258, a marqué son scepticisme à l’égard de cette interprétation, mais sans vraiment la discuter. 

20 Bert 1880, p. XIV-XV. 

21 Ibid., p. XXX n. 2.

22 Texte cité par exemple par Rémond 1985, p. 190. Candeur ou pudibonderie, R. Rémond explique que Paul Bert désigne ainsi « le cléricalisme qui jette une feuille de vigne sur la représentation de la beauté »...

23 Thureau-Dangin 1880, p. 241-247, accusa Paul Bert de n’avoir fait que reprendre une polémique anticléricale de 1843-1844. Pour des parallèles étrangers, voir Weiss 1998, surtout p. 280-285. 

24 Buisson 1911, s.v. Filles, p. 635-636.

25 Arrêté du 11 août 1884, dans Bulletin administratif du Ministère de l’Instruction publique, 35, 1884, n° 610, p. 219-220 (« pour une période triennale commençant le 1er octobre 1884 »). Pascal ne figurait pas au programme précédent, de 1881, sur lequel voir infra, n. 127.

26 Capéran 1957-1960, II, p. 32-38 ; Curtis 2000, p. 109-110. Sur la réorganisation des examens aux brevets de capacité par le décret du 4 janvier 1881 et l’arrêté du 5 janvier, voir Gréard 1890-1902, V, p. 226-234. 

27 Lescœur 1884, p. 599. Voir les chiffres donnés par Gréard 1883, p. 55-58, et la discussion de Rogers 2007, p. 238-241.

28 Le décret du 14 janvier 1882, Bulletin administratif du Ministère de l’Instruction publique, 25, 1882, n° 477, p. 188, précise que le diplôme porte sur les matières obligatoires de l’enseignement des deux dernières années. L’arrêté du 28 juillet 1882, ibid., 28, 1882, n° 525 suppl., p. 948, inscrit parmi l’enseignement obligatoire de la dernière année « Pascal, Provinciales, I, IV, XIII ». Ce programme resta inchangé jusqu’en 1897, où il devint « Extraits des Provinciales » (Chervel 1986, p. 295). 

29 Sur cette importance persistante du brevet supérieur, y compris dans les établissements d’État, voir Mayeur 1977, p. 32, 38, 76-77, 87-88, 125-127, 148-149, 198, 229, 234-237. Voir aussi infra, n. 125.

30 Sur le « snobisme », voir Mayeur 1977, p. 395. Du côté catholique, voir Salembier 1884a ; Rémont 1884, p. 389 ; Lescœur 1884, p. 598-604.

31 Voir Salembier 1884b, p. 19 : « le programme de ces examens [les brevets] est devenu athée depuis 1881 ; il renferme des livres à l’Index que l’on doit écarter à tout prix des regards des jeunes filles ».

32 Pascal 1881b. L’ouvrage fut réimprimé sans changement chez le même éditeur (Ch. Delagrave) en 1882, puis en 1885 (avec la mention « Troisième Édition »). 

33 Pascal 1852 (voir en particulier l’hommage à Cousin dans l’introduction, p. xvii-xviii et lxii) ; Pascal 1881a. Voir Francis 1959, p. 52-53 et à l’index ; Mesnard 1993, p. 21. Sur la fortune de l’édition abrégée pour les classes (le « petit Havet »), voir Barnes 1976, surtout p. 3-4, précisée par Higaki 2005, p. 23-26, 30-32 et 383-384.

34 Taine à Havet, 24 mars 1852, dans Taine 1902-1907, I, p. 225. Voir aussi la lettre de remerciements et de félicitations de Renan à Havet, 6 juillet 1852, dans Renan 2008, p. 584-586.

35 Havet 1891, p. 20-21. Morembert 1989 est, non seulement sommaire, mais déparé par des coquilles dans les dates.

36 Havet 1863. Voir en particulier Freppel 1863, p. 113-148 (citation p. 116).

37 Havet 1863, p. 582.

38 Havet 1871-1884. 

39 Ibid., IV, p. 485.

40 Censura italienne imprimée par Luigi Tripepi, 31 décembre 1878, Protocolli 1878-1881, n° 97, p. 2. Sur Tripepi (1836-1906), chanoine de San Lorenzo in Damaso et futur cardinal, outre la notice de Wolf 2005, III/2, p. 723-730, voir Disegni 2009, p. 447-461. La lettre du cardinal Secrétaire d’État, du 19 novembre 1878, transmettant la dénonciation, est dans Atti e documenti 1878-1885, n° 125. L’ouvrage fut examiné et condamné à la réunion de l’Index du 3 février 1879 (Protocolli 1878-1881, n° 91 ; Wolf 2005, I, p. 407-408 ; II/1, p. 584-586). 

41 Perraud 1881, p. 15. Par « critique intransigeante », Perraud désigne la « critique à outrance, hardiment substituée par M. Havet au rationalisme relativement mitigé des Rousseau, des Ewald et des Renan » (p. 9). Le chapitre en question parut d’abord dans la Revue des deux mondes du 1er avril 1881 : voir Havet 1871-1884, IV, p. 1-74, et préface, p. II.

42 Pascal 1885. L’introduction reprend textuellement, avec quelques corrections et additions, celle de l’édition scolaire des Première, quatrième et treizième Provinciales. Dans l’intervalle, Havet avait encore donné une édition scolaire de la Quatorzième Provinciale (Pascal 1883).

43 Pascal 1881b, p. V-XXI (voir p. XVIII n. 1, la référence au Christianisme et ses origines, pour les « origines de la grâce » chez Philon).

44 Ibid., p. XXV, note 2. Voir Boutry 2010, p. 105 ; Leroy 1992, p. 104-105, 166, 218, 232-235, 279. 

45 Pascal 1881b, p. XLVIII-XLIX. Voir la lettre de remerciements de Paul Bert à Havet, qui lui avait envoyé son édition intégrale des Provinciales (supra, n. 42), 7 décembre 1885, citée par Kotovtchikhine 2000, p. 220 n. 106.

46 Sur la prégnance de cette idée dans le discours antijésuite, voir Cubitt 1993, p. 154-155 et 171-174. Comparer par exemple Sauvestre 1868, p. 44.

47 Pascal 1881b, p. XLIX.

48 Ibid., p. XLV.

49 Sur cette « étonnante contradiction », esquivée par Michelet et Quinet, voir Boutry 2010, p. 103-104.

50 Pascal 1881b, p. XXVII. Voir encore p. LXI-LXII, et Pascal 1885, p. LXXXIX, sur Pascal comme annonciateur de « l’émancipation de l’esprit humain » (passage ajouté par rapport à l’édition scolaire).

51 Pascal 1881b, p. LXV.

52 Godefroy 1880-1881, p. 15-16. Sur cette revue, voir Moulinet 1995b. Fr. Godefroy avait cité le même passage de Fénelon dans Godefroy 1859, p. 485 : il est extrait de la lettre au duc de Beauvillier du 7 février 1703 (Fénelon 1990, p. 11), dont seul un fragment retouché figurait, sans date, dans les éditions du XIXe siècle (voir par ex. Fénelon 1848-1852, VII, p. 362). 

53 Voir infra, n. 125.

54 Sur Claude-Joseph Drioux (1820-1898), outre Didier 1967 et Laplanche 1996, voir Mouchard 1898, qui reproduit, p. 323-325, une Notice nécrologique sur Mgr Drioux, tirée de La Semaine religieuse de Langres (cette dernière publication, citée par J.-C. Didier, est incommunicable à la BNF et m’est restée inaccessible). Sur la maison Lecoffre, qui faisait une place importante au livre scolaire, voir Savart 1985, p. 121 et 148-152.

55 Ragon 1896, p. 54. 

56 Pascal 1881c, p. 7. Cette édition est aujourd’hui très rare. Le seul exemplaire que j’aie pu localiser est celui de la BNF, déclaré hors d’usage. Après qu’une demande de consultation exceptionnelle m’eut été refusée, l’ouvrage a été envoyé « dans la filière de numérisation urgente » et j’ai finalement pu le consulter sous cette forme en janvier 2013.

57 Ibid., p. 25.

58 Mouchard 1898, p. 323. Jean-Jacques Guerrin, évêque de Langres, se rangea d’entrée parmi les infaillibilistes (voir Gadille 1988a).

59 Voir Pascal 1881c, p. 52.

60 Ibid., p. 75. Canonisé en 1839, Liguori fut proclamé Docteur de l'Église en 1871. Pour l’importance dès auparavant de l’argument d’autorité, voir Langlois 1993, en particulier 656-659. Pour une discussion nuancée de l’introduction du liguorisme en France, voir Boutry 2000.

61 Ainsi la définition de la sorbonique : « thèse de théologie soutenue pour le doctorat en Sorbonne » (Pascal 1881c, p. 38 n. 1). Comparer Pascal 1881b, p. 19 n. 2 : « Dictionnaire de l’Académie : Sorbonique, s. f., une des trois thèses que les bacheliers étaient obligés de soutenir pendant leur licence, et qui devait être soutenue dans la maison de Sorbonne. – Littré ajoute à cette définition des détails curieux pris dans les Mémoires secrets de Bachaumont, 6 juillet 1770 ». 

62 Voir par ex. Pascal 1881c, p. 54 n. 2.

63 Ibid., p. 61 n. 3 [Pascal 1987, p. 76]

64 Voir Pascal 1881c, p. 35 n. 3, p. 55 n. 3 (« Comment comprendre cette conséquence ?), p. 57 n. 3 (« Quel étrange rapprochement ! »), p. 91 n.1 (« J’avoue que cette conséquence m’échappe absolument »). 

65 Ibid., p. 40 n. 3. Voir encore par ex. p. 93 n. 3.

66 Ibid., p. 98 n. 1 [Pascal 1987, p. 216].

67 La rareté des exemplaires conservés aujourd’hui dans les bibliothèques publiques ne reflète pas forcément la diffusion de l’édition à l’époque. Elle est recommandée dans les manuels catholiques de Mestre 1884, II, p. 48 n. 1 ; Urbain - Jamey 1884-1885, I, p. 261. Mais elle ne connut aucune réédition et fut clairement détrônée par celle de l’abbé Vialard. Voir Maire 1925, p. 333-337.

68 Plongeron 1972, p. 292-293.

69 Sur cette maison, devenue en 1909 J. de Gigord, voir Savart 1985, p. 153-156. Pour les éditions scolaires publiées sous ses auspices, voir Moulinet 1995b, p. 285-286. 

70 Pascal 1884.

71 La licence en théologie impliquait la rédaction de deux thèses, latine et française. Voir Calvignac 1993, p. 202.

72 Vialard 1884 (le visa de la Sorbonne est du 19 décembre 1884). Vialard ne fut que deux ans professeur de rhétorique, en 1882-1883 et 1883-1884 (Schœnher 1911, p. 581 n. 4). Je n’ai pu trouver d’informations sur le reste de sa carrière, après avoir notamment dépouillé en vain la « Liste des membres de l’Association » imprimée chaque année dans Association des anciens élèves ecclésiastiques du petit séminaire de Paris, Saint-Nicolas du Chardonnet, devenu Annuaire de l’Association ecclésiastique des anciens élèves du petit séminaire de Paris, Saint-Nicolas du Chardonnet. Je n’ai pu consulter que les années 1877 et 1879 de l’Annuaire du diocèse de Paris, où il ne figure pas.

73 Tacite 1883 ; Bossuet 1886.

74 Le nouveau programme du brevet supérieur fut publié le 11 août 1884 (supra, n. 25), alors que l’édition Vialard devait déjà être sortie des presses (infra, n. 114) : mais on pourrait supposer que l’enseignement catholique en avait eu vent auparavant ou qu’il entendait se préparer à l’inscription des Provinciales au programme. Voir aussi infra, n. 125.

75 La sorbonique est ainsi correctement définie, en citant Littré, comme « une des trois thèses que les bacheliers étaient obligés de soutenir en personne pendant leur licence […] » (Pascal 1884, p. 45-46 n. 3). Comparer supra, n. 61. Vialard cite deux fois l’édition Drioux, sans doute plus par politesse que par nécessité (ibid., p. 92 n. 2 et 99 n. 1).

76 Ibid., p. 47 n. 3, et p. 47-48 n. 4. On ne trouve aucune note de ce genre chez Havet. 

77 Ibid., p. 46 n. 1, p. 92-93 n. 3.

78 Ibid., p. 3. Pour des attaques transparentes contre Havet, voir encore p. 58-59 n. 1, et p. 89 n. 2 (« Celui des récents éditeurs de Pascal qui a peut-être le plus abusé du texte des Provinciales, pour s’indigner contre la morale des Jésuites, n’est-il pas surtout connu pour sa thèse de la supériorité morale du paganisme sur la religion de Jésus-Christ ? »).

79 Ibid., p. 3.

80 Pascal 1851. Voir Pascal 1884, p. 9 n. 1 : « Nous ne faisons guère que nous inspirer de ce beau travail, dans plusieurs passages du nôtre ». Pour des références explicites à Maynard, voir par exemple p. 37-38 ; p. 55 n. 2 ; p. 56 n. 3. Comparer Drioux dans Pascal 1881c, p. 26 n. 1. Voir encore Mestre 1884, II, p. 48 n. 1. 

81 Sur Maynard (1814-1893), voir Coste 1932, III, p. 561-567.

82 Voir sa lettre de condoléances à Eugène Veuillot, 11 avril 1883, dans Veuillot 1884, p. 138.

83 Compte rendu de l’Histoire du pontificat de Clément XIV d’Augustin Theiner dans Bibliographie catholique, 12, 1852-1853, p. 403.

84 Voir Lecanuet 1930, p. 56-66 ; Woodhall 1952-1953, p. 274-275 et 277 n. 86 ; Mathieu 1983-1984, p. 307, 311 n. 85, 315, 319 n. 110. La plainte de l’évêque (lettre du 21 décembre 1882, et Note contre le libelle injurieux dirigé contre l’Evêque de Poitiers), où Maynard n’est pas nommé, est dans Protocolli 1882-1884, n° 83-84.

85 Maynard 1884. L’ouvrage reprenait une série d’articles parus dans L’Univers de décembre 1883 à février 1884. Il fut hautement loué par Fèvre 1888, p. 374-375. Voir Lecanuet 1931, p. 187 n. 2 ; Siegfried 1932, I, 185-186 et 568 ; Beretta 1996, p. 51-52. Pour le retentissement de la polémique au Canada et aux États-Unis, voir Savard 1967, p. 119-120.‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬

86 Voir Renault 1989, p. 401-403. Tournier 1913, p. 190-195, dit à tort que l’Index condamna l’ouvrage.

87 Maynard 1847. L’exemplaire du fonds des Fontaines (déposé à la Bibliothèque municipale de Lyon), coté TS 850/5, est relié avec la thèse latine, De S. Fortunato et postrema latinae poesis aetate. Voir en particulier, p. 108, l’attaque contre Cousin à propos du discours de la machine (fragment Lafuma 418-Sellier 680), qu’on comparera à Louis Veuillot, Pascal-Cousin et Pascal-Faugère [L’Univers, 21 décembre 1844], dans Veuillot 1924-1940, XXVIII, p. 93-98 (95-96). Voir Francis 1959, p. 463-464, Bontoux 1914, p. 172-175, et surtout Foucart 1978, I, p. 577-618.

88 L’exemplaire du fonds des Fontaines (voir note précédente) contient, sur deux feuillets encartés, une note manuscrite de l’abbé James Condamin, doyen de la Faculté catholique des lettres de Lyon, en date du 12 octobre 1911, qui raconte toute l’affaire.

89 Maynard 1850, II, p. 472-473. Les principaux passages du chapitre consacré aux Provinciales dans cet ouvrage (« Pascal dans la polémique », I, p. 271-565) sont passés textuellement dans l’« Introduction générale » de Pascal 1851, I, p. 1-69.

90 Pascal 1852, p. lxiv note b. Trente ans plus tard, dans Pascal 1881b, p. XXVIII, Havet qualifia l’édition Maynard d’« édition jésuite des Provinciales ». Voir encore Pascal 1883, p. 22-23 n. 3.

91 Pascal 1851, I, p. xxv. Le projet avait été annoncé l’année précédente dans Maynard 1850, I, p. 460-461. 

92 Pascal 1851, I, p. xxvii.

93 L. Veuillot, Réponse à M. Rigault [L’Univers, 28 novembre 1853], dans Veuillot 1924-1940, XXXI, p. 519-520. Voir aussi id., Travaux scientifiques et littéraires du clergé français [Revue du monde catholique, 10 avril 1862], ibid., XXXIV, p. 525, et l’éclairant parallèle entre Pascal et le P. Gratry dans Rome pendant le Concile, ibid., XII, p. 144 et 149. Cf. Bontoux 1919, p. XXXIII-XXXIV. Le travail de Maynard avait aussi été loué par Godefroy 1859, p. 488.

94 Lemontey 1832, I, p. 156, cité dans Pascal 1851, I, p. 155 n. 1 (reprenant Maynard 1850, I, p. 471) ; Pascal 1884, p. 37. Il s’agit d’une publication posthume, l’auteur étant mort en 1826. Chez Lemontey, historien libéral très hostile aux jésuites, à la papauté et à « l’intolérance » de l’Église catholique (voir Lemontey 1832, I, p. 158, 160, 163, 165), cette remarque avait du reste un tout autre sens que chez Maynard et Vialard. Vialard ne cite pas, en revanche, le mot de Fénelon (supra, n. 52).

95 Pascal 1851, I, p. 62 ; Pascal 1884, p. 70 n. 3 [Pascal 1987, p. 76]. La proposition Omnia opera infidelium sunt peccata, et philosophorum uirtutes sunt uitia est la 25e des propositions de Baïus condamnées en 1567 (Denz.-Schön. 1925).

96 Note inédite à son collaborateur lyonnais, Guy-Marie Deplace, citée par Latreille 1906, p. 128. Camille Latreille a utilisé cette importante correspondance, aujourd’hui inaccessible, dans une série d’études (outre son livre, voir Latreille 1904-1905, 1908), avant de publier l’ensemble des lettres de Maistre à Deplace, Maistre 1912 (sauf un fragment du 5 juin 1819, dans Maistre 1884-1886, XIV, p. 175-176). Il a malheureusement laissé de côté les lettres de Deplace, que l’on ne connaît que par les citations de ses articles. Voir en dernier lieu Boutry 2006, p. 377-403.

97 Latreille 1908, p. 423. En dépit de son orientation anhistorique, cette étude reste la meilleure dont on dispose. Triomphe 1961, p. 257-268, a voulu traiter des « affinités » entre Pascal et Joseph de Maistre (déjà soulignées par Faguet 1891, p. 50-51 ; voir aussi, plus récemment, Pranchère 1996, p. 220) : malheureusement, son interprétation de Pascal reposait exclusivement sur les travaux, aujourd’hui largement discrédités, de Henri Lefebvre et Lucien Goldmann. 

98 Maynard 1850, II, p. 213 : « Il [Cousin] veut être chrétien en dépit du christianisme. C’est le Janséniste de la philosophie ». Voir Maistre 1821, p. 18-19 : « il [le jansénisme] a l’incroyable prétention d’être de l’Église catholique, malgré l’Église catholique ».

99 Maynard 1884, p. 371-372 n. 2 (au sens, précisait Maynard, où Maistre explique ce jugement en note). Voir Maistre 1821, p. 52 n. 1. La note était en fait une atténuation ajoutée à la demande de Deplace : voir Latreille 1908, p. 401.

100 Maynard 1850, II, p. 428. 

101 Pascal 1884, p. 35 (et à nouveau p. 67 n. 3), citant Maistre 1821, p. 76-77. Le mot avait été relevé ironiquement par Havet, dans Pascal 1881b, p. LXIII.

102 Pascal 1884, p. 59-60, note 5, citant Maistre 1821, p. 86-89. 

103 Pascal 1884, p. 29. Comparer Maistre 1821, p. 68-75 (qui ne fait pas de Mersenne un jésuite mais ne précise pas qu’il était minime, d’où peut-être l’erreur). Pour les rectifications à faire et l’historique des différentes controverses, on se reportera aux mises au point de J. Mesnard dans Pascal 1964–, II, p. 221-224 (Essai pour les coniques), p. 653-676 et 800-803 (les recherches sur le vide), IV, p. 822-860 (le P. Lalouvère et le concours de la roulette).

104 Maynard 1850, I, p. 160-269, surtout 201-211.

105 Havet 1885 (contre le philosophe catholique Jean Félix Nourrisson, Pascal physicien et philosophe, Paris, 1885). 

106 Pascal 1884, p. 15.

107 Voir Maistre 1821, p. 91-92 et 273-275. Pour les critiques de Deplace, voir Latreille 1908, p. 414-415. 

108 Voir en particulier, pour un épisode célèbre et bien révélateur, Buchoud 2002, p. 39-43 et 46.

109 Voir Jacquin 1981, p. 296 ; Jobert 1981, p. 301.

110 Lettre à dom Alphonse Guépin, 27 mars 1874, citée par Oury 2000, p. 452.

111 Pascal 1884, p. 47 n. 3. Voir encore p. 51 n. 2.

112 Voir en particulier Régnon 1883 ; pour un résumé de la polémique, Hocedez 1947, p. 236-244.

113 Pascal 1884, p. 21. 

114 L'Enseignement chrétien. Bulletin périodique paraissant le 1er et le 16 de chaque mois, 3, n° 16, 16 août 1884, p. 253-254. Ce compte rendu, comme tous ceux du bulletin, n’est pas signé, mais il doit être du directeur, Claude-Joseph Drioux (supra, n. 55). Celui-ci eut l’élégance de ne pas rappeler sa propre édition, se bornant à évoquer « les différentes éditions classiques que nous [les établissements libres] avons publiées de ces trois lettres ». Le bulletin était lui aussi publié par Poussielgue.

115 Voir Pascal 1851, I, p. 188, et II, p. 320-324 n. 1 ; et surtout Maynard 1850, I, p. 539. 

116 Pascal 1851, I, p. xxiv. 

117 « Liste des livres condamnés depuis deux siècles dans le diocèse de Paris, et qu’il est défendu, tant aux Ecclésiastiques qu’aux Laïques, de lire et de retenir, sans la permission de Mgr l’Archevêque ou de ses Vicaires-généraux », dans Rituale 1839, II, p. 762 : « Cette condamnation frappe un livre fort répandu : Les Provinciales, de Pascal ». Une recherche partielle dans les rituels diocésains de la première moitié du XIXe siècle, ainsi que dans les Statuts synodaux, ne m’a pas permis de retrouver d’autres listes de ce genre. 

118 Parmi les lettres d’évêques incluses dans Protestation 1841, deux seulement mentionnent l’inscription des Provinciales au programme du baccalauréat : celle de l’évêque de Versailles, Blanquart de Bailleul, du 14 mars 1841 (sans commentaire), et celle de l’évêque de Nantes, Hercé, du 28 mars 1841, qui les qualifie d’« ouvrage condamné », sans autre précision. L’Ami de la religion et du roi, 106, n° 3329, 5 septembre 1840, p. 451, invoque surtout le Rituale Parisiense (voir note précédente) ; il mentionne aussi l’Index, mais en ne réclamant pour lui qu’une autorité minimale (voir encore p. 591).

119 Pascal 1851, I, p. xxvi.

120 Ibid., p. 147-148, n. 2 [Pascal 1987, p. 72-73]. Vialard dans Pascal 1884, p. 63, s’abstient de toute note sur le passage. Le livre de Bauny, mis à l’Index en 1640, y resta jusqu’à la suppression de celui-ci (Bujanda 2002, s.v., p. 114).

121 Voir Gough 1986, p. 131-162, et encore p. 195-198, 214-216, 223-225, 243 ; Savart 1985, p. 254-274. Le dossier fut réuni à l’époque, de manière polémique mais utile, par Montrousier 1866, p. 357-374. Voir aussi les plaintes douloureuses de Pierre-Louis Cœur, évêque de Troyes, dans ses lettres de 1857 au ministre Gustave Rouland, citées dans Riccardi 1976, p. 88 et 100.

122 Voir deux études posthumes très éclairantes de Bruno Neveu (Neveu 2004, 2007).

123 Voir Capéran 1961, p. 25-50, en particulier 33-34 ; Chevallier 1981, p. 390-420, avec les documents en appendice, en particulier la lettre de Léon XIII à Jules Grévy, 12 juin 1883, p. 451-452. Voir aussi la lettre ironique de Duchesne à de Rossi, 14 mars 1883, dans Duchesne 1995, p. 272. Le dossier complet de la condamnation est dans Protocolli 1882-1884, n° 63 et 65-76 (le n° 74 est un brouillon, plus développé, du rapport du P. Pio Saccheri, secrétaire de l’Index, publié par Chevallier 1981, p. 455-461, d’après les papiers du nonce di Rende aux Archives Vaticanes). 

124 La supplique des Poussielgue, datée du 11 octobre 1884, et la lettre de Guibert, du 21 octobre 1884, toutes deux adressées au cardinal Tommaso Maria Martinelli, préfet de la congrégation de l’Index, sont imprimées à la suite du rapport du censeur, Protocolli 1882-1884, n° 187, p. 20-22. L’original de la lettre de Guibert (calligraphiée par un secrétaire, signature autographe) est ibid., n° 78. Sur Joseph-Hippolyte Guibert, voir Gadille 1988b. 

125 Voir dans Atti e documenti 1878-1885, n° 257, la supplique au pape du P. Ligiez, du 23 septembre 1881, en faveur d’un de ses confrères, confesseur des dominicaines enseignantes du Très-Saint-Rosaire de Sèvres, qui demandait à pouvoir dispenser les maîtresses concernées des règles de l’Index. Sans doute par confusion avec le programme du baccalauréat, Ligiez cite non seulement l’Émile (voir infra, n. 127) mais encore les Provinciales, qui n’apparaissent pour le brevet supérieur qu’en 1884 : Inter duo mala minus uidetur ut talia a Religiosis Magistris puellae audiant, quam ut deseratur palaestra christianae educationis. Le 16 décembre 1881, le suppliant fut renvoyé à l’évêque de Versailles, qui avait les facultés pour accorder la permission demandée (note manuscrite en marge : l’écriture est celle du P. Saccheri, que l’on retrouve dans de nombreux autres documents, en particulier dans des lettres signées au cardinal De Luca préfet de l’Index, 8 janvier et 16 janvier 1878, Atti e documenti 1878-1885, n° 5 et n° 9). Sur les dominicaines du Très-Saint-Rosaire de Sèvres, voir Pontal 1880, p. 664-665 : « Les religieuses institutrices sont munies de leurs diplômes. 150 de leurs élèves ont subi avec succès les épreuves des brevets ». Sur Ligiez (ou Ligier) (1823-1898), dominicain français établi à Rome, socius du Maître Général de l’ordre de 1864 à 1880, voir Bonvin 1989, p. 186 n. 29 ; Berthier 1912, p. 713 et 725, et illustration n° 100 ; sur son rôle d’intermédiaire auprès de l’Index, Waché 1992, p. 77 et 81 ; Ligiez au P. Saccheri, 29 juin 1887, Protocolli 1885-1889, n° 221.

126 Guibert à Martinelli, 21 octobre 1884, Protocolli 1882-1884, n° 78. On ne trouve aucune trace que Lecoffre, en 1881, ait sollicité une permission de l’Index pour l’édition Drioux, alors même que celle-ci était clairement destinée à être lue par les candidats au baccalauréat, et pas seulement par les professeurs (Pascal 1881c, p. 1). Faut-il penser que Lecoffre était moins scrupuleux que les Poussielgue ? Ou que l’inscription de l’ouvrage au programme du brevet supérieur et donc aux « examens de jeunes filles » parut imposer un recours à Rome dont on se dispensait tant qu’il ne s’agissait que des garçons ?

127 Lettre de Guibert à Martinelli, 7 octobre 1882, Atti e documenti 1878-1885, n° 302 (original calligraphié, signature autographe) ; imprimée à la suite du rapport du censeur, Protocolli 1882-1884, n° 61, p. 5-7. Elle est publiée intégralement par Amadieu 2007, p. 300, qui souligne sa valeur de précédent. Voir Rousseau 1882 : l’avant-propos anonyme, daté du 16 mai 1882, n. ch., souligne que « l’importance du brevet supérieur devient chaque jour plus évidente et plus grande ». Cette édition est recommandée par Salembier 1884a, p. 6 n. 2. Pour le programme du brevet supérieur fixé pour trois ans par l’arrêté du 10 juin 1881, voir Bulletin administratif du Ministère de l’Instruction publique, 24, 1881, n° 468, p. 911-912. 

128 Minute de réponse à Guibert, sans date, de la main du P. Saccheri, Atti e documenti 1886-1897, n° 84. Cette réponse est citée par Guibert dans sa lettre à Martinelli du 21 octobre 1884, Protocolli 1882-1884, n° 78. 

129 Protocolli 1882-1884, n° 61. Sur Haringer, voir Wolf 2005, III/1, p. 757-762 ; Schwedt 2006 ; sur l’examen de l’Émile, Wolf 2005, II/1, p. 613.

130 Voir supra, n. 114. Comparer Guibert à Martinelli, 7 octobre 1882, Atti e documenti 1878-1885, n° 302 : « MM. Poussielgue frères, libraires à Paris, m’ont remis en épreuve le livre joint à cette lettre » (c’est Guibert qui souligne) ; Guibert à Martinelli du 21 octobre 1884, Protocolli 1882-1884, n° 78 : « L’humble supplique des ces libraires et un exemplaire de cette édition sont joints à ma lettre ». L’exemplaire de l’Émile conservé à l’ACDF (D IV.29, avec tampon Sacra Indicis Congregatio) est simplement broché, alors que celui des Provinciales (D. VII. 14) est cartonné. 

131 Protocolli 1882-1884, n° 182. La constitution Sollicita ac prouida figure en tête d’Index 1758 (voir sur la procédure, § 8, p. XXI-XXII) et est reprise dans tous les Index des XVIIIe et XIXe siècles. Le mercredi (feria quarta) était le jour habituel des réunions préparatoires. Le couvent de la Minerve, où elles se tenaient jusqu’à la fin de l’État pontifical, avait été exproprié, partiellement en 1871, complètement en 1873 (voir Fiorentino 1996, p. 76-83, 156-157, 275, 408-411 : le cas particulier des locaux de l’Index est mentionné, p. 83 n. 205), d’où la réunion in Aedibus P. a Secretis (Via del Sudario N° 40) eiusmodi Congregationibus habendis nunc addictis, la formule préservant la fiction du provisoire (sur cette adresse, voir Weber 1978, II, p. 748).

132 Protocolli 1882-1884, n° 187, p. 1-18 (votum imprimé, en italien, adressée aux cardinaux). Sur Giuseppe Maria Granniello (1834-1896), cardinal en 1893, voir (outre Croce 2002) sa notice dans Wolf 2005, III/1, p. 723-730.

133 Sur l’attention portée par les censeurs romains à « la séduction du style », particulièrement sur les jeunes lecteurs, voir Amadieu 2004, p. 411 ; Disegni 2009, p. 458-459.

134 Protocolli 1882-1884, n° 187, p. 3. Voir Pascal 1884, p. 31-35. Sur le passage de Maistre, supra, n. 101.

135 Protocolli 1882-1884, n° 187, p. 2-3.

136 Ibid., p. 3-4.

137 Ibid., p. 5.

138 Pascal 1881b, p. XXXV et XL.

139 Protocolli 1882-1884, n° 187, p. 5-6, renvoyant au décret du Saint-Office du 24 août 1690 (Denz.-Schön. 2291). Voir Pascal 1884, p. 62 n. 1, sur la Quatrième Lettre [Pascal 1987, p. 72] : « L’entier oubli de Dieu ; expression susceptible de deux sens ; ou cet oubli consiste soit dans une ignorance, soit dans une inattention involontaire, et alors, pour tout le monde, les jansénistes exceptés, il enlève au péché sa malice imputable ; ou il consiste dans une altération du sens moral dont le pécheur est responsable, et qui aggrave la faute commise : personne ne le conteste ».

140 Protocolli 1882-1884, n° 187, p. 15-17, en renvoyant aux propositions 26, 27 et 28 de 1679 (Denz.-Schön. 2126-2128). Voir Pascal 1884, p. 88 n. 1, et p. 89 n. 1, sur la Treizième Lettre [Pascal 1987, p. 204] : « Soumises aux règles sévères dont le père jésuite Sanchez a savamment exposé le détail […], ni l’équivoque, ni la restriction ne peuvent être condamnées » ; « Quand on n’a pas l’intention de tromper, mais seulement de cacher une vérité que notre semblable n’a pas le droit de connaître, et sur laquelle nous ne pourrions l’éclairer sans préjudice, où est le mal à dire tout bas ce que nous ne pouvons pas dire tout haut ? »

141 Protocolli 1882-1884, n° 187, p. 13, en renvoyant à la 30e proposition de 1679 (Denz.-Schön. 2130). Voir Pascal 1884, p. 90 n. 1 et p. 91 n. 1.

142 Voir Pascal 1884, p. 92 n. 1, sur la Treizième Lettre [Pascal 1987, p. 206] : « Encore une fois, c’est moins l’opinion d’Escobar que le sentiment admis par tout le monde, en Espagne, à son époque. De nos jours encore, combien d’honnêtes gens s’abusent sur ce point, et professent hautement la même manière de penser ? Combien même franchissent la limite de la spéculation et pratiquent, les armes à la main, ce qu’ils croient être le plus saint des devoirs ? » On ne trouvait rien de tel dans Pascal 1851 : voir en particulier I, p. 325 n. 1. Drioux, dans Pascal 1881c, p. 84 n. 1, notait simplement : « C’était l’opinion généralement reçue en Espagne ».

143 C’est sous ce titre que H. de Pène, dans Le Gaulois du 2 octobre 1882, résuma la polémique entre le journal et Le Monde, dont le directeur, François Levé, avait refusé de se battre, « parce que l’Église interdit le duel aux catholiques » ; dans le même numéro, Le Gaulois évoque la récente mort en duel de Massas, rédacteur en chef du Combat. Voir aussi la réponse de Levé, Le Monde, 2 et 3 octobre 1882. Voir Jeanneney 2004 ; Guillet 2008, en particulier, sur l’attitude de l’Église, p. 116-118, 121-122, 175-178, 325-328.

144 Pascal 1881b, p. XLIII n. 1. Ce point est développé dans Pascal 1885, p. 4.

145 Protocolli 1882-1884, n° 187, p. 13-14. Sur cette consultation du Saint-Office, voir Falletti 1953, col. 39.

146 Protocolli 1882-1884, n° 187, p. 18.

147 Ibid., p. 10. Voir Pascal 1884, p. 66-67 n. 2 [sur les pécheurs qui « ne pensent jamais à Dieu »] : « On peut se demander quelle mesure de vérité il y a dans de telles affirmations. D’ailleurs ou ces malheureuses âmes ont à se reprocher d’avoir été, par quelque abus ou quelque résistance à la grâce, la cause responsable de l’abandon de Dieu, et alors les catholiques s’indignent, comme Pascal, contre leur perversité ; ou elles n’ont à se reprocher rien de semblable, et elles doivent être jugées d’après les talents, les dons et les secours reçus. Leur raison et la connaissance de la loi naturelle ne sont-elles pas, du reste, une grâce réelle et un secours grave dont elles ont coupablement trahi la vertu ? »

148 Gerdil 1861 (d’abord publié sous forme de mémoire, Fragments inédits du cardinal Gerdil, dans Analecta juris pontificii, 5, 1861, col. 385-428).

149 « Introduzione dell’editore », ibid., p. 18. Cet éditeur est anonyme mais il s’agissait de Granniello (Boffito 1933-1937, II, p. 274-275). Sur Gerdil (1718-1802), voir Stella 1999.

150 Protocolli 1882-1884, n° 187, p. 11, citant De Gratia Dei commentariolum, dans Gerdil 1806-1821, XIX, § 108, p. 104-105 (Granniello cite la nouvelle édition de Naples, 1853-1856 : voir V, p. 452). 

151 Protocolli 1882-1884, n° 187, p. 5-6 et 15-17.

152 Voir Neveu 1998, p. 751-757 ; Neveu 1997, surtout p. 330-341. Cette dimension à la fois apologétique et rhétorique est fortement marquée par Vacherot 1868.

153 Schœnher 1911, II, p. 579.

154 Voir Paguelle de Follenay 1896, I, p. 546-548, et II, p. 543-544 et 546. Vialard publia des Sermons choisis de Bossuet (supra, n. 73). Comparer le célèbre tableau de la littérature catholique, justement en 1884, par Huysmans 2001, p. 255-256 et 275-276.

155 Pascal 1885, p. LVIII. 

156 Voir surtout le passage fameux de Maistre 1821, p. 273 n. 1 (« les cinq propositions sont la peccadille du jansénisme. C’est surtout par son caractère politique qu’il doit être examiné »). L’ignorance théologique de Maistre est incriminée par Latreille 1904, p. 278 ; 1905, p. 260-261 ; 1908, p. 395-396 et 415, et plus récemment, dans une perspective très peu historique, par Chabot 2004. Mais voir Lebrun 1985, surtout p. 144-145, ainsi que les observations nuancées de Pranchère 1996, p. 215-218.

157 Voir Maistre 1966, p. XXIII-XXXIV (surtout XXXII-XXXIII) ; Jacqueline 1983. 

158 Protocolli 1882-1884, n° 187, p. 12.

159 Ibid., p. 18.

160 Protocolli 1882-1884, n° 184 (votum imprimé de Giuseppe Pennacchi), p. 5. Voir E. Renan, Port-Royal [1860], dans Renan 1884, p. 466. Sur Pennacchi, consulteur de l’Index mais qui n’était pas présent à la réunion, voir Wolf 2005, III/2, p. 1153-1159. Liste des livres à examiner, Protocolli 1882-1884, n° 182.

161 On trouvera sur chacun des notices avec bibliographie et, surtout, la liste de leurs vota, dans la prosopographie de Wolf 2005, III.

162 Il y avait déjà quatre consulteurs français (Gerarchia 1884, p. 556-558), tous nommés sous Pie IX et de tendance nettement intransigeante, mais dont aucun ne résidait à Rome : dom Couturier, abbé de Solesmes ; Paul-Alexandre de Geslin de Kersolon ; l’abbé Jules Morel, collaborateur de L’Univers ; Henri Sauvé, recteur de l’université catholique d’Angers. Voir leurs notices dans Wolf 2005, III : aucun ne semble avoir rédigé de vota et leur titre était surtout honorifique (voir Schwedt 1987, p. 308 et, dans le cas de dom Couturier, Guépin 1876, p. 181-182). Eschbach était auparavant, depuis 1870, Relator (rapporteur), c’est-à-dire qu’il pouvait être chargé de rédiger des vota mais ne participait pas aux réunions.

163 Voir Atti e documenti 1886-1897, n° 44, Études antérieures du R. P. Eschbach, Supérieur du Séminaire français, rapporteur de la Sacrée Congrégation de l’Index sur la traduction nouvelle des Saints Évangiles. Extraits du livre intitulé Disputationes physiologo-theologicae. Texte latin et citations françaises, s.l.n.d. (pamphlet anonyme, probablement dû à Henri Lasserre, pour protester contre la mise à l’Index de sa traduction des Évangiles).

164 Voir son long votum du 26 mai 1898 sur Le Père Hecker, fondateur des Paulistes Américains, que Charles-François Turinaz, évêque de Nancy, relayant une campagne intransigeante, avait dénoncé à l’Index : Eschbach avertit qu’une condamnation « sarebbe da molti considerata come un trionfo pel partito dei refrattari alle direzioni del Santo Padre ai Francesi » (Protocolli 1897-1899, n° 143, p. 31). Ce texte important a été oublié dans la liste des vota d’Eschbach de Wolf 2005, III/1, p. 524-526 ; je l’ai découvert grâce à Artigas - Glick - Martínez, p. 163-164. L’affaire et ses enjeux ont été bien étudiés, à une époque où les archives de l’Index étaient encore inaccessibles, par Fogarty 1982, p. 143-176. Voir aussi Klein 1949 (Eschbach apparaît p. 161). Sur Turinaz, voir Sorrel 1996.

165 Voir Prévotat 2001, p. 572 n. 190, sur son action contre l’Histoire ancienne de l’Église de Duchesne, et p. 185-186, sur son votum favorable à Maurras en 1914. 

166 Protocolli 1882-1884, n° 182. 

167 Voir ibid., la convocation imprimée envoyée aux cardinaux pour cette date. Y est joint, selon la procédure habituelle, le compte rendu de la congrégation particulière du 10, et une série de fascicules imprimés, donnant les rapports des consulteurs sur chacun des livres à examiner ; Wolf 2005, II/1, p. 620-622.

168 Voir Wolf 2005, III, s.v. Sur Franzelin, la bibliographie est importante mais beaucoup plus théologique qu’historique. La meilleure monographie disponible est Walter 1987.

169 Courtade 1951-1952. 

170 Voir Aubert 1961, p. 3-42, 65, 75 ; Neufeld 1982, surtout p. 681-683 ; Walter 1987, p. 39 ; le jugement du thomiste Semeria cité par Erba 1981, p. 112 ; Jankowiak 2007, p. 456. Le « recul de l’influence de Franzelin » est aussi noté par Hocedez 1947, III, p. 235, 289-291, 302-303. 

171 Voir Rochemonteix 1901, I, p. 50-51, 57 n. 1, 60 n. 3 ; Baudrillart 1921, I, p. 460-465 ; Maccarrone 1975, p. 403 et 409-410 ; Waché 1992, p. 181-188 ; Maurice d’Hulst au cardinal Zigliara, 29 mars 1881, dans Beretta 1996, p. 182 ; à Mgr Richard, 11 juin 1882, ibid., p. 214-215.

172 Voir Atti e documenti 1886-1897, n° 46 (mémoire d’Henri Lasserre du 25 février 1889, où Maynard est nommé) ; deux lettres de Duchesne à de Rossi, s.d. [mars 1884], dans Duchesne 1995, p. 317-318 et 320 ; Duchesne à Friedrich von Hügel, 11 mars 1889, cité par Poulat 1975, p. 357 n. 1 ; Battandier 1893, p. 845-856.

173 Cabrol 1893, p. 341-342. 

174 Sur l’affaire de la lettre de Pitra à l’abbé Brouwers, en mai 1885, voir Muñoz 1994. Maynard en fut « triste à la mort » (lettre à Charles Gay, 28 juin 1885, dans Du Boisrouvray 1921, II, p. 133-134 n. 2. Weber 1973, p. 359-362, a proposé d’attribuer encore à Pitra un pamphlet français anonyme de 1887 contre la politique pro-allemande de Léon XIII : mais les italianismes de ce texte (reproduit, ibid., p. 386-396) laissent perplexe.

175 On se reportera à leurs notices respectives dans Wolf 2005, III.

176 Voir Tommaso Esser, Inventario della Segreteria della S. Congregazione dell’Indice (exemplaire dactylographié dans la salle de lecture des Archives de la Congrégation pour la Doctrine de la Foi ), p. 7.

177 Diari, XX (1866-1889), p. 285-286.

178 Protocolli 1885-1889, n° 10 (votum imprimé du P. Saccheri, donnant les corrections d’Eschbach).

179 Protocolli 1885-1889, n° 19 (feuillet sans titre de la main de Franzelin, à l’intérieur d’un bifolium qui en est la copie mise au nette par Saccheri, intitulée « Osservazioni » ; la table du registre donne le titre « Osservazioni sull’op. Les Provinciales di Pascal »). Les pages indiquées sont celles de l’édition Vialard, les nombres (abrégés n.) en chiffres romains correspondent aux paragraphes dans lesquels Vialard avait subdivisé chaque lettre, et qui sont propres à son édition (on notera que Granniello ne les avait pas indiqués).

180 Voir Pascal 1884, p. 32-34, citant respectivement Laharpe 1798-1804, VII, p. 199-200 ; Dussault 1818-1824, IV, p. 135 ; une série de passages de Nisard 1867, II, p. 174-175. 

181 Sur « nous ferons venir tant de cordeliers que nous l’emporterons » [Pascal 1987, p. 49], Pascal 1884, p. 56 n. 3, a une longue note apologétique : « Encore une mauvaise parole ! D’ailleurs, cesse-t-on d’avoir de l’intelligence, du savoir, de la conscience, de l’autorité en matière de dogme ou de morale, parce qu’on est religieux ? […] ».

182 Voir supra, n. 139.

183 Voir supra, n. 147. 

184 Voir supra, n. 95 et 158. 

185 Sur « Ne vous suffit-il pas, pour entendre l’erreur de votre principe, de voir que saint Paul se dit le premier des pécheurs, pour un péché qu’il déclare avoir commis par ignorance et avec zèle ? », Vialard dans Pascal 1884, p. 72 n. 2, se contentait de dire : « Voilà bien évidemment un de ces textes qui ne peuvent être pris en aucune manière au pied de la lettre : un pieux excès d’humilité n’est pas une règle de foi. »

186 Voir supra, n. 141 et 142.

187 Voir supra, n. 140.

188 Comparaison faite avec sa censura manuscrite, Annotazioni sulla Metafisica del P. Pieralisi M.A., accompagnée d’une lettre autographe signée du 28 août 1879, ACDF, Saint-Office, Censurae librorum 1879-1886, I, n° 3, f. 30r-35v.

189 Eschbach connaissait certainement l’écriture de Franzelin. Sur leurs rapports, voir Eschbach 1903, p. 225-230.

190 Protocolli 1885-1889, n° 19 (notes de la main de Franzelin, écrites au bas de la copie des « observations » par Saccheri). Eschbach avait dû rendre cette copie en même temps que le manuscrit de son travail ; Franzelin, connu pour son économie de papier (Bonavenia 1887, p. 27 et 35), s’en est servi pour écrire ses corrections ; Saccheri a dû ensuite recopier celles-ci et les donner à Eschbach.

191 Protocolli 1885-1889, n° 19. Voir la correction finalement proposée par Eschbach, Protocolli 1885-1889, n° 10, p. 3, et suivie à la lettre dans Pascal 1886, p. 66 n. 2 : « D’ailleurs supposé qu’il existe de ces âmes souverainement déshéritées et malheureuses, il faut dire que c’est de leur faute, et que leur triste état provient d’une résistance soit à la grâce surnaturelle, soit aux avertissements de la loi naturelle gravée dans la conscience humaine. Dès lors leur perversité ne laisse pas que de leur être imputable ». Pour la note initiale de Vialard, voir supra, n. 147.

192 Wolf 2005, II/1, p. 623-627.

193 Protocolli 1885-1889, n° 10, p. 1-2. Expurgation dûment effectuée dans Pascal 1886, p. 33.

194 Protocolli 1885-1889, n° 10, p. 2-3 ; Pascal 1886, p. 62 n. 1.

195 Protocolli 1885-1889, n° 10, p. 3 ; Pascal 1886, p. 70 n. 3.

196 Protocolli 1885-1889, n° 10, p. 5 ; Pascal 1886, p. 88 n. 1.

197 Protocolli 1885-1889, n° 10, p. 5 (les coupures sont dans l’original) ; Pascal 1886, p. 92 n. 2. La proposition citée est la 30e proposition de 1679 (supra, n. 141). La citation de Rousseau, donnée sans référence, est tirée de La nouvelle Héloïse, première partie, lettre LVII (Rousseau 1961, p. 155 et 158) : elle était banale au XIXe siècle (voir par exemple Jeanneney 2004, p. 108).

198 Protocolli 1885-1889, n° 10, p. 3-4 ; Pascal 1886, p. 86 n. 1, sur la Treizième Lettre [Pascal 1987, p. 203].

199 Protocolli 1885-1889, n° 1. 

200 Bausa, Saccheri, Sepiacci, Tripepi, Smith, Angelini Rota, Haringer et Eschbach.

201 Outre Wolf 2005, III/2, p. 1472-1479, voir Poli 2000, p. 70-77 ; Poli 2001, p. 773‑785 ; Boutry 2007, p. 175-199 ; Artiaga 2005, surtout p. 37-39 ; Stupazzoni 2008. Les trois autres nouveaux étaient Pietro Rota, ancien évêque de Mantoue devenu chanoine de Saint-Pierre, l’augustin Giuseppe Lanteri, le dominicain Pio Tommaso Masetti (voir leurs notices dans Wolf 2005, III, s.v. : les deux premiers, en tout cas, savaient le français). 

202 Est seulement conservé, Protocolli 1885-1889, n° 11, un feuillet de la main de Saccheri, « Congregazione del 23 Marzo 1885 », avec la liste des présents et quelques notes sur les points de l’ordre du jour : le point VIII et dernier [les Provinciales] est laissé en blanc. Cf. Diari, XX, p. 291 : (Quoad 8.) nihi habetur in scripto P. Saccheri.

203 Exemplaire de l’ACDF, coté D. VII. 14 (avec tampon Sacra Indicis Congregatio) : un feuillet inséré dans le livre donne une liste de corrections, qui sont également marquées au crayon dans le corps du livre. L’écriture n’est pas celle de Saccheri, mais on la retrouve dans la minute d’une lettre, signée « P. Saccheri », Atti e documenti 1878-1885, n° 195 : il doit donc s’agir d’un collaborateur de l’Index. L’insertion d’une défense du dominicain Victoria (« pag. 86. not. 1. après “Victoria” ajouter “(qui a enseigné l’opposé de ce que lui attribue ici Pascal)” ») semble confirmer une origine dominicaine.

204 Atti e documenti 1886-1897, n° 85 (minute non datée de réponse à Guibert, de la main de Saccheri). 

205 Pascal 1886 : l’exposé sur le système de Molina a ainsi été supprimé dans l’introduction.

206 Ibid., « Avis des éditeurs », p. 3. Pour promouvoir l’édition, les Poussielgue usaient d’une formule plus ambiguë : « publiée avec la permission de l’autorité ecclésiastique » (« Publications de l’Alliance en 1884 et 1885 », dans L’Enseignement chrétien, 4, 1885, p. 399 : il est bien précisé qu’il s’agit de la « nouvelle édition », i.e. celle qui porte la date de 1886).

207 En 1894, 1899 (« quatrième édition »), 1907 (« cinquième édition ») : la BNF a toute la série ; il s’agit de simples réimpressions de l’édition de 1886.

208 Il existait d’autres éditions scolaires mais, à en juger par le nombre de réimpressions, aucune n’eut le succès de Havet et Vialard (voir Maire 1925, p. 333-337).

209 Protocolli 1897-1899, n° 73, p. 2. L’ouvrage fut mis à l’Index à la congrégation générale du 9 septembre 1897 (ibid., n° 76 ; Wolf 2005, I, p. 507-508 ; II/1, p. 692-694).

210 Voir Quantin 2007.

211 Voir l’étude minutieuse, sur le mode de la chronique, de Jouslin 2007, et l’analyse de l’Apologie pour les casuistes par Gay 2011, p. 210-223. 

212 Voir Boutry 2004, surtout p. 39-51 ; Boutry 2008.

213 Voir Viaene 2005, en particulier V. Viaene, « Wagging the dog » : An introduction to Vatican press policy in an age of democracy and imperialism, p. 323-348.

214 Sur le problème des rapports entre le pape et l’Index, voir Chevallier 1981, p. 409-412. Le renvoi ultérieur du P. Saccheri, sommé de donner sa démission de secrétaire de l’Index en 1889 (Jankowiak 2007, p. 290-291 n. 484), mériterait d’être étudié dans cette perspective. Selon Martina 1990, p. 282‑2­88, Pie IX serait déjà intervenu pour modérer l’intransigeance de la congrégation et en particulier de Saccheri.  ‬‬‬

215 Sur la politique française de Léon XIII, voir les études (qui l’apprécient de manière sensiblement différente) de Marchasson 1974, et de Chevallier 1981. Voir aussi Weber 1981 (noter p. 40 n. 5 son jugement sur la perspective d’Y. Marchasson). 

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Louis Quantin, « Pascal, la République et l’Église : les Provinciales pour les classes et devant l’Index (1881-1886) », Mélanges de l’École française de Rome - Italie et Méditerranée modernes et contemporaines [En ligne], 126-1 | 2014, mis en ligne le 17 juillet 2014, consulté le 30 avril 2017. URL : http://mefrim.revues.org/1638 ; DOI : 10.4000/mefrim.1638

Haut de page

Auteur

Jean-Louis Quantin

École pratique des Hautes Études, Paris - Sciences historiques et philologiques - jean-louis.quantin@ephe.sorbonne.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© École française de Rome

Haut de page
  • Logo École française de Rome
  • Revues.org