Navigation – Plan du site
Varia

Penser et analyser le cosmopolitisme. Le cas des Italiens d’Alexandrie au XIXe siècle1

Anthony Santilli

Résumés

Le thème de la mythisation des sociétés cosmopolites en Méditerranée a fait constamment l’objet de relectures, révisions et critiques de la part des historiens. Néanmoins, on a rarement essayé de comprendre l’origine de ces narrations et les facteurs qui en ont garanti la survie. La présente étude aborde cette question à travers l’analyse des caractéristiques de la présence italienne dans la ville d’Alexandrie au XIXe siècle, pour cerner l’origine du mythe historiographique la concernant, aussi bien que son influence sur les études du cosmopolitisme alexandrin. Cette analyse préliminaire nous permet de proposer, dans un deuxième temps, quelques perspectives de recherche nouvelles sur la présence italienne dans la ville, à partir de sources inédites aujourd’hui disponibles et des travaux les plus récents et novateurs sur l’Égypte moderne et l’Afrique du Nord. Parmi les thèmes qui font l’objet du débat historiographique en cours, l’attention renouvelée portée aux classes marginales est ici prise en compte de manière empirique par l’étude du cas de la prostitution italienne à Alexandrie.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

Le cosmopolitisme en Méditerranée : un débat toujours ouvert

  • 1 Je remercie vivement Mathieu Grenet (Université Paris 1 / ERC Configmed) pour les commentaires et l (...)
  • 2 Parmi les initiatives collectives les plus importantes des dernières années, cf. le projet City Com (...)
  • 3 Cf. à titre d’exemple : Anastassiadou 1997, Darques 2000 et Georgelin 2005. Pour des efforts collec (...)

1L’intérêt renouvelé pour le thème du cosmopolitisme au sein de différents domaines des sciences sociales n’a pas épargné les spécialistes d’histoire de la Méditerranée, engagés dans ce débat par la mise en place d’équipes de recherche à dimensions variables2 et la publication de nombre d’ouvrages et contributions monographiques3. L’enrichissement de la connaissance empirique sur les sociétés cosmopolites n’a pas correspondu, toutefois, à un égal progrès dans l’analyse des modèles interprétatifs adoptés dans le passé pour leur étude, c’est-à-dire à des études d’histoire de l’historiographie nous aidant à comprendre comment on est arrivé à l’adoption de certaines perspectives.

  • 4 Cf. Fuhrmann 2003. Quelques années plus tard, le même auteur définit les sociétés cosmopolites par (...)
  • 5 Sakis Gekas 2009. La perspective d’analyse suggérée par cette contribution est bien « appliquée » e (...)

2Quelques réflexions à ce propos sont ainsi présentes dans l’historiographie des villes portuaires. Malte Fuhrmann, dans une contribution de 2005, manifestait sa propre volonté de s’éloigner des précédentes tentatives de synthèse qui visaient à mettre en perspective l’étude des phénomènes de convivialité et de constitution d’une conscience citadine avec les tensions interethniques antagonistes qui se développèrent au fil du XIXe siècle, par une étude micro-historique4. L’admission de l’existence de certaines limites dans la perspective d’étude des phénomènes cosmopolites est implicite aussi dans les réflexions de Athanasios Gekas, lorsqu’il souligne la nécessité d’une étude plus centrée sur une dimension sociale du phénomène cosmopolite5. Le jugement exprimé dès 2004 par Will Hanley était encore plus sévère. Spécialiste des dynamiques sociales à Alexandrie d’Égypte de la fin du XIXe siècle, W. Hanley a tenté de mieux définir les caractéristiques d’un modèle interprétatif du phénomène cosmopolite devenu hégémonique dans le domaine des Middle East Studies :

  • 6 Hanley 2008, p. 1348.

As used in the historiography of the Middle East, cosmopolitanism is a particular, European, literate, bourgeois perspective; it is not universal. [Historians] have reproduced a conventional picture of Middle Eastern cosmopolitanism that is characterized by three features : it is elitist in formulation and content, it is laced with grief, and it privileges formal labels over content6.

  • 7 Ivi, p. 1351. Sur la surévaluation du rôle des communautés, cf. aussi Windler 2002.

3Ainsi l’image cosmopolite des villes proche-orientales aurait été le produit d’études centrées sur les couches sociales les plus aisées, qui ont étendu ces considérations à l’expérience vécue par tout acteur social établi dans ces villes. Will Hanley suggère en outre que les études des sociétés du Proche-Orient ont été caractérisées par une surévaluation du rôle joué par les différentes communautés (grecque, juive, turque, arabe, française, etc.). Perçue comme un organe autonome par rapport au reste de la société urbaine, avec ses propres intérêts et enfermée dans son propre quartier, la communauté a représenté l’unité de mesure minimale pour l’étude de toute interaction politique et culturelle, au détriment d’une analyse des différences sociales existant dans son sein7.

  • 8 Sur l’historiographie de la diaspora grecque, cf. Grenet 2013 et Tziovas 2009. Sur l’usage de la ca (...)
  • 9 Cf. Kechriotis 2005, 2009 et 2011.
  • 10 Cf. Smyrnelis 2003 et 2005.
  • 11 Cf. Clancy-Smith 1997 et 2002.
  • 12 Cf. Singer - Neuman - Somes 2011.

4Deux observations sont à formuler en partant de la thèse avancée par Hanley. Tout d’abord, ses affirmations semblent excessives si on les associe à toute la production historiographique concernant les villes-port du Proche-Orient. On ne peut pas ignorer le renouvellement en cours au sein de l’historiographie des diasporas, par une série de travaux qui contestent depuis quelques années le paradigme nationaliste. Ce renouvellement s’est caractérisé par une attention majeure portée aux interactions entre différentes communautés et une réévaluation du degré de cohésion au sein des communautés mêmes8. Pour le cas de Smyrne par exemple, les travaux de Vangelis Kechriotis sur les habitants grecs ont renouvelé l’approche de la communauté dans un contexte cosmopolite par une étude des tensions dans son sein9. De même, Marie Carmen Smyrnelis a souligné l'importance des contacts intercommunautaires, ainsi que des « réseaux de relations noués au jour le jour entre les habitants » de cette même ville10. L’excessive visibilité des couches sociales plus aisées a été dans le même temps relativisée dans les études, par exemple, de Julia Clancy-Smith qui ont montré, notamment pour le cas du port de Tunis au XIXe siècle, l’activité des classes marginales européennes en terre d’Islam et leur degré de résistance face à un système de pouvoir de plus en plus complexe et articulé11. Ces travaux participent à un courant historiographique qui vise depuis quelques temps à faire redécouvrir des voix jusqu’à maintenant mis « sous silence » par l’historiographie des Middle East Studies, dans le sillage des Subaltern Studies12.

5En contraste avec les affirmations de Hanley, il nous semble que ce renouvellement de perspective de l’historiographie des sociétés méditerranéennes ne peut qu’influencer l’étude des sociétés cosmopolites, même de façon indirecte. Dans le même temps, il est vrai qu’il ne s’agit pas d’un renouveau global mais plutôt de tentatives géographiquement délimitées. Les limites avancées par Will Hanley semblent en effet encore pertinentes dans l’historiographie de l’Égypte moderne, notamment en ce qui concerne le cosmopolitisme alexandrin (son principal domaine de spécialisation, cf. infra) sur lequel nous concentrerons notre attention.

Un modèle interprétatif dominant les études du cosmopolitisme alexandrin au XIXsiècle

  • 13 « Instead of stressing the infrequency of intermarriage to highlight the segregation of ethnic comm (...)
  • 14 Hanley 2007, p. 27-78.

6Le débat historiographique sur le cosmopolitisme alexandrin prend un nouvel élan grâce tout d’abord aux considérations de Khaled Fahmy en 2004. L’historien égyptien souligne la nécessité de dépasser un modèle interprétatif trop figé sur une étude segmentée et statique des communautés ethno-religieuses de la ville, ainsi que sur la nostalgie d’un passé balayé par l’émergence du nationalisme égyptien13. Dans sa thèse de doctorat, Will Hanley introduit quant à lui le concept de Vulgar Cosmopolitanism pour désigner la multi-dimensionnalité du phénomène cosmopolite, en dépassant la dimension élitaire, surreprésentée au sein de l’historiographie. L’attention envers les espaces d’interaction moins étudiés et plus « marginaux » au sein de la ville (en particulier la Rue des Sœurs, « représentée dans la littérature conventionnelle comme un lieu de prostitution, de violence et de pauvreté14 ») lui permet d'analyser la vaste gamme d’interactions qui engagent nombre d’acteurs sociaux (parmi d’autres, les migrants venant d’Europe et vivant dans la pauvreté) souvent ignorés par l’historiographie antérieure.

  • 15 Sakis Gekas 2009, p. 102.

7La proposition d’une nouvelle grille d’interprétation, ainsi suggérée par Fahmy et en pratique mieux définie dans la thèse de Hanley, a impliqué selon l’historien Sakis Gekas une tentative de « déstabilisation » des catégories traditionnelles de l’analyse du social en Méditerranée. Gekas va plus loin en affirmant que, pour une meilleure compréhension des catégories de ce paradigme interprétatif (élitaire, centré sur les communautés et nostalgique), que Hanley définit comme étant « traditionnel », il serait nécessaire de comprendre dans le même temps « quand ces catégories sont devenues traditionnelles et qui en a été l’auteur15 ». Tenter de répondre à ces questions nécessite d’en identifier les racines et enquêter les origines de ses différentes unités constitutives.

  • 16 Cf. Fahmy 2004a et 2004b, Hanley 2008, p. 1351-1352.
  • 17 Cf. Starr 2005. Pour une lecture qui veut s’éloigner de cette perspective très liée au modèle orien (...)

8Sur ce point, Fahmy comme Hanley ont bien montré la transposition graduelle du sentiment nostalgique, de la production littéraire (à partir des écrits de Constantine Cavafy, Edward Morgan Forster et Lawrence Durrell) aux études académiques16. L'historiographie s'accord à considérer que la littérature sur la ville, son héritage millénaire et sa renaissance à partir du XIXe siècle, ont joué un rôle pivot dans la construction d’une certaine image (et par conséquent d'une certaine connaissance) du cosmopolitisme alexandrin17. Mais pour quelles raisons ce modèle interprétatif du cosmopolitisme alexandrin s’est-il imposé?

9On peut faire l'hypothèse que, au delà de la production strictement littéraire, dès la fin du XIXe siècle l’histoire de la ville s’est de plus en plus nourrie des narrations, souvent divergentes, produites par les Grecs, les Français, les Maltais ou les Britanniques, qu'ils soient résidents ou observateurs ; chacun a reconstitué au fil du temps son propre passé et son rôle dans le scenario cosmopolite. Pour tenter de vérifier cette hypothèse, du moins partiellement, nous avons choisi de focaliser notre attention sur l’historiographie de la présence italienne en Égypte au XIXe siècle, toujours considérée comme l’un des groupes migrants européens les plus nombreux dans la vallée du Nil (et évidemment à Alexandrie) et qui a fait l’objet d’une production abondante depuis l’unification du royaume d'Italie en 1861. Il s’agira tout d’abord d’étudier les modalités de la constitution de ces modèles dans cette production littéraire, en s’attachant à un large éventail de formes et de types discursifs, depuis les études proprement historiques, jusqu'à des publications considérées habituellement comme moins scientifiques. Dès l’unification italienne, la perception historiographique de la présence italienne a en effet en partie influencé le discours produit par des « publicistes » (journalistes, essayistes ou même des simples témoins de l’époque), qui ont à leur tout exercé une certaine ascendance sur le discours proprement historique.

10Dans un second temps, on s’attachera à montrer la corrélation entre cette production et les études sur le cosmopolitisme alexandrin. Ceci permettra d’une part d'examiner de façon précise les affirmations de Fahmy et Hanley, et d'autre part de proposer une analyse diachronique du discours historique et une tentative d’adoption de nouvelles perspectives de recherches pour l’étude de la présence européenne en Égypte au XIXe siècle, en accord avec le débat historiographique plus récent.

La présence italienne en Égypte : du mythe politique au mythe historiographique

Les Italiens d’Égypte : aux origines du mythe politique (1860-1896)18

  • 18 Pour une analyse plus approfondie des sujets traités dans les trois paragraphes qui suivent cf. San (...)
  • 19 En témoignent l’activité de la Società Geografica Italiana, après son transfert à Rome en 1873, cel (...)
  • 20 La question égyptienne est entrée tout de suite dans le débat politique du nouveau royaume d’Italie (...)

11Au lendemain de l’unification italienne, le souci de comprendre la situation des Italiens éparpillés en Méditerranée est lié à un intérêt renouvelé pour la Méditerranée perceptible tant au niveau institutionnel qu'individuel19. Ses promoteurs cherchent à se distinguer de l'immobilisme d’une classe politique accusée d'être incapable de mener une politique coloniale au niveau des autres puissances européennes. Le cas égyptien est emblématique : aux hésitations du gouvernement face à la pénétration franco-britannique (aboutissant à l’occupation militaire britannique en 1882), correspond en effet une préoccupation grandissante envers les Italiens établis dans le pays, perçus comme les victimes principales de cet immobilisme20.

  • 21 Sur l’Égypte et la présence italienne, cf. Odescalchi 1865, De Montel 1869, R. De Sterlich 1888 et (...)

12La production littéraire relative à cette présence dans les années 1870 à 1890 doit être située dans ce contexte. Elle a une finalité principalement politique, puisqu'elle vise à dénoncer l'appauvrissement et le manque de soutien aux Italiens dispersés en Méditerranée de la part du gouvernement21. Le désir d’une action plus incisive est exprimé par un modèle narratif caractérisé par trois thématiques récurrentes.

  • 22 Cattaneo 1861.
  • 23 Godio 1882, p. 89.
  • 24 Instituteur originaire de Toscane, Pasquinelli réside en Égypte de 1865 à 1883. Après de nombreuses (...)

13Il y a tout d’abord la volonté de voir valorisé, par une reconstruction parfois épique, ce qui est défini souvent comme le passé « glorieux » des liens entre l’Égypte et la péninsule italienne. L’article que l'opposant de gauche Carlo Cattaneo publie en 1861 représente ainsi le premier pas d’une littérature qui fait du passé un outil au service du présent22. Comme Cattaneo, l’ancien patriote mazzinien Guglielmo Godio, dans son ouvrage publié à Turin l’année même où débute l’occupation britannique, légitime la présence italienne en Égypte par les liens historiques entre la vallée du Nil et la péninsule italienne : « Nous avons des traditions anciennes qui nous portent ici », affirme-t-il, un lien porteur de progrès et bonheur qui, à son avis, avait resurgi de façon efficace dès le début du XIXe siècle23. La valorisation de cette tradition partagée, au delà des différentes opinions concernant l’idée nationale dont les auteurs évoqués sont porteurs, se fait plus incisive avec la description de l’époque de Méhémet Ali, qui avait rendu l'Égypte une puissance régionale pendant la première moitié du XIXe siècle. C'est le cas des écrits de Filippo Pasquinelli, publiés à Florence en 188824 : émigré pour des raisons économiques, témoin direct des faits qu’il rapporte, Pasquinelli livre une description pour ainsi dire ethnographique de la vie quotidienne d’un Européen en Égypte. Par son expérience pluriannuelle, il s'érige en porte-parole « neutre » des Italiens établis dans le pays dès le début du siècle. Mais le rappel du temps long des relations italo-égyptiennes conduit aussi à dénoncer la perte d'influence croissante de l'Italie dans le contexte contemporain :

  • 25 Ivi, p. 111.

14Si l’Italie jouissait en Égypte, depuis l'arrivée au pouvoir de Muhammad ‘Alî jusqu’en 1859, d'un primat incontestable grâce aux consuls de Naples, Florence et Turin, qui rivalisaient d'activité pour maintenir la gloire de leur drapeau – aucun pays n’aurait alors osé disputer à l’Italie son influence dans ce pays - […] c'est au moment de son Risorgimento national que commença une décadence devenue aujourd'hui si profonde qu'elle se trouve au dernier rang dans la considération du gouvernement local et des puissances occidentales. Le gouvernement aurait dû au contraire chérir cette colonie […] et s'opposer systématiquement aux abus dont elle fut victime de la part des autres puissances […]. L’Italie aurait ainsi appliqué à elle-même sa politique de respect de la liberté et des droits des autres nations […]. Mais de 1859 à aujourd’hui, combien d'humiliations et de mortifications a-t-on dû subir dans ce pays, le seul où, au-delà de nos montagnes et de nos mers, on pouvait agir, penser et parler en italien ! […] C'est justement lorsqu’il aurait fallu y intensifier notre activité et nos efforts afin que notre glorieux drapeau y gagne en respect, que la négligence fatale de gens qui se vautraient dans une douce oisiveté permit à d’autres puissances de facilement nous remplacer […]. Aujourd’hui il ne reste qu’un pauvre consulat italien ; c'est le plus caché, le plus humble, celui qui vit sur le pied le plus mesquin25.

  • 26 Sur les différents usages de la notion de civilisation, cf. Binoche 2005.
  • 27 Godio 1882, p. 63.
  • 28 Perolari Malmignati 1886. Publiciste alors très connu, Perolari Malmignati avait été secrétaire de (...)

15Deuxième caractéristique, le discours sur la mission civilisatrice de l’Europe au Levant, tel qu'on le trouvait au XVIIIe siècle26, est désormais fragmenté au prisme des revendications nationales. S'instaure ainsi l'idée que la civilisation italienne est décrite comme le seul protagoniste de la renaissance égyptienne, commencée à partir de l’époque de Méhémet Ali. Pour Godio, « c'est un fait que ce sont les Italiens qui ont, avec une intelligence, une abnégation et une peine rares, créé les institutions les plus utiles, notamment les télégraphes, les bureaux de poste et de police, […] etc. Les Français et les Anglais n'ont offert que la tutelle de la dette et les banques d’usure27 ». Cette distinction très nette avec le reste des Européens établis dans le pays – nous en venons maintenant à la troisième caractéristique - permet de dénoncer l’immobilisme du gouvernement italien dès l’unification ; un immobilisme encore plus frappant s'il est comparé au soutien accordé par les chancelleries des puissances coloniales à leurs propres sujets. Dans son ouvrage paru en 1886, le diplomate Perolari Malmignati confirme cette tendance28. La diffusion de la langue italienne en Égypte au fil du XIXe siècle représente à ses yeux un indicateur du rôle civilisateur italien aussi bien que de l’attitude des autorités politiques italiennes dans le pays :

  • 29 Perolari Malmignati 1886, p. 311.

Encore quelques années de cette misérable politique orientale, et même ce sujet de satisfaction [l’importance de la langue italienne en Égypte] disparaîtra, comme ont disparu les autres dans ce pays, depuis que l’Italie a obtenu le nom de grande puissance, mais certes ni la force, ni le courage, ni la conscience des devoirs que son nouveau statut lui impose dans le monde entier, notamment au Levant29.

16Cette vision tend à se généraliser. La production littéraire de plus en plus importante sur la présence italienne en Égypte, avec les caractéristiques précédemment évoquées, commence dès l’unification du royaume d’Italie. Le désir de valoriser le rôle historique des Italiens en Égypte, notamment à partir de l'arrivée au pouvoir de Méhémet Ali, semble naître d'une modification des relations de pouvoir parmi les communautés étrangères (et des relations entre ces dernières et la société locale) qui avait conduit à un processus de marginalisation des Italiens à partir en effet des années 1860, accéléré avec l’occupation britannique.

17Cette valorisation se fonde pour le moment sur une production littéraire caractérisée par l'absence de toute étude proprement historique ; dans les textes évoqués émerge toutefois un mythe politique de la présence italienne en Égypte qui semble de plus en plus s’accorder avec le nouveau tournant de la politique méditerranéenne de l’Italie des années 1890.

L’exigence d’une histoire « scientifique » face à la montée des nationalismes (1896-1922)

  • 30 Le discours d’inauguration prononcé par le président De Martino en 1908 s’ouvre sur l’observation s (...)

18À partir de cette période, l’attention en Italie envers le Italiens d’Égypte prend un nouvel élan grâce au débat intense qui suit la défaite d’Adoua. Les Italiens à l’étranger font de plus en plus l'objet d’une attention renouvelée en raison de deux facteurs : un mouvement "d’italianité" affirmé (soutenu par un courant nationaliste en plein essor) et un profond malaise de l’opinion publique face aux difficultés à obtenir, à court terme, un empire colonial comparable à ceux des autres puissances européennes. La question de l’émigration peut être considérée dès le début du XXe siècle comme un corollaire du débat colonial, comme en témoigne l’esprit qui anime les deux Congrès des Italiens de l’étranger (Congressi degli Italiani all’estero) de 1908 et 191130.

  • 31 Balboni 1906.
  • 32 Ib., vol. I, p. 7.
  • 33 Ib., vol. I, p. 199.
  • 34 Amat di San Filippo 1882, Frangini 1898, 1899a et 1899b.

19Le mythe des Italiens d’Égypte qui avait commencé à se mettre en place dans le cadre d'écrits post-unitaires reçoit de ce climat politique ultérieur une nouvelle impulsion et devient un objet d’étude scientifique. L’étude la plus importante est due à Luigi Antonio Balboni et paraît à Alexandrie en 190631. Les intentions de l’auteur sont très claires : il souhaite écrire « une étude qui puisse montrer, par des faits historiques indiscutables, l’œuvre des Italiens ayant vécu en Égypte […], en vue de relever tout ce qu’ils avaient fait de bon pour le peuple qui les avait accueillis32». Ses destinataires sont « L’Italie et les Italiens, notre propre gouvernement, généralement si peu instruit […] de la réelle valeur, physique et morale, de nos frères qui donnent tout sans jamais rien demander33». L'attention est focalisée sur les principales figures d'Italiens ayant participé au processus de régénération de l'Égypte. Balboni entend classifier leurs activités en reprenant le genre du classement biographique, déjà utilisé quelques décennies auparavant par Pietro Amat di San Filippo dans ses études sur l’activité des géographes. Cette méthode avait également été adoptée par Alberto Frangini dans ses recueils biographiques concernant les villes du Caire, Port Saïd et Alexandrie, bien que de façon plus partielle et moins systématique34.

  • 35 Balboni 1906, vol. I, p. 17.
  • 36 Ib., p. 8.

20Balboni, tout en reprenant le discours des publicistes du XIXe siècle, constate que l’élément italien est en train de disparaître. Le titre qu’il donne à sa préface est emblématique : Les Anglais dans le présent, les Italiens dans le passé35. « Si nous remontons dans le temps - affirme-t-il - nous voyons dans toute activité créatrice de ce pays neuf figurer le nom italien sous un jour excellent36 ». Le Risorgimento est mis en parallèle avec le processus de modernisation égyptien. Ainsi, l’exilé italien assume un rôle inédit dans la terre des Pharaons :

  • 37 Ib., p. 8-9.

La patrie, tombée en servitude, avait obligé à l’exil toutes les forces vives, qui étaient dans l'impossibilité de s’y exprimer. Même si beaucoup partirent en Europe ou en Amérique assurer à l’Italie la sympathie du monde, d’autres, fascinés par l’idée de contribuer à l’œuvre d’un génie puissant qui voulait faire ressurgir de son tombeau un vieux peuple, accoururent ici pour lui offrir leur soutien37.

  • 38 Ib., p. 29 et p. 238-58. Sur la fonction « idéologique » de l’archéologie à cette époque dans la pé (...)
  • 39 Balboni 1906, vol. I, p. 7-8 et . 198.

21Porteurs d'un savoir civilisateur, les Italiens aideraient la population locale à découvrir son passé glorieux. Parmi d’autres, les archéologues joueraient un rôle fondamental en étant donnant aux Égyptiens la conscience d’être un grand peuple qui pouvait redevenir indépendant. La fonction idéologique accordée dans la péninsule à l'archéologie s’étend ainsi au contexte migratoire38. Mais c’est l’histoire elle-même qui, en tant que discipline scientifique, remplit maintenant cet objectif, aux yeux mêmes des Italiens d’Égypte. Dans une lettre adressée à Balboni, datée du Caire le 22 décembre 1902, Federico Bonola Bey, alors Secrétaire général de la Société Géographique khédivale, écrivait : « En recueillant les mémoires de ce que les Italiens ont fait en Égypte […] vous ferez une œuvre généreuse. Notre colonie a été trop souvent tourmentée par la plaie douloureuse de la manie de la démolition. La conviction de notre infériorité est enracinée trop injustement dans certaines sphères, en nous-mêmes, mais aussi ailleurs »39.

  • 40 Ib., p. 45.
  • 41 Bigiavi 1906 et 1911, Valle 1906, Tera 1912.

22L’ouvrage de Balboni représente la phase de transition de l’historiographie sur les Italiens d’Égypte au XIXe siècle. Malgré la volonté de donner une apparence scientifique et rigoureuse à l’étude, il est dans l'impossibilité de faire une analyse de ce type, faute d’une méthodologie appropriée (Balboni en vient par exemple à prétendre n’avoir pas pu consulter les archives consulaires des Etats préunitaires italiens concernant l’Égypte puisqu’ils « n’existent plus40 »), et d’un ton apologétique omniprésent. Durant cette période parait toute une série d’études animées par le même esprit41.

Du mythe politique au mythe historiographique (1922-1980)

  • 42 Gorman 2003, p. 15.
  • 43 Sur la période libérale égyptienne, cf. Botman 1991.
  • 44 Sur la politique culturelle de la monarchie après 1922, cf. ib., p. 71 et sq.

23Cette exigence de scientificité prend un nouvel élan à partir des années 1920 grâce, même indirectement, à un courant historiographique égyptien qui domine le débat dans le pays pendant l’entre-deux-guerres, et qu’Anthony Gorman a récemment qualifié d’« école royaliste42 ». Pendant la période libérale égyptienne, la bataille politique pour le leadership dans la course vers l’indépendance faisait également rage dans le champ culturel43. En Égypte comme en Italie, l’écriture du passé joue un rôle primordial dans la construction de la nouvelle nation. Conscient de l’importance de la politique culturelle en tant qu’instrument de légitimation politique au moment de l’indépendance formelle accordée au pays par la Grande-Bretagne, le roi Fouad Ier poursuit une action culturelle visant à légitimer son autonomie face aux Britanniques - encore très présents dans le pays - et aux autres acteurs égyptiens44.

  • 45 Sur Muhammad Shafîq Ghurbâl (1894-1961), cf. Choueiri 1989, p. 65-114 ; sur Muhammad Ibrâhîm Sabrî (...)
  • 46 Pour la description du projet, cf. Sammarco 1929. Les documents copiés furent recueillis dans la bi (...)
  • 47 Sur la vie et l’activité de Eugenio Griffini Bey (1878-1925), cf. Campanini 1991 et Levi della Vida (...)
  • 48 Pour une synthèse de sa vie, cf. Rossi 1948.
  • 49 Sammarco 1929.

24La promotion d’une véritable école historique à partir de la fin des années 1920 représente selon nous le projet le plus important et réussi de cette politique. Parallèlement aux travaux des fondateurs de l’historiographie moderne égyptienne, tels que Muhammad Ibrâhîm Sabrî ou Muhammad Shafîq Ghurbâl45, la monarchie met en place une équipe de chercheurs, pour la plupart étrangers, chargée d’une exploitation systématique des sources européennes. Méhémet Ali, le fondateur de la dynastie au pouvoir, doit être redécouvert, notamment dans sa fonction de père de la patrie et de principal modernisateur du pays. Le tout doit être scientifiquement démontré et internationalement reconnu. Les archives d’Europe sont ainsi consultées par des spécialistes de l’époque, à la recherche de tout document concernant l’histoire égyptienne. Parmi ces spécialistes, on peut citer Jean Deny, professeur de langue turque auprès de l’École des langues orientales vivantes de Paris et chargé de la consultation des sources en langue turque; Édouard Driault et Georges Douin, chargés de l’étude des documents français et britanniques, Adolphe Cattaui Bey, le directeur de la collection des Publications spéciales et René Cattaui, chargé d’analyser les documents russes46. Depuis 1920, Eugenio Griffini Bey47, bibliothécaire de Fouad Ier, était chargé du repérage et de la collection des documents italiens pour le compte du roi. Au moment de la mort de Griffini en 1925, Angelo Sammarco48, depuis 1922 chargé des cours d’histoire au lycée italien du Caire, est nommé bibliothécaire de Fouad et poursuit son travail sur ces documents, en partant des archives des États préunitaires et de celles de Vienne49. Il est le père de l’historiographie italienne sur l’Égypte moderne et la présence italienne en son sein. En ayant accès depuis l’Égypte aux archives italiennes (qui lui envoient toute la documentation considérée comme étant utile à ses recherches), Sammarco peut en effet contribuer à l’historiographie sur les Italiens en Égypte par une double activité : la rédaction de contributions générales concernant la présence italienne en Égypte au XIXe siècle et la publication de collections de documents diplomatiques venant des archives des États préunitaires italiens. L’utilisation des sources archivistiques a ainsi pour but de donner une valeur scientifique à un discours qui, dans les faits, ne se dissocie pas tellement de celui qui avait été produit depuis l’unité italienne.

  • 50 Cf. à ce propos Baioni 2006, p. 249-276.
  • 51 Gorman 2003, p. 21-22.
  • 52 Sur le processus de « prolétarisation » de l’émigration italienne vers l'Égypte à partir des années (...)

25En accord avec la propagande du régime fasciste, qui perçoit la Méditerranée comme « un lac italien »50, Sammarco cherche à exalter le rôle joué par l’italianité dans la modernisation de l'Égypte, rôle selon lui ignoré par l’historiographie précédente, monopolisée par les puissances dominant la Méditerranée au XIXe siècle, c’est-à-dire la France et la Grande-Bretagne. Ainsi, il se fait promoteur d’une histoire institutionnelle des élites italiennes, notamment de leurs relations avec les autorités locales51. Sammarco n’accorde aucune attention aux milliers de travailleurs peu qualifiés qui débarquèrent en Égypte à partir de la seconde moitié du siècle52, aux difficultés vécues par ceux-ci lors de leur établissement dans le pays, ou aux conflits sociaux et politiques traversant les différentes nations italiennes avant l’unification. Ce genre de problématiques est sacrifié au nom d’une histoire linéaire et élitaire, où la dynastie au pouvoir ne peut qu’avoir joué un rôle positif, et où le caractère « italien » ne doit pas être mis en discussion.

  • 53 Sammarco - Verrucci Bey 1928. Sur la figure de Ernesto Verrucci Bey, cf. Godoli 1997; Volait 1987 e (...)
  • 54 Sammarco - Verrucci Bey 1928, p. 99. Voici le témoignage de l’auteur quelques années plus tard : «  (...)

26Ce modèle narratif est évident depuis la première contribution générale de Sammarco en 1928, écrite en collaboration avec Ernesto Verrucci Bey53. L’ouvrage, présenté lors du Congrès International de Médecine tropicale et d’Hygiène du Caire en 1928, à l’occasion du centenaire de la fondation de l’Ecole de Médecine, veut mettre en évidence « la très grande contribution de la science médicale italienne dans l’organisation des services sanitaires et dans la fondation de l’Ecole de Médecine [égyptienne] » ; une contribution qui avait été toujours sous-estimée, à l’avantage de la figure de Clot Bey54.

  • 55 Cf. par exemple Sammarco 1939 et 1943.
  • 56 Même dans ce cas, l’auteur veut se distinguer des historiens qui s’étaient occupés de la question d (...)
  • 57 De Negrelli était un sujet autrichien, mais il était né dans le Trentin.
  • 58 Cf. aussi Sammarco 1939b.

27Le révisionnisme de Sammarco touche tous les domaines de la société qui, par leur transformation rapide, peuvent représenter des indicateurs de la modernisation de l’Égypte au XIXe siècle, comme la santé publique ou l’histoire du percement du Canal de Suez55. En contestant l’importance de Ferdinand de Lesseps, Sammarco entend revaloriser la contribution italienne à travers une analyse détaillée des sources d’archives56. Sammarco oppose à l’activité diplomatique de Lesseps celle, plus pratique, de l’ingénieur De Negrelli, qui représente à ses yeux l’homme honnête, digne représentant du génie italien57, au service du progrès et de la science, anonyme toujours plongé dans une mission civilisatrice désintéressée58.

  • 59 Sammarco 1939, p. 30.
  • 60 Sammarco 1937.
  • 61 Le prix de dix milles lires du concours fut donné à l’ouvrage de Sammarco, défini comme « l’histori (...)

28Comme le dit Sammarco dans une des premières contributions sur ce sujet, l’Italie fasciste, héritière des Italiens qui avaient « créé » le Canal, réclame désormais une place plus importante dans sa gestion. Son œuvre est donc là pour valider cette position59. La convergence d’opinion entre Sammarco et le régime fasciste est évidente dans l’ouvrage paru en 193760. Cette étude remporte un concours ouvert par le Fascio di Alessandria en 1929 pour « un ouvrage italien concernant l’Égypte61 ». En exploitant toutes les connaissances acquises durant plus de dix années de travail sur les fonds d'archives européens, l’auteur livre une synthèse de l’activité italienne en Égypte dans tous les domaines qu'il s'agisse de l’administration du khédive, de l’armée, des instituts de culture, de la construction d’infrastructures ou du développement de l’égyptologie et de l’art égyptien contemporain.

  • 62 Sammarco 1930, 1931, 1931b, 1932 et 1932b.

29Ce modèle narratif est consolidé par les collections de documents diplomatiques publiés par Sammarco dans le cadre du projet promu par la monarchie égyptienne. Selon le projet initial de l’auteur, la collection de documents italiens (qui comprenait aussi les documents conservés dans les archives de Vienne en raison de l’appartenance des sujets vénitiens à l’Autriche), devait être composée d’une trentaine de volumes. Sammarco n’arrive cependant à publier que cinq volumes couvrant la périodes 1801-183262.

30Par ces deux vecteurs discursifs (monographies et édition d'archives), Sammarco semble parvenir à constituer un corpus de savoir et une totalité narrative au service des nécessités politiques du régime fasciste, artificiellement réduite à une analyse de la contribution d'une élite au processus de modernisation égyptien et stéréotypée par une surévaluation d’un élément identitaire (l’italianité).

  • 63 Pour ne mentionner que quelques exemples, où l’influence de Sammarco est manifeste : Masi 1936, Del (...)
  • 64 Sur la caractérisation des mythes historiographiques, cf. Topolski 1997, p. 127-131.
  • 65 Cf. Rizzitano 1956.
  • 66 Grand spécialiste de l’histoire du Risorgimento, notamment de la question mazzinienne, Ersilio Mich (...)
  • 67 Cf. notamment les articles – adoptant presque tous un ton nostalgique et apologétique- parus dans l (...)

31Grâce à son statut de savant au service de la cour égyptienne et à sa vaste production littéraire, Sammarco représente un point de référence pour la production littéraire de l’époque sur ce sujet63. Mais la transformation de ce modèle en mythe historiographique64 dépend surtout du fait que le paradigme de Sammarco a perduré pendant des décennies, faute de recherches nouvelles fondées sur une réévaluation des sources à disposition. Après la Seconde guerre mondiale et jusqu’aux années 1980, l’attention des historiens à la présence italienne en Égypte est très faible. A l’exception de deux auteurs des années 1950, l’orientaliste Umberto Rizzitano65 et l’historien Ersilio Michel66, ce sujet devint entièrement le domaine des études migratoires et des publicistes. Le nombre d’articles qui paraissent durant la seconde moitié du XXe siècle dans la revue Italiani nel mondo67 ne fait que reproduire le modèle du discours présenté par Angelo Sammarco dans les années 1930 et 1940.

  • 68 Briani 1982.
  • 69 Ibid ; les chapitres VI, VIII, IX , X et XI reprennent directement les informations données par Sam (...)

32Le seul ouvrage monographique pour cette période est de Vittorio Briani, publié en 198268. Spécialiste des phénomène migratoires, son analyse prend en considération une période très vaste, de l’époque romaine jusqu’à nos jours. En ce qui concerne le XIXe siècle, l’auteur reprend entièrement les travaux de Sammarco, l’étude des documents d’archives n’étant pas abordée69.

La présence italienne et le cosmopolitisme alexandrin : les nouveaux défis

Le cosmopolitisme alexandrin et la composante italienne

  • 70 Volait 1987, p. 137.

33La question des sources se révèle une limite importante pour l’écriture d’une histoire différente de la présence italienne en Égypte et de sa participation au cosmopolitisme alexandrin, surtout pour la période préunitaire, et pas exclusivement pour les historiens italiens. En 1987, Mercedes Volait voit ainsi dans l’image d’une Alexandrie levantine et cosmopolite « un mythe tenace qui structure, de nos jours encore, l’imaginaire occidental s’agissant de la cité portuaire du siècle passé […] un mythe curieusement peu contesté [qu'il est] hasardeux de tenter de déconstruire. D’ailleurs une telle entreprise pourrait s’avérer fort ardue, tant la documentation de première main fait défaut70 ». La contribution de Volait représente un passage important pour notre objet d’analyse, en raison notamment de la relativisation du rôle joué par l’élément « communautaire ». L’attention portée sur une profession, celle d'architecte, lui permet d’explorer de manière efficace les contacts, les influences et les interactions produites par des individus de différentes nationalités, en dépassant efficacement la perspective communautaire :

  • 71 Ib., p. 148. Cette perspective méthodologique est bien plus évidente chez Volait 2005.

La diversité de parcours, des carrières, des motivations, des références artistiques de ces architectes italiens ne permet guère d’établir une typologie significative. Une seule chose, peut-être, leur est commune ; c’est d’avoir gardé des liens solides avec l’Italie, où ils se rendaient au moins annuellement durant la saison d’été, mais aussi à l’occasion de quelque réunion professionnelle 71.

  • 72 Ilbert 1996, p. 738-740.
  • 73 Cf. par exemple ib., p. 140-48.
  • 74 Cf. notamment ib., p. 619-622, où l’auteur applique le sentiment nationaliste de la fin du XIXe siè (...)
  • 75 Reimer 1997.
  • 76 Il définit la ville comme « a colonial city in the process of formation », ib., p. 193.
  • 77 Cf notamment ib., p. 11-12 et 140-144.

34Les études d’histoire urbaine ont par ailleurs cherché à comprendre les mécanismes réglant le ou les phénomènes cosmopolites de la ville d’Alexandrie. En focalisant son attention sur la constitution d’une communauté citadine pluriethnique, actrice dans la longue durée du développement de la ville, l’étude de Robert Ilbert porte l'attention sur les milieux consulaires et marchands, limitant la dimension « levantine72 » du cosmopolitisme alexandrin pour la période 1830-1880 à une étude des attitudes des groupes d’Italiens les mieux reconnus du point de vue institutionnel et politique. La place accordée aux couches sociales les moins aisées qui, à partir des années 1830, commencent à peupler la ville, reste marginale et maintes fois liée à une description des épisodes de tension, voire des actes criminels, souvent perçus selon une opposition entre indigènes et Européens73. Faute de la prise en compte des distinctions et spécificités (socio-professionnelles, culturelles, politiques) parmi les sujets sardes, napolitains et toscans durant la période préunitaire, les Italiens n'y sont considérés que comme une communauté parmi les autres, qui aurait fait somme toute preuve de cohésion, malgré quelques turbulences en son sein74. L’ouvrage de Michel Reimer75, publié un an après, semble plus sensible aux « fractures sociales » (social divide) caractérisant la société alexandrine. L’étude de la transformation progressive d'Alexandrie en « ville coloniale76 » ne le conduit toutefois qu’à décrire en pointillé quelques effets collatéraux de ce processus, notamment les difficiles conditions d’implantation vécues par les émigrés européens les plus démunis77.

  • 78 Les sources italiennes évoquées dans son étude ne concernent que des fonds archivistiques de l’Arch (...)
  • 79 L’attention de ces documents envers les couches sociales les moins aisées semble due principalement (...)

35Dans les deux cas, la place relativement marginale accordée à la présence italienne est limitée principalement aux commerçants et aux consuls. Ce choix est directement lié aux sources utilisées par les deux auteurs. Robert Ilbert évoque très peu de sources archivistiques italiennes ; il s’agit principalement de fonds concernant la période au lendemain de l’unification tandis que, pour la période préunitaire, il est obligé d'avoir recours aux informations tirées des ouvrages précédemment analysés, avec toutes les limites qu'impose le genre d’« Italiens » observés78. Le manque d’exploitation des sources italiennes de la part de Reimer est partiellement comblé par l’étude attentive des données fournies par certaines sources locales (notamment le recensement égyptien de 1846-48) et les rapports consulaires britanniques79.

Des perspectives de recherche nouvelles

  • 80 Braudel 1985, p. 8.

36 Le débat sur le cosmopolitisme en Méditerranée, notamment dans la ville d’Alexandrie, demeure ainsi très ouvert. Une analyse critique de l’historiographie sur le cosmopolitisme alexandrin au XIXe siècle nécessiterait d'étudier les modalités de la constitution d'un récit historiographique dont les catégories ont résisté au fil du temps. Cet effort ne peut, nous semble-t-il, se réaliser qu’en évitant toute généralisation envers un contexte méditerranéen qui est aussi le produit de « mille historiographies à la fois80 ».

  • 81 Pour une comparaison avec le renouvellement des études sur la communauté grecque en Égypte au XXe s (...)

37Le long processus de constitution d’un mythe historiographique sur les Italiens d’Égypte (qui culmine dans l’œuvre de Angelo Sammarco) a d’une certaine façon figé les catégories sociales prises en compte par les historiens des années successives, et stéréotypé cette présence en partant du principe de l’existence d’un lien communautaire qui ne s’est développé en réalité qu’à partir de la fin du XIXe siècle. Sauf quelques exceptions, cette perspective a influencé également l’historiographie contemporaine du cosmopolitisme alexandrin. Il semble que les tentatives de constitution d’un discours « post-national » sur la ville soient restées prisonnières d’un paradigme national dont on a tenté d’étudier les caractéristiques et les transformations au fil du temps. Un cadre comparatif, qui porterait notamment sur d’autres communautés établies dans la vallée du Nil (notamment de la communauté grecque81) et de leur relation avec l’historiographie du cosmopolitisme alexandrin, permettrait de voir comment cette lecture communautaire a pu toucher d'autres populations et renvoyer à une vision particulière de l'Égypte par les puissances européennes au moment où s'affirme l'obsession nationale.

  • 82 Pour une mise en œuvre d’une telle enquête, cf. Alleaume 2012. Ce renouvellement a été possible aus (...)

38On assiste toutefois aujourd’hui à un renouvellement de l’étude de l’expérience migratoire des Européens d’Égypte au XIXe siècle, qui ne peut qu’influencer dans l’avenir l’historiographie de la composante italienne. Ce renouveau concerne l’histoire des élites professionnelles européennes émigrées en Égypte. Grâce à une attention majeure portée aux sources égyptiennes et à l’adoption d’une perspective centrée sur les relations de travail plutôt que sur le transfert de savoirs, on assiste aujourd’hui à une réévaluation, du point de vue qualitatif et quantitatif, de l’histoire des migrations de l’Europe méditerranéenne vers l’Égypte durant la première moitié du XIXe siècle82.

  • 83 Toledano 1990, p. 151.
  • 84 Hanley 2007, p. 1-3. Pour une perspective de recherche complémentaire aux travaux de Will Hanley, v (...)

39Mais le renouveau le plus profond semble plutôt intéresser l’étude des couches sociales les moins aisées, c’est-à-dire cette « majorité silencieuse » (silent majority), pour reprendre une expression chère à Ehud Toledano83, qui compose la partie prépondérante de la population européenne émigrée en Égypte à cette époque. L’étude de Will Hanley sur la ville d’Alexandrie entre la fin du XIXe et le début du XXe siècle a produit un renouvellement de perspective, grâce notamment à l'exploitation des archives des tribunaux consulaires français et britanniques (contenant les rapports et les entretiens de police, les transcriptions des procès, les enquêtes effectuées par le personnel consulaire ainsi que la correspondance entre les consuls et les autorités locales). Ceux-ci contiennent des informations très détaillées sur une gamme très diversifiée d’acteurs, ce qui à permis à Hanley de concentrer son attention sur une dimension plus « populaire » du cosmopolitisme alexandrin (vulgar cosmopolitanism)84. De même, le renouvellement des études concernant la présence italienne en Égypte au XIXe siècle ne peut que passer par une redéfinition des sources à disposition de l’historien, et une attention renouvelée aux échelons inférieurs de l’échelle sociale qui n'ont pas encore intéressé l’historiographie précédemment évoquée.

  • 85 Pour une étude sous l’angle juridique des archives judiciaires concernant la présence italienne en (...)
  • 86 Les fonds concernant l’Égypte consistent en environ 83 cartons appartenant au consulat toscan (dont (...)

40Deux fonds archivistiques retiennent particulièrement notre attention, notamment pour la période préunitaire. D’une part l’Archivio Storico del Ministero degli Affari Esteri (ASMAE) de Rome, qui devrait théoriquement conserver les fonds consulaires produits par le personnel diplomatique italien depuis l’unification du royaume (1861), et qui conserve un fonds considérable appartenant aux archives consulaires du personnel diplomatique préunitaire installé en Égypte, mais qui n'a pratiquement pas été inventorié et qui n’est accessible que depuis très peu de temps. Au-delà de leur importance du point de vue quantitatif, ces sources sont intéressantes dans la mesure où elles permettent de documenter une histoire sociale de la présence italienne dans la vallée du Nil. Les fonds diplomatiques sardes et toscans (qui sont les plus abondants) contiennent par exemple les actes judiciaires des tribunaux consulaires85, la correspondance entre le personnel diplomatique et les autorités égyptiennes, les actes commerciaux et notariaux de leurs sujets respectifs, de sorte qu’on dispose d'une masse d’informations concernant la vie quotidienne de ces individus qu'il était impossible d’atteindre par la consultation des archives consulaires conservées auprès des anciennes capitales préunitaires86.

  • 87 Pour un inventaire de ces fonds, cf. Zappia 2004.

41Le correspondance privée de nombre d’exilés et de membres du monde associatif italien établis en Égypte conservée auprès de l’Archivio del Museo Centrale del Risorgimento (MCRR) à Rome, nous permet en même temps d’avoir un point de vue complètement opposé aux récits consulaires sur l’activité de propagande politique dans le pays, leur relation avec la population émigrée et leur condition de séjour dans la vallée du Nil87. Ce corpus de sources représente une opportunité pour l’historien cherchant à mieux cerner la composition sociale de cette présence italienne.

Des Italiens en marge de l’histoire

  • 88 ASMAE, Inv. Moscati VI, Serie I, b. 18, fasc. 5., « Memoria sulla colonia italiana di Egitto » sign (...)
  • 89 À ces chiffres il faudrait ajouter aussi une partie des Vénitiens, répertoriés comme sujets autrich (...)
  • 90 Pour un cadre général cf. Volait 1987.

42Selon un rapport de 1868 sur la colonie italienne établie en Égypte et adressé au gouvernement du nouveau royaume d’Italie, la présence d’Italiens dépassait à cette époque les 30.000 individus, dont 18.000 étaient installés dans la seule ville d’Alexandrie et 6.000 au Caire88. La croissance démographique par rapport à la première moitié du siècle est évidente si l'on compare avec les données fournies par le recensement égyptien de 1846-1848, qui mentionne 151 sujets sardes, 152 Napolitains et 651 Toscans89 ; une tendance qui est confirmée aussi par les données fournies par les recensements des décennies suivantes90. La présence de catégories pauvres et de groupes inférieurs, et la manifestation de certains phénomènes associés à ces catégories, deviennent par conséquent de plus en plus importantes parallèlement à l’agrandissement de la colonie.

43Parmi les différentes catégories de marginaux établis dans la vallée du Nil, nous aborderons ici, à titre d’exemple, le cas des prostituées italiennes, limitant notre attention à ses aspects sociaux. Nous tenterons brièvement de lier ce phénomène au cadre plus général de la migration de prostituées européennes vers l’Égypte, pour montrer ensuite la place que cette catégorie avait au sein de la société égyptienne.

  • 91 Cf. par exemple Hilâl 2001, Fahmy 2002, p. 77-103, Tucker 1985, p. 150-155 et Van Nieuwkerk 1995, p (...)
  • 92 Van Nieuwkerk 1995, p. 21-28.
  • 93 Pour une panoramique du problème dès la fin du XIXe siècle, cf. Tucker 1985, p. 153-155.

44L’historiographie courante a commencé depuis quelques temps à s’intéresser au phénomène de la prostitution en Égypte au XIXe siècle, notamment pour ce qui concerne la population locale. Les études de Ammâd Ahmad Hilâl, puis de Khaled Fahmy, ont bien montré la perception des autorités égyptiennes et les mesures adoptées au fil du temps pour limiter, voir encadrer ce phénomène91. Très peu d’attention a été en même temps portée sur la prostitution des femmes européennes en Égypte, que l'on se tourne vers les récits des voyageurs européens, plutôt séduits par la femme arabe92, ou vers l’historiographie qui a concentré ses efforts sur la fin du XIXe siècle93.

  • 94 Archivio di Stato di Napoli (ASN), Esteri, f. 2368, lettre du consul Michele Debbane à Giustino For (...)
  • 95 ASN, Esteri, f. 2368, « Nota dei Regi Sudditi di carattere insubordinato e che disturbano la pubbli (...)

45Or les archives des établissements consulaires des Etats préunitaires italiens, notamment les fonds judiciaires, fournissent des témoignages intéressants dès les années 1830, même s'ils sont sporadiques. C'est le cas pour ce qui concerne la famille Buonocore, originaire de l’île de Procida. Venu chercher fortune à Alexandrie à partir des années 1820, Gaetano Buonocore, rémouleur de profession, s'était marié à une prostituée plus âgée que lui, qui avait poursuivi ses activités dans le port égyptien tout en y soumettant aussi ses trois filles. Selon un rapport adressé par le consul napolitain au Ministre des Affaires étrangères du royaume des Deux-Siciles, même les trois fils de Gaetano étaient « des voleurs et exploiteurs de prostituées94 ». Deux d'entre eux, Antonio et Crostofalo, âgés respectivement de 28 et 20 ans, avaient été insérés en 1849 par le consul dans une liste d’individus considérés comme étant « des perturbateurs, insubordonnés envers l’autorité consulaire et la police locale, et porteurs d’armes interdites95 ».

  • 96 Museo Centrale del Risorgimento - Roma (MCRR), b. 1177/2 (1), « Relazione di Ezio Galli sulla prost (...)
  • 97 Archivio di Stato di Firenze (ASF), « Nota. 30 novembre 1849. Prefettura del compartimento fiorenti (...)
  • 98 MCRR, b. 1177/2 (1), Relazione di Ezio Galli… cit.
  • 99 Turno 2003, p. 132.

46Tout en relevant des cas singuliers comme celui de la famille Buonocore, on peut constater, à partir des années 1850, le développement d’un mouvement migratoire de prostituées italiennes plus structuré et organisé. Au sein de la colonie italienne d’Égypte, au lendemain de l’unification, Madame Scartabelli, originellement sujette toscane, était considérée comme « la pourvoyeuse la plus connue de femmes italiennes96 ». Il s’agissait probablement de Maria Chiari, âgée de 26 ans en 1849 et mariée avec le « maure protestant » Eduardo Cocks, que les autorités de police de Florence signalaient en 1849 comme gérant un « postribolo » auprès de Via dell’Amorino, dans le quartier de S. Maria Novella97. Son expérience dans nombre de lupanars dans la péninsule lui avait probablement permis, une fois arrivée en Égypte, de mettre en place une activité beaucoup plus structurée. Ainsi, selon les souvenirs de quelques Italiens d’Égypte, elle gardait « une correspondance régulière avec nombre de directrices des maisons particulières installées dans les principales villes d’Italie [et…] une fois par an, pendant l’été, elle se mettait en voyage vers la péninsule afin de sélectionner [des femmes] personnellement, et de régler les comptes [qu'elles] avaient avec leurs supérieures98». Cette dernière affirmation laisse imaginer une arrivée périodique et constante de nouvelles filles au port d’Alexandrie, en raison notamment de la demande de plus en plus importante qui venait du Caire et des villes du Canal pendant les travaux de percement de l’Isthme de Suez. Pour certaines d’entre elles il ne s’agissait que d’un bref séjour, comme pour la toscane Emma Frangini, dix-huit ans en 1867, rentrée cette même année à Florence après deux ans de travail à Alexandrie99.

  • 100 Des intéressants parallélismes pourraient être effectués par exemple avec le phénomène de la prosti (...)
  • 101 Sur l'émigration valaque au XIXe siècle, notamment dans l'Empire ottoman, cf. Koukoudis 2003, p. 44 (...)
  • 102 MCRR, b. 1177/2 (1), Relazione di Ezio Galli… cit.
  • 103 Un aperçu des nouvelles routes maritimes liant à cette époque la péninsule à l’Égypte peut être con (...)
  • 104 MCRR, b. 1177/2 (1), Relazione di Ezio Galli… cit.

47Dans la deuxième moitié du siècle, le monde des prostituées italiennes était donc extrêmement disparate et diversifié. Leur mouvement migratoire de la péninsule vers l’Égypte semble suivre des stratégies et des dynamiques tout à fait spécifiques à leurs nécessités, selon un phénomène bien plus complexe et étendu100. Les témoignages de l’époque soulignent comment, depuis les années 1850, la ville d’Alexandrie s’intègre dans un circuit migratoire qui voit les prostituées européennes suivre les « marchés » considérés comme les plus « rentables » en Europe et en Méditerranée. Selon une enquête effectuée par des membres de la colonie italienne à la fin des années 1870, pendant les années 1850 la prostitution d’Européennes en Égypte était presque monopolisée par des « Valacques » venant de Constantinople101. Attirées dans la capitale de l’Empire ottoman par le passage d’un nombre important de troupes à l’occasion de la guerre de Crimée, elles s’étaient tournées ensuite vers les villes du Caire et d’Alexandrie « en raison de leur renommée internationale102 ». Limité à cette époque à des filles venant des régions centro-septentrionales de l'Italie, (principalement des villes de Florence et Bologne), le contingent de prostituées italiennes en Égypte varie fortement en fonction des transformations des conditions de transport et de mobilité en Méditerranée. Au moment de l’inauguration de la ligne maritime Trieste-Alexandrie, nombre de femmes originaires du Frioul et de Trieste voyagent vers la vallée du Nil, à côté de beaucoup de Hongroises. L’arrivée de femmes des régions méridionales de la péninsule se produit dès l’inauguration de la ligne Naples-Alexandrie de la part de la compagnie maritime Rubattino en 1868103. Au Caire, où la présence italienne comptait environ 6000 individus, en 1878, environ 90 prostituées italiennes étaient recensées, un chiffre considéré toutefois comme « inférieur à la réalité » par les auteurs du rapport précédemment évoqué104. Pour cette dernière ville, l’enquête nous permet de faire une comparaison entre les différentes régions de provenance :

Tableau - 1 La prostitution italienne au Caire en 1878 classifiée par régions d’origine

Provinces toscanes

(Province toscane)

5

Provinces romaines

(Province romane)

5

Provinces vénitiennes

(Province venete)

1

Provinces génoises

(Province genovesi)

1

Provinces méridionales de Naples et sa région

(Province meridionali di Napoli)

33

Provinces méridionales hors de Naples et sa région

(Provincie Meridionali del Circondario)

45

Total

90

  • 105 MCRR, B. 651/19/1 « Petizione dei rappresentanti della colonia a S.E. il Presidente del Consiglio d (...)

48Au delà de l’exactitude des chiffres reportés (qui ne prend pas en compte par exemple le nombre de filles qui selon le même dossier « travaillent dans les rues de la ville »), il est évident qu’à la fin des années 1870 la grande majorité des prostituées italiennes installées au Caire était originaire des territoires de l’ancien royaume des Deux-Siciles. Une tendance confirmée au début des années 1880, où leur nombre est estimé à 500, en majorité originaires du Meridione105. Dans les deux principales villes égyptiennes les prostituées italiennes sont perçues comme les plus nombreuses par comparaison avec les autres nationalités européennes.

Tableau 2 - La prostitution d’Européennes au Caire en 1878 classée par nationalités

Françaises

15

Austro-hongroises

25

Britanniques

-

Maltaises

(Sujets britanniques)

10

Grecques

35

Valacques

40

Allemandes

15

TOTAL

140

  • 106 Dans la ville du Caire on en comptait, à la fin des années 1870, une vingtaine. Voir MCRR, b. 1177/ (...)

49Les prostituées européennes se différenciaient des prostituées locales par l’exercice du métier essentiellement dans des endroits fermés. L’enquête effectuée dans la ville du Caire parle de trois genres d’endroits réservés à la prostitution : les tavernes (birrerie), les maisons particulières (case particolari) et les maison publiques (case pubbliche). Elles sont employées par des directrices de lupanars (comme Madame Scartabelli), ou par des souteneurs européens, une profession qui semble devenir de plus en plus visible à partir des années 1870106.

  • 107 ASN, Esteri, f. 2368, lettre du consul Michele Debbane à Giustino Fortunato, n° 112, Alexandrie d’É (...)
  • 108 Nicole 1878, p. 206.
  • 109 Ibid.

50Faute d’une réglementation générale sur le phénomène, les prostituées européennes relèvent de leurs consulats respectifs, qui bénéficient de pleins pouvoirs en raison du régime des Capitulations. Pendant la première moitié du siècle le phénomène semble plutôt toléré, au-delà des qualificatifs méprisants et des jugements moraux formulés par les consuls dans leurs rapports. Au fil du temps, ils adoptent des mesures qui suivent, tantôt la législation appliquée dans leur patrie, tantôt des usages consolidés au sein de l’établissement consulaire. Ainsi, le consul du royaume des Deux-Siciles, après nombre de plaintes, ne reçoit de Naples que des instructions très génériques l'enjoignant d'appliquer les lois du Royaume, sans considération pour les projets de rapatriements souvent présentés par le personnel consulaire107. L’immobilisme napolitain contraste avec la ferme résolution du consul français au milieu du siècle, qui ne tolère pas l’existence de maisons publiques françaises en Égypte, « ce qui a pour effet de jeter dans la circulation toutes les filles de cette nationalité108 ». Au-delà des différences de traitement, il est intéressant de noter que les consuls établis en Égypte ne semblent pas penser au problème de la prostitution d’Européennes d’un point de vue sanitaire, n'instaurant « point de dispensaires, point d’inscription, point de cartes ; aucune des précautions qui ont pour but de sauvegarder la santé publique »109.

  • 110 MCRR, b. 1177/2 (1), Relazione di Ezio Galli… cit.
  • 111 Ibid.
  • 112 MCRR, Carte Mancini, b. 651/19/2, « Promemoria prostituzione in Egitto », s.d. [1884].
  • 113 MCRR, Carte Mancini, b. 651/19/2, « Promemoria prostituzione in Egitto », s.d. [1884] et b. 651/19/ (...)

51Cette indifférence disparait au moment où le phénomène est perçu comme un véritable danger. Ainsi lors de l’arrivée massive de prostituées frioulanes, triestines et hongroises, le consul autrichien intervient directement en demandant une intensification des contrôles aux ports de départ, parallèlement à une politique de rapatriements forcés qui touche fortement le trafic d'êtres humains à cette période110. De même, en 1884, des membres de la colonie italienne adressent une pétition au président du Conseil italien en souhaitant une intervention du même genre, admettant que désormais « la prostitution étrangère en Égypte est presque dominée par l’élément italien. Italiens sont les souteneurs, italiens les propriétaires des lupanars, italiennes les prostituées!111». Le scandale avait éclaté au moment de la dénonciation, auprès du consul italien à Alexandrie, Machiavelli, de la présence de 35 prostituées mineures parmi les plus de 500 prostituées italiennes travaillant dans la ville d’Alexandrie. Le consul avait demandé leur rapatriement, mais l’opération ne reçut pas l’autorisation de la part du Ministère des Affaires étrangères de Rome qui affirmait n’avoir pas à disposition l’argent nécessaire (environ 1500 lires italiennes)112. Les limites de l’action du gouvernement avaient été toutefois déjà évidentes durant les mois précédents. De concert avec le Ministère de l'Intérieur, le gouvernement italien avait sollicité l’adoption de mesures très restrictives dans les provinces les plus concernées par le départ des femmes vers l’Égypte. Les autorités de police avaient en même temps reçu l’ordre d’effectuer des contrôles plus strictes envers les souteneurs actifs dans les ports italiens et la Compagnia Generale di Navigazione avait été alertée dans le but de faire obstacle à une émigration clandestine de filles qui, malgré ces mesures, ne semblait pas se réduire113.

52Cet exemple montre que les mouvements migratoires des prostituées suivent au fil du temps des logiques qui ne peuvent pas être perçues selon des logiques « nationales ». Ils ne peuvent être compris qu’à travers une étude multifactorielle et multiscalaire qui doit tenir compte des conditions politiques (éventuelle présence de conflits éloignant/attirant les prostituées), économiques (situations de crise qui poussent à émigrer au-delà de la Méditerranée), sociales (réseaux clandestins transnationaux d’exploitation de la prostitution), ainsi que de certains phénomènes transméditerranéens (transformation des conditions de mobilité). Le caractère « italien » de la prostitution dirigée de la péninsule vers les villes égyptiennes doit donc être nuancé au regard des origines géographiques et sociologiques des prostituées ainsi que des stratégies migratoires plus ou moins organisées qui sont mises en place.

53L’étude de la prostitution et d’autres phénomènes marginaux liés à la présence européenne en Égypte pose inévitablement le problème d’une historiographie qui s'est souvent concentrée sur une optique nationale caractérisée par l’étude de certaines catégories sociales, au détriment de celle des rapports de force et de domination et des facteurs « transcommunautaires ». Analyser exclusivement la présence étrangère dans la vallée du Nil par le biais de la nationalité signifie ainsi occulter la complexité des rouages sociaux, économiques, culturels ou linguistiques qui font de ces communautés des ensembles jamais immobiles et toujours traversés de tensions. Si la nationalité gagne indéniablement en importance au cours de la seconde moitié du XIXe siècle, les catégories relevant d’une analyse sociale ne sont pas moins toujours prégnantes, notamment si on les rattache à l’histoire de la construction du pouvoir étatique égyptien, marquée au cours du XIXe siècle par une propension de l’État moderne à toujours mieux contrôler sociétés et territoire, souvent de concert avec les autorités consulaires en ce qui concerne les groupes de migrants en vertu du régime des Capitulations.

Haut de page

Bibliographie

Alleaume - Fargues 1998 = G. Alleaume, P. Fargues, La naissance d’une statistique nationale : le recensement égyptien de 1846, dans Histoire et mesure, Compter l’Autre, numéro spécial sur la statistique démographique hors de l’Europe, XIII, 1-2, 1998, p. 147-193. 

Alleaume 2012 = G. Alleaume, Les techniciens européens dans l'Égypte de Muhammad ‘Alî (1805-1848), dans Cahiers de la Méditerranée, 84, 2012, p. 185-196.

Amat di San Filippo 1882 = P. Amat di San Filippo, Biografia dei viaggiatori italiani colla bibliografia delle loro opere, dans Società Geografica Italiana, Studi biografici e bibliografici sulla storia della Geografia in Italia, pubblicati in occasione del III Congresso geografico internazionale, vol. 1, Roma, 1882.

Anastassiadou 1997 = M. Anastassiadou, Salonique 1830-1912. Une ville ottomane à l’heure des réformes, Leyde-New York-Köln, 1997.

Assmann 2007 = J. Assmann, Memoria e mitologia politica, dans E. Agazzi, V. Fortunati (dir.), Memoria e saperi. Percorsi transdisciplinari, Rome, p. 695-712.

Baioni 2006 = M. Baioni, Risorgimento in camicia nera. Studi, istituzioni, musei nell’Italia fascista, Turin, 2006.

Balboni 1906 = L. A. Balboni, Gli italiani nella civiltà Egiziana del XIX secolo. Storia, biografie, monografie, 3 vol., Alexandrie d’Égypte, 1906..

Bigiavi 1906 = E. Bigiavi, Dell’opera degli Italiani in Egitto, Livourne, 1906.

Bigiavi 1911 = E. Bigiavi, Noi e l’Egitto, Livourne, 1911.

Binoche 2005 = B. Binoche, Civilisation : le mot, le schème et le maître-mot, dans B. Binoche (dir.), Les équivoques de la civilisation, Seyssel, 2005, p. 9-30.

Botman 1991 = S. Botman, Egypt from independence to Revolution 1919-1952, New York, 1991.

Braudel 1985 = F. Braudel (dir.), La Méditerranée. L’espace et l’histoire, Paris, 1985.

Briani 1982 = V. Briani, Italiani in Egitto, Roma, 1982.

Calafat - Goldblum 2012 = G. Calafat, S. Goldblum, Diaspora(s) : liens, historicité, échelles, dans Tracés. Revue de sciences humaines, n. 23, 2, 2012, p. 7-18.

Campanini 1991 = M. Campanini, Eugenio Griffini : bibliotecario khedivale e interprete della cultura egiziana, dans R. Rainero, L. Serra (dir.), L'Italia e l'Egitto. Dalla rivolta di Arabi Pascià all'avvento del fascismo (1882-1922), Milan, 1991, p. 239-259.

Campo Fregoso 1872 = L. Campo Fregoso, Del primato italiano sul Mediterraneo, Turin, 1872.

Cattaneo 1861 = C. Cattaneo, L’antico Egitto e le origini italiche , dans Politecnico, XI, 1861, p. 462-491.

Choueiri 1989 = Y. M. Choueiri, Arab history and the Nation-State. A study in Modern Arab historiography, Londres-New-York, 1989.

Cicogna 1941 = A. Cicogna, Il contributo degli Italiani al risorgimento dell’Egitto, Rome, 1941.

Clancy-Smith 1997 = J. Clancy-Smith, The Maghrib and the Mediterranean World in the Nineteenth Century : illicit exchanges, Migrants and Social Marginals, dans M. Le Gall, K. Perkins (dir.), The Maghrib in question : essays in history and historiography, Austin, 1997, p. 222-249.

Clancy-Smith 2002 = J. Clancy-Smith, Marginality and Migration : Europe’s Social Outcasts in Pre-colonial Tunisia, 1830-81, dans E. Rogan (dir.), Outside In. On the Margins of the Modern Middle East, Londres-New York, 2002, p. 149-182.

Darques 2000 = R. Darques, Salonique au XXe siècle. De la cité ottomane à la métropole grecque, Paris, 2000.

D.D.I. 1866-1867 = Ministero degli affari esteri. Commissione per la pubblicazione dei documenti diplomatici, Documenti diplomatici italiani (8 novembre 1866-15 giugno 1867), s. 1, vol. VIII, Rome, 1986.

D.D.I. 1869-1870 = Ministero degli affari esteri. Commissione per la pubblicazione dei documenti diplomatici, Documenti diplomatici italiani (6 ottobre 1869- 4 luglio 1870), s. 1, vol. XII, Rome, 1990.

Del Boca 1976 = A. Del Boca, Gli italiani in Africa Orientale, dall’Unità alla marcia su Roma, Rome-Bari, 1976.

Del Bon 1866 = A. Del Bon, L’Africa. Saggio di politica coloniale, Padoue, 1866.

Del Vecchio 1936 = G. Del Vecchio, Relazioni spirituali tra Italia e Egitto : a proposito di re Fuad I, Gubbio, 1936.

De Montel 1869 = E. De Montel, L’Egitto ed i firmani. Cenni e considerazioni, Florence, s.e., 1869.

De Sterlich 1888 = R. De Sterlich, Sugli Italiani d’Egitto, Le Caire, 1888.

Egitto moderno e antico 1941 = Egitto moderno e antico (studi e saggi), Milan, 1941, p. 402.

Cahiers 2003 = Du cosmopolitisme en Méditerranée (XVIe-XXe siècle), dans Cahiers de la Méditerranée, n. 67, 2003.

Fahmy 1999 = K. Fahmy, The Police and the people in Nineteenth Century Egypt, dans Die Welt des Islams, 39-3, 1999, p. 340-377.

Fahmy 2002 = K. Fahmy, Prostitution in Egypt in Nineteenth Century, dans E. Rogan (dir.), Outside In. On the Margins of the Modern Middle East, Londres-New York, 2002, p. 77-103.

Fahmy 2004a = K. Fahmy, Towards a social history of modern Alexandria, dans A. Hirst et M. Silk (dir.), Alexandria real and imagined, Aldershot, 2004, p. 281-306.

Fahmy 2004b = K. Fahmy, For Cavafy, with Love and Squalor : Some Critical Notes on the History and Historiography of Modern Alexandria, dans A. Hirst et M. Silk (dir.), Alexandria real and imagined, Aldershot, 2004, p. 263-280.

Frangini 1898 = A. Frangini, Italiani in Alessandria d’Egitto. Cenni biografici, Alexandrie d’Égypte, 1898.

Frangini 1899a = A. Frangini, Italiani di Porto Said. Cenni biografici, Port Saïd, 1899.

Frangini 1899b = A. Frangini, Italiani in Cairo. Cenni biografici, Le Caire, 1899.

Fuhrmann 2003 = M. Fuhrmann, Cosmopolitan imperialists and the ottoman port cities. Conflicting logics in the urban social fabric, dans Cahiers de la Méditerranée [En ligne], 67, 2003, mis en ligne le 25 juillet 2005, Consulté le 05 mars 2013. URL : http ://cdlm.revues.org/index128.html

Fuhrmann 2007 = M. Fuhrmann, Meeresanrainer - Weltenbürger? Zum Verhältnis von hafenstädtischer Gesellschaft und Kosmopolitismus, dans Comparativ, 17-2, 2007, p. 12-26.

Georgelin 2005 = H. Georgelin, La fin de Smyrne : du cosmopolitisme aux nationalismes, Paris, 2005.

Ghurbâl 1928 = S. Ghorbal, The beginnings of the Egyptian question and the Rise of Mehemet Ali, Londres, 1928.

G.U.R.I. 1883 = Gazzetta Ufficiale del Regno d’Italia, Roma, n. 4, 5 janvier 1883.

Gifford 2005 = J. Gifford, Lawrence Durrell's Alexandria Quartet and Colonial Knowing : Implicating Friedrich Nietzsche and Edward Said, dans C. Alexandre-Garner (dir.), Lawrence Durrell Borderlands and Borderlines, Paris, 2005, p. 95-112.

Godio 1882 = G. Godio, Cose d’Egitto, Turin, 1882.

Godoli 1997 = E. Godoli, Le architetture in stile arabo di Ernesto Verrucci Bey, dans Quasar, 18, 1997, p. 31-58.

Gorman 2003 = A. Gorman, Historians State and politics in twentieth century Egypt : contesting the nation, New York, 2003.

Grenet - Sakis Gekas 2011 = M. Grenet, A. Sakis Gekas, Trade, Politics and City Space(s) in Mediterranean Ports, dans C. Hein (dir.), Port Cities : Dynamic Landscapes and Global Networks, Londres-New York, 2011, p. 89-103.

Grenet 2013 = M. Grenet, « Grecs de nation », sujets ottomans : expérience diasporique et entre-deux identitaires, v. 1770-v. 1830, dans J. Dakhlia, W. Kaiser (dir.), Les musulmans dans l’histoire de l’Europe. II. Passages et contacts en Méditerranée, Paris, 2013, p. 311-344.

Hanley 2007 = W. Hanley, Foreigness and localness in Alexandria, 1880-1914, thèse de doctorat, Princeton University, 2007.

Hanley 2008 = W. Hanley, Grieving Cosmopolitanism in Middle East Studies, dans History Compass, 6/5, 2008, p. 1346-1367.

Hilâl 2001 = A. A. Hilâl, al-Baghâyyâ fî Misr. Dirâsa târiykhiyya ijtimâ‘iyya (1834-1949), [Les prostituées en Egypte. Étude historique et sociale (1834-1949)], Le Caire, 2001.

I.C.I. 1910 = I.C.I. (Istituto Coloniale Italiano), Atti del Primo Congresso degli Italiani all’estero (ottobre 1908), v. II, Rendiconti delle sedute, Rome, 1910.

Ilbert 1996 = R. Ilbert, Alexandrie 1830-1930. Histoire d’une communauté citadine, 2 vol., Le Caire, 1996.

Jesné 2009 = F. Jesné, Les nationalités balkaniques dans le débat politique italien, de l’Unité au lendemain des Guerres Balkaniques (1861-1913). Entre invention scientifique, solidarité méditerranéenne et impérialisme adriatique, thèse de doctorat, Université Paris 1, 2009.

Kechriotis 2005 = V. Kechriotis, The Greeks of Izmir at the End of the Empire : A Non-Muslim Ottoman Community between Autonomy and Patriotism, thèse de doctorat, Université de Leiden, 2005.

Kechriotis 2009 = V. Kechriotis, Protecting the city’s interest : the Greek-Orthodox and the conflict between municipal and vilayet authorities in Izmir (Smyrna) in the Second Constitutional Period, dans Mediterranean Historical Review, 24, 2, 2009, p. 207-221.

Kechriotis 2011 = V. Kechriotis, On the margins of the national historiography : the Greek Ittihatçi Emmanouil Emmanouilidis - opportunist or Ottoman patriot?, dans A. Singer, C. K. Neumann, S.A. Somel (dir.), Untold Histories of the Middle East. Recovering voices from 19th and 20th centuries, New York-Oxon, 2011, p. 124-142.

Koukoudis 2003 = A. Koukoudis, The Vlachs : Metropolis and Diaspora, Thessaloniki, 2003.

Levi della Vida 1925 = G. Levi della Vida, In memoriam. Eugenio Griffini Bey (1878-1925), dans Rivista di studi orientali, X, 1925, p. 726-30.

Masi 1936 = C. Masi, Italia e italiani in Oriente vicino e lontano (1800-1835), Bologne, 1936.

Michel 1958 = E. Michel, Gli esuli italiani in Egitto (1816-1861), Pise, 1958.

Minkin 2009 = S. E. Minkin, In life as in death : The port, foreign charities, hospitals and cemeteries in Alexandria, Egypt, 1865-1914, thèse de doctorat, New York University, 2009.

Monina 2002 = G. Monina, Il consenso coloniale. Le società geografiche e l’Istituto coloniale italiano (1896-1914), Rome, 2002.

Nicole 1878 = G. Nicole, La prostitution en Égypte, dans Annales d'hygiène publique et de médecine légale, n. 50, 1878, p. 206-215.

Ntalachanis 2011 = A. Ntalachanis, Leaving Egypt : Greeks and their Strategies, 1937-1967, thèse de doctorat, Institut Universitaire Européen de Florence, 2011.

Odescalchi 1865 = L. Odescalchi, L' Egitto antico illustrato e l'Egitto moderno dedicato a S. A. Ismail Bascia vice re d'Egitto, 2 vol., Alexandrie d’Égypte, 1865.

Pasquinelli 1888 = F. Pasquinelli, Vent’anni in Egitto, ricordi di Filippo Pasquinelli, Florence, 1888.

Perolari Malmignati 1886 = P. Perolari Malmignati, L’Egitto senza Egiziani, Milan, 1886, p. 327.

Petricioli 2007 = M. Petricioli, Oltre il mito. L’Egitto degli Italiani (1917-47), Milan, 2007.

Reimer 1997 = M. J. Reimer, Colonial Bridgehead. Government and Society in Alexandria, 1807-1882, Oxford, 1997.

Navigazione internazionale a vapore 1871 = B. D’Amico et al., Navigazione internazionale a vapore. Relazione della Sotto-Commissione dei signori Barbavara, D’Amico, Maldini, Scibona, Virgilio relatore, intorno alle nuove linee di navigazione a vapore che dovrebbero stabilirsi fra l’Italia e i porti esteri, dans Rivista marittima, VIII, 1871, p. 842-883.

Rizzitano 1956 = U. Rizzitano, Un secolo di giornalismo italiano in Egitto, dans Cahiers d’histoire égyptienne, VIII, 2-3, 1956, p. 129-154.

Rossi 1948 = E. Rossi, In memoriam. Angelo Sammarco (1883-1948), dans Oriente moderno, XXVIII, 7-9, 1948, p. 198-200.

Sabrî 1924 = M. I. Sabrî, La genèse de l’esprit national égyptien, 1863-1882, Paris, 1924.

Sabrî 1930 = M. I. Sabrî, L’Empire Egyptien sous Mohamed ‘Ali et la Question d’Orient (1811-1849), Paris, 1930.

Sakis Gekas 2009 = A. Sakis Gekas, Class and cosmopolitanism : the historiographical fortunes of merchants in Eastern Mediterranean ports, dans Mediterranean Historical Review, 24, 2, 2009, p. 95-114.

Sammarco - Verrucci Bey 1928 = A. Sammarco, E. Verrucci Bey, Il contributo degli italiani ai progressi scientifici e pratici della medicina in Egitto sotto il regno di Mohammed Ali, Le Caire, 1928.

Sammarco 1929 = A. Sammarco, I documenti diplomatici concernenti il regno di Mohammed ‘Alî e gli archivi di Stato italiani, dans Oriente moderno, IX, 1929, p. 287-296.

Sammarco 1930 = A. Sammarco, Il regno di Mohammed Ali nei documenti diplomatici italiani inediti, vol. I : L’Egitto nell’anarchia (luglio 1801-luglio 1804), Le Caire, 1930.

Sammarco 1931 = A. Sammarco, La marina egiziana sotto Mohammed Ali. Il contributo italiano, Le Caire, 1931.

Sammarco 1931b = A. Sammarco, Il regno di Mohammed Ali nei documenti diplomatici italiani inediti, vol. VIII : Genesi e primo svolgimento della crisi egiziano-orientale, 1831-33 (gennaio 1831-1832), Rome, 1931.

Sammarco 1932 = A. Sammarco, Il regno di Mohammed Ali nei documenti diplomatici italiani inediti, vol. IX : La presa di San Giovanni d'Acri : febbraio-giugno 1832, Rome, 1932.

Sammarco 1932b = A. Sammarco, Il regno di Mohammed Ali nei documenti diplomatici italiani inediti, vol. X : La conquista egiziana della Siria : luglio-ottobre 1832, Rome, 1932.

Sammarco 1937 = A. Sammarco, Gli Italiani in Egitto, il contributo italiano alla formazione dell’Egitto moderno, Alexandrie d’Égypte, 1937.

Sammarco 1939 = A. Sammarco, La verità sulla questione del Canale di Suez, Rome, 1939.

Sammarco 1939b = A. Sammarco, Luigi de Negrelli, la mirabile vita del creatore del Canale di Suez. Con un’appendice sugli Italiani in Egitto, Rome, 1939.

Sammarco 1943 = A. Sammarco, Suez, storia e problemi secondo documenti inediti egiziani ed europei, Milan, 1943.

Santilli 2013 = A. Santilli, Un mythe historiographique au service de deux nations, dans D. Melfa (dir.), Europei in Africa mediterranea dall’azione alla narrazione. Fonti e paradigmi della ricerca, num. monographique de Polo Sud. Semestrale di studi storici, 3, 2013 [en cours de publication].

Santorelli 1894 = F. Santorelli, L’Italia in Egitto. Impressioni e note, Le Caire, 1894.

Shlala 2009 = E. H. Shlala, Mediterranean migration, cosmopolitanism, and the law : a history of the Italian community of nineteenth-century Alexandria, Egypt, thèse de doctorat, Georgetown University, 2009.

Singer - Neuman - Somes 2011 = A. Singer, C. K. Neuman, S. A. Somes, Re-sounding Silent Voices, dans Id. (dir.), Untold Histories of the Middle East. Recovering voices from the 19th and 20th centuries, Londres-New York, 2011, p. 1-22.

Smyrnelis 2003 = Coexistence et réseaux de relations à Smyrne aux XVIIIe et XIXe siècles, dans Cahiers de la Méditerranée [En ligne], 67, 2003, mis en ligne le 25 juillet 2005, consulté le 08 mars 2013. URL : http ://cdlm.revues.org/126.

Smyrnelis 2005 = M. C. Smyrnelis, Une société hors de soi, identités et relations sociales à Smyrne aux XVIIIe et XIXe siècles, Paris, 2005.

Società Dante Alighieri 1941 = Società Dante Alighieri, Italiani nel Mediterraneo. Seconda giornata degli Italiani nel mondo, Rome, 1941.

Speziale 2011 = S. Speziale, Reti mediterranee e tesori d’Italie. Gli antichi stati italiani e l’Africa mediterranea attraverso l’Archivio storico del Ministero degli affari esteri (XVIII-XIX secolo), Cosenza, 2011.

Starr 2005 = D. Starr, Recuperating cosmopolitan Alexandria : Circulation of narratives and narratives of circulation, dans Cities, 22, 3, 2005, p. 217-228.

Taraud 2003 = C. Taraud, La prostitution coloniale : Algérie, Tunisie, Maroc (1830-1962), Paris, 2003.

Tera 1912 = F. Tera, Il collegio italiano in Alessandria d’Egitto, Alexandrie d’ Égypte, 1912.

Toledano 1990 = E. R. Toledano, State and Society in mid-nineteenth-century Egypt, Cambridge, 1990.

Topolski 1997 = J. Topolski, Narrare la storia : nuovi principi di metodologia storica, Milan, 1997.

Troilo 2005 = S. Troilo, La patria e la memoria. Tutela e patrimonio culturale nell’Italia unita, Milan, 2005.

Tziovas 2009 = D. Tziovas (dir.), Greek Diaspora and Migration since 1700. Society, Politics and Culture, Burlington 2009.

Tucker 1985 = J. E. Tucker, Women in Nineteenth Century Egypt, Cambridge-Londres-New York, 1985.

Turno 2003 = M. Turno, Il malo esempio. Donne scostumate e prostituzione nella Firenze d’Ottocento, Florence, 2003.

Turno 2007 = M. Turno, Postriboli in Firenze. Un’inchiesta del prefetto del 30 novembre 1849, dans Annali di storia di Firenze, 2, 2007, p. 233-246.

Valle 1906 = G. Valle, Origini del servizio postale in Egitto, Le Caire, 1906.

Van Nieuwkerk 1995 = K. Van Nieuwkerk, « A trade like any Other ». Female Singers and Dancers in Egypt, Austin, 1995.

Volait 1987 = M. Volait, La communauté italienne et ses édiles, dans Revue de l’Occident musulman et de la Méditerranée, 46, 1, 1987, p. 137-156.

Volait 2005 = M. Volait, Architectes et architectures de l’Égypte moderne (1830-1950). Génèse et essor d’une expertise locale, Paris, 2005.

Windler 2002 = C. Windler, La diplomatie comme expérience de l’autre. Consuls français au Maghreb (1700-1840), Genève, 2002.

Zanier 1985 = C. Zanier, I fondi non inventariati delle Legazioni e dei Consolati degli Stati pre-unitari all’Archivio del Ministero degli Affari Esteri : la rappresentanza di Sardegna ad Alessandria d’Egitto (1825-1861), dans Oriente Moderno, IV (LXV), 1-3, 1985, p. 49-57.

Zappia 2004 = L. Zappia, Archivio del Museo Centrale del Risorgimento, dans M. Mozzati (éd.), Inventario delle fonti manoscritte relative alla storia dell’Africa del Nord esistenti in Italia. Archivi di Roma, Rome, 2004, p. 117-228.

Haut de page

Notes

1 Je remercie vivement Mathieu Grenet (Université Paris 1 / ERC Configmed) pour les commentaires et les remarques qui ont nourri ma réflexion.

2 Parmi les initiatives collectives les plus importantes des dernières années, cf. le projet City Compared : Cosmopolitanism in the Mediterranean and Adjacent regions, dirigé par Ulrike Freitag et Nora Lafi auprès du Zentrum Moderner Orient de Berlin (2006-2011), ou Living together: Plurality and Cosmopolitanism in the Ottoman Empire and Beyond. International Summer Academy, organisé par l’Aga Khan University Institute for the Study of Muslim Civilisations, la Boğaziçi University et l’International Institute for the Study of Islam in the Modern World (ISIM) de Leiden (2008), ou l'atelier A Social Sciences Approach to Alexandrian Cosmopolitanism: Stakes and Limits, organisé par le Centre d’études alexandrines (CEALEX), le réseau RAMSES et l’IREMAM (2010). Enfin, signalons la journée d’études Le(s) cosmopolitisme(s) dans l’Egypte moderne et contemporaine, organisée par Angelos Dalachanis et al. en septembre 2013 avec le soutien de l’IREMAM et du LabexMed- Mmsh.

3 Cf. à titre d’exemple : Anastassiadou 1997, Darques 2000 et Georgelin 2005. Pour des efforts collectifs de réflexion sur le thème du cosmopolitisme en Méditerranée, cf. Cahiers 2003.

4 Cf. Fuhrmann 2003. Quelques années plus tard, le même auteur définit les sociétés cosmopolites par quatre critères d’identification. Cf. Fuhrmann 2007.

5 Sakis Gekas 2009. La perspective d’analyse suggérée par cette contribution est bien « appliquée » en Grenet - Sakis Gekas 2011.

6 Hanley 2008, p. 1348.

7 Ivi, p. 1351. Sur la surévaluation du rôle des communautés, cf. aussi Windler 2002.

8 Sur l’historiographie de la diaspora grecque, cf. Grenet 2013 et Tziovas 2009. Sur l’usage de la catégorie « diaspora », cf. Calafat -Goldblum 2012.

9 Cf. Kechriotis 2005, 2009 et 2011.

10 Cf. Smyrnelis 2003 et 2005.

11 Cf. Clancy-Smith 1997 et 2002.

12 Cf. Singer - Neuman - Somes 2011.

13 « Instead of stressing the infrequency of intermarriage to highlight the segregation of ethnic communities, it would have to cite the all too frequent cases of illicit sex between members of different ethnicities, classes and neighbourhoods. Rather than concentrating on official political life, it would also need to take culinary habits and tastes, how members of different communities ate, drank and smoked together, and how recipes were exchanged and shared between different communities », Khaled Fahmy 2004, p. 281. Sur le sentiment nostalgique dominant l’historiographie de la ville, cf. également Idem, 2004b.

14 Hanley 2007, p. 27-78.

15 Sakis Gekas 2009, p. 102.

16 Cf. Fahmy 2004a et 2004b, Hanley 2008, p. 1351-1352.

17 Cf. Starr 2005. Pour une lecture qui veut s’éloigner de cette perspective très liée au modèle orientaliste « saidien », cf. Gifford 2005.

18 Pour une analyse plus approfondie des sujets traités dans les trois paragraphes qui suivent cf. Santilli 2013.

19 En témoignent l’activité de la Società Geografica Italiana, après son transfert à Rome en 1873, celle, politique et culturelle, de l’Esploratore de Milan créé en 1877, ainsi que du Club Africano fondé à Naples en 1880. L’attention envers les Italiens établis en dehors des frontières nationales est bien montrée par la création en 1873 du Giornale delle colonie, qui avait pour but de « relier les Italiens éparpillés dans le monde entier ». Cf. Del Boca 1976, p. 51-56. Pour des exemples précurseurs de cette tendance, cf. Campo Fregoso 1872 et Del Bon 1866.

20 La question égyptienne est entrée tout de suite dans le débat politique du nouveau royaume d’Italie. En 1861, une pétition au parlement italien réclame une nouvelle ouverture politique visant à profiter des nouvelles routes maritimes créées par le projet de percement du Canal de Suez. Le 16 mai 1867 est présentée une Memoria relativa all’Egitto ed ai suoi rapporti con l’Italia ; le 21 mars 1870, le député Michele Ungaro, représentant de la Sinistra storica, dénonce au parlement l’abandon dans lequel se trouvait la colonia italienne dans le pays. Cf. respectivement D.D.I. 1866-1867, p. 652-653 et Interpellanza del Deputato Ungaro circa lo scioglimento delle questioni vertenti tra Italiani ed il Governo egiziano (Camera dei Deputati, tornata del 21 marzo 1870, Atti parlamentari diversi), in D.D.I. 1869-1870, p. 632-633. Pour la même période on constate un phénomène équivalent du coté des Balkans. Cf. Jesné 2009, pp. 454-483.

21 Sur l’Égypte et la présence italienne, cf. Odescalchi 1865, De Montel 1869, R. De Sterlich 1888 et Santorelli 1894.

22 Cattaneo 1861.

23 Godio 1882, p. 89.

24 Instituteur originaire de Toscane, Pasquinelli réside en Égypte de 1865 à 1883. Après de nombreuses difficultés, il obtient un poste d’enseignant auprès du Collège italien (Collegio Italiano) d’Alexandrie, qui lui octroie une médaille d’argent « pour ses mérites dans l’éducation du peuple ». Cf. Pasquinelli 1888, p. 20-22, 54.

25 Ivi, p. 111.

26 Sur les différents usages de la notion de civilisation, cf. Binoche 2005.

27 Godio 1882, p. 63.

28 Perolari Malmignati 1886. Publiciste alors très connu, Perolari Malmignati avait été secrétaire de la Légation italienne à Lima, puis en 1882 Reggente il Regio Consolato d’Italia in Cairo ; cf. G.U.R.I. 1883, p. 56.

29 Perolari Malmignati 1886, p. 311.

30 Le discours d’inauguration prononcé par le président De Martino en 1908 s’ouvre sur l’observation suivante : « Ce premier Congrès des Italiens de l’étranger est un fait éminemment politique, car il constitue une affirmation solennelle de la grandeur de l’Italie à l'œuvre en dehors de ses frontières, tant dans les arts et le commerce que dans les sciences et l’industrie. De même que l’Italie fut l'antique berceau de la civilisation, elle est aujourd’hui l’emblème de l’esprit renouvelé de notre temps ». Cf. I.C.I 1910, p. 17-18. L’historien Giancarlo Monina arrive à affirmer que la question de l’émigration italienne « représentait la clé de voûte de la conception impérialiste de la politique étrangère, et du rôle conséquent de l’Italie dans le système politique international ». Cf. Monina 2002, p. 214.

31 Balboni 1906.

32 Ib., vol. I, p. 7.

33 Ib., vol. I, p. 199.

34 Amat di San Filippo 1882, Frangini 1898, 1899a et 1899b.

35 Balboni 1906, vol. I, p. 17.

36 Ib., p. 8.

37 Ib., p. 8-9.

38 Ib., p. 29 et p. 238-58. Sur la fonction « idéologique » de l’archéologie à cette époque dans la péninsule, cf. Troilo 2005, p. 27-36 et 159-168.

39 Balboni 1906, vol. I, p. 7-8 et . 198.

40 Ib., p. 45.

41 Bigiavi 1906 et 1911, Valle 1906, Tera 1912.

42 Gorman 2003, p. 15.

43 Sur la période libérale égyptienne, cf. Botman 1991.

44 Sur la politique culturelle de la monarchie après 1922, cf. ib., p. 71 et sq.

45 Sur Muhammad Shafîq Ghurbâl (1894-1961), cf. Choueiri 1989, p. 65-114 ; sur Muhammad Ibrâhîm Sabrî (1890-1978), cf. Gorman 2003, p. 25-27. Parmi les publications de ces deux auteurs concernant l’Égypte khédiviale, cf. Sabrî 1924 et 1930, Ghurbâl 1928.

46 Pour la description du projet, cf. Sammarco 1929. Les documents copiés furent recueillis dans la bibliothèque royale auprès du Palais ‘Abdîn. Aujourd’hui ils se trouvent auprès du Dâr al-Wathâ’iq al-qawmiyya (Archives nationales d’Égypte).

47 Sur la vie et l’activité de Eugenio Griffini Bey (1878-1925), cf. Campanini 1991 et Levi della Vida 1925.

48 Pour une synthèse de sa vie, cf. Rossi 1948.

49 Sammarco 1929.

50 Cf. à ce propos Baioni 2006, p. 249-276.

51 Gorman 2003, p. 21-22.

52 Sur le processus de « prolétarisation » de l’émigration italienne vers l'Égypte à partir des années 1860, parallèlement à l’augmentation considérable du nombre de migrants, cf. Volait 1987.

53 Sammarco - Verrucci Bey 1928. Sur la figure de Ernesto Verrucci Bey, cf. Godoli 1997; Volait 1987 et 2005. Sur l’activité de Ernesto Verrucci, cf. Petricioli 2007, p. 18-19.

54 Sammarco - Verrucci Bey 1928, p. 99. Voici le témoignage de l’auteur quelques années plus tard : « A l’occasion du centenaire de l’Ecole, Clot Bey fut glorifié comme le fondateur de l’Ecole, ainsi que de tous les services sanitaires (en Égypte). Un seul mémoire imprimé, donné aux membres du Congrès, rappela la très grande contribution de la science médicale italienne dans l’organisation des services sanitaires et dans la fondation de l’Ecole de Médecine ». Il s’agissait évidemment de son étude. Sammarco 1937, p. 98-99.

55 Cf. par exemple Sammarco 1939 et 1943.

56 Même dans ce cas, l’auteur veut se distinguer des historiens qui s’étaient occupés de la question du Canal, et rappelle avoir été le premier à consulter des documents « que personne n’avait jamais vu ». Entre autres 1) les documents des archives du palais royal de ‘Abdîn au Caire, notamment les documents rédigés en langue turque ; 2) Le Mexicanides Archiv de Maximilien, Empereur du Mexique, conservé aux Archives d’Etat de Vienne ; 3) Les archives privées de De Negrelli, conservées dans la bibliothèque du Technisches Museum de Vienne. Cf. Sammarco 1939, p. 2.

57 De Negrelli était un sujet autrichien, mais il était né dans le Trentin.

58 Cf. aussi Sammarco 1939b.

59 Sammarco 1939, p. 30.

60 Sammarco 1937.

61 Le prix de dix milles lires du concours fut donné à l’ouvrage de Sammarco, défini comme « l’historien le plus expert de l’Égypte moderne» (« lo storiografo più esperto e fondato dell’Egitto moderno »), avec ce jugement : « Le choix du travail de Sammarco a paru évident au jury du concours, dans la mesure où l'auteur a répondu, en vertu surtout des nécessités profondes de sa reconstitution historique, les trois thèmes proposés par le règlement du concours; il a donc développé, s'appuyant sur une ample documentation, l'histoire spécifique de la contribution que les Italiens ont apportée, dans tous les domaines du travail humain, au réveil de l'Égypte moderne ». (« La scelta del lavoro di Sammarco si presentò chiara alla giuria del concorso in quanto l’autore riassumeva innanzi tutto per intima necessità di configurazione storica, i tre temi proposti dal regolamento del concorso ; e svolgeva, quindi, con piena documentazione, la storia particolare del contributo portato dagli Italiani, in ogni campo del lavoro umano, al risveglio dell’Egitto moderno »), cf. ib., p. IX-X.

62 Sammarco 1930, 1931, 1931b, 1932 et 1932b.

63 Pour ne mentionner que quelques exemples, où l’influence de Sammarco est manifeste : Masi 1936, Del Vecchio 1936, Cicogna 1941, Società Dante Alighieri 1941, Egitto moderno e antico 1941.

64 Sur la caractérisation des mythes historiographiques, cf. Topolski 1997, p. 127-131.

65 Cf. Rizzitano 1956.

66 Grand spécialiste de l’histoire du Risorgimento, notamment de la question mazzinienne, Ersilio Michel dédie plusieurs études aux exilés politiques italiens, contribuant à donner au phénomène du Risorgimento une ampleur méditerranéenne. Cf. Michel 1958.

67 Cf. notamment les articles – adoptant presque tous un ton nostalgique et apologétique- parus dans les années suivantes : 1955, 1957, 1958, 1959, 1960, 1961, 1964, 1968, 1969, 1970, 1972.

68 Briani 1982.

69 Ibid ; les chapitres VI, VIII, IX , X et XI reprennent directement les informations données par Sammarco.

70 Volait 1987, p. 137.

71 Ib., p. 148. Cette perspective méthodologique est bien plus évidente chez Volait 2005.

72 Ilbert 1996, p. 738-740.

73 Cf. par exemple ib., p. 140-48.

74 Cf. notamment ib., p. 619-622, où l’auteur applique le sentiment nationaliste de la fin du XIXe siècle aux migrants arrivés en Égypte pendant les années 1840. La centralité accordée par Ilbert à la contiguïté des communautés dans les études du cosmopolitisme alexandrin du XIXe siècle est tout à fait évidente en ibid., p. 739-40.

75 Reimer 1997.

76 Il définit la ville comme « a colonial city in the process of formation », ib., p. 193.

77 Cf notamment ib., p. 11-12 et 140-144.

78 Les sources italiennes évoquées dans son étude ne concernent que des fonds archivistiques de l’Archivio Centrale di Stato (Casellario politico giudiziario et de la Direzione generale della Pubblica Sicurezza) et de l’Archivio storico-diplomatico del Ministero degli affari esteri (ASMAE) où, à l’époque, le fonds préunitaires concernant l’Égypte n’était pas accessible (voir infra). Cf. Ilbert 1996, p. 837-844.

79 L’attention de ces documents envers les couches sociales les moins aisées semble due principalement au nombre de sujets maltais et des îles ioniennes représentés par les diplomates britanniques, qui devaient rendre compte de leur comportement face aux autorités égyptiennes. Cf. Reimer 1997, p. 96-103 et 235-236.

80 Braudel 1985, p. 8.

81 Pour une comparaison avec le renouvellement des études sur la communauté grecque en Égypte au XXe siècle, cf. Ntalachanis 2011.

82 Pour une mise en œuvre d’une telle enquête, cf. Alleaume 2012. Ce renouvellement a été possible aussi grâce à l’étude du premier recensement général de la population réalisé entre 1846 et 1848 en Égypte, qui distingue les individus par leur statut de sujétion. Ce recensement est très précieux par la distinction qu’il fait parmi les sujets des différents Etats préunitaires. On voit par exemple la place majoritaire occupée à cette époque par les sujets toscans par rapport aux sujets sardes et napolitains. Cf. Alleaume - Fargues 1998, et Reimer 1997, p. 89-104.

83 Toledano 1990, p. 151.

84 Hanley 2007, p. 1-3. Pour une perspective de recherche complémentaire aux travaux de Will Hanley, voir : Minkin 2009. L’attention aux fonds archivistiques policiers a de la même façon intéressé et renouvelé l’histoire de la population indigène égyptienne. Voir notamment Fahmy 1999.

85 Pour une étude sous l’angle juridique des archives judiciaires concernant la présence italienne en Égypte, notamment pour la période au lendemain de l’Unification, cf. Shlala 2009, qui a concentré principalement ses efforts sur l’exploitation des archives des tribunaux mixtes égyptiens.

86 Les fonds concernant l’Égypte consistent en environ 83 cartons appartenant au consulat toscan (dont 64 provenant du consulat à Alexandrie et 19 du vice-consulat du Caire), 91 du personnel diplomatique sarde (dont 71 provenant du consulat sarde à Alexandrie et 20 du poste du Caire) et 7 appartenant au royaume des Deux-Siciles (3 d'Alexandrie et 4 du Caire). Pour les cas toscan et sarde, cette documentation est numériquement prépondérante par comparaison avec les fonds consulaires accessibles auprès des anciennes capitales des deux Etats. Par exemple, les fonds consulaires du personnel diplomatique sarde installé à Alexandrie et au Caire pour la période 1816-1861 et conservés auprès de l’Archivio di Stato di Torino ne comptent que 9 cartons. Pour une première cartographie de ces fonds, cf. Speziale 2011 et Zanier 1985.

87 Pour un inventaire de ces fonds, cf. Zappia 2004.

88 ASMAE, Inv. Moscati VI, Serie I, b. 18, fasc. 5., « Memoria sulla colonia italiana di Egitto » signé O. Passera, Le Caire 24 avril 1868.

89 À ces chiffres il faudrait ajouter aussi une partie des Vénitiens, répertoriés comme sujets autrichiens (412 individus). Cf. Alleaume 2012.

90 Pour un cadre général cf. Volait 1987.

91 Cf. par exemple Hilâl 2001, Fahmy 2002, p. 77-103, Tucker 1985, p. 150-155 et Van Nieuwkerk 1995, p. 21-39.

92 Van Nieuwkerk 1995, p. 21-28.

93 Pour une panoramique du problème dès la fin du XIXe siècle, cf. Tucker 1985, p. 153-155.

94 Archivio di Stato di Napoli (ASN), Esteri, f. 2368, lettre du consul Michele Debbane à Giustino Fortunato, n. 112, Alexandrie, 21 novembre 1850.

95 ASN, Esteri, f. 2368, « Nota dei Regi Sudditi di carattere insubordinato e che disturbano la pubblica tranquillità », document joint à la lettre du consul Michele Debbane au prince de Cariati, n. 65, Alexandrie, 19 juillet 1849.

96 Museo Centrale del Risorgimento - Roma (MCRR), b. 1177/2 (1), « Relazione di Ezio Galli sulla prostituzione delle donne italiane in Egitto », Le Caire, 1878.

97 Archivio di Stato di Firenze (ASF), « Nota. 30 novembre 1849. Prefettura del compartimento fiorentino (1848-1858) », filza 1098, anno 1855, Affare 1378. Le texte intégral du rapport en Turno 2007, p. 237-246.

98 MCRR, b. 1177/2 (1), Relazione di Ezio Galli… cit.

99 Turno 2003, p. 132.

100 Des intéressants parallélismes pourraient être effectués par exemple avec le phénomène de la prostitution dans le Maghreb colonial. Cf. Taraud 2003.

101 Sur l'émigration valaque au XIXe siècle, notamment dans l'Empire ottoman, cf. Koukoudis 2003, p. 445-457.

102 MCRR, b. 1177/2 (1), Relazione di Ezio Galli… cit.

103 Un aperçu des nouvelles routes maritimes liant à cette époque la péninsule à l’Égypte peut être consulté dans: Navigazione internazionale a vapore 1871, p. 852-883.

104 MCRR, b. 1177/2 (1), Relazione di Ezio Galli… cit.

105 MCRR, B. 651/19/1 « Petizione dei rappresentanti della colonia a S.E. il Presidente del Consiglio dei Ministri”, s.d., [1884].

106 Dans la ville du Caire on en comptait, à la fin des années 1870, une vingtaine. Voir MCRR, b. 1177/2 (1), Relazione di Ezio Galli… cit.

107 ASN, Esteri, f. 2368, lettre du consul Michele Debbane à Giustino Fortunato, n° 112, Alexandrie d’Égypte, 21 novembre 1850 et n° 13, Alexandrie d’Égypte, 19 février 1851 et la réponse du Ministère, n° 50, Naples, 13 mars 1851.

108 Nicole 1878, p. 206.

109 Ibid.

110 MCRR, b. 1177/2 (1), Relazione di Ezio Galli… cit.

111 Ibid.

112 MCRR, Carte Mancini, b. 651/19/2, « Promemoria prostituzione in Egitto », s.d. [1884].

113 MCRR, Carte Mancini, b. 651/19/2, « Promemoria prostituzione in Egitto », s.d. [1884] et b. 651/19/3, sans titre [rapport qui résume l’activité du gouvernement pour faire obstacle à la prostitution italienne en Égypte], s.d. [après le 30 décembre 1884].

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anthony Santilli, « Penser et analyser le cosmopolitisme. Le cas des Italiens d’Alexandrie au XIXe siècle », Mélanges de l’École française de Rome - Italie et Méditerranée modernes et contemporaines [En ligne], 125-2 | 2013, mis en ligne le 10 novembre 2014, consulté le 30 avril 2017. URL : http://mefrim.revues.org/1516 ; DOI : 10.4000/mefrim.1516

Haut de page

Auteur

Anthony Santilli

EPHE - Paris - anthonysantilli5@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

© École française de Rome

Haut de page
  • Logo École française de Rome
  • Revues.org