Navigation – Plan du site
Commémorations et célébrations civiques dans l’Italie contemporaine

Du Foro Bonaparte de Milan au Quartier du roi de Rome de Paris. Continuités et divergences d’une utopie républicaine à une vision impériale

Romain Buclon

Résumés

En 1801, l’architecte Antolini vit son projet de Foro Bonaparte, prévu sur le site de l’ancienne citadelle de Milan, approuvé par le gouvernement provisoire cisalpin. Il s’agissait d’un immense ensemble de bâtiments à la gloire de Napoléon qui portait aussi un idéal « jacobin » de régénération et de célébration de la société italienne. Dix années plus tard, en 1811-1812, Napoléon planifia pour Paris une extension de grande envergure vers l’Ouest : le Quartier du roi de Rome. Ces deux projets urbanistiques irréalisés sont, pour l’historien, deux « instantanés » du pouvoir napoléonien, de sa perception et de sa mise en scène, qui lui permettent de réfléchir aux différences et continuités entre le Foro Bonaparte et le Quartier du roi de Rome. Témoins de transferts culturels intenses qui se firent aussi de l’Italie vers la France, ces projets architecturaux présentent l’inflexion du républicanisme à l’impérialisme du régime, tout en montrant en filigrane les opérations de réorganisation et d’extension des villes aux moments où celles-ci aspiraient à devenir capitales : de l’Italie (Milan) et de l’Europe (Paris).

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Lettre de Napoléon à Eugène, de Saint-Cloud, 23 août 1810, dans Du Casse 1859, t. 6, p. 368.
  • 2 Pillepich 2011, p. 62. Voir notamment l’analyse de l’auteur sur « l'italianité » de Bonaparte, p. 6 (...)
  • 3 Voir Béraud 2008.

1L’Italie occupa toujours une place de choix dans le système napoléonien : sous l’Empire, en cumulant les titres d’empereur des Français et de roi d’Italie, Napoléon réalisa une union personnelle, symbolisant l’importance des deux États à ses yeux. Cela tint d’une part à ses origines corses : si Bonaparte fut bien de nationalité française et qu’il affirma dans une lettre à Eugène, vice-roi d’Italie : « Mon principe est La France avant tout »1, « culturellement, socialement, psychologiquement, la vérité [était] plus difficile à démêler »2. D’autre part, Bonaparte forgea dans la péninsule ses « premières armes » lors de la campagne de 1796-1797, appliqua une révolution dans l’art militaire3 et s’initia à la politique en gouvernant le nord de la péninsule qu’il érigea en république sœur avec Milan pour capitale. L’Italie fut ainsi pour Bonaparte un terrain d’expérimentation essentiel, sur lequel il put mettre en pratique ses théories, puis les transférer sur d’autres théâtres d’opérations, qu’ils fussent militaires ou politiques. Les transferts ne s’arrêtèrent pas là ; l’historiographie s’intéresse avec raison à l’influence qu’eut Paris sur le reste de l’Europe. Nous voudrions réfléchir ici à un transfert culturel qui se fit dans le sens inverse : de Milan à Paris. Dans quelle mesure la Milan de 1801 fut-elle le prototype de Paris en 1811 ?

  • 4 Voir le très bel ouvrage d’A. Scotti (Scotti 1989).
  • 5 Bertrand 2010 et Visone 2011, p. 162.

2Après le démantèlement de l’ancienne citadelle de Milan, plusieurs projets furent proposés par les architectes milanais pour aménager l’espace dégagé au nord-ouest de la ville : parmi eux, celui de Giovanni Antonio Antolini, dit du Foro (Forum) Bonaparte4, proposé en décembre 1800 et approuvé en janvier 1801. Ce projet d’aménagement urbanistique était inspiré de l’Antiquité, des apports des Lumières et bien sûr de la Révolution française5. Mais il fut aussi la « matrice républicaine » de l’ensemble urbanistique impérial commandé par Napoléon dans les années 1811-1812 comprenant le Palais du roi de Rome sur la colline de Chaillot à Paris – rive droite – et d’autres bâtiments administratifs lui faisant face rive gauche. Nous nommerons cet ensemble urbanistique parisien, dominé symboliquement et géographiquement au sommet de la colline par le Palais du roi de Rome : Quartier du roi de Rome. Cette appellation nous permet de mieux appréhender le projet global qui associait le palais à la cité administrative et à des habitations. Or ces deux projets, gigantesques et qui ne purent être réalisés, sont pour l’historien deux « instantanés » du pouvoir napoléonien, de sa perception et de sa mise en scène. Ils représentent aussi le glissement du caractère républicain vers le caractère impérial du régime, sous le signe du transfert d’un urbanisme et d’une mise en scène des pouvoirs de Milan à Paris marqué par l’influence de la Rome antique. Enfin le Foro Bonaparte et le Quartier du roi de Rome furent des opérations d’urbanisme, de réorganisation et d’extension des deux villes aux moments où celles-ci étendaient leurs influences et aspiraient à devenir capitales : respectivement celle de l’Italie (Milan en 1801) et celle de l’Europe (Paris en 1810-1812).

3Nous avons choisi de nous intéresser ici à chacun des deux projets dans leurs formes les plus développées, les plus audacieuses, car ils évoluèrent au gré des circonstances. Effectivement, le régime politique changea à Milan dès 1802 et le projet de forum ne correspondit plus aux aspirations et aux projets gouvernementaux, tandis qu’à Paris, les conditions diplomatiques, militaires et politiques influèrent directement sur l’ampleur du Quartier du roi de Rome, qui se réduisit à partir de 1812. Quelles furent les différences et les continuités entre le Foro Bonaparte et le Quartier du roi Rome ? Ces nouveaux quartiers furent également les témoins de transferts culturels intenses entre l’Italie (de la Rome antique et du Triennio) et la France révolutionnaire, consulaire et impériale, transferts dont l’intensité différa selon les régimes et les périodes. Nous nous attacherons tout d’abord à la description de ces deux projets urbanistiques dédiés à Bonaparte. Nous les envisagerons ensuite sous l’angle de l’extension urbaine d’utilité publique, puis nous nous intéresserons davantage sur le cas du Quartier du roi de Rome, comme création et affirmation d’une « cité impériale », associant l’administration, les savoirs et l’armée.

Deux projets dédiés à Bonaparte

4Bonaparte, Premier consul puis Empereur, fut placé au centre des projets milanais et parisien. Le Foro, puis le nouveau quartier parisien lui furent dédiés à la fois symboliquement et architecturalement.

Le Foro Bonaparte

  • 6  Lettre de Bonaparte à Carnot, ministre de la guerre, de Milan, 4 messidor an VIII [23 juin 1800], (...)
  • 7 Pillepich 2011, p. 238.
  • 8 Giudicelli Falguières 1987, p. 261-284.
  • 9 Pillepich 2011, p. 247-249.
  • 10 Ivi, p. 242

5Le 23 juin 1800, soit neuf jours après Marengo, Bonaparte était de retour à Milan et y ordonnait le démantèlement complet et définitif de toutes les fortifications6. La raison principale était militaire : il s’agissait de faciliter la pénétration des armées françaises et de repousser plus à l’Est la ligne de fortification7. Bonaparte pouvait compter sur le soutien des patriotes italiens – qui affluèrent d’ailleurs à Milan au cours du Triennio puis après le retour de 1800 – dans cette volonté de démolir le « bastion de l’ancienne tyrannie »8. L’impact sur Milan fut plus large. Par cette destruction, le Premier consul signifiait d’une part le rattachement, la quasi-annexion à la France de la Lombardie et de sa capitale ; Milan appartenait désormais à la Grande Nation. D’autre part, Bonaparte accélérait la marche de la ville vers la modernité en poursuivant le mouvement engagé au XVIIIe siècle qui avait tendu à transformer les lourdes murailles espagnoles en mur d’octroi et à planter d’arbres leur contournement9. Les mutations continuèrent d’autant plus que la suppression des fortifications autour du castello Sforzesco (château des Sforza) ouvrait une perspective, un nouvel espace de développement pour la ville vers le Nord-Ouest. L’architecte Canonica proposa un aménagement le 13 juillet 1800, que suivirent deux contre-projets : ceux de Cassina (25 septembre) et d’Antolini (16 décembre). Le 20 janvier 1801, soit à peine un mois après le dépôt du projet d’Antolini, le gouvernement provisoire soumit ce dernier à une commission d’architectes qui l’approuva le 9 février. Le gouvernement avait aussi accepté la dénomination de Foro Bonaparte, « considérant qu’il [était] du devoir de la République d’éterniser sa reconnaissance envers son magnanime fondateur et restaurateur »10. Le Premier consul donnait donc son nom au nouveau quartier de Milan. Celui-ci était d’ailleurs orienté vers la France et devenait le point d’arrivée de la route du Simplon, décidée le 7 septembre 1800 par Bonaparte, pour mieux relier les deux capitales, Paris et Milan.

  • 11 Cité dans Hubert 1964, p. 226.
  • 12 C’était un motif d’inquiétude de Bonaparte. Qu’il nous soit permis de renvoyer le lecteur vers un d (...)
  • 13 Hubert 1964, p. 234.
  • 14 Pillepich 2011, p. 410.
  • 15 Bosi 2002, p. 48 : « Tuttavia la finalità commemorativa del concorso risulta poco convincente se pa (...)

6L’hommage à Bonaparte n’était pas limité au nom que prenait l’ensemble. Il fut prévu d’ériger dans l’espace compris entre le château et les hémicycles prévus deux ou quatre monuments commémoratifs. Mais qu’envisageait-on de commémorer ? La loi du 30 Nivôse an IX (20 janvier 1801) exprimait à la fois la volonté d’honorer et d’immortaliser la reconnaissance envers Napoléon – nous l’avons vu – mais aussi envers la France : « Dans le lieu le plus insigne sera érigé un monument grandiose qui rappellera à la postérité les actions glorieuses de l’armée française en Italie »11. Si, en France, Bonaparte se méfiait de toute action qui aurait pu être interprétée comme une « dérive monarchiste »12, en revanche, le gouvernement milanais proposait de lui rendre hommage comme s’il eût été un souverain incarnant la France. Antolini avait prévu quatre groupes sculptés pour son Foro : l’un à la gloire des armées françaises, l’autre à Bonaparte lui-même et les deux autres sans destination précise13. Antolini inséra dans son forum une colonne de granit destinée à perpétuer le souvenir de Marengo, la reconnaissance à la France et à Bonaparte ; colonne dont l’érection avait été décrétée par le gouvernement milanais le 24 juin 1800 mais qui ne verra jamais le jour14. Antolini avait aussi projeté un deuxième monument « pour célébrer la gloire des armées françaises en Italie ». Accédant à cette demande, le gouvernement provisoire commanda au célèbre Antonio Canova un groupe allégorique : Bonaparte couronné par la Victoire. L’artiste obtint de Melzi d’Eril en décembre 1802 que le groupe devînt une statue : Napoléon en Mars pacificateur, thème d’une commande déjà faite par l’Empereur lui-même pour Paris. Le glissement de la célébration des armées françaises vers celle de Bonaparte était flagrant et S. Bosi de conclure : « La finalité commémorative du concours [fut] peu convaincante par rapport à la volonté des organisateurs de célébrer la figure de Bonaparte comme héros mythique »15. Malgré tous les hommages au héros Bonaparte, le projet d’Antolini n’en restait pas moins républicain : le forum était en soi une construction républicaine, comme dans la Rome antique, et de surcroît le centre géométrique du projet aurait été occupé par le château des Sforza, siège du gouvernement républicain : cette place centrale aurait dû signifier la volonté d’Antolini que le peuple convergeât tout entier vers le gouvernement ; gouvernement qui aurait rassemblé la nouvelle nation, tout en émanant d’elle. Le Foro Bonaparte d’Antolini célébrait le nouveau régime en affichant l’hommage appuyé de la République cisalpine à son héros fondateur. Nous étions en 1801…

Le Palais du roi de Rome

  • 16 Fontaine 1987, tome I, p. 262.
  • 17 Fontaine et Percier 1833, p. 1.
  • 18 Garric 2011, p. 66.
  • 19 Ory 2006, p. 17.

7Dix années plus tard, l’Empire napoléonien était à son apogée sur le plan territorial. La France comptait 130 départements et quoique la crise économique prît une relative ampleur, l’avenir paraissait radieux à Napoléon avec la naissance d’un héritier légitime le 20 mars 1811. En 1810, Napoléon songea à établir un nouveau palais à Lyon, à mi-chemin entre Paris et Milan, mais son entourage l’en dissuada. Le célèbre peintre David le convainquit, le 17 juin 1810, de le bâtir sur la colline de Chaillot16. Fontaine et Percier furent chargés des plans et de la conduite du chantier tandis que la vision de l’Empereur s’étoffait jusqu’en 1813, puis se réduisit jusqu’à la chute, faisant écrire à Fontaine : « ce Palais, production de la fortune de l’empereur Napoléon, éprouvait chaque jour les alternatives de ses succès et de ses revers »17. Le 16 février 1811, quelques semaines avant la naissance de son fils, Napoléon accorda au chantier un crédit de trente millions de Francs. Dans sa forme la plus aboutie, le Palais était colossal, à l’image de la (dé)mesure de l’Empire : de style bien sûr néoclassique, il s’élevait en amphithéâtre sur le rampant de la colline de Chaillot. Côté Seine, le Palais était desservi par des jeux de rampes et d’escaliers et offrait à chaque étage une imposante colonnade de plus de cent mètre de long. Par son étendue, il surpassait Versailles et aurait égalé le Louvre et les Tuileries réunis18. Le bois de Boulogne (plus étendu qu’aujourd’hui) aurait formé le parc du château, qui s’étendait sur tout le XVIe arrondissement actuel, transformant le château de la Muette en vénerie et le Pavillon de Bagatelle en un rendez-vous de chasse. Côté Seine, la vue englobait d’abord le Champ-de-Mars, l’École militaire, puis Paris. Véritable « Versailles néoclassique »19, le projet napoléonien comptait aussi une cité administrative prévue autour du Champ-de-Mars, dans le quartier dit du « Gros caillou ».

  • 20 Guichard et Savoy 2009, p. 114. Plus généralement voir Bonnet 2004.

8Napoléon voulait réaliser une véritable cité administrative, reliée à la rive droite par le nouveau pont d’Iéna et qui aurait été dominée par le Palais du roi de Rome, l’imposant édifice bâti sur la colline. Cette position de surélévation symbolisait la mise en scène du pouvoir napoléonien, qui dominait à la fois les services de l’Etat (armée, archives) et les corps de la société (Université, artistes). Les dimensions exceptionnelles du Palais devaient être rapportées à la volonté de Napoléon de faire de Paris la capitale de l’Europe. En effet, Napoléon poursuivit la politique de la Révolution, qui consistait à regrouper les chefs d’œuvre européens au Louvre, désormais Musée Napoléon. Le message était clair : Paris revendiquait le statut de « capitale universelle des arts » et certains contemporains comme J.-B. Lebrun le conçurent bien ainsi20. Napoléon voulait une capitale politique, sorte de suzeraine des capitales vassales des Etats-satellites. Ce souhait passait par un palais colossal, émanation du pouvoir et symbole de la domination napoléonienne et française sur l’Europe. Il y avait enfin le nom : Palais du roi de Rome. En donnant à ce monument le nom de son héritier, Napoléon renforçait le caractère héréditaire de l’Empire et célébrait donc indirectement son propre règne : il confirmait qu’il avait fondé une nouvelle dynastie. Le Palais et donc la dynastie napoléonienne dominaient ainsi Paris et la nouvelle cité administrative. En outre, cette dernière aurait dû son existence à la seule volonté de l’Empereur. On ne saurait donner l’image d’une construction plus impériale. Toutefois, il convient de remarquer un certain nombre de permanences entre le projet républicain du Foro Bonaparte et celui du Quartier du roi de Rome, notamment l’idée d’une réunion autour du palais du gouvernement des différents édifices publics, dont la nature tendait à s’adapter au régime.

L’extension urbaine d’utilité publique

9Les édifices prévus et leur utilisation dans les deux projets furent assez différents. Le Foro Bonaparte était inspiré par une volonté d’utilité publique et de développement économique, tandis que le Quartier du roi de Rome tenait plus de la cité administrative au service du pouvoir. Mais ces deux extensions urbaines comptèrent plus de points communs qu’il n’y paraîtrait au premier abord.

Le Foro Bonaparte, un projet jacobin d’utilité publique

  • 21 Voir Scotti 1989.
  • 22 Voir notamment Godechot 1983, p. 211-233.
  • 23 Scotti 1989, p. 52.

10A. Scotti, dans son ouvrage qui fait autorité sur le sujet, décrit le Foro Bonaparte comme une « utopie jacobine »21. Entendons-nous sur les termes : en Italie, l’emploi indifférencié des termes de « jacobin » et de « patriote » désignait un groupe de personnes aux tendances politiques hétérogènes, relativement uni par la volonté d’unifier l’Italie22. Dans le cas d’Antolini, on pourrait parler d’un jacobinisme révolutionnaire, finalement assez proche de celui des jacobins français. Dans son Foro Bonaparte – et le terme même de forum était teinté de valeurs républicaines, voire « libertaires »23 – Antolini voulait créer un nouveau centre pour la ville de Milan, ordonné jusque-là autour du triptyque que formaient le Palais National (ex Palais Ducal et futur Palais Royal), le Dôme et le Broletto, palais du Maire. Le nouvel espace central de la capitale cisalpine, appelé à être celle de l’Italie, serait articulé autour du siège du gouvernement (installé dans le château des Sforza) et rassemblerait les bâtiments d’utilité publique et ceux propices à un nouvel essor économique de la ville.

  • 24 Voir Antolini 1801.
  • 25 Pillepich 2011, p. 24.

11Tout d’abord, et c’était la première mesure conseillée par Antolini pour ériger le Foro, l’architecte désirait que les travaux commençassent par ceux des canaux amenant l’eau sur le site24. Rappelons que Milan, « ville sans rivière »25, était parcourue de canaux, tant pour le commerce que pour la consommation courante des Milanais. Antolini souhaitait ainsi relier le Foro au réseau déjà existant par un canal navigable circulaire qui aurait été aménagé dans le périmètre entre les bâtiments en hémicycle et le château. D’abord ce canal aiderait au transport des matériaux pour la construction du forum, puis il servirait au commerce. Antolini envisageait donc de renforcer Milan dans son rôle de carrefour du commerce entre France, Suisse et Italie, d’autant plus qu’arrivait sur le Foro Bonaparte la nouvelle route du Simplon. Aussi l’architecte avait-il prévu les bâtiments nécessaires qui s’inséreraient dans les hémicycles : une bourse, des dépôts, et bien sûr une douane pour percevoir les taxes sur les marchandises en transit. Antolini avait pour objectif de contribuer au dynamisme du commerce milanais, quoique le forum ne fût pas destiné exclusivement aux hommages à Bonaparte et au commerce : il était dévolu aussi au logement des Milanais.

  • 26 « ... formare un intiero e perfetto corpo. Nè questo si vuol lasciare senza vita »: Antolini 1806, (...)
  • 27 Colombo 2008, p. 275-287.
  • 28 « le terme o bagni, dei quali non è certamente necessario discorrere l’utilità », Antolini 1806, p. (...)
  • 29 Ibid.
  • 30 Voir notamment l’analyse d’A. Colombo (Colombo 2008).
  • 31 Sur le culte des grands hommes : Bonnet 1998 et Mascilli Migliorini 2004.
  • 32 Colombo 2008, p. 281.

12Les hémicycles autour du château devaient en effet pouvoir héberger un millier de personnes, dont une partie des membres du gouvernement et des commerçants exerçant sur place (il était prévu de construire de nombreuses boutiques). Pour Antolini, le Foro Bonaparte devait « former un corps entier et parfait, que l’on ne pouvait pas laisser sans vie »26. Les habitants auraient alors bénéficié d’un excellent cadre de vie, « régénéré » : dans une optique révolutionnaire, il fallait prendre soin du corps et de l’esprit27. En 1806, lorsqu’Antolini publia une description de son forum, il commença par les thermes « dont il n’est certainement pas nécessaire de discuter l’utilité »28. Par leur usage, « le corps se maintient sain et robuste »29 et Antolini de citer les exemples de la Rome antique. Quant à l’esprit, l’architecte projetait pour son entretien trois édifices principaux : un théâtre à l’antique, un panthéon et un musée scientifique et artistique30, auxquels il convient d’ajouter les huit salles d’instruction publique, destinées aux huit quartiers de Milan. Au panthéon, d’architecture similaire à celui d’Agrippa, était dévolue la garde de la mémoire des hommes célèbres31, qui devaient par leur exemple stimuler les modernes ; le culte des grands hommes devant à terme « remplacer toute forme de religion »32. Le panthéon devait aussi devenir le garant des racines de l'identité nationale italienne renaissante, et, avec la prévision d’un autel à la Vertu, portait le projet d’une régénération intégrale d’une société d’hommes libres et égaux ; c’était l’idéal de l'idéologie jacobine. En complément du panthéon, un musée des arts, sciences et lettres enracinerait la nouvelle nation (Antolini désirait l’unification italienne). Enfin, le théâtre devait diffuser les idées, dans une volonté d’éducation populaire, se joignant ainsi aux salles d’instruction publique dans lesquelles étaient prévues des conférences pour les citoyens de toutes les classes sociales.

13 Plus qu’une extension de la ville, Antolini désirait faire du Foro Bonaparte le centre de la refondation, de l’éducation d’une nouvelle société jacobine (au sens français du terme) en s’appuyant sur des monuments d’utilité publique et de nature à rendre hommage à Bonaparte, héros fondateur.

L’influence du forum sur le Quartier du roi de Rome

14Ce héros fondateur était aussi présent dans le projet de Quartier du roi de Rome, mais d’une manière différente : son évocation se faisait cette fois-ci non seulement dans le quartier projeté, mais aussi dans le reste de la ville de Paris. En outre, Napoléon avait choisi de mener différemment les travaux : à Paris, ils pourraient être qualifiés de plus « réalistes », quoiqu’ils n’aient pu aboutir.

  • 33 Pour les détails de ces travaux parisiens, nous renvoyons nos lecteurs à Tulard 1970 et Poisson 200 (...)
  • 34 Antolini 1801 et Pillepich 2011, p. 242. Dans sa version de 1801, Antolini hésitait entre les deux (...)
  • 35 Voir Folliot 1989.

15Le contexte des réalisations était très différent : Antolini projetait un quartier idéal en fonction de ses aspirations (jacobines) au tout début de la période napoléonienne, soit à la fin de la « Révolution ». Le Quartier du roi de Rome fut en revanche conçu par Napoléon à l’apogée de l’Empire, puis s’affina voire se restructura malgré le déclin de l’Empire, après que de nombreux travaux avaient déjà été menés à Paris. Le Foro Bonaparte refléta les aspirations jacobines et influença ensuite l’aménagement de Milan puis de Paris, tandis que le projet du Quartier du roi de Rome naquit après plusieurs grands travaux entrepris – et parfois déjà achevés – à Paris par Napoléon. Les travaux parisiens33 furent utilitaires et prestigieux, souvent les deux à la fois. L’on remarque dans les projets et les réalisations napoléoniennes à Paris les traces du Foro Bonaparte, celles de l’esprit du temps et de la continuité avec la Révolution ; la part de chacune étant difficile à établir. L’on sait qu’Antolini, outre ses publications défendant son forum, rencontra le Premier consul le 7 mai 1801 à Paris pour lui présenter son projet : Bonaparte fut sensible à sa grandeur, mais en critiqua le coût et orienta le château Sforza vers un palais du gouvernement plutôt qu’une caserne34. Cela démontre que Bonaparte étudia le projet d’Antolini. À Paris, des monuments honorifiques influencés par la Rome antique furent réalisés, telle la colonne Vendôme. Certes, les architectes révolutionnaires français avaient imaginé de nombreuses colonnes triomphales au temps de la République, sur l’exemple de la Colonne Trajane. Certaines, réalisées lors des fêtes publiques, furent éphémères, quoique la grande majorité restât sur le papier35. Il ne fait aucun doute cependant que le projet milanais de colonne triomphale célébrant Marengo influença aussi Napoléon : ce détail intéressant montre les influences réciproques des modèles qui se croisèrent entre France et Italie. Antolini, nourri de Rome antique et du travail des architectes révolutionnaires, projeta donc d’élever une colonne sur son forum, tandis que Bonaparte, synthétisant de nombreuses influences, en fit ériger une, place Vendôme. On pourrait multiplier les exemples avec le Panthéon (parisien) : église transformée en panthéon par la Révolution, ce type de bâtiment, « importé » de Rome, fut projeté par Antolini sur son forum et, à Paris, Napoléon en fit l’usage préconisé à la fois par les révolutionnaires français et par Antolini. Napoléon mena également des travaux dans Paris pour améliorer le cadre de vie parisien (fontaines, ponts, musées, voies triomphales), mais ici, à la différence du Foro, il partait d’une ville existante.

  • 36 Fontaine (s.d.) et Poisson 2002, p. 217.
  • 37 Fontaine et Percier 1833, p. 12.
  • 38 Ce projet est conservé aux Archives Nationales et, comme il est inédit, nous espérons prochainement (...)

16La construction d’un nouveau quartier, tel celui que nous nommons « du roi de Rome », permettait à Bonaparte non seulement d’améliorer Paris selon ses vœux, mais aussi, à l’instar du Foro Bonaparte, de construire un quartier « neuf ». Nous avons vu que les deux projets étaient ordonnés autour du palais du gouvernement qui prenait la place centrale et organisait ainsi l’espace. Quoiqu’Antolini pensât son forum avec des habitations et les infrastructures associées, le Quartier du roi de Rome se focalisa davantage sur le palais, puis sur la cité administrative planifiée sur la rive gauche. Toutefois, Napoléon décida que le nouveau quartier serait habité, raison pour laquelle, en plus des bâtiments d’ordre administratif que nous détaillerons dans la troisième partie, Napoléon voulut construire un grand marché public entre le Champ-de-Mars et les Invalides36. En outre, contrairement au Foro Bonaparte, la rive gauche entre l’École militaire et le Champ-de-Mars, dit Quartier du Gros Caillou, était déjà habitée sous l’Empire même si la densité était faible. En témoignent notamment les plans de l’époque et fort logiquement le mur des fermiers généraux qui incluait même une partie de la plaine de Grenelle. Si Napoléon n’envisagea pas de construire de grands ensembles d’habitation, il prévit tout de même d’en ériger quelques-unes pour honorer certains serviteurs de la nation. Dans le projet de l’Université, il était prévu de construire aussi un palais pour le Grand-maître et des habitations pour « les professeurs émérites, les savants et les hommes célèbres qui, par des services importants, ou par leurs talents, ont mérité le respect et la reconnaissance nationale »37. Paris, outre ses fonctions politiques, économiques et décisionnelles devait être aussi une capitale culturelle. Le marché public prévu par Napoléon aurait donc servi rapidement aux « anciens » résidents, puis aux nouveaux, au fur et à mesure que le nombre d’habitants du quartier augmenterait. Napoléon comptait ainsi sur l’investissement du secteur privé, ce qui avait l’avantage de diminuer les coûts d’un projet déjà onéreux. Le célèbre architecte Louis-Pierre Baltard proposa un deuxième bâtiment, aujourd’hui oublié, que l’on pourrait qualifier « d’utilité publique » : il s’agissait d’une église en rotonde avec une galerie circulaire qui aurait joint le palais de l’Université à celui des Archives. Il ne semble pas que Napoléon donna suite à ce projet : il ne figure ni dans le Journal de Fontaine (qui supervisa les travaux du Palais du roi de Rome et ceux de la rive gauche) ni sur les plans du Quartier du roi de Rome38.

17Ce nouveau quartier parisien doit être étudié en parallèle avec le projet d’Antolini, car les deux se nourrirent à la fois de la Rome antique et des idéaux de la Révolution, tout en honorant Bonaparte. Comme nous l’avons écrit plus haut, le projet de Foro était fortement teinté de jacobinisme au sens français, tandis que le Quartier du roi de Rome, quoiqu’il n’exclût pas la dimension d’utilité publique et la volonté d’étendre le périmètre de la capitale, porta surtout en son sein le projet d’une cité administrative dédiée à l’Empereur : une « cité impériale ».

Vers la « cité impériale » : l’administration, les savoirs et l’armée

  • 39 Ory 2006, p. 15.
  • 40 Un point de vue qui correspondrait à celui de la terrasse du Trocadéro actuel.

18Cette « cité impériale »39 aurait donc rassemblé sur la rive droite de la Seine l’immense Palais du roi de Rome avec ses dépendances et sur la rive gauche un marché public, ainsi que des bâtiments administratifs et militaires. Les berges de la Seine, entre les Invalides et le Champ-de-Mars, auraient accueilli l’Hôtel des douanes et le palais de l’Université, tandis qu’aux quatre coins du Champ-de-Mars auraient été construits des édifices carrés formant une perspective symétrique vue des terrasses du Palais du roi de Rome40. Cet ensemble de quatre bâtiments auraient été du Nord au Sud : côté Seine le palais des Archives et une caserne de cavalerie, côté École militaire une caserne d’infanterie et un hôpital militaire. L’École militaire aurait été de plus encadrée sur ces faces latérales par l’École des Arts et l’École des Arts et Métiers. Ce projet colossal s’était agrégé peu à peu en 1812 au Palais du roi de Rome, décidé en 1811. Bonaparte voulait que son nouveau quartier parisien accueillît l’administration, les savoirs et l’armée.

Le Quartier du roi de Rome : un nouveau siège pour l’administration

  • 41 Poisson 2002, p. 217. Pour un historique complet et de plus amples informations, le lecteur pourra (...)
  • 42 Fontaine 1987
  • 43 Rapport du Ministre de l’Intérieur à Sa Majesté Impériale, de Paris, le 14 août 1812, Archives Nati (...)
  • 44 Rapport du Ministre de l’Intérieur à Napoléon, de Paris, le 14 avril 1813, ANF, F/13/1174, dossier (...)

19Les bâtiments « administratifs » (au sens restreint du terme) auraient été au nombre de deux : les Archives et l’Hôtel des douanes. La question des Archives était en attente depuis un certain nombre d’années : « créé » sous la Révolution, le Dépôt central des Archives avait connu plusieurs localisations jusqu’en 1808, date à laquelle Napoléon décida de l’installer provisoirement à l’hôtel Soubise. Cependant, le bâtiment ne pouvait contenir tous les documents, d’autant que les fonds s’enrichissaient du butin des campagnes victorieuses : il avait fallu notamment entasser les archives du Vatican et de Castille dans des baraquements de fortune dans la cour de l’hôtel, ce qui cela posait d’évidents problèmes de conservation41. Après maintes hésitations et discussions dont Fontaine nous rapporta quelques bribes42, il fut décidé d’installer les Archives dans un immense bâtiment, rive gauche, face au Palais du roi de Rome. L’édifice devait être construit uniquement de pierre et de fer, ce qui l’ignifugerait. Il était aussi prévu que les travaux se fissent par quarts indépendants, le plan en carré coupé de deux galeries le permettant aisément, d’autant que la capacité aurait été quatre fois supérieure au volume atteint en 1812 par toutes les archives de l’Empire43. En outre, la construction par quart présentait le double avantage de « soulager » rapidement l’hôtel de Soubise et d’étaler le coût de la construction. La première pierre fut posée le 15 août 1812, pour l’anniversaire de Napoléon qui s’approchait alors de Smolensk, menant la campagne de Russie. Les fondations établies, les premières pierres des façades furent posées, mais les travaux s’interrompirent en 1813 : la campagne d’Allemagne était une priorité absolue. Le second projet le plus important pour Napoléon sur la rive gauche et qui connut un début de construction fut le palais de l’Université44.

  • 45 Lavedan 1951, p. 81-84.

20Ce palais de l’Université devait réunir à la fois l’Université, l’École normale, l’Institution des émérites (c’est-à-dire une « maison de retraite » hébergeant les savants et les hommes célèbres dont nous avons parlé plus haut) ainsi que des salles pour la distribution des prix. Mais comme le Palais du roi de Rome et contrairement aux Archives dont le projet resta inchangé, le palais de l’Université subit les aléas de la conjoncture : on en resta au stade de la première pierre, posée le même jour que celle du palais des Archives. Soulignons que Napoléon n’était pas tout à fait convaincu du projet et avait décidé en mai 1812 de réunir l’École des Beaux-Arts (originellement accolée à l’École militaire) au palais de l’Université. Il fallut que le nouveau plan fût élaboré rapidement et de concert par trois architectes qui eurent entre eux des relations difficiles45 : Poyet et Damesne (les deux originellement chargés de l’université) ainsi que Gisors (qui avait dessiné l’École des Beaux-Arts). Il fallait donc refaire les plans en intégrant les spécificités de l’École des Beaux-Arts, comme par exemple des ateliers de peinture et de sculpture. La défaite de Russie mit fin à la fois aux travaux à peine commencés et aux réflexions qui occupaient encore Napoléon à propos de ce palais de l’Université. Il reste que Napoléon avait marqué sa volonté dans les différents plans de réunir en un même quartier l’administration ainsi que l’enseignement supérieur des arts et des sciences tout en y logeant les émérites. Antolini avait choisi le théâtre, le panthéon et le musée pour « éduquer » tous les citoyens, marquant ainsi son adhésion aux utopies révolutionnaires. Napoléon avait quant à lui opté pour l’administration et l’enseignement supérieur, soit la formation des élites, qu’il voulait proche du pouvoir, symbolisé par le Palais du roi de Rome. Toutefois l’armée ne fut pas oubliée dans ce projet par le général devenu empereur, qui affrontait toujours le reste de l’Europe.

La présence militaire dans les deux projets

  • 46 Un ensemble donc fort différent de l’actuel. Voir notamment Marmottan 1917.
  • 47 Ory 2006, p. 18.

21 La partie la plus importante du Quartier du roi de Rome fut sans nul doute le projet de construction d’un vaste ensemble militaire. Précisons qu’avant que Napoléon ne prévît même la construction du Palais au nom de son fils, le quartier était déjà occupé par l’armée. En descendant de la colline de Chaillot, la Seine était traversée par le pont d’Iéna, construit entre 1806 et 1814. Ce pont avait été décrété par l’Empereur quelque temps avant sa victoire sur les Prussiens à Iéna, dont l’ouvrage prit le nom. Chacune des quatre piles du pont devait être ornée d’autant de sculptures représentant des cavaliers dans leur uniforme de 181046. Il débouchait sur le Champ-de-Mars, affirmation du Dieu de la guerre romain, sur lequel, outre les fêtes révolutionnaires, les élèves de l’École militaire faisaient leurs manœuvres. Au fond, face au futur Palais du roi de Rome, se trouvait donc ladite école, construite sous Louis XV. À quelques pas se dressaient les Invalides, élevés par Louis XIV pour ses anciens soldats. Ce monument aurait été visible des terrasses du Palais projeté sur la colline de Chaillot. Napoléon avait prévu de renforcer encore cette présence militaire en ajoutant deux casernes : l’une pour la cavalerie, l’autre pour l’infanterie, ainsi qu’un hôpital militaire. Le Quartier du roi de Rome aurait ainsi gardé cette forte présence militaire, ce qui conduit P. Ory à résumer ainsi le projet napoléonien : « cette préfiguration d’une cité impériale était la traduction architecturale des aspirations de Napoléon : une société militarisée fondée sur un savoir proche du pouvoir »47.

  • 48 Pillepich 2011, p. 244.
  • 49 Ivi, p. 246.
  • 50 Voir notamment D’Amia 2006, p. 82-89.
  • 51 Jourdan 1998, p. 200.
  • 52 Les arcs de triomphe provisoires étaient en bois et toiles peintes.

22Il est intéressant de noter qu’à Milan, si le Foro Bonaparte naissait lui aussi d’un lieu empreint de présence militaire (la citadelle et ses remparts), Antolini n’avait pas prévu de place pour l’armée dans son projet. Quoiqu’il songeât à la possibilité que le château fût assigné au gouvernement ou à l’armée, la rencontre avec Bonaparte de 1801 avait tranché en faveur du palais du gouvernement. Il ne serait resté au militaire qu’une présence évoquée : des monuments célébrant la naissance de la république (et de la capitale), qui rendraient hommage aux armées françaises, en fait surtout à leur général. L’ironie du sort voulut que dans la non-réalisation du Foro Bonaparte, les militaires continuèrent d’occuper le château Sforza, qui prit par la suite le nom de « Caserne du Forum Bonaparte »48, et firent leurs manœuvres derrière le château, sur la place d’armes, construite à l’emplacement des fortifications démolies. En 1806, alors qu’Antolini essayait encore de convaincre l’opinion du bien-fondé de son projet en en publiant la description, le vice-roi d’Italie, Eugène de Beauharnais, faisait adopter par le conseil communal le principe de construire un arc de triomphe, destiné à devenir l’Arc de la Paix sous la Restauration qui acheva l’édifice. Cet arc se situait à la jonction de la route du Simplon et du forum49. Eugène de Beauharnais était encouragé par le bon effet que produisirent un arc provisoire érigé pour son mariage avec Auguste Amélie de Bavière et d’autres arcs dressés pour les entrées solennelles de Bonaparte. Ce dernier, inspiré par l’Antiquité, avait décrété quelques temps auparavant l’érection par Fontaine et Percier de l’Arc de Triomphe du Carrousel, dont l’influence sur celui de Milan est flagrante50. Au cours de son règne, l’Empereur en prévit encore cinq autres51, dont seul l’Arc de l’Etoile fut réalisé (encore que fini après sa mort). Ces arcs de triomphe construits en pierre52, hérités de l’Antiquité romaine, célébraient au début de notre ère un général, puis un Empereur conquérant. En tout cas, à Milan, si l’aspect militaire était délaissé dans le projet d’Antolini, il reprit une place significative sur le Foro Bonaparte durant la République italienne puis le royaume d’Italie. Quoique les époques fussent différentes, force est de reconnaître les liens étroits qui unirent les projets milanais et parisiens.

23Le Quartier du roi de Rome était le quartier du pouvoir, de ses élites, de son armée, tandis que le Foro Bonaparte, conçu dans le contexte d’une idéologie utopique républicaine et égalitariste, voulait offrir à tous ses habitants une instruction publique et un confort de vie aptes à développer la base d’une société nouvelle plutôt qu’une élite. Cette société nouvelle, jacobine, au sens français du terme, aurait été façonnée grâce à un appui idéologique – l’Italie n’était pas encore faite – des savoirs et du militaire (musée et panthéon). Le Foro Bonaparte et le Quartier du roi de Rome, quoique différents par nature, bénéficiaient donc de bases communes et aspiraient à représenter par l’architecture la nouvelle société.

Conclusion

24De même que le Foro Bonaparte avait été pensé comme un ensemble de bâtiments d’utilité publique disposés en hémicycle – symbolisant l’égalité et le dévouement au pouvoir – autour du palais du gouvernement, le Quartier du roi de Rome créait un ensemble reproduisant la société telle que Napoléon la concevait : le pouvoir impérial dominant (sur la colline), appuyé par l’armée, l’administration et les savoirs. À eux seuls, la disposition des palais de gouvernement indiquaient la nature du régime et l’idéal de leur concepteur. Réunis autour de ces édifices, les deux projets architecturaux célébraient aussi la personne de Napoléon Bonaparte à deux périodes distinctes de sa vie. Antolini voyait en lui le fondateur d’une Italie bientôt unifiée et républicaine en 1801, tandis que Napoléon, en 1810-1812, voulait célébrer son règne impérial, qui fondait une nouvelle dynastie. Les enjeux politiques, culturels et de célébrations étant bien différents, les projets urbanistiques ne pouvaient être identiques. Et pourtant, tous les deux plongeaient leurs racines dans le monde romain antique pour trouver des modèles, des formes architecturales et de célébrations, tout en s’influençant mutuellement par un jeu complexe de transferts culturels entre Paris et Milan. L’utilité publique n’était jamais oubliée, même si elle était toujours fortement mise au service du régime qui projetait les nouveaux quartiers et formait une base ou une élite attachées à lui. L’architecture devait modeler, influencer et être le miroir de la nouvelle société : en cela, elle était toujours révolutionnaire. Enfin, ces projections architecturales correspondaient à des moments particuliers pour les deux capitales. En 1801, Milan aurait pu devenir (du moins dans l’esprit des jacobins et d’Antolini) la nouvelle capitale de l’Italie unifiée sous l’égide de Bonaparte et dont le Foro représenterait et modèlerait la nouvelle société italienne. Quant à Napoléon, en 1810-1812, il dominait l’Europe tout entière qu’il avait vaincue à l’exception de l’Angleterre et Paris s’affirmait comme la capitale européenne, politiquement, économiquement et surtout culturellement : la politique des arts du Musée Napoléon ne saurait être comprise autrement. Mais ces projets ne purent s’adapter au contexte changeant trop vite : Milan ne serait pas la capitale d’une Italie unie et républicaine indépendante de la Grande Nation, tandis que Paris, qui avait conquis momentanément le rôle de capitale européenne par les armes, allait être par elles défaite.

  • 53 Voir la note n°10.
  • 54 Pillepich 2011, p. 247, à propos du Foro Bonaparte, mais l’assertion est valable pour les deux proj (...)
  • 55 Lavedan 1951, p. 81.

25Ces extensions urbaines doivent aussi être comparées par l’historien aux projets napoléoniens pour Rome, deuxième capitale d’Empire, dans laquelle l’Empereur envisagea des constructions d’envergure. Il faudrait aussi relier le Foro et le Quartier du roi de Rome aux « villes nouvelles », qui marquèrent la période : Napoléonville (Pontivy) et Napoléon-sur-Yon (La Roche-sur-Yon) ou qui furent oubliées – et bien sûr non réalisées – telle « la ville des victoires »53 prévue sur le champ de bataille de Marengo par le commissaire des guerres Jean Rivaud. Néanmoins, le Foro Bonaparte et le Quartier du roi de Rome, qui avaient connu un début de réalisation, s’inscrivirent profondément dans l’histoire de la ville dont ils formaient chacun une extension. Ces quartiers furent réinvestis au cours du XIXe siècle avec la croissance de Milan et de Paris et finirent par trouver une « forme immobilière viable »54, tandis que Paris, déplorait P. Lavedan, ne pourra se doter « d’un quartier administratif qui lui manque aujourd’hui »55. Finalement, ces deux extensions urbaines inachevées furent réinvesties par les expositions universelles de 1906 à Milan, de 1867, 1878, 1889, 1900 et 1937 à Paris. Les expositions commencèrent d’ailleurs au Champ-de-Mars dès 1798, sous l’égide de la Révolution, puis se développèrent dans le monde, transferts culturels aidant encore une fois.

Haut de page

Bibliographie

Antolini 1801 = G. A. Antolini, Piano Economico-Politico del Foro-Bonaparte, Presentato coi Disegni al Comitato di Governo della Repubblica Cisalpina il dì 25 Frimale anno IX. Repub. [16 dicembre 1800], Milan, 1801.

Antolini 1806 = Giovanni Antonio Antolini, Descrizione del Foro Bonaparte, Bologna, 1806, reproduit dans P. Giordani et A. Gussalli, Opere di Pietro Giordani, Milan, 1856.

Béraud 2008 = S. Béraud, Bonaparte en Italie, la naissance d’un stratège 1796-1797, Paris, 2008.

Bertrand 2010 = G. Bertrand, Piazza, dans C. Topalov et al., L’aventure des mots de la ville, Paris, 2010, p. 915-920.

Bonnet 1998 = J.-C. Bonnet, Naissance du Panthéon, essai sur le culte des grands hommes, Paris, 1998.

Bonnet 2004 = J.-C. Bonnet (dir.), L’Empire des Muses. Napoléon, les Arts et les Lettres, Paris, 2004.

Bosi 2002 = S. Bosi, La trasformazione del volto urbano di Milano tra concorsi e utopie, dans C. Capra, F. Della Peruta, F. Mazzocca (dir.), Napoleone e la Repubblica Italiana 1802-1805, Milan, 2002.

Buclon 2011 = R. Buclon, 1803. Entre République et Empire, la Ville des Victoires de Marengo, in Ville(s) et imaginaire, Inter-Ligne n°7, Toulouse, 2011, p. 97-116.

Colombo 2008 = A. Colombo, Symétries savantes. Espace urbain et rapports sociaux dans le projet du Forum Bonaparte à Milan (1801-1806), dans G. Chouquer et J.-C. Daumas (dir.), Autour de Ledoux : architecture, ville et utopie, Besançon, 2008.

Correspondance 2006 = Correspondance générale publiée par la Fondation Napoléon, Tome troisième (1800-1802), Paris, 2006.

D’Amia 2006 = G. D’Amia, L’Arco della Pace al Sempione, dans R. Cordani (dir.), Milano verso il sempione. La città di Napoleone e della Belle Epoque viaggio nella storia nell’arte e nel paesagio, Milan, 2006.

Du Casse 1859 = A. Du Casse, Mémoires et correspondance politique et militaire du prince Eugène, Paris, 1859.

Folliot 1989 = F. Folliot, Des colonnes pour les héros, dans A. Jacques et J.-P. Mouilleseaux (dir.), Les architectes de la liberté, Paris, 1989, p. 305-322.

Fontaine (s.d.) = P.F.L. Fontaine, Plan général du Palais projeté sur le rampant de la montagne de Chaillot en face de l’École militaire et du Champ de Mars, dans P.F.L. Fontaine et C. Percier, Plans de plusieurs châteaux, palais et résidences de souverains de France, d'Italie, d'Espagne et de Russie, dessinés sur une même échelle pour être comparés A. P. P. P. L. P. D. R. D. R. [au plan projeté pour le Palais du Roi de Rome], Paris, (s.d.).

Fontaine 1987 = P.F.L. Fontaine, Journal, 1799-1853, Paris, 2 tomes, 1987

Fontaine et Percier 1833 = P.F.L. Fontaine et C. Percier, Résidences de Souverains: parallèle entre plusieurs résidences de Souverains de France, d'Allemagne, de Suède, de Russie, d'Espagne, et d'Italie, Paris, 1833.

Garric 2011 = J.-P. Garric, Le Palais du Roi de Rome. L’ambition d’une dynastie, dans C. Beyeler et V. Cochet (dir.), Enfance impériale. Le Roi de Rome, fils de Napoléon, Dijon, 2011.

Giudicelli Falguières 1987 = P. Giudicelli Falguières, Espace privé et espace public à Milan (1796-1814), dans Villes et territoire pendant la période napoléonienne, Rome, 1987 (Collection de l’École française de Rome, 96).

Godechot 1983 = J. Godechot, La Grande Nation. L’expansion révolutionnaire de la France dans le monde, 1789 à 1799, Paris, 1983 (1956).

Guichard et Savoy 2009 = C. Guichard et B. Savoy, Le pouvoir des musées ? Patrimoine artistique et naissance des capitales européennes 1720-1850, dans C. Charle (dir.), Le temps des capitales culturelles. XVIIIe-XXe siècle, Paris, 2009.

Hubert 1964 = G. Hubert, La sculpture dans l'Italie napoléonienne, Paris, 1964.

Jourdan 1998 = A. Jourdan, Napoléon, héros, imperator, mécène, Paris, 1998.

Lavedan 1951 = P. Lavedan, Projets d’aménagement de la rive gauche de la Seine à Paris entre les Invalides et le Champ-de-Mars (1812), dans Bulletin de la Société de l’Histoire de l’Art français, 1951, p. 81-84.

Marmottan 1917 = P. Marmottan, Le Pont d’Iéna, Paris, 1917.

Mascilli Migliorini 2004 = L. Mascilli Migliorini, Le mythe du héros. France et Italie après la chute de Napoléon, trad. L. Vallance, Paris, 2004 (2002).

Ory 2006 = P. Ory, Le palais de Chaillot, Arles, 2006.

Pillepich 2011= A. Pillepich, Milan, Capitale napoléonienne (1800-1814), texte remanié de thèse, Paris, 2001.

Poisson 2002 = G. Poisson, Napoléon Ier et Paris, Paris, 2002 (1964).

Scotti 1989 = A. Scotti, Il foro Bonaparte, Milan, 1989.

Tulard 1970 = J. Tulard, Nouvelle histoire de Paris, le Consulat et l’Empire (1800-1815), Paris, 1970.

Visone 2011 = M. Visone, Il Foro, dans L. Mascilli Migliorini (dir.), Italia napoleonica. Dizionario critico, Turin, 2011.

Haut de page

Notes

1 Lettre de Napoléon à Eugène, de Saint-Cloud, 23 août 1810, dans Du Casse 1859, t. 6, p. 368.

2 Pillepich 2011, p. 62. Voir notamment l’analyse de l’auteur sur « l'italianité » de Bonaparte, p. 62-73.

3 Voir Béraud 2008.

4 Voir le très bel ouvrage d’A. Scotti (Scotti 1989).

5 Bertrand 2010 et Visone 2011, p. 162.

6  Lettre de Bonaparte à Carnot, ministre de la guerre, de Milan, 4 messidor an VIII [23 juin 1800], n°5464, dans Correspondance 2006, p. 314.

7 Pillepich 2011, p. 238.

8 Giudicelli Falguières 1987, p. 261-284.

9 Pillepich 2011, p. 247-249.

10 Ivi, p. 242

11 Cité dans Hubert 1964, p. 226.

12 C’était un motif d’inquiétude de Bonaparte. Qu’il nous soit permis de renvoyer le lecteur vers un de nos articles (Buclon 2011).

13 Hubert 1964, p. 234.

14 Pillepich 2011, p. 410.

15 Bosi 2002, p. 48 : « Tuttavia la finalità commemorativa del concorso risulta poco convincente se paragonata ai reali obiettivi degli organizzatori tesi a celebrare la figura di Bonaparte come mitico eroe » .

16 Fontaine 1987, tome I, p. 262.

17 Fontaine et Percier 1833, p. 1.

18 Garric 2011, p. 66.

19 Ory 2006, p. 17.

20 Guichard et Savoy 2009, p. 114. Plus généralement voir Bonnet 2004.

21 Voir Scotti 1989.

22 Voir notamment Godechot 1983, p. 211-233.

23 Scotti 1989, p. 52.

24 Voir Antolini 1801.

25 Pillepich 2011, p. 24.

26 « ... formare un intiero e perfetto corpo. Nè questo si vuol lasciare senza vita »: Antolini 1806, p. 132.

27 Colombo 2008, p. 275-287.

28 « le terme o bagni, dei quali non è certamente necessario discorrere l’utilità », Antolini 1806, p. 117.

29 Ibid.

30 Voir notamment l’analyse d’A. Colombo (Colombo 2008).

31 Sur le culte des grands hommes : Bonnet 1998 et Mascilli Migliorini 2004.

32 Colombo 2008, p. 281.

33 Pour les détails de ces travaux parisiens, nous renvoyons nos lecteurs à Tulard 1970 et Poisson 2002.

34 Antolini 1801 et Pillepich 2011, p. 242. Dans sa version de 1801, Antolini hésitait entre les deux destinations.

35 Voir Folliot 1989.

36 Fontaine (s.d.) et Poisson 2002, p. 217.

37 Fontaine et Percier 1833, p. 12.

38 Ce projet est conservé aux Archives Nationales et, comme il est inédit, nous espérons prochainement le publier.

39 Ory 2006, p. 15.

40 Un point de vue qui correspondrait à celui de la terrasse du Trocadéro actuel.

41 Poisson 2002, p. 217. Pour un historique complet et de plus amples informations, le lecteur pourra se reporter au site internet des Archives :

http://www.archivesnationales.culture.gouv.fr/chan/index.html.

42 Fontaine 1987

43 Rapport du Ministre de l’Intérieur à Sa Majesté Impériale, de Paris, le 14 août 1812, Archives Nationales de France (ANF), F/13/1174, dossier « Palais des Archives ».

44 Rapport du Ministre de l’Intérieur à Napoléon, de Paris, le 14 avril 1813, ANF, F/13/1174, dossier « Palais des Archives ».

45 Lavedan 1951, p. 81-84.

46 Un ensemble donc fort différent de l’actuel. Voir notamment Marmottan 1917.

47 Ory 2006, p. 18.

48 Pillepich 2011, p. 244.

49 Ivi, p. 246.

50 Voir notamment D’Amia 2006, p. 82-89.

51 Jourdan 1998, p. 200.

52 Les arcs de triomphe provisoires étaient en bois et toiles peintes.

53 Voir la note n°10.

54 Pillepich 2011, p. 247, à propos du Foro Bonaparte, mais l’assertion est valable pour les deux projets.

55 Lavedan 1951, p. 81.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Romain Buclon, « Du Foro Bonaparte de Milan au Quartier du roi de Rome de Paris. Continuités et divergences d’une utopie républicaine à une vision impériale », Mélanges de l’École française de Rome - Italie et Méditerranée modernes et contemporaines [En ligne], 125-2 | 2013, mis en ligne le 10 novembre 2014, consulté le 25 mars 2017. URL : http://mefrim.revues.org/1488 ; DOI : 10.4000/mefrim.1488

Haut de page

Auteur

Romain Buclon

CRHIPA, Université Pierre Mendès-France Grenoble 2 et Université de Naples, L’Orientale - Romain.Buclon@upmf-grenoble.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© École française de Rome

Haut de page
  • Logo École française de Rome
  • Revues.org