Navigation – Plan du site
Commémorations et célébrations civiques dans l’Italie contemporaine

Présentation

Fabrice Jesné et Simon Sarlin

Texte intégral

1Les trois articles que nous présentons, sous les plumes de Romain Buclon, Thomas Renard et Victor Demiaux, constituent la trace ou le prolongement de réflexions menées dans le cadre d’une journée d’études que nous avions organisée à l’École française de Rome, en avril 2011, autour des commémorations patriotiques « entre affirmation identitaire et transferts culturels ». L’occasion, bien entendu, en était la célébration du cent-cinquantenaire de l’unité italienne. Qu’on nous permette de revenir brièvement sur la démarche qui nous avait alors guidés et qui a conduit ensuite à la constitution du présent dossier.

  • 1 Voir, à ce sujet, les visions contraposées de Piero Craveri et Gilles Pécout (Craveri 2008, Pécout (...)
  • 2 Pour emprunter au sous-titre de l’étude que Patrick Garcia a consacrée au bicentenaire de la Révolu (...)

2Au-delà du débat récurrent sur l’inachèvement de l’État-Nation italien1, l’anniversaire de l’unification nous a rappelé en effet combien célébrer la nation, fût-ce à travers un événement fondateur comme son unification territoriale et politique, n’est jamais une mince affaire : que cette opération suppose une série d’arbitrages d’ordre à la fois politique, technique et financier ; que tout autant que la question du « que faut-il célébrer », celle du « comment » fait débat, voire controverse ; que ce consensus enfin que les commémorations patriotiques sont censées révéler est en réalité une bataille de tous les jours, ou presque, dont le succès n’a rien d’assuré. En ce sens, tout comme le bicentenaire de la Révolution française, la célébration de l’unité italienne constitue un fait de société qu’il convient de replacer – entre autres – dans l’histoire des pratiques sociales de la commémoration2.

  • 3 Cette critique a été notamment exprimée par Alberto Mario Banti, le principal artisan de la redécou (...)

3Nombreux sont les débats auxquels ont donné lieu les cent-cinquante ans de l’unité, depuis les coupes budgétaires de 2009 jusqu’aux modalités d’une récupération des symboles et des événements de l’épopée du Risorgimento, dans lesquelles certains ont critiqué le retour d’une vision « consensualiste » de l’histoire sous le signe de la « mémoire partagée », voire le risque de redonner vie, sans le vouloir, à une vision essentialiste et exclusiviste de la patrie3, en passant par les contestations du projet commémoratif lui-même, expression de forces sociopolitiques centrifuges émergées à la faveur de la crise institutionnelle et politique des années 1990, aussi bien au nord qu’au sud du pays, qui réfutent jusqu’au bien-fondé de l’unification. Mais ces polémiques ne constituent en rien une anomalie italienne : elles sont le lot de toutes les entreprises de construction des identités collectives à travers la célébration du passé, avec des formes et des degrés divers, qu’il s’agisse de l’âge d’or de la construction des États nationaux au XIXe siècle, des nouveaux États communistes dans l’Europe de l’après-guerre et, à plus forte raison, d’une ère contemporaine partout caractérisée par la remise en cause des identités nationales au profit des appartenances régionales ou supra-étatiques. En retour, ce type de manifestations publiques offre un observatoire idéal de l’interaction entre discours politique, usage du passé, culture de la nation et même contexte international.

  • 4 Ainsi à travers le cas de Bologne : Korner 2009.

4La première question que nous posions aux intervenants concernait la place de l’État dans le dispositif et l’analyse des célébrations civiques. On le sait, l’historiographie de la construction nationale s’est largement construite sur le postulat du caractère « inventé » de la nation et l’existence d’une « communauté imaginée » ou « communauté de communication » destinée à assurer la congruence entre l’unité politique et l’unité culturelle. Dans cette perspective, l’État-Nation qui triomphe au XIXe siècle en Europe occidentale a souvent été considéré comme l’institution qui a assuré avec le plus de succès le rôle de créateur de l’identité nationale, au risque parfois de négliger la diversité des trajectoires d’émergence de chaque État-Nation, mais aussi leurs ratés. Qu’elles s’inspirent des traditions sociologiques durkheimienne, wébérienne ou marxiste, les approches de la construction nationale ont en effet accordé un rôle primordial à l’activité politique (ou publique) et, en premier lieu, à un État qui, en dépit de ses multiples remises en cause, se revendique encore le lieu privilégié autour duquel s’organisent les identités. Pour saisir la diversité des acteurs impliqués dans le processus, ou celle des parcours locaux, communautaires ou individuels, faut-il changer de perspective? Le laboratoire italien offre alors un intérêt d’autant plus grand qu’il est impossible d’ignorer le rôle de la concurrence entre l’État, les régions et les municipalités, mais aussi entre ces dernières, dans la définition d’une identité ou à défaut d’une culture italiennes, et ce depuis la conclusion même du Risorgimento4.

5Le deuxième point de notre réflexion portait sur la fonction intégratrice des pratiques sociales de la célébration. En croisant l’histoire des rituels et des symboles, celle de la construction des identités collectives s’est avant tout intéressée aux usages politiques des fêtes et autres rituels civiques, à travers leur capacité à susciter des émotions et des sentiments d’identification ; bref, du point de vue de l’intégration et de la recherche du consensus. Tout aussi significatifs sont pourtant les processus de sélection et d’exclusion qu’impliquent presque systématiquement les célébrations patriotiques, et les tensions multiples qu’elles engendrent : tensions entre groupes porteurs de visions et de projets concurrents, entre territoires, entre pouvoir central et périphéries ou entre pouvoir et société civile. Deux phénomènes qui inviteraient à enquêter sur l’impact réel de ces manifestations, qui peuvent être vues autant comme des outils de rassemblement et de mobilisation que comme l’enjeu de luttes politico-culturelles. La question de l’adhésion à ces rituels, tacitement admise dans les études sur la pédagogie nationale, mériterait au moins d’être posée plus clairement.

6L’intérêt d’une démarche comparative appliquée aux commémorations civiques ou patriotiques, enfin, n’est guère à démontrer. Notre démarche visait plus précisément à mettre l’accent sur les transferts à l’œuvre entre espaces géographiques ou à travers le temps, ainsi bien sûr que sur les acteurs et supports de ces échanges. La mise en scène des identités collectives ne se fait jamais dans le vide : pèsent sur elle le poids du passé et la comparaison avec ce qui se fait hors des frontières. Peut-être y a-t-il un paradoxe apparent dans l’idée d’instruments destinés à affirmer l’unicité et la continuité de l’identité collective qui ne peuvent se comprendre eux-mêmes qu’à travers des procédés d’emprunts et d’invention permanents. Mais c’est là tout l’intérêt d’un champ qui permet de saisir la dimension transnationale de la construction nationale.

Trois études sur le cadre urbain des célébrations civiques dans l’Italie contemporaine

  • 5 Voir Baioni 2012, p. 152.
  • 6 Voir Gillis 1994.
  • 7 Voir Ory 1992, p 8.

7Le présent dossier rassemble trois études de cas relatives à la célébration de la patrie, notamment à travers la célébration des héros ou de leur geste : Napoléon libérateur de l’Italie (R. Buclon), le Risorgimento et son couronnement unitaire (Th. Renard), enfin les combattants de la Première Guerre mondiale et leur victoire parmi les armées alliées (V. Demiaux). Romain Buclon étudie la circulation, entre Milan et Paris, de projets urbanistiques visant à exalter Napoléon Bonaparte, d’abord honoré dans la capitale cisalpine comme libérateur de l’Italie. On n’est guère éloigné ici des formes de célébration de la gloire dynastique à travers la monumentalité que l’on pouvait observer sous l’ancien régime. Toutefois, comme l’observe l’auteur, il s’agit ici, autant que de célébrer le souverain, de contribuer à l’édification d’une société nouvelle. La contribution de Thomas Renard se place quant à elle au terme de la séquence chronologique qui a le plus suscité l’attention des historiens de la mémoire publique du Risorgimento : partant de l’Unité italienne en 1861 et aboutissant à la célébration de son cinquantenaire en 1911, elle apparaît comme « celle de la fondation et de l’intégration des mythes du Risorgimento dans la mémoire publique de la nation et dans les stratégies de pédagogie patriotique »5. Le travail de Victor Demiaux se situe quant à lui à l’aboutissement de la période classiquement considérée comme le moment de la nationalisation des masses, les commémorations de la victoire interalliée visant notamment à honorer les millions de citoyens mobilisés pour la défense et le triomphe de la patrie. On dispose donc ici de trois études de cas qui illustrent, dans sa version italienne, la généralisation de la notion de mémoire qui, avant le XIXe siècle, était l’apanage de l’aristocratie et du clergé6, et la nature politique du passage de la rétrospection à la célébration, au sens de démarche volontaire par laquelle telle force politique entreprend de réactiver « "aux yeux de tous" (…) un des éléments de sa légitimité (…), l’objectif étant la constitution d’un consensus rétrospectif »7.

  • 8 Voir Brice 2010.

8Thomas Renard étudie l’exposition régionale qui eut lieu à Rome en 1911, dans le cadre d’un faisceau de manifestations constituant, à l’occasion des cinquante ans de l’Unité, la première entreprise publique d’ampleur en matière de célébration de la nation8. En caractérisant « une manifestation particulièrement éclatante des stratégies d’utilisation de l’histoire de l’art à des fins identitaires », il contribue donc à la mise en lumière de la diversité des répertoires utilisés dans le cadre de l’invention des identités nationales. On le sait, l’identité nationale se construit paradoxalement par la combinaison d’idées et de pratiques qui circulent à l’échelle européenne puis mondiale. Victor Demiaux étudie précisément la dimension transnationale des rituels publics à travers la déclinaison, en Italie, de la célébration de la victoire des alliés sur les empires centraux entre 1918 et 1921. Ce caractère transnational, analysé par l’historien, les contemporains en sont eux-mêmes conscients, puisqu’ils comparent les formes de « leurs » rituels publics à celles qui ont cours à l’étranger. Comme le montre Victor Demiaux, la comparaison par la « référence interalliée » suscite en Italie une frustration liée notamment à l’incapacité de manifester le consensus national à travers la célébration glorieuse d’une sortie de guerre victorieuse, à laquelle parviennent en revanche les autres vainqueurs. Enfin Romain Buclon se propose d’étudier un « transfert culturel inversé », une périphérie impériale, Milan, proposant à la capitale napoléonienne, Paris, un modèle urbanistique pour honorer le souverain dont les victoires seules constituent le ciment de sa domination éphémère.

  • 9 Pour une présentation historiographique de cette question, voir Baioni 2012, p. 157.

9L’événement commémoratif ne se lit pas seulement à l’échelle transnationale ni nationale. Au sein de ce dossier, deux articles proposent une approche urbaine qui permet d’analyser la commémoration à travers la monumentalité et le vocabulaire architectural. Ces répertoires de la mise en scène identitaire permettent, précisément, de faire dialoguer plusieurs échelles identitaires : nationale, bien entendu, civique également, avant tout parce qu’une opération monumentale est aussi une œuvre d’urbanisme et occasionne donc des débats à l’échelle municipale de même que la mise en place de programmes édilitaires. L’échelon régional, peut-être inattendu au premier abord, est présent lui aussi, comme le montre Thomas Renard, affirmant que la manifestation, via la déclinaison des pavillons de l’exposition régionale de 1911, de l’unité dans la diversité de l’Italie, contribue à l’invention de traditions artistiques dans des régions qui en étaient dépourvues. On sait que l’exaltation des « petites patries » peut être complémentaire de celle de la grande9, ici on voit comment célébrer la nation permet aussi d’inventer les régions dans le cadre d’un « fédéralisme artistique » qui contribue à contrebalancer dans les faits le choix, par les pères fondateurs de l’Italie unifiée, d’un centralisme à la française. Dans l’article de Victor Demiaux, la monumentalité est moins présente, ou bien c’est une monumentalité par procuration, puisque les soldats italiens défilent sous l’Arc de triomphe parisien le 14 juillet 1919. Reste que la ville est l’écrin où se déploient les trois modalités de la célébration qui sont présentées ici : le programme urbanistique et ses monuments-repères, l’exposition et ses pavillons, enfin la cérémonie, qu’il s’agisse du défilé de la Victoire ou de l’hommage au soldat inconnu. C’est donc dans la ville, qui plus est la capitale (de la république cisalpine, de l’empire français, du royaume d’Italie), sur ses places et ses grands axes que se déploient les rituels publics, et ce selon trois temporalités différentes.

  • 10 Voir La fête de la Fédération : le modèle et les réalités, dans Ozouf 1976, chapitre 2.

10La monumentalité suppose une inscription permanente de la célébration dans le tissu urbain : Romain Buclon montre comment, à Milan, on commémore par le bâti la restauration de la patrie italienne, cependant qu’à Paris, par le jeu du transfert culturel, cette patrie italienne se trouve intégrée dans le système impérial français, autre illustration du « fédéralisme artistique » évoqué par Thomas Renard. Ce dernier envisage quant à lui la commémoration dans une temporalité relativement restreinte, l’exposition régionale étant conçue comme temporaire : ici la pierre fait place au stuc et au bois, dans le cadre de pratiques de consommation des spectacles qui traduisent elles aussi l’entrée de l’Italie dans l’ère des masses. Victor Demiaux, enfin, étudie des formes de célébration patriotiques en elles-mêmes éphémères, même si les débats relatifs à leur (non) organisation couvrent en réalité un arc chronologique de deux à trois ans. La chorégraphie civique n’est certes pas une nouveauté, qu’on songe par exemple à la fête de la Fédération étudiée par Mona Ozouf10. Ici, toutefois, elle est rendue indispensable par la guerre de masse, qu’il faut clore par la mise en scène du retour des combattants et par leur mise en gloire. Comme le montrent les trois articles, célébrer la patrie, commémorer ses héros, permet de clore le temps de la guerre, d’ouvrir le temps de la république régénérée, ou encore de manifester la continuité de l’Italie éternelle, des communes médiévales à la monarchie libérale contemporaine.

  • 11 Voir Baioni 2012.

11Le cadre urbain, surtout dès lors qu’il fait l’objet d’une ingénierie ad hoc, est propice à la mise en scène de la communion nationale. Pourtant, les dispositifs monumentaux et chorégraphiques présentés plus haut sont évidemment pensés par les élites, ce qui pose le problème des rythmes et des limites de la nationalisation des masses. Une partie de l’historiographie italienne insiste sur le caractère élitiste des entreprises de célébration de la patrie au temps de l’Italie libérale, une autre préférant mettre l’accent sur l’intégration partielle des masses, tout en reconnaissant son caractère imparfait11. C’est, encore une fois, une problématique dont les contemporains sont conscients, Victor Demiaux montrant par exemple comment l’associationnisme patriotique cherche à faire de l’inhumation du soldat inconnu une initiative venue d’en bas, afin de matérialiser le caractère interclassiste du sacrifice pour la patrie. Le caractère divergent des rapports qu’entretiennent les élites et les masses à la nation n’est du reste pas spécifiquement italien : Romain Buclon montre ainsi que le projet monumental napoléonien dans sa version parisienne regroupe autour du pouvoir impérial les autorités militaires, savantes et administratives ; au contraire, le Foro Bonaparte de Milan, d’esprit républicain, entend éduquer les citoyens à travers l’accent mis sur des bâtiments culturels.

  • 12 D’après P. Ricœur, « Mémoire empêchée, mémoire manipulée, mémoire obligée », allocution du 13 juin (...)

12Organisées par l’État, en collaboration avec les élites politiques et artistiques, les rituels publics qui nous occupent font aussi l’objet de glissements de sens, d’échecs partiels ou globaux, et de contestations. Dans le cas du Foro Bonaparte, le projet de transfert vers la France n’aboutit pas en raison de l’effondrement de l’empire napoléonien. Cependant le changement de régime à Milan occasionne un réemploi des monuments républicains, l’arc de triomphe devenant un « arc de la paix » illustrant le projet pacificateur des Restaurations. Les célébrations de la victoire interalliée dévient quant à elles vers le rétablissement de l’honneur blessé de l’Italie et, en son sein, de sa fraction interventionniste : il s’agit là de satisfaire une « mémoire empêchée » par les circonstances12, en l’occurrence les troubles sociaux du biennio rosso. L’étude de Thomas Renard, en revanche, montre comment un « échec relatif » dans l’immédiat, faute de moyens et de programme précis en matière de prescription identitaire, peut déboucher sur une certaine efficacité en matière d’articulation du local et du national, et donc d’élaboration d’un creuset patriotique.

Haut de page

Bibliographie

Baioni 2012 = M. Baioni, Mémoires publiques du Risorgimento dans l’Italie libérale, dans Revue d’histoire du XIXe siècle, 44, 1, 2012, p. 151-161.

Banti 2011 = A. M. Banti, Sublime madre nostra : la nazione italiana dal Risorgimento al fascismo, Rome, 2011.

Brice 2010 = C. Brice, Il 1911 in Italia. Convergenza di poteri, frazionamento di rappresentazioni, dans Memoria e ricerca, 34, mai-août 2010, p. 46-62.

Cottret - Henneton 2010 = B. Cottret, L. Henneton, (dir.), Du bon usage des commémorations. Histoire, mémoire et identité XVIe-XXIe siècle, Rennes, 2010.

Craveri 2008 = P. Craveri, Régimes politiques, État et nation en Italie, dans Vingtième siècle, 100/4, 2008, p. 87-96.

Garcia 2000 = P. Garcia, Le Bicentenaire de la Révolution française : pratiques sociales d’une commémoration, Paris, 2000.

Gillis 1994 = J. R. Gillis, (dir.), Commemorations. The Politics of National Identity, Princeton, 1994.

Korner 2009 = A. Korner, Politics of culture in liberal Italy : from unification to fascism, New York, 2009.

Ory 1992 = P. Ory, Une nation pour mémoire. 1889, 1939, 1989, trois jubilés révolutionnaires, Paris, 1992.

Ozouf 1976 = M. Ozouf, La fête révolutionnaire, 1789-1799, Paris, 1976.

Pécout 2008 = G. Pécout, L'Italie est-elle née et a-t-elle grandi contre les Italiens?, dans Vingtième siècle, 100/4, 2008, p. 97-101.

Haut de page

Notes

1 Voir, à ce sujet, les visions contraposées de Piero Craveri et Gilles Pécout (Craveri 2008, Pécout 2008).

2 Pour emprunter au sous-titre de l’étude que Patrick Garcia a consacrée au bicentenaire de la Révolution française (Garcia 2000).

3 Cette critique a été notamment exprimée par Alberto Mario Banti, le principal artisan de la redécouverte historiographique du sentiment national (Banti 2011).

4 Ainsi à travers le cas de Bologne : Korner 2009.

5 Voir Baioni 2012, p. 152.

6 Voir Gillis 1994.

7 Voir Ory 1992, p 8.

8 Voir Brice 2010.

9 Pour une présentation historiographique de cette question, voir Baioni 2012, p. 157.

10 Voir La fête de la Fédération : le modèle et les réalités, dans Ozouf 1976, chapitre 2.

11 Voir Baioni 2012.

12 D’après P. Ricœur, « Mémoire empêchée, mémoire manipulée, mémoire obligée », allocution du 13 juin 2000 à la Sorbonne, citée dans Cottret et Henneton 2010, p. 9.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Fabrice Jesné et Simon Sarlin, « Présentation », Mélanges de l’École française de Rome - Italie et Méditerranée modernes et contemporaines [En ligne], 125-2 | 2013, mis en ligne le 27 janvier 2014, consulté le 23 mars 2017. URL : http://mefrim.revues.org/1476 ; DOI : 10.4000/mefrim.1476

Haut de page

Auteurs

Fabrice Jesné

Université de Nantes, CRHIA - fabrice.jesne@univ-nantes.fr

Articles du même auteur

  • Introduction [Texte intégral]
    Paru dans Mélanges de l’École française de Rome - Italie et Méditerranée modernes et contemporaines, 128-2 | 2016

Simon Sarlin

Université d’Aix-Marseille, Telemme-CNRS - simon.sarlin@gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© École française de Rome

Haut de page
  • Logo École française de Rome
  • Revues.org