Navigation – Plan du site
Commémorations et célébrations civiques dans l’Italie contemporaine

Dov'è la vittoria ?
Le rôle de la référence interalliée dans la construction rituelle de la sortie de guerre italienne (1918-1921)

Victor Demiaux

Résumés

Cet article envisage la dimension transnationale de la construction des grandes cérémonies de sortie de la Première Guerre mondiale en Italie. Alors que la période même de la guerre voit le développement de rituels publics mettant en scène l'alliance, l'année 1919 et les divergences entre vainqueurs constituent à cet égard une rupture. Pourtant, les débats publics qui se développent autour de la question de l'organisation d'une fête de la victoire puis de l'inhumation d'un Soldat inconnu demeurent marqués par la référence aux pratiques rituelles des nations alliées. Les modalités de la permanence d'une référence interalliée, issue de la culture de guerre des années 1915-1918, invitent ainsi à prendre en considération la part non-italienne de ce moment de l’histoire italienne.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Pour une réflexion sur la possibilité d'une histoire de la Grande Guerre écrite par-delà les limite (...)
  • 2 La tradition historiographique d’étude des rituels publics, largement liée aux questionnements sur (...)
  • 3 Nous entendons ici ce terme d'une façon délibérément large, ainsi que le proposent Irie et Saunier (...)

1 Comme l’ont récemment rappelé Antoine Prost et Jay Winter, les historiens ont essentiellement étudié la Grande Guerre dans des perspectives nationales. Pourtant, l'intérêt historiographique récent pour les phénomènes transnationaux constitue un puissant appel à ne pas négliger l'intense circulation d'idées et d'influences culturelles dont ce conflit fut l’occasion1. Appliquée à l'étude des rituels publics2, cette affirmation invite à appréhender la Grande Guerre comme un terrain d'observation particulièrement approprié pour mettre en valeur ce qui, dans la production de ces rituels, relève de circulations transnationales, c'est-à-dire de logiques excédant un cadre national que ces cérémonies ont précisément pour fonction d'affirmer3.

  • 4 À ce titre, la présente recherche s'inscrit dans la réflexion sur les démobilisations culturelles i (...)
  • 5 Benedict Anderson, le premier, a souligné le caractère modulaire du fait national, la nation se con (...)

2 C'est dans une telle perspective d'histoire transnationale que nous nous proposons d'aborder ici l'histoire complexe des grands rituels nationaux qu'organisa l'État libéral italien entre 1918 et 1921 (de la victoire à l'inhumation du Soldat inconnu) pour clore symboliquement la Grande Guerre4. Car une part fondamentale de la façon dont fut posée publiquement la question de la célébration de la victoire et de la fin de la guerre en Italie se joua dans un cadre qui n'était pas strictement italien, impliquant transferts culturels, circulations de pratiques et croisements de regards nationaux. Certes, la construction des répertoires de l’imaginaire national a constitué, depuis le XVIIIe siècle au moins, un phénomène fondamentalement transnational5. Il nous semble toutefois que la Grande Guerre représente dans cette longue histoire de la nationalisation des sociétés européennes un moment particulier, qui voit la radicalisation de logiques préexistantes. En ce sens, le caractère transnational du processus qui nous occupe ici s'enracine dans la Grande Guerre elle-même, lorsque se cristallisa une certaine façon de rapporter la situation italienne à la situation de nations étrangères et, en l'occurrence, à la situation des nations alliées.

  • 6 Nous nous référons ici à la notion de culture de guerre définie comme « le champ de toutes les repr (...)

3 La notion de « référence interalliée » constituera le fil directeur de notre raisonnement. Son objet est de mettre en valeur la façon dont l'interprétation par les Italiens de la participation de leur pays à une guerre d'alliance entre 1915 et 1918 fut productrice d'effets nouveaux dans le champ politique italien, y compris au-delà de 1918. Elle s'inscrit donc, d'abord, dans les représentations que les contemporains se firent du conflit, c'est-à-dire dans la culture de guerre6, avant de déboucher sur l'exigence de reproduction en Italie de pratiques observées dans les pays alliés. Sans préjuger de l'appropriation effective de ces représentations, on discernera deux sens, ou plutôt deux déclinaisons successives, de la notion de référence interalliée. Tout d'abord, celui d'une communauté des alliés, engagée dans une lutte pour le « droit » et la « civilisation » envisagés comme des valeurs universelles permettant d'attribuer une unité à l'agrégation de guerres nationales qui composent la Grande Guerre. Ainsi se comprend la production de représentations (images, cérémonies, discours) d'une sphère interalliée. La référence interalliée constitue dans le même temps un répertoire de modèles, d'exemples de pratiques dans lequel chaque acteur de la mobilisation pour l'effort de guerre (et notamment chaque État belligérant) peut légitimement puiser pour apporter des solutions à des problèmes qui se posent à tous de façon à peu près similaire, la guerre totale et ses corollaires (mobilisation économique et culturelle, traitement de la mort de masse, etc.) constituant assurément le socle d'une expérience commune. Légitimement, parce qu’il s’agit de s’inspirer d’alliés, qui échappent à ce titre à la diabolisation typique des cultures de guerre de 14-18.

4 Mais la référence interalliée, présentée ici comme un idéal plein, continue selon nous à agir d'une certaine façon en Italie alors même que l'idée d'une communauté des alliés a volé en éclats en 1919. C'est pour rendre compte de ce phénomène qu'il est utile de distinguer la deuxième déclinaison de cette notion et de comprendre la référence interalliée comme l'établissement d'un étalon constitué par les pratiques en cours chez les autres alliés et à l'aune duquel est évaluée la situation nationale, comme une suggestion constante de ce qui doit être, de ce que doit être la nation. À travers la distinction présentée ici, nous voulons donc envisager la façon dont l'idéal interallié continua à faire sentir ses effets sur la construction de la ritualité publique en Italie alors même que les aléas du règlement diplomatique de la paix en 1919 l'avaient largement vidé de son sens.

5 Plus qu'à une histoire systématique de la ritualité publique italienne de la sortie de guerre, c'est donc une mise en valeur de la part non-italienne de cette histoire italienne qui nous occupera ici. Nous présenterons donc d'abord l'essor de la mise en scène de l'alliance à travers les cérémonies publiques en Italie au cours de la guerre, avant de questionner le moment de bascule de l'été 1919 et le regard italien porté sur les grandes cérémonies de la victoire organisées à l'étranger. Nous verrons, enfin, dans quelle mesure le modèle constitué par les pratiques des alliés détermina l'organisation de la fête de la victoire et de l'enterrement du Soldat inconnu dans leur version italienne.

Célébrer les nations en guerre : l'essor de la ritualité interalliée dans la Grande Guerre

  • 7 Le Président Wilson avait tenu à ce que les États-Unis d'Amérique prennent part à la guerre au titr (...)

6 Durant la Grande Guerre émergea progressivement une activité rituelle publique tendant, dans les pays regroupés autour de la Triple Entente et des États-Unis d'Amérique7, à célébrer les autres pays alliés, voire la communauté interalliée dans son ensemble. Cette activité prit certes des formes spécifiques sous l'effet du contexte propre à chacun des pays alliés. Sans doute, tous les États ne mobilisèrent-ils pas de la même façon et avec le même enthousiasme l'idée d'une communauté interalliée, relayant ainsi les différences qui pouvaient exister entre les cultures de guerre nationales. Pourtant, d'une manière générale, deux phases distinctes semblent se dessiner au cours de la guerre, la dernière année de guerre constituant à cet égard un tournant.

  • 8 Le Petit parisien, 25 juin 1915, p. 2 : « La fraternité franco-italienne célébrée au Trocadéro ».
  • 9 Horne et Kramer 2005.

7 Au moment de l'entrée en guerre italienne du 24 mai 1915, des célébrations sont organisées dans les autres pays alliés. À Paris, le 24 juin 1915, se déroule une « fête de l'amitié franco-italienne » à laquelle prennent part les autorités politiques, dont le Président de la République8. Il ne s'agit alors nullement d'une nouveauté puisque, depuis août 1914, de telles solennités sont courantes pour honorer d'autres pays alliés, au premier rang desquels la Belgique, dans la mesure où son image de pays martyr, victime des « atrocités allemandes » constitue une pièce essentielle de la culture de guerre comme ensemble de représentations communes aux diverses cultures de guerre nationales9. Ces manifestations s’inscrivent toutefois aussi dans une histoire plus longue qui remonterait au moins aux célébrations de l’amitié franco-russe dans les années 1890, voire à la mise en scène publique des visites réciproques de Victoria et de Napoléon III en 1855. C’est presque ici le temps de la construction des identités nationales évoquées précédemment que l’on retrouve, la Grande Guerre venant encore une fois catalyser un phénomène préexistant en démultipliant le recours à la fête publique. Dans une large mesure, ce type de célébrations dessine un modèle qui diffère de celui qui apparaîtra en 1918. Il s'agit souvent de réceptions officielles qui tiennent parfois davantage de l'occasion mondaine (galas de charité, concerts, messes, dîners impliquant les représentations diplomatiques) que de la liturgie politique. Souvent, également, ces célébrations dérivent de pratiques de sociabilité liées depuis le siècle précédent à la promotion de l'amitié binationale. En effet, les acteurs qui les mettent en place sont souvent liés à des associations telles que la « Ligue pour l'amitié franco-italienne », fondée en 1888. De la même manière, les dates retenues font souvent référence à l'histoire commune des deux nations en question. La date du 24 juin 1915 est ainsi celle de l'anniversaire de la bataille de Solferino, déjà célébrée avant la guerre par la Ligue franco-italienne, mais qui jouit désormais de l'investissement des plus hautes autorités de l'État. De sorte que le phénomène qui se développe jusqu'en 1917 s'inscrit à la frontière entre sociabilité mondaine et célébrations publiques des nations en guerre.

  • 10 Ridolfi 2003, p. 93-95.
  • 11 Rodd 1925, p. 289. R. Rodd, Social and Diplomatic Memories, vol. 3, Londres, 1925.
  • 12 Ibid., p. 395.
  • 13 Ibid., p. 359.
  • 14 Ibid., p. 361.

8 Au cours des derniers mois de la guerre, ce modèle tend à laisser place à des cérémonies célébrant la communauté interalliée en tant que telle. Ainsi, en 1918, pour la première fois, d'importantes célébrations sont organisées dans l'ensemble de l'Italie, sous l'égide du gouvernement, à l'occasion des fêtes nationales américaine et française10. Le 14 juillet, notamment, est fêté avec une insistance toute particulière à Milan, siège du commandement des troupes françaises opérant dans le pays. Dans de nombreuses autres villes, des défilés militaires de troupes françaises et italiennes (souvent accompagnées de contingents d'autres armées alliées) sont organisés, suivis de discours commémorant la prise de la Bastille. Les mémoires de l'ambassadeur britannique auprès du gouvernement italien témoignent de cette utilisation de la mise en scène publique du rôle des nations alliées à l'Italie dans la guerre. Avant 1918, Rennell Rodd ne mentionne que la visite du Premier Ministre britannique, Asquith, à Rome en mars 191611. La dernière année de la guerre, quant à elle, s'avère riche de toute une série de manifestations et de visites officielles soigneusement ritualisées : cérémonie interalliée organisée au Colisée le 6 avril, à l'occasion de l'anniversaire de l'entrée en guerre américaine12, visite du Prince de Galles pour les célébrations de l'anniversaire de l'entrée en guerre italienne, le 24 mai13, visite des United guards bands en août14, s'ajoutent aux célébrations déjà évoquées pour rappeler au public italien le caractère commun de la guerre menée.

  • 15 Gibelli 1998, p. 308-313.
  • 16 Il Popolo d'Italia, éditorial du 14 juillet 1918.
  • 17 Archivio Centrale dello Stato (dorénavant A.C.S.), fonds « Presidenza del Consiglio dei Ministri » (...)
  • 18 Bibliothèque de Documentation Internationale Contemporaine (Nanterre), fonds « Guerre mondiale 1914 (...)

9 Cette inflation célébrative interalliée en Italie trouve une première explication dans le contexte proprement italien. Les célébrations de l'été 1918 s'inscrivent dans l'intense effort de pédagogie et de remobilisation patriotique lancé par le gouvernement après le désastre de Caporetto en octobre 1917.. On sait que, plus largement, cette action traduit et relaie une véritable automobilisation dont le foyer est constitué par les classes moyennes et bourgeoises15. Ainsi, Mussolini, dans l'éditorial du Popolo d'Italia du 14 juillet 1918, affirme que c'est dans les colonnes de ce même journal qu'est née l'idée de célébrer la fête nationale française,avant qu'elle ne soit récupérée et mise en application par le gouvernement16. Quoi qu'il en soit de la véracité de cette revendication, l'essentiel est que la figure de proue du courant interventionniste qu'est Mussolini s'empare activement de ces solennités, en en forgeant et en diffusant une interprétation originale. Situé également dans la mouvance de l'associationnisme patriotique né en réaction à la débâcle de Caporetto, le Comitato di Resistenza interna de Lucques fournit un autre exemple ponctuel de l'activisme déployé par un certain nombre de groupes issus principalement des classes moyennes et bourgeoises italiennes. Le 22 juillet 1918, le Comitato écrit directement au gouvernement pour dénoncer l'absence d'exposition du drapeau français sur les bâtiments publics le jour de la fête nationale française. Il insiste en outre pour que des ordres soient envoyés au préfet afin que l'on pavoise bien le 4 août 1918, jour de l'anniversaire de l'entrée en guerre de la Grande-Bretagne17. Ce dernier point est significatif de la volonté d'exalter non pas seulement une amitié bilatérale mais bien la communauté interalliée. En effet, alors que l'on a fêté à un faible intervalle les États-Unis et la France, célébrer l'entrée en guerre britannique permet d'inclure en un même cycle célébratif le troisième grand pays allié, lequel ne possède par ailleurs pas de fête nationale propre. Toujours en 1918, à Gênes et à Naples se constituent dans les milieux bourgeois des comités pour l’organisation de cérémonies interalliées18. Ce qui est ici remarquable est que ces initiatives se caractérisent autant par leur origine étatique que par leur appropriation de la part de divers groupes sociaux et politiques.

  • 19 Il Popolo d'Italia, 14 juillet 1918, « Francia eterna » (signé « Virita »), p. 1.
  • 20 La bibliographie consacrée à la présence des alliées en Italie est peu abondante et surtout consacr (...)

10 La multiplicité des acteurs impliqués dans l'inflation célébrative de la fin de la guerre (gouvernement, mais aussi organes de presse et associations privées) rend ainsi bien difficile l'attribution d'une fonction claire et univoque à ces productions symboliques. D'autant que rien ne garantit que les diverses réceptions des célébrations ne correspondent aux souhaits de l'acteur qui les met en œuvre au premier chef, c'est-à-dire l'État. Un article du Popolo d'Italia interprète ainsi à sa manière la célébration de la fête nationale française en Italie : « le 14 juillet en cette heure tragique est une date historique : elle marque la volonté et la fatalité de notre Victoire. La Victoire de l'Humanité, pour la France, avec la France, pour l'Humanité19 ». La comparaison, qui suit ces paroles, entre l'Allemagne et la Bastille, indique clairement la perspective dans laquelle le journal interventionniste a pu adhérer à l'idée d'organiser des cérémonies pour fêter le 14 juillet. Il s'agit à tout le moins d'affirmer dans l'espace public une certaine interprétation du sens de la guerre. La célébration des alliés, et notamment des démocraties issues de révolutions, prétend alors insérer la guerre menée par la nation italienne pour l'achèvement du Risorgimento dans une eschatologie révolutionnaire et émancipatrice. S'il est douteux qu'une telle présentation ait correspondu précisément aux vues du gouvernement italien, il est probable que l'importation de fêtes nationales en 1918 ait présenté l'avantage d'être suffisamment polysémique pour faire l'objet d'une appropriation par différents secteurs de l'opinion italienne. La forte présence du discours de célébration de la communauté interalliée dans l'espace public italien en 1918 ne fait en tout cas guère de doute. Par ailleurs, au-delà de l'attribution d'un sens mobilisateur à la guerre, le déploiement spectaculaire de troupes étrangères a peut-être d'abord pour objectif de montrer à la population que l'Italie ne combat pas seule. Ce souci de soutenir la confiance dans la victoire prochaine trouve opportunément dans la présence de troupes françaises et britanniques envoyées en renfort après Caporetto une invitation à la multiplication des hommages de reconnaissance interalliés dans le contexte critique des violentes offensives déclenchées par les Empires Centraux à partir de mars 191820.

  • 21 A.C.S., P.C.M., 1918, fascicolo 13.1, « Festa nazionale americana 4 Luglio. Festeggiamenti » : Orla (...)
  • 22 Archivio dell'Ufficio dello Stato Maggiore dell'Esercito, fonds F-3, Carteggio sussidiario prima gu (...)

11 Mais l'organisation de ces célébrations de l'unité interalliée s'inscrit également dans le cadre des relations diplomatiques et symboliques entre États alliés en 1918. Les archives italiennes permettent, en effet, de constater que chaque État est contraint de s'aligner sur les pratiques de ses partenaires. Le gouvernement français a organisé des célébrations pour le 4 juillet 1918, ce qui décide les gouvernants italiens à célébrer également l'Independence Day états-unien. De même, sans qu'il soit aisé de déterminer si cette initiative précède ou bien suit la décision italienne de fêter le 14-Juillet, le gouvernement français demande la présence à Paris, à l'occasion de la célébration parisienne de la fête nationale, d'un contingent de troupes italiennes combattant sur le front de Champagne. C'est donc également une logique protocolaire qui déclenche une série d'hommages interalliés21. Car célébrer les fêtes nationales des alliés relève aussi de l'activité diplomatique, ainsi que l'illustre la participation du Sénateur français Bérenger, italophile convaincu et partisan déclaré dès avant 1914 d’un rapprochement franco-italien, aux célébrations officielles à Milan le 14 juillet. En organisant ces manifestations, les gouvernements ne s'adressent pas uniquement à leur propre population, mais produisent également un discours symbolique à destination des autres pays alliés, de leurs gouvernants comme de leurs opinions publiques. Au-delà des impératifs protocolaires propres à l'art diplomatique, chaque gouvernement allié cherche aussi, en 1918, à susciter la bienveillance de ses homologues. Car au sein de la coalition, les frictions, pour être cachées au public, n'en sont pas moins réelles, notamment au sujet de la répartition entre front occidental et front méridional, des troupes américaines qui commencent alors à affluer en Europe22, mais aussi au sujet de l'échange de troupes entre les deux fronts, au gré des offensives qu'y déclenchent alternativement les Empires Centraux. Paradoxalement, ces tensions participent au mouvement d'inflation généralisée de la ritualité interalliée dont l'une des fonctions est également d'atténuer, de contrebalancer, ou au moins d'occulter les divergences portant sur la conduite de la guerre.

  • 23 Au-delà de la presse de grande diffusion, dont les tirages massifs sont connus, la quantification d (...)
  • 24 Pour des réflexions pionnières sur ce thème, voir Mosse 1975, p. 73-126.

12 Le rituel public ne fut certes pas le seul canal de diffusion du discours de l'unité interalliée : drapeaux, hymnes nationaux, portraits des chefs d'État et des généraux des différents pays furent reproduits en abondance au cours de la guerre dans la presse, sur des affiches, sur des objets de consommation courante, sur des cartes postales, entre autres23. En somme, les groupes constituant le socle de la culture de guerre italienne, notamment l'État et les associations de citoyens automobilisés, recoururent aux outils éprouvés de l'intégration nationale des masses24. Ainsi l'imagerie interalliée fut-elle associée aux imageries patriotiques existantes et prit-elle place dans l'ensemble des représentations constituant la culture de guerre. En un sens, la montée en puissance de la symbolique interalliée répondait au besoin de représenter un conflit qui ne cessa de se mondialiser, en même temps sans doute qu’à la reconfiguration de l’alliance après le retrait de la Russie et l’entrée en guerre des États-Unis. Dans ce contexte, la spécificité du rituel public parmi les autres vecteurs de diffusion de l'idéal interallié réside peut-être dans le fait qu'il est censé représenter directement le pouvoir d'État qui le contrôle et, par extension, la nation même. Cet enjeu identitaire peut expliquer l'intensité des débats liés aux célébrations de la sortie de guerre.

La référence interalliée face à la « victoire mutilée »

13 À la fin de la guerre s'était ainsi constitué un espace célébratif interallié, caractérisé par une attention constante, de la part des gouvernements mais aussi dans le public, à l'égard des politiques symboliques des autres pays alliés, et même par l'organisation de célébrations conjointes de soi et des alliés. Qu'en fut-il après les armistices de novembre 1918, alors que les combats avaient cessé, privant du même coup ces pratiques de célébrations interalliées d'une partie de leur justification ? L'observation des pratiques symboliques de l'État italien au cours des premiers mois de cette nouvelle période suggère un constat nuancé. Les autorités italiennes ne semblent guère avoir été désireuses de prolonger les célébrations de l'unité interalliée au-delà de la cessation des combats. Elles ne cherchèrent pas plus à s'inspirer des pratiques rituelles mises en œuvre par les autres gouvernements. Ainsi, moins d'une semaine après l'armistice signé avec l'Autriche-Hongrie à la Villa Giusti le 4 novembre, le roi Victor Emmanuel III se rend à Trieste, symbole (avec Trente) des terres irrédentes. Son retour à Rome, où il est accueilli par le gouvernement et acclamé par la population, constitue la conclusion du déplacement du monarque. Ce rituel de souveraineté semble avoir été accompli dans une certaine hâte, notamment si on le compare avec la visite triomphale de Poincaré et de Clemenceau en l'Alsace-Moselle reconquise, trois semaines après l'armistice. Peut-être voulut-on renforcer l'image d'une victoire obtenue par les seules forces de l'Italie et dont on cherche, autant que possible, à découpler la célébration de celles qu'organiseront les autres pays, à un moment où les autorités italiennes étaient parfaitement conscientes de l'imminence de la signature d'un armistice sur le front occidental. Sans doute s’agissait-il dans le même temps de convaincre les alliés et leurs opinions publiques du caractère italien d’une ville de confins, dans la perspective des négociations de paix à venir.

  • 25 Suivant les autres gouvernements alliés, Orlando décida que le 28 novembre 1918 serait déclaré féri (...)

14 Pourtant, la proposition lancée par le Président Wilson de faire du 28 novembre 1918 (date du Thanksgiving états-unien) un jour de prière en remerciement de l'obtention de la victoire dans l'ensemble des pays alliés indique la persistance de l'espace célébratif interallié. Comme au mois de juillet précédent, l'attitude du président du Conseil Orlando témoigne d'une volonté de s'inspirer de la façon dont le gouvernement français avait réagi à cette proposition, avant d'accepter finalement de la reprendre. La logique diplomatique exige alors que l'on évite de mécontenter un partenaire essentiel dans les complexes négociations de paix qui s'annoncent, même si aucun enthousiasme n'est manifesté pour le projet de Wilson. De sorte que des considérations de politique étrangère conduisent paradoxalement le gouvernement à adopter des décisions de politique symbolique dont le contenu lui est largement indifférent. Si la proposition wilsonienne semble s'inscrire de façon cohérente dans la diplomatie internationaliste, il est beaucoup moins évident que le gouvernement italien ait désiré entretenir de façon délibérée l'idéal interallié qui avait pu servir à soutenir le moral chancelant de la population quelques mois auparavant. Il n'en demeure pas moins que décréter que le 28 novembre 1918 serait un jour de prière pour la victoire remportée par tous les alliés revient alors à entretenir dans l'opinion italienne l'idée d'appartenance à un ensemble transnational qui a été forgée au cours de la Grande Guerre25.

  • 26 Voir Alatri 1976, Cattaruzza 2007. Sur la crise adriatique envisagée à partir des relations franco- (...)
  • 27 Albanese 2009.
  • 28 Burgwyn 1993.
  • 29 Archivio storico-diplomatico del Ministero degli Affari esteri, fonds « Conferenza della Pace », bu (...)

15 La crise diplomatique aigüe qui opposa les représentants italiens à la Conférence de la Paix de Paris, à partir d'avril 1919, à ceux des pays alliés autour de la question adriatique et, notamment, du statut de la ville de Fiume allait en revanche remettre gravement en cause la persistance de la référence interalliée26. L'historiographie désigne couramment la violente réaction qui parcourut alors une partie de l'opinion italienne en faisant référence à l'expression de « victoire mutilée »27. C'est d'abord sur le plan diplomatique que la victoire aurait été mutilée28, donnant naissance à une frustration intense et à une profonde amertume envers les alliés. Les indices ne manquent pas de ce retournement. Au-delà du seul traitement par la presse de la crise diplomatique, la présence de troupes françaises en Italie, alors qu'elle a été l'année précédente le support du déploiement célébratif de l'union interalliée, est parfois l'occasion d'affrontements violents29. On serait dès lors tenter de penser que la référence interalliée s'est complètement dissoute.

16 C'est pourtant ce que remet en cause l'étude du regard italien porté sur les grandes fêtes de la victoire organisées à Paris, Londres et Bruxelles en juillet 1919, immédiatement après la signature, elle aussi hautement ritualisée, du Traité de Versailles. Ces célébrations, liées au premier et plus important des traités auxquels devait aboutir la Conférence de la Paix, déploient des programmes organisés autour de la symbolique interalliée autant que des imageries nationales spécifiques. C'est notamment vrai de la fête de la victoire parisienne. Quinze jours seulement après la signature du Traité de Versailles, ce grand rite de passage de la guerre à la paix voit ainsi défiler des contingents de troupes de tous les pays alliés sous l'Arc de Triomphe dans une ville pavoisée de tous les drapeaux nationaux, conformément aux canons de l'imagerie diffusée massivement au cours du conflit. Paris jouit d'ailleurs en lui-même d'une position symbolique centrale dans les imaginaires et les récits portés par les cultures de guerre. Ville martyre, soumise à la menace d'invasion et aux bombardements allemands quelques mois avant l'ouverture de la Conférence de la Paix, c'est désormais une ville victorieuse dont la tenue des négociations en vue du traité de paix à partir de janvier 1919 vient encore renforcer le primat symbolique. De sorte que la dramaturgie de la Fête de la Victoire parisienne se charge d'une portée émotionnelle immense bien au-delà du cadre national français.

  • 30 La Domenica del Corriere, 27 juillet 1919.

17 L'intense couverture par la presse italienne, et notamment par la presse illustrée, des fêtes de la victoire parisienne (14 juillet 1919), londonienne (19 juillet) et, d'une façon moindre, bruxelloise (21 juillet) fournit une indication suggestive de cette persistance de la référence interalliée en Italie même. L'Illustrazione italiana consacre ainsi la quasi-totalité de son numéro du 20 juillet 1920 à la fête parisienne. Elle fait de même le 27 pour le Peace Day londonien du 19 juillet. L'intérêt porté aux cérémonies publiques organisées par les autres pays qui combattaient du côté de l'Italie au cours de la guerre s'avère donc intact. Il est surtout frappant de constater à cette occasion que la thématique de la « victoire mutilée » se révèle beaucoup moins présente que l'on ne pourrait s'y attendre. L'importance de la couverture médiatique de la fête de la victoire parisienne traduit encore une fierté pour l'appartenance de l'Italie à l'alliance victorieuse. La Domenica del Corriere évoque ainsi l'apothéose de la victoire à Paris et expose en couverture un dessin représentant les troupes italiennes défilant sur les Champs-Elysées30. La présence, à l'arrière-plan, de l'Arc de Triomphe signifie le cadre urbain de la capitale française en même temps qu'elle renvoie à l'iconographie néo-classique de la victoire. De même, dans l'Illustrazione italiana, aucun signe de ressentiment n'est manifesté et les photographies illustrent abondamment la participation des troupes italiennes. S'il est certain que l'idée d'une communauté imaginée interalliée est désormais fortement ébranlée, le constat qui précède suggère pourtant que la référence interalliée n'a pas disparu dans l'ensemble de ses composantes et qu'elle continue de structurer la façon dont est représentée la participation italienne à la guerre. Ce que nous indique la couverture de la Fête de la victoire par la grande presse illustrée, c'est qu'il n'est sans doute pas pensable, en juillet 1919, de révoquer intégralement une idée qui a constitué une composante importante de la culture de guerre italienne.

18 C'est cette situation de tension entre, d'une part, un attachement à l'un des cadres culturels constitutifs de l'expérience de guerre et, d'autre part, la logique d'un ressentiment devant la frustration d'attentes portées par l'opinion nationaliste que donnent également à voir d'autres regards portés par des Italiens sur la fête de la victoire parisienne. Les écrits contemporains de deux diplomates traduisent bien cette coexistence d'attitudes radicalement différentes face à la Fête de la victoire parisienne, au sein d'un même milieu social, voire d'un même milieu professionnel. L'expression d'une profonde désillusion, voire d'un sentiment de haine à l'égard des alliés, s'exprime sous la plume de l'ambassadeur à Londres, Guglielmo Imperiali. Le 14 juillet, ce dernier écrit ainsi dans son carnet des lignes qui s'accordent avec l'idée d'une victoire mutilée :

  • 31 Campochiaro 2006, p. 656. [Je traduis les citations. V. D.]

Pourquoi mon Italie doit-elle être la seule à ne pas encore pouvoir célébrer sa victoire, grande, complète, magnifique ? Il n'y a vraiment pas de raison d'éprouver de la sympathie pour les alliés et associés (Dieu les confonde et les punisse) qui nous empoisonnent la victoire31.

19 Délégué italien à la conférence de la paix, Silvio Crespi exprime dans son journal intime un sentiment parfaitement inverse, fait de référence explicite à la communauté interalliée ainsi que d'adhésion enthousiaste à la fête française :

  • 32 Crespi 1937, p. 173-175.

14 juillet. Fête nationale de la France, et fête interalliée de la victoire. Fête vraie et profondément ressentie pour tous ceux qui ont travaillé à la victoire. Personne, dans ma famille, n'est resté à la maison, à l'exception de mon père, qui a plus de quatre-vingts ans. Je peux donc moi aussi faire la fête32.

20 Même la lecture du Popolo d'Italia traduit une certaine ambivalence. Le 13 juillet 1919, Giuseppe Ungaretti considère que « l'Italie a pour la France le sentiment amer d'un grand amour cruellement déçu ». Mais on trouve dans le même journal des allusions indiquant que l'état d'esprit de l'année précédente, l'exaltation de la fraternité latine (laquelle a constitué une des déclinaisons de l'esprit interallié), n'a pas complètement disparu. Le 16 juillet, l'éditorial précise ainsi :

  • 33 Il Popolo d'Italia, 16 juillet 1919, p. 3 : « Francia e Italia » (signé Gian Capo).

Nous ne sommes pas indifférents aux manifestations de sympathie exprimées par le peuple et par la presse française à nos troupes qui, à Paris, ont participé à la célébration de la victoire. Notre vieux cœur latin ardent et généreux […] n'est pas insensible, mais il ne s'abandonne plus aux faciles enthousiasmes33.

21 Un dernier type de réaction aux cérémonies alliées de la victoire révèle la puissance de suggestion, et éventuellement de mobilisation, qu'exercèrent ces dernières sur une partie du public italien. Dans son journal, le jeune Mario Piazzesi rapporte des paroles prononcées par un capitaine des arditi au cours d'un dîner rassemblant officiers d'active et officiers de complément à peine démobilisés :

  • 34 Piazzesi 1981, p. 50. M. Piazzesi, Diario di uno squadrista toscano, 1919-1922, Rome, 1981. Je reme (...)

Tu as vu ce que font les Français ? Sous l'Arc de Triomphe à Paris, les troupes victorieuses ont défilé au milieu de l'exultation d'un peuple orgueilleux. Et chaque ville, chaque pays a accueilli ses troupes dans une atmosphère d'apothéose. Comme l'ont fait aussi les Anglais, les Belges, les Américains et tous les autres. Même les Allemands ont donné la mesure de la solidité de leur peuple en acclamant les troupes qui défilaient sous la Porte de Brandebourg. C'est donc le peuple tout entier, gouvernement en tête, qui a récompensé ses soldats héroïques bien que défaits et les a accueillis avec l'amour et le respect qui leur était dus. Et nous qui avons, à nous seuls, détruit l'un des plus grands empires de l'Histoire et qui nous sommes épuisés dans une épopée gigantesque, nous avons été renvoyés chez nous toutes lumières éteintes et sur la pointe des pieds34.

  • 35 La notion d'économie morale de la démobilisation est employée par Bruno Cabanes pour rendre compte (...)
  • 36 Piazzesi 1981, p. 50.
  • 37 Ibid.

22 Le sentiment d'humiliation et d'indignation évoqué ici résulte d'une situation qui ne répond pas aux exigences de l'économie morale de la démobilisation nécessaire à la réintégration satisfaisante des combattants35. A côté d'exigences matérielles déçues, ce sont également les conditions symboliques de la démobilisation des combattants qui provoquent les récriminations. La référence interalliée se trouve ici mobilisée au titre d'étalon à l'aune duquel est mesuré ce que devraient être les conditions symboliques d'une démobilisation idéale, qui assurerait les combattants de la gratitude des civils qu'ils ont défendus. Bien que nulle mention de la « victoire mutilée » ne soit faite sous la plume de Piazzesi, une exclamation indignée prononcée par le même ardito y fait écho : « marche sur Vienne : rien ; affirmation de la victoire : rien ; colonies : rien ; Fiume : rien ; indemnités : rien ; rien de rien36». Apparaît ici en creux l'image d'une sortie de guerre rêvée dans le cadre d'une culture de guerre italienne portée par des classes moyennes et bourgeoises qui s'étaient fortement impliquées dans la guerre, aussi bien culturellement que militairement, à travers la participation des officiers et des sous-officiers aux combats. Cet extrait rappelle que le réel sentiment de mutilation qui traverse de larges secteurs de l'opinion italienne en 1919 n'est que partiellement lié aux frustrations diplomatiques rencontrées au cours des négociations de paix (référence aux colonies, à Fiume). Si l'idée d'une communauté est absente ici, aucune hostilité n'est toutefois exprimée à l'encontre des alliés. Les cibles des rancœurs sont pourtant nettement désignées dans la suite du texte : hommes politiques neutralistes, déserteurs (récemment amnistiés par les premiers) et embusqués, « petits et gros37». L'insuffisance, aux yeux de nombreux combattants, des manifestations publiques de reconnaissance pour leurs sacrifices, en raison d'une situation intérieure troublée et d'une conflictualité attisée par le refus de la guerre de la part d'une grande partie de la société et de la classe politique apparaît ici comme une des sources principales de la profonde amertume exprimée dans ces propos. Comment, dès lors, ignorer l'importance capitale d'un encadrement symbolique de la sortie de guerre permettant l'affirmation d'un sens de la guerre dans lequel combattants et civils pourraient se rassembler autour de représentations collectivement acceptées ? Le réflexe de la comparaison interalliée, né de la Grande Guerre même, prolongé en comparaison entre pays victorieux, apparaît ainsi comme un catalyseur du sentiment de frustration à l'égard d'une victoire incomplète. Car c'est largement la connaissance des cérémonies d'exaltation de la victoire organisées à Paris ou à Londres qui explique que l'absence de cérémonie similaire à Rome soit perçue comme scandaleuse.

  • 38 Ventrone 2003. A. Ventrone, La seduzione totalitaria. Guerra, modernità, violenza politica (1914-1 (...)
  • 39 En 1919, la figure de l'allié apparaît comme une figure brouillée, ambigüe. Ainsi, à deux semaines (...)

23 Ce faisant, s'affirme le mouvement, déjà initié au cours même de la guerre, de translation des mécanismes de radicalisation de la figure de l'ennemi du champ de bataille vers le champ politique intérieur38, l'absence de ritualisation de la victoire étant imputée aux ennemis intérieurs de la même façon que l'a été la défaillance de Caporetto. Au contraire, faire de l'ancien allié un ennemi s'avère probablement trop en contradiction avec l'héritage de la culture de guerre pour constituer un possible exutoire39.

L'ombre interalliée sur les célébrations italiennes de la sortie de guerre

  • 40 Les cas français, britannique et belge correspondent tout particulièrement à ce schéma. On trouvera (...)
  • 41 Que ce soit en France, en Grande-Bretagne ou en Italie, le processus de démobilisation militaire n' (...)

24 Alors même que l'érosion de l'esprit interallié demeure un processus ambigu, les modalités de célébration de la fin de la guerre s'avèrent porteuses d'une intense charge émotionnelle qui en fait un des points de cristallisation des dynamiques de guerre civile alors en marche dans la société italienne. Or, précisément, la construction rituelle de la clôture de la guerre s'opéra en Italie selon un schéma remarquablement proche de celui à l'œuvre chez les autres pays alliés : quasiment partout, une grande fête de la victoire fut organisée après la signature de la paix et fut suivie, au plus tard à quelques années de distance, de l'inhumation solennelle d'un Soldat inconnu40. Ne peut-on donc pas tenter de déceler, sous ce parallélisme formel, un effet de la persistance partielle de la référence interallié ? Poser la question permet au moins d'interroger à nouveaux frais le phénomène – souvent signalé par l'historiographie – de « frénésie rituelle » qui semble toucher l'ensemble des pays victorieux à la fin de la Grande Guerre. Les grandes célébrations de la victoire de juillet 1919 avaient certes été conçues comme des rites de passage, symbolisant nettement la clôture du temps de guerre et encadrant cognitivement le passage à la paix que la longueur et la complexité de processus comme les négociations de paix ou la démobilisation des armées rendaient beaucoup moins perceptibles aux yeux des contemporains, au risque de provoquer trouble, angoisses et réactions violentes41. Et pourtant, dans tous les pays fut ressenti le besoin d'organiser à nouveau, à travers l'inhumation des Soldats inconnus, un grand rite de clôture de la guerre, constituant cette dernière en un événement bel et bien révolu, doté d'un sens stable et consensuel. En creux se donnait ainsi à voir l'insuffisance des précédentes opérations de clôture symbolique de la guerre. Si donc le cas italien – au-delà de ses évidentes spécificités – se conforme finalement assez bien à ce schéma général d'un tâtonnement symbolique passant d'abord par l'organisation d'une fête de la victoire (4 novembre 1920) pour aboutir à l'enterrement à Rome d'un Soldat inconnu (4 novembre 1921), à quels facteurs attribuer ce parallélisme ? Au caractère identique de la situation de ces différents pays ? C'est alors le socle anthropologique – commun à tous les pays – constitué par la guerre totale, la mort violente de masse, l'exigence par les combattants d'une économie morale de la reconnaissance, qui expliquerait l'adoption de formes rituelles extrêmement semblables. Sans évacuer complètement une telle lecture, un autre facteur d'explication, d'une importance cruciale, nous semble résider dans un jeu de reproduction de pratiques rituelles déterminé par la suggestion continuée de la référence interalliée.

  • 42 Piazzesi 1981, p. 50.

25 Les deux premières années de l'après-guerre furent marquées en Italie par la naissance d'une polémique portant sur la célébration de la victoire ou, plus exactement, sur l'absence de célébration majeure organisée par le gouvernement. Cette polémique ne s'explique pas uniquement par les développements internes de l'histoire italienne du moment. La question de la célébration de la guerre fut en effet largement tributaire des comparaisons que ne cessèrent de faire une partie des Italiens entre la situation de leur pays et celle des autres pays victorieux, prolongeant l'attitude qu'illustraient les propos rapportés par Mario Piazzesi42. La référence à l’étranger à des fins de déploration de la situation intérieure était certes une composante du débat public italien depuis l’Unité au moins. Mais ce phénomène se trouve porté à son point d’incandescence par le contexte spécifique de la Grande Guerre et par la place essentielle qu’a progressivement acquise l’appartenance à l’alliance dans la signification attribuée par les contemporains au conflit. En ce sens, la cristallisation de la comparaison dans un domaine aussi chargé de sacralité que la ritualité publique ne doit rien au hasard.

26 Cette comparaison fut rendue douloureuse par la désynchronisation, sur le plan du rituel public, de la situation italienne par rapport au reste de la communauté alliée. L'organisation de la Conférence de la Paix à Paris dissociait les tractations concernant l'Allemagne de celles concernant l'Autriche-Hongrie – et donc l'allié géographiquement marginal par rapport au front occidental que se trouvait être l'Italie. La dramaturgie de la Conférence de la Paix ayant donné la priorité à la conclusion d'un Traité avec l'Allemagne, elle visait d'abord à satisfaire les pays engagés sur le front occidental. Elle avait permis à ces derniers, dès juillet 1919, de lier victoire et paix, rendant par là-même la célébration de la victoire plus consensuelle, plus symbolique, au sens étymologique du terme. La fête de la victoire londonienne, le 19 juillet 1919, se trouvait ainsi qualifiée officiellement de Peace Celebrations tandis que le nom du défilé lui-même (Victory March) faisait explicitement référence à la notion de victoire. A l'inverse, l'Italie se trouvait marginalisée par ce dispositif symbolique. Si la signature du Traité de paix avec l'Allemagne justifiait logiquement, pour les belligérants qui avaient directement affronté cette dernière, l'organisation d'une fête de la victoire, il en allait différemment pour l'Italie. Son principal ennemi, l'Empire austro-hongrois, n'avait déjà plus d'existence légale, le sort de ses dépouilles attendant encore de se trouver réglé par toute une série de traités. La temporalité de la sortie de guerre apparaît donc plus floue en Italie que chez ses alliés et, par là même, plus difficile à encadrer par un rituel intégrateur, associant symbolisme de la paix et symbolisme de la victoire.

  • 43 Il Popolo d'Italia, 5 novembre 1919, p. 1 : « Celebrazione » (signé Mussolini).

27 La constatation de ce décalage entre l'Italie et les autres alliés, loin d'être le fruit du seul regard à distance de l'historien, s'impose dès 1919 aux yeux des contemporains. C'est spectaculairement que la séquence des grandes célébrations de juillet fait éclater une différence qui apparaît d'autant plus intolérable que le discours de guerre avait précisément associé les alliés depuis plusieurs années. Cette banalisation au cours de la guerre de l'idée d'une égalité entre la situation des différents pays alliés est encore à l'œuvre en 1919. C'est elle qui conduit les contemporains à situer toute évaluation de la situation italienne dans le cadre d'une comparaison avec les autres pays alliés, la constatation d'une différence étant dès lors interprétée comme une situation anormale : « la conscience nationale ressent l'étrangeté de la position historique de l'Italie, pour qui la nation qui a obtenu la victoire décisive est celle qui n'a pas encore conclu sa paix43. » Même dans un journal qui se faisait le porte-voix d'une forte protestation contre la trahison de l'Italie par les puissances alliées, alors qu'avait à peu près disparu du discours public toute référence explicite à la communauté interalliée, celle-ci restait le cadre implicite et incontournable à l'aune duquel était pensée la situation italienne.

  • 44 Il Popolo d'Italia, 22 octobre 1919, p. 1 : « Il 4 novembre Festa Nazionale » et p. 4 : « L'anniver (...)

28 La question de la célébration de la victoire, née à l'été 1919, surgit de nouveau avec intensité fin octobre, à l'occasion du premier anniversaire de l'entrée en vigueur de l'armistice de la Villa Giusti. En raison des troubles sociaux et des élections, alors qu'il avait initialement décidé de faire du 4 novembre une fête nationale, le gouvernement choisit de renoncer à toute célébration cette année-là, suscitant la réaction scandalisée de ceux qu'indignait l'absence de fête de la victoire44. Le commentaire publié dans Il Popolo d'Italia met en relief la façon dont n'avait pas cessé de se faire sentir la suggestion des célébrations des autres pays victorieux, entretenant le sentiment d'une exclusion des retombées symboliques de la victoire en Italie :

  • 45 Il Popolo d'Italia, id. La mention des États-Unis d'Amérique faisait vraisemblablement allusion à l (...)

Le 24 mai, on n'a pas fêté l'intervention ; le 4 novembre, on ne célèbrera pas la victoire. La France, l'Angleterre et l'Amérique ont fêté solennellement leurs succès. Seule l'Italie s'est enveloppée dans un silence indigne. Cette décision blesse les combattants et l'âme nationale45.

  • 46 Voir Manchon 2003, fol. 33.
  • 47 Il Popolo d'Italia, 1er novembre 1919, p. 1 : « Via Veneto a Roma in occasione del glorioso anniver (...)
  • 48 Voir Mondini 2004.

29 Rappelons que la spécificité de la situation italienne relativement aux autres pays alliés trouvait ses racines dans la façon même dont l'Italie était entrée dans la guerre et dont elle avait traversé celle-ci. Dans un champ politique que n'avait pas rassemblé une quelconque « union sacrée » et dans lequel l'antagonisme entre interventionnisme et neutralisme demeurait une ligne de partage extrêmement vive, toute célébration de la victoire prenait le caractère d'une sanction d'un choix politique abhorré par de larges secteurs de l'opinion et de la société46. L'association, dans l'article cité du Popolo d'Italia, des dates du 4 novembre et du 24 mai, jour de l'entrée en guerre italienne, témoigne de l'impossibilité de parvenir au consensus minimum nécessaire au déploiement de l'efficace propre à la ritualité, dès lors que la signification de la date de l'armistice était contaminée par la rhétorique interventionniste et se trouvait ainsi privée du sens pacifique, lié à la fin des combats, qu'elle pouvait revêtir dans les autres pays alliés. Cette préemption du 4 novembre par les discours interventionniste, nationaliste et fasciste s'explique, en partie, par l'opposition des socialistes, mais aussi d'une partie importante de la classe politique libérale aux valeurs politiques portées par la culture de guerre. Dans cette perspective, toute date associée à la guerre, fût-ce celle de la fin des combats, risquait fort de ne représenter qu'un repoussoir. En outre, l'absence de célébration de la victoire comme dans les autres pays alliés conduisait les milieux qui avaient adhéré le plus étroitement à l'implication du pays dans la Grande Guerre à reporter la revendication d'une telle célébration sur la première date la plus à même de faire référence à la victoire. Par ailleurs, la comparaison attire l'attention sur le processus de mythification de la victoire italienne contemporaine de la fin même des combats. Le 4 novembre se chargea très rapidement d'une signification spécifiquement italienne qui privait cette date de toute dimension consensuelle. Car, à la différence de ce qui se produisit sur le front occidental, il fut d'emblée associé à l'image d'une bataille décisive (Vittorio Veneto), c’est-à-dire à la représentation la plus traditionnelle de ce que doit être la fin d’une guerre47. Tout ceci explique autant la réticence du gouvernement Nitti à célébrer solennellement le premier anniversaire de l'armistice, qui tombait d'ailleurs au milieu d'une délicate période d'élections politiques, que la persistance de la question de la célébration de la victoire jusqu'en 1920. Son importance cruciale pour la psyché nationaliste, fasciste, pour les milieux militaires et, plus largement, pour de nombreux Italiens qui avaient été partie prenante de la culture de guerre, s'explique largement par le fait qu'une telle « absence de fête48 » avait été régulièrement attisée par la force de suggestion exprimée par les rituels des autres pays vainqueurs, alors que la temporalité de la Conférence de la Paix n'avait pas même fourni l'occasion d'une possible association consensuelle entre victoire et paix.

  • 49 Il Popolo d'Italia, 26 octobre 1919, p. 1 : « Mentre il condottiero dell'esercito nostro, il vincit (...)

30 Face à ce que beaucoup interprétaient comme un renoncement, voire comme une trahison de la part du gouvernement, l'action de certaines autorités locales clairement associées à l'interventionnisme révéla parfois une volonté de prendre exemple sur les pratiques observées à l'étranger. Ainsi, le 23 janvier 1920 le maire de Rome, Apolloni, dirigea dans la salle des Horaces et des Curiaces du Palais du Capitole une cérémonie de remise solennelle de la citoyenneté d'honneur de la ville au général Diaz et à l'amiral Thaon di Revel. Les instigateurs de cérémonies publiques sont naturellement peu enclins à reconnaître une inspiration extérieure, qui se prête peu à la magie rituelle visée, mais il est frappant de constater que celle-ci intervenait moins de trois mois après l'octroi de la citoyenneté d'honneur de Londres (Freedom of the City) au général Diaz, ce qui avait donné lieu à de nouvelles récriminations contre l'absence de manifestations publiques de reconnaissance envers les acteurs de la guerre en Italie49.

  • 50 Voir Bonomi 1953, p. 156.

31 La persistance dans le débat public italien de la question de la célébration de la victoire ne fut finalement résolue qu'un an et demi après son apparition. C'est en effet le 4 novembre 1920 que fut organisée à Rome une grande fête de la victoire (Festa della Vittoria) dont l'ampleur contrastait avec la timidité des manifestations de l'année précédente. Pourtant, si elle pouvait par son titre apparaître comme le pendant exact des cérémonies organisées l'année précédente dans les capitales alliées, la Festa della Vittoria était aussi le résultat de dynamiques propres à la sortie de guerre italienne. Initiée par le ministre de la Guerre, Ivanoe Bonomi, elle s'inscrivait dans la tentative du gouvernement Giolitti de solder les comptes de la guerre. Il s'agissait de fournir enfin aux secteurs de la société italienne qui avaient été le socle de la mobilisation culturelle en faveur de l'effort de guerre la reconnaissance symbolique dont ils estimaient avoir été privés50. Plus précisément, c'est d'abord à la société militaire que s'adressait la Festa della Vittoria. Le rituel organisé au Vittoriano, centré sur la remise de décorations aux drapeaux des régiments, se distinguait des cérémonies parisienne et londonienne dont l'objet avait été la traversée des capitales, dans un rituel d'entrée de ville qui était aussi un rituel de retour et de réintégration des combattants.

  • 51 Voir Cadeddu 2001, p. 24.
  • 52 Voir Miniero 2008, p. 125.
  • 53 Il Dovere, 21-22 mars 1921, p. 1.
  • 54 Ibid. Citons, parmi les associations promotrices du projet, la Dante Alighieri, la Società Reduci P (...)
  • 55 Le projet de loi est présenté le 20 juin 1921 à la Chambre, où il est adopté le 4 août. Le Sénat l' (...)

32 Toutefois, comme nous l'avons indiqué, ces spécificités n'excluent pas un parallélisme entre la construction rituelle de la sortie de guerre en Italie et dans les autres nations alliées. C'est exactement un an après la Festa della Vittoria, le 4 novembre 1921, qu'à l'instigation du gouvernement fut inhumé le Soldat inconnu à Rome, sur l'Altare della Patria, au pied de la statue de Victor Emmanuel II. L'historiographie du Soldat inconnu italien a parfois rappelé que c'est le colonel Giulio Douhet, connu également pour son rôle de théoricien de la guerre aérienne, qui aurait évoqué pour la première fois l'organisation de cette cérémonie, dès le mois de juillet 1920, c'est-à-dire plusieurs mois avant même que ne soient inhumés les inconnus britannique et français (11 novembre 1920)51. Il serait dès lors tentant d'en tirer argument pour couper l'histoire de l'invention de cette innovation rituelle en Italie de toute influence étrangère. Pourtant, une observation précise de la chronologie de l'adoption et de la mise en œuvre du projet d'inhumation du Soldat inconnu suggère encore une fois l'importance de la référence interalliée. La proposition de Douhet semble ainsi ne susciter dans un premier temps aucun écho et passer largement inaperçue. Ce n'est que fin octobre 1920 qu'elle réapparaît, dans le contexte de préparation de la Festa della Vittoria. Or, cette période est aussi celle de la préparation des cérémonies d'inhumation des inconnus britannique et français que relaie largement la presse italienne. Quelques jours après la publication, le 31 octobre 1920, d'un article anonyme réclamant l'accomplissement d'un rituel semblable à Rome d'ici la fin de l'année, le Corriere della Sera fait paraître une tribune de Douhet qui revendique l'origine italienne de l'idée de l'enterrement d'un Soldat inconnu52. Or, c'est bien à partir de ce moment, alors que la presse a largement diffusé et commenté les cérémonies de Londres et de Paris que Douhet va donner une concrétisation à son projet de juillet 1920. Ou du moins, mais c'est ce qui importe ici, c'est à partir de ce moment qu'il va trouver les relais nécessaires à la préparation de cette cérémonie. Il parvient en effet à mettre sur pied au début de l'année 1921 un Comitato Promotore per le Onoranze al Soldato Ignoto qui se propose de susciter la formation partout dans le pays de comités locaux chargés de la levée de fonds et de l'organisation de cérémonies locales53. Ce comité promoteur, qui compte parmi ses membres pas moins de quatorze députés, entend faire de la cérémonie de l'inconnu italien une initiative venue d'en bas. C'est donc sur le très dense réseau italien d'associations patriotiques qu'il compte s’appuyer54. Enfin, dans un dernier temps, le projet est repris à son compte par le gouvernement qui le fait ratifier par le Parlement à l'été 192155.

33 La suggestion renouvelée que, par le canal de la presse de masse notamment, les pratiques des alliés du temps de guerre opéraient sur le débat interne italien explique donc en bonne partie que la proposition de Douhet trouve précisément à partir d’octobre 1920 un écho susceptible d’en permettre la mise en œuvre. Mais les discours rendent également compte d'une tension persistante entre volonté de s'inscrire dans la communauté des pays vainqueurs et désir d'affirmer une originalité nationale. L'expression du simple désir de reproduire une pratique jugée adéquate voisine, en effet, avec l'affirmation de la primauté chronologique italienne. En mars 1921, lorsque Douhet rend publique la création du Comité promoteur, les motifs qu'il expose renvoient très explicitement aux Soldats inconnus des autres nations :

  • 56 Il Dovere, loc. cit.. Pareillement, l'article du Corriere della Sera cité dans Miniero 2008, p. 125 (...)

Angleterre, France, États-Unis, Belgique et Portugal ont déjà rendu l'hommage mérité au Soldat Inconnu, symbole du grand sacrifice collectif accompli durant la guerre.
L'Italie n'a pas encore accompli ce devoir56.

  • 57 MCRR, ms 993, loc. cit
  • 58 Ibid.
  • 59 MCRR, ms. 993, fol. 28.

34 Le changement est évident par rapport à la revendication qu'exprimait Douhet quelques mois plus tôt. Cette fois-ci, le rituel du Soldat inconnu est naturalisé, présenté comme un « devoir » allant de soi, ce que permet justement le recours explicite à la référence interalliée. Il est à cet égard remarquable que cette référence fasse à nouveau l'objet d'une négation officielle au cours du processus de récupération par l'État de la proposition de Douhet. L'exposé du projet de loi présenté par le ministre de la guerre devant la Chambre des Députés le 20 juin 1921 marque les prémisses de ce retournement : « Que l'exemple déjà offert par les autres nations n'ait pas pour nous la valeur et la signification d'une incitation57 ». La logique d'occultation de l'influence extérieure est poussée à son terme dans le rapport que la commission pour l'armée et la marine militaire (« commissione esercito e marina militare »), chargée d'examiner ce projet de loi, présente le 28 juillet 1921 devant la Chambre des Députés. C'est alors la version initialement présentée par Douhet en novembre 1920, qui s'impose : « d'autres peuples victorieux recueillirent notre idée et la mirent en œuvre avant nous58 ». Alors même que l'État s'empare du projet que Douhet voulait autant que possible distinguer d'une initiative venue d'en haut, il offre à celui-ci une place au comité d'honneur59, entérinant ainsi le mythe de l'origine italienne du rituel du Soldat inconnu et camouflant avec soin le rôle décisif de la suggestion étrangère.

Conclusion

35 L'idée d'une guerre impliquant plus qu'une simple addition de nations luttant contre un ennemi, mais bien une communauté interalliée, s'affirma donc comme un élément de la culture de guerre italienne au cours de la dernière année du conflit, à travers notamment le déploiement de cérémonies officielles promues tant par des acteurs étatiques que par des éléments de la société civile. Ce phénomène constitua l'un des cadres culturels permettant aux Italiens d'interpréter l'immense événement dont ils étaient partie prenante. Au cours des années qui suivirent la fin de la guerre, les secteurs politiques et sociaux italiens qui se réclamaient des valeurs liées à la participation à la guerre furent pris dans une contradiction entre le mécontentement provoqué par l'attitude des autres pays alliés à la Conférence de la Paix et la volonté de célébrer la victoire. Il était difficile de célébrer la victoire sans se rapporter d'une façon ou d'une autre à une communauté des pays vainqueurs, d'autant plus que la circulation transnationale de pratiques rituelles (fêtes de la victoire, Soldats inconnus, notamment) entre ces derniers entretenait, même après la signature du Traité de Versailles, l'image de leur unité.

36 Certes, la naissance du complexe de la « victoire mutilée » en 1919 contribua largement à démonétiser l'idéal interallié. Il n'en reste pas moins que la référence interalliée, entendue non plus comme contenu culturel plein, comme idéal positif, mais comme étalon de mesure des expériences nationales imposant la reproduction de pratiques étrangères, était encore décisive en 1921, quand fut décidée l'inhumation du Milite Ignoto. La suggestion qu'elle opéra sur le contexte rituel italien s'avéra d'ailleurs d'autant plus puissante et constante qu'elle était occultée ou niée, aboutissant, avec la cérémonie d'inhumation du Soldat inconnu, à la reproduction d'une cérémonie étrangère. C'est ainsi comme en négatif que le sentiment interallié continua à faire sentir ses effets sur la construction rituelle de la sortie de guerre en Italie.

  • 60 Significativement, c’est par le vocable de « guerra delle bandiere » qu’Emilio Gentile désigne les (...)
  • 61 Voir Gentile 1993.

37 C'est en ce sens que la référence interalliée, ou plutôt son fantôme, hanta le débat public italien des années immédiatement postérieures à la guerre, pesant sur la façon dont furent produits les grands rituels nationaux censés symboliser la sortie de guerre italienne. Alors que reproduire les grandes cérémonies parisienne ou londonienne était hautement problématique dans le contexte politique de 1919, la référence interalliée cristallisait des attentes impossibles à satisfaire et participait de ce fait à la logique de guerre civile. Car tout obstacle à l'accomplissement de rituels conçus comme nécessaires à la réalisation effective de la situation victorieuse était dès lors perçu comme le résultat de l'action d'un ennemi60. Enfin, contribuant à placer la question de la ritualité publique au cœur de la vie politique de l'immédiate sortie de guerre, la référence interalliée ne fut peut-être pas tout à fait étrangère à l'importance qu'allait prendre cette question dans la « religion politique » fasciste61.

Haut de page

Bibliographie

Albanese 2009 = G. Albanese, Versailles / Versaglia  : la « vittoria mutilata », dans M. Isnenghi (dir.), Gli Italiani in guerra : conflitti, identita, memorie dal Risorgimento ai nostri giorni, Turin, 2009, vol. 3, t. 2, p. 889-896.

Alatri 1976 = P. Alatri, Nitti, D’Annunzio e la questione adriatica, Milan, 1976.

Anderson 2002 = B. Anderson, L’Imaginaire national [Imagined Communities: Reflections on the Origin and Spread of Nationalism], Paris, 2002.

Audoin-Rouzeau et Becker 1997 = S. Audoin-Rouzeau, A. Becker, Violence et consentement : la « culture de guerre » du premier conflit mondial, dans J.-P. Rioux, J.-F. Sirinelli (dir.), Pour une histoire culturelle, Paris, 1997.

Audoin-Rouzeau et Prochasson 2008 = S. Audoin-Rouzeau, Ch. Prochasson (dir.), Sortir de la Grande Guerre : le monde et l’après-1918, Paris, 2008.

Bonomi 1953 = I. Bonomi, La politica italiana dopo Vittorio Veneto, Turin, 1953.

Burgwyn 1993 = J. H. Burgwyn, The Legend of Mutilated Victory. Italy, the Great War and the Paris Conference 1915-1919, Westport, 1993.

Cabanes 2004 = B. Cabanes, La Victoire endeuillée : la sortie de guerre des soldats français : 1918-1920, Paris, 2004.

Cadeddu 2001 = L. Cadeddu, La leggenda del soldato sconosciuto all’altare della patria, Udine, 2001.

Campochiaro 2006 = E. Campochiaro (dir.), Guglielmo Imperiali, Diario 1915-1919, Rome, 2006.

Cattaruzza 2007 = M. Cattaruzza, L’Italia e il confine orientale. 1866-2006, Bologne, 2007.

Crespi 1937 = S. Crespi, Alla difesa d'Italia in guerra e a Versailles, Milan, 1937.

Hobsbawm 1983 = E. Hobsbawm, Mass-Producing Traditions : Europe, 1870-1914, dans Id., T. Ranger, The Invention of Tradition, Cambridge, 1983, p. 263-307.

Gentile 1993 = E. Gentile, Il culto del littorio. La sacralizzazione della politica nell’Italia fascista, Rome, 1993.

Gibelli 1998 = A. Gibelli, La Grande Guerra degli italiani, 1915-1918, Milan, 1998.

Horne 2002 = J. Horne, Démobilisations culturelles après la Grande Guerre, dans 14-18 Aujourd’hui, Today, Heute, n° 5, 2002, p. 45-53.

Horne et Kramer 2005 = J. Horne, A. Kramer, 1914, les atrocités allemandes, Paris, 2005 [2001].

Ihl 1996 = O. Ihl, La Fête républicaine, Paris, 1996.

Inglis 1993 = K. Inglis, Entombing Unknown Soldiers : From London and Paris to Baghdad, dans History and Memory, vol. 5, n° 2, 1993, p. 7-31.

Irie et Saunier 2009 = A. Irie, P.-Y. Saunier, The Palgrave dictionary of transnational history, Basingstoke, 2009.

Isnenghi et Rochat 2004 = M. Isnenghi, G. Rochat, La Grande Guerra, 1914-1918, Florence, 2004.

Le Moal 2006 = F. Le Moal, La France et l’Italie dans les Balkans, 1914-1919 : le contentieux adriatique, Paris, 2006.

Manchon 2003 = P.-Y. Manchon, 4 novembre. Célébration italienne de la fin de la Première Guerre mondiale. 1919-2002. Oublier la Grande Guerre, mémoire de maîtrise soutenu à l’Université Paris X-Nanterre, 2003.

Mariano 2008 = G. Mariano, Gli alleati in Italia durante la Prima guerra mondiale, 1917-1918, Rome, 2008.

Miniero 2008 = A. Miniero, Da Versailles al Milite ignoto : rituali e retoriche della vittoria in Europa (1919-1921), Rome, 2008.

Mondini 2004 = M. Mondini, La festa mancata. I militari e la memoria della Grande Guerra, 1918-1923, dans Contemporanea, octobre 2004, VII, no 4.

Mondini 2006 = M. Mondini, La politica delle armi : il ruolo dell’esercito nell’avvento del fascismo, Rome, 2006.

Mosse 1975 = G. Mosse, The Nationalization of the masses : political symbolism and mass movements in Germany from the Napoleonic wars through the Third Reich, New York, 1975.

Ozouf 1976 = M. Ozouf, La Fête révolutionnaire : 1789-1799, Paris, 1976.

Prost et Winter 2004 = A. Prost, J. Winter, Penser la Grande Guerre : un essai d’historiographie, Paris, 2004.

Piazzesi 1981 = M. Piazzesi, Diario di uno squadrista toscano, 1919-1922, Rome, 1981.

Ridolfi 2003 = M. Ridolfi, Le feste nazionali, Bologne, 2003.

Rochat 2006 = G. Rochat, L’esercito italiano da Vittorio Veneto a Mussolini, 1919-1925, Rome, 2006 [1967].

Thiesse 2001 = A.-M. Thiesse, La Création des identités nationales : Europe, XVIIIe-XXe siècle, Paris, 2001.

Haut de page

Notes

1 Pour une réflexion sur la possibilité d'une histoire de la Grande Guerre écrite par-delà les limites nationales, voir Prost et Winter 2004, p. 264-269. À différentes étapes de la conception de cet article, nous avons bénéficié des conseils de Célia Keren, Marco Mondini, Rachel Renault et Martina Salvante. Nous les remercions pour leur aide.

2 La tradition historiographique d’étude des rituels publics, largement liée aux questionnements sur les processus de nationalisation et de politisation à l’œuvre en Europe depuis le dix-neuvième siècle, est riche. Le travail de George Mosse (Mosse 1975) est ici pionnier. On se limitera ici à n’évoquer que quelques-uns des principaux jalons de cette historiographie : Hobsbawm 1983, Ozouf 1976, Ihl 1996, Gentile 1993.

3 Nous entendons ici ce terme d'une façon délibérément large, ainsi que le proposent Irie et Saunier 2009, introduction : « we believe the transnational approach to be an angle, a perspective that can be adopted by everyone who wants to address the entangled condition of the modern world and contribute answers to some very specific questions ». Appliquée dans le présent à l’étude des fêtes publics italiennes pendant et juste après la Grande Guerre, une telle approche consiste à décaler le regard pour poser systématiquement la question de ce qui, dans cet objet, résulte de transferts culturels effectifs ou même du simple regard porté en Italie sur l’étranger. Nous considérons que le comparatisme international ne relève pas de l’approche transnationale, dans la mesure où il présuppose la séparation entre deux espaces nationaux envisagés pour les besoins de l’analyse comme absolument distincts. En revanche, la prise en compte du comparatisme spontané pratiqué par les acteurs sociaux entre pleinement dans l’agenda de recherche de l’approche transnationale telle qu’entendue ici.

4 À ce titre, la présente recherche s'inscrit dans la réflexion sur les démobilisations culturelles initiée dans Horne 2002. Pour une synthèse récente, et dans une perspective d'histoire comparée, voir Audoin-Rouzeau et Prochasson 2008.

5 Benedict Anderson, le premier, a souligné le caractère modulaire du fait national, la nation se constituant au XIXe siècle comme un ensemble de représentations mais également d’objets et de pratiques (hymnes, drapeaux, cartes, etc.) fonctionnant comme un schème aisément transposable et adaptable à des contextes divers. Plus récemment, Anne-Marie Thiesse a envisagé l’histoire de la construction des identités nationales en démontrant à quel point elle avait relevé d’un processus d’universalisation d’un même modèle. Voir Anderson 2002 et Thiesse 2001.

6 Nous nous référons ici à la notion de culture de guerre définie comme « le champ de toutes les représentations de la guerre forgées par les contemporains » : Audoin-Rouzeau et Becker 1997, p. 252.

7 Le Président Wilson avait tenu à ce que les États-Unis d'Amérique prennent part à la guerre au titre de puissance « associée » aux alliés, et non pas en tant que puissance alliée à proprement parler. Cette distinction était cependant d'une signification marginale au regard des opinions publiques concernées. Pour cette raison, et par commodité, nous adoptons ici l'usage courant de l'époque.

8 Le Petit parisien, 25 juin 1915, p. 2 : « La fraternité franco-italienne célébrée au Trocadéro ».

9 Horne et Kramer 2005.

10 Ridolfi 2003, p. 93-95.

11 Rodd 1925, p. 289. R. Rodd, Social and Diplomatic Memories, vol. 3, Londres, 1925.

12 Ibid., p. 395.

13 Ibid., p. 359.

14 Ibid., p. 361.

15 Gibelli 1998, p. 308-313.

16 Il Popolo d'Italia, éditorial du 14 juillet 1918.

17 Archivio Centrale dello Stato (dorénavant A.C.S.), fonds « Presidenza del Consiglio dei Ministri » (P.C.M.), 1918, fascicolo 13.1, « anniversario dell'entrata in guerra dell'Inghilterra 4 agosto 1914 ».

18 Bibliothèque de Documentation Internationale Contemporaine (Nanterre), fonds « Guerre mondiale 1914-1918. Italie », 4 delta 348 : Gênes et Naples : Comités divers fondés en vue de manifestations interalliées. Ce type de mobilisations issues de la société civile laisse naturellement peu de traces archivistiques, ce qui explique le caractère ponctuel des deux précédents exemples.

19 Il Popolo d'Italia, 14 juillet 1918, « Francia eterna » (signé « Virita »), p. 1.

20 La bibliographie consacrée à la présence des alliées en Italie est peu abondante et surtout consacrée aux aspects militaires de la question : Isnenghi et Rochat, p. 553. Plus récemment, et essentiellement dans une perspective d'histoire militaire, voir Mariano 2008.

21 A.C.S., P.C.M., 1918, fascicolo 13.1, « Festa nazionale americana 4 Luglio. Festeggiamenti » : Orlando, qui se trouvait précisément à Paris le 2 juillet 1918, témoigne bien de ce phénomène d'imitation nécessaire qui pouvait à l'occasion entrer en contradiction avec ce que les gouvernants auraient souhaité. Il écrivait ainsi à l'un de ses collaborateurs : « pour le 4 juillet, la France a décidé d'en faire un jour férié. Sans arriver à cette forme peut-être excessive, on pourra ordonner que soit donné congé aux écoles et aux bureaux publics, au moins pour certaines heures et dans les lieux où se déroulent des manifestations publiques de fête ».

22 Archivio dell'Ufficio dello Stato Maggiore dell'Esercito, fonds F-3, Carteggio sussidiario prima guerra mondiale, busta 184, fascicolo 3 (invio truppe americane in Italia), lettre du général Robilant à Orlando, 20 mai 1918.

23 Au-delà de la presse de grande diffusion, dont les tirages massifs sont connus, la quantification du phénomène s'avère très problématique quand il s'agit d'objets, au croisement de la consommation courante et des usages patriotiques. Notre propos s'appuie essentiellement sur la consultation des collections de musées tels que l'Imperial War Museum et l'Historial de la Grande Guerre de Péronne ou encore de photothèques telles que celle de l'Archivio iconografico dell'Esercito (Rome).

24 Pour des réflexions pionnières sur ce thème, voir Mosse 1975, p. 73-126.

25 Suivant les autres gouvernements alliés, Orlando décida que le 28 novembre 1918 serait déclaré férié. À notre connaissance, toutefois, l'État n'organisa pas de cérémonie particulière.

26 Voir Alatri 1976, Cattaruzza 2007. Sur la crise adriatique envisagée à partir des relations franco-italiennes, voir Le Moal 2006.

27 Albanese 2009.

28 Burgwyn 1993.

29 Archivio storico-diplomatico del Ministero degli Affari esteri, fonds « Conferenza della Pace », busta 25.

30 La Domenica del Corriere, 27 juillet 1919.

31 Campochiaro 2006, p. 656. [Je traduis les citations. V. D.]

32 Crespi 1937, p. 173-175.

33 Il Popolo d'Italia, 16 juillet 1919, p. 3 : « Francia e Italia » (signé Gian Capo).

34 Piazzesi 1981, p. 50. M. Piazzesi, Diario di uno squadrista toscano, 1919-1922, Rome, 1981. Je remercie Marco Mondini de m'avoir signalé ce texte, qu'il cite dans Mondini 2004, p. 555.

35 La notion d'économie morale de la démobilisation est employée par Bruno Cabanes pour rendre compte des attentes des combattants en voie de démobilisation vis-à-vis de la communauté des civils et des diverses formes de rétributions, tant matérielles que symboliques, par lesquelles celle-ci leur témoigne sa reconnaissance : Cabanes 2004.

36 Piazzesi 1981, p. 50.

37 Ibid.

38 Ventrone 2003. A. Ventrone, La seduzione totalitaria. Guerra, modernità, violenza politica (1914-1918), Rome, 2003 ; Gibelli 1998.

39 En 1919, la figure de l'allié apparaît comme une figure brouillée, ambigüe. Ainsi, à deux semaines de distance, le journal de Giulio Douhet, Il Dovere, publie deux dessins qui illustrent la tension née de la situation diplomatique. Le 18 mai 1919, un dyptique dénonce le changement d'attitude entre « le Chemin des Dames » (trois soldats, un Britannique, un Français, un Américain entourant chaleureusement un soldat italien) et « Versailles » (les trois soldats alliés tournent alors le dos à l'Italien). Le 1er mai, en revanche, le dessin représente un blessé français et un blessé italien, tous les deux en uniforme et sur des béquilles et se soutenant mutuellement. Un dialogue accompagne le dessin : « Non ci resta che andare noi a Parigi, altrimenti finiranno col separarci. - T'as raison, c'est tous des farceurs ces pékins là. On les aura, mon vieux! » (en français dans le texte).

40 Les cas français, britannique et belge correspondent tout particulièrement à ce schéma. On trouvera un compte rendu de ces cérémonies dans : Miniero 2008. Plus spécifiquement sur la question des Soldats inconnus et dans une perspective comparée : Inglis 1993. Nous nous permettons également de renvoyer à notre thèse : « La construction de la victoire dans les capitales européennes après la Grande Guerre (Bruxelles, Bucarest, Londres, Paris, Rome) », soutenue à l’EHESS en 2013.

41 Que ce soit en France, en Grande-Bretagne ou en Italie, le processus de démobilisation militaire n'est achevé qu'en 1920, voire en 1921, provoquant attentes et exaspérations, voire le sentiment que les gouvernements préparent une nouvelle guerre contre la Russie bolchévique. Pour la chronologie de la démobilisation militaire en Italie, voir notamment Rochat 2006.

42 Piazzesi 1981, p. 50.

43 Il Popolo d'Italia, 5 novembre 1919, p. 1 : « Celebrazione » (signé Mussolini).

44 Il Popolo d'Italia, 22 octobre 1919, p. 1 : « Il 4 novembre Festa Nazionale » et p. 4 : « L'anniversario non sarà celebrato ? ».

45 Il Popolo d'Italia, id. La mention des États-Unis d'Amérique faisait vraisemblablement allusion à la grande parade qui avait récemment salué le retour des troupes à New York, le 10 septembre 1919. Deux semaines après cet article, Mussolini évoque à nouveau la fête française : « Notre âme désespère au souvenir de l'imposante commémoration française », Il Popolo d'Italia, 3 novembre 1919, « La vittoria che tornà », cité dans Manchon 2003, fol. 15.

46 Voir Manchon 2003, fol. 33.

47 Il Popolo d'Italia, 1er novembre 1919, p. 1 : « Via Veneto a Roma in occasione del glorioso anniversario della Vittoria delle armi italiane, sarà intitolata via Vittorio Veneto ».

48 Voir Mondini 2004.

49 Il Popolo d'Italia, 26 octobre 1919, p. 1 : « Mentre il condottiero dell'esercito nostro, il vincitore della più grande guerra, è onorato, per le sue gesta gloriose, in una nazione straniera, il suo Paese tace deliberatamente e quasi si vergogna e... fa vergogna! ».

50 Voir Bonomi 1953, p. 156.

51 Voir Cadeddu 2001, p. 24.

52 Voir Miniero 2008, p. 125.

53 Il Dovere, 21-22 mars 1921, p. 1.

54 Ibid. Citons, parmi les associations promotrices du projet, la Dante Alighieri, la Società Reduci Patrie Battaglie « Giuseppe Garibaldi », la Grande Italia, etc.

55 Le projet de loi est présenté le 20 juin 1921 à la Chambre, où il est adopté le 4 août. Le Sénat l'approuve. Cf. Museo Centrale del Risorgimento Roma (doréanavant MCRR), ms. 993, fol. 1-7.

56 Il Dovere, loc. cit.. Pareillement, l'article du Corriere della Sera cité dans Miniero 2008, p. 125, qualifie l'inhumation des inconnus britanniques et français de « haute pensée, qui ne peut rester étrangère à l'Italie. »

57 MCRR, ms 993, loc. cit

58 Ibid.

59 MCRR, ms. 993, fol. 28.

60 Significativement, c’est par le vocable de « guerra delle bandiere » qu’Emilio Gentile désigne les affrontements entre fascistes et socialistes pour le contrôle des drapeaux amenés à Rome la veille de la cérémonie du 4 novembre 1920. Sur cet épisode, voir Mondini 2006, p. 104-105.

61 Voir Gentile 1993.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Victor Demiaux, « Dov'è la vittoria ?
Le rôle de la référence interalliée dans la construction rituelle de la sortie de guerre italienne (1918-1921)
 », Mélanges de l’École française de Rome - Italie et Méditerranée modernes et contemporaines [En ligne], 125-2 | 2013, mis en ligne le 20 janvier 2014, consulté le 24 mars 2017. URL : http://mefrim.revues.org/1426 ; DOI : 10.4000/mefrim.1426

Haut de page

Auteur

Victor Demiaux

EHESS - vdemiaux@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

© École française de Rome

Haut de page
  • Logo École française de Rome
  • Revues.org