Navigation – Plan du site
Le territoire italien : crises, transitions, mutations

Crise et territoires productifs du Mezzogiorno italien

Pascale Froment

Résumés

Interroger la notion de crise à partir des territoires productifs du Mezzogiorno italien invite à mettre en perspective les régions du Sud dans le modèle de développement italien, de plus en plus mis en cause, ainsi que les temps brefs de la crise récente dans un processus de mutation plus ample. Les difficultés récentes des systèmes productifs trouvent leurs racines dans les formes de dépendance de ces territoires par rapport à des espaces extérieurs via les processus de décentralisation productive et d’internationalisation de la production. À l’échelle locale, elles se traduisent par une sélection des territoires pris dans une dynamique de désagrégation – régénération. Ces recompositions contribuent ainsi à un questionnement renouvelé des clivages de l’espace italien et invitent à une approche de la crise moins soumise au strict modèle économique au profit de la dimension territoriale.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 SVIMEZ (Rapport 2011) En 2000, pour le PIB par habitant, l’écart entre régions était de 56,1%, il e (...)

1Aborder la notion de crise à propos des territoires productifs du Sud italien relève à la fois de l’évidence et de l’opacité. Évidence, à première vue, si l’on considère l’association entre le secteur industriel, en difficulté à l’échelle italienne et européenne, et l’espace du Mezzogiorno stigmatisé pour être durablement à la traîne. Le système productif italien est actuellement sous haute surveillance : le modèle de développement économique des districts industriels, qui a longtemps fait référence au niveau international pour ses performances, se trouve sérieusement écorné par un processus de mutation profonde et de désindustrialisation. Quant au Sud, la récession actuelle s’inscrit dans des fragilités structurelles non dépassées qui continuent de faire de cet espace une périphérie de l’Europe et un phénomène unique au sein de l’Union : malgré les politiques d’aide dont il a été l’objet, l’écart de richesse avec la moyenne européenne n’a jamais été comblé1. La question des territoires productifs du Sud italien soulève ainsi plusieurs problèmes. Le Mezzogiorno est en effet un espace moins industrialisé que le reste du pays – en Italie comme en Allemagne, les régions riches sont les régions manufacturières – et les formes de l’industrialisation présentent des caractères à la fois similaires et différents du reste du pays : elles juxtaposent des implantations issues du modèle fordiste liées à une politique d’industrialisation volontariste du Sud à partir du Triangle industriel jusque dans les années 1990 et des systèmes productifs locaux s’apparentant au modèle des districts du Centre-Nord Est, qui ont se sont affirmés à partir des années 1980.

2Le rapprochement entre crise et territoires productifs méridionaux perd pourtant de sa clarté lorsqu’il s’agit de l’appréhender d’un point de vue conceptuel : il renvoie dos à dos, une catégorie liée au temps – la crise – et une figure spatiale – le territoire –, généralement dissociés. De plus, l’usage du singulier pour le terme de crise fait problème : il se réfère au contexte actuel lié à la crise - spéculative, financière - des subprimes en 2008 qui en est le déclencheur, or une lecture de celle-ci dans un sens strictement économique et d’immédiateté demeure très réductrice. S’agissant du Mezzogiorno italien, les changements survenus depuis cinq ans et attestés par les principaux indicateurs, amènent à prendre en compte des mutations plus lentes que la crise récente exacerberait. De ce point de vue, le sens médical du mot crise comme aggravation brusque d’un état chronique semble convenir, Toutefois, celle-ci affecte inégalement les territoires, ce qui nous conduit à interroger la rencontre entre d’une part la crise actuelle à échelle planétaire qui concerne au premier chef les pays industrialisés et d’autre part les systèmes productifs méridionaux, selon une matrice plus territoriale qu’économique tenant compte de tempos variés. Il s’agit moins de dessiner précisément une nouvelle carte du Mezzogiorno à partir des reconfigurations en cours, que de proposer des pistes de réflexion et des hypothèses de travail en ce sens. Les systèmes locaux spécialisés dans le made in Italy, et le secteur de la mode en particulier, très sensibles à la conjoncture internationale, constituent de ce point de vue un observatoire d’étude intéressant pour une réflexion sur l’articulation entre crise économique et crise des territoires méridionaux.

  • 2 Le terme de sommerso, est entendu ici dans son acception italienne d’économie souterraine renvoyant (...)

3Parmi les nombreux indicateurs couramment utilisés pour rendre compte de la crise, le sommerso2, dans ses deux principaux versants de travail irrégulier et d’évasion fiscale, constitue une entrée pertinente quoique moins explorée. En tant que composante des systèmes productifs méridionaux, il en reflète la non-conformité par rapport au modèle des districts industriels mais aussi les fragilités et la dépendance par rapport à d’autres espaces « extérieurs ». Par son ambivalence, il peut être lu comme marqueur territorial de la crise et en même temps comme éventuel amortisseur de ses effets pour une partie des acteurs : en tant que secteur refuge, dont les effectifs croissent avec l’acmé de celle-ci, il est contra-cyclique ; en tant que quota de main-d’œuvre lié aux exigences de flexibilité des entreprises, il est tributaire de la santé de celles-ci, et épouse leur dynamique cyclique.

4Nous aborderons quelques unes des facettes du couple crise-recomposition à propos de ces systèmes productifs, autour de trois points : après avoir évoqué les problèmes posés par les déclinaisons de la notion de crise dans le contexte italien et méridional, nous verrons en quoi celle-ci peut être lue dans une perspective spatiale et temporelle plus large ouvrant la voie à un questionnement sur la crise des espaces périphériques, et également aux échelles plus fines de façon à saisir le processus de désintégration-régénération de ces systèmes et la fragmentation des territoires qui en résulte.

Temps et territoires de la crise

Contextes

5Le concept de crise, souvent galvaudé, ne va pas de soi : il est chargé d’équivoques que reflète en premier lieu l’emploi courant et fort ambigu du singulier – la Crise – pour désigner pourtant des périodes distinctes dans le temps et de multiples domaines d’application, depuis le système capitaliste jusqu’aux valeurs, au couple ou à la famille, etc. L’usage du singulier trouve son origine dans les représentations mêmes du phénomène par et pour les sociétés qui la traversent et la subissent ; il en souligne le caractère unique, original et sans précédent, hic et nunc. Une singularité qui contraste fortement avec la pluralité des champs scientifiques – médical, développemental, philosophique, épistémologique, économique –, auxquels le terme est rattaché, donnant lieu à une grande confusion conceptuelle et, de ce fait, « grevé de multiples équivoques » pour reprendre les mots de Paul Ricoeur (1986). Toutefois, dans son acception dominante, et très occidentale, la notion est largement colonisée – voire réduite – par l’économie, au sens où le « modèle économique » est devenu la matrice de référence presque unique, et univoque, au prisme de laquelle le concept est saisi.

6Le second paradoxe vient de son inscription dans le temps présent. La crise renvoie à l’immédiateté du phénomène, au fait que les sociétés protagonistes n’en connaissent pas l’issue – on peut dater la crise actuelle en amont, désignant les années post-2008 mais pas en aval, – alors même que l’élaboration du concept, quel que soit le domaine d’acception retenu, en fait un phénomène transitoire dont on peut dessiner – a posteriori seulement – les bornes temporelles : dans ce sens, ce sont les instruments d’analyse eux-mêmes qui font défaut pour aborder les turbulences que nous traversons. Cette indétermination a pour corollaire une multiplication des indicateurs à très court terme mesurant le pouls de l’économie de mois en mois, d’année en année, et souvent porteurs de contradictions. L’hypertrophie du chiffre érigé comme attentive sentinelle de la reprise espérée s’avère contreproductive en ce qu’elle masque les mécanismes de la crise. Elle est également en contradiction avec le processus de périodisation de celle-ci qui continue de faire référence dans le champ des sciences économiques et historiques. La crise est, selon ce modèle, conçue à l’intérieur d’un mouvement plus ample – le cycle –, composé de quatre temps : l’essor, la crise, la dépression, la reprise. Il convient alors d’aborder le moment présent en déployant les temps plus longs dans lesquels celui-ci est enchâssé, selon une alternance entre états d’équilibre et phases de déséquilibre ayant un caractère transitoire. Cette discontinuité temporelle en rejoint une autre, d’ordre spatial : les manifestations de la crise, autant que le malaise qu’elle induit, ne peuvent être égaux compte tenu de la diversité des territoires qui en font les frais.

  • 3 Rapport Svimez, 2011
  • 4 Centro Studi confindustria, Scenari n°2, Giugno 2011

7La crise du productif s’insère donc tout d’abord dans un cadre spatial et temporel plus large de difficultés de l’Italie depuis le début des années 2000, marquées par un décrochage de la croissance par rapport aux principaux pays européens et au niveau mondial3. Cette décélération peut être mise en relation avec l’instauration de la monnaie unique, l’élargissement des aires de libre-échange et les mutations du système productif au niveau mondial. Mais le processus de désindustrialisation de l’un des grands pays industriels à l’échelle européenne et mondiale, accéléré depuis dix ans, n’est pas né en quelque sorte de la dernière crise : la diminution de la part de l’industrie manufacturière dans l’économie italienne, passée de 29,6 % en 1976 à 16,6 % en 2010, en termes de valeur ajoutée, et de 28,1 % à 17,5 %, en termes d’emploi4, s’évalue sur des temps plus longs, de l’ordre de trois décennies.

  • 5 Entre 1981 et 2001, l’industrie manufacturière a perdu 16% de ses effectifs, mais ce pourcentage s’ (...)

8Ces bouleversements ont affecté l’ensemble du pays, touchant en particulier aux fondements de sa base productive, le made in Italy, comme en témoigne, entre autres indicateurs, la déspécialisation nette du pays dans le système mode l’un des fleurons de l’industrie nationale sur les marchés mondiaux. De 1996 à 2011, soit en quinze ans, le pourcentage des exportations italiennes sur marché mondial est passé de 7,6 % à 5,5 % dans l’habillement et de 17 % à 10 % dans l’industrie de la chaussures5. Cette chute renvoie aux transformations profondes de sa base territoriale à savoir les districts industriels qui résistent moins bien dans les années 2000 que les territoires hors districts.

  • 6 Ce glissement est important notamment pour l’industrie du textile et de l’habillement.
  • 7 L’industrie de la chaussure est plus concentrée dans les Pouilles - district de Barletta en provinc (...)

9Du côté du Sud, les indicateurs socio-économiques et démographiques attestent d’écarts par rapport au reste de l’Italie qui, loin de se tasser, ont pour la plupart été creusés. Le tissu productif est marqué par la coexistence de structures diverses : des implantations d’unités dépendantes des grandes entreprises du Triangle industriel comme Fiat (à Pomigliano, Melfi, etc..) ou l’ILVA (Tarante) et des systèmes productifs fondés sur la petite entreprise et le made in Italy. Or, bien que plus sporadiques que dans la Troisième Italie, ce sont ces systèmes qui, dans les années 1980-90, ont engrangé de meilleurs scores en termes de valeur ajoutée et d’emplois industriels, témoignant d’un glissement du centre de gravité vers le Mezzogiorno et en particulier vers les régions du Sud-Est, le long d’un axe adriatique (Istat, 2006, chap.3, pp. 115-120 ; Tagliacarne, 2010, pp. 21-22)6. La carte des districts méridionaux donne à voir une répartition sélective de l’activité, à la fois concentrée dans trois régions – les Pouilles, la Campanie, les Abruzzes –, et souvent limitée aux territoires restreints de quelques provinces ou groupe de communes, avec des spécialisations marquées7.

  • 8 Mais le poids du made in Italy méridional est plus discret en comparaison du Centre-Nord : il repré (...)

10Ce mouvement de méridionalisation relative de l’appareil productif national est lié au processus de décentralisation productive à partir des entreprises du Centre-Nord de l’Italie, mais il mobilise le plus souvent des compétences déjà présentes sur place. La spécificité du tissu méridional qui en est issue repose largement sur la fabrication en sous-traitance de produits de consommation semi-durables et sur des secteurs matures à forte intensité de main-d’œuvre, incorporant une part importante de sommerso : autant d’éléments de fragilité qui exposent davantage ces territoires à la crise actuelle. Les systèmes méridionaux sont en effet spécialisés dans les « secteurs » traditionnels de l’industrie, les « 3 A » du made in Italy (Agro-Alimentare, Abbigliamento, Arredamento) et en particulier dans le système mode, avec une surreprésentation de la branche habillement par rapport à celle des chaussures8.

11Les années 2000 ont marqué une pause dans le développement plus endogène de ces territoires qui, au cours des années 1980 et 1990, s’étaient rapprochés du reste du pays dans un contexte qui était encore celui de la croissance quoique déjà affaiblie. La crise récente touche ainsi des systèmes mal consolidés et fragiles et plus durement que ceux du Centre-Nord. Entre 2002 et 2010, les effectifs de l’industrie méridionale, hors BTP, ont baissé de 19,4 %, (-184 000 unités) contre 12,7 % dans le Centre-Nord durant la même période (Svimez, 2011). Si bien que les districts du Sud affrontent les bouleversements du début du nouveau millénaire, puis la crise économique, assez peu de temps finalement après que leur existence même a été reconnue et « légitimée ». On pourrait donc distinguer trois temps : celui plus lent du glissement et de l’affirmation des systèmes productifs méridionaux à partir des années 1980, le ralentissement des années 2000 dont la décennie précédente porte déjà les signes avant-coureurs et la phase de bouleversement mondial, depuis 2008.

Le sommerso comme marqueur de crise

  • 9 L’indice de spécialisation manufacturière qui est l’un des 4 critères retenus pour définir statisti (...)
  • 10 Banca d’Italia, Economie regionali, n°23, novembre 2011, p.15.

12La crise actuelle touche aussi à la légitimité du modèle productif italien doublement remis en cause. Le débat sur les districts industriels, de plus en plus considérés comme dépassés voire même attaqués pour la faiblesse de leurs fondements économiques et scientifiques, reste vif entre défenseurs et détracteurs. Cette question confine au paradoxe du côté des territoires du Sud : la labellisation des systèmes productifs locaux, leur reconnaissance officielle en tant que districts industriels ont été tardives en raison de représentations qui ont la vie dure, d’une moindre conformité à l’idéaltype et de contours plus difficiles à cerner. L’ISTAT a dû modifier les paramètres statistiques pour les adapter aux réalités du Mezzogiorno et délimiter des districts méridionaux (fig.1)9 ; malgré cela,le déséquilibre reste fort entre le Centre-Nord et le Sud où les districts représentent seulement 10 % des emplois de l’industrie manufacturière macro-régionale contre 43 % pour le Centre-Nord10.

Fig. 1 - Les districts industriels italiens définis par l’Istat en 2011

Fig. 1 - Les districts industriels italiens définis par l’Istat en 2011

Source : Istat, Statistiche Report, Distretti Industriali, 2015.

Les logiques de décentralisation

  • 11 Sept districts ont été identifiés en 1997 (DGR/2 giugno 1997, n. 59 « Individuazione dei distretti (...)

13L’engouement pour le modèle a donné lieu à une pléthore de délimitations en Italie. Cependant si l’adéquation entre les différentes sources et cartes reste plutôt bonne pour la Troisième Italie, on constate des écarts importants pour les « districts » du Sud, témoignant d’un décalage plus net entre territoires fonctionnels et territoires institutionnels dont la Campanie fournit une bonne illustration. La comparaison des trois délimitations fournies par l’ISTAT (1991), la Région Campanie (1996, 1997)11, et les chercheurs de l’université de Bari (Viesti, 2000), fait apparaître un nombre variable de districts industriels dans le Mezzogiorno et des limites mouvantes à l’échelle des régions. En Campanie, si la zone de San Giuseppe Vesuviano fait l’unanimité pour les trois sources, le pôle de Grumo Nevano,–Aversa-Trentola, sur l’axe Naples-Caserte, malgré son importance, est reconnu comme district seulement par deux d’entre elles et n’a pas d’existence pour l’ISTAT.

14La présence plus massive du sommerso dans le Sud a contribué à la sous-évaluation des effectifs industriels et à la reconnaissance incomplète des districts méridionaux. A l’échelle de l’ensemble du Mezzogiorno, le taux d’irrégularité en 2011 représente 19,3 % du volume total de travail, tous secteurs confondus, contre 9,5 % dans le Centre-Nord. L’industrie est moins touchée que les autres activités, mais c’est précisément dans ce secteur que l’écart entre le Sud et le Centre-Nord est le plus creusé : le taux d’irrégularité y est respectivement de 14,2 % et 2,4 %. Ces chiffres, malgré leurs limites, constituent un élément de différenciation des territoires du Sud par rapport au reste de l’Italie mais aussi à l’échelle du Midi, avec un double gradient du Nord vers le Sud et du versant adriatique vers le versant tyrrhénien plus touché par l’illégalité diffuse.

15La composante souterraine de la petite industrie méridionale intéresse la problématique de la crise à différents titres. On peut y voir un élément structurel de l’économie et de la société méridionales, lié à des conditions de dégradation du marché de l’emploi et de pauvreté, qui en font un « gisement » de main-d’œuvre à plus faible coût d’autant qu’il peut s’accompagner localement d’une haute qualification de celle-ci. Ce potentiel, très ambivalent, est mobilisé par les entreprises du Sud et du Centre-Nord, via la décentralisation productive, dans des branches industrielles très labour intensive et exposées en première ligne à une concurrence internationale exacerbée. La crise et les mutations des systèmes productifs du Sud Italien sont de ce fait indissociables de ces mécanismes et ne peuvent être lus qu’en tenant compte de l’ensemble de la filière.

Des systèmes productifs périphériques et vulnérables

16Les fragilités des territoires productifs méridionaux mises à nu par les mauvais scores enregistrés depuis le début de la crise mondiale renvoient à des échelles spatiales et temporelles élargies, à leur place dans le système manufacturier et le marché de l’emploi de la péninsule comme dans la nouvelle division internationale du travail.

De la décentralisation productive…

  • 12 La décentralisation productive consiste à confier certaines phases du processus de production (déce (...)

17Les SPL du made in Italy, avec des rythmes de décollage différents selon les produits et les territoires, se sont affirmés, entre la fin des années 1970 et la fin des années 1990, donc à la fois en décalage temporel par rapport aux districts du Centre-Nord de l’Italie et en relation avec eux (Froment, 2006). Malgré leur grande diversité, ils ont en commun d’être largement le produit de la décentralisation productive12 à partir de grandes sociétés, de PME et plus récemment de moyennes entreprises (Colli, 2002) de la Troisième Italie, selon une « onde de propagation » qui a privilégié l’axe adriatique dans la continuité des Marches. Le système local de l’habillement de Teramo est par exemple lié à celui de la bonneterie mantouane de Castel Goffredo, celui du Salento dans les Pouilles avec les districts de Prato, Brescia, etc. Ce processus a été à l’origine de la création ex nihilo de certains de ces systèmes comme pour la corsetterie de Lavello, mais c’est surtout dans leur dynamisation à partir de savoir-faire existants qu’il a joué un rôle décisif. La diffusion sur place s’est faite souvent par essaimage à partir des entreprises les plus solides qui ont encouragé la création de petites unités par d’anciens ouvriers souvent facilitée par la faiblesse des barrières à l’entrée dans ce secteur.

18La mise en place de ces systèmes repose sur la sous-traitance en chaîne ainsi que sur une articulation et une hiérarchisation des territoires et des acteurs à différentes échelles, des petits producteurs locaux au marché mondialisé des griffes de luxe. Outre la place dans la filière, les systèmes productifs se singularisent en fonction de la présence ou non d’entreprises leaders sur place, du créneau de production et de la période de décollage et d’essor. Dans la zone de Teramo par exemple, deux groupes distincts d’entreprises – de grandes sociétés extérieures à la région et quelques PME locales qui ont tiré leur épingle du jeu – se sont imposés sur le territoire et irriguent de leurs commandes le tissu industriel local. L’affirmation des SPL méridionaux dans les années 1980-90, a ainsi contribué au maintien de la place des exportations italiennes sur le marché mondial ainsi qu’à une amélioration de la santé économique d’une partie des territoires, plus évidente du coté des provinces des Pouilles et des Abruzzes, dont témoignent la croissance globale des effectifs comme de la production et les indicateurs socio-économiques régionaux.

  • 13 Ils étaient respectivement de 15% et 45,7% en 2004.

19Ces signaux positifs sont pourtant à nuancer. Les tissus industriels méridionaux composés très majoritairement de PME sous-traitantes ou contoterzisti, sont en effet souvent acéphales car dépendants de donneurs d’ordre extérieurs au Mezzogiorno, et confinés à un rôle d’exécution au sein de la filière. Compte tenu des spécialisations industrielles, le fonctionnement de la sous-traitance repose sur le facteur main-d’œuvre et la spécificité du marché du travail méridional marqué par des taux de chômage et d’inactivité élevés – respectivement 19,8 % et 47,4 % au second semestre 201313 – associés à une forte diffusion du travail au noir. Ces faiblesses expliquent une remise en cause plus brutale de la place du Sud italien dans le processus de spécialisation des systèmes productifs dans la nouvelle division internationale du travail, qui s’est emballé au tournant du millénaire, ainsi qu’une vulnérabilité accrue depuis le début de la crise. Entre 2008 et 2011, les entreprises manufacturières du Centre-Nord ont réduit en priorité leurs effectifs méridionaux (Banca d’Italia, 2013) : la part des emplois dépendants d’autres espaces sur l’ensemble de l’emploi industriel du Sud est passée de 17 % en 2000 à 13 % en 2011.

…aux logiques d’internationalisation

20Les mutations des territoires productifs de façon générale renvoient en même temps à la question de leur insertion dans des marchés plus vastes, de leur compétitivité et de l’internationalisation de l’activité conduisant à dépasser le cadre économique national pour organiser la production directement au niveau mondial. Ce processus peut être appréhendé selon différents paramètres parmi lesquels nous retiendrons quatre indicateurs issus du Rapport SVIMEZ 2012 : les deux premiers relèvent d’une internationalisation dite « lourde » (type A), les deux suivants d’une internationalisation légère (type B), pour illustrer la spécificité de l’internationalisation du Mezzogiorno dans le système mode italien.

  • 14 Les flux annuel d’investissements étrangers par habitant sont de 305 euros pour l’Italie donc très (...)
  • 15 L’évolution récente traduit cependant un certain intérêt des capitaux étrangers pour les entreprise (...)

21La faiblesse des Investissements Directs Etrangers (IDE) est un premier marqueur : la part des employés travaillant dans des entreprises étrangères implantées en Italie du Sud est à peine supérieure à 5 %14, confirmant ainsi la très faible attractivité du Midi italien dans une Italie qui accueille elle-même beaucoup moins d’IDE que ses voisins européens15. Ce trait s’accompagne d’une faible propension du secteur industriel méridional à exporter, avec des taux de 11,6 % contre 25 % dans le Centre-Nord. Cette asthénie s’explique en partie par l’importance de la sous-traitance. Les PME méridionales produisent en grande partie pour les marchés mondiaux mais indirectement, en deuxième ou troisième main, cette part destinée à l’étranger transite par des donneurs d’ordre situés dans d’autres régions italiennes et n’est pas comptabilisée comme exportation. En 2007, le pourcentage d’employés travaillant officiellement dans des entreprises exportatrices pour le secteur de la mode, était de 35,7 % dans le Nord-Ouest, 37,1 % dans le Nord-Est, 24 % dans le Centre, et seulement 16 % dans le Sud.

  • 16 La délocalisation de la production – transfert de l’ensemble ou d’une partie des activités de l’ent (...)
  • 17 Le Trafic de Perfectionnement Passif se caractérise par l’exportation depuis l’Italie de biens inte (...)
  • 18 Les partenariats avec l’Albanie mais aussi avec l’Inde, en raison d’une grande qualification de la (...)

22Ces défaillances dans le rapport des entreprises à la dimension internationale de la production s’expriment mieux encore dans les formes d’internationalisation dites « légères » qui caractérisent l’Italie, et plus encore son Sud, car mieux adaptées à la structure des entreprises locales, de petite taille. La part du Midi italien dans les délocalisations à l’étranger16, sous forme de trafic de perfectionnement passif17 , est très faible – autour de 5 % – et se traduit en priorité par l’externalisation ou outsourcing alors que les délocalisations sous la forme d’IDE restent rares (<3 %). Les entreprises méridionales de la mode – Pouilles et Abruzzes surtout – redistribuent une partie de la production à l’étranger mais ces délocalisations sont beaucoup moins importantes en volume et plus tardives – le pic se situe en 2002 – par rapport à leurs consœurs septentrionales. Elles sont également plus sporadiques et moins formalisées par les institutions locales que dans le Centre-Nord : on ne trouve pas d’équivalent de la politique très active de coopération menée par la Région Vénétie en direction des régions partenaires à l’étranger (Bertoncin, alii, 2009). Au départ des districts adriatiques, les délocalisations privilégient la proximité en se tournant vers la Roumanie, l’Albanie18et la Tunisie, entrainant quelquefois par un « effet d’essaim » les PME sous-traitantes italiennes sur l’autre rive de l’Adriatique, dans les Balkans, avec un élargissement progressif dans les années 2000 vers l’Ukraine, la Moldavie et la Turquie. Les délocalisations vers la Chine et l’Inde concernent davantage les produits finis, les lots importants en quantité, les produits standardisés, et des créneaux assez bas en raison de la distance. Les rythmes comme les pays partenaires varient en fonction du type de fabrication. Dans la branche de la chaussure, les délocalisations ont débuté dès les années 1990 mais leur acmé se situe entre 2000 et 2003 : les PME des provinces de Lecce et Bari regardent vers l’Albanie, la Tunisie et la Roumanie alors que la Campanie se rapproche de la Tunisie.

23L’autre versant de l’internationalisation légère, le trafic de perfectionnement actif, complète en le précisant le statut ambigu de ces systèmes méridionaux de la mode dans la division internationale du processus productif. Le taux atteint en effet 24 % de l’industrie méridionale du secteur : cette part beaucoup plus consistante que dans les autres régions témoigne du caractère passif, subi et dépendant, de l’internationalisation du Sud pour faire face à la concurrence mondiale. Les SPL se trouvent de fait face à une situation paradoxale. D’une part, les donneurs d’ordre, extérieurs et/ou intérieurs à la région, se tournent vers des sous-traitants localisés à l’étranger ou bien sur place vers des entreprises issues de l’immigration de plus en plus nombreuses dans les districts du Centre-Nord plutôt que vers les sous-traitants méridionaux, en raison des coûts plus bas de main-d’œuvre. D’autre part, le Sud conserve en partie son rôle de sphère de la sous-traitance, pour les districts industriels du Centre-Nord de l’Italie et pour les firmes transnationales étrangères, dans les créneaux renouvelés et plus étroits du haut de gamme et du luxe (Guerrieri, 2012). Ce qui est valorisé dans cette forme de sous-traitance, c’est d’une part la proximité géographique et culturelle permettant d’assurer fluidité et rapidité de la circulation des produits ainsi que les contrôles de qualité de plus en plus sévères de la production, et d’autre part le facteur main d’œuvre. Celui-ci combine en effet le savoir-faire lié à la qualification de la main-d’œuvre pour les segments haut de gamme dans les territoires ayant développé de véritables compétences, couplé à des coûts de main-d’œuvre limités : ils sont plus élevés que dans les pays en transition mais plus bas que dans le Centre-Nord en raison aussi de la part élevée du travail au noir. Sur les segments de qualité moyen-bas, le Sud se trouve en concurrence avec les pays proches de la sphère euro-méditerranéenne – périphéries externes de l’Union ou de la frange de la rive Sud – et de l’Asie.

24Les taux de variation annuelle des exportations dans les branches de la mode reflètent, quoique de façon très partielle, les difficultés du Mezzogiorno dans le jeu de la concurrence mondiale (cf. tab.1) : après la période faste des années 1990 qui correspond aussi à une phase de rattrapage et d’ouverture du système mode méridional, les années charnières du nouveau millénaire traduisent un essoufflement qui affecte l’ensemble du pays dans le cadre d’une nouvelle phase de libéralisation des échanges – discontinue mais néanmoins effective – et une chute des exportations pour la période triennale 2007-2009 correspondant à l’entrée en crise de l’économie des pays industrialisés. L’Italie est sévèrement touchée dans son ensemble, mais de nouveaux hiatus territoriaux (ré)-apparaissent : les districts industriels sont plus touchés que le reste du tissu productif et surtout les mauvais scores du Sud soulignent la fragilité de l’essor qui avait marqué les périodes précédentes.

Tableau 1 - La dynamique des exportations dans les districts industriels

Tableau 1 - La dynamique des exportations dans les districts industriels

Source : Banca d’Italia, 2011

25Les logiques de décentralisation et d’internationalisation de la production relevant de la nouvelle division internationale du travail permettent d’articuler les districts industriels méridionaux à l’échelle mondiale comme à l’espace socio-économique italien, faisant rejouer plus ou moins vivement selon les périodes, d’anciens clivages ; dans ce contexte, la crise en cours rappelle l’actualité des grandes césures macro-régionales, tout autant qu’elle contribue à les renouveler par le changement de focale.

Les territoires productifs méridionaux entre désintégration et régénération

26A l’échelle plus fine des territoires locaux, il est utile de revenir sur le concept de crise pour en explorer une autre de ses facettes ou de ses attributs : la crise vue à la fois comme fauteuse de désordres et en même temps porteuse de changement dont on ne peut encore voir l’issue. « La crise voit le surgissement conjoint des forces de désintégration et de régénération, de “mort” et de “vie” » (Morin, 1974). Le rapport désintégration/régénération a une fonction heuristique pour comprendre les mutations en cours, faisant la part plus belle aux spécificités territoriales et au rôle des phases précédentes de gestation ou d’incubation pour reprendre la métaphore médicale de la crise. Cette approche tempère la vision plus optimiste de la sortie de crise calquée sur le modèle économique qui postule que cette dernière, en raison de son caractère périodique et délimité dans le temps, est indissociable de sa fin. Selon cette acception, c’est dans la phase de dépression que se reconstituent les ressources qui permettent la reprise, comme ‘happy end’. C’est sans compter ses effets délétères qui peuvent s’étaler sur une longue période si l’on se réfère par exemple à la déliquescence d’anciennes régions minières en Europe. L’issue de la crise ne peut se traduire par un retour au statu quo qui la précède ; les failles entre nord et sud qui resurgissent n’ont pas tout à fait les mêmes formes qu’auparavant. Se dessine mieux ainsi l’enjeu de la dimension spatiale de la notion ouvrant la voie à une réflexion sur l’existence éventuelle de cycles territoriaux : de quelle façon les soubresauts enregistrés au cours des cinq dernières années, par ces secteurs très dépendants de la conjoncture mondiale et de la baisse de la demande intérieure, se sont-ils inscrits dans les espaces productifs du Mezzogiorno et les ont-ils modifiés ?

Sélection et réorientation des entreprises

27La nouvelle donne de la géographie de la production à l’échelle mondiale s’est traduite par une réorientation des producteurs vers les créneaux de haute qualité et de luxe, avec pour corollaire une disparition des unités les plus fragiles, spécialisées dans les gammes de qualité moyen-bas, donc plus exposées à la concurrence des pays à faible coût de main-d’œuvre. L’évolution des années 2000-2007, exacerbée à partir de 2008, atteste d’une sélection très forte au sein du tissu des entreprises italiennes avec toutefois une intensité et des modalités différentes. Dans tous les districts de l’habillement, le processus de contraction du tissu productif s’opère à l’avantage des entreprises les plus dynamiques qui se trouvent du même coup renforcées : les PME qui ont résisté à la crise ont connu une amélioration relative de leur situation en termes de chiffre d’affaire et d’exportation. Dans la banlieue Nord de Naples, parallèlement à l’éviction des unités les moins compétitives, les cas de success stories ne manquent pas. Des sociétés comme Harmont & Blaine ou Carpisa-Yamamay, se sont imposées sur le territoire national, voire international, en misant sur le marketing, la promotion de marques et la distribution en franchise ; cette stratégie engagée à la fin des années 1990, a porté ses fruits au cours des années 2000 y compris dans les années de crise.

28L’organisation de la production et le rapport à la sous-traitance ont également subi d’importantes modifications. La démographie des entreprises témoigne dès le début des années 2000 d’une mortalité accrue qui touche essentiellement les sous-traitantes ; cette tendance s’accentue entre 2007 et 2010 en raison du choix des entreprises commanditaires de plus grande dimension de ré-internaliser certaines phases du processus productif, faisant peser sur les petits sous-traitants lz risque de la chute de la demande. Les PME à faible pouvoir contractuel ont été ainsi contraintes d’accepter une réduction de leurs marges et des retards dans les encaissements qui ont mis en péril leur survie sur le marché. Les répercussions de ces ajustements ont été d’autant plus importantes sur les systèmes méridionaux que la part des contoterzisti y est plus élevée que dans le Centre-Nord du pays. La « sélection naturelle » entre entreprises s’est traduite par des recompositions territoriales plus ou moins brutales et différenciées selon les systèmes productifs.

Recomposition et fragmentation territoriale 

29Le déchiffrage des effets de la crise ne peut être univoque. On peut avoir une double lecture, contrastée, d’un même système local selon que l’on s’intéresse aux brillants résultats de quelques entreprises ou bien à la baisse des effectifs – unités productives et emplois - entrainant l’effacement de pans entiers de certains territoires productifs.

  • 19 Nicola Di Giovannantonio, dans Il sole 24 ore, édition du 13 sept 2012

30Dans les Abruzzes, le district de Val Vibrata en Province de Teramo connaît par exemple de très grosses difficultés entre 2000 et 2005, aggravées avec le début de la crise comme le soulignent les propos du directeur de la Confindustria de Teramo : « Le pôle textile de Val Vibrata – qui dans les années 90 était considéré comme un sanctuaire de l’habillement et du casual – a été littéralement rayé de la carte »19. Une question de point de vue. En fait, le territoire a conservé les sociétés leaders d’origine locale implantées de longue date - Maglificio Gran Sasso créée en 1952 ou Gi.Effe Moda Montefiore spa, née dans les années 1960 -, ou bien d’origine étrangère comme Marelli e Berta filiale de la multinationale allemande Freudenberg ; ces entreprises ont délocalisé une partie de la production hors Italie, transformant les di-stretti en dis-larghi selon le jeu de mots désormais consacré de Daniele Marini, c’est à dire selon des réseaux de outsourcing projetés vers des territoires plus lointains ; le semis des sous-traitantes locales a disparu à l’exception une cinquantaine d’unités travaillant pour des griffes d’envergure mondiale comme Prada, Gucci, Ugo Boss, Louis Vuitton ou Yves Saint Laurent. Le système productif de Val Vibrata a été de surcroit touché par les difficultés du district voisin en province de Chieti dont la filière de sous-traitance s’étendait jusqu’à Val Vibrata. Un marasme qui contraste fortement avec la santé insolente de Maglificio Gran Sasso : la société a ouvert en 2003 une nouvelle unité à Sant’Egidio alla Vibrata et possède également une autre usine à Roseto degli Abruzzi ainsi qu’une teinturerie et un espace d’exposition à Milan ; en pleine période de crise, elle continue d’employer sur place près de 400 personnes.

  • 20 Voir par exemple dans les pages locales du quotidien Il Mattino, édition du 26 septembre 2013

31La sélection se joue aussi entre territoires à des échelles intra-métropolitaines. En Campanie, les mutations des années 2000 ont donné lieu à des recompositions internes complexes : accélération des migrations d’entreprises vers de nouveaux espaces et contraction des territoires du district de la mode sur la province de Naples, après une phase d’expansion vers les marges de la région. Dans le chef lieu, les quartiers populaires du centre historique dont l’activité productive dans les branches du cuir et de la chaussure s’était progressivement anémiée suite au départ vers la banlieue de nombreuses unités productives, semblent désormais définitivement exclus de la géographie productive de l’agglomération. Au début des années 2000, les entreprises leaders de la maroquinerie, implantées dans les Quartieri Spagnoli ou Montesanto, se sont recentrées sur les créneaux du luxe et déplacées vers la zone industrielle orientale sous la pression de leurs prestigieux donneurs d’ordre. Elles ont entrainé dans leur mobilité leurs meilleurs sous-traitants et laissé sur place les unités plus fragiles dont certaines se sont reconverties dans la contrefaçon20 (Froment, 2012). En banlieue, certaines entreprises de la zone vésuvienne ont migré vers l’aire de Nola où est implanté le centre du commerce en gros (CIS), et mieux dotée en espaces et surtout en infrastructures de transport avec la présence de l’interport.

32Le coût territorial de la crise se compte en emplois perdus, en zones désertées, en nouvelles « poches » de chômage et de précarité pour les populations, mais il s’évalue aussi en termes de perte des savoir-faire locaux ; dans les cas où le système productif est devenu un centre de redistribution de la fabrication vers d’autres espaces, la reconversion de la main-d’œuvre est synonyme de déqualification pour les ouvriers qui ont conservé un emploi comme magasinier, chauffeur, etc. Il faut alors distinguer entre la crise des territoires en tant que systèmes productifs de la crise des territoires tout court. Certains quartiers atteints dans leur fonction productive ont pu être en partie revitalisés par le développement d’autres activités, culturelles notamment, dans le cadre de politiques de requalification des territoires mais ils font actuellement figure d’exception.

Les vertus retrouvées du sommerso

33Dans la phase de restructuration comprise entre 2000 et 2013, l’alternative pour ces créneaux de production peut être une remontée de filière pour accroître la valeur ajoutée du produit et les marges, ou bien l’abaissement du coût de la main-d’œuvre, voire les deux, mais la seconde solution l’a souvent emporté sur les autres facteurs organisationnels et s’est traduite par un recours inégal au sommerso.

34Le croisement entre les mobilités internationales, l’ancrage territorial de nouveaux migrants et la réponse des entreprises à la crise fournit un premier exemple. Les stratégies d’adaptation qui consistent à déléguer aux PME sous-traitantes la charge d’abaisser les coûts de main-d’œuvre en recourant à une flexibilité accrue et au travail au noir s’appuient dans certains systèmes sur le rôle croissant de l’entrepreneuriat étranger. C’est le cas des districts de l’habillement de San Giuseppe Vesuviano en Campanie et plus récemment de Teramo où les commanditaires locaux délèguent le sommerso à des PME étrangères (Iapadre, Mastronardi, 2009). Dans la zone de Teramo, le nombre d’entreprises « extra-communautaires » dans l’habillement est passé de 134 en 2001 à 297 en 2007 – dont 71 % sont d’origine chinoise – soit environ 30 % du total des entreprises locales. Mais le mouvement d’émersion des entreprises chinoises qui avait commencé au début des années 2000, s’est interrompu à partir des années 2006-2007. En Campanie, les PME laissées pour compte dans la réorganisation du système productif de la dernière décennie ont pour une partie retrouvé les voies du sommerso, voire de la contrefaçon, qui a souvent joué cycliquement un rôle d’amortisseur. On assiste parallèlement à une captation croissante par la camorra d’une partie des entreprises locales, dans les zones de Grumo Nevano ou de San Giuseppe Vesuviano. L’infiltration des activités légales au moyen d’injection de capitaux d’origine criminelle pose la question de la labilité accrue des frontières entre production souterraine et production illégale ou criminelle et de la mise en difficulté des entreprises saines par cette concurrence inéquitable.

35De façon plus générale, les mutations exacerbées par la crise se traduisent localement par un effondrement de l’emploi et un accroissement du chômage dans les systèmes productifs locaux italiens, mais avec une forte spécificité du marché du travail méridional. Le développement du chômage dit implicite – ou de la « zone grise » – lié au découragement, est plus important dans le Sud, avec toutefois une diffusion dans le reste du pays depuis 2008. Ce phénomène se traduit dans les statistiques par un passage de la catégorie des actifs – qui inclue les personnes en quête d’emploi – vers la catégorie des non-actifs et non pas dans la catégorie du chômage explicite comme c’est le cas dans le Centre-Nord ou vers une informalisation de l’emploi (Svimez, 2012, pp. 205-208).

Fig. 2 - Évolution de l’emploi régulier et irrégulier en unités de travail par grande région géographique

Fig. 2 - Évolution de l’emploi régulier et irrégulier en unités de travail par grande région géographique

Source : élaboration P.Froment à partir des données Istat

  • 21 En 2011, 11,1 % des familles italiennes sont considérées comme vivant au-dessous du seuil de pauvre (...)

36On se trouve aujourd’hui face à un renversement de tendance dans le Mezzogiorno qui se manifeste par une nouvelle progression du travail irrégulier après presque une décennie de diminution. Entre 2000 et 2008, la part du travail irrégulier est passée de 21,1 % à 18,3 %, mais au cours de la période de « crise » (2008-2011), la variation est négative pour le travail régulier et pour le travail irrégulier, avec cependant un écart très consistant entre le premier (-6,2 %) et le second qui s’est beaucoup mieux maintenu (-0,7 %), entrainant ainsi un accroissement du taux d’irrégularité (19,3 % en 2011), et une inversion de tendance qui éloigne de nouveau le Mezzogiorno du Centre-Nord marqué par un faible écart entre les deux (fig.2). L’évolution de ces dernières années témoigne d’un gonflement du sommerso, comme stratégie et comme refuge dans la crise : son rôle d’amortisseur économique pour les entreprises et d’amortisseur social pour les familles souligne la spécificité du Mezzogiorno où l’emploi irrégulier est plus rarement panaché avec l’emploi régulier d’autres membres de la famille et plus souvent à des conditions de précarité et de pauvreté aggravées21, avec des contrastes internes qui vont en se creusant. C’est en cela que l’approche de la crise par les territoires selon une démarche pluriscalaire ouvre de nouvelles pistes dans le champ de réflexion des sciences sociales. Les vicissitudes récentes autant que les performances inégales des « districts industriels » méridionaux en livrent un éclairage parmi d’autres.

Conclusion

37La mue des systèmes productifs locaux du Mezzogiorno, échelonnée selon des rythmes inégaux et exacerbée par les retombées de la crise mondiale depuis cinq ans, contribue à complexifier la carte du Sud italien et à nuancer les oppositions plus classiques confortant en ce sens le travail de relecture du Sud engagé par de nombreux chercheurs. Le croisement des indicateurs économiques, sociaux, démographiques, rend bien compte d’un fractionnement et d’une juxtaposition de mailles territoriales aux dynamiques contrastées, à l’échelle des régions comme aux échelles plus fines des systèmes locaux de travail, des districts industriels et des fragments de villes. Les changements récents, produits de métamorphoses lentes et de brusques accélérations, attestent de l’importance de cette dimension dans l’approche de la crise actuelle, accouchant en quelque sorte d’une carte en mosaïque ; celle-ci exprime tout autant la récurrence de traits structurels communs à l’ensemble des espaces méridionaux – dont le sommerso fait partie – comme éléments de périphéricité socio-économique que la complexification des systèmes territoriaux. Face à ces mutations, le changement de méthodologie de recensement de l’Industrie et des Services initié par l’Istat – et que l’on trouve ailleurs en Europe –, semble aller à contresens des constats exprimés par les recherches en sciences sociales et des besoins futurs : le recensement annuel, privilégiant l’enquête par échantillon, permettra sans aucun doute de mieux suivre dans le temps des sociétés et des économies en transformation rapide, mais c’est au prix de la connaissance approfondie des territoires et des formes de fragmentation à des échelles fines d’analyse.

38Au-delà des problèmes méthodologiques, l’approche de la crise par les territoires permet en soulignant l’interdépendance des différentes aires de la botte, de voir en quoi le Mezzogiorno italien participe du système national, y compris dans ses projections sur des espaces plus éloignés : dans ses spécificités comme dans sa diversité interne, il est bel et bien partie prenante de l’adaptation nécessaire du modèle productif italien et plus largement un espace stratégique pour le développement de l’ensemble du pays.

Haut de page

Bibliographie

Bronzini - Cannari - Staderini = R. Bronzini, L. Cannari, A. Staderini (dir.), L'industria meridionale e la crisi, Rome, 2013, p. 145.

Colli 2002 = A. Colli, Il quarto capitalismo. Un profilo italiano, Venezia, 2002, 117p.

Colloca 2010= C. Colloca (dir.), Crisi e mutamento sociale, dans SocietàMutamentiPolitica, vol. 1, n° 1, 2010, p. 226

D’Aurizio - Ilardi 2012 = L. D'Aurizio, G. Ilardi Occupazione e investimenti nel Mezzogiorno : il ruolo delle imprese del Centro Nord, dans QA Rivista dell’Associazione Rossi-Doria, 2, 2012 p. 93-124.

G. Di Taranto, Il processo di internazionalizzazione del Mezzogiorno d'Italia dans Quaderni Svimez numero speciale, NORD ET SUD a 150 anni dell’Unità d’Italia, 2012, p. 197-208.

Fortis - Carminati 2009 = M. Fortis, M. Carminati, chap. « Industria », dans Fondazione Edison e Symbola, Rapporto ITALIA Geografie del nuovo made in Italy, Roma, 2009, p. 9-31.

Guerrieri 2012 = P. Guerrieri, Il rilancio dello sviluppo del Mezzogiorno è legato ad una rinnovata presenza internazionale del sistema produttivo méridionale, dans numéro spéciale Nord e Sud a 150 anni dall’unità d’Italia, Rome, Quaderni Svimez, mars 2012 p. 275-280

Iapadre - Mastronardi 2009 = L. Iapadre, G. Mastronardi I sistemi produttivi dell’industria dell’abbigliamento in Abruzzo, dans Mauro, 2009, p. 129-193.

ISTAT= ISTAT, Rapporto annuale 2006, chap. 3.

Izzo - Ricciardi 2006= F. Izzo, A. Ricciardi Relazioni di cooperazione e reti di imprese: il caso della Campania, Milano, 2006 (coll. Economia-Ricerche)

Froment 2006 = P. Froment « Districts », entreprises et travail au noir en Italie du Sud, dans Méditerranée n° 1/2006, Entreprises en Méditerranée, p. 85-93.

Froment 2012 = P. Froment, La notion de quartier au prisme du productif. Le centre historique de Naples, dans F. Amato (dir.), Spazio e società. Geografie, pratiche, interazioni, Naples, 2012, p. 181-190.

Mauro 2009 = G. Mauro Tra globalizzazione e localismo : Alcune riflessioni sull’economia abruzzese, Milan, 2009.

Mauro 2008 = G. Mauro (dir.) L’economia nella provincia di Teramo, Modelli produttivi e cambiamenti strutturali, Milan, 2008.

Tagliacarne 2010 = M. Menghini, M. L.Travaglia L’evoluzione dell’industria italiana : pecularietà territoriali, dans Dossier Tagliacarne WEB n° 1, Rome, 2010, p. 67.

Morin 1976 = E. Morin Pour une crisologie, dans Communications, 25, 1976. p. 149-163.

Ricoeur 1988 = P. Ricoeur, La crise, un phénomène spécifiquement moderne ? dans Revue de théologie et de philosophie, n° 120, 1988 p. 1-19.

SVIMEZ = SVIMEZ, Rapporto sull’economia del Mezzogiorno, Bologne, années 2010, 2012 et 2013.

Sforzi 2007= F. Sforzi, Il contributo dei distretti industriali al cambiamento dell’economia italiana dans Economia italiana, n° 1, 2007, p. 80-95.

Viesti 2000 = G. Viesti, Come nascono i distretti industriali, Rome, 2000, (Coll. Libri del tempo).

Haut de page

Notes

1 SVIMEZ (Rapport 2011) En 2000, pour le PIB par habitant, l’écart entre régions était de 56,1%, il est de 58,8% en 2010. Mais cette amélioration est liée à des facteurs démographiques : l’augmentation de la population du Centre-Nord (migrations internes et externes) et la baisse de la natalité dans le Sud.

2 Le terme de sommerso, est entendu ici dans son acception italienne d’économie souterraine renvoyant à la partie de l’économie (capital, emplois) ne respectant pas les règlementations en vigueur (fiscales, de protection sociale, sanitaires, et environnementales) et dissimulée. Elle désigne toutes les activités légales réalisées illégalement, et se distingue ainsi de la production illégale proprement dite.

3 Rapport Svimez, 2011

4 Centro Studi confindustria, Scenari n°2, Giugno 2011

5 Entre 1981 et 2001, l’industrie manufacturière a perdu 16% de ses effectifs, mais ce pourcentage s’élève à 25,6% dans l’industrie du cuir et chaussures et 36% dans le textile habillement (cf. Sforzi 2007, pp. 79-103)

6 Ce glissement est important notamment pour l’industrie du textile et de l’habillement.

7 L’industrie de la chaussure est plus concentrée dans les Pouilles - district de Barletta en province de Bari et du Salento en Province de Lecce -, et en Campanie, dans la banlieue Nord de Naples à cheval sur les provinces de Naples et de Caserte. Le sistema casa est limité aux Abruzzes et aux Pouilles dans le « triangle des salons » de Murgia.

8 Mais le poids du made in Italy méridional est plus discret en comparaison du Centre-Nord : il représentait en 2008 15,8% des emplois italiens dans ces branches d’activité.

9 L’indice de spécialisation manufacturière qui est l’un des 4 critères retenus pour définir statistiquement un district, est rapporté pour les régions méridionales à la moyenne du Mezzogiorno et non à la moyenne nationale.

10 Banca d’Italia, Economie regionali, n°23, novembre 2011, p.15.

11 Sept districts ont été identifiés en 1997 (DGR/2 giugno 1997, n. 59 « Individuazione dei distretti industriali. Approvazione degli indirizzi, criteri e priorità per la promozione e la realizzazione dei «Programmi dei distretti industriali » et ratifiés deux ans plus tard par le Conseil régional (DCR/ 15 novembre 1999, n. 25).

12 La décentralisation productive consiste à confier certaines phases du processus de production (décentralisation de spécialisation et décentralisation de capacité) à des entreprises sous-traitantes, dans le but de limiter les effectifs interne et d’accroître la flexibilité de l’entreprise.

13 Ils étaient respectivement de 15% et 45,7% en 2004.

14 Les flux annuel d’investissements étrangers par habitant sont de 305 euros pour l’Italie donc très inférieurs à la moyenne de l’UE (=800), et sont répartis de façon très inéquitable entre le Centre-Nord (292€) et le Mezzogiorno (13€) (SGI, 2011).

15 L’évolution récente traduit cependant un certain intérêt des capitaux étrangers pour les entreprises méridionale : La Perla, a cédé en 2007, une partie de son activité dans le district de Teramo au fond d’investissement américain JH Partners LLC et New Men a été racheté par le groupe indien Morarjee Textiles Limited.

16 La délocalisation de la production – transfert de l’ensemble ou d’une partie des activités de l’entreprise à l’étranger −, peut se faire par l’installation d’une unité productive à l’étranger, par la prise de contrôle de sociétés étrangères, par des contrats de sous-traitance (outsourcing)

17 Le Trafic de Perfectionnement Passif se caractérise par l’exportation depuis l’Italie de biens intermédiaires ou de pièces détachées liée à une réimportation de produit fini ou semi-fini. Le Trafic de Perfectionnement Actif concerne les phases de production données en sous-traitance aux entreprises locales (italiennes dans ce cas) par des donneurs d’ordre étrangers.

18 Les partenariats avec l’Albanie mais aussi avec l’Inde, en raison d’une grande qualification de la main-d’œuvre et d’un bon encadrement, tendent à se substituer à des collaborations plus anciennes, notamment avec la Roumanie.

19 Nicola Di Giovannantonio, dans Il sole 24 ore, édition du 13 sept 2012

20 Voir par exemple dans les pages locales du quotidien Il Mattino, édition du 26 septembre 2013

21 En 2011, 11,1 % des familles italiennes sont considérées comme vivant au-dessous du seuil de pauvreté fixé à 970 euros par mois. Entre 5 à 6% sont dans ce cas dans les régions du Centre-Nord, contre plus de 23 % dans celles du Mezzogiorno (Istat, Indagine sui consumi delle famiglie, 2011).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 - Les districts industriels italiens définis par l’Istat en 2011
Légende Source : Istat, Statistiche Report, Distretti Industriali, 2015.
Titre Tableau 1 - La dynamique des exportations dans les districts industriels
Légende Source : Banca d’Italia, 2011
Titre Fig. 2 - Évolution de l’emploi régulier et irrégulier en unités de travail par grande région géographique
Légende Source : élaboration P.Froment à partir des données Istat
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pascale Froment, « Crise et territoires productifs du Mezzogiorno italien », Mélanges de l’École française de Rome - Italie et Méditerranée modernes et contemporaines [En ligne], 125-2 | 2013, mis en ligne le 04 mai 2015, consulté le 29 avril 2017. URL : http://mefrim.revues.org/1408 ; DOI : 10.4000/mefrim.1408

Haut de page

Auteur

Pascale Froment

Université Aix-Marseille - frompasc@wanadoo.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© École française de Rome

Haut de page
  • Logo École française de Rome
  • Revues.org