Navigation – Plan du site
Le territoire italien : crises, transitions, mutations

Introduction.   Lire le territoire italien à l’aune de la crise

Pascale Froment et Dominique Rivière

Texte intégral

1La question de départ de ce numéro « Crises, transitions, mutations » appliquée au territoire italien, procède certes de l’actualité immédiate de la crise, celle des subprimes débutée en 2008, puis des dettes souveraines à partir de 2010. Mais s’agissant de la péninsule, cette problématique s’ancre à l’évidence plus en amont, dans le constat d’une certaine perte de vitesse de l’Italie au cours des deux dernières décennies. Face au « modèle » allemand aujourd’hui omniprésent dans les débats publics européens, que pèse encore le « laboratoire italien » si souvent célébré dans les années 1980-1990 ? S’agit-il d’une ou de plusieurs crises ? Ou bien, en refus d’un diktat médiatique par trop omniprésent, pour rendre compte du territoire italien doit-on préférer à la notion de crise les termes plus larges de transition ou de mutation, de métamorphose? Ou bien, par delà la multiplicité de ses aspects, n’est-ce pas au final d’une crise systémique qu’il s’agit ?

  • 1 P. Ricoeur, La crise, un phénomène spécifiquement moderne ? dans Revue de théologie et de philosoph (...)
  • 2 Cf. les travaux du groupe « Crises, mutations des territoires et cohésion territoriale » CoesioNet (...)

2L’usage de la notion de crise a connu, en se généralisant au cours du XXe siècle à des domaines de plus en plus nombreux, une banalisation qui en gomme les confins et la vide en partie de sa signification comme de sa capacité à mettre la réalité en compréhension. La notion, en migrant à partir de la fin du XIXe siècle vers des champs disciplinaires multiples, s’est atomisée et spécialisée en se dotant d’acceptions et d’usages différents - ce que Paul Ricoeur1 nomme les « concepts régionaux »  relevant du médical, de la psychologie, de la philosophie des sciences, de histoire, de l’économie –, au détriment d’un concept fort, explicatif et transversal en sciences sociales et économiques. Bref, l’approche de la crise est entrée en crise. La question qui est posée dans le cadre de cette publication n’a pas l’ambition d’en faire le tour, mais bien plutôt d’en explorer quelques facettes pour aborder les changements en cours du territoire italien. Deux interrogations principales ont guidé la réflexion : la première touche au problème de l’espace, l’autre à celle du temps. En dépit des attentions récentes venues d’horizons disciplinaires multiples, le concept de crise est demeuré en effet très ancré dans les catégories du temps chères à l’histoire et dans la sphère de l’économie : son appariement avec l’espace et le territoire est donc une préoccupation plus récente2. Pourtant, il semble que cette piste de réflexion peut être fructueuse lorsqu’il s’agit d’aborder l’Italie d’aujourd’hui : l’ambivalence de sa position en Europe – où elle est perçue comme mauvais élève dans le contexte de la crise de la dette, mais reste aussi un pilier économique de l’Union -, ses difficultés actuelles autant que l’image toujours positive de son modèle de développement local, renvoient inévitablement à des questions d’ordre territorial, déclinées sous diverses formes. Le deuxième versant de notre questionnement, imbriqué avec le premier, touche à la combinaison et à l’enchâssement des différents temps de la crise, c’est en cela que le rapprochement avec les termes, plus courants mais aussi plus flous de « mutations » et de « transitions », permet de défaire quelques amalgames. Entre une culture séculaire de la crise généralisée - entendue comme signe des incertitudes et du malaise liés à la modernité, où tout est donné à voir comme étant « en crise » sans discernement et sans limite temporelle -, et les années récentes de la crise datée par l’effondrement de la banque Lehmans et suivie à la loupe des observatoires pour saisir le moindre indice de reprise ou au contraire de péjoration, la mise en perspective du laboratoire italien peut offrir une voie par l’analyse des dynamiques territoriales. Cette approche selon des processus obéissant à des tempos variables contribue ainsi à une réflexion plus générale et transdisciplinaire sur la notion, susceptible de fournir un éclairage pertinent de l’Italie contemporaine et de la crise politique, mais aussi identitaire, qui affecte le pays.

  • 3 L’École française de Rome a une longue tradition au service de ces regards croisés entre chercheurs (...)
  • 4 http://www.ecole-francaise.it/fr/q/d/Programme_2.7.5.pdf.

3Aborder de front la question de la crise pour comprendre l’Italie d’aujourd’hui est donc à l’évidence un pari audacieux. Malgré les écueils évidents - dont le risque de heurter les susceptibilités n’est pas des moindres, tant la péninsule a souffert ces dernières années d’une certaine condescendance de la part des proches voisins européens -, ce pari a été étayé par le choix d’aborder la thématique à partir des regards croisés de chercheurs français et italiens, issus de différents horizons disciplinaires traitant des questions « territoriales » : la géographie bien sûr, mais aussi l’aménagement, l’histoire. Ouvrir l’échange autour de la question de la crise nous a paru utile comme point de départ d’une réflexion de plus grande ampleur portant sur les recompositions territoriales qui touchent l’Italie contemporaine3. La table ronde des 1er et 2 octobre 2012 à Rome, dont est issue cette publication est la première manifestation scientifique - en quelque sorte l’acte de naissance - du programme quinquennal de géographie de l’École Française de Rome4 intitulé « Italie, recompositions territoriales ». D’emblée, il s’agissait, à travers cette question initiale, proposée par les partenaires italiens du programme, de dépasser le spécifique sans pour autant l’occulter, de tenter de repérer dans la crise italienne ce qui relève de processus plus généraux comme ce qui souligne aussi la singularité de la péninsule. Le cadrage thématique initial fédérant les articles rassemblés ici opère un choix sur lequel il convient de s’arrêter brièvement: celui du singulier pour le territoire et du pluriel pour aborder les « crises, transitions, mutations ». Le singulier s’est imposé très vite quant au premier car c’est avant tout l’échelle nationale, lue dans ses rapports aux autres échelles, du local à l’Europe et au niveau mondial, qui est au cœur du numéro, et c’est bien le « modèle italien », qu’il soit abordé sous l’angle « du développement local », du « fédéralisme régional » ou encore du « polycentrisme urbain » etc., qui est mis en cause. Alors que l’Italie vient de fêter – non sans quelques hésitations – le cent-cinquantième anniversaire de son unité, c’est également l’idée même de territoire national qui se trouve aujourd’hui interrogée, revisitée par une crise latente, celle, très médiatisée, de la contestation « léguiste » ou « nordiste ». Celle-ci n’est pas circonscrite à ces dernières années mais trouve son origine dans la période de l’opération Mani pulite du début des années 1990, caractérisée déjà par de très fortes turbulences économiques, sociales et politiques.

  • 5 À cette première rencontre ont aussi participé Fabio Amato « La notion de crise à partir des périph (...)
  • 6 La seconde rencontre de ce programme : « Dentro e fuori. Mobilità internazionali e dinamiche territ (...)

4Le dossier présente une diversité de thématiques qui renvoie tout d’abord aux deux axes du programme quinquennal5 : le premier relevant d’une approche plus institutionnelle des recompositions territoriales, le second, d’une approche davantage socio-économique, même si l’analyse de leur enchevêtrement est précisément au centre des travaux en cours. Ainsi la question des mobilités6 ou encore du néo-régionalisme de régions riches, posent tous deux le problème des bases même du « vivre ensemble » italien, que ce soit dans ses aspects institutionnels – mutations du Welfare – ou culturels et sociaux à travers notamment le thème récurrent du rapport à l’autre.

  • 7 Dario di Vico, Corriere della Sera, édition du 20 décembre 2011.

5L’idée même de modèle pose problème : peut-on encore parler d’un « modèle italien », singularisé en particulier par l’importance relative du développement local alors même que cette dimension est en pleine mue aujourd’hui et que le territoire italien semble comme décalé par rapport aux normes de l’Europe « de la connaissance et du savoir » de la Stratégie Europe 2020 ou de Lisbonne ? Ou bien n’est-ce pas à l’inverse le « modèle européen », le credo de « l’économie du savoir et de la connaissance » comme unique voie « possible », qui doivent eux-mêmes être questionnés par la – relative - résilience italienne ? La presse, pourtant plus encline à l’auto-critique qu’à la célébration des vertus nationales, ne se prive pas à l’occasion de rappeler que la réalité est plus complexe que les indicateurs qui ont force de loi à Bruxelles ou dans les agences de notation, comme le relevait, amusé, ce journaliste du Corriere della Sera: « Ne le dites pas à Angela Merkel mais les districts du made in Italy continuent à progresser dans les exportations, bien plus que son Allemagne »7.

Le territoire : ses représentations et ses échelles 

  • 8 Cf. article de Marco Cremaschi dans ce numéro.

6Quelques fausses pistes sur la crise peuvent être rapidement évacuées. Ainsi l’étalement urbain que connaît l’Italie contemporaine témoigne davantage d’un processus de péri-urbanisation commun à bien d’autres pays européens que d’une crise véritable ; ce qui ressortit en revanche à celle-ci est sans doute à rechercher du côté des modalités spécifiques de cet étalement urbain à l’italienne, le désormais célèbre modèle de la città diffusa porteur de la problématique du « territoire maltraité ». Toutefois, l’idée d’un paysage « maltraité » n’est-elle pas elle-même à interroger ? Elle est inscrite dans les fondements mêmes de l’identité italienne dont Marco Cremaschi souligne à quel point elle reste, avant même le risorgimento, et encore aujourd’hui, toujours à la poursuite d’un idéal perdu. Ces questions autour de la réalité et de l’autoreprésentation nationales se posent dans d’autres registres touchant également à la crise : le « difficile rapporto italiano con il cambiamento »8 joue en effet comme miroir et amplificateur des stéréotypes souvent accolés à l’Italie par le Nord européen et ce de plus en plus dans le contexte de la crise mondiale.

  • 9 Voir la troisième rencontre du programme, le colloque international  « Métropoles et régions, entre (...)

7Les articulations entre les différentes échelles d’organisation du territoire, autre fil conducteur de ce numéro, sont interrogées sous divers aspects : à partir des effets de résonnance entre crise européenne et nationale de la solidarité Nord-Sud avec au bout du compte une Italie affectée par l’amenuisement du projet européen et de la capacité de celui-ci à agir sur les problématiques de développement, ou de la difficile mutation de la mosaïque locale des systèmes productifs méridionaux dans un contexte de double crise, nationale et mondiale. L’enjeu politique de la question des échelles se traduit dans le rapport région-métropole-local et l’un des paradoxes majeurs de l’Italie vient du fait que le débat institutionnel des deux dernières décennies s’est construit avant tout sur les mailles régionales d’une part et locales d’autre part, laissant de côté la question métropolitaine alors que les bases de celle-ci sont posées depuis la loi 142 de 19909.

Les temps de la crise

8La crise qui affecte l’Europe, et plus encore l’Europe du Sud, est, dans les différentes contributions, mise en perspective avec des transitions qui renvoient à des processus s’inscrivant davantage dans la continuité et dans des temporalités plus longues où le regard des historiens croise celui des géographes.

9Il y a en effet souvent contraste entre la crise perçue et affichée comme rupture et ce qui relève en réalité de mutations plus profondes. La problématique de la crise a de ce fait une dimension de « faux-semblant » pour ce qui relève par exemple de la question des mailles – ou circonscriptions – infranationales, de leur articulation avec l’échelle nationale: ce qui est mis au compte de la crise relève en réalité de mutations plus lentes. Si l’on compare la France à l’Italie, la vision binaire opposant l’immobilisme, le « mille-feuille » des circonscriptions de gouvernement du territoire et la nécessaire « remise à plat » de ces mailles, domine le plus souvent ; or si l’on prend l’exemple français, la réalité est plutôt celle d’une perpétuelle morphogénèse des périmètres institutionnels comme l’illustre aussi dans le cas de l’Italie, le sort très contrasté des provinces dans les deux dernières décennies.

10Sur le plan économique, la crise de l’Italie est indéniable : le pays encore affecté par une prévision de décroissance pour 2014 demeure à la traine de l’Europe y compris par rapport à ses voisins méditerranéens comme l’Espagne qui donnent quelques signes timides de reprise. Cependant, cette crise apparaît davantage comme l’exacerbation de changements observables bien en amont de ces cinq dernières années: la transition difficile de l’Italie vers « l’économie de la connaissance » et la complexe transformation du territoire productif italien dans ses dimensions régionales et locales vont dans le sens d’une lecture en termes de mécanismes plus lents, associant institutions et systèmes productifs.

11Dans l’ensemble des pays européens, l’impression dominante des dernières années est en effet celle d’institutions peinant à rattraper les logiques productives, à soutenir les territoires industriels, à amortir les contrecoups de la mondialisation. Qu’en est-il pour l’Italie ? Si il faut entendre crise au sens de discontinuité mettant à nu des carences, force est de constater que les mutations plus récentes ressortissent d’une certaine banalisation du modèle italien. L’Italie, laboratoire du développement local à travers ses 156 districts définis par l’Institut national de la statistique, n’échappe guère au phénomène plus général de sapement de ses bases industrielles et d’élargissement des systèmes productifs à des horizons plus lointains - des distretti aux dislargi - et la crise initiée en 2008 vient le plus souvent révéler les fragilités nationales de la transition, avec toutefois des effets très sélectifs sur l’ensemble du territoire. Elle peut être également entendue au sens d’immobilité, si l’on se réfère aux indicateurs de la stratégie de Lisbonne.

12Dans ce contexte, l’échelle régionale ou, de façon plus générique, l’idée d’un modèle de développement placed based un temps relayé par les instances européennes peut-elle être la solution? On constatera que la réflexion sur le niveau régional comme échelle pertinente pour penser le système productif n’a pas trouvé de véritable concrétisation institutionnelle pas plus que l’Agenda territorial européen ne semble avoir imprimé une impulsion à l’action publique italienne.

Un dualisme Nord Sud toujours d’actualité ?

13Certes la crise sous de multiples facettes est ici plus ancienne et elle frappe plus brutalement le Sud italien. Les grandes catégories Sud, Centre-nord, ou encore Troisième Italie, ne sont pas remises en cause par les diverses contributions et la crise Nord-Sud européenne, faisant écho à la crise italienne, réactive à certains égards la vieille question méridionale.

14Toutefois ce dossier des MEFRIM rejoignant un riche filon de recherches italiennes sur le sujet, contribue à apporter des correctifs et des nuances d’importance à une vision dualiste classique sans pour autant perdre de vue les faiblesses structurelles méridionales. Ainsi, si l’on se place dans la problématique de la croissance urbaine, on constate que celle-ci a été plus forte au Sud qu’au Nord dans les dernières décennies précisément parce que le Mezzogiorno partait avec un retard qui n’est toujours pas comblé ; il s’agit dans ce cas plus de rattrapage que de dynamisme à proprement parler.

15Un constat similaire s’impose également sur le plan productif. Dans les années 1980-1990, certaines provinces du Mezzogiorno arrivent en tête des provinces italiennes pour l’ accroissement des effectifs et de la valeur ajoutée dans l’industrie du made in Italy, devant les districts industriels de la Troisième Italie qui connaissent alors un certain essoufflement. Il s’agit pourtant là encore d’une amorce de rattrapage de la part de régions en retard. Alors que le modèle des districts entrait dès les années 1990 en mutation - ou en crise ? - dans le Centre-Nord, il continuait de se diffuser dans certaines régions du Sud, à partir de savoir-faire traditionnels locaux associés à de bas coûts de production et une part élevée de sommerso. La méridionalisation de l’industrie manufacturière questionne autant la pertinence du modèle de développement local à partir des districts que la diversité de ses déclinaisons et la fragmentation des territoires du Mezzogiorno, sans remettre pour autant en cause la validité de clivages encore très explicites.

16Ce dossier propose ainsi des points de vue aussi divers que la question des rapports entre paysages et identité nationale (Marco Cremaschi), entre les politiques européennes et nationales visant la « cohésion » du territoire (Dominique Rivière), l’exemple français étant mobilisé ici en comparaison, ou en contrepoint du maillage italien (Marie-Vic Ozouf-Marignier, Nicolas Verdier). Les mutations économiques et sociales du territoire italien sont abordées selon des angles d’approche divers – à partir de l’échelle de la péninsule (Aurélien Delpirou) comme de celle des systèmes productifs locaux du Sud (Pascale Froment) – et confrontées aux mailles institutionnelles régionales (Sergio Conti) et aux normes de la stratégie européenne de Lisbonne (Maria Prezioso). A travers ces contributions, la question qui est posée aux auteurs est bien celle de la pertinence de l’entrée par la crise pour un pays qui certes « décroche » de façon continue sur le plan macro-économique mais reste aussi l’une des principales puissances européennes..

Haut de page

Notes

1 P. Ricoeur, La crise, un phénomène spécifiquement moderne ? dans Revue de théologie et de philosophie, 120, 1988 p. 1-19.

2 Cf. les travaux du groupe « Crises, mutations des territoires et cohésion territoriale » CoesioNet Réseau d’études et de recherches sur la cohésion des territoires en Europe ; l’ouvrage de Laurent Davezies, La Crise qui vient, la nouvelle fracture territoriale, Paris, 2012, ou encore Gatien Elie, Allan Popelard et Paul Vannier, Le laboratoire grec. Quand la crise défait le territoire, dans Le Monde diplomatique, février 2013.

3 L’École française de Rome a une longue tradition au service de ces regards croisés entre chercheurs français et italiens et entre les sciences sociales et l’histoire, qui est son domaine de prédilection. En l’occurrence, cette rencontre de Rome doit aussi à l’héritage du CERIM, Centre d’études et de recherches sur l’Italie méridionale, réseau de recherche inter-disiciplinaire porté par l’EFR des années 1990 au milieu des années 2000, qui a bénéficié en particulier de l’appui du Dipartimento di geografia de l’université l’Orientale de Naples (Pasquale Coppola) ; outre Naples, le programme Italie recompositions territoriales, s’appuie aussi sur les universités de Turin et Rome. L’Atlas de l’Italie contemporaine, Paris 2011 évoqué dans ce numéro (Delpirou) a bénéficié du support de l’EFR.

4 http://www.ecole-francaise.it/fr/q/d/Programme_2.7.5.pdf.

5 À cette première rencontre ont aussi participé Fabio Amato « La notion de crise à partir des périphéries urbaines : le cas de Naples » et Fabrizio Maccaglia « De quoi l’emergenza est-elle le nom ? Discours et action publique de l’exception en matière d’aménagement ».

6 La seconde rencontre de ce programme : « Dentro e fuori. Mobilità internazionali e dinamiche territoriali in Italia, Dedans et dehors. Mobilités internationales et dynamique des territoires en Italie » a eu lieu, sous la forme d’un colloque international, les 21-22-23 novembre 2013, à l’École française de Rome.

7 Dario di Vico, Corriere della Sera, édition du 20 décembre 2011.

8 Cf. article de Marco Cremaschi dans ce numéro.

9 Voir la troisième rencontre du programme, le colloque international  « Métropoles et régions, entre concurrences et complémentarités. Regards croisés France / Italie »  (9, 10, 11 Avril 2014, Paris). http://www.parisgeo.cnrs.fr/spip.php?article6445.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pascale Froment et Dominique Rivière, « Introduction.   Lire le territoire italien à l’aune de la crise », Mélanges de l’École française de Rome - Italie et Méditerranée modernes et contemporaines [En ligne], 125-2 | 2013, mis en ligne le 20 janvier 2014, consulté le 21 octobre 2017. URL : http://mefrim.revues.org/1406 ; DOI : 10.4000/mefrim.1406

Haut de page

Auteurs

Pascale Froment

Université Aix-Marseille - pascale.froment@amu-univ.fr

Articles du même auteur

Dominique Rivière

Université Paris-Diderot - dr@parisgeo.cnrs.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© École française de Rome

Haut de page
  • Logo École française de Rome
  • Revues.org