Navigation – Plan du site
Le territoire italien : crises, transitions, mutations

La crise vue par les cartes ? Retour sur l’Atlas de l’Italie contemporaine

Aurélien Delpirou

Résumés

Fondé sur une synthèse de travaux récents, mais aussi sur une compilation inédite de données statistiques, l’Atlas de l’Italie contemporaine offre un regard singulier, à la fois historique et géographique, sur les évolutions sociales et spatiales de la péninsule depuis l’achèvement du Risorgimento. Il permet non seulement de mettre au jour la complexité des réalités territoriales italiennes, mais aussi de faire écho aux réflexions très contemporaines sur la notion de crise.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1Publié par les éditions Autrement au moment des commémorations du 150e anniversaire de l’unité italienne, l’Atlas de l’Italie contemporaine a pour ambition d’offrir des clés de lecture pour comprendre un pays à la fois proche et mal connu par les Français. Sans en être l’objet initial ni central, la crise est une dimension qui apparaît en filigrane tout au long de l’ouvrage.

Regarder au-delà des Alpes… et des clichés

2D’un côté, les cartes et les chiffres rassemblés dans cet ouvrage soulignent la proximité entre les profils et les trajectoires socioéconomiques de la France et de l’Italie. Avec 61 millions d’habitants et un produit intérieur brut d’environ 2000 milliards de dollars en 2013, la Péninsule pèse un poids comparable à celui de l’hexagone au sein de l’Union européenne. A l’instar de la France, dans un premier temps, l’Italie a été moins touchée par la récession que ses voisins méditerranéens, avant d’être durement - et semble-t-il durablement - affectée par la crise des finances publiques. Enfin, les deux pays transalpins sont confrontés aux mêmes problèmes et défis structurels, du renouvellement de leur modèle économique à l’émergence de nouvelles fractures sociales et territoriales, en passant par la réduction des déficits publics.

  • 1 Voir par exemple les réactions suscitées par le blog tenu par le correspondant du Monde à Rome Phil (...)

3Pourtant, d’un autre côté, non seulement l’Allemagne semble être devenue, en France comme en Italie, le référentiel unique des discours politiques et médiatiques, mais les représentations françaises de la péninsule restent empruntes de condescendance. Le mépris avec lequel ont été traités le pays et ses dirigeants après les élections de février 2013 a offert une nouvelle illustration de ce regard biaisé1. Si les Italiens eux-mêmes entretiennent parfois les stéréotypes, la crise ayant fait ressurgir le complexe de l’Italietta, force est de constater qu’il est difficile, en France, d’appréhender l’Italie sans la résumer à ses clichés.

Des cartes au service de regards croisés

4Dans ce contexte, cet atlas, qui s’adresse d’abord à un large public français, a pris le parti d’un double regard historique et géographique pour mettre au jour la complexité des réalités italiennes. Ce choix original, qui s’inscrit aussi dans la tradition française de dialogue entre les deux disciplines, a conduit à placer au centre de l’ouvrage la notion de territoire, entendue comme un espace construit par des acteurs politiques et sociaux sur la longue durée.

  • 2 Le choix a été fait de privilégier la littérature francophone en raison du public visé par l’ouvrag (...)

5Cette approche territoriale se fonde sur une synthèse de travaux historiques et géographiques récents consacrés à l’Italie2, mais aussi sur une compilation inédite de données statistiques, couvrant parfois l’ensemble de la période unitaire (de 1860 à nos jours). Elle donne à voir une trajectoire singulière - unification récente et tourmentée, rapidité de la modernisation socioéconomique, absence d’alternance politique pendant des décennies -, marquée à la fois par de longues périodes d’inertie et par des ruptures brutales. Elle rappelle - et ceci est loin d’être négligeable à l’heure des discours catastrophistes sur la « crise structurelle » - que le pays a accompli en quelques décennies ce que d’autres ont fait en plus d’un siècle, en s’affirmant comme une grande puissance industrielle et en élaborant un modèle social original ainsi qu’une démocratie vivante, qui elle aussi a résisté à de nombreuses « crises ».

6Ces évolutions se sont traduites par de profondes recompositions territoriales. La soixantaine de cartes de l’atlas a pour ambition de les illustrer et de faciliter leur compréhension à différentes échelles, du quartier à l’Europe, cadre de référence permettant de mettre en débat le discours classique, en France comme en Italie, sur l’« anomalie italienne ». Ces jeux d’échelles et de temporalités invitent non seulement à confronter les mutations (les crises ?) contemporaines aux héritages du passé, mais aussi à se détacher des incantations idéologiques comme du fatalisme.

Le district, le Sud, le paysage : trois aspects d’une Italie « en crise »

7Trois exemples, d’échelle et de nature différentes, permettent de montrer comment les cartes, les graphiques et les tableaux rassemblés dans l’Atlas peuvent faire écho à des réflexions très contemporaines sur la « crise italienne ».

8Le premier a trait aux craintes d’un « décrochage » de l’économie italienne. La Péninsule est devenue dans les années 1970 une grande puissance industrielle à l’économie diversifiée. Toutefois, mal préparé pour affronter les chocs et les défis de la mondialisation, le système productif transalpin a été, plus fortement encore que ses concurrents, affaibli par le ralentissement de l’économie européenne, comme en témoigne l’évolution du PIB dans les années 2000 (graphique 1). En particulier, les districts industriels, qui ont essaimé du nord au sud de l’Italie et contribué à en faire l’un des premiers exportateurs mondiaux, ne jouent plus leur rôle de locomotive. Alors que la petite taille des sociétés (graphique 1 bis) est devenue un handicap pour affronter le marché globalisé, leur compétitivité a été mise à mal par la concurrence des pays émergents dans plusieurs secteurs traditionnels.

Graphique 1 : « L’évolution du PIB depuis 2000 dans quelques Etats européens »

Graphique 1 : « L’évolution du PIB depuis 2000 dans quelques Etats européens »

Graphique 1 bis - La taille des entreprises en Allemagne, France et Italie 

Graphique 1 bis - La taille des entreprises en Allemagne, France et Italie 

9Le deuxième concerne la persistance, voire l’aggravation, des contrastes territoriaux. Entre Nord et Sud, les gradients demeurent particulièrement forts pour toute une série d’indicateurs socio-économiques relatifs à l’activité, au niveau de vie, à l’internationalisation (carte 1).

Carte 1 - La persistance des disparités entre Nord et Sud 

Carte 1 - La persistance des disparités entre Nord et Sud 
  • 3 Voir à ce titre le colloque Dedans et dehors. Mobilités internationales et dynamique des territoire (...)

10Or, ces écarts tendent à s’amplifier lorsque la conjoncture est défavorable. Ce nouveau « décrochage du Sud » est illustré par la reprise et le changement de nature des migrations intérieures : elles concernent désormais moins les fractions les plus démunies de la population que les étudiants et les jeunes cadres (graphique 2). Ces flux à sens unique ne sont pas le moindre des obstacles à la renaissance économique, sociale et civile du Mezzogiorno3.

11Enfin, l’incapacité à réguler la croissance spatiale des villes, dans un contexte démographique pourtant atone, constitue une illustration singulière de la « crise de gouvernance » (malgoverno) régulièrement pointée dans le pays et à l’étranger. En Italie, la périurbanisation a pris une ampleur et des formes particulières à l’échelle de vastes territoires, y compris dans des contextes non métropolitains, comme en Vénétie, où une urbanisation à basse densité s’est diffusée à partir des bourgs et des villages (carte 2). Cette « consommation des sols » extensive et débridée met en péril ce qui constitue pourtant deux des plus grandes ressources du pays : le paysage et le patrimoine.

12Finalement, l’atlas contribue à illustrer à la fois la pertinence et les limites de la notion de crise appliquée à l’évolution du système territorial italien.

Carte 2 - Des formes d’urbanisation contrastées 

Carte 2 - Des formes d’urbanisation contrastées 
Haut de page

Notes

1 Voir par exemple les réactions suscitées par le blog tenu par le correspondant du Monde à Rome Philippe Ridet [http://italie.blog.lemonde.fr].

2 Le choix a été fait de privilégier la littérature francophone en raison du public visé par l’ouvrage. 

3 Voir à ce titre le colloque Dedans et dehors. Mobilités internationales et dynamique des territoires organisé à Rome les 21 et 22 novembre 2013 dans le cadre du programme de recherche L’Italie : recompositions territoriales du local à l’Europe.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Graphique 1 : « L’évolution du PIB depuis 2000 dans quelques Etats européens »
Titre Graphique 1 bis - La taille des entreprises en Allemagne, France et Italie 
Titre Carte 1 - La persistance des disparités entre Nord et Sud 
Titre Carte 2 - Des formes d’urbanisation contrastées 
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Aurélien Delpirou, « La crise vue par les cartes ? Retour sur l’Atlas de l’Italie contemporaine », Mélanges de l’École française de Rome - Italie et Méditerranée modernes et contemporaines [En ligne], 125-2 | 2013, mis en ligne le 15 janvier 2014, consulté le 26 février 2017. URL : http://mefrim.revues.org/1380 ; DOI : 10.4000/mefrim.1380

Haut de page

Auteur

Aurélien Delpirou

Université Paris Est - aurelien.delpirou@u-pec.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© École française de Rome

Haut de page
  • Logo École française de Rome
  • Revues.org