Navigation – Plan du site
Mythe, Histoire, Croisade. Autour d’Alphonse Dupront

Croisade, réformation religieuse, politique et morale de la chrétienté au XIVsiècle : Philippe de Mézières (vers 1325-1405)

Philippe Contamine

Résumés

En un chapitre pénétrant de son Mythe de croisade (1997), Alphonse Dupront évoque de main de maître l’étrange figure de Philippe de Mézières, qualifié en l’occurrence de « solitaire de la croisade ». La performance de Dupront est d’autant plus remarquable qu’à l’époque où il a achevé sa documentation (1956), plusieurs œuvres majeures de Mézières étaient encore inconnues, sauf recours aux manuscrits (une démarche que Dupront n’envisageait pas). Depuis quelques décennies, le chantier mézérien est en plein renouvellement. Le but de l’article est de faire le point en insistant d’une part sur la cohérence foncière des projets de Mézières, penseur fécond autant qu’inlassable homme d’action, et d’autre part sur le grand thème de la « réformation » qui, dans l’esprit de l’auteur du Songe du Vieil Pelerin, devrait concerner tous les descendants d’Adam, chrétiens comme infidèles, bref l’humanité entière, et cela même si ce sont surtout les recommandations relatives à la France qui ont jusqu’ici retenu l’attention des spécialistes.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Sur Paul Alphandéry, voir Morelle 1990.
  • 2 Paris, 1954 et 1959. Nouvelle édition en un volume avec une postface de M. Balard, Paris, 1995.
  • 3 Pagination continue. Sur les conditions de cette publication, on peut se reporter à : Dosse 2011, p (...)
  • 4 Dupront 1997, p. 17.
  • 5 Dupront 1997, p. 43.

1 Dans le strict prolongement chronologique du livre de Paul Alphandéry1, dont il fut l’élève et avec lequel il collabora étroitement, La Chrétienté et l’idée de croisade2, la thèse de doctorat d’État d’Alphonse Dupront, soutenue en Sorbonne en 1956 et publiée en quatre volumes en 1997 sous le titre Le Mythe de croisade3, commence, on le sait, « quand il n’y a plus de croisade »4, autrement dit avec « l’abandon de l’Orient latin à la fin du XIIIsiècle »5, avec la chute d’Acre en 1291, avec le « temps des "arrière-croisades" », encore que l’auteur ne manque pas de souligner que « les arrière-croisades continuent les croisades » et que « l’histoire de la croisade au XIVsiècle est […] une donnée vive ». Précisant sa pensée, il ajoute : « L’abandon de fait n’est donc pas un renoncement des hommes. Une puissance commune de croisade est encore capable d’animer, d’être atteinte ou même de saigner. Cela fait-il l’unité du siècle ? Certes non, mais un dessin de continuité ; et la saisie des continuités demeure dans la connaissance historique matière de choix pour l’analyse des profondeurs de l’âme collective. Siècle donc, ce XIVsiècle, où tout semble fini quant aux destins chrétiens de la Terre sainte et où cependant la croisade continue ».

  • 6 Sur ces projets, voir : Paviot 2008.
  • 7 Hommage probable à Philippe de Mézières, qui se désignait volontiers, durant le dernier quartier de (...)

2 D’où sous sa plume, un récit linéaire et attentif, en une centaine de pages, des diverses manifestations événementielles de la croisade, jusqu’au seuil du XVsiècle, suivi d’une étude, là encore substantielle puisqu’elle s’étend sur environ cinquante pages, des « projets de croisade », nombreux surtout entre 1290 et 13306. Viennent ensuite une série d’« images collectives » où Alphonse Dupront s’attache successivement aux témoignages d’Eustache Deschamps, de Christine de Pizan, d’Honoré Bovet et de Boccace ainsi qu’à une évocation approfondie de ceux qu’il appelle les « solitaires de la croisade »7, qui sont deux – et deux seulement – pour la période envisagée : Philippe de Mézières et Catherine de Sienne.

  • 8 Dupront 1997, p. 256-298 et 1809-1833.
  • 9 Philippe de Mézières 1954, p. 34.
  • 10 Matthieu, 16, 24.
  • 11 Jean, 8, 12.

3 De fait, en une quarantaine de pages, plus 24 pages de notes précises, voire érudites, Alphonse Dupront traite de la personnalité, de l’action et des écrits de Philippe de Mézières, avec, me semble-t-il, un vrai bonheur d’expression8. Philippe, ce « chevalier dévoreur de pays et d’espaces », ce « diplomate parfois établi », cet « écrivain abondant quand il ne voyage pas, et toujours rêveur obstiné et lucide », fait penser, selon Dupront, à « un don Quichotte conscient qui écrirait les livres avec lesquels se nourrir, se délivrer ou s’intoxiquer ». Il a vécu « l’eschatologie diffuse d’une société encore en vibrations paniques », sa religion exprime, mystiquement confondues, l’imitation de Jésus-Christ et la pulsion sacrificielle du vieil élan de croisade. De l’une de ses premières œuvres (1366), la Vita sancti Petri Thomae, la « legende de saint Pierre Thomas », comme le dit une traduction française du XVsiècle9, ce carme d’origine occitane qui, devenu patriarche latin de Constantinople et légat pontifical en Orient, fut le père spirituel très aimé de notre Philippe, Dupront écrit que, « dans une élévation soutenue, elle demeure pour cette fin du XIVe siècle un magnifique document de la vie intérieure de la croisade en quelques êtres rares ». Est également mentionné avec éloge le prologue de la seconde rédaction de la règle de l’ordre de la Passion de Jésus-Christ, cette « religion » que Philippe, pendant plus de cinquante ans, ambitionna de fonder sans y parvenir jamais, un texte « admirable », « tout en ligne, en chair et en âme ». Dupront souligne qu’en cette religio militaris, en cette militia Crucifixi rêvée par Philippe ou plutôt directement à lui révélée, vie active et vie contemplative sont indissolublement mêlées. Dupront, enfin, est sensible à l’enracinement scripturaire de la démarche de Philippe, notamment lorsqu’il se réfère aux deux paroles du Christ : Si quis vult post me venire, abneget semetipsum et tollat crucem suam et sequatur me10, et Ego sum lux mundi : qui sequitur me non ambulat in tenebro sed habebit lumen vitae11.

  • 12 En l’occurrence, Dupront a eu surtout recours à : Atiya 1938, Molinier 1881, Iorga 1896 et Bell 195 (...)
  • 13 Philippe de Mézières 1969. Une nouvelle édition de cette œuvre est en préparation par les soins de (...)
  • 14 Philippe de Mézières 1975.
  • 15 Contamine - Paviot - Van Hoorebeck 2008.
  • 16 Froissart 1872, p. 444-523.

4 Certes, depuis 1956, date apparemment ultime de la rédaction et de la mise au point final des pages en question, les travaux n’ont pas manqué et sur Philippe et sur la croisade au XIVe siècle. Il serait trop facile et trop injuste, il serait pour mieux dire stérile de relever que l’œuvre majeure d’Alphonse Dupront, en raison du moment excessivement tardif de sa publication, repose sur une bibliographie vieillie12. Le fait est que, comme son dessein n’était pas de consulter les manuscrits eux-mêmes dans leurs différents lieux de conservation, il n’a pu avoir d’accès direct ni au Songe du Vieil Pelerin13 ni à la Lettre au roi Richard II publiés respectivement en 1969 et 197514. Quant à l’Épître lamentable sur la déconfiture de Nicopolis en 1396, adressée l’année suivante à Philippe le Hardi, duc de Bourgogne, pour le consoler de la captivité de son fils Jean, comte de Nevers15, Dupront n’a pu en prendre connaissance que par les extraits, il est vrai copieux, publiés par J. B. Kervyn de Lettenhove, en annexe à sa monumentale édition des Chroniques de Froissart16. On admirera d’autant plus l’acuité avec laquelle, malgré des munitions si insuffisantes, il a saisi de l’intérieur l’esprit de la démarche mézérienne, à la fois cohérente et complexe.

5 Quoi qu’il en soit, en marge des pages éloquentes et vigoureuses d’un maître que je ne prétends ni réfuter ni dépasser, me plaçant en quelque sorte sous son égide, je vais m’attacher, en simple glossateur, à présenter quelques aspects de la pensée de Philippe de Mézières, une pensée étroitement mêlée à son action.

  • 17 Ainsi se désigne-t-il dans le prologue d’un recueil de ses prières : Wilmart 1932, p. 379, n. 1.
  • 18 Je renvoie ici aux travaux de Caudron 1983 et 1984. On a montré récemment la familiarité de Philipp (...)
  • 19 Voir le traitement qu’il recommande d’infliger à son cadavre dans : Philippe de Mézières 1972.
  • 20 Caudron 1981. Lui-même par exemple se range parmi « ceulx qui ont en abhominacion toutes fallaces d (...)
  • 21 Il n’ignorait ni Dante ni Boccace et fut en relation amicale avec Pétrarque.
  • 22 D’où dans son œuvre la présence assez marquée du thème de la pauvreté et de l’appauvrissement.
  • 23 Caudron 19842.
  • 24 Les débuts de leur pénétration en Europe datent précisément des années 1335-1340.

6 Écuyer picard tôt devenu chevalier, chancelier de Pierre Ier de Lusignan, roi effectif de Chypre et roi titulaire de Jérusalem (1358-1369), « conseiller, familier domestique et commensal »17 de Charles V, roi de France (1364-1380), personnalité à la vaste expérience humaine (grâce à la fréquentation de beaucoup de pays et de beaucoup de milieux, notamment dirigeants), à la très haute spiritualité (une spiritualité où toute leur place est accordée aux larmes et au cœur, à la douceur, au pathétique, voire au mysticisme18 et où la haine du corps est parfois paroxystique19), doté d’une solide culture, sacrée et profane, de type à la fois monastique et scolastique20, théologique et littéraire21, capable de maîtriser plusieurs langues dont le latin, Philippe, après une enfance et une première adolescence plutôt tranquilles et favorisées, à l’ombre de la cathédrale d’Amiens, vécut et plus encore eut conscience de vivre le reste de son âge en un temps de dépression démographique et économique22, d’instabilité politique, de tensions sociales, de crise profonde à la fois du sentiment religieux et de l’institution ecclésiale. Trois faits majeurs dominèrent sa vie : la guerre de Cent ans (la « grande plaie occidentale »), à laquelle il ne participa qu’occasionnellement mais dont il ressentit pleinement les effets23, la poussée des Turcs ottomans, qu’il ne se résignait pas à croire irrésistible24, enfin, à partir de 1378, ce qui allait devenir le Grand schisme d’Occident.

7 Au début de sa carrière, en 1345-1347, d’une part il suivit la croisade proclamée le 30 septembre 1343 par Clément VI dans sa bulle Insurgentibus contra fidem dirigée « contre ces infidèles païens appelés Turcs en langue vulgaire » (il s’agit là d’un véritable tournant dans la politique pontificale en direction du Levant), d’autre part, à la suite peut-être d’un vœu formulé sur un champ de bataille près de Smyrne où il avait débarqué quelques semaines plus tôt, il accomplit le pèlerinage de Jérusalem (car Philippe est un pèlerin au sens concret du terme quoique, métaphoriquement, il considère aussi sa vie elle-même, à l’instar de son inspirateur Guillaume de Digulleville, moine de l’abbaye cistercienne de Chaalis, comme un ou plutôt son pèlerinage sur terre). À Jérusalem, nouveau Moïse, il reçut de Dieu la mission de créer un ordre religieux et militaire destiné à devenir « la nouvelle religion de la chevalerie de Jésus-Christ pour l’acquisition [ou la rédemption : les deux formules se rencontrent] de la sainte cité de Jérusalem et de la Terre sainte », « pour la multiplicacion et defension de la sainte foy catholique, pour rafreschir et renouveler la piteuse memoire du doulx Jhesu Crist entre les crestiens aussi comme ja oubliee », cette dernière notation, certes un peu convenue, impliquant qu’il ne se faisait pas d’illusion sur l’état d’esprit de ses contemporains. Ainsi contact brutal, frontal, avec les Turcs, contact avec les Sarrasins (ces musulmans qui peuplaient ou dominaient l’espace du sultanat mamelouk, y compris la Terre promise), contact, non dénué de méfiance, avec la chrétienté orientale qu’il prétendit toujours protéger et sauver, plus ou moins malgré elle.

  • 25 Douët-d’Arcq 1867, p. 141, n° 534. Selon l’abrégé de la règle de son ordre contenu dans le Ms. Ashm (...)
  • 26 Flori 2001.
  • 27 Mézières en est conscient et c’est pourquoi il se dit bègue, à la manière de Moïse.
  • 28 De fait, Mézières ne manque pas d’admirer saint Bernard, le « bon Bourgoignon » (Philippe de Mézièr (...)

8 Dès le départ, il entend que sa future milice soit bien plus qu’une simple force militaire : un ferment ayant vocation à revivifier la chrétienté catholique, à en faire lever la pâte épaisse. Dès l’origine aussi, Jérusalem, militante et à terme triomphante, occupe une place centrale dans son esprit. Tel devait être le contenu de la Lamentatio super Jherusalem de negligencia christianorum qu’il écrivit en ou vers 1366 et dont un élégant exemplaire, couvert de velours inde (indigo), écrit sur deux colonnes, fermé par deux petits fermoirs d’argent et contenu dans un étui de cuir rouge, est signalé dans la bibliothèque de Charles VI25. Encore en 1395, pour inciter Richard II, roi d’Angleterre (1377-1399), une fois la paix conclue, à partir en croisade avec Charles VI, il évoque le Mont du Calvaire, le Saint Sépulcre, les saints lieux arrosés du précieux sang de l’Agneau de Dieu et souillés chaque jour par la « fausse generacion » de Mahomet. Il y développe une parabole selon laquelle il y avait jadis deux rois, le roi Malavisé, qui, négligeant la vertu de justice et la discipline de chevalerie (deux notions clés selon Mézières), en vint à perdre sa maîtresse cité et à devoir se réfugier dans une contrée lointaine, froide et même gelée. Son adversaire, le roi Vigilant, occupa cette cité, livra publiquement au feu les bannières, armes et enseignes du roi Malavisé (autant d’objets porteurs de son honneur), et asservit ses sujets. La parabole est claire : le roi Malavisé représente l’empereur et tous les rois chrétiens catholiques, le roi Vigilant représente le sultan mamelouk, le « soudan de Babylone », qui a conquis le « royaume general des crestiens », « c’est assavoir la cité de Jherusalem, le premier fondement de la foy catholique et avec elle toute la Terre de promission », le « commencement et fondement de la foy et [le] royaume singulier », le « païs et terre publique de la crestienté », son « royaume spirituel ». Ainsi la « gloire de la crestienté » se trouve-t-elle directement atteinte, tous les rois et tous les peuples chrétiens doivent se sentir concernés par un semblable échec, par un semblable affront, qu’il s’agit de venger, et non pas simplement les rois d’autrefois Guy et Henri de Lusignan dont la responsabilité se trouve de la sorte diluée. Quant à Philippe, il se compare à un vieux chevalier, cornant à temps et à contretemps dans un grand cornet de chasse pour rameuter les empereurs, rois et princes de la chrétienté, « voire pour assembler a la chasse de Dieu les grans levriers et chiens courans pour envaïr » Jérusalem, la « riche proie ». Certes, de semblables propos n’ont rien de radicalement original, ils s’inspirent directement d’un ensemble de réflexions censément théologiques élaborées depuis la première croisade26, mais il est frappant que ces réflexions, plus ou moins passées de mode, aient été reprises en cette fin du XIVe siècle, en langue vulgaire, à travers une éloquence répétitive27 et tendue, qu’on aurait pu penser d’un autre âge – disons pour faire bref l’âge de saint Bernard28.

9 Il est frappant aussi que les grandes références de Philippe dans ce domaine aient été son cher compatriote l’Amiénois Pierre l’Ermite, Godefroy de Bouillon ainsi que Pierre Ier, roi de Chypre, qu’il présente comme un obsédé de la croisade.

10 Dans le même registre, la Vita sancti Petri Thomae évoque la visite de Pierre Thomas au sépulcre du Seigneur, ses dévotions si impressionnantes que les assistants pleuraient en les voyant et même sa volonté de martyre (comme saint François d’Assise, comme le bienheureux Raymond Lulle), telle qu’elle se manifesta à travers une prédication offerte sur le Mont Sion aux chrétiens de l’endroit, et cela en présence de Sarrasins tout disposés à lui faire un mauvais parti.

  • 29 Philippe de Mézières 1969, t. I, p. 90.
  • 30 On ne possède plus ni « L’espitre secrete que le Vieil Pelerin en s’estude devotement presenta » à (...)
  • 31 Philippe de Mézières 1969, t. I, p. 90. On notera la double nature du besant, frappé à la fois par (...)

11Ainsi, dès ses vingt ans, comme il le rappelle lui-même, Philippe désira ardemment « que la sainte cité de Hierusalem et la Terre sainte fussent delivrez de l’ydolatrie et souilleure de la fausseté de Mahommet et des ennemys de la foy et ramenee a la sainte foy catholique »29. Mais progressivement, alors même que la perte de plusieurs de ses ouvrages ne permet pas de connaître les étapes de la mutation, de l’infléchissement, de l’élargissement, de l’approfondissement de sa pensée30, Philippe fut saisi d’une autre ambition, non sans lien bien sûr avec la précédente. Cette ambition, il la formule dans les premières pages du Songe du Vieil Pelerin : « Le grant desir que le besant de l’Eglise et de la puissance seculiere fussent une foiz reformez et ramenez a leur premier aloy et a la vraye estampe du souverain maistre de la monnaie »31. Allégoriquement, il s’agit bien d’une réforme monétaire, du retour à la forte monnaie d’autrefois : chasser la mauvaise monnaie, qui n’a cessé d’empirer, et faire accepter par tous, peuples et princes, la bonne monnaie venue de Dieu et fondée en Dieu.

  • 32 Autrand 1986; Contamine 2005.
  • 33 Il lui suffisait, pour gagner l’hôtel Saint-Pol, de traverser la rue du Petit-Musc. Il devait dispo (...)
  • 34 L’on songe à Louis XIV et au célèbre téléfilm de Roberto Rossellini (1967).
  • 35 Philippe de Mézières 1969, t. I, p. 93.

12Tel est l’objectif central de cette vaste allégorie morale qu’il composa en 1389, peut-être tout d’une traite, et à laquelle il donna le titre de Songe du Vieil Pelerin – un traité écrit à l’intention du roi de France Charles VI alors que celui-ci, âgé de 20 ans, venant d’entamer son règne personnel en écartant formellement la pesante tutelle de ses oncles32. Philippe connaissait Charles VI de longue date. Premier fauconnier du jeune faucon, il avait contribué à son éducation morale, spirituelle et intellectuelle. Retiré à l’intérieur de la clôture du couvent des célestins de Paris (mais peut-être était-il en mesure d’en sortir directement, sans passer par la porterie), il se trouvait à proximité immédiate de l’hôtel Saint-Pol33, l’une des résidences préférées du jeune roi. La prise de pouvoir de ce dernier34 fut marquée par l’entrée d’une équipe, certes nouvelle mais aussi ancienne dès lors qu’elle prétendait se rattacher au règne réparateur du sage Charles V. L’occasion était ainsi offerte à Philippe de délivrer son message, d’exposer la plénitude de sa « doctrine ». Il s’agissait à la limite, dit-il, de « monstrer en escripture a toutes generations du monde, fidelz et infidelz », une « pratique nouvelle pour la reformation du monde »35.

  • 36 Cazelles 1962-1963; Contamine 1992; Blanchard 1986; Blanchard 1988.

13 Car c’est bien le thème de l’amendement, de la réformation (ou re-formation) des hommes et des mœurs, des institutions et des pays, qui passe alors au premier plan. Un thème toutefois dont il n’est pas l’inventeur (tant s’en faut) puisqu’on peut le suivre en France, dans son acception politique et morale, au moins depuis le règne de Philippe le Bel et peut-être même depuis le règne de Saint Louis, au lendemain du retour de sa première croisade, et puisqu’il fut très présent lors de la crise qui suivit la défaite de Poitiers en 1356 et la calamiteuse captivité du roi Jean36.

  • 37 L’expression figure déjà, alors qu’on la croit souvent plus tardive.
  • 38 Philippe de Mézières 1969, t. I, p. 447.
  • 39 Philippe de Mézières 1969, t. I, p. 96.
  • 40 « La doulce reformation du royaume de Gaule » (Philippe de Mézières 1969, t. II, p. 484).

14 Dans le Songe, la réformation prend la forme suivante. Envoyée sur terre par la Providence, la reine Vérité, en compagnie de ses trois dames d’honneur, Paix, Miséricorde et Justice, et d’une suite d’aimables chambrières, parcourt à un rythme soutenu un grand nombre de régions et de royaumes. S’arrêtant dans la capitale de chacun de ces pays, elle réunit ou convoque dans une église ou dans un palais (ainsi à Avignon, dans le palais apostolique, à Paris, au palais royal de la cité, et, plus précisément, dans la grande chambre du parlement, siège plénier de la justice royale), les différentes composantes de la société politique concernée (voire de la société tout court : roi et/ou pape, princes, patriarches, cardinaux et prélats, barons et grands seigneurs, bas clergé séculier et régulier, bourgeois, gens de métier et laboureurs, bref le peuple gros et menu), en un parlement général, un consistoire général, en des états généraux37, en des chapitres généraux (ce sont là les termes et expressions employés, en parfaite adéquation avec les formules politiques et ecclésiastiques de l’époque). Pour la France par exemple, toutes les « provinces » figurent, y compris la Bretagne mais moins la Flandre38. La reine Vérité procède rapidement à une enquête sur la qualité des besants en circulation à l’intérieur de chacune des entités politiques visitées puis, « approuvant ou reprouvant la monnoie du païs »39, elle rend son jugement en proposant, le cas échéant c’est-à-dire presque toujours, une « reformation », autrement dit la mise au billon de la mauvaise monnaie et le remplacement de celle-ci, au moyen d’une nouvelle frappe, par des pièces de bon aloi. Avant de repartir pour une autre contrée, elle laisse sur place des lieutenants chargés de veiller à la mise en circulation de cette nouvelle monnaie. Tout cela n’est pas sans rappeler la rigoureuse procédure des enquêteurs-réformateurs qui intervinrent à plusieurs reprises lors des crises politiques du XIVe siècle, non sans susciter bien des oppositions et des résistances. Toutefois, Philippe entend mettre en œuvre sa « pratique » moins brutalement ainsi que l’indique le terme de « douce et amoureuse reformation »40 parfois employé. Le but est de convaincre et non de contraindre, de corriger et non de sévir.

  • 41 Philippe de Mézières 1969, t. I, p. 94.
  • 42 La comparaison était à la mode, en raison de la popularité de cette magnifique prouesse technique q (...)
  • 43 Philippe de Mézières 1969, t. I, p. 207.
  • 44 Philippe de Mézières 1969, t. II, p. 451.

15 L’ambition est donc, comme nous dirions, planétaire (le théologien Hans Küng parlerait de Weltethos), même si, en fait, elle finit par se concentrer sur la réforme du roi et du royaume de France en passant par celle de la chrétienté, de la chrétienté catholique. « Pensez de travailler pour le bien commun de la generation de Adam et par especial de la crestienté catholique et finablement pour le bien et gloire du Blanc Faucon [Charles VI] et par consequent du royaume de Gaule [la France] »41. Cette « nouvelle doctrine et nouvelle pratique » se fait « a la requeste de tous ceulx qui desirent la reformation de tout le monde et de la crestienté ». Bref, il s’agit de «rapareiller l’orloge du gouvernement du monde »42. Car « la belle orloge du monde est non pas tant seulement desatrempee [déréglée] mais toute rompue et malmenee » en sorte que dame Nature, la servante de Dieu, ne frappe plus « les cops par lesquelx on deust vivre par reigle »43. Le message est destiné « non tant seulement aux crestiens ains aux Sarrazins, a Juifs, a Thurcs, a Tartres et a païens »44.

  • 45 Philippe de Mézières 1969, t. I, p. 450.
  • 46 Philippe de Mézières 1969, t. II, p. 446.
  • 47 Philippe de Mézières 1969, t. II, p. 451.

16 Il n’empêche que Charles VI a droit à un traitement spécial, à une admonition privilégiée de la part de la reine Vérité et de ses compagnes, dans la mesure où c’est surtout son « franc arbitre » qu’il convient de persuader et de redresser. À un certain moment, une fois les remontrances présentées aux « quatre gerarchies triples des douze ordres et estas singuliers du royaume de France »45, le jeune roi quitte la grande chambre du parlement pour se retrouver au sommet d’une montagne, en un « petit parquet » carré, aux quatre angles duquel siègent la reine Vérité et ses trois dames d’honneur tandis que les chambrières font cercle autour de lui à l’intérieur même du « parquet ». Et là, dans ce lieu élevé, ayant laissé tout en bas dans la vallée la communauté du royaume, tel Moïse au mont Sinaï, d’où son surnom maintes fois répété de « jeune Moïse couronné », il se voit remettre, inscrits sur deux tables, les commandements à suivre, plus un chariot royal à quatre roues, plus un mystérieux échiquier à soixante-quatre cases, enfin une règle carrée destinée à gouverner, à « amander et reformer »46 son peuple puisqu’il lui revient au premier chef d’être la cause efficace de la « reformacion de toute la crestienté »47.

  • 48 À Leulinghen, en Flandre, le 18 juin 1389. Philippe de Mézières 1969, t. II, p. 488.
  • 49 Philippe de Mézières 1969, t. II, p. 488.
  • 50 Philippe de Mézières 1969, t. II, p. 497.
  • 51 Philippe de Mézières 1969, t. II, p. 496.

17 Plus précisément, aux yeux de Philippe, les circonstances étaient redevenues favorables car, pour la « nef françoise », l’une des causes majeures du dérèglement, c’était la guerre avec l’Angleterre, or une trêve de trois ans venait d’être conclue entre Charles VI et Richard II48, ce qui devait permettre au « jeune Moyse » et au « peuple gallican » de reconnaître la « sainte doctrine »49. Alors pourrait s’opérer « la sainte reformacion en Dieu du royaume de Gaules »50 et pourrait se produire un Risorgimento de la France et des Français qui, ayant retrouvé leur franchise, tels des nouveaux nés, pourraient s’exclamer à pleine voix « Mont Joye »51.

  • 52 Philippe de Mézières 1969, t. II, p. 491.
  • 53 Philippe de Mézières 1969, t. II, p. 502.
  • 54 Philippe de Mézières 1969, t. II, p. 451.

18 Il est vrai que les dernières pages du Songe, en dépit des encouragements que la reine Vérité et ses sœurs Douce Amour et Sapience prodiguent à Ardent désir (c’est-à-dire Philippe), sont de tonalité pessimiste, désabusée, désenchantée, pour ne pas dire désespérée. Les lieutenants qu’elles laissent au royaume de France, autrement dit ces hommes de bonne volonté disposés à rappeler la sainte et saine doctrine, ne trouvent guère d’écho auprès de l’opinion commune, ils sont réputés « par les saiges du monde » « de groz engins, ruddes et ydiotes » tout simplement parce qu’ils s’en tiennent à l’enseignement éprouvé, à la tradition, alors que le monde n’est plus sensible qu’ « aux nouvelles oppinions », qu’aux « cinq piez du mouton » et à la « quinte evangile »52, une sorte de religion New Age. Du coup, la fausse monnaie, les mauvais besants sont toujours en circulation, les Turcs progressent et la « reformacion » du « scisme mauldit n’est pas si preste comme mestier seroit a la crestienté »53. Manifestement, les temps ne sont pas encore venus de la « reformacion » de l’humanité54. Tout repose en dernier ressort sur l’éventuelle application par Charles VI, et au besoin par son frère Louis, son trop brillant second, du contenu des deux tables, du chariot royal et de l’échiquier mystérieux.

  • 55 Philippe de Mézières 1969, t. II, p. 429.
  • 56 Philippe de Mézières 1969, t. II, p. 498.

19 Dans ce processus, la croisade, la nouvelle milice, Jérusalem même ne sont pas oubliés car il est entendu que la réformation n’a de sens que si elle conduit au saint passage d’outremer, tel qu’il sera préparé et mis en œuvre, le moment venu, par un grand conseil (ou concile) général des quatre hiérarchies des trois états du royaume de Gaule, à la lumière des trente recommandations énumérées par le Vieil Pèlerin55. L’introduction de la bonne monnaie entraînera, selon le précepte de l’Évangile, la multiplication des talents confiés par Dieu à Charles VI, elle permettra le « bon gouvernement de [sa] haulte personne royalle », la « consolacion generalle de tous les Gallicans », la « multiplicacion de la foy catholique », la « liberacion de la saincte cité de Jherusalem et de la Terre de promission », enfin la conversion des infidèles56. Au reste, avant l’ouverture des hostilités, il sera courtoisement demandé au soudan de Babylone de renoncer de son plein gré à un royaume dont en toute bonne foi il ne peut penser qu’il lui appartienne légitimement.

  • 57 Philippe de Mézières 1969, t. II, p. 497. Voir aussi le testament de Philippe de 1392 où il exprime (...)
  • 58 Philippe de Mézières 1969, t. I, p. 112.
  • 59 Philippe de Mézières 1969, t. I, p. 561.

20 Dans une perspective cette fois franchement eschatologique, n’est-ce pas d’ailleurs la mission du jeune Moïse couronné que « d’adroissier [diriger] la nef françoise de nouvel et par grace au chemin d’Orient et a la sainte cité »57 ? « La sainte cité de Jherusalem en Surie est prinse en figure pour Hierusalem triumphant, a laquelle tous ceulx de la gracieuse nef françoise qui bien auront gouverné a la fin de leur voyage parviendront et par grace est prise en figure pour Paradis et le royaume du ciel »58. Cette grande et puissante nef n’abrite pas moins de mille personnes, représentant l’ensemble de la société française. Toutes entreprennent leur voyage sur la mer salée du monde, les unes bien, les autres mal, « et toutesfois, faisant leur voyage, de prime face tout droit [se] rendent en Hierusalem », chacune espérant trouver, selon la formule de Philippe, l’élixir de vie et la pierre philosophale. Bref, il faut retrouver le temps où l’Esprit Saint gonflait doucement et « souefment » la nef des Français, la nef Gracieuse (tel est son nom), qui « a grant transquillité joyeusement parvenoit en Hierusalem »59.

21 Dans la nouvelle présentation de son ordre de la Passion du Crucifix, telle qu’elle figure dans une rédaction datée de 1396 tout comme dans l’épître envoyée l’année précédente à Richard II, Jérusalem militante puis triomphante figure toujours au centre de l’action, de la pensée, de l’imaginaire mézériens. Le dessein est toujours la juste reconquête et la détention cette fois définitive de la Terre de promission. Là doivent s’installer à jamais les membres de l’ordre.

  • 60 À l’édition de l’ « Epistre lamentable » (Contamine, Paviot et Hoorebeck 2008) on peut ajouter Cont (...)

22 Mais, survenus quelques mois plus tard, le « voyage de Hongrie » et la « lacrymable » déconfiture de Nicopolis (septembre 1396) changèrent les perspectives. L’ennemi capital n’était plus le Sarrasin mais le Turc dont Philippe, fort de son expérience, s’employa alors, dans sa lettre « consolatoire » adressée à Philippe le Hardi, à faire connaître l’histoire, les mœurs, la manière de combattre. Délivrer les prisonniers de Nicopolis, tombés aux mains de l’« Amourath Baquin » (Bayezid II), certes, reconquérir éventuellement les Balkans déjà à moitié recouverts par la grande vague ottomane, mais surtout attaquer le Turc chez lui, au cœur de sa domination, frapper le serpent à la tête, grâce à un mouvement convergeant en provenance de l’Ouest et du Nord. La conquête de la « sainte Terre de promission » n’est pas exclue, mais elle passe à l’arrière-plan. Et Philippe, avec plus de netteté qu’auparavant, envisage pour cette grande tâche (car il n’a garde de sous-estimer l’adversaire) de susciter, avec l’aide de Dieu, une nouvelle race de combattants. Ceux-ci, issus de la classe moyenne, seront les gardiens des quatre vertus qui, selon lui, sont indispensables à toute réussite militaire : Règle, Obéissance, Justice, Discipline de chevalerie. Cette nouvelle « generacion » constituera « un nouveau peuple d’Israel esleu de Dieu » destiné à s’opposer « meurement, sagement et vaillamment » aux Infidèles et en premier lieu à la « sauvaige lignie de Turquie ». Ce nouvel Israël sera un peuple guérisseur : il offrira sa médecine pour soigner les plaies de la chrétienté. Il sera, selon la formule de saint Augustin, la Cité de Dieu, mais une cité mobile, « portative », à la manière du camp de guerre du Grand Khan, à la manière aussi de l’arche de Noë60.

  • 61 Dupront 1997 p. 15.
  • 62 Cité dans : Aubenas - Ricard 1951.

23 Comme l’écrit Alphonse Dupront, « par une induction sans doute naturelle, la lutte contre le Turc a pris la suite de l’expédition sainte »61. Il n’empêche que ce qui faisait vibrer Philippe, c’était d’abord Jérusalem, objet et symbole permanent de son « ardent désir ». On ne le conçoit pas souscrivant telle quelle à l’opinion de Pie II lors du congrès de Mantoue dans son discours emphatique de 1459 : « La Terre sainte, où coulèrent le lait et le miel, le sol d’où sortirent les premiers germes de notre salut, le temple de Salomon où Notre Seigneur prêcha si souvent, Bethléem où il naquit, le Jourdain où il fut baptisé, le Thabor où il fut transfiguré, le Calvaire qu’il arrosa de son sang, le Tombeau où il reposa, sont tous depuis longtemps au pouvoir de nos ennemis. Sans leur permission, il nous est interdit de visiter ces lieux sacrés. Mais laissons là ces pertes, qui remontent déjà à une époque lointaine, et ne parlons que de ce que nous avons perdu de nos jours et par notre faute. Ce ne sont pas nos pères, c’est nous qui avons laissé prendre par les Turcs Constantinople, la métropole de l’Orient »62. Certes, Philippe en aurait convenu mais, au fond de son être, contrairement à Pie II il ne se résignait pas à la perte de la Terre promise. Philippe a vécu dans sa chair le glissement de la reconquête de la Terre sainte, aux dépens des Sarrasins, à la lutte contre le Turc. Lutte honorable, nécessaire, salutaire, à la limite vitale : mais le retentissement affectif, poétique et pour tout dire mystique était-il le même ? Mourir pour et à Jérusalem, mourir en défendant contre le Turc les boulevards de la chrétienté, les deux démarches sont « théologiquement » différentes. Dans un cas, la liaison eschatologique entre réformation et croisade peut se concevoir et même s’imposer, dans l’autre il s’agit d’abord et avant tout d’action politique et de stratégie militaire.

  • 63 Parmi les nombreux travaux qui, ces dernières années, ont renouvelé en profondeur nos connaissances (...)

24 Philippe de Mézières eut beau, à sa manière, tenté d’épouser son siècle, on peut dire qu’à la suite d’imprévisibles circonstances (l’assassinat de Pierre Ier de Chypre, l’élection d’Urbain VI, la folie de Charles VI, la déposition de Richard II), et surtout en raison des mouvements de fond dans la société et dans les représentations mentales, il échoua sur toute la ligne : le conflit franco-anglais se poursuivit, jusqu’à devenir la « guerre de Cent ans », le Grand schisme se prolongea douze années encore après sa mort, la réforme de l’État ne vit pas le jour, et le désastre de Nicopolis sonna pour longtemps le glas de la croisade in actu. Il n’empêche que, comme l’a magnifiquement démontré Alphonse Dupront, le « mythe de croisade » ne mourut pas en Occident avec l’utopie mézérienne, le Songe ne fut pas son chant du cygne, mais seulement une étape, encore que l’une des plus baroques et l’une des plus prégnantes63. À la fin du Moyen Âge, le temps de la croisade était terminé mais l’Occident ne le savait pas ou plutôt ne voulait pas le savoir.

Haut de page

Bibliographie

Atiya 1938 = A.S. Atiya, The Crusade in the Later Middle Ages, Londres, 1938.

Aubenas - Ricard 1951 = R. Aubenas, R. Ricard, L’Église et la Renaissance (1449-1517), Paris, 1951, p. 51-52.

Autrand 1986 = F. Autrand, Charles VI, la folie du roi, Paris, 1986.

Bell 1955 = D. M. Bell, Étude sur le « Songe du Vieil Pèlerin », Genève, 1955.

Bell 2012 = A. Bell, English Members of the Order of the Passion : Their Political, Diplomatic and Military Significance, dans R. Blumenfeld-Kosinski, K. Petkov (éd.), Philippe de Mézières and His Age. Piety and Politics in the Fourteenth Century, Leyde- Boston, 2012, p. 321-347.

Blanchard 1986 = J. Blanchard, Politiques des points de vue et stratégies discursives. Philippe de Mézières et le discours de la réformation morale, dans Actes du 18e Congrès international de linguistique et de philologie romanes, Trèves, 1986,, t. VI, p. 491-500.

Blanchard 1988 = J. Blanchard, Discours de la réforme et utopie à la fin du Moyen Âge : le Songe du Vieil Pelerin de Philippe de Mézières (1389), dans Studi francesi, 96, 1988, p. 397-403.

Blanchard 2008 = J. Blanchard, Les Hiérarchies de l’honneur. Avatars d’une grille conceptuelle à la fin du Moyen Âge. Mézières et le Pseudo-Denys, dans Revue historique, 2008, p. 789-817.

Caudron 1981 = O. Caudron, Philippe de Mézières étudiant à l’université de Paris, dans Bibliothèque de l’École des chartes, t. 139 (1981), p. 245-246.

Caudron 1983 = O. Caudron, La spiritualité de Philippe de Mézières, dans Positions des thèses de l’École nationale des chartes, Paris, 1983, p. 35-45.

Caudron 1984 = O. Caudron, Philippe de Mézières, dans Dictionnaire de spiritualité, t. XII, 1, Paris, 1984, col. 1319-1316.

Caudron 19842 = O. Caudron, Philippe de Mézières capitaine de Blérancourt dans les années 1350, dans Mémoires de la fédération des sociétés d’histoire et d’archéologie de l’Aisne, 29, 1984, p. 69-73.

Cazelles 1962-1963 = R. Cazelles, Une exigence de l’opinion depuis Saint Louis : la réformation du royaume, dans Annuaire-Bulletin de la Société de l’histoire de France, années 1962-1963, p. 91-99.

Contamine 1992 = Ph. Contamine, Réformation : un mot, une idée, dans Id., Des pouvoirs en France, 1300-1500, Paris, 1992, p. 37-47.

Contamine 1997 = Ph. Contamine, La « Consolation de la desconfiture de Hongrie » de Philippe de Mézières », dans « Nicopolis, 1396-1996 ». Actes du colloque international organisé par l’Académie des sciences, arts et belles-lettres de Dijon et le Centre national de la Recherche scientifique, J. Paviot et M. Chauney-Bouillot (éd.), Dijon, 1997, p. 35-47.

Contamine 2005 = Ph. Contamine, La crise de la royauté française au XIVe siècle : réformation et innovation dans le Songe du Vieil Pelerin (1389) de Philippe de Mézières, dans H.-J. Schmitt (éd.), Tradition, Innovation, Invention. Fortschrittsverweigerung und Fortschrittsbewusstsein, Berlin, 2005, p. 361-379.

Contamine 2009 = Ph. Contamine, « Les princes, barons et chevaliers qui a la chevalerie au service de Dieu se sont ja vouez ». Recherches prosopographiques sur l’ordre de la Passion de Jésus-Christ (1385-1395), dans M. Nejedly et J. Svatek (éd.), La Noblesse et la croisade à la fin du Moyen Âge (France, Bourgogne, Bohême), avec la collaboration de D. Baloup, B. Joudiou et J. Paviot, Toulouse, 2009, p. 43-67.

Contamine - Paviot - Hoorebeck 2008 = Philippe de Mézières, Une « Epistre lamentable et consolatoire » adressée en 1397 à Philippe le Hardi, duc de Bourgogne, sur la défaite de Nicopolis (1396), Ph. Contamine, J. Paviot et C. Van Hoorebeck (éd.), Paris, 2008.

Dosse 2011 = F. Dosse, Pierre Nora, homo historicus, Paris, 2011.

Douët-d’Arcq 1867 = L. Douët-d’Arcq (éd.), Inventaire de la bibliothèque du roi Charles VI fait au Louvre en 1423 par ordre du régent duc de Bedford, Paris, 1867.

Dupront 1997 = A. Dupront, Le mythe de croisade, Paris, 1997.

Flori 2001 = J. Flori, La Guerre sainte. La formation de l’idée de croisade dans l’Occident chrétien, Paris, 2001.

Guerber 2001 = E. Guerber, Le quartier de l’hôtel Saint-Paul à Paris : étude topographique, économique et sociale, 1360-1550, Paris, 2001 (thèse inédite de l’École nationale des chartes).

Froissart 1872 = Œuvres de Jean Froissart, J. B. Kervyn de Lettenhove (éd.), t. XVI, Bruxelles, 1872.

Froissart 1986 = J. Froissart, L’Orloge amoureuse, P. Dembowski (éd.), Genève, 1986.

Hamdy 1964 = A. H. Hamdy (éd.), Philippe de Mézières and the New Order of the Passion, dans Bulletin of the Faculty of Arts of the University of Alexandria, 18, 1964, p. 43-104,

Iorga 1896 = N. Iorga, Philippe de Mézières, 1327-1405, et la croisade au XIVe siècle, Paris, 1896.

Molinier 1881 = A. Molinier, Description de deux manuscrits contenant la règle de la Militia Passionis Jhesu Christi de Philippe de Mézières, dans Archives de l’Orient latin, t. I, 1881, p. 335-364.

Morelle 1990 = L. Morelle, Le prophétisme médiéval latin dans l’œuvre et l’enseignement de Paul Alphandéry. À propos d’archives récentes mises à jour, dans A. Vauchez (éd.), Les textes prophétiques et la prophétie en Occident (XIIe-XVIe siècle). Actes de la table ronde organisée par l’U.R.A. 1011 du C.N.R.S. et le Centre de recherche « Histoire sociale et culturelle de l’Occident, XIIe-XVIIIe siècle » de l’Université de Paris X-Nanterre (Chantilly, 30-31 mai 1988), Rome, MEFRM 1990, 102-2, p. 513-532.

Paviot 2003 = J. Paviot, Les ducs de Bourgogne, la croisade et l’Orient (fin XIVe siècle-XVe siècle), préface de J. Richard, Paris, 2003.

Paviot 2008 = J. Paviot (éd.), Projets de croisade (v. 1290-v. 1330), préface de J. Richard, Paris, 2008.

Philippe de Mézières 1954 = Philippe de Mézières, Vita sancti Petri Thomae, J. Smet (éd.), Rome, 1954.

Philippe de Mézières 1969 = Philippe de Mézières, Le Songe du Vieil Pelerin, G. W. Coopland (éd.), 2 vol., Cambridge, 1969.

Philippe de Mézières 1972 = Philippe de Mézières, La Preparacion en Dieu de la mort ou testament de Philippe de Mézières, A. Guillemain (éd.), dans Mélanges Jeanne Lods, Paris, 1972, p. 297-322.

Philippe de Mézières 1975 = Philippe de Mézières, Épître à Richard II, G. W. Coopland (éd.), Liverpool, 1975.

Philippe de Mézières 2008 = Philippe de Mézières, Le Songe du vieux pèlerin, J. Blanchard (éd.), Paris, 2008.

Thiry-Stassin 2004 = M. Thiry-Stassin, Un traducteur fidèle. Quelques remarques sur la traduction de la Vita sancti Petri Thomae de Philippe de Mézières, dans M. Colombo Timelli, C. Galderisi (éd.), « Pour acquerir honneur et pris ». Mélanges de Moyen Français offerts à Giuseppe Di Stefano, Montréal, 2004, p. 155-163.

Wilmart 1932 = A. Wilmart, Auteurs spirituels et textes dévots du Moyen Âge latin, Paris, 1932.

Haut de page

Notes

1 Sur Paul Alphandéry, voir Morelle 1990.

2 Paris, 1954 et 1959. Nouvelle édition en un volume avec une postface de M. Balard, Paris, 1995.

3 Pagination continue. Sur les conditions de cette publication, on peut se reporter à : Dosse 2011, p. 404-407.

4 Dupront 1997, p. 17.

5 Dupront 1997, p. 43.

6 Sur ces projets, voir : Paviot 2008.

7 Hommage probable à Philippe de Mézières, qui se désignait volontiers, durant le dernier quartier de sa vie, comme le « vieil solitaire » du couvent des Célestins de Paris. Cette solitude ne l’empêcha pas de s’efforcer de recruter, pour son projet de fondation d’un nouvel ordre de chevalerie, aussi bien des membres proprement dits que des sympathisants : Contamine 2009 et Bell 2012.

8 Dupront 1997, p. 256-298 et 1809-1833.

9 Philippe de Mézières 1954, p. 34.

10 Matthieu, 16, 24.

11 Jean, 8, 12.

12 En l’occurrence, Dupront a eu surtout recours à : Atiya 1938, Molinier 1881, Iorga 1896 et Bell 1955.

13 Philippe de Mézières 1969. Une nouvelle édition de cette œuvre est en préparation par les soins de J. Blanchard. En attendant, voir Philippe de Mézières 2008 (traduction française du Songe due au même éditeur, qui présente en outre l’intérêt de fournir une bibliographie très complète des œuvres de Mézières et de leur environnement historique et littéraire).

14 Philippe de Mézières 1975.

15 Contamine - Paviot - Van Hoorebeck 2008.

16 Froissart 1872, p. 444-523.

17 Ainsi se désigne-t-il dans le prologue d’un recueil de ses prières : Wilmart 1932, p. 379, n. 1.

18 Je renvoie ici aux travaux de Caudron 1983 et 1984. On a montré récemment la familiarité de Philippe avec l’œuvre du Pseudo-Denys l’Aréopagite (Blanchard 2008).

19 Voir le traitement qu’il recommande d’infliger à son cadavre dans : Philippe de Mézières 1972.

20 Caudron 1981. Lui-même par exemple se range parmi « ceulx qui ont en abhominacion toutes fallaces de la logique d’Occam », autrement dit le nominalisme (Philippe de Mézières 1969, t. II, p. 491). De façon significative, Mézières entend placer les mesures de réforme proposées dans le Songe du Vieil Pelerin sous le contrôle de sa « mere », l’université de Paris. Il convient, dit-il, à Charles VI, de la consulter régulièrement et de se soumettre à ses avis.

21 Il n’ignorait ni Dante ni Boccace et fut en relation amicale avec Pétrarque.

22 D’où dans son œuvre la présence assez marquée du thème de la pauvreté et de l’appauvrissement.

23 Caudron 19842.

24 Les débuts de leur pénétration en Europe datent précisément des années 1335-1340.

25 Douët-d’Arcq 1867, p. 141, n° 534. Selon l’abrégé de la règle de son ordre contenu dans le Ms. Ashmole 813 de la Bodleian Library d’Oxford (Hamdy 1964), il n’entend pas, à la date où il écrit [vers 1390], s’appesantir sur la perte de Jérusalem, car, dit-il, « il me souvient que en un petit volume intitulé La lamentacion de Jherusalem de la negligence des crestiens je en ay escript assez largement ».

26 Flori 2001.

27 Mézières en est conscient et c’est pourquoi il se dit bègue, à la manière de Moïse.

28 De fait, Mézières ne manque pas d’admirer saint Bernard, le « bon Bourgoignon » (Philippe de Mézières 1969, t. I, p. 93).

29 Philippe de Mézières 1969, t. I, p. 90.

30 On ne possède plus ni « L’espitre secrete que le Vieil Pelerin en s’estude devotement presenta » à Charles VI (Philippe de Mézières 1969, t. II, p. 432), ni, à l’intention cette fois de Bureau de La Rivière, l’un des « Marmousets », et, indirectement, à l’intention du jeune roi, « Le pelerinage du povre pelerin et reconfort de son pere et mere » (Philippe de Mézières 1969, t. I, p. 85).

31 Philippe de Mézières 1969, t. I, p. 90. On notera la double nature du besant, frappé à la fois par le pouvoir spirituel et le pouvoir temporel.

32 Autrand 1986; Contamine 2005.

33 Il lui suffisait, pour gagner l’hôtel Saint-Pol, de traverser la rue du Petit-Musc. Il devait disposer de son propre espace à l’intérieur de l’enclos des célestins si du moins on peut lui attribuer le « petit cloistre de messire Philippes » mentionné dans un document de 1495 (Archives nationales, S 3745 b), signalé et édité par Guerber 2001. Ses ressources lui permirent de fonder et d’édifier une chapelle et une infirmerie dans l’enclos des célestins (Wilmart 193.). Même retiré aux célestins, il conservait des serviteurs, bref un certain train de vie.

34 L’on songe à Louis XIV et au célèbre téléfilm de Roberto Rossellini (1967).

35 Philippe de Mézières 1969, t. I, p. 93.

36 Cazelles 1962-1963; Contamine 1992; Blanchard 1986; Blanchard 1988.

37 L’expression figure déjà, alors qu’on la croit souvent plus tardive.

38 Philippe de Mézières 1969, t. I, p. 447.

39 Philippe de Mézières 1969, t. I, p. 96.

40 « La doulce reformation du royaume de Gaule » (Philippe de Mézières 1969, t. II, p. 484).

41 Philippe de Mézières 1969, t. I, p. 94.

42 La comparaison était à la mode, en raison de la popularité de cette magnifique prouesse technique qu’était l’horloge à échappement. Il suffit de songer à Froissart 1986.

43 Philippe de Mézières 1969, t. I, p. 207.

44 Philippe de Mézières 1969, t. II, p. 451.

45 Philippe de Mézières 1969, t. I, p. 450.

46 Philippe de Mézières 1969, t. II, p. 446.

47 Philippe de Mézières 1969, t. II, p. 451.

48 À Leulinghen, en Flandre, le 18 juin 1389. Philippe de Mézières 1969, t. II, p. 488.

49 Philippe de Mézières 1969, t. II, p. 488.

50 Philippe de Mézières 1969, t. II, p. 497.

51 Philippe de Mézières 1969, t. II, p. 496.

52 Philippe de Mézières 1969, t. II, p. 491.

53 Philippe de Mézières 1969, t. II, p. 502.

54 Philippe de Mézières 1969, t. II, p. 451.

55 Philippe de Mézières 1969, t. II, p. 429.

56 Philippe de Mézières 1969, t. II, p. 498.

57 Philippe de Mézières 1969, t. II, p. 497. Voir aussi le testament de Philippe de 1392 où il exprime son espérance de parvenir à la « sainte cité de Jherusalem triumphante » ainsi que le titre de son traité de 1386-1387, toujours inédit, Soliloquium peccatoris cujusdam cum Deo seu ars navigandi ad portum salutis (Bibliothèque de l’Arsenal, Ms. 408, f. 227-237).

58 Philippe de Mézières 1969, t. I, p. 112.

59 Philippe de Mézières 1969, t. I, p. 561.

60 À l’édition de l’ « Epistre lamentable » (Contamine, Paviot et Hoorebeck 2008) on peut ajouter Contamine 1997.– Peut-être l’expression « cité portative » est-elle la traduction adoptée par Mézières de l’expression « peregrina civitas » qui figure au chapitre 35 de la Cité de Dieu de saint Augustin.

61 Dupront 1997 p. 15.

62 Cité dans : Aubenas - Ricard 1951.

63 Parmi les nombreux travaux qui, ces dernières années, ont renouvelé en profondeur nos connaissances sur la croisade et l’idée de croisade au XVe siècle, on doit citer Paviot 2003.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Philippe Contamine, « Croisade, réformation religieuse, politique et morale de la chrétienté au XIVsiècle : Philippe de Mézières (vers 1325-1405) », Mélanges de l’École française de Rome - Italie et Méditerranée modernes et contemporaines [En ligne], 124-1 | 2012, mis en ligne le 19 décembre 2012, consulté le 24 octobre 2017. URL : http://mefrim.revues.org/138 ; DOI : 10.4000/mefrim.138

Haut de page

Auteur

Philippe Contamine

Institut de France - philippe.contamine@club-internet.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© École française de Rome

Haut de page
  • Logo École française de Rome
  • Revues.org