Navigation – Plan du site
Varia

« I bronzi che non servono a nulla » : circuit et recyclage du bronze à Rome de Sixte Quint à Urbain VIII

Emmanuel Lamouche

Résumés

À partir du pontificat de Sixte Quint (1585-1590), et jusqu’à celui d’Urbain VIII (1623-1644), on observe à Rome une vague ininterrompue de grandes commandes d’œuvres de bronze, sous la forme de décors monumentaux et de statues colossales, qui visaient, dans le climat politique consécutif à la Réforme catholique, à exalter la gloire de Rome et de l’Église par le langage de la splendeur. Pour satisfaire les lourds besoins en métal nécessaire à l’exécution de ces travaux et économiser temps et argent, les papes eurent massivement recours au recyclage de pièces de bronze, parfois anciennes, antiques ou médiévales, qui prirent ainsi le chemin de la fonderie. À partir des archives des principaux chantiers du temps, l’article explore les différentes modalités de la récupération et du recyclage des « bronzes qui ne servent à rien », au sein du circuit plus ample des matériaux et de leur remploi.

Haut de page

Notes de l’auteur

Ces recherches ont été menées dans le cadre d’une thèse de doctorat sous la direction de Philippe Sénéchal (Université de Picardie – Jules Verne) : Fondeurs, artistes et artisans du bronze à Rome (1585-1625), pour laquelle j’ai bénéficié de trois missions de recherches en histoire de l’art de l’École française de Rome en 2009, 2010 et 2011. Je remercie Jean-François Chauvard, Philippe Sénéchal, Kelley Helmstutler Di Dio, Robert van Langh, Michel Paoli et Daniele Rivoletti.
Abréviations : AFSP = Archivio della Reverenda Fabbrica di San Pietro ; ASR, Giust. = Archivio di Stato di Roma, Camerale I, Giustificazioni di Tesoreria ; ASR, Fab. = Archivio di Stato di Roma, Camerale I, Fabbriche.

Texte intégral

  • 1 Avviso du 4 juillet 1587 : « Si cerca di raccogliere da più luoghi di questa città quei bronzi, che (...)
  • 2 La porte de Saint-Pierre de Filarète (1433-1445), les tombeaux de Sixte IV (1484-1492) et d’Innocen (...)
  • 3 J’utilise les termes récupération et recyclage selon les définitions données dans les actes du coll (...)

1« Les bronzes qui ne servent à rien » : par cette formule, l’auteur anonyme d’un avviso désignait en 1587 les pièces de bronze venues de « plusieurs lieux de [Rome] » dont Sixte Quint (1585-1590) avait besoin pour exécuter ses projets1. Alors que les XVe et XVIe siècles romains avaient été ponctués par d’importants exemples de l’art du bronze, fameux mais espacés dans le temps2, à partir de 1586 le pape Peretti ouvrit la voie à une vague de commandes de bronze monumentales qui se poursuivit sous Clément VIII (1592-1605) et Paul V (1605-1621), avant de finir en apothéose dans le baldaquin de Saint-Pierre, sous Urbain VIII (1623-1644). Pour faire face aux quantités pharaoniques de métal nécessaires à l’achèvement de leurs programmes, ces papes eurent recours à une pratique répandue, mais qui prit alors une ampleur et un caractère systématique remarquables : la récupération du bronze à des fins de recyclage3.

  • 4 Voir la réputation légendaire du bronze de Corinthe (Collareta 2008).
  • 5 Des innombrables œuvres de bronze de la Rome antique (Krautheimer 1999, p. 100-101), seules subsist (...)
  • 6 On trouvera dans Bernard - Bernardi - Esposito 2008, p. 17-21, une bibliographie sur le remploi en (...)

2Dans le vaste domaine du remploi, le bronze occupe une place particulière en raison de sa relative rareté : aucun monument ancien, aucune ruine antique – sources traditionnelles de récupération pour les chantiers romains – ne pouvaient offrir aux bâtisseurs des « gisements » de bronze équivalents à ceux de marbre que certains sites ont pu représenter pendant des siècles. Les raisons de cette rareté sont simples : la nature du bronze, issu de l’alliage du cuivre et de l’étain, en a fait dès l’Antiquité un métal particulièrement coûteux, réservé dans ses dimensions monumentales aux élites du pouvoir, et toujours investi d’un prestige proche du mythe4. Sa préciosité et sa force symbolique en ont fait ainsi un matériau de choix pour les puissants, qui ont largement profité de sa fusibilité, bien avant le XVIe siècle, pour s’approprier et « recycler » le métal des statues et des décors de la Rome antique, jusqu’à les réduire à quelques vestiges5. De plus, le bronze n’était pas à proprement parler un matériau de construction ; il s’agissait davantage d’un ornement qui, même lorsqu’il était présent en abondance dans un bâtiment, n’égalait jamais en quantité la masse des éléments structurels de l’architecture. Cette rareté explique probablement la part restreinte occupée par le métal dans la littérature sur les spolia6. À l’époque qui nous intéresse, alors que la splendeur de Rome représentait plus que jamais une force politique, elle attisa sans aucun doute la fascination des papes pour ce matériau chargé de significations.

  • 7 Benvenuto Cellini jeta ainsi sa vaisselle d’étain dans le fourneau lors de l’exécution du Persée de (...)
  • 8 L’expression est empruntée à Bredekamp 2005. Sur les bronzes du Panthéon : Kirwin 1997, p. 56, Rice (...)

3Dans le milieu pontifical post-tridentin – l’usage monumental du bronze, demeurant à Rome, sauf exception, du ressort de l’Église –, on évita autant que possible, pour d’évidentes raisons financières liées à l’ampleur des projets, de fabriquer du bronze ex nihilo. Si le cuivre et l’étain pouvaient être recyclés7, la récupération du bronze déjà allié était bien plus intéressante, car elle permettait d’économiser à la fois de l’argent, et du temps. Or, la volonté politique de l’Église de restaurer la grandeur de Rome, souvent marquée du sceau de l’urgence, imposait la rapidité. De ce fait, aucune commande pontificale d’envergure en bronze exécutée à Rome entre les années 1580 et 1630 n’échappa au recyclage : le célèbre geste d’Urbain VIII arrachant les bronzes du Panthéon ne fut en effet que l’épisode le plus spectaculaire d’un phénomène de « destruction productive » en réalité très fréquent8. Le présent article va moins s’intéresser aux significations symboliques ou politiques qui entourent souvent la question du remploi, qu’au fonctionnement d’un système à l’efficacité redoutable, faisant partie intégrante de l’organisation économique, humaine et matérielle des chantiers pontificaux. J’aimerais montrer ici que la pratique de la récupération et du recyclage fut indissociable de l’épanouissement de l’industrie du bronze qui fleurit avec la Rome baroque.

Origines et nature du bronze récupéré

  • 9 Principalement les archives des Fabbriche et des GiustificazionidiTesoreria, dans le fonds Camerale(...)
  • 10 Le fondeur Orazio Censore répara ainsi des pièces d’artillerie en 1620 (ASR, Giust., b. 47, fasc. 2 (...)
  • 11 « Rifatta di nuovo per essere rota » (ASR, Fab., b. 1544, fol. 3v.).
  • 12 Une livre romaine = 0,339 kg (Marconi 2004, p. 16). Le fondeur Domenico Ferrerio reçut douze canons (...)

4Précisons d’abord quels étaient les types d’objets de bronze dont les papes pouvaient disposer. Les comptes des chantiers pontificaux9 permettent d’en distinguer deux grandes catégories. La première était composée d’objets assez courants mais de taille imposante : les cloches et les canons. Soumis à des forces physiques contraignantes, ils étaient sujets à une usure inévitable, dont les dommages pouvaient être réparés10. Mais fréquemment, pour éviter des problèmes de fragilité, ils étaient plutôt renvoyés à la fonderie pour fabriquer de nouvelles cloches et de nouveaux canons avec le même métal : c’est ce qui arriva notamment à une cloche de Sainte-Marie-Majeure en 161411. La quantité de métal qu’ils contenaient faisait toutefois d’eux une importante source de bronze en cas de besoin. Dans le cas qui nous occupe, ce sont avant tout les pièces d’artillerie qui étaient sacrifiées. Certaines des sculptures romaines les plus représentatives de la période furent ainsi exécutées presque exclusivement à partir de canons : sur les 14 780 livres de métal (environ 5 tonnes) employées pour fondre la Vierge de la colonne de la place Sainte-Marie-Majeure par exemple, 14 380 provenaient de l’artillerie du Château Saint-Ange12.

  • 13 ASR, Fab., b. 1527, fasc. 43, XIV, fol. 8r.-12v. (Guidoni 1987, p. 92-93). Ces livraisons concernai (...)
  • 14 ASR, Fab., b. 1527, fasc. 43, XIV, fol. 9v, 10r. (Guidoni 1987, p. 92).
  • 15 Avviso du 20 juillet 1588 : « [...] Nostro Signore ha fatto levare le due porte di bronzo, che stav (...)

5La seconde catégorie de bronzes recyclables par les papes était plus spécifiquement romaine, et aussi plus révélatrice des dimensions prises par le recyclage à partir de la fin du XVIe siècle à Rome. Il s’agit des pièces que l’on récupérait sur les monuments antiques et médiévaux de la cité. De typologies variées et de différentes époques, ces spolia furent souvent indispensables à l’exécution des commandes pontificales, comme le montre l’exemple de Sixte Quint. Un calcul effectué à partir des comptes généraux du bronze rassemblé entre le 2 janvier 1586 et le 28 juillet 1588 indique en effet que sur les 58 665 livres (19,8 tonnes environ) de bronze fournies aux fondeurs chargés des commandes, 28 135 étaient constituées de métal d’artillerie ; le reste, soit la majeure partie (30 530 livres), provenaient de monuments romains13. Quels étaient ces objets envoyés à la fonderie, hormis les canons ? Un pilastre de bronze du Panthéon, et trois portes, prises aux plus illustres basiliques romaines : Saint-Jean-de-Latran, Sainte-Agnès-hors-les-murs et Saint-Pierre14. S’il est difficile d’identifier les deux premières, on sait en revanche que la dernière porte appartenait au complexe d’édifices médiévaux qui constituaient alors la façade de la basilique vaticane15. Elle était particulièrement lourde : pesant à elle seule 18 225 livres, elle servit à fondre la statue de saint Paul, que le pape fit placer sur la colonne de Marc-Aurèle en 1588. Au total, les quelque 19 tonnes de métal récupérées sous Sixte Quint suffirent à exécuter la quasi totalité des commandes de bronze de l’énergique pontife.

Organisation de l’approvisionnement

  • 16 Bernard - Bernardi - Esposito 2008, p. 13.
  • 17 Franceschini 1986.
  • 18 Madonna 1993, p. 36-39.
  • 19 Pollak 1928-1931, I, p. 175, Rice 2008, p. 343, n. 17. Urbain VIII avait alors besoin de métal pour (...)
  • 20 Le 31 août 1587, Michele di Piero Bonucci « mercator di Fano » reçut paiement pour 2155 livres de m (...)
  • 21 Le 18 mars 1608, le fondeur Marcello Menaccio signa un marché avec le chapitre du Latran, en présen (...)
  • 22 Gramberg 1984, p. 342-343.

6Recycler ces lourdes pièces de métal n’était bien entendu possible que dans le cadre de commandes officielles. La pratique de la récupération à grande échelle supposait en effet toute une série d’étapes qu’il fallait pouvoir financer, et qui nuancent, sans le remettre en cause, le caractère économique du procédé : comme l’ont noté les organisateurs du récent colloque de Rome sur le remploi (2007), le démontage, le transport, la transformation des matériaux sont presque toujours le corollaire de la récupération16. Ces étapes nécessitaient notamment la disposition d’hommes nombreux ainsi que d’appareils de levage pour déplacer les énormes masses que représentaient les bronzes à recycler. Mais surtout, dans le contexte romain, la récupération des métaux imposait l’exercice d’une autorité. Seul le pape, et en son nom la Chambre apostolique, pouvait disposer de l’artillerie de l’État, et s’arroger le droit de dépecer les monuments de Rome. Le Capitole, en principe chargé de la protection des antiquités de la ville17, ne paraît avoir constitué ni un concurrent, ni un frein sérieux à l’action des pontifes : comme on sait, bien des marbres furent arrachés aux Forum pour alimenter Saint-Pierre, Saint-Jean-de-Latran ou Sainte-Marie-Majeure, récoltes régulières que venaient parfois enrichir la destruction programmée d’un édifice, comme le Septizodium en 158818. Pour des raisons de bonne entente politique, il arrivait même que le Capitole offrît au pape de se servir : c’est ainsi qu’en 1625, les autorités capitolines concédèrent à Urbain VIII les fameuses architraves de bronze du Panthéon, et les portes antiques de l’église Saint-Adrien, « pour complaire à Sa Sainteté »19. Par ailleurs, les commandes de sculptures de bronze émanant du pouvoir capitolin étaient peu fréquentes, et n’exigeaient pas le système d’approvisionnement bien rôdé des chantiers pontificaux : pour la statue de Sixte Quint (perdue) de Taddeo Landini, les autorités capitolines se firent ainsi « prêter » du bronze par l’architecte du pape, Domenico Fontana, qui fut remboursé par l’achat auprès d’un marchand de 2155 livres de métal20. Le bronze « prêté » était celui de la Chambre apostolique, accordé au Capitole pour l’exécution d’une œuvre qui touchait directement l’intérêt politique de Sixte Quint. Ce principe de faire appel à un tiers, le plus souvent un marchand ou un fondeur, pour fournir la majeure partie ou la totalité du métal nécessaire, constituait la règle pour les commanditaires ne pouvant pratiquer la récupération massive du bronze, en particulier les mécènes privés ou les communautés religieuses : pour la statue d’Henri IV de Nicolas Cordier à Saint-Jean-de-Latran et le Paul V de Paolo Sanquirico à Sainte-Marie-Majeure par exemple, les chapitres des deux basiliques achetèrent le métal, à un fondeur dans le premier cas, à un marchand dans le second21. Quelques décennies auparavant, pour la statue de Paul III de Guglielmo Della Porta à Saint-Pierre, financée par les Farnèse, on avait aussi acheté du métal, dont certaines quantités furent importées de Gênes, et d’autres furent acquises par le fondeur Gregorio Ioardi22.

  • 23 Sur le rôle de la Chambre apostolique dans la gestion des chantiers : Frapiccini 2003, Marconi 2004 (...)
  • 24 C’est-à-dire la fonderie de la Chambre apostolique, alors située au débouché de Borgo Pio, près de (...)
  • 25 Kirwin 1997, p. 58, estime ainsi à 34 000 scudi, soit 2% du revenu annuel des États pontificaux, le (...)
  • 26 Avviso du 15 juillet 1587 : « Il cardinal Savello ha fatto portare a casa sua con licenza del Papa (...)

7Les matériaux récupérés étaient pris en charge par la Chambre apostolique, qui gérait la plupart des chantiers pontificaux, à l’exception notable de celui de Saint-Pierre, dirigé par la congrégation autonome de la Fabrique du même nom23. Les bronzes rassemblés par la Chambre étaient amenés à la fonderie pontificale24 – ou plus rarement jusqu’à l’atelier du fondeur chargé de la commande – par des charretiers, omniprésents dans les archives. Les canons du Château Saint-Ange étaient cédés aux chantiers par l’intermédiaire du pourvoyeur (provveditore) de la forteresse, qui en recevait parfois l’ordre du trésorier de la Chambre apostolique. On comprend alors aisément l’économie réalisée : pour une importante masse de bronze prête à être utilisée, seuls les frais de démontage et de transport restaient à payer – étapes certes non négligeables d’un point de vue économique, on l’a dit, mais sans commune mesure avec la fabrication d’un bronze neuf25. La même chose valait quand des pièces telles que la porte du vieux Saint-Pierre étaient sacrifiées : l’objet à fondre appartenait déjà au patrimoine apostolique. Même les petits arrangements ne portaient pas préjudice au facteur économique décisif de la récupération : en 1587, quand on retira « des ruines » de l’ancien palais du Latran des portes de bronze datant de l’époque de Célestin III (1191-1198), Sixte Quint les concéda au cardinal Giacomo Savelli en échange « d’autant de bronze qu’elles [pesaient] »26.

  • 27 Les bronzes récupérés sous Sixte Quint furent ainsi pesés « in presentia di me Domenico Fontana » ( (...)
  • 28 Alors qu’il exécutait la statue de la Vierge pour la colonne de la place Sainte-Marie-Majeure, Ferr (...)

8De façon générale, il faut retenir que sur les chantiers de la Chambre apostolique, il était assez rare que les fondeurs eussent besoin de se procurer eux-mêmes le métal nécessaire, sauf dans le cas de fontes mineures, ou d’achats ponctuels. Après l’étape essentielle de la pesée, souvent étroitement surveillée par l’architecte du chantier ou ses évaluateurs (misuratori)27, les pièces de bronze récupérées étaient distribuées aux fondeurs selon les besoins, tandis que les matériaux nécessaires au travail (bois, plâtre, argile, fer, mais aussi quelques quantités moindres de cuivre et d’étain) leur étaient généralement livrés par des artisans spécialisés. Ces derniers se faisaient payer soit par la Chambre apostolique, soit par le biais du fondeur, qui recevait alors le paiement des caisses de la Chambre28. Dans tous les cas, lorsque le bronzier avançait l’argent pour acheter tel ou tel matériau, il était remboursé au plus tard au moment du solde des comptes.

  • 29 Corbo 1975, p. 29, Marconi 2004, p. 167 pour ceux qui furent conservés. Sur les colonnes de l’autel (...)
  • 30 ASR, Giust., b. 25, fasc. 3, fol. 22r., 26v., 31r. (8 décembre 1597, 11 janvier et 8 février 1598).
  • 31 Le 3 juillet 1599 par exemple, le fondeur Onorio Fanelli reçut 25 scudi pour «  lb. 500 di metallo (...)
  • 32 Censore occupa cette fonction de 1596 à sa mort en 1622. Pour un aperçu de son activité, voir Corbo (...)

9Cependant, le système d’approvisionnement des grands chantiers ne se nourrissait pas toujours de lui-même, car le bronze récupérable venait parfois à manquer. Mais au lieu de fabriquer du bronze neuf pour palier aux besoins, la Chambre apostolique, comme le faisaient les mécènes moins puissants, achetait alors du bronze. Ainsi, à partir de 1598, quand Clément VIII fit construire l’immense autel dédié au Saint-Sacrement dans le transept de Saint-Jean-de-Latran, magnifiquement orné de quatre colonnes antiques de bronze doré remployées directement dans une structure elle-même recouverte de bronze, on recycla d’abord ce qu’on avait sous la main, à savoir les exceptionnels treuils et poulies mis au point par Fontana sous Sixte Quint pour « dresser les obélisques »29. Pour le reste, le chantier se nourrit de multiples fournisseurs, parmi lesquels les chanoines de la « Rotonda » (le Panthéon), qui vendirent en 1598 du bronze à la Chambre apostolique30, et tout un réseau de fondeurs et d’autres artisans parfois étrangers aux métiers du métal, qui alimentèrent la fonderie pontificale, où Orazio Censore exécutait les fontes pour la basilique31. Nul doute que ces personnages, en particulier les fondeurs, trouvaient dans cette activité d’approvisionnement une source de revenus intéressante, alors que Censore, en sa condition de « fondeur de la Chambre » (fonditore camerale), occupait une position presque hégémonique au sein de la profession32.

  • 33 Le bronze d’artillerie (« bronza bombarda ») circulait ainsi (Bewer 1998, p. 72).
  • 34 « Non sia lecito alli orefici alli fonditori di guastare o fondere ornamento alcuno doro e d’argent (...)
  • 35 Contrat de Joannis de Fusis, cavatore : ASR, Collegio dei Notai Capitolini, Nicolaus Pirotus, b. 13 (...)
  • 36 Sur cette activité : McCrory 1980, p. 303-304.

10D’où venait ce métal acheté à ce réseau de fournisseurs ? C’est là la limite des documents comptables de la Chambre apostolique : ils ne l’indiquent pas, parce que les responsables du chantier n’avaient pas à s’en préoccuper, pas plus que de l’origine de la cire ou du bois. Pour avoir quelque indice, il nous faudrait connaître les livres de comptes d’un atelier de fondeur romain, qui nous en apprendraient peut-être sur l’approvisionnement en matériaux au sein des botteghe. Pour l’heure, on peut seulement dire deux choses. La première, c’est que ce métal acheté n’était pas nécessairement issu d’une récupération : on sait que certains alliages de bronze étaient parfois disponibles sous forme de « pains » standardisés, tout prêts à être utilisés33. La seconde concerne les métaux issus de fouilles. Si cette source ne pouvait être qu’occasionnelle, elle doit être prise en compte à Rome, où le sous-sol était une mine de matériaux, au point qu’il fallait légiférer pour éviter le pillage. En 1572, un édit (bando) de Pie V (1566-1572), réitéré par Grégoire XIII (1572-1585), fut émis pour rappeler que les statues, médailles, pierres, marbres et métaux trouvés dans le sol de Rome étaient réservés de droit à la Chambre apostolique, et que les fondeurs et orfèvres avaient interdiction, sous peine d’amende, de fondre les pièces de métal qui présentaient des figures ou des inscriptions34. De son côté, le Capitole prenait également ses dispositions : le contrat d’excavation d’un carrier (cavatore), établi en 1597, partage de façon relativement équitable le butin d’éventuels statues, marbres et travertins, entre le carrier et le Peuple romain ; mais les matériaux les plus précieux, l’or, l’argent et le bronze, étaient réservés exclusivement au Popoloromano35. Ces deux exemples montrent les précautions prises par les deux pôles du pouvoir romain pour que ne leur échappent pas les vestiges de l’Antiquité surgissant du sous-sol de l’Urbs. Peut-on conclure que leur existence suggère la présence d’un trafic du bronze de fouilles, vendu par exemple par des carriers à des fondeurs peu soucieux des souvenirs de la Ville éternelle ? Les paysans qui faisaient commerce de leurs trouvailles à Campo de’ Fiori avec les orfèvres et autres spécialistes des pierres dures et des monnaies, revendaient-ils des fragments de métaux moins intéressants à des fondeurs36 ? On remarquera dans ce sens que l’édit de 1572 n’évoque que les objets portant des inscriptions et des figures, aussi qu’en était-il des éventuelles autres pièces ?

Stockage et distribution du bronze

  • 37 Montagu 1996, p. 204. Ce métal non employé était constitué de ce qui restait après la fonte des deu (...)
  • 38 Sur le canon de 1588 : ASR, Fab., b. 1527, fasc. 43, 14, fol. 11r., et b. 1528, fol. 87 ; il sera f (...)

11Jusqu’ici, nous avons vu principalement des exemples de récupération ciblée, pour des fontes précises, nécessitant de très grandes quantités de métal et suscitant de ce fait la recherche de pièces parfois exceptionnelles. Mais l’étude du circuit des matériaux sur les chantiers romains est aussi celle de leur stockage : le métal récupéré, comme le marbre, le travertin ou le bois, était en effet souvent gardé en réserve, dans l’attente d’une utilisation éventuelle. En ce qui concerne le bronze, ce sont d’abord les pièces superflues, celles n’ayant pas été fondues lors de commandes précédentes, qui étaient stockées : les fondeurs travaillant pour la Chambre apostolique avaient l’obligation de rendre ce métal à l’institution, qui en restait propriétaire, ou bien de l’employer dans une nouvelle commande officielle. On déterminait la quantité de ce métal en pesant l’œuvre terminée, et en comparant le résultat au poids du métal livré avant l’exécution. C’est ainsi qu’en 1590, après avoir exécuté la grille monumentale et le tabernacle de la chapelle Sixtine de Sainte-Marie-Majeure, les fondeurs Bastiano Torrigiani et Lodovico Del Duca furent déclarés « débiteurs » de la Chambre de plusieurs centaines de livres de bronze37. Le métal éventuellement rendu à la Chambre pouvait être stocké à la fonderie pontificale : en 1588 par exemple, un canon apporté de Civitavecchia s’y trouvait pour n’avoir pas été employé dans les premières fontes de Sixte Quint ; un autre y était entreposé en 1614, quand Domenico Ferrerio s’apprêtait à couler la statue de la Vierge de la place Sainte-Marie-Majeure38.

  • 39 D’Amelio 2008, p. 395.
  • 40 Sur ce système, voir D’Amelio 2002, p. 397-398, Marconi 2004, p. 30-36, D’Amelio 2008.
  • 41 ASR, Giust., b. 40, fasc. 4, 18, s. p. (25 septembre 1614 ; Marconi 2004, p. 249). Ce responsable é (...)

12La Fabrique de Saint-Pierre possédait de son côté plusieurs dépôts de matériaux, disséminés autour et à l’intérieur de la basilique du Vatican. Comme l’a souligné récemment Maria Grazia D’Amelio, les matériaux de construction, ainsi que les machines et les outils, étaient considérés par la Congrégation comme « un capital à faire fructifier »39. La Fabrique avait ainsi développé à partir de la fin du XVIe siècle une intense activité de prêt et de location de ses appareils à destination des autres chantiers romains, publics ou privés. Elle faisait également commerce des matériaux comme le bois, les marbres ou les métaux, qui, s’ils n’étaient pas utilisés pour Saint-Pierre, pouvaient être vendus40. Ces matériaux passaient parfois sur les chantiers de la Chambre apostolique : en 1614 par exemple, pour la fonte des deux dragons et des deux aigles en bronze commandés pour orner le piédestal de la colonne de la place Sainte-Marie-Majeure, le fondeur Giacomo Laurenziano reçut 2979 livres de bronze du responsable des dépôts de la Fabrique de Saint-Pierre, Luca Smacchia41.

  • 42 AFSP, Arm 1, A 11, fasc. 23, fol. 301rv., 307r. (Marconi 2004, p. 71, n. 177).
  • 43 Le canthare existait peut-être dès le IVe siècle. Sur cet ensemble : Hülsen 1904, Grimaldi - Niggl (...)
  • 44 La Pomme de pin date même probablement de l’époque impériale (Finch 1991, p. 18).
  • 45 Orbaan 1918, p. 88-89.
  • 46 « A m.ro Cristoffaro Raimuschi consegnarete a m.ro Giacomo Laurentiano scultore libre dua milia di (...)
  • 47 ASR, Giust., b. 49, fasc. 1, fol. 2r. La porte des Suisses, qui donne aujourd’hui accès à la Scala (...)

13La pratique du stockage prit cependant des dimensions remarquables lorsque Paul V décida de démanteler définitivement les restes du vieux Saint-Pierre en 1605 : comme on sait, la nef et tous les bâtiments formant l’atrium et la façade sur la place Saint-Pierre disparurent ; il n’en restait rien en 1612, date de la dédicace du nouvel édifice de Carlo Maderno. Plutôt qu’une destruction, c’est en réalité un démontage qui eut lieu : chaque pierre, chaque poutre de la charpente, chaque colonne, furent en effet récupérés avec soin et stockés par la Fabrique de Saint-Pierre, qui en remploya une grande partie dans la nouvelle basilique, celle-ci « digérant » en quelque sorte celle qu’elle avait dévorée peu à peu depuis le début de sa construction. Des matériaux nourrirent aussi les chantiers pontificaux gérés par la Chambre apostolique et ceux des membres de la famille pontificale : les chapelles Pauline de Sainte-Marie-Majeure et du palais du Quirinal reçurent ainsi bois et marbres, tandis que le cardinal Scipion Borghèse se fit attribuer quelques pièces de choix pour sa villa du Pincio42. Deux sources remarquables vinrent alimenter les réserves de bronze de la Fabrique de Saint-Pierre, et, par le jeu des contacts entre les deux institutions, les chantiers de la Chambre apostolique. La première est l’édicule de la célèbre Pomme de pin (Pigna) de bronze, le canthare, qui se trouvait au centre de l’atrium du vieux Saint-Pierre43. Portée par huit colonnes de porphyre, la structure était ornée de dauphins, de paons et de grilles de bronze, et couverte de tuiles également en bronze. Ces éléments, datant de l’Antiquité tardive44, furent démontés en 1608, pour laisser place à la nouvelle basilique. Seuls la Pomme de pin, toujours visible aujourd’hui dans la cour qui porte son nom au Vatican, et deux paons, furent préservés. Le reste fut entreposé par la Fabrique, en attendant une occasion de recyclage. Un inventaire daté de 1610 permet de calculer que les bronzes du canthare, en dehors de la Pomme de pin et des deux paons mentionnés, pesaient environ 10 000 livres45. Il fallut attendre 1613 pour les voir réutilisés : cette année-là, le gardien (custode) des jardins du Belvédère, Cristoforo Raimuschi, en livra une partie (2010 livres) à Giacomo Laurenziano, pour fondre les deux dragons et les deux aigles de la colonne de la place Sainte-Marie-Majeure46. Les dépôts de la Fabrique conservaient encore une partie de ce métal en 1618 : les fondeurs Orazio Censore et Francesco Beltramelli en reçurent alors 7034 livres pour la fonte des pièces de bronze de la porte des Suisses, au palais du Vatican ; les quatre dauphins disparurent à cette occasion47.

  • 48 Grimaldi - Niggl 1972, p. 135, Alfarano – Cerrati 1914, p. 13, n. 2, et p. 20, n. 2, Lanciani, V, p (...)
  • 49 « [...] li detti mastri che pigliano à fare detta opera s’obligano di pigliare tutto il metallo del (...)
  • 50 « [...] quaranta cinque migliara di metallo, che stà in una stanza sopra la Gregoriana delle teccol (...)
  • 51 ASR, Giust., b. 36, fasc. 3, fol. 1rv., 10 octobre 1606 et 21 juillet 1607 pour les livraisons à Ce (...)
  • 52 D’après Kirwin (1997, p. 53) il ne reste aujourd’hui aucune pièce de l’artillerie d’Urbain VIII, et (...)
  • 53 ASR, Giust., b. 36, fasc. 3, fol. 26r. (Pollak 1928-1931, II, p. 592).
  • 54 Ibid., II, p. 509-511. Sur le démontage de ces nervures, d’un poids total de 103 229 livres : AFSP, (...)

14La seconde grande source de métal issue du démantèlement du vieux Saint-Pierre connut une histoire plus complexe qui dessine parfaitement le long voyage du bronze sur les chemins de la récupération et du recyclage. Il s’agit des tuiles de bronze qui recouvraient la toiture de l’ancienne basilique. On sait, notamment d’après les écrits et les dessins de Giacomo Grimaldi, que certaines de ces tuiles dataient de l’époque de Théodoric (VIe siècle), tandis que d’autres provenaient peut-être du temple de Jupiter Capitolin48. Ces pièces constituaient des dizaines de milliers de livres, qui furent employées abondamment pendant des années. D’une certaine façon, une partie de ce bronze ne quitta pas sa fonction première, celle de couvrir la basilique. En 1604 en effet, une équipe composée des principaux fondeurs de Rome fut engagée par la Fabrique de Saint-Pierre pour recouvrir de bronze doré les nervures de la nouvelle coupole. Il s’agissait de l’une des plus importantes commandes de bronze de la période, le métal employé pesant plus de 100 000 livres au total (34 tonnes). Le contrat des fondeurs stipulait qu’ils devaient utiliser « tout le métal des tuiles anciennes » livrées par la Fabrique49. Par la suite, beaucoup des tuiles du vieux Saint-Pierre passèrent à la Chambre apostolique : en 1610, Orazio Censore fut chargé de mettre à la disposition du chantier du maître-autel de la chapelle Pauline de Sainte-Marie-Majeure, autre haut lieu du bronze romain, 355 tuiles représentant un poids de 45 000 livres, tirées d’un dépôt de la Fabrique50. Censore connaissait bien ces objets : dès 1606, il en avait reçu deux livraisons de 50 000 livres chacune, pour fabriquer des pièces d’artillerie. Celles-ci furent coulées à la fonderie de la Chambre apostolique, tandis qu’une part importante du métal provenant des mêmes tuiles (25 398 livres) fut envoyée à la fonderie d’Ancône pour y être transformée en canons51. Ce métal fut associé à celui d’autres pièces d’artillerie du Château Saint-Ange et de la forteresse de Civitavecchia. Une série de nouveaux canons fut tirée de ce mélange : dix furent coulés à Ancône, six envoyés à Ascoli depuis Rome, onze complétèrent l’artillerie du Château Saint-Ange. Mais l’histoire de ce métal ne s’arrêta pas là : outre que ces nouvelles pièces furent probablement recyclées à leur tour par la suite52, Censore n’avait pas employé dans ses travaux la totalité du bronze fourni pour les canons de Paul V et la porte des Suisses, qui était issu en partie des ornements du canthare. Bien plus tard, en 1628, alors que le Bernin s’apprêtait à faire exécuter la statue de bronze d’Urbain VIII pour le tombeau du pape à Saint-Pierre, on s’inquiéta de ce métal, qui représentait 9846 livres, restées aux mains des héritiers de Censore, mort en 1622. Le métal fut finalement récupéré pour la Chambre apostolique par l’ancien coéquipier du fondeur, et collaborateur du Bernin, Francesco Beltramelli53. Difficile de dire si des tuiles de bronze de la basilique ou des restes du canthare se trouvaient encore dans cette réserve inemployée. Mais ce que l’on sait, c’est que le métal issu des tuiles du vieux Saint-Pierre servit indirectement au Bernin par un autre biais : entre 1624 et 1627, les nervures de bronzes doré qui ornaient la coupole de la basilique depuis une vingtaine d’années seulement, furent à leur tour démontées une à une, envoyées à la fonderie, et remplacées par la couverture en plomb que nous connaissons54. À cette période, comme sous Sixte Quint, on cherchait encore les « bronzes qui ne servent à rien », cette fois pour l’entreprise la plus extraordinaire jamais exécutée dans ce métal : le baldaquin de Saint-Pierre. Une partie du bronze de la toiture de la vieille basilique dort ainsi aujourd’hui au-dessus de la tombe de l’apôtre.

  • 55 Labrot 1987, p. 293.
  • 56 C’est ainsi qu’Urbain VIII justifia la destruction des bronzes du Panthéon, dans une inscription su (...)
  • 57 Tapié 1980, p. 132.

15Au terme de ce parcours, alors que le baldaquin du Bernin apparaît comme l’aboutissement d’une politique de la splendeur par le bronze finissant par dévorer ses propres réalisations (les nervures de la coupole de Saint-Pierre), il apparaît que la manne constituée par les métaux récupérables fut à l’origine des principaux monuments qui firent de Rome un haut lieu du bronze dans l’Europe des années 1580-1630. Le système de récupération du bronze met aussi en valeur l’esprit de Roma triumphans qui caractérise ces années, sacrifiant à « la montée souveraine d’une Rome moderne »55 les vestiges d’une gloire passée. Que signifiait l’ancienneté d’un ornement, dont la destruction nous fait frémir aujourd’hui, face au mouvement irrésistible qui visait à redonner son lustre à la Ville éternelle ? Transformés en prosaïques réserves de métal, immédiatement disponibles pour les besoins du moment, une porte ancienne, un pilastre antique, ne disparaissaient que pour renaître aussitôt dans des œuvres qui exprimaient de façon éclatante la gloire présente de Rome56. Aussi, comme Victor-Lucien Tapié devant le baldaquin de Saint-Pierre, peut-être pouvons-nous dire sans regret, devant les spectaculaires travaux de ce temps qui a tant marqué le visage de Rome, qu’au jeu de la récupération et du recyclage, « Rome n’a point perdu de chef-d’œuvre »57.

Haut de page

Bibliographie

Alfarano - Cerrati 1914 = T. Alfarano, De Basilicae Vaticanae antiquissima et nova structura, éd. M. Cerrati, Rome, 1914.

Bellini 2011 = F. Bellini, La Basilica di San Pietro da Michelangelo a Della Porta, Rome, 2011.

Benocci 1988 = C. Benocci, Taddeo Landini e la statua di Sisto V in Campidoglio, dans Storia della Città, 48, 1988, p. 115-132.

Bernard 2008 = J.-F. Bernard, À propos de l’architecture antique comme source d’approvisionnement en métaux, dans Bernard – Bernardi - Esposito 2008, p. 41-50.

Bernard - Bernardi - Esposito 2008 = J.-F. Bernard, Ph. Bernardi, D. Esposito (dir.), Il reimpiego in architettura : recupero, trasformazione, uso, Rome, 2008 (Collection de l’École française de Rome, 418).

Bewer 1998 = F. Bewer, Kunststück von gegossenem Metall, dans F. Scholten (dir.), Adriaen de Vries 1556-1626, imperial sculptor, Amsterdam, Stockholm, Los Angeles, 1998, p. 64-77.

Biringuccio 1540 = V. Biringuccio, De la Pirotechnia, Venise, 1540.

Bredekamp 2005 = H. Bredekamp, La fabbrica di San Pietro. Il principio della distruzione produttiva, Turin, 2005.

Cellini - Chastel 1986 = B. Cellini, La Vie de B. Cellini écrite par lui-même, éd. A. Chastel, Paris, 1986

Chiappafreddo 2007 = P. Chiappafreddo, Le professioni e le maestranze impiegate nel cantiere rinascimentale. Analisi del libro paga della fabbrica di S. Giovanni in Laterano del 1597-1601, dans J.-F. Chauvard, L. Mocarelli (dir.), L’économie de la construction dans l’Italie moderne, MEFRIM, 119-2, 2007, p. 269-274.

Collareta 2008 = M. Collareta, Aes Corinthium : fortuna letteraria di un materiale antico, dans M. Ceriana, V. Avery (dir.), L’industria artistica del bronzo del Rinascimento a Venezia e nell’Italia settentrionale, Vérone, 2008, p. 297-301.

Corbo 1975 = A. M. Corbo (dir.), Fonti per la storia artistica romana al tempo di Clemente VIII, Rome, 1975.

Corbo - Pomponi 1995 = A. M. Corbo, M. Pomponi (dir.), Fonti per la storia artistica romana al tempo di Paolo V, Rome, 1995.

Cupperi 2002 = W. Cupperi (dir.), Senso delle rovine e riuso dell’antico, dans Annali della Scuola Normale Superiore di Pisa, Quaderni, 2, 2002.

Curzi 2004 = V. Curzi, Bene culturale e pubblica utilità. Politiche di tutela a Roma tra Ancien Régime e Restaurazione, Bologne, 2004

D’Amelio 2002 = M. G. D’Amelio, Il ruolo della Reverenda Fabbrica di San Pietro nei cantieri di Roma tra Rinascimento e Barocco, dans Römische historische Mitteilungen, 44, 2002, p. 393-424.

D’Amelio 2008 = M. G. D’Amelio, Ruzza e Ferraccio. Ferramenta e strumenti della Reverenda Fabbrica di San Pietro per le architetture della Roma moderna, dans Bernard - Bernardi - Esposito 2008, p. 395-406.

De Blaauw 1994 = S. De Blaauw, Cultus et decor. Liturgia e architettura nella Roma tardoantica e medievale, Vatican, 1994.

Del Re 1969 = N. Del Re, La Sacra Congregazione della Reverenda Fabbrica di S. Pietro, dans Studi Romani, 17, 3, 1969, p. 288-301.

De Lachenal 1995 = L. De Lachenal, Spolia. Uso e reimpiego dell’antico dal III al XIV secolo, Milan, 1995

Di Benedetti 2009 = P. Di Benedetti, Il reimpiego di alcune memoriae della vecchia Basilica Vaticana durante il pontificato di Paolo V Borghese. Nuove testimonianze documentarie, dans Bollettino d’arte, serie VII, 2009, 1, p. 13-40.

Emiliani 1996 = A. Emiliani, Leggi, bandi e provvedimenti per la tutela dei beni artistici e culturali negli antichi stati italiani 1571-1860, Bologne, 1996.

Federici 2002 = F. Federici, Veterum signa tanquam spolia.Aspetti del reimpiego di sculture antiche a Roma nel Seicento, dans Cupperi 2002, p. 273-284.

Finch 1991 = M. Finch, The Cantharus and Pigna of Old St. Peter’s, dans Gesta, XXX, 1, 1991, p. 16-26.

Franceschini 1986 = M. Franceschini, La magistratura capitolina e la tutela delle antichità di Roma nel XVI secolo, dans Archivio della Società Romana di Storia Patria, 109, 1986, p. 141-150.

Frapiccini 2003 = D. Frapiccini, I cantieri giuliani presso il Palazzo Apostolico in Vaticano (1505-1509). 1. Tesoreria generale, Camera Apostolica e maestranze, dans Ricerche di Storia dell’arte, 81, 2003, p. 83-98.

Freiberg 1995 = J. Freiberg, The Lateran in 1600. Christian concord in Counter-Reformation Rome, Cambridge, 1995.

Gramberg 1984 = W. Gramberg, Guglielmo Della Porta’s Grabmal für Paul III. Farnese in San Pietro in Vaticano, dans Römisches Jahrbuch für Kunstgeschichte, 21, 1984, p. 253-364.

Grimaldi - Niggl 1972 = G. Grimaldi, Descrizione della basilica antica di S. Pietro in Vaticano. Codice Barberini latino 2733, éd. R. Niggl (dir.), Vatican, 1972.

Guidoni 1987 = E. Guidoni (dir.), I Libri dei conti di Domenico Fontana, dans Storia della Città, 43, 1987, p. 86-104.

Hülsen 1904 = Ch. Hülsen, Der Cantharus von Alt-St.-Peter und die antiken Pignen-Brunnen, dans Mitteilungen des Kaiserlich Deutschen Archaeologischen Instituts. Roemische Abteilung, 19, 1904, p. 87-116.

Jestaz 2007 = B. Jestaz, La scultura in bronzo, dans P. Braunstein, L. Mola (dir.), Il Rinascimento italiano e l’Europa, III. Produzione e tecniche, Vicence, 2007

Kinney 2005 = D. Kinney, Spolia, dans W. Tronzo (éd.), St. Peter’s in the Vatican, New York, 2005, p. 16-47.

Kinney 2006 = D. Kinney, The concept of spolia, dans C. Rudolph (éd.), A companion to medieval art : romanesque and gothic in Northern Europe, Malden, Oxford, Victoria, 2006, p. 233-252.

Kirwin 1997 = W. C. Kirwin, Powers Matchless. The pontificate of Urban VIII, the Baldachin, and Gian Lorenzo Bernini, New York, 1997.

Krautheimer 1999 = R. Krautheimer, Rome, portrait d’une ville, 312-1308, Paris, 1999 (1ère éd. 1980).

Labrot 1987 = G. Labrot, L’image de Rome. Une arme pour la Contre-Réforme (1534-1677), Seyssel, 1987

Lamouche 2012 = E. Lamouche, Bastiano Torrigiani et les fondeurs de bronze de Sixte Quint, dans G. Extermann, G. Ioele, W. Cupperi (dir.), Scultura a Roma nella seconda metà del Cinquecento. Protagonisti e problemi, San Casciano, 2012, p. 203-223.

Lanciani 1989-2002 = R. Lanciani, Storia degli scavi di Roma e notizie intorno alle collezioni romane di antichità, 7 vol., Rome, 1989-2002 (1ère éd. 1902-1913).

Liverani 1986 = P. Liverani, La Pigna Vaticana. Note storiche, dans Monumenti Musei e Gallerie Pontificie. Bollettino, VI, 1986, p. 51-63.

Liverani 1995 = P. Liverani, Le colonne, e il capitello in bronzo d’età romana dell’altare del Santissimo Sacramento in Laterano, dans Atti della Pontificia Accademia Romana di Archeologia, serie III. Rendiconti, vol. LXV, 1992-1993 (1995), p. 75-99. 

Madonna 1993 = M. L. Madonna (dir.), Roma di Sisto V. Arte, architettura e città fra Rinascimento e Barocco, Rome, 1993

Marconi 2004 = N. Marconi, Edificando Roma Barocca. Macchine, apparati, maestranze e cantieri tra XVI e XVII secolo, Città di Castello, 2004.

Marder 1997 = T. A. Marder, Bernini’s Scala Regia at the Vatican Palace. Architecture, Sculpture and Ritual, Cambridge, New-York, Melbourne, 1997.

McCrory 1980 = M. McCrory, An antique cameo of Francesco I De’ Medici : an episode from the story of the Grand-ducal cabinet of anticaglie, dans Le Arti del Principato Mediceo, Florence, 1980, p. 301-316.

Montagu 1996 = J. Montagu, Gold, Silver and Bronze. Metal sculpture of the Roman baroque, New Haven, Londres, 1996.

Orbaan 1910 = J. A. F. Orbaan, La Roma di Sisto V negliavvisi, dans Archivio della R. Società Romana di Storia Patria, XXXIII, 1910, p. 277-312.

Orbaan 1918 = J. A. F. Orbaan, Der Abbruch Alt-Sankt-Peters 1605-1615, dans Jahrbuch der Königlich Preuszischen Kunstsammlungen (Beiheft), 1918, p. 1-139.

Ostrow 1998 = S. F. Ostrow, Paolo Sanquirico : a forgotten virtuoso of Seicento Rome, dans Storia dell’arte, 92, 1998, p. 27-59.

Ostrow 2010 = S. F. Ostrow, Paul V, the Column of the Virgin, and the new Pax Romana, dans Journal of the Society of Architectural Historians, 69, 2010, 3, p. 352-377.

Pietrangeli 1990 = C. Pietrangeli (dir.), San Giovanni in Laterano, Florence, 1990.

Pietrangeli 1991 = C. Pietrangeli (dir.), Il Palazzo Apostolico Lateranense, Florence, 1991.

Pollak 1928-1931 = O. Pollak, Die Kunstätigkeit unter Urban VIII, Vienne, 1928-1931.

Pressouyre 1984 = S. Pressouyre, Nicolas Cordier. Recherches sur la sculpture à Rome vers 1600, Rome, 1984.

Rice 2008 = L. Rice, Bernini and the Pantheon bronze, dans G. Satzinger, S. Schütze (dir.), Sankt Peter in Rom 1506-2006, Munich, 2008, p. 337-352.

Scalini 1988 = M. Scalini, L’arte italiana del bronzo. Toreutica monumentale dall’alto medioevo al barocco, Rome, 1988.

Settis 1984-1986 = S. Settis (dir.), Memoria dell’antico nell’arte italiana, Turin, 1984-1986.

Tapié 1980 = V.-L. Tapié, Baroque et classicisme, Paris, 1980 (1ère éd. 1957).

Tuena 1989 = F. M. Tuena, Un bando del 1572 per la regolamentazione degli scavi in Roma, dans Xenia, 17, 1989, p. 91-94.

Haut de page

Notes

1 Avviso du 4 juillet 1587 : « Si cerca di raccogliere da più luoghi di questa città quei bronzi, che non servono a nulla, da perficere le due statue di Pietro et Paolo apostoli et da fare dell’artiglaria » (Orbaan 1910, p. 298). Les deux statues sont celles qui coiffent les colonnes Trajane et de Marc-Aurèle.

2 La porte de Saint-Pierre de Filarète (1433-1445), les tombeaux de Sixte IV (1484-1492) et d’Innocent VIII (1492-1498) d’Antonio del Pollaiolo, la statue de Paul III de Guglielmo Della Porta à Saint-Pierre (1550-1551) sont les grands jalons du bronze romain pendant ces deux siècles. Pour une vue générale, voir Scalini 1988, qui ignore cependant les bronzes romains de la fin du XVIe et du début du XVIIe siècle, et Jestaz 2007.

3 J’utilise les termes récupération et recyclage selon les définitions données dans les actes du colloque sur le remploi organisé en 2007 par l’École française de Rome et La Sapienza (Bernard - Bernardi - Esposito 2008, p. 9) : respectivement, « acte qui consiste à s’emparer d’anciens édifices, à soustraire à un bâtiment du passé une partie de ses matériaux ou de ses éléments architecturaux », et « transformation des matériaux dans le but de réaliser d’autres produits ».

4 Voir la réputation légendaire du bronze de Corinthe (Collareta 2008).

5 Des innombrables œuvres de bronze de la Rome antique (Krautheimer 1999, p. 100-101), seules subsistaient à l’époque moderne quelques statues, dont celles que Sixte IV fit transférer au Capitole, et le Marc-Aurèle équestre (C. Frugoni, dans Settis 1984-1986, I, p. 33-34). Les portes du Panthéon, de la Curie (aujourd’hui au Latran), des Saints-Côme-et-Damien, les colonnes de Saint-Jean-de-Latran et les poutres (disparues) du pronaos du Panthéon étaient les rares survivants des décors monumentaux de l’époque romaine.

6 On trouvera dans Bernard - Bernardi - Esposito 2008, p. 17-21, une bibliographie sur le remploi en architecture, qui complète Cupperi 2002, p. 286 et Kinney 2006. Pour Rome, outre Lanciani 1989-2002, voir De Lachenal 1995, Federici 2002, Kinney 2005 et Di Benedetti 2009.

7 Benvenuto Cellini jeta ainsi sa vaisselle d’étain dans le fourneau lors de l’exécution du Persée de Florence (Cellini - Chastel 1986, p. 334). L’usage de fondre du cuivre de récupération est attesté par Pline (Histoire Naturelle, XXXIV, 20) et Biringuccio (1540, p. 108).

8 L’expression est empruntée à Bredekamp 2005. Sur les bronzes du Panthéon : Kirwin 1997, p. 56, Rice 2008.

9 Principalement les archives des Fabbriche et des GiustificazionidiTesoreria, dans le fonds CameraleI de l’ASR, ainsi qu’une série de documents de l’AFSP.

10 Le fondeur Orazio Censore répara ainsi des pièces d’artillerie en 1620 (ASR, Giust., b. 47, fasc. 28). Pour la réparation des cloches : Biringuccio 1540, p. 100.

11 « Rifatta di nuovo per essere rota » (ASR, Fab., b. 1544, fol. 3v.).

12 Une livre romaine = 0,339 kg (Marconi 2004, p. 16). Le fondeur Domenico Ferrerio reçut douze canons du Château Saint-Ange, et un faucon cassé « qui se trouvait dans la fonderie » (ASR, Giust., b. 42, fasc. 4). Les 400 livres restantes étaient constituées d’étain. Sur la colonne et la statue : Ostrow 2010. J’emploie le terme « métal » pour désigner le bronze, tout comme l’italien ancien employait davantage « metallo » que « bronzo », assez rare dans les archives. Biringuccio 1540, p. 109, écrit lui-même que « bronzo & metallo è tutto uno ».

13 ASR, Fab., b. 1527, fasc. 43, XIV, fol. 8r.-12v. (Guidoni 1987, p. 92-93). Ces livraisons concernaient les statues des saints Pierre et Paul sur les colonnes Trajane et de Marc-Aurèle, les ornements de bronze des obélisques du Vatican et du Latran et les poulies pour leur érection (Lamouche 2012, p. 204-205).

14 ASR, Fab., b. 1527, fasc. 43, XIV, fol. 9v, 10r. (Guidoni 1987, p. 92).

15 Avviso du 20 juillet 1588 : « [...] Nostro Signore ha fatto levare le due porte di bronzo, che stavano nel primo ingresso delle porte, che sono in cima alle scale di San Pietro, per fonderne un san Paolo da ponere sopra la colonna Antoniana » (Orbaan 1910, p. 305). Lanciani 1989-2002, IV, p. 186, a identifié ces portes avec celles qui se trouvaient au centre de la façade du portique du vieux Saint-Pierre, que Sixte Quint avait le projet de détruire (Orbaan 1910, p. 296). Ces deux portes sont sans doute celles qui portent le n°152 sur le plan d’Alfarano (Alfarano - Cerrati 1914, p. 197).

16 Bernard - Bernardi - Esposito 2008, p. 13.

17 Franceschini 1986.

18 Madonna 1993, p. 36-39.

19 Pollak 1928-1931, I, p. 175, Rice 2008, p. 343, n. 17. Urbain VIII avait alors besoin de métal pour la fonte de pièces d’artillerie. L’église Saint-Adrien était l’ancienne Curie. Ses portes antiques échappèrent finalement à la fonte, et furent installées à Saint-Jean-de-Latran sous Alexandre VII (1655-1667) (S. Episcopo, dans Pietrangeli 1990, p. 257-258).

20 Le 31 août 1587, Michele di Piero Bonucci « mercator di Fano » reçut paiement pour 2155 livres de métal « dati de medesimo alli illustrissimi signori Conservatori al Cavalier Fontana che altre volte prestò al Popolo per servitio della statua fatta a Nostro Signore quando fu hagettata » (Benocci 1988, p. 125).

21 Le 18 mars 1608, le fondeur Marcello Menaccio signa un marché avec le chapitre du Latran, en présence du fondeur Gregorio De’ Rossi, pour fournir le bronze nécessaire à l’Henri IV (Pressouyre 1984, I, p. 266, n°96). Le 13 août 1615, le contrat passé entre le chapitre de Sainte-Marie-Majeure et le sculpteur et fondeur Paolo Sanquirico pour le Paul V stipulait que le métal devait être payé par le chapitre directement au marchand. (Ostrow 1998, p. 36, 59).

22 Gramberg 1984, p. 342-343.

23 Sur le rôle de la Chambre apostolique dans la gestion des chantiers : Frapiccini 2003, Marconi 2004, p. 19-24. Sur la Fabrique de Saint-Pierre : Del Re 1969, D’Amelio 2002, Marconi 2004, p. 25-36, Bellini 2011, I, p. 23-43.

24 C’est-à-dire la fonderie de la Chambre apostolique, alors située au débouché de Borgo Pio, près de l’église Sainte-Anne. La Fabrique de Saint-Pierre disposait d’une autre fonderie, au chevet de la basilique, près de l’église Sainte-Marthe (disparue).

25 Kirwin 1997, p. 58, estime ainsi à 34 000 scudi, soit 2% du revenu annuel des États pontificaux, le montant des économies réalisées par Urbain VIII en récupérant les bronzes du Panthéon.

26 Avviso du 15 juillet 1587 : « Il cardinal Savello ha fatto portare a casa sua con licenza del Papa quelle porte di bronzo di Celestino 3°, levate dalle rovine per la nuova fabrica di San Giovanni Laterano et dato in cambio alla Camera altretanto bronzo quanto che pesano » (Orbaan 1910, p. 299). Provenant du palais du Latran détruit par Sixte Quint, ces portes ont été réinstallées dans le cloître de la basilique et dans le baptistère (M. Delle Rose, dans Pietrangeli 1991, p. 26).

27 Les bronzes récupérés sous Sixte Quint furent ainsi pesés « in presentia di me Domenico Fontana » (ASR, Fab., b. 1527, fasc. 43, 14, fol. 11r.), tandis que sous Paul V les bronzes pour la porte des Suisses au Vatican passèrent par les mains de l’architecte Martino Ferrabosco (ASR, Giust., b. 49, fasc. 1, fol. 2r.). Voir infra, note 47.

28 Alors qu’il exécutait la statue de la Vierge pour la colonne de la place Sainte-Marie-Majeure, Ferrerio reçut ainsi de quoi payer les livreurs de cire, de bois, de fer, de briques, de plâtre, et d’étain (ASR, Fab., b. 1537, fol. 264rv., 276v., 277r., 290v.).

29 Corbo 1975, p. 29, Marconi 2004, p. 167 pour ceux qui furent conservés. Sur les colonnes de l’autel du Latran, vestiges du Fastigium constantinien : De Blaauw 1994, I, p. 119-123, Freiberg 1995, p. 134-135, Liverani 1995. Sur le chantier de Clément VIII : Freiberg 1995, Chiappafreddo 2007.

30 ASR, Giust., b. 25, fasc. 3, fol. 22r., 26v., 31r. (8 décembre 1597, 11 janvier et 8 février 1598).

31 Le 3 juillet 1599 par exemple, le fondeur Onorio Fanelli reçut 25 scudi pour «  lb. 500 di metallo che deve dare ad Oratio fonditore a compim.to delle libre mille che ne hà venduto per fonderne li due angeli da tener l’historia d’argento sopra l’altare del S.mo Sacramento » (ASR, Fab., b. 1535, f. 20r.). Pour les fournisseurs non fondeurs, voir l’exemple du maçon Pietro Antonio Falconiero, qui obtint 40 scudi en septembre 1599 pour 200 livres de métal (ASR, Fab., b. 1536, fol. 54r., 66v.).

32 Censore occupa cette fonction de 1596 à sa mort en 1622. Pour un aperçu de son activité, voir Corbo 1975, ad indicem, et Corbo - Pomponi 1995, ad indicem.

33 Le bronze d’artillerie (« bronza bombarda ») circulait ainsi (Bewer 1998, p. 72).

34 « Non sia lecito alli orefici alli fonditori di guastare o fondere ornamento alcuno doro e d’argento o di metallo che habbi lettere o figuratione dell’antiche memorie che si trovano nelle medaglie senza licentia pure del detto deputato la qual similmente si darà gratis sotto la pena di scudi cinquanta et altre a nostro arbitrio » (cité d’après Tuena 1989, p. 94). Voir Emiliani 1996 et Curzi 2004 au sujet de la protection du « patrimoine » dans l’Italie de l’époque moderne.

35 Contrat de Joannis de Fusis, cavatore : ASR, Collegio dei Notai Capitolini, Nicolaus Pirotus, b. 1308, fol. 41rv., 3 juin 1597.

36 Sur cette activité : McCrory 1980, p. 303-304.

37 Montagu 1996, p. 204. Ce métal non employé était constitué de ce qui restait après la fonte des deux statues des colonnes de Trajan et de Marc-Aurèle, et des lions du piédestal de l’obélisque de la place Saint-Pierre.

38 Sur le canon de 1588 : ASR, Fab., b. 1527, fasc. 43, 14, fol. 11r., et b. 1528, fol. 87 ; il sera fondu par Bastiano Torrigiani pour la grille et les anges de la chapelle Sixtine de Sainte-Marie-Majeure. Sur le second, utilisé par Ferrerio, voir supra, n. 12.

39 D’Amelio 2008, p. 395.

40 Sur ce système, voir D’Amelio 2002, p. 397-398, Marconi 2004, p. 30-36, D’Amelio 2008.

41 ASR, Giust., b. 40, fasc. 4, 18, s. p. (25 septembre 1614 ; Marconi 2004, p. 249). Ce responsable était le munitionnaire (monizionere), ou facteur (fattore) de la Fabrique (ibid., p. 29).

42 AFSP, Arm 1, A 11, fasc. 23, fol. 301rv., 307r. (Marconi 2004, p. 71, n. 177).

43 Le canthare existait peut-être dès le IVe siècle. Sur cet ensemble : Hülsen 1904, Grimaldi - Niggl 1972, p. 186-187, Liverani 1986 et Finch 1991.

44 La Pomme de pin date même probablement de l’époque impériale (Finch 1991, p. 18).

45 Orbaan 1918, p. 88-89.

46 « A m.ro Cristoffaro Raimuschi consegnarete a m.ro Giacomo Laurentiano scultore libre dua milia di metallo di quello delli archi e ferrate che erano alla Pigna che deve servire per gettare due draghi e due aquile p. la colona che si alzara avanti la chiesa di S.ta Maria Mag.re », ASR, Fab., b. 1537, fol. 260v., 11 octobre 1613. Le 24 mars 1614, ce sont précisément les « tuiles de la Pigna » qui furent confiées au fondeur (ASR, Giust., b. 40, fasc. 4, 18). Voir infra, n. 47.

47 ASR, Giust., b. 49, fasc. 1, fol. 2r. La porte des Suisses, qui donne aujourd’hui accès à la Scala Regia, est en bois recouvert de plaques de bronze (Marder 1997, p. 69-74). Finalement, dans le cas des ornements de la colonne de Sainte-Marie-Majeure comme de la porte des Suisses, le métal récupéré se révéla de très mauvaise qualité. En 1613, Laurenziano ne put tirer qu’une aigle de 860 livres sur les 2010 livres fournies à partir des bronzes du canthare, le reste du métal étant « si mauvais » en raison du plomb qu’il contenait, qu’il partit « en écume » lors de la fusion (ASR, Giust., b. 40, fasc. 4, 18). En 1618, seuls 20% du métal du canthare servit à Censore et Beltramelli pour la porte des Suisses, le reste étant « metallo cattivo pieno di piombo et altre misture cattive » (ibid., b. 49, fasc. 1).

48 Grimaldi - Niggl 1972, p. 135, Alfarano – Cerrati 1914, p. 13, n. 2, et p. 20, n. 2, Lanciani, V, p. 47-48, Bernard 2008, p. 45-46. Le pape Honorius Ier (625-638) couvrit également Saint-Pierre de tuiles de bronze, prises notamment au temple de Rome sur le Forum (De Lachenal 1995, p. 77, Kinney 2005, p. 23-24).

49 « [...] li detti mastri che pigliano à fare detta opera s’obligano di pigliare tutto il metallo delle teccole antiche, che gli sarranno consegnate, e quelle adoperarle per ser.io di detta opera » (AFSP, Arm 1, B 19, fasc. 54, fol. 213r.-214r., 20 août 1604). Orazio Censore, Ambrogio Lucenti et Francesco Beltramelli, notamment, appartenaient à l’équipe. Sur ces ornements disparus : Bellini 2011, I, p. 402.

50 « [...] quaranta cinque migliara di metallo, che stà in una stanza sopra la Gregoriana delle teccole che erano sopra’l tetto di San Pietro », AFSP, Arm 1 A 11, fol. 308r. Voir aussi fol. 301r. et 309r. (3-14 septembre 1610). La chapelle Grégorienne se trouve dans l’angle nord-est du Saint-Pierre de Michel-Ange.

51 ASR, Giust., b. 36, fasc. 3, fol. 1rv., 10 octobre 1606 et 21 juillet 1607 pour les livraisons à Censore par le facteur de la Fabrique de Saint-Pierre, Giovanni Beluccio (voir supra, n. 41) ; 26 avril et 1er décembre 1607 pour celles qui concernent Ancône.

52 D’après Kirwin (1997, p. 53) il ne reste aujourd’hui aucune pièce de l’artillerie d’Urbain VIII, et je n’ai pas trouvé mention de la survivance actuelle de canons pontificaux plus anciens.

53 ASR, Giust., b. 36, fasc. 3, fol. 26r. (Pollak 1928-1931, II, p. 592).

54 Ibid., II, p. 509-511. Sur le démontage de ces nervures, d’un poids total de 103 229 livres : AFSP, Arm 29, B 628a, p. 162, et Arm 1 B19, fasc. 53.

55 Labrot 1987, p. 293.

56 C’est ainsi qu’Urbain VIII justifia la destruction des bronzes du Panthéon, dans une inscription sur le monument qui indique qu’« inutiles » et « oubliés », ils trouvèrent meilleur usage dans l’embellissement de la tombe de saint Pierre (le baldaquin), et dans le renforcement de la sécurité publique (les pièces d’artillerie). Ils ne servirent pourtant qu’à la fonte de canons (voir supra, n. 19), mais l’idée qu’ils disparurent aussi pour exécuter les colonnes du baldaquin permettait de faire taire les critiques qui s’étaient élevées contre cette destruction (Rice 2008, p. 337).

57 Tapié 1980, p. 132.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Emmanuel Lamouche, « « I bronzi che non servono a nulla » : circuit et recyclage du bronze à Rome de Sixte Quint à Urbain VIII », Mélanges de l’École française de Rome - Italie et Méditerranée modernes et contemporaines [En ligne], 125-1 | 2013, mis en ligne le 11 octobre 2013, consulté le 22 mars 2017. URL : http://mefrim.revues.org/1343 ; DOI : 10.4000/mefrim.1343

Haut de page

Auteur

Emmanuel Lamouche

Université de Picardie – Jules Verne - emmanuel.lamouche@hotmail.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© École française de Rome

Haut de page
  • Logo École française de Rome
  • Revues.org