Navigation – Plan du site
Cultures marchandes

Identité politique et grand commerce des marchands ottomans à Vienne, 1739-1792

David Do Paço

Résumés

L’histoire des marchands ottomans est aujourd’hui encore confisquée par des approches communautaires relevant de modèles ethno-religieux. En considérant les ressortissants de la Sublime Porte en fonction de la protection politique que leur accorde le Sultan, et que leur reconnaît l’Empereur sur son domaine, il est néanmoins possible de saisir les enjeux et les avantages d’être un sujet turc à l’étranger. De plus, les catégories religieuses et nationales présentes dans les sources de la Hofkammer sont d’abord le produit d’une confessionnalisation conduite par l’administration impériale, qui reste des plus banales dans l’histoire de l’Allemagne moderne. Or, les marchands musulmans, juifs, arméniens et orthodoxes issus de l’Empire ottoman se caractérisent à Vienne par une pratique similaire du commerce. Leur étude globale met en avant une série de stratégies économiques et politiques les conduisant à infléchir le cadre légal de leur présence et à s’imposer ensemble à la bourgeoisie municipale.

Haut de page

Texte intégral

1L’identification actuelle des marchands issus de l’Empire ottoman et présents à Vienne dans la deuxième moitié du xviiie siècle apparaît souvent en rupture avec la façon dont ils étaient nommés et représentés par leurs contemporains. À une identité reconnue et basée sur la protection politique du Sultan les conduisant à être qualifiés par l’administration impériale de « turcs », d’« ottomans » ou d’« orientaux » se sont substitués les présupposés d’une historiographie communautaire qui empêchent, si ce n’est interdisent, de faire une histoire des sujets de la Porte dans leur ensemble. Aussi en accentuant l’importance des appartenances et des comportements religieux des marchands grecs, juifs, arméniens et musulmans issus de la Porte, les histoires communautaires disqualifient‑elles une série de comportements économiques et politiques communs – régulés par et producteurs d’un cadre d’action – qui doit aujourd’hui être réévaluée.

  • 1 Stoianovich 1960, p. 234-313.
  • 2 Ibid., p. 248-249.
  • 3 Pour une déconstruction des différents biais on se référera à Kitromilides 1989 et 1979. Voir aussi(...)
  • 4 Bur 1986, p. 18-40 ; Plöchl 1983 et Tremel 1964.
  • 5 Teply 1973 ; Gelber 1948 et Egghardt 1996. Pour une approche critique de l’étude des Musulmans à Vi (...)
  • 6 Katsiardi-Hering 1996, p. 171-172.
  • 7 Medakovic 1988 ; Peyfuss 1975 et Panova 1996.
  • 8 Seirinidou 2008a et 2008b ; Minoglou 2005. Pour une approche plus large Dufoix 2011.

2Ainsi, en 1960, Traian Stoianovich relevait l’importance des marchands grecs dans le grand commerce européen et la nécessité de développer une histoire nouvelle, décentrée et basée sur « l’exceptionnalité culturelle » du groupe1. Sa démarche et celle de ses successeurs reposaient alors sur les présupposés de « l’ethnie religieuse » distinguant Grecs, Arméniens et Sépharades et affirmant la supériorité convenue des premiers et leur rôle dans la « renationalisation urbaine » de l’Europe du Sud-est2. Pour ce courrant à la rencontre des histoires économiques et nationales, il s’agissait encore d’écrire la genèse de l’histoire de l’indépendance de la Grèce en soulignant tout autant l’illégitimité de « l’occupation » ottomane que la constitution à Vienne – puis à Odessa – d’une élite marchande éclairée préfigurant une certaine avant-garde révolutionnaire3. L’histoire des marchands grecs et les nombreux travaux qu’elle a suscités4 ont servi de modèle aux histoires d’autres prétendues « ethnies religieuses »5. Au cours des années 1980 et 1990, les approches nationales ont même progressivement pris le pas dessus, malgré leur redoutable condamnation par Olga Katsiardi-Hering, à qui est dû le renouveau de l’histoire des marchands grecs de l’Europe moderne6. Les marchands ottomans de Vienne sont alors étudiés en fonction de leur qualité de Serbes, de Macédoniens ou de Bulgares et ce non sans lien avec les entreprises mémorielles de justification des nations prenant alors leur indépendance en Europe du Sud-est7. Néanmoins, au mimétisme du modèle de l’histoire des marchands grecs s’est progressivement substituée une compétition mémorielle basée tantôt sur l’ethno-religion tantôt sur la nation – sans pour autant la définir – laissant apercevoir des logiques de diaspora et se désintéressant de l’identité politique des marchands qui constitue pourtant le levier de leur implantation locale8.

  • 9 Kadi 2012 ; Rothman 2011 ; Grenet 2010 ; Smyrnelis 2005 et Schmitt 2005. Sur la présence ottomane à (...)
  • 10 Pour une discussion critique Cerutti 2008.

3Les travaux récents sur « la fabrique » des communautés méditerranéennes et les grandes villes marchandes ottomanes nous invitent à dépasser la segmentation communautaire des « sujets turcs » pour interroger une culture commune aux ressortissants de la Porte qu’il nous est possible d’appréhender par l’étude de leurs pratiques et stratégies économiques et politiques dans la Vienne de la deuxième moitié du xviiie siècle9. Ces travaux discutent la réappropriation par l’historien des théories issues de la sociologie de l’action qui a considérablement renouvelé l’histoire des identités pour proposer une histoire des pratiques et des stratégies d’identification10.

4Aussi, interrogeons-nous l’homogénéité du groupe administrativement identifié comme celui des « sujets turcs de Vienne ». Cela nous conduit à souligner les limites des approches communautaires généralement adoptées et enfin à restituer les stratégies économiques et politiques des marchands.

Confessionnalisations d’une réalité politique

  • 11 Respectivement, Bormastino 1719, p. 30-32 et De Luca 1787, p. 101.
  • 12 Faroqhi 2006. Österreichische Nationalbibliothek (ÖNB), Bildarchiv (Ba), Pb 3456, 1-40, et pour la (...)
  • 13 Österreichische Staatsarchiv (ÖStA), Finanz- und Kommerz (FK), Neue Hofkammer, Kommerz (NHK), Lito (...)
  • 14 Distinction notamment faite en 1766 par Rudolph Chotek, président de la Chambre aulique, ÖStA, FK, (...)
  • 15 Pour une réflexion sur l’ottomanité Grenet 2013, et 2012, p. 56-71.

5La dénomination des ressortissants ottomans à Vienne pose problème. Si en 1719 le topographe Antonio Bormastino évoquait parmi les marchands étrangers les « juifs et autres infidèles parmi lesquels se trouvent de nombreux Turcs » déjà bien implantés en ville, en 1787, le statisticien Ignaz De Luca considérait que les « marchands orientaux » constituaient l’une des sept catégories d’hommes de commerce que l’on rencontre à Vienne11. Or, en 1775, parmi les quarante figures marchandes de son Kaufruf, Johann Christian Brand ne représente que celle du « marchand grec » tout en la parant d’attributs vestimentaires propres aux Musulmans12. Les archives du Conseil du commerce dépendant de la Chambre aulique, sur lesquelles repose l’étude des affaires commerciales des Ottomans sur le domaine de l’Empereur, nous offrent un vocabulaire plus homogène. Elles qualifient de « sujet turc » tout ressortissant de l’Empire ottoman et ce quelles que soient sa confession et son origine géographique13. Les marchands ottomans commercent par la « route orientale », laquelle est définie comme passant « par la Turquie », et par la route levantine, aboutissant à Trieste « par la mer »14. C’est donc en tant qu’Ottomans et sur un terrain politique que les institutions viennoises imposent aux sujets du Sultan de se positionner lorsqu’ils commercent dans la résidence impériale et royale15.

  • 16 Kreutel 1957, p. 90.
  • 17 La politique de la Hofkammer est dictée par les principes du caméralisme. Le commerce n’a pas d’in (...)
  • 18 Vienne n’est pas à proprement parler une ville seigneuriale, cependant la Stadtsordnung de 1526 a (...)
  • 19 La conscription est déposée dans le fond ÖNA, FK, NHK, OÖ+NÖ,130, mais une copie se trouve égaleme (...)

6Leur présence y est ancienne. En 1667, elle est attestée par le derviche Evliya Çelebi, et avant même qu’elle soit légalement reconnue16. Elle se développe à partir de 1699. Le traité de Karlowitz permet aux marchands arméniens de commercer librement dans la ville et en 1718 le traité de Passarowitz étend ces droits à l’ensemble des sujets du Sultan ce que confirme le traité de Belgrade de 1739, tout en réajustant les tarifs douaniers à 5 % de la valeur des importantions17. Cette présence est telle qu’en 1766 Marie-Thérèse demande à ses États de Basse-Autriche de dresser une Conscription des Turcs et sujets turcs de Vienne18. Ajoutée aux différents actes retrouvés dans la série « sujets turcs » du Conseil du commerce relatifs aux affaires de Basse-Autriche et à celles de Trieste, elle nous permet de renseigner une base de données d’environ deux mille Ottomans présents à Vienne entre 1739 (traité de Belgrade) et 1791 (traité de Sistova)19.

  • 20 Seirinidou 2002.
  • 21 Id 2008, p. 94.

7À travers ces documents, l’origine déclarée des marchands permet de mettre en cause le prisme du marchand grec en soulignant la grande diversité de foyers d’origine20. Si la région du Pinde domine, elle n’est ni exclusive ni majoritaire et Vienne accueille des marchands ottomans originaires de l’ensemble de la Turquie d’Europe (Istanbul, plaines du Danube et de la Drina, Bosnie, Bulgarie…), mais aussi d’Anatolie, de Mésopotamie et du Caucase. Par ailleurs, la comparaison entre les lieux d’origine et les religions confessées des marchands ne permet en aucun cas de réduire les marchands grecs au Pinde et à l’Archipel, ni de considérer la Turquie d’Europe uniquement par le prisme de l’appartenance ethno-religieuse des marchands21.

  • 22 Plöchl 1983.
  • 23 Gelber 1948, p. 389-390.
  • 24 Neurath 1914, p. 108-138.
  • 25 Pezzl 1818, p. 190.

8L’administration les divise en quatre nations, soit en composantes juridiques attribuant aux individus des droits relatifs à la communauté religieuse à laquelle ils appartiennent ou dans laquelle on les situe. Aussi, leur gestion est-elle confessionnelle. En accordant une progressive reconnaissance légale à ces communautés, Vienne tente de les contrôler si ce n’est de tisser un lien de fidélité avec l’Empereur. En 1719, la chapelle de Saint-Georges permet aux Ottomans orthodoxes de pratiquer leur religion, certes dans un espace privé situé dans le quartier marchand de la ville, et Charles VI puis Marie-Thérèse réaffirment régulièrement la franchise – au sens le plus fiscal du terme – de cette communauté à l’égard du patriarcat autrichien de Karlowitz22. En 1778, un privilège identique est accordé aux juifs ottomans23. Il est à noter que ni les Grecs du territoire impérial et royal ni les juifs d’Allemagne ne disposent de tels droits et que leur octroi repose avant tout sur la particularité de leur condition politique. Le cas des Arméniens est plus complexe. Considérés comme catholiques et en vertu du traité de Karlowitz, la Chambre aulique tend à encourager leur naturalisation et donc à les sédentariser à Vienne. Or, dans les années 1760 beaucoup de ces marchands continue de s’affirmer « encore aujourd’hui sujet[s] turcs[s] » même après plus d’une décennie de présence en ville. Au début du dix-neuvième siècle, à défaut d’être parvenu à en faire des sujets naturels, l’empereur institutionnalise leur présence24. Seuls les Musulmans ne font pas l’objet d’une telle politique. Cependant, la présence d’un iman entre 1759 et au moins 1767 atteste d’une communauté confessionnellement structurée et, à en croire Johann Pezzl secrétaire du Chancelier d’État, en 1785, il est toléré dans la pratique aux Musulmans de prier chez eux25.

  • 26 Do Paço, 2014.

9Cette confessionnalisation doit être considérée comme une gestion sociale pragmatique de la présence ottomane qui n’entraîne aucune conséquence significative sur le commerce des marchands et de leurs pratiques26. Elle est la volonté de l’Empereur et les nations qui s’instituent sont avant tout des nations confessionnelles viennoises.

D’introuvables communautés

  • 27 Katsiardi-Hering 2008.
  • 28 Do Paço, 2013. Conscription, p. 63-64 et 68-69.

10Malgré la diversité de ces origines et communautés de foi, l’observation des pratiques économiques des marchands ottomans à Vienne laisse apparaître une très forte homogénéité du groupe. La religion et l’origine géographique ne semblent en rien discriminantes à l’égard des biens commercés à l’exception, de fait, des « chapelets de Jérusalem » qui restent entre les mains des Arméniens. Les très lucratifs commerces de la laine, du coton ou du fameux fil rouge sont indifféremment menés par des marchands grecs, arméniens, juifs turcs et musulmans27. Au regard du droit seigneurial régissant le commerce à Vienne, rien ne distingue les Ottomans dans les produits dont ils peuvent faire le commerce. De plus, s’il n’y a que les Catholiques qui sont en charge du commerce des reliques d’Orient, certaines compagnies qui investissent dans ce commerce sont composées pour partie de Musulmans28.

  • 29 Chatziioannou, 2005.
  • 30 Citons par exemple la déclaration de Constantin Ziringotti, grec commerçant avec des compagnons mus (...)
  • 31 Katsiardi-Hering 2008b.

11De même, la façon de commercer des marchands est identique à toutes les communautés religieuses. L’outil que constitue la compagnie commerciale, longtemps considérée comme étant le monopole de la communauté grecque, est utilisé par d’autres ressortissants de la Porte29. Plus encore, certaines compagnies se caractérisent par le regroupement de marchands de religions différentes30. Ni le commerce, ni la manière de le conduire ne peuvent distinguer les communautés religieuses ottomanes entre elles. Les critères les plus déterminants au choix de se mettre en compagnie sont, d’une part, la compétence, la puissance sociale et le capital économique des marchands et, d’autre part, les liens de famille qu’il faut considérer comme redoublant socialement une alliance économique31.

  • 32 À titre d’exemple, Constantin Simkowitz, Conscription, p. 205-206, Nicola Lazar, Ibid., p. 185-186 (...)
  • 33 À titre d’exemple Dimitri Georgi, Ibid., p. 13-132 ou Juda Coim facteur des frères Amar, Ibid., p.  (...)
  • 34 Katsiardi-Hering 2001 et Dufoix 1999.

12En effet, parmi les 86 compagnies recensées en 1767, 29 sont composées d’au moins deux membres d’une même famille, soit plus d’une compagnie sur trois. Les compagnies associent père et fils, oncles et neveux ou encore des frères et cousins entre eux32. Lorsque le père est cité, il est toujours le patron de la compagnie ce qui évoquerait le poids des logiques patriarcales. Enfin, les compagnies comportant des membres d’une même famille n’y sont pas nécessairement restreintes, ce qui tend à confirmer le modèle concentrique de la compagnie développé pour les marchands de Chio et distinguant les marchands originaires de la famille, de la ville où elle est installée puis de son hinterland33. Cependant, les logiques familiales biaisent un regard trop rapidement porté sur les compagnies commerciales en incitant avant tout à les considérer comme fondées sur des solidarités ethniques et/ou confessionnelles. Il serait par conséquent tout aussi abusif à nos yeux de parler ici de diaspora d’autant plus que les marchands ne fuient pas la Turquie mais investissent stratégiquement et volontairement l’Europe centrale34.

  • 35 Seirinidou 2002.
  • 36  Do Paço, 2014 et 2010. Voir aussi Chauvard 1999.
  • 37 Lichtenberger 1977, p. 18.
  • 38 Il s’agit ici du Heiligenkreutzer Hof au croisement de Rotenturmstrasse et de la Griechengasse et (...)
  • 39 Stadt und Landesarchiv Wien (SLAW), Bericht 373/1768.

13Cependant, Vassiliki Seirinidou évoque l’existence à Vienne d’un quartier grec35. Or, au regard de la comparaison des adresses des appartements, des boutiques et des entrepôts loués et occupés à Vienne par les marchands il est impossible de saisir un repli communautaire, ni par religion, ni par lieux d’origine. Le quartier investi par les marchands ottomans, situé sur les deux rives du canal du Danube qui traverse la ville et sépare le centre de son faubourg de la Leopoldstadt, est celui des marchands et des artisans dont les Ottomans ne font qu’irriguer et utiliser les structures36. Il s’agit de l’ancien centre bourgeois de la ville médiévale37. À plus grande échelle encore, à l’exception d’une cour et d’une maison majoritairement et respectivement investies par des Grecs et des Musulmans, les Ottomans sont implantés dans près d’une cinquantaine d’adresses différentes38. La chapelle Saint-Georges tend à peine à polariser spatialement la présence des Grecs. Une fois de plus, le critère politique prime. La consultation des archives municipales viennoises nous permet aussi d’affirmer que tous résident dans des maisons dont les appartements sont essentiellement occupés par des sujets catholiques de l’Empereur et que la coexistence/indifférence religieuse est pour eux quotidienne et généralisée39. Il n’y a pas dans la Vienne de Marie-Thérèse de quartier grec, mais un quartier marchand dans lequel les sujets du Grand Seigneur sont installés.

14Aussi, rien dans ces trois critères communautaires ne nous permet de valider des hypothèses d’un commerce reposant sur des logiques ethno-religieuses ou nationales et c’est bien ensemble qu’il faut considérer les stratégies des marchands ottomans.

Stratégies politico-économiques et dialogue institutionnel

  • 40 Voir le rapport de l’Internonce Heinrich Penckler au sujet l’affaire Andritsch : ÖStA, FK, NHK, KL (...)

15En plus de l’homogénéité de leurs pratiques et de leur commerce à Vienne, les marchands ottomans se caractérisent par la similarité des stratégies qu’ils déploient pour parvenir à leur fin. Le défi principal qu’ils doivent relever est de contrer l’interprétation faite par la Chambre aulique des traités de Passarowitz et de Belgrade. Leurs suppliques attestent que dans les années 1750 ils réclament encore leur application étendue garantissant l’exercice d’un commerce « libre, sûr et paisible » sans restriction alors que le Conseil du commerce entend limiter celui des « Acatholiques » au mode in grosso, hors des périodes de foire. Quant à eux, les Arméniens peuvent commercer alla minuta toute l’année et se prévaloir du droit de bourgeoisie s’ils consentent à la naturalisation. C’est ici la seule vraie discrimination sur critère religieux. Ces règles arbitraires aux yeux des Ottomans les poussent à dévoiler leur puissance politique et sociale dont leur capacité à recourir directement au Divan, d’obtenir des audiences auprès de l’internonce impérial et royal à Péra et de le pousser à intervenir en leur faveur auprès des ministres viennois40.

  • 41 Zedinger 2010.
  • 42 À titre d’exemple Salomon Confino et Sissi Georgi, Conscription, p. 31-33 et 224.
  • 43 À titre d’exemple Stephan Annamas et Nicolas Lazar, Ibid., p. 77-78 et 99-102.
  • 44 Do Paço 2014.

16Au début des années 1760, les marchands ottomans abandonnent l’espoir d’une reconnaissance élargie, mais forts de leurs soutiens politiques ils multiplient les demandes de privilèges particuliers auprès des institutions viennoises en sachant solliciter des intermédiaires de premier ordre. Dans ces logiques de patronage, le baron Heinrich Penckler joue un rôle essentiel41. Internonce à Péra à plusieurs reprises, il intervient pour inciter les ministères viennois à plus de souplesse, comme conseil dans des délibérations relatives au commerce oriental de la Monarchie ou en protégeant directement certains marchands. Aussi, les dépositions des marchands ottomans rassemblées dans la Conscription de 1767 nous informent qu’il délivre des laissez-passer personnels aux marchands ottomans et intègre certains d’entre eux dans sa suite à son retour dans la monarchie42. Par ailleurs, ancien négociateur à Belgrade en 1739, Penckler possède à Vienne plusieurs maisons dont il loue appartements et entrepôts aux Ottomans43. Il se constitue ainsi une petite clientèle cosmopolite de sujets turcs juifs, arméniens et grecs avantageuse tout autant pour lui que pour les marchands voyant leurs affaires protégées ainsi que pour la monarchie qui peut dès lors compter sur un commerce prospère et consolidé44. Néanmoins, conversions, optimisation des argumentaires des suppliques touchant à l’obtention de privilèges particuliers et défiance régulière des marchands à l’égard du cadre légal constituent les trois leviers d’action les plus courants.

  • 45  Rothman 2006.
  • 46 À titre d’exemple Peter Anastase, SLAW, Bericht, 1770/14.1770.
  • 47 À titre d’exemple le bosniaque Hussein cité en 1748 dans le journal d’ambassade de Joseph Schwachh (...)
  • 48 Conscription, p. 72 et 206-208.
  • 49 Emir Ahmet Effendi, Conscription, p. 6-7.

17Dans la mesure où l’obtention d’un droit de commerce alla minuta est circonscrite aux Catholiques, la conversion des marchands ottomans peut apparaître comme le levier le plus évident45. Elle concerne Grecs et non-chrétiens46. Les Musulmans peuvent profiter des ambassades extraordinaires des envoyés du sultan pour entrer dans la monarchie et passer sous la protection de l’Empereur47. Le traité de Karlowitz favorise et protège de la sanction capitale les Musulmans qui se convertissent. Par ailleurs, Johann Oskan classé en 1767 parmi les sujets turcs de Vienne déclare être né à Istanbul et élevé dans la foi musulmane. Sa mère l’aurait emporté enfant en Italie où il se serait converti. Or, le recoupement des adresses relevées dans la Conscription nous indique qu’il vit à Vienne dans une maison, à sa seule exception, habitée par des Ottomans musulmans ce qui laisse envisager le maintien de liens sociaux anciens malgré la conversion si ce n’est l’existence d’un crypto-islam48. Si le pragmatisme semble une clé de lecture opératoire pour la compréhension des stratégies économiques communes des marchands ottomans à Vienne, il importe de ne pas sous-estimer l’attachement des acteurs à leur religion première. Malgré les avantages économiques que présente la conversion au catholicisme, peu finissent par sauter le pas et la présence au sein de la communauté musulmane d’un imam montre l’importance de cet attachement si ce n’est le souci de préserver la cohésion de la communauté de foi49.

  • 50 ÖStA, FK, NHK, Commerz, NÖ+OÖ, 130, fol. 21-26.
  • 51 SLAW, Dekret, 1763/317 et ÖStA, FHK, NHK, OÖ+NÖ, 130, fol. 346-347.

18Alors, l’élaboration d’un argumentaire efficace est un moyen plus couramment utilisé par les marchands ottomans afin de renforcer leur position à Vienne. En 1750, alors qu’il a été interpellé à Graz sur la route le menant de Trieste à Vienne pour un commerce alla minuta illégal, Pietro Andritsch en appelle au Divan du Sultan, à l’Internonce impérial et royal et à l’application stricte du traité de Passarowitz qui, selon lui, ne distingue en rien Catholiques et Acatholiques dans leurs libertés économiques50. L’affaire Andritsh impose à la Conférence des ministres impériaux de clarifier les cadres du commerce et d’entériner l’exclusion des Acatholiques d’un commerce alla minuta élargi. Au début des années 1760, les Ottomans changent d’argumentaire. Lorsqu’ils ne réclament pas une reconnaissance de leurs nouveaux droits voire, tel Nicola Zamiko, leur intégration à la bourgeoise de Vienne suite à leur conversion au catholicisme, ils font valoir l’ancienneté de leur commerce dans la Monarchie ou leur fidélité à son égard lors de la guerre de 1737-173951. Le véritable enjeu est de ne pas mettre la Chambre aulique en porte-à-faux avec la bourgeoisie viennoise dont elle est censée préserver le monopole.

  • 52 Gelber évoque le cas de juifs d’empire passant dans l’empire ottoman avant de revenir à Vienne com (...)

19Cependant, ces démarches légales et relativement peu fructueuses ne constituent pas encore l’essentiel des pratiques ottomanes. Les papiers du Conseil du commerce relatifs aux sujets turcs sont autant composés de demandes de privilèges que de plaintes renvoyant à des cas de transgression de la part de nos outsiders. Ils sont de deux types : le non-respect du commerce restreint à l’in grosso et le non-paiement de la taxe douanière. En 1762, Molla Hassan présente comme un « innocent oubli commis à l’encontre de l’ordre souverain » sa tentative de faire passer en fraude une grande partie de la cargaison d’huile qu’il a fait débarquer à Trieste, puis qu’il a confiée à un complice catholique et qu’il entendait récupérer à Vienne. Or, face à leur nombre, il semble bien que les fraudes se fassent en toute conscience. Le recoupement des dépositions de la Conscription de 1767 atteste que 43 % des Ottomans recensés sont présents sur le territoire impérial et royal sans pouvoir y justifier d’une entrée entièrement légale. Ils ne peuvent présenter ni laissez-passer, ni attestation de séjour dans le lazaret d’un des postes de frontière, ni du caratch pour les dhimmîs, c’est-à-dire l’attestation du paiement de la capitation qui est pour Vienne la preuve essentielle de leur protection par le Sultan. En poussant la critique à son extrême, il serait même possible d’écrire que rien n’atteste que ces sans-papiers en culotte de soie soient effectivement ottomans et qu’ils ne profitent pas opportunément des traités commerciaux établis entre Vienne et Istanbul52. En fait, cet exemple nous invite avant tout à souligner l’incapacité de l’administration viennoise à contrôler le commerce des Ottomans dans la ville, si ce n’est dans l’ensemble du territoire impérial et royal. Aussi, la Conscription met-elle la Chambre aulique et son Conseil du commerce au pied du mur les obligeant à ajuster leur politique commerciale.

  • 53 Soulignons en particulier en 1755 l’activité d’El Haj Halil Efendi décrite dans le journal de son (...)
  • 54 Il faut ici aussi évoquer, au même moment, la pression mise sur la Chancellerie par l’ambassadeur (...)
  • 55 Freudenberger 2003, p. 178 et suivantes.

20En 1774, l’ambassade de Soliman Bey semble en cela avoir été décisive. Sous le règne de Marie-Thérèse, les envoyés ottomans présents à Vienne, et installés non sans préméditation dans le faubourg marchand de la Leopoldstadt, relaient les pétitions des sujets du Sultan auprès des ministères53. Aussi, à peine un mois après le départ de Soliman Bey, les marchands acatholiques se voient octroyer un allégement significatif des contraintes liées au commerce des « marchandises orientales », c’est-à-dire transitant par la Turquie54. Il faut ici souligner que le coup de force « politique » des marchands ottomans a bien permis d’infléchir en leur faveur la politique caméraliste de la Monarchie et de les imposer comme acteurs économiques, sociaux, politiques et culturels de la vie viennoise de la fin du siècle55.

  • 56 ÖStA, FHK, NHK, OÖ+NÖ, 131.

21L’élargissement des droits permet encore de cerner la nécessité accrue de confessionnaliser les nations ottomanes afin de s’assurer de leur fidélité. Cet état de fait perdure jusqu’au milieu des années 1780. En effet, le règne personnel de Joseph II (1780-1790) voit la mise en cause de la pax ottomanica par la volonté du souverain de reprendre Belgrade et, avec la forteresse, de contrôler unilatéralement le commerce danubien jusqu’en Mer noire. Cependant, dès 1786, et malgré l’état de guerre, les marchands ottomans présents dans la ville voient leurs privilèges commerciaux presque systématiquement confirmés et leur commerce protégé56. La mort de Joseph II en 1790, le traité de Sistova de 1791 et la visite qu’effectue l’envoyé de Selim III, Ebu Bekr Rattîb Efendi, à Vienne en 1792 restaurent le cadre politique que connaissaient les marchands ottomans à la fin du règne de Marie-Thérèse. Enfin, il faut replacer cet élargissement des libertés commerciales et la confessionnalisation qui lui fait suite dans une histoire viennoise, si ce n’est autrichienne, plus large de la tolérance religieuse. L’argument caméraliste de la nécessité de faire rester les minorités religieuses dans la Monarchie, voire d’accroître leur présence, est essentiel dans le débat qui conduit Joseph II à promulguer ses patentes de tolérance de 1781 et 1782.

22La présence ottomane à Vienne est donc politique et garantie par les traités commerciaux ainsi que la protection que leur confère le Sultan. Les différences religieuses internes aux sujets turcs sont dans la documentation camérale avant tout des différences administratives viennoises qui doivent impérativement être comprises selon des logiques de confessionnalisation. Ce pragmatisme constitue le paysage administratif de l’action des marchands ottomans à Vienne et n’est pas l’expression d’un sentiment d’appartenance. Les stratégies que tous développent attestent en fait de l’existence d’un groupe qui, dans ses pratiques et dans sa culture commerciale et politique, demeure homogène. Enfin, l’histoire des marchands ottomans est celle de l’investissement, de la socialisation et de l’appropriation d’une société par des étrangers qui nous permet de dépasser une opposition historiographique stérile réduisant l’histoire des relations de l’Autriche et l’Empire ottoman à la dialectique de la coexistence et de la confrontation. Inscrite dans le contexte urbain, son étude par la documentation seigneuriale de la Chambre aulique permet de palier l’absence de documentations consulaires et notariées et d’écrire une histoire marchande inédite de Vienne par le biais d’une histoire de l’intégration.

Haut de page

Bibliographie

Bormastino 1719 = A. Bormastino, Historische Beschreibung von der Kayserlischen Residenz-Stadt Wienn und Ihren Vor-Städten, Vienne, 1719.

Bur 1986 = M. Bur, Das Raumergreifen balkanischer Kaufleute im Wirtschaftsleben der ostmitteleuropäischen Länder im 17. und 18. Jahrhundert, dans V. Bácskai (dir.), Bürgertum und bürgerliche Entwicklung in Mittel- und Osteuropa, Budapest, 1986, p. 18-40.

Cerutti 2008 = S. Cerutti, Histoire pragmatique, ou la rencontre entre histoire sociale et histoire culturelle, dans Tracés. Revue de sciences humaines, 15-2, 2008, p. 147-168.

Chatziioannou 2005 = M. C. Chatziioannou, The Greek Merchant Networks in the Age of Empires (1700-1780), dans I. Baghdiantz McCabe, G. Harlaftis et I. Pepelasis Minoglou (dir.), Diaspora Entrepreneurial Networks. Four Centuries of History, Oxford, 2005,, p. 371-382.

Chauvard 1999 = J.-F. Chauvard, Échelles d’observation et insertion des étrangers dans l’espace vénitien (xviie-xviiie siècle), dans J. Bottin et D. Calabi (dir.), Les étrangers dans la ville. Minorités et espace urbain du bas Moyen Âge à l ‘époque moderne, Paris, 1999, p. 195-207.

De Luca 1787 = I. De Luca, Wiens gegenwärtiger Zustand unter Josephs Regierung, Vienne, 1787, p. 101.

Do Paço 2014 = D. Do Paço, Extranéité et lien social. Les marchands ottomans à Vienne au xviiie siècle, dans Revue d’Histoire Moderne et Contemporaine (sous presses).

Do Paço 2013 = D. Do Paço, The 18th Century Central Europe in transcontinental trade : the trading company of Molla Mustafa and the Viennese Conscription of 1767, dans D. Dumitran (dir.), Economy and Society in Central and Eastern Europe. Territory, population, consumption, (sous presses).

Do Paço 2011a = D. Do Paço, Invisibles dans la banalité et le mépris. Les Musulmans à Vienne des années 1660 à la fin du xviiie siècle, dans J. Dakhlia et B. Vincent (dir.), Les Musulmans dans l’histoire de l’Europe. Tome 1 :Une intégration invisible, Paris, 2011, p. 56-80.

Do Paço 2011b = D. Do Paço, Le marchand grec existe-t-il ? Remarques sur les représentations collectives et les identités sociales viennoises dans le Kaufruf de Johann Christian Brand de 1775, dans C. Lebeau et W. Schamle (dir.), Images en capitale : Vienne fin XVIIe – début XIXe siècle, Bochum, 2011, p. 53-72.

Do Paço 2010 = Institutionnaliser la coexistence religieuse ? Turcs et sujets turcs de Vienne dans la seconde moitié du xviiie siècle, dans D. Do Paço, M. Monge et L. Tatarenko (dir.), Des religions dans la ville. Ressorts et stratégies de coexistence religieuse dans l’Europe des XVIe-XVIIIe siècles, Rennes, 2010, p. 141-161.

Dogo 1997 = M. Dogo, Merchants Between Two Empires. The Ottoman colonies of Triest in the XVIIIth century, dans Études balkaniques, 3-4, 1997, p. 85-96.

Dufoix 2011 = S. Dufoix, La dispersion. Une histoire des usages du mot diaspora, Paris, 2011.

Dufoix 1999 = S. Dufoix, Chroniques bibliographiques : l’objet diaspora en question, dans Cultures & Conflits, 33/34, 1999, p. 147-163.

Egghardt 1996 = H. Egghardt, Türken in Wien, dans Wir. Zur Geschichte und Gegenwart der Zuwanderung nach Wien, 216, 1996, p. 114 et suivantes.

Faroqhi 2006 = S. Faroqhi, L’histoire du costume ottoman : un petit bilan de recherche, dans M. Viallon (dir.), Paraître et se vêtir au xvie siècle. Actes du colloque du Puy-en-Velay, Saint-Étienne, 2006, p. 95-105.

Fischer 2006 = R.-T. Fischer, Österreich im Nahen Osten. Die Großmachtpolitik der Habsburgermonarchie im Arabischen Orient, 1633-1918, Vienne, 2006.

Freudenberger 2003 = H. Freudenberger, Lost Momentum : Austrian Economic Development 1750s-1830s, Cologne, 2003.

Gelber 1948 = N. M. Gelber , The Separadic Community in Vienna, dans Jewish Social Studies, 10-4, 1948, p. 359-396.

Grenet 2013 = M. Grenet, « Grecs de nation », sujets ottomans : expérience diasporique et entre-deux identitaires, v. 1770 v. 1830, dans J. Dakhlia et W. Kaiser (dir.), Les Musulmans dans l’histoire de l’Europe, tome 2 : passages et contacts en Méditerranée, Paris, 2013, p. 311-344.

Grenet 2012 = M. Grenet, Entangled allegiances : Ottoman Greeks in Marseille and the Shifting Ethos of Greeknees c1790-c1820, dans Byzantine and Modern Greek Studies, 36-1, 2012, p. 56-71.

Grenet 2010 = M. Grenet, La Fabrique communautaire. Les Grecs à Venise, Livourne et Marseille, v.1770-v.1830, thèse de doctorat d’histoire et de civilisation de l’European University Institute, 2010.

Kadi 2012 = I. H. Kadi, Ottoman and Dutch merchants in the Eighteenth Century : Competition and Cooperation in Ankara, Izmir, and Amsterdam, Leyde, 2012.

Katsiardi-Hering 2008a = O. Katsiardi-Hering, The Allure of red Cotton Yarn, and how it came to Vienna : Associations of Greek Artisans and Merchants operating between the Ottoman and Habsburg Empires, dans S. Faroqhi et G. Veinstein (dir.), Merchants in the Ottoman Empire, Paris, Peeters, 2008, p. 97-131.

Katsiardi-Hering 2008b = O. Katsiardi-Hering, Central en Peripheral communities in the Greek Diaspora : Interlocal and Local Economic, Political and Cultural Networks in the Eighteenth and Nineteenth Centuries, dans M. Rozen (dir.), Homelands and Diasporas. Greeks, Jews and Their Migrations, Londres, 2008, p. 169-180.

Katsiardi-Hering 2001 = O. Katsiardi-Hering, Migrationen von Bevölkerungsgruppen in Südosteuropa vom 15. Jahrhundert bis zum Beginn des 19. Jahrhunderts, dans Südost-Forschungen, 59/60, 2000/2001, p. 125-148.

Katsiardi-Hering 1996 = O. Katsiardi-Hering, Das Habsburgerreich : Anlaufpunkt für Griechen und andere Balkanvölker im 17-19 Jahrhundert, dans Österreichische Osthefte, 38-2, 1996, p. 171-188.

Kitromilides 1989 = P. M. Kitromilides, Imagined Communities and the Origins of the National Question in the Balkans, dans European History Quarterly, 19-2, 1989, p. 149-192.

Kitromilides 1979 = P. M. Kitromilides, The dialectic of intolerance : ideological dimensions of ethnic conflict, dans Journal of Hellenic Diaspora, 6-4, 1979, p. 3-50.

Kreutel 1957 = R. F. Kreutel (dir.), Im Reiche des Goldenem Apfels. Des türkischen Weltbummlers Evliyâ Çelebi denkwürdige Reise in das Giaurenland und in die Stadt und Festung Wien. Anno 1665, , Graz, 1957.

Lichtenberger 1977 = E. Lichtenberger, Die Wiener Altstadt von der mittelalterlichen Bürgerstadt zur City, Vienne, 1977.

Medakovic 1988 = D. Medakovic, Die Lage des serbischen Volkes in Österreich im Laufe des 18. Jahrhundert, dans R. Mortier et H. Hasquin (dir.), Unité et diversité de l’Empire des Habsbourg à la fin du XVIIIe siècle, Bruxelles, 1988, p. 93-111.

Neurath 1914 = O. Neurath, Die konfessionelle Struktur Österreich-Ungarns und die orientalische Frage, Weltwirtschaftlisches Archiv, 3, 1914, p. 108-138.

Panova 1996 = S. K. Panova, B″lgarski t″rgovski kompanii na Avstrijskiâ pazar prez XVIII v., Sofia, 1996.

Minoglou 2005 = I. Pepelasis Minoglou, Toward a Typologie of Greek-diaspora Entrepreneurship, dans I. Baghdiantz McCabe, G. Harlaftis et I. Pepelasis Minoglou (dir.), Diaspora Entrepreneurial Networks. Four Centuries of History, Oxford, 2005, p. 173-190.

Pedani 1994 = M. P. Pedani, In nome del Gran signore. Inviati ottomani a Venezia dalla caduta di Constantinopoli alla guerra di Candia, Venise, 1994.

Peyfuss 1975 = M. D. Peyfuss, Balkanorthodoxe Kaufleute in Wien. Soziale und nationale Differenzierung im Spiegel der Privilegien für die griechisch-orthodoxe Kirche zur heiligen Dreifaltigkeit, dans Österreichische Osthefte, 17, 1975, p. 258–268.

Pezzl 1818 = J. Pezzl, Nouvelle description de Vienne, capitale de l’Autriche, Vienne, 1818 (1787 pour l’édition originale allemande).

Plöchl 1983 = W. Plöchl, Die Wiener orthodoxen Griechen. Eine Studie zur Rechts- und Kulturgeschichte der Kirchengemeinden zum hl. Georg und zur hl. Dreifaltigkeit und zur Errichtung der Metropolis von Austria, Vienne, 1983.

Rothman 2011 = E. N. Rothman, Broking empire. Trans-imperial Subjects between Venice and Istanbul, Cornell, 2011.

Rothman 2006 = N. Rothman, Becoming Venetian : Conversion and Transformation in the Seventeenth-Century Mediterranean, dans Mediterranean Historical Review, 21-1, 2006, p. 39-75.

Schmitt 2005 = O. J. Schmitt, Levantiner. Lebenswelten und Identitäten einer ethnokonfessionellen Gruppe im osmanischen Reich im "langen 19. Jahrhundert", Munich, 2005.

Seirinidou 2008a = V. Seirinidou, The 'Old' Diaspora, the 'New' Diaspora and the Greek Diaspora in the Eighteenth through Nineteenth Centuries Vienna, dans M. Rozen (dir.), Homelands and Diasporas. Greeks, Jews and Their Migrations, Londres, 2008, p. 155-159.

Seirinidou 2008b = V. Seirinidou, Grocers and Wholesalers, Ottomans and Habsburgs, Foreigners and Our Own : The Greek Trade Diasporas in Central Europe, seventeenth to Nineteenth Centuries, dans S. Faroqhi et G. Venstein (dir.), Merchants in the Ottoman Empire, Leyde, 2008, p. 81-95. (Turcica, 15)

Seirinidou 2002 = V. Seirinidou, Ελληνες στη Βιέννη, 1780-1850 [Les Grecs à Vienne, 1780-1850], Thèse de doctorat de l’Université Nationale Capodistrienne (Athènes), 2002.

Smyrnelis 2005 = M.-C. Smyrnelis, Une société hors de soi : identités et relations sociales à Smyrne aux xviiie et xixe siècles, Leyde, 2005.

Stoianovich 1960 = T. Stoianovich, The conquering Balkan Orthodox Merchant, dans Journal of economic history, 20, 1960, p. 234-313.

Teply 1973 = K. Teply, Die erste armenische Kolonie in Wien, dans Wiener Geschichtsblätter, 28, 1973, p. 105-116.

Tremel 1964 = F. Tremel, Die Griechenkolonie in Wien im Zeitalter Maria Theresias. Ein Beitrag zur österreischich-türkischen Handelbeziehungen, dans Vierteljahrsschrift für Sozial- und Wirtschaftsgeschichte, 51, 1964, p. 108-115.

Zedinger 2010 = R. Zedinger,Vom „Sprachknaben“ zum Internuntius Freiherr Heinrich Christoph von Penckler (1700-1774) im diplomatischen Dienst an der Hohen Pforte, dans U. Tischler-Hofer et R. Zedinger (dir.), Kuppeln - Korn – Kanonen : unerkannte und unbekannte Spuren in Südosteuropa von der Aufklärung bis in die Gegenwart, Innsbruck, 2010, p. 215-242.

Zhelyaskova 2002 = A. Zhelyazkova, Islamization in the Balkans as an Historiographical Problem : the Southeast-European Perspective, dans F. Adanir et S. Faroqhi (dir.), The Ottomans and the Balkans. The Ottoman Empire and its Heritage. Politics, Society and Economy, Leyde, 2002, p. 123-166.

Haut de page

Notes

1 Stoianovich 1960, p. 234-313.

2 Ibid., p. 248-249.

3 Pour une déconstruction des différents biais on se référera à Kitromilides 1989 et 1979. Voir aussi Zhelyazkova 2002.

4 Bur 1986, p. 18-40 ; Plöchl 1983 et Tremel 1964.

5 Teply 1973 ; Gelber 1948 et Egghardt 1996. Pour une approche critique de l’étude des Musulmans à Vienne Do Paço 2011a.

6 Katsiardi-Hering 1996, p. 171-172.

7 Medakovic 1988 ; Peyfuss 1975 et Panova 1996.

8 Seirinidou 2008a et 2008b ; Minoglou 2005. Pour une approche plus large Dufoix 2011.

9 Kadi 2012 ; Rothman 2011 ; Grenet 2010 ; Smyrnelis 2005 et Schmitt 2005. Sur la présence ottomane à Vienne Do Paço, 2014.

10 Pour une discussion critique Cerutti 2008.

11 Respectivement, Bormastino 1719, p. 30-32 et De Luca 1787, p. 101.

12 Faroqhi 2006. Österreichische Nationalbibliothek (ÖNB), Bildarchiv (Ba), Pb 3456, 1-40, et pour la figure du marchand grec : Do Paço 2011b.

13 Österreichische Staatsarchiv (ÖStA), Finanz- und Kommerz (FK), Neue Hofkammer, Kommerz (NHK), Litorale Akten (KLA), Türkischen Untertanen, 1035-1047 et ÖStA, FK, NHK, Commerz, Ober- und Niederösterreich (OÖ+NÖ), Türkischen Untertanen, 130‑131.

14 Distinction notamment faite en 1766 par Rudolph Chotek, président de la Chambre aulique, ÖStA, FK, NHK, KLA, 1035, fol. 867v-868r.

15 Pour une réflexion sur l’ottomanité Grenet 2013, et 2012, p. 56-71.

16 Kreutel 1957, p. 90.

17 La politique de la Hofkammer est dictée par les principes du caméralisme. Le commerce n’a pas d’intérêt en soi et doit être compris au sein d’une politique fiscale plus large. Son apport est avant tout considéré relativement aux profits que les douanes peuvent en dégager. Pour un point sur l’évolution du droit, Fischer 2006, p. 13-56.

18 Vienne n’est pas à proprement parler une ville seigneuriale, cependant la Stadtsordnung de 1526 a considérablement réduit les droits de sa bourgeoisie et mis la municipalité sous la tutelle de l’archiduc d’Autriche. Nous choisissons de parler de ville « seigneurialisée ».

19 La conscription est déposée dans le fond ÖNA, FK, NHK, OÖ+NÖ,130, mais une copie se trouve également dans les archives politiques de la chancellerie, ÖStA, Haus-, Hof- und Staatsarchiv, Staatenabteilungen, Türkei V, 27 ce qui atteste bien d’une lecture politique de cette présence par ses contemporains. C’est cette dernière que nous citerons (Conscription, p. N) en raison de sa qualité de conservation et de sa facilité de consultation.

20 Seirinidou 2002.

21 Id 2008, p. 94.

22 Plöchl 1983.

23 Gelber 1948, p. 389-390.

24 Neurath 1914, p. 108-138.

25 Pezzl 1818, p. 190.

26 Do Paço, 2014.

27 Katsiardi-Hering 2008.

28 Do Paço, 2013. Conscription, p. 63-64 et 68-69.

29 Chatziioannou, 2005.

30 Citons par exemple la déclaration de Constantin Ziringotti, grec commerçant avec des compagnons musulmans et celle d’Araon Samuel lui aussi en compagnie avec un Musulman du non de Molla Hussein, Conscription, p. 163-165 et p. 51-52.

31 Katsiardi-Hering 2008b.

32 À titre d’exemple, Constantin Simkowitz, Conscription, p. 205-206, Nicola Lazar, Ibid., p. 185-186 et Molla Hussein, Ibid., p. 174-175. Le cas le plus évident reste néanmoins celui de Jacob Amigo, originaire de et installé à Temesvar. Il travaille sous la direction de son père Meyer Amigo et avec ses frères Isaac et Abraham, Ibid., p. 22-24 et suppléments de la Conscription A, B et C.

33 À titre d’exemple Dimitri Georgi, Ibid., p. 13-132 ou Juda Coim facteur des frères Amar, Ibid., p. 37-38. Minoglou 2005.

34 Katsiardi-Hering 2001 et Dufoix 1999.

35 Seirinidou 2002.

36  Do Paço, 2014 et 2010. Voir aussi Chauvard 1999.

37 Lichtenberger 1977, p. 18.

38 Il s’agit ici du Heiligenkreutzer Hof au croisement de Rotenturmstrasse et de la Griechengasse et du Kohlmässerischen Haus sur Slazgries.

39 Stadt und Landesarchiv Wien (SLAW), Bericht 373/1768.

40 Voir le rapport de l’Internonce Heinrich Penckler au sujet l’affaire Andritsch : ÖStA, FK, NHK, KLA, 1049 (non paginé). Sur le « caractère excentrique de la politique commerciale des Habsbourg au regard du non-protectionnisme ottoman », Dogo 1997.

41 Zedinger 2010.

42 À titre d’exemple Salomon Confino et Sissi Georgi, Conscription, p. 31-33 et 224.

43 À titre d’exemple Stephan Annamas et Nicolas Lazar, Ibid., p. 77-78 et 99-102.

44 Do Paço 2014.

45  Rothman 2006.

46 À titre d’exemple Peter Anastase, SLAW, Bericht, 1770/14.1770.

47 À titre d’exemple le bosniaque Hussein cité en 1748 dans le journal d’ambassade de Joseph Schwachheim, OeSta, HHStA, Türkei IV, 2, p. 255.

48 Conscription, p. 72 et 206-208.

49 Emir Ahmet Effendi, Conscription, p. 6-7.

50 ÖStA, FK, NHK, Commerz, NÖ+OÖ, 130, fol. 21-26.

51 SLAW, Dekret, 1763/317 et ÖStA, FHK, NHK, OÖ+NÖ, 130, fol. 346-347.

52 Gelber évoque le cas de juifs d’empire passant dans l’empire ottoman avant de revenir à Vienne commercer et se faisant passer pour juifs turcs en raison des privilèges plus importants de ces derniers. Gelber 1948, p. 359-360.

53 Soulignons en particulier en 1755 l’activité d’El Haj Halil Efendi décrite dans le journal de son interprète Anton Selekovitz, ÖStA, Staatenabteilungen, Tükei IV, 3, p. 267-269, p. 310-313, p. 318-319, p. 334-335 et annexes U et X. Un constat comparable est relevé à Venise au xviie siècle, Pedani 1994, p. 86-90 et 172-176.

54 Il faut ici aussi évoquer, au même moment, la pression mise sur la Chancellerie par l’ambassadeur du Royaume-Uni, Robert Keith, en faveur des marchands anglais, et donc protestants, relativement à leurs affaires triestines. National Archives, State Papers, série 80, cartons 215-216.

55 Freudenberger 2003, p. 178 et suivantes.

56 ÖStA, FHK, NHK, OÖ+NÖ, 131.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

David Do Paço, « Identité politique et grand commerce des marchands ottomans à Vienne, 1739-1792 », Mélanges de l’École française de Rome - Italie et Méditerranée modernes et contemporaines [En ligne], 125-1 | 2013, mis en ligne le 24 septembre 2013, consulté le 23 août 2017. URL : http://mefrim.revues.org/1258 ; DOI : 10.4000/mefrim.1258

Haut de page

Auteur

David Do Paço

Max Weber fellow, European University Institute, Department of History and Civilization - David.DoPaco@EUI.eu

Haut de page

Droits d’auteur

© École française de Rome

Haut de page
  • Logo École française de Rome
  • Revues.org