Navigation – Plan du site
Cultures marchandes

Cultures marchandes dans l’Adriatique vénitienne : Le cas de Zadar, vers 1550

Stephan Sander-Faes
Traduction de Sabine Guillaume

Résumés

Le présent article étudie les interactions entre les normes institutionnelles du Stato da mar et les pratiques des marchands dans l’Adriatique du début de l’époque moderne. Après une courte introduction sont d’abord présentées les caractéristiques majeures de la domination vénitienne, avec pour exemple la ville de Zadar, capitale de la Dalmatie. L’accent est mis tout d’abord sur le cadre institutionnel et la réalité des interactions entre l’administration et les marchands. Dans un second temps, ces pratiques marchandes sont illustrées par des exemples choisis dans des registres de procès-verbaux notariaux, documents issus des archives nationales croates de Zadar.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Entre autres Cessi 1953 ; Concina 1989 ; Cozzi - Knapton 1986-1992 ; Cozzi 1982 ; Crouzet-Pavan 199 (...)
  • 2 Martin - Romano 2000, p. 2.
  • 3 Par ex. De Benvenuti 1944 ; Praga 1954 ; Novak 1944.
  • 4 Par ex. Thiriet 1959.
  • 5 Cf. Kitromilides 2001 ; Papadia-Lala 2001 ; Karapidakis 2001. Sur l’Adriatique : Ivetić 2005, p. 12 (...)
  • 6 Balard 1998 ; Balard - Ducellier 1998 ; Balard - Ducellier 1995.

1L’Adriatique pré-moderne a été étroitement liée à Venise durant des siècles.1 Le rayonnement suprarégional de Venise depuis le Moyen Âge focalisait l’intérêt des historiens sur elle.2 En outre, au cours de la seconde moitié du XIXe siècle et au début du XXe siècle, l’image de l’histoire tourmentée de la Dalmatie fut altérée par des élans nationalistes et fascistes.3 Cette image changea dès la fin de la Seconde Guerre Mondiale, sous l’influence de la décolonisation : Venise et la diversité de sa population retrouva sa place au centre des études.4 Autrefois, l’étude des territoires d’outre-mer vénitiens n’a certes pas été réservée exclusivement aux historiens des pays concernés, mais beaucoup de travaux jusqu’à aujourd’hui suivent les frontières linguistiques et territoriales actuelles.5 Ce n’est qu’au cours des dernières décennies que cette façon de considérer les choses a commencé à changer, avec l’apparition d’une série d’études incluant les connaissances sur Venise dans un cadre élargi de l’Europe latine du Moyen Âge et du début de l’époque moderne.6

  • 7 Le présent article emploie la toponymie actuelle.Cf. entre autres Metzeltin 2009, p. 199-237 ; Šimu (...)
  • 8 Kolanović 2006, p. 881-884.
  • 9 Cf. McKee 1999, p. 35.

2Le présent article respecte cette approche et se consacre à l’étude des cultures marchandes dans la zone Adriatique du début de l’époque moderne, avec pour exemple la ville de Zadar vers le milieu du XVIe siècle.7 L’article se compose de deux parties : la première partie présente le cadre institutionnel du Stato da mar ; la seconde partie illustre la différence entre la théorie et la pratique, par des exemples choisis dans des registres de procès-verbaux notariaux, documents issus des archives nationales croates de Zadar.8 La combinaison de sources normatives et de protocoles notariaux permet une reconstitution la plus réaliste possible de la vie de la cité.9

  • 10 Sur la domination hongroise cf. Engel - Kristó - Kubinyi 2008, p. 57-95 ; Engel 2001, p. 157-194.
  • 11 Arbel 1996, p. 949-949 ; Krekić 1996, p. 73-82 ; Novak 2001, p. 129-131, 137-144.
  • 12 Arbel 1996, p. 948-949. Cf. Rubinstein 1973, p. 197-217.
  • 13 O’Connell 2009, p. 29-30.
  • 14 Ljubić 1880, p. 17.
  • 15 Cf. Cozzi 1997, p. 292 ; Ivetić 2000, p. 21-47.
  • 16 Cf. Jacoby1998, p. 297-313 ; O’Connell 2009, p. 19.
  • 17 Šanjek 2008, p. 227-258.
  • 18 Ortalli 2009, p. 9-25.
  • 19 O’Connell 2009 ; cf. O’Connell et al. 2009.
  • 20 Cf. Grubb 2000, p. 339-364.

3Au cours du XVe siècle, les villes situées sur la côte est de l’Adriatique tombèrent à nouveau sous la domination vénitienne.10 En 1409, profitant des conflits autour de la succession au trône de Hongrie, Venise put acheter les droits sur la Dalmatie à Ladislas de Naples pour la somme de 100 000 ducats.11 Au cours des décennies suivantes, Venise reconquit sa suprématie sur les villes de l’Adriatique orientale, à l’exception de Dubrovnik.12 Celles-ci furent regroupées dans la double province d’Albanie-Dalmatie et soumises à l’autorité du recteur de Zadar.13 Incluse à nouveau dans cadre structurel du Stato da mar vénitien, Zadar devint rapidement metropoli et chiave di quella provintia14. Les mécanismes structurels fondamentaux du pouvoir vénitien étaient les mêmes en Italie du Nord (Terraferma) et dans les territoires d’outre-mer.15 Leur administration était basée sur des structures du Moyen Âge, qui furent renforcées par la domination vénitienne. D’une part, la proximité géographique de la péninsule italienne influença profondément la vie culturelle, juridique, linguistique et sociale de la Dalmatie, ce qui engendra des structures très similaires, aussi bien religieuses que laïques.16 D’autre part, au cours des invasions du Haut Moyen Âge, les peuples slaves avaient presque totalement remplacé tous les éléments rappelant la domination dalmato-romaine. Cependant, les villes côtières (qui souvent étaient des évêchés voire archevêchés) restaient fidèles à l’Église catholique romaine.17 La troisième caractéristique majeure de l’Adriatique pré-moderne sont les ambitions vénitiennes qui n’avaient pas pu être réalisées au cours du demi-siècle suivant le Traité de Zadar (1358).18 Les similitudes existant déjà auparavant sur les deux rives de l’Adriatique furent renforcées par ces développements et ceci eut pour conséquence que les villes de Dalmatie ressemblèrent aux villes d’Italie en général, et à Venise en particulier. Les plus hauts postes de l’administration étaient occupés par des fonctionnaires vénitiens, soutenus par les élites locales19, elles-mêmes composées de représentants de la noblesse dalmate (ressemblant beaucoup au patriciat vénitien dans les fonctions et l’habitus) et de citoyens de différentes couches sociales (« Elite citizens »).20

Cadre institutionnel, juridique et social

  • 21 Balard 1996, p. 101-114 ; Krekić 2007, p. 303-334.
  • 22 Finkel 2005, p. 1-80 ; Imber 2002, p. 7-39.
  • 23 Cité d’après Mayhew 2008, p. 15.

4À la fin de la guerre de Chioggia (1379-1381), les deux adversaires se trouvaient proches de l’effondrement. Mais alors que Gênes sombrait dans le chaos à force de luttes intestines et d’émeutes, Venise réussit en quelques années non seulement à consolider les finances de l’État, mais recommença également son expansion territoriale.21 Au cours des décennies qui suivirent, la République de Saint-Marc et l’Empire ottoman étendirent leurs territoires de manière significative.22 La position géographique de Venise et de ses possessions territoriales, situées le long des frontières avec l’Europe latine, mena finalement à une série de conflits avec l’Empire ottoman.23

  • 24 Généralement, Venise conservait une grande partie des normes juridiques et sociales existantes et n (...)

5Mais cette opposition permit également à Venise d’étendre son contrôle sur des régions qui se trouvaient jusque là hors de son rayon d’influence. Dès lors, chaque projet d’expansion fut discuté au préalable au sein de la Seigneurie Sérénissime, afin d’en évaluer précisément les avantages et les inconvénients. Dès lors qu’une décision était prise, des contrats détaillés définissaient les conditions entre Venise et son nouveau sujet. Ceci contribua à renforcer l’uniformisation et les similitudes entre la Terraferma et le Stato da mar.24

  • 25 Sur la distinction local/régional cf. Malz 2006, p. 104-113.
  • 26 Cozzi 1997, p. 302-303 ; O’Connell 2009, p. 2-3, 27-33.
  • 27 Mayhew 2008, p. 91-184.

6Ainsi, au cours du XVe siècle, une série de postes administratifs, aussi bien civils que militaires, furent créés en Méditerranée orientale. Leurs compétences étaient aussi bien régionales que locales.25 Par exemple, la fonction de Capitaine général fut élevée au rang de Provéditeur général et désormais toute la région Adriatique dépendait de sa seule autorité. Au niveau inférieur de l’échelle administrative se trouvaient les recteurs, qui détenaient le plus haut pouvoir au sein des villes.26 Dès 1409, la région de Zadar fut en partie réorganisée suite à la prise de pouvoir de Venise. Les localités de moindre importance Nin, Novigrad et Vrana, chacune sous le commandement d’un castellan, furent incorporées dans le district de Zadar.27

  • 28 Pederin 1990, p. 17.
  • 29 Kolanović - Križman 1997, p. 541 ; Mayhew 2008, p. 159.
  • 30 Ljubić 1877, p. 197 ; Kolanović - Križman 1997, p. 526-528, 576 ; Raukar et al. 1987, p. 369, 402 ; (...)
  • 31 Mayhew 2008, p. 158-159.

7L’autonomie locale des communes au sein du Stato da mar se remarque clairement dans l’administration : certes, les villes dalmates dépendaient du Provéditeur général, mais il y avait un niveau intermédiaire entre les deux. En raison de la taille et de l’influence de Zadar, son recteur devint primus inter pares de la zone Adriatique vénitienne.28 Au sein des villes, les plus hauts fonctionnaires de Venise avaient toutefois un double rôle : d’une part, ils présidaient les Conseils des nobles locaux et étaient en charge de l’organisation de l’administration.29 D’autre part, ils étaient le juge suprême, qui à Zadar était soutenu dans cet exercice par quatre Conseillers d’origine noble.30 Cependant, en dépit de la distance géographique entre les villes et Venise, les fonctionnaires de la République de Saint-Marc ne disposaient que d’une faible marge de manœuvre pour agir indépendamment de la Seigneurie Sérénissime.31

  • 32 Kolanović - Križman 1997.
  • 33 Ibid., p. 132.
  • 34 Ljubić 1877, p. 197.
  • 35 Schmitt 2009, p. 93.
  • 36 Kolanović - Križman 1997, p. 576, 586 ; Cf. Cozzi 1986, p. 199 ; Id. 1997, p. 307-308.

8Comme dans d’autres domaines sous la domination vénitienne, le système judiciaire de Zadar était aussi une combinaison : ses bases étaient les statuts de la ville32, avec les articles ajoutés après 1409 et la jurisprudence.33 Les procès de la population locale étaient résolus généralement sur place, l’instance compétente finale était le recteur de la ville.34 Il existait également des cours d’appel, à Shkodër en Albanie, ainsi qu’à Zadar35. L’instance compétente finale pour tous les cas de litiges était la Quarantie à Venise.36

  • 37 Arbel 1996, p. 975 ; Pederin 1987, p. 143 ; Cf. n. 19 ainsi que Chojnacki 2000, p. 263-294.
  • 38 Cf. n. 29, 30.

9Les plus hauts postes religieux et laïcs au sein de l’administration du Stato da mar étaient exclusivement réservés aux patriciens vénitiens37, mais les postes intermédiaires et inférieurs permettaient tout de même aux élites locales de participer à la vie politique de la cité.38

  • 39 Référence générale dans Schmitt 2009, p. 93-100 ; Karapidakis 1998, p. 233-244 ; Id. 1992 ; O’Conne (...)
  • 40 Capitula dalmates dans Ljubić 1868-1891 ; voir aussi Schmitt 2009, p. 94.
  • 41 Cf. Corpus statutario delle Venezie 1992-2010 ; Orlando 2002 ; Nadin 2002 ; Mueller 1996, p. 29-56.

10Un autre aspect de la domination vénitienne était la possibilité d’échanges régulés entre la Seigneurie Sérénissime et ses sujets.39 Sur la base des traités de sujétion, chaque ville pouvait adresser à Venise, de manière formellement encadrée, ses plaintes, prétentions et souhaits. Ces pétitions40 et leur déroulement ritualisé, existant aussi bien dans la Terre Ferme que dans le Stato da mar, représentaient un autre cadre commun au sein de l’État vénitien dans sa globalité.41

  • 42 Arbel 1996, p. 971-974.
  • 43 Budak 1998, p. 188 ; Grmek 1957, p. 336-374.

11À l’instar du « modèle italien » (Braudel), fortement influencé par Venise, cela signifiait que les villes de Dalmatie offraient un nombre de postes aux individus instruits. Notaires, écrivains, médecins, professeurs, traducteurs et agents des impôts, d’origine noble ou non, formait un petit groupe d’élites locales, sans lesquelles la domination de Venise n’était pas possible.42 La plupart étaient soit d’origine italienne, soit avaient fait des études à l’une des universités de la péninsule italienne.43

  • 44 Arbel 1996, p. 960-961 ; Šanjek 2008.
  • 45 Raukar 1981, p. 103 ; O’Connell 2009, p. 27-31 ; Arbel 1996, p. 964.
  • 46 Mayhew 2008, p. 24.
  • 47 Arbel 1996, p. 960-962 ; Raukar et al. 1987, p. 101 ; sur Zadar cf. Raukar 1977, p. 151-196 ; sur l (...)
  • 48 Mayhew 2008, p. 105-110 ; Mocellin 1992, p. 63 ; Raukar et al. 1987, p. 229-230, 379-380.

12Malgré toutes les différences existant entre les villes dalmates, leurs structures fondamentales étaient comparables : toutes contrôlaient leur arrière-pays, beaucoup étaient des évêchés voire archevêchés.44 Pour Venise, le facteur le plus important était la sécurité des routes maritimes essentielles, ainsi que la sauvegarde de ses propres intérêts économiques.45 De plus, à partir des années 1430, l’insécurité en dehors des remparts des villes s’amplifia à cause d’attaques de pillards ottomans de plus en plus nombreuses.46 La situation continua à s’aggraver au cours des décennies suivantes, si bien qu’au XVIe siècle l’agriculture47 n’était quasiment plus possible et que les villes côtières étaient devenues le point de chute des réfugiés des campagnes de l’ouest des Balkans.48

  • 49 Paci 1971 ; Arbel 1995, p. 7 ; Mayhew 2008, p. 23-29 ; Panciera 2006, p. 783-803 ; Traljić 1973, p. (...)
  • 50 Budak 1998, p. 186 ; Cf. Raukar et al. 1987, p. 97-124, 227-274.
  • 51 Raukar et al. 1987, p. 75-88 ; Raukar 1981, p. 145-156 ; Raukar 1977, p. 281-297.
  • 52 Cf. Raukar 1977, p. 281-297 ; voir n. 49.
  • 53 Cf. Giorgetti 1974, p. 138-199 ; Kolanović - Križman 1997, p. 310-332.
  • 54 Kolanović - Križman 1997, p. 318, 328 ; Cf. Mayhew 2008, p. 231.

13Ces évolutions furent également accentuées par les trois facteurs suivants : la politique économique et commerciale vénitienne, plusieurs modifications des frontières et des investissements massifs mais peu rentables en matière de sécurité militaire.49 Fondamentalement, l’autorité vénitienne se différenciait de l’autorité hongroise par un fort degré de centralisation (tentée).50 La production de sel qui se développait depuis 1358 fut soumise au monopole de l’État51, ce qui eut pour conséquence que les investissements dans le commerce extérieur diminuèrent au bénéfice de la propriété foncière.52 Les fondements de la production agricole reposaient sur des contrats, basés sur les statuts qui avaient été rédigés par les notaires locaux.53 Dans ces procès-verbaux, on trouvait également d’autres informations telles que l’autorisation explicite de location à des tiers.54

  • 55 A partir de 1409, les marchands dalmates furent autorisés à porter la bannière de Saint-Marc, cepen (...)
  • 56 Par exemple, la production de sel de l’île voisine de Pag recula d’environ 90 % au cours du XVIe si (...)

14L’accumulation de toutes ces mesures eut de graves répercussions. À la différence du gouvernement hongrois, la République de Saint-Marc a voulu imposer une politique économique toujours plus centralisée. À partir des années 1420, Venise essaya, sans grand succès, de transformer les lois sur les autorisations de stockage et de vente pour le commerce maritime.55 De plus, une sévère diminution des finances publiques priva à nouveau l’économie locale d’argent entrant.56 Bien que les produits provenant de l’arrière-pays (tissus, miel, raisins secs, cire et laine) continuaient d’arriver dans les villes côtières, les flux de migration se tarissaient à cause de l’expansion ottomane.

  • 57 Knapton 1992, p. 365, 368 ; Raukar 1977, p. 255, Budak 1998, p. 187.
  • 58 Dans les documents plus anciens, la politique vénitienne est partiellement jugée sévèrement. Voir e (...)
  • 59 Les îles sont jusqu’à aujourd’hui très peu évoquées dans les études spécialisées ; Mayhew 2008, p.  (...)
  • 60 Une autre raison à cela sont les résultats des nombreux voyages transfrontaliers ainsi que la prati (...)

15La faiblesse économique des villes dalmates qui en résulta à partir de 150057 fut la conséquence de facteurs externes comme internes.58 Les habitants étaient obligés de trouver leurs ressources dans le faible volume du commerce local, ainsi que dans l’économie pastorale et l’élevage de bétail, principalement concentrés dans les îles.59 Comme dans de nombreux exemples similaires, le contact avec les campagnes ne se rompit pas complètement, que ce soit en temps de guerre ou de paix.60 La vie le long des frontières du Stato da mar, souvent mal définies et habituellement peu respectées, n’était nullement facile, mais la peur de l’ennemi commun rendait solidaires les couches sociales rivales. Le rôle d’intermédiaire joué par Venise ainsi que la nécessité d’une défense commune aidèrent à établir un certain degré de sécurité et de stabilité, en dépit de toutes les adversités.

La loi, la famille et l’argent

  • 61 Les premiers chiffres disponibles viennent du rapport de Zaccaria Vallaresso (1527) : 6 903 habitan (...)
  • 62 Au total, entre 1540 et 1569, 43 individus ont été identifiés grâce à leur activité professionnelle (...)
  • 63 Cf. Owen Hughes 1975, p. 116 ; McKee 1999, p. 35.
  • 64 Budak 1998, p. 197-199.
  • 65 Le présent article se base sur les procès-verbaux des 15 notaires suivants : HR DAZD 31 Bilježnici (...)

16Au milieu du XVIe siècle, la population de Zadar et de son district représentait environ 24 000 personnes, dont environ un tiers vivait intra-muros.61 La noblesse comptait environ 600 individus, le nombre de marchands était bien inférieur et ne représentait à cette époque que 200 à 250 personnes.62 Les exemples suivants sont basés sur les procès-verbaux des notaires de Zadar ayant officié entre 1540 et 1569.63 Ces documents mettent l’accent sur les trois thèmes suivants : les usages commerciaux et marchands, entre cadre juridique local (théorie) et pratique ; les structures familiales et l’ascension sociale seront étudiées via des contrats de mariage et des paiements de dots ; des aspects de la culture matérielle des marchands pourront être détaillés, malgré l’absence de sources concrètes directes, à l’aide de testaments, codicilles et inventaires.64 Les exemples présentés concernent la période entre les deux guerres de la Sainte-Ligue contre l’Empire ottoman (1537-1540 ; 1570-1573) et se basent sur les procès-verbaux des notaires ayant officié à cette époque.65

  • 66 Raukar et al. 1987, p. 259-261, 265, 300.
  • 67 1 star = environ 82,25 litres ; 536 stars = 44 086 litres. Kolanović - Križman 1997, p. 759.
  • 68 HR DAZD 31 BZ, Daniel Cavalca, carton I, fascicule 1, livre 2, c.16r-c.17r, 15 janvier 1555. Par co (...)

17L’un des hommes les plus importants et les plus riches d’origine non-noble était Lazarus de Pontremoli. Sa famille était originaire de Toscane, et le nombre d’écrits et d’informations le concernant dans les sources montrent son importance évidente pour la ville.66 Un document daté du mois de janvier de l’année 1555 rapporte un incident considéré par l’administration vénitienne comme gravissime, qui avait nécessité la présence du recteur et du commandant militaire : environ deux semaines auparavant, ser Jacobus della Zotta nauta habitator Jadre avait acheté 536 stars67 de blé aux marchands citoyens de Ferrara domini Hieronymi Dilzas, et domini Joannis Antonij Paiari. Cependant, le navire de Jacobus fut arrêté par la marine vénitienne. Il fut reproché au capitaine du navire de vouloir vendre du blé contra formam, et continentiam legum, ordinum, et partium excellentissimi consili Decem à Barletta et sic committere contrabannum. À peine dix jours après son arrestation sur la côte des Pouilles, Jacobus comparaissait à Zadar devant le recteur, qui le condamna immédiatement à une amende de 80 ducats.68

  • 69 La différence de prix résulte du fait qu’une grande partie du blé était malefactum, et male conditi (...)

18Toutefois, ce qui fut intéressant pour les marchands de la ville fut ce qui se passa ensuite en dehors du tribunal : après que le navire de Jacobus a été amarré dans le port de Zadar, le blé fut déchargé et entreposé à terre, puis revendu par deux intermédiaires, lesquels étaient un noble de la ville nommé « Zoylo de Ferra » et Lazarus de Pontremoli, qui était aussi le propriétaire des entrepôts. Sur les 536 stars de blé d’origine, 353 furent vendus au prix unitaire de 5 livres 4 sols ; le reste, 151 stars, put être vendu au prix unitaire de 6 livres 10 sols. Le montant de cette revente forcée fut reversé aux propriétaires initiaux du blé, « Hieronym[us] Dilzas et Joannes Antoni[us] Paiari ». Ceux-ci reçurent la somme de 2 843 livres 2 sols, payée per celeberrimo dominum Franciscum Nani comitem […] et dominum Hieronymum Delphyno capitaneum Jadre.69

Tableau 1 - Transactions du 15 janvier 1555

Livre Sol Payé dans d’autres devises Payé par
35 17 superstitus jadrensis
620 Franciscus Nani
112 4 Lazarus de Pontremoli
310 Franciscus Nani
1075 9 157 scudi; 1 scudo= 6 £ 17 S Franciscus Nani
207 18 27 ungari; 1 ungarus= 7 £ 14 S Franciscus Nani
62 moneta grossa, 0,5 scudi Franciscus Nani
20 4 moneta grossa, 0,5 scudi Franciscus Nani
400 Zoylus de Ferra
£ 2841 52 S ∼ 458 ducats1 ducat= 6 £ 4 S

Source : HR DAZD 31 BZ, Daniel Cavalca, I, 1, 2, c.16r-c.17r, 15 janvier 1555. Toutes les valeurs et les noms sont issus du document. Les conversions ont été faites par l’auteur.

19Le tableau 1 montre les circonstances qui menèrent à la vente du blé à différents prix et le remboursement de la somme en 9 versements. De plus, les deux marchands de Ferrara n’étant pas présents à Zadar ce 15 janvier, la somme totale a donc été payée à leur représentant, ser Gaudentius de Chiavena [Chiavenna] habitator Ferrariae uti legitimus Procurator, Nuntius, et Negotiatorum gestor.

  • 70 HR DAZD 31 BZ, Daniel Cavalca, I, 1, 1, c.18v, 6 octobre 1551.
  • 71 Après sa mort, les biens de Franciscus furent gérés par sa femme Zanetta Dandola. HR DAZD 31 BZ, Jo (...)

20Un second exemple de la vie marchande au sein du Stato da mar vénitien au XVIe siècle est le cas du quondam Magnifici domini Francisci Dandulo patritij veneti.70 Le porteur de ce nom éminemment prestigieux vivait à Zadar et était bien intégré dans la vie communale en Dalmatie. Outre des investissements dans des biens fonciers dans la région de Nin71, les actes notariaux font également état de faits de commerce transadriatique : le 8 octobre 1551, le neveu de Franciscus fut nommé dominus Marinus Dandulo quondam Magnifici domini Marci Antonij Patritius Venetus. Marinus était en chemin vers Zadar pour hériter de son oncle, et bien que ad praesens moram trahens, agens nomine proprio uti heres substitutus Testamento quondam […] Francisci Dandulo, il désigna « Jacobum de Moran de Terra Bari » comme son procurateur. Celui-ci fut mandaté pour s’assurer que les biens du patricien vénitien mort en mer soient transmis à son héritier légitime et que :

  • 72 HR DAZD 31 BZ, Franciscus Thomaseus, I, 1, 2, f.15r, 8 octobre 1551.

[ad] recuperandum […] quascumque persona tam barca a Pedota ipsius quondam Magnifici domini Francisci que anno preterito in partibus Apulie naufragium passa est portat stariorum circa 400, quam patronizabat quondam ser Michael Budich de Sibenico.72

  • 73 HR DAZD 31 BZ, Petrus de Bassano, I, 1, 9, f.28v-f.29r, 2 septembre 1543.

21Outre l’implication économique des marchands, leur intégration dans le tissu social jouait également un rôle significatif. Les fortes similitudes entre les villes dalmates et Venise apparaissent également dans les procès-verbaux notariaux. Le plus souvent, les citoyens des élites se mariaient entre eux : ainsi, une parenté (probable) de Lazarus, ser Hieronymus de Pontremulo, Civis, ac mercator Jadre (déjà évoqué précédemment) n’étonnera pas du tout : il épousa « Magdalena », la fille d’un autre marchand habitant à Zadar. La dot représentait 300 ducats, qu’il attribua formellement à son beau-frère ser Franciscu de Martinis […] similiter Cive, ac mercatore.73 Un second exemple de l’année 1561 souligne ce fait : dans un contrat de mariage, Catherina uxor quondam ser Georgij Brunouich olim civis et mercatoris Jadra fixa le montant de la dot de sa fille,

  • 74 HR DAZD 31 BZ, Simon Budineus, I, 1, 6, c.340r-c.340v, 5 décembre 1561.

22« Magdalena ». Le futur époux, « Nicolai Canalis », était non seulement un citoyen de Zadar, mais également un notaire, à qui Catherina garantit 400 ducats et la main de sa fille.74

  • 75 Ces derniers contenaient par exemple des informations concernant la restitution ou la réévaluation (...)
  • 76 88 des 656 contrats concernent des relations entre nobles ; cela aide à comprendre pourquoi 10 à 20 (...)
  • 77 Budak 1998, p. 197.
  • 78 Par exemple ser Francisco de Ventura, l’un des rares citoyens roturiers de Zadar à être nommé dans (...)
  • 79 Ljubić 1877, p. 197.Pour illustrer la relation : « quand Paulus Caranina mercator civis et habitato (...)

23Au total, il existe 656 contrats liés à des mariages dans les procès-verbaux des notaires de Zadar pour la période de 1540 à 1569 : 128 sont des contrats de mariage, 528 sont des quittances de dot (en latin quiétatio dotis) ou d’autres types de documents.75 Encore une fois, l’importance de cet échantillon permet non seulement de faire un état descriptif des faits, mais également de les aborder de manière quantitative.76 Si le comportement des marchands suivait l’exemple de la noblesse sur de multiples points, il convient toutefois d’aborder de nombreux cas avec une certaine distance. Les stratégies matrimoniales endogames de la noblesse77 étaient souvent un frein à l’ascension sociale, ce qui avait pour conséquence que les notables d’origine non-nobles restaient aussi entre eux. Dans tous les cas, il convient également de se souvenir du fait que la dot des marchands était généralement supérieure au revenu annuel des nobles de Zadar.78 Ceux-ci étaient décrits comme étant « devotissimo verso la signoria », mais également comme étant peu aisés : « La richezza di questi nobili non è molta, […] è di ducati quattrocento, cinquecento et fino settecento », la plupart des nobles ne disposant que de 100 à 300 ducats de revenus par an.79

  • 80 Budak 1998, p. 199
  • 81 Le nom italien induit en erreur, car il a été ajouté après coup sous la domination autrichienne (18 (...)
  • 82 HR DAZD 31 BZ, Daniel Cavalca, I, 1, 1, c.17r-c.18r, 5 octobre 1551.

24Dans les procès-verbaux notariaux, on peut également reconstituer les cultures marchandes matérielles, grâce à des inventaires et des testaments. À l’exception de Lazarus de Pontremoli que nous avons évoqué précédemment, nous savons très peu de choses sur les possessions des marchands dalmates.80 Ainsi, l’Inventario dei beni del q[uondam] Domenico Spirondello da Arbe daté de l’été 1570 et comprenant quelque 15 feuilles établit la liste d’une multitude de biens mobiliers et immobiliers.81 Le testateur est désigné explicitement comme étant marchand, était originaire de Rab et fut évoqué dans les procès-verbaux pour la première fois à la fin de l’automne 1551.82 Parmi les biens cités se trouvent notamment :

Una vestura da donna Alla Venetiana de Damasco eremelino con il suo casso, et maneghe noua […] Una cadenella d’oro da donna […] Una Coronetta piccolo d’ambro Zalo, con otto segnali d’argento [ainsi que] una vesta da homo alla romana Con le Sue maneghe longhe de bedena negra strazada.

  • 83 HR DAZD 31 BZ, Cornelius Constantius, I, 1, 1, 4, c.1r-c.16r, 5 octobre 1570.

25Outre des vêtements, on trouve également Tredese libre di peso de lino pettenado in una intimella vechia, Una cassa cassa d’albeo depenta di rosso, Con la sua chiave et seradura, une quantité d’éléments de mobilier (tables, lits, malles contenant des vêtements), des bijoux ainsi que Un scritto de recever de mano de’ meser Simon Armano Come Uardiano ella schola de San Giacomo del 1568 de di 3 Zener de £ 450 et Uno libretto di conti Tra il quondam meser Domenege et i Villani di Santa Eufemia (Sutomišćica).83

  • 84 Le défunt était mercarij, habitatoris Jadre in confinio Sancte Marie della Piazola. HR DAZD 31 BZ, (...)

26Un second exemple est l’Inventario della robba, dela heredita del quondam ser Aloysij de Alvise de Bergamo de l’année 1538.84 Dans ce cas également on trouve une multitude de biens en tous genres, comme par exemple dozente sette di Taschere de chamoza, et da choro […] unaltra Taschera da veludo negro, Item corneti ala spagnola da archobusj forniti con lj Sui cardonj numoro 14 […] una peza e mezo de cordella millanese, mais également beaucoup d’autres meubles ainsi qu’un registre des débiteurs du défunt marchand. Sous la rubrique Debitores, videlicet, adi 15 februario 1537, on trouve les indications suivantes :

  • 85 Ibid.

meser Baptista Bocharich di dar pro uno paro de chalcera de setta monstra – S 14 ; dicto die dare pro una patena de – S 8 ; dicto die dare pro uno brazo de fioreto, de S 1 ; azo, el qual fa prezo per meser Marco Barbichio £ 2 S 1 ; dicto die dare pro braza 3 di vella bressana £ 2 S 8.85

Conclusion

27Au milieu du XVIe siècle, les marchands de Dalmatie se trouvaient à nouveau pris entre deux feux : d’un côté Venise offrait un certain degré de stabilité juridique, protection et sécurité, mais défendait avant tout ses propres intérêts. De l’autre, des dangers potentiels venant de l’autre côté des frontières du Stato da mar continuaient à compliquer la situation économique. Toutes ces influences externes comme internes eurent pour conséquence que la position économique de Zadar, déjà fragile, continua à s’affaiblir au cours du XVIe siècle. La communauté des marchands, bien que réduite en nombre, mena cependant une vie plus confortable que ses concitoyens ayant une capacité financière moindre.

  • 86 Cf. Ortalli 2009, p. 11.
  • 87 Schmitt 2009.

28Bien que les éléments importants de l’histoire de la Dalmatie moderne soient connus et bien documentés, l’absence d’études récentes sur les détails de la cohabitation dans les villes représente un problème. Du fait de cette situation de recherche partiellement problématique, le présent article ne prétend pas apporter le dernier mot, mais permet d’alimenter la discussion au sujet de l’État vénitien dans sa globalité multiculturelle et pluriconfessionnelle.86 Les résultats attendus pourront ensuite être inclus dans les recherches sur Dubrovnik, région voisine mais bien mieux étudiée, ainsi que dans le concept récemment apparu d’un « espace de communication vénitien ».87

Haut de page

Bibliographie

Arbel 1995 = B. Arbel, Trading Nations. Jews and Venetians in the early modern eastern Mediterranean, Leyde, 1995.

Arbel 1996 = B. Arbel, Colonie d’oltremare, dans A. Tenenti, U. Tucci (dir.), Storia di Venezia. V. Il rinascimento. Società ed economia, Rome, 1996, p. 947-985.

Balard – Ducellier 1995 = M. Balard, A. Ducellier (dir.), Coloniser au Moyen Âge, Paris, 1995.

Balard - Ducellier 1998 = M. Balard, A. Ducellier (dir.), Le partage du monde. Échanges et colonisation dans la Méditerranée médiévale, Paris, 1998.

Balard 1996 = M. Balard, La lotta contro Genova, dans G. Arnaldi, G. Cracco, A. Tenenti (dir.), Storia di Venezia. III. La formazione dello stato patrizio, Rome, 1996, p. 87-126.

Balard 1998 = M. Balard (éd.), État et colonisation au Moyen Âge et à la Renaissance, Lyon 1998.

Budak 1998 = N. Budak, Urban élites in Dalmatia in the 14th and 15th centuries, dans M. Ghezzo (dir.), Città e sistema adriatico alla fine del medioevo. Bilanci degli studi e prospettive di ricerca, Venise, 1998, p. 181-199.

Cessi 1953 = R. Cessi, La Repubblica di Venezia e il problema Adriatico, Naples, 1953.

Chojnacki 2000 = S. Chojnacki, Identity and Ideology in Renaissance Venice. The Third Serrata, dans J. Martin, D. Romano (dir.), Venice Reconsidered. The History and Civilization of an Italian City-State, 1297-1797, Baltimore-Londres, 2000, p. 263-294.

Concina 1989 = E. Concina, Venezia nell’età moderna, Venise, 1989.

Corpus statutario delle Venezie 1992-2010 = Dipartimento di Studi Storici dell’Università di Venezia (éd.), Corpus statutario delle Venezie, Venise-Rome, 1992-2010.

Cozzi – Knapton 1986-1992 = G. Cozzi, M. Knapton, La Repubblica di Venezia nell’età moderna, Turin, 1986-1992.

Cozzi 1982 = G. Cozzi, Repubblica di Venezia e stati italiani, Turin, 1982.

Cozzi 1986 = G. Cozzi, Il dominio da mar, dans G. Cozzi, M. Knapton (dir.), La Repubblica di Venezia nell’età moderna. I. p. 195-204, Turin 1986.

Cozzi 1997 = G. Cozzi, Ambiente veneziano, ambiente veneto. Saggi su politica, società e cultura nella Repubblica di Venezia in età moderna, Venise, 1997.

Crouzet-Pavan 1999 = É. Crouzet-Pavan, Venise triomphante. Les horizons d’une mythe, Paris, 1999.

De Benvenuti 1944 = A. De Benvenuti, Storia di Zara dal 1409 al 1797, Milan, 1944.

Engel – Kristó – Kubinyi 2008 = P. Engel, G. Kristó, A. Kubinyi, Histoire de la Hongrie médievale. II. Des Angevins aux Habsbourgs, Rennes, 2008.

Engel 2001 = P. Engel, The Realm of St Stephen. À History of Medieval Hungary, 895-1526, Londres, 2001.

Finkel 2005 = C. Finkel, Osman’s Dream. The Story of the Ottoman Empire, 1300-1923, Londres, 2005

Giorgetti 1974 = G. Giorgetti, Contadini e proprietari nell’Italia moderna, Turin, 1974.

Graciotti 2001 = S. Graciotti (dir.), Mito e antimito di Venezia nel bacino adriatico, secoli XV-XIX, Rome, 2001.

Grbavac 2010 = B. Grbavac, Testamentary Bequests of Urban Noblewomen on the eastern Adriatic Coast in the Fourteenth Century. The Case of Zadar, dans J. Sperling, S. Wray (dir.), Across the Religious Divide. Women, Property, and the Law in the wider Mediterranean, 1300-1800, Londres-New York, 2010, p. 67-80.

Grmek 1957 = M. Grmek, Hrvati i sveučilište u Padovi, dans Ljetopis JAZU, 62, 1957, p. 336-74.

Grubb 2000 = J. Grubb, Elite Citizens, dans J. Martin, D. Romano (dir.), Venice Reconsidered. The History and Civilization of an Italian City-State, 1297-1797, Baltimore-Londres, 2000, p. 339-364.

Hocquet 2006 = J.-C. Hocquet, Venise et la mer, XIIe-XVIIIe siècle, Paris 2006.

Imber 2002 = C. Imber, The Ottoman Empire, 1300-1650, Basingstoke, 2002.

Ivetić 2000 = E. Ivetić, Oltremare. L’Istria nell’ultimo dominio veneto, Venise, 2000.

Ivetić 2002 = E. Ivetić, Storiografie nazionali e interpretazioni della Dalmazia medievale, dans N. Fiorentin (dir.), Venezia e la Dalmazia anno Mille. Secoli di vicende comuni, Trévise, 2002, p. 95-134

Ivetić 2005 = E. Ivetić, Dalmazia e Slavi negli studi di Roberto Cessi, dans Archivio Veneto, V, 164, 2005, p. 125-144.

Jacoby 1998 = D. Jacoby, La colonisation militaire vénitienne de la Crète au XIIIe siècle, dans M. Balard, A. Ducellier (dir.), Le partage du monde. Échanges et colonisation dans la Méditerranée médiévale, Paris, 1998, p. 297-313.

Karapidakis 1988 = N. Karapidakis, I rapporti fra « governanti e governati » nella Creta veneziana, dans G. Ortalli (dir.), Venezia e Creta, Venise, 1998, p. 233-244.

Karapidakis 1992 = N. Karapidakis, Civis fidelis. L’avènement et l’affirmation de la citoyenneté corfiote, Francfort-sur-le-Main, 1992.

Karapidakis 2001 = N. Karapidakis, Narrazione e concetti della storiografia greca sul periodo del dominio veneziano, dans C. Maltezou, Gh. Ortalli (dir.), Italia-Grecia. Temi e storiografie a confronto, Venise, 2001, p. 113-125.

Kitromilides 2001 = P. Kitromilides, Bridges to the Renaissance and the Enlightenment : The Assimilation of Italian Culture as a Problem in Greek Historiography, dans C. Maltezou, G. Ortalli (dir.), Italia-Grecia. Temi e storiografie a confronto, Venise, 2001, p. 37-46.

Knapton 1992 = M. Knapton, Lo Stato da mar, dans G. Cozzi, M. Knapton, La Repubblica di Venezia nell’età moderna. II, Turin 1992, p. 326-396.

Kolanović – Križman 1997 = J. Kolanović, M. Križman (dir.), Zadarski statut sa svim reformacijama odnosno novim uredbama donesenima do godine 1563, Zagreb, 1997.

Kolanović 2006 = J. Kolanović (dir.), Pregled arhivskim fondova i zbirki republike Hrvatske, I, Zagreb, 2006, p. 881-884.

Krekić 1996 = B. Krekić, Venezia e l’Adriatico, dans G. Arnaldi, G. Cracco, A. Tenenti (dir.), Storia di Venezia. III. La formazione dello stato patrizio, Rome, 1996, p. 51-85.

Krekić 2007 = B. Krekić, Dubrovnik (Ragusa) and the War of Tenedos/Chioggia, dans B. Krekić (dir.), Unequal Rivals : Essays on Relations between Dubrovnik and Venice in the 13th and 14th Centuries, Zagreb, 2007, p. 303-334.

Ljubić 1868-1891 = Š. Ljubić (éd.), Listine od osnošajih južnoga slavenstva i Mletačke republika, Zagreb, 1868-1891.

Ljubić 1876 = Š. Ljubić (dir.), Commissiones et relationes Venetae. I. Annorum 1433-1527, Zagreb, 1876 (Monumenta Spectantia Historiam Slavorum Meridionalium, 6).

Ljubić 1877 = Š. Ljubić (dir.), Commissiones et relationes Venetae. II. Annorum 1525-1553, Zagreb, 1877 (Monumenta Spectantia Historiam Slavorum Meridionalium, 8).

Ljubić 1880 = Š. Ljubić (dir.), Commissiones et relationes Venetae. III. Annorum 1553-1571, Zagreb, 1880 (Monumenta Spectantia Historiam Slavorum Meridionalium, 11).

Malz 2006 = A. Malz, Frühneuzeitliche Modernisierung als Sackgasse : Die dalmatinische Städtewelt vom 15. bis zum 18. Jahrhundert, dans C. Goehrke (dir.), Städte im östlichen Europa. Zur Problematik von Modernisierung und Raum vom Spätmittelalter bis zum 20. Jahrhundert, Zurich, 2006, p. 103-133.

Martin – Romano 2000 = J. Martin, D. Romano, Reconsidering Venice, dans J. Martin, D. Romano (dir.), Venice Reconsidered. The History and Civilization of an Italian City-State, 1297-1797, Baltimore-Londres, 2000, p. 1-35.

Mayhew 2008 = T. Mayhew, Dalmatia between Ottoman and Venetian Rule. Contado di Zara 1645-1718, Rome, 2008.

McKee 1999 = S. McKee, Women under Venetian Colonial Rule in the early Renaissance. Observations on the Economic Activities, dans Renaissance Quarterly, 51, 1, 1999, p. 34-67.

Metzeltin 2009 = M. Metzeltin, Le varietà italiane sulle coste dell’Adriatico orientale, dans G. Ortalli, O. Schmitt (dir.), Balcani occidentali, Adriatico e Venezia fra XIII e XVIII secolo/Der westliche Balkan, der Adriaraum und Venedig (13.-18. Jahrhundert), Vienne, 2009, p. 199-237.

Mocellin 1992 = M. Mocellin, La città fortificata di Zara dal XV al XVI sec., dans Atti e Memorie della Società Dalmata di Storia Patria, 15, 4, 1992, p. 9-68.

Mueller 1996 = R. Mueller, Aspects of Venetian Sovreignty in Medieval and Renaissance Dalmatia, dans C. Dempsey (dir.), Quattrocento adriatico, Bologne, 1996, p. 29-56.

Nadin 2002 = L. Nadin (dir.), Statuti di Scutari della prima metà del secolo XIV con le addizioni fino al 1469, Rome, 2002.

Novak 1944 = G. Novak, Prošlost Dalmacije, Zagreb, 1944.

Novak 2001 = G. Novak, Prošlost Dalmacije, Zagreb, 2001.

Novak-Sambrailo 1965 = M. Novak-Sambrailo, O autonomiji dalmatinskih komuna pod Venecijom, dans Rad. JAZU-Zadar, 11-12, 1965, p. 59-128.

O’Connell 2009 = M. O’Connell, Men of Empire. Power and Negotiation in Venice’s Maritime State, Baltimore, 2009.

O’Connell et al. 2009 = M. O’Connell, B. Kohl, A. Mozzato, C. Salmini (dir.), Rulers of Venice, 1332-1524. Governanti di Venezia. Interprétations, Methods, Database, Ann Arbor, 2009c, http://hdl.handle.net/2027/heb.90021 [consulté le 01/03/2012].

Orlando 2002 = E. Orlando, Gli accordi con Curzola 1352-1421, Rome, 2002.

Ortalli 2002 = G. Ortalli, Entrar nel Dominio. Le dedizioni delle dittà alla Repubblica Serenissima, dans G. Zordan, G. Benzoni (dir.), Società, economia, istituzioni. Elementi per la conoscenza della Repubblica di Venezia. I. Istituzioni ed economia, Vérone, 2002, p. 49-62.

Ortalli 2009 = G. Ortalli, Beyond the Coast – Venice and the Western Balkans. The Origins of a long Relationship, dans G. Ortalli, O. Schmitt (dir.), Balcani occidentali, Adriatico e Venezia fra XIII e XVIII secolo/Der westliche Balkan, der Adriaraum und Venedig (13.-18. Jahrhundert), Vienne, 2009, p. 9-25.

Owen Hughes 1975 = D. Owen Hughes, Domestic Ideals and Social Behavior. Evidence from Medieval Genoa, dans Charles E. Rosenberg (dir.), The Family in History. Lectures given in Memory of Stephen A. Kaplan under the Auspices of the Department of History at the University of Pennsylvania, Pittsburgh, 1975, p. 115-43.

Paci 1971 = R. Paci, La « Scala » di Spalato e il commercio veneziano nei Balcani fra cinque e seicento, Venise, 1971.

Panciera 2006 = W. Panciera, La frontiera dalmata nel XVI secolo. Fonti e problemi, dans Società e Storia, 114, 2006, p. 783-803.

Papadia-Lala 2001 = A. Papadia-Lala, La ‹ venetocrazia › nel pensiero greco : Storicità, realtà, prospettive, dans C. Maltezou, G. Ortalli (dir.), Italia-Grecia. Temi e storiografie a confronto, Venise, 2001, p. 61-70.

Pederin 1987 = I. Pederin, Die venezianische Verwaltung Dalmatiens und ihre Organe (XV. und XVI. Jh.), dans Studi veneziani, 12, 1987, p. 99-164.

Pederin 1990 = I. Pederin, Mletačka uprava, privreda i politika u Dalmaciji, 1409-1797, Dubrovnik, 1990.

Praga 1954 = G. Praga, Storia di Dalmazia, Milan, 1954.

Raukar 1977 = T. Raukar, Zadar u XV. stoljeću. Ekonomski razvoj i društveni odnosi, Zagreb, 1977.

Raukar 1981 = T. Raukar, Društvene strukture u mletačkoj Dalmaciji, dans M. Gross (dir.), Društveni razvoj u Hrvatskoj od 16. do početka 20. stoljeća, Zagreb, 1981, p. 103-25.

Raukar 1981 = T. Raukar, Venezia, il sale e la struttura economica e sociale della Dalmazia nel XV e XVI secolo, dans A. di Vittorio (dir.), Sale e saline nell’Adriatico, secoli XV-XX, Naples, 1981, p. 145-56.

Raukar et a. 1987 = T. Raukar, F. Švelec, I. Petricioli et Š. Peričić, Zadar pod mletačkom upravom, 1409-1797, Zadar, 1987 (Prošlost Zadra, 3).

Rubinstein 1973 = N. Rubinstein, Italian Reactions to Terraferma Expansion in the 15th Century, dans J. Hale (dir.), Renaissance Venice, Londres, 1973, p. 197-217.

Sander 2011 = S. Sander[-Faes], Urban Elites in the Venetian Commonwealth. Social and Economic Mobility in early modern Dalmatia (Zadar/Zara, 1540 to 1570), Th. doct., Graz, 2011.

Sander-Faes 2013 = S. Sander-Faes, Urban Elites of Zadar. Dalmatia and the Venetian Commonwealth (1540-1569), Rome, 2013.

Šanjek 2008 = F. Šanjek, The Church and Christianity, dans E. Hercigonja, I. Supičić (dir.), Croatia and Europe. À Cultural Survey. II. Croatia in the Late Middle Ages and the Renaissance, Londres, 2008, p. 227-58.

Schmitt 2009 = O. Schmitt, Das venezianische Südosteuropa als Kommunikationsraum (ca. 1400-ca. 1600), dans in G. Ortalli, O. Schmitt (dir.), Balcani occidentali, Adriatico e Venezia fra XIII e XVIII secolo. Der westliche Balkan, der Adriaraum und Venedig (13.-18. Jahrhundert), Vienne, 2009, p. 77-101.

Šimunković 2001 = L. Šimunković, La politica linguistica della Serenissima verso i possidimenti ‹ di là da mar ›. Il caso della Dalmazia, dans S. Graciotti (dir.), Mito e antimito di Venezia nel bacino adriatico, secoli XV-XIX, Rome, 2001, p. 95-104.

Storia di Venezia 1991-2002 = Istituto della Enciclopedia Italiana (dir.), Storia di Venezia. Dalle origini alla caduta della Serenissima, Rome, 1991-2002.

Thiriet 1959 = F. Thiriet, La Romanie vénitienne au Moyen Âge, Paris, 1959.

Traljić 1973 = S. Traljić, Tursko-mletačke granice u Dalmaciji u XVI. i XVII. stoljeću, dans Rad. JAZU-Zadar, 11-12, 1973, p. 447-57.

Viggiano 1993 = A. Viggiano, Governanti e governati, Trévise, 1993.

Haut de page

Notes

1 Entre autres Cessi 1953 ; Concina 1989 ; Cozzi - Knapton 1986-1992 ; Cozzi 1982 ; Crouzet-Pavan 1999 ; Hocquet 2006 ; O’Connell 2009 ; Storia di Venezia 1991-2002.

2 Martin - Romano 2000, p. 2.

3 Par ex. De Benvenuti 1944 ; Praga 1954 ; Novak 1944.

4 Par ex. Thiriet 1959.

5 Cf. Kitromilides 2001 ; Papadia-Lala 2001 ; Karapidakis 2001. Sur l’Adriatique : Ivetić 2005, p. 125-144 ; Ivetić 2002, p. 95-134 ; Graciotti 2001.

6 Balard 1998 ; Balard - Ducellier 1998 ; Balard - Ducellier 1995.

7 Le présent article emploie la toponymie actuelle.Cf. entre autres Metzeltin 2009, p. 199-237 ; Šimunković 2001, p. 95-104.

8 Kolanović 2006, p. 881-884.

9 Cf. McKee 1999, p. 35.

10 Sur la domination hongroise cf. Engel - Kristó - Kubinyi 2008, p. 57-95 ; Engel 2001, p. 157-194.

11 Arbel 1996, p. 949-949 ; Krekić 1996, p. 73-82 ; Novak 2001, p. 129-131, 137-144.

12 Arbel 1996, p. 948-949. Cf. Rubinstein 1973, p. 197-217.

13 O’Connell 2009, p. 29-30.

14 Ljubić 1880, p. 17.

15 Cf. Cozzi 1997, p. 292 ; Ivetić 2000, p. 21-47.

16 Cf. Jacoby1998, p. 297-313 ; O’Connell 2009, p. 19.

17 Šanjek 2008, p. 227-258.

18 Ortalli 2009, p. 9-25.

19 O’Connell 2009 ; cf. O’Connell et al. 2009.

20 Cf. Grubb 2000, p. 339-364.

21 Balard 1996, p. 101-114 ; Krekić 2007, p. 303-334.

22 Finkel 2005, p. 1-80 ; Imber 2002, p. 7-39.

23 Cité d’après Mayhew 2008, p. 15.

24 Généralement, Venise conservait une grande partie des normes juridiques et sociales existantes et n’intervenait que pour garantir ses propres intérêts. En Dalmatie cependant, Venise ne conserva pas la plupart des privilèges acquis sous la domination hongroise. O’Connell 2009, p. 27-33 ; Ortalli 2002, p. 52-54.

25 Sur la distinction local/régional cf. Malz 2006, p. 104-113.

26 Cozzi 1997, p. 302-303 ; O’Connell 2009, p. 2-3, 27-33.

27 Mayhew 2008, p. 91-184.

28 Pederin 1990, p. 17.

29 Kolanović - Križman 1997, p. 541 ; Mayhew 2008, p. 159.

30 Ljubić 1877, p. 197 ; Kolanović - Križman 1997, p. 526-528, 576 ; Raukar et al. 1987, p. 369, 402 ; Mayhew 2008, p. 163 ; Novak-Sambrailo 1965, p. 59-128.

31 Mayhew 2008, p. 158-159.

32 Kolanović - Križman 1997.

33 Ibid., p. 132.

34 Ljubić 1877, p. 197.

35 Schmitt 2009, p. 93.

36 Kolanović - Križman 1997, p. 576, 586 ; Cf. Cozzi 1986, p. 199 ; Id. 1997, p. 307-308.

37 Arbel 1996, p. 975 ; Pederin 1987, p. 143 ; Cf. n. 19 ainsi que Chojnacki 2000, p. 263-294.

38 Cf. n. 29, 30.

39 Référence générale dans Schmitt 2009, p. 93-100 ; Karapidakis 1998, p. 233-244 ; Id. 1992 ; O’Connell 2009, p. 31-33 ; Viggiano 1993.

40 Capitula dalmates dans Ljubić 1868-1891 ; voir aussi Schmitt 2009, p. 94.

41 Cf. Corpus statutario delle Venezie 1992-2010 ; Orlando 2002 ; Nadin 2002 ; Mueller 1996, p. 29-56.

42 Arbel 1996, p. 971-974.

43 Budak 1998, p. 188 ; Grmek 1957, p. 336-374.

44 Arbel 1996, p. 960-961 ; Šanjek 2008.

45 Raukar 1981, p. 103 ; O’Connell 2009, p. 27-31 ; Arbel 1996, p. 964.

46 Mayhew 2008, p. 24.

47 Arbel 1996, p. 960-962 ; Raukar et al. 1987, p. 101 ; sur Zadar cf. Raukar 1977, p. 151-196 ; sur le XVIe siècle voir Sander-Faes 2013, p. 143-170 ; Sander 2011, p. 275-289.

48 Mayhew 2008, p. 105-110 ; Mocellin 1992, p. 63 ; Raukar et al. 1987, p. 229-230, 379-380.

49 Paci 1971 ; Arbel 1995, p. 7 ; Mayhew 2008, p. 23-29 ; Panciera 2006, p. 783-803 ; Traljić 1973, p. 447-57 ; Knapton 1992, p. 333-336, 344.

50 Budak 1998, p. 186 ; Cf. Raukar et al. 1987, p. 97-124, 227-274.

51 Raukar et al. 1987, p. 75-88 ; Raukar 1981, p. 145-156 ; Raukar 1977, p. 281-297.

52 Cf. Raukar 1977, p. 281-297 ; voir n. 49.

53 Cf. Giorgetti 1974, p. 138-199 ; Kolanović - Križman 1997, p. 310-332.

54 Kolanović - Križman 1997, p. 318, 328 ; Cf. Mayhew 2008, p. 231.

55 A partir de 1409, les marchands dalmates furent autorisés à porter la bannière de Saint-Marc, cependant ils n’avaient pas le droit de proposer leurs biens en dehors de Venise. En outre, les citoyens de Zadar obtinrent la citoyenneté vénitienne de intus. Mueller 1996, p. 47-48 ; O’Connell 2009, p. 28.

56 Par exemple, la production de sel de l’île voisine de Pag recula d’environ 90 % au cours du XVIe siècle ; Raukar 1977, p. 281-297 ; Raukar et al. 1987, p. 85-88.

57 Knapton 1992, p. 365, 368 ; Raukar 1977, p. 255, Budak 1998, p. 187.

58 Dans les documents plus anciens, la politique vénitienne est partiellement jugée sévèrement. Voir en introduction Mayhew 2008, p. 15-22.

59 Les îles sont jusqu’à aujourd’hui très peu évoquées dans les études spécialisées ; Mayhew 2008, p. 91.

60 Une autre raison à cela sont les résultats des nombreux voyages transfrontaliers ainsi que la pratique très répandue de racheter des prisonniers, ou des proches ou partenaires commerciaux devenus esclaves. Par ailleurs, la République de Saint-Marc permettait de récupérer une partie de la rançon. Mayhew 2008, p. 260-262.

61 Les premiers chiffres disponibles viennent du rapport de Zaccaria Vallaresso (1527) : 6 903 habitants dans la ville, 1 160 dans les faubourgs, 6 859 dans les îles, 9 109 dans les villages et les localités du continent rattachées. À titre de comparaison en 1553 :
6 536 dans la ville, 5 293 dans les îles, 12 000 dans les villages et les localités du continent rattachées. Ljubić 1876, p. 219-220 ; Ljubić 1877, p. 198 ; Mocellin 1992, p. 43.

62 Au total, entre 1540 et 1569, 43 individus ont été identifiés grâce à leur activité professionnelle : marchand (en latin mercator), revendeur (bazariotus), épicier (aromatarius). Les chiffres incluent une moyenne de 2-3 enfants par marchand, ainsi qu’une femme. Raukar et al. 1987, p. 261-262.

63 Cf. Owen Hughes 1975, p. 116 ; McKee 1999, p. 35.

64 Budak 1998, p. 197-199.

65 Le présent article se base sur les procès-verbaux des 15 notaires suivants : HR DAZD 31 Bilježnici Zadra (Notarii civitatis et districtus Iadrae) - Zadar (XII-1797) ; 1279­1797 : Augustinus Martius, I, 1540-1551 ; Cornelius Constantius, I, 1567-1569 ; Daniel Cavalca, I, 1551-1566 ; Franciscus Thomaseus, I, 1548-1561 ; Gabriel Cernotta, I, 1562-1564 ; Horatius de Marchettis, I, 1567-1569 ; Johannes a Morea, I, 1545-1569 ; Johannes Michael Mazzarellus, I, 1540-1554 ; Marcus Aurelius Sonzonius, I, 1544-1548 ; Nicolaus Canali, I, 1558-1567 ; Nicolaus Drasmileus, I, 1540-1566 ; Petrus de Bassano, I, 1540-1569 ; Paulus de Sanctis, I, 1545-1551 ; Simon Budineus, I, 1556-1565 ; Simon Mazzarellus, I, 1555-1567.

66 Raukar et al. 1987, p. 259-261, 265, 300.

67 1 star = environ 82,25 litres ; 536 stars = 44 086 litres. Kolanović - Križman 1997, p. 759.

68 HR DAZD 31 BZ, Daniel Cavalca, carton I, fascicule 1, livre 2, c.16r-c.17r, 15 janvier 1555. Par conséquent, carton, fascicule et livre one été omis.

69 La différence de prix résulte du fait qu’une grande partie du blé était malefactum, et male conditionatum et était vendue seulement in diversis precijs, rispecta qualitate Ipsius frumenti, sic malefacti, et male conditionati. Concernant la différence entre la quantité entreposée (536 stars) et celle vendue (504 stars) : 2 stars furent perdues entre le déchargement, le stockage et la revente, 4 stars correspondaient au prix demandé par Lazarus pour l’utilisation de son entrepôt, les 26 stars restantes correspondaient à la commission du marchand. Ibid.

70 HR DAZD 31 BZ, Daniel Cavalca, I, 1, 1, c.18v, 6 octobre 1551.

71 Après sa mort, les biens de Franciscus furent gérés par sa femme Zanetta Dandola. HR DAZD 31 BZ, Johannes a Morea, I, 1, 4, f.25r, 30 novembre 1551.

72 HR DAZD 31 BZ, Franciscus Thomaseus, I, 1, 2, f.15r, 8 octobre 1551.

73 HR DAZD 31 BZ, Petrus de Bassano, I, 1, 9, f.28v-f.29r, 2 septembre 1543.

74 HR DAZD 31 BZ, Simon Budineus, I, 1, 6, c.340r-c.340v, 5 décembre 1561.

75 Ces derniers contenaient par exemple des informations concernant la restitution ou la réévaluation de la dot, ou l’engagement formel de la fille à ne plus prétendre à aucun héritage de ses parents ou de ses frères et sœurs une fois la dot reçue. Grbavac 2010, p. 68-69 ; McKee 1999, p. 41.

76 88 des 656 contrats concernent des relations entre nobles ; cela aide à comprendre pourquoi 10 à 20 % des parties contractantes étaient mariées avec des nobles d’autres villes, le plus souvent dalmates. Ces chiffres mettent en valeur non seulement les stratégies matrimoniales endogames des nobles, mais également un certain degré de mobilité géographique : Zadar (60 donateurs/56 bénéficiaires), Albanie-Dalmatie (28/28), n/a (0/4).

77 Budak 1998, p. 197.

78 Par exemple ser Francisco de Ventura, l’un des rares citoyens roturiers de Zadar à être nommé dans le rapport de Giovanni Battista Giustiniano. Sa fille, honesta damicella Gasparina, épousa Simon de Marco quondam strenui domini Marci et apporta une dot d’un montant total de 700 ducats. Ljubić 1877, p. 197 ; HR DAZD 31 BZ, Daniel Cavalca, I, 2, 2, A, c.10v-c.11v, 15 octobre 1559 ; DC I, 2, 6, s.p., 29 mai 1565.

79 Ljubić 1877, p. 197.Pour illustrer la relation : « quand Paulus Caranina mercator civis et habitator Jadre maria sa nièce Agnesina […] filia quondam ser Joanni Collona de loco Cornaldi dictionis Bergomi » en 1556, il promit à son époux « ser Pasinus de Ceronis similiter mercatoris civis et habitatoris Jadrae » une dot d’un montant de 300 ducats. Lors de son paiement, presque sept ans plus tard, Pasinus demanda qu’une quittance soit établie. HR DAZD 31 BZ, Daniel Cavalca, I, 1, 3, c.31r, 5 janvier 1556 ; Daniel Cavalca, I, 2, 6, f.39r-f.39v, 22 février 1563.

80 Budak 1998, p. 199

81 Le nom italien induit en erreur, car il a été ajouté après coup sous la domination autrichienne (1814/15-1918) ; concernant l’inventaire voir HR DAZD 31 BZ, Cornelius Constantius, I, 1, 1, 4, c.1r-c.16r, 5 octobre 1570.

82 HR DAZD 31 BZ, Daniel Cavalca, I, 1, 1, c.17r-c.18r, 5 octobre 1551.

83 HR DAZD 31 BZ, Cornelius Constantius, I, 1, 1, 4, c.1r-c.16r, 5 octobre 1570.

84 Le défunt était mercarij, habitatoris Jadre in confinio Sancte Marie della Piazola. HR DAZD 31 BZ, Petrus de Bassano, II, 6, 3, 29 janvier 1536.

85 Ibid.

86 Cf. Ortalli 2009, p. 11.

87 Schmitt 2009.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Stephan Sander-Faes, « Cultures marchandes dans l’Adriatique vénitienne : Le cas de Zadar, vers 1550 », Mélanges de l’École française de Rome - Italie et Méditerranée modernes et contemporaines [En ligne], 125-1 | 2013, mis en ligne le 21 octobre 2013, consulté le 22 mars 2017. URL : http://mefrim.revues.org/1231 ; DOI : 10.4000/mefrim.1231

Haut de page

Auteur

Stephan Sander-Faes

Université de Zurich - stephan.sander@hist.uzh.ch

Haut de page

Droits d’auteur

© École française de Rome

Haut de page
  • Logo École française de Rome
  • Revues.org