Navigation – Plan du site
Famiglie al confine

Noblesse de frontière. Espace politique et relations familiales dans le Frioul à l’époque moderne

Laura Casella

Résumés

La pensée nationaliste du XIXe siècle a profondément marqué les études consacrées à la frontière orientale entre Italie et Autriche. L’historiographie ultérieure, qui a fixé son attention sur la construction moderne de l’État, a surtout souligné les différences constitutionnelles, politiques et sociales entre les territoires de la République de Venise et ceux de l’Autriche intérieure, ainsi que la diversité des profils culturels de leurs élites. Une sensibilité historique et culturelle renouvelée à l’égard des zones de frontière révèle aujourd’hui que pour les comprendre, nous devons mieux lire d’autres processus, notamment ceux concernant les échanges, les relations sociales entre les familles de la noblesse et la politique de transmission des biens qui dépassent les frontières. Les alliances matrimoniales entre les familles des territoires vénitiens et celles des territoires impériaux, comme leurs intérêts commerciaux communs dessinent des réseaux et des échanges socio-économiques bien plus divers qu’on ne les a longtemps imaginés, qui s’ajoutent à ceux révélés par les sources institutionnelles et normatives. Les archives privées des familles nobiliaires comme les écrits du for privé permettent ainsi de brosser un tableau différent et plus riche.

Haut de page

Notes de l’auteur

Je tiens à remercier Isabelle Heullant-Donat pour sa relecture attentive et ses nombreuses suggestions qui ont amélioré mon texte.

Texte intégral

Introduction

  • 1 En 1584, de retour de la cour de Vienne, l’ambassadeur vénitien Girolamo Lippomano écrit dans sa re (...)

1Les réflexions que je propose dans ces pages concernent le thème de la famille et du pouvoir politique – ou plutôt celui de leur relation – dans une région frontalière, le Frioul. Durant l’époque moderne, la partie occidentale de ce territoire appartenait à la République de Venise, tandis que la partie orientale était sous la domination des Habsbourg. Il s’agit donc d’un territoire traversé par une frontière séparant la partie la plus orientale de la République de Venise – la Patria del Friuli, conquise par la Sérénissime en 1420, à la suite de la chute du domaine temporel du Patriarche d’Aquilée –, et le territoire du Comté de Gorizia qui, en 1500, à la mort de Leonardo, dernier comte, avocat et feudataire du Patriarche d’Aquilée, est englobé dans les domaines de Maximilien Ier de Habsbourg. Ce territoire est administrativement rattaché à l’Inneroesterreich ou Autriche Intérieure. De 1564 à 1619, le Comté est dirigé par une branche collatérale des Habsbourg qui établit sa résidence et sa cour à Graz. En 1521, le traité de Worms attribue la souveraineté à Charles Quint. Toutefois, ni ce traité, ni ceux qui seront signés ultérieurement ne fixent avec précision la frontière. Du point de vue de l’histoire politico-militaire et politico-diplomatique, les vicissitudes de la frontière orientale – à partir de la ligne de démarcation déterminée par les chapitres de la paix de Worms – coïncident avec celle des négociations et des accords entre les deux puissances situées de part et d’autre, Venise et les Habsbourg1.

2C’est à partir d’une histoire des familles des élites dirigeantes, dont le poids politique et économique était considérable, qu’il est possible, me semble-t-il, de proposer une analyse différente de l’espace politique d’Ancien Régime, animé par une pluralité de pouvoirs et construit dans la tension entre public et privé, entre normes et pratiques, entre caractère formel et caractère informel de l’action politique. Ce choix est particulièrement pertinent pour le territoire du Frioul, où les dynamiques sociales et économiques des individus comme des familles sont accentuées dans leur spécificité par la présence de la frontière.

3Étudier les familles nobles, leurs choix politiques, leurs intérêts économiques variés, leur tradition culturelle permet, d’une part, de mettre en lumière les caractéristiques transfrontalières et transnationales de cette région et de son histoire et, d’autre part, de corriger une analyse du pouvoir qui, en cherchant la modernité des processus de construction de l’État, a oblitéré une part considérable de l’évolution sociopolitique de ce territoire, marqué par une multipolarité des pouvoirs et par une forte composante féodale.

Tradition historiographique et histoires négligées

4Le thème de la frontière est lié à celui de son franchissement ou de son insignifiance. À côté d’un certain nombre de raisons de conflit entre les familles nobles, il en existe d’autres qui, au contraire, uniformisent la noblesse. Il faut prendre en compte les motifs de tension et d’opposition entre les deux systèmes politiques – République de Venise et Empire – et leurs élites, mais également montrer comment, à partir des recherches sur les familles, il est possible de dessiner tant le système des alliances matrimoniales et des intérêts économiques, que les intérêts culturels et les possibilités de carrière pour les membres de ces familles. Les relations entre ces derniers ne se fondent pas toujours sur l’opposition ou le conflit, mais révèlent plutôt des parcours croisés et communs, et le franchissement habituel de la frontière.

5Dans la tradition historique et politique, le statut frontalier du territoire a influencé la manière d’aborder l’histoire des élites. Depuis le milieu du XIXe siècle, la tradition historiographique a toujours insisté sur le caractère politico-militaire de cette frontière, réduisant la lecture historique de ce territoire à la reconstruction de l’évolution de la frontière nationale. Cette approche a conduit à négliger des dynamiques qui ne sont pas monodirectionnelles et des processus d’interrelation entre les deux sociétés qu’une frontière incertaine sépare.

  • 2 Même les études les plus récentes ont insisté sur la frontière politico-militaire du XIXe siècle. D (...)

6Comment le rôle de la noblesse locale a-t-il été mis en relation avec ces dynamiques politiques ? En d’autres termes, comment a-t-on étudié la question de la noblesse ? Il faut insister sur le fait que toute l’histoire politique est profondément influencée par la lecture et l’interprétation de la frontière et par l’intérêt croissant que l’historiographie des deux derniers siècles a porté à ce sujet : un sujet « sensible », au centre de l’attention des chercheurs et, plus encore, du discours publique au XXe siècle, en raison de l’importance que les événements militaires des deux guerres mondiales ont eue dans la définition de la frontière orientale de l’Italie. Cette frontière est, en effet, l’un des lieux – lieu géographique, mais également lieu de mémoire – où se concentre l’analyse historique de l’identité italienne2.

  • 3 Pour un approfondissement de ces questions voir Casella 2012.

7Face à l’urgence d’exprimer les positions nationales et anti-autrichiennes, la pensée et les écrits politiques du Risorgimento ont déterminé l’approche historique du problème de la frontière et souligné avec force le thème de la dualité politique en tant que thème-clé de l’histoire séculaire du Frioul. Ces positions historiographiques s’enracinent donc dans la tradition des études du XIXe siècle et sont étroitement liées au processus culturel et idéal de la construction de la nation3. Elles découlent de la puissance évocatrice de la frontière orientale dans la définition des modèles de lecture de l’histoire italienne.

  • 4 Conzato 2005. Pour une vue d'ensemble on peut toujours se référer à Trebbi 1998.

8Si l’on se réfère au domaine plus spécifique des travaux historiques sur l’époque moderne, la séparation nette entre les deux champs d’étude – le champ vénitien/italien d’un côté, et le champ Habsbourg/autrichien de l’autre – a été accentuée par le caractère juridique et formelle de l’histoire politique. L’historiographie la plus récente, qui s’est concentrée sur la construction moderne de l’État, a surtout souligné les différences constitutionnelles, politiques et sociales entre ces deux territoires frontaliers, ainsi que la physionomie culturelle de leurs élites : Italie versus Autriche, République versus Empire, villes versus fiefs, patriciats (ou noblesse de robe, plus récente) versus noblesse féodale et chevaleresque. En outre, il faut ajouter que ces deux territoires ont été l’objet de deux traditions d’études qui souvent s’effleurent sans jamais dialoguer entre elles. Cette approche a conditionné également l’interprétation du rôle politique de la noblesse. Ainsi, en ce qui concerne la Patria del Friuli, l’historiographie insiste sur le caractère double des milieux aristocratiques et féodaux ; elle aborde la question des choix politiques des élites locales en présentant la noblesse frioulane comme étant soit philo-vénitienne, soit philo-autrichienne. Les études historiques ont décrit comme appartenant à la noblesse pro-impériale les familles proches de l’Empire par leurs intérêts économiques, par leurs visions idéales et par leurs liens de parentés, ces différents éléments constituant l’héritage de la période du Patriarcat d’Aquilée qui précéda la domination vénitienne : les Colloredo, les Strassoldo, les Della Torre, tous issus du monde des châteaux, en font partie4. La noblesse pro-vénitienne était, en revanche, représentée avant tout par les Savorgnan, une famille au profil atypique. Grands propriétaires fonciers, fortement enracinés à Udine, la ville chef-lieu, liés aux milieux artisanaux et manufacturiers, les Savorgnan étaient de surcroît devenus membres du patriciat vénitien en 1385. Au sein de leur faction se trouvaient certaines familles de noblesse plus récente et d’origine urbaine. Le premier groupe se serait opposé à la domination vénitienne sur ce territoire dès la fin du XIVe siècle. Corps étranger et potentiellement suspect, il représente une menace permanente pour la République, même au cours des siècles suivants. Le second groupe, en revanche, aurait appuyé la pénétration du pouvoir vénitien.

  • 5 Ce témoignage, dans lequel chronique politique et histoire familiale s’unissent, a été déjà mention (...)

9Il faut reconnaître que l’opposition entre ces deux « âmes » de la noblesse a un fondement historique : la crise de l’État du Patriarche survenue à la fin du XIVe siècle a favorisé les conflits entre les familles féodales et la polarisation entre deux factions. Sous la domination vénitienne, ces factions ne cessèrent de déclencher des hostilités violentes et durables. Dans un crescendo de tensions, le conflit entre ces groupes conduisit à la révolte du Carnaval de 1511, considérée comme l’une des plus sanglantes de l’histoire de l’Italie de la Renaissance. Cet épisode crucial de l’histoire frioulane est attesté par de nombreuses chroniques contemporaines et amplement relaté dans les Diarii udinesi des frères Amaseo5.

10La structuration des intérêts politiques en factions, qu’il ne faut pas méconnaître, a longtemps représenté un processus adapté à la gestion du consensus social et aussi à la communication politique entre les strates supérieures et inférieures de la société, entre centre et périphérie, entre appareils formels et informels du pouvoir ; mais je voudrais faire remarquer que même dans les recherches les plus fécondes sur le Frioul moderne, la clé de lecture demeure plutôt celle de l’opposition et demeure complètement interne au plan public/politique. Nous savons de quelle manière se développent les factions nobiliaires et nous connaissons leur capacité à représenter la société locale. Dans ce climat d’instabilité politique et de polycentrisme institutionnel, les factions exercent une pression sur les liens de parenté, de clientélisme, de voisinage, comme sur les liens économiques, mettant ainsi en cause d’autres formes d’appartenance. Mais, jusqu’à présent, aucune recherche n’a été menée de manière systématique sur les stratégies matrimoniales, les alliances familiales ou les réseaux de parrainage qui accompagnent, renforcent et organisent les conflits entre factions.

Vu de Gorizia. Systèmes politiques, tensions sociales et réseaux de parenté

  • 6 Panjek 2006 parle de « demarcazione tra due diversi tipi di feudalesimo », l’un de type frioulan da (...)
  • 7 Voir Archivio degli Stati Provinciali di Gorizia (ASPG), Atti degli Stati provinciali, sezione I, P (...)
  • 8 Par exemple, l'interdiction de « non tollerare i sensali veneti » ou « stranieri » en général, est (...)

11Regardons maintenant de l’autre côté de la frontière. Dans les terres du Comté de Gorizia – qui entrèrent en 1500 dans les possessions impériales après que Maximilien de Habsbourg eut succédé au dernier comte de Gorizia – la composante seigneuriale, les structures de la propriété foncière et les contrats la régissant n’étaient certainement pas homogènes, pour ne rien dire du réseau de parenté6. Pour ne citer que l’exemple le plus significatif dans ce domaine, l’une des préoccupations importantes était la présence structurelle, et non temporaire, des étrangers, « gente aliena e d’altrui dominio » selon l’expression utilisée pour définir les Vénitiens par la noblesse du Comté dans une supplique de 16187. Dans le territoire du Comté de Gorizia, quels sont donc les problèmes qui surgissent dans les relations entre les Vénitiens et les sujets de l’Archiduc au cours de l’époque moderne ? Pour les saisir, j’ai choisi d’analyser les délibérations et les actes des « Stati provinciali goriziani », c’est-à-dire l’assemblée représentative des différents États du Comté de Gorizia ; un observatoire institutionnel, donc, qui représente les élites du territoire, noblesse et clergé, et leur action politique. Ces documents, qui couvrent deux siècles entre le milieu du XVIe siècle et le milieu du XVIIIe, constituent un bon exemple pour repérer la typologie des problèmes récurrents et propres à la frontière, même s’ils se réfèrent à des moments différents et s’aggravent lors des périodes de tensions particulièrement aigües. Les problèmes inhérents à la frontière se concentrent autour d’un certain nombre de questions. Les plus importantes et les plus évidentes concernent la protection de la frontière militaire et les problèmes relatifs à la défense du territoire. Suivent les questions judiciaires, typiques d’une zone frontalière : ordre public et banditisme. On s’occupe également, avec insistance, des interdits commerciaux8. Mais ce qui préoccupe le plus la noblesse, ce sont les questions concernant les rapports entre habitants du Comté, sujets de l’Empire, et habitants de la Patria del Friuli, sujets vénitiens. Un dépouillement sommaire de l’inventaire permet de repérer des ensembles d’actes de nature diverse – délibérations, résolutions souveraines ou encore suppliques et mémoires adressées au souverain – que les « Stati provinciali » adressent à l’Archiduc et qui se réfèrent toujours à la présence problématique des Vénitiens.

  • 9 ASPG, Atti degli Stati provinciali, sezione I, R 1, fol. 181-182.
  • 10 ASPG, Atti degli Stati provinciali, sezione I, S 9, fol. 149.
  • 11 ASPG, Atti degli Stati provinciali, sezione I, S 2, fol. 258 ter.
  • 12 ASPG, Atti degli Stati provinciali, sezione I, R 4, fol. 80.
  • 13 ASPG, Atti degli Stati provinciali, sezione I, R 6, fol. 82-83.

12Les différents cas relèvent d’un seul et même interdit : les sujets vénitiens présents dans le Comté ne peuvent occuper certaines charges, ni exercer certaines professions. Par exemple, l’une des résolutions souveraines en date du 18 novembre 1559 interdit aux prêtres et aux sujets de la République de Venise d’exercer le notariat9 ; quelques décennies plus tard, un ordre indique que le patriciat du Gorizia, qui n’habite pas dans le Comté, ne peut être élu à la charge d’« assessore »10. Interdits et limitations s’étendent à la représentation politique. Le 25 novembre 1569, un ordre souverain stipule qu’aucun membre du patriciat de Gorizia vivant sous la domination vénitienne ne peut être admis aux Diètes11. Le 31 octobre 1576, une déclaration souveraine affirme que ceux qui sont admis aux assemblées publiques ne peuvent envoyer à leur place un représentant qui ne serait pas membre du patriciat de Gorizia12. Enfin, la délibération du 8 août 1586 impose de ne pas envoyer les lettres de convocation aux assemblées aux ayant-droit demeurant hors du Comté, et prévoit de communiquer la nouvelle par voie d’affichage dans le territoire de la juridiction dont ils sont titulaires13. Dans ce cas, il s’agit certes de questions de forme et de procédure mais celles-ci ont également des conséquences préjudiciables pour les sujets de l’État vénitien.

  • 14 ASPG, Atti degli Stati provinciali, sezione I, R 7, fol. 84 ; S 8, fol. 123.

13Cette série de documents révèle un problème durable de définition de l’identité de l’aristocratie territoriale et de ses droits de citoyenneté qui conduit l’archiduc Ernest à fixer, en 1591, des règles et des restrictions relatives au droit de vote pour les membres du patriciat habitant en territoire vénitien et, plus généralement, à établir les conditions nécessaires à l’admission dans le patriciat de Gorizia14. Cette réglementation vise à réduire la complexité économique, politique et sociale posée par la noblesse dans la politique locale plus fortement encore que dans celle des États. Il s’agit donc d’une noblesse qui exerçait des fonctions juridictionnelles (bien que n'étant pas entièrement ou toujours légitimes), jouissait des droits de propriété, avait des intérêts commerciaux, contractait des alliances matrimoniales, tissait des liens de parenté et créait des réseaux de clientèles, ou simplement des réseaux culturels sans se préoccuper de la frontière.

14Dans ce cadre complexe de relations rapidement esquissé, je tenterai d’analyser l’aspect patrimonial. Ce point est essentiel car la possession d’un patrimoine est une condition requise pour définir le statut juridique de la noblesse. Mais c’est également un problème politique pour les organismes de gouvernement et d’autogouvernement du territoire. En outre, la question des patrimoines est liée à la politique matrimoniale des familles et croise celle des formes de transmission.

  • 15 Une province « che non molto prima felicemente sotto l’ali di V.S. Maestà era tutta amena et florid (...)
  • 16 ASPG, Atti degli Stati provinciali, sezione I, P 22, fol. 154.

15Dans le Comté de Gorizia, la possession de biens par des Vénitiens est, en effet, l’une des questions émergeant de manière récurrente dans les documents des « Stati provinciali ». Le 5 janvier 1618, la guerre de Gradisca qui avait opposé Venise aux Habsbourg au sujet des Uscoques – ces pirates qui, sous la protection des Habsbourg, menaçaient le commerce maritime vénitien –, est finie depuis peu. Les conséquences désastreuses du conflit militaire conduisent la noblesse réunie dans l'assemblée représentative de Gorizia à décrire en des termes très suggestifs et avec un ton très vif l’état de misère et de ruine dans lequel se trouve le Comté. Bien entendu, on désigne les Vénitiens comme responsables, notamment dans un document où les représentants territoriaux présentent au souverain la situation dramatique de la province et les conditions de vie de ses habitants à la fin de la guerre15. La noblesse comtale souligne la nécessité d’une intervention législative, demande de « rimediare ai disordini », de « riformare gl’inconvenienti » qui avaient conduit à la guerre et fait de « l’ introduttione di gente straniera, de sudditi veneti » la cause principale du conflit. Les nobles demandent qu’on ne délivre pas de sauf-conduits aux bandits, qu’on interdise à tout sujet vénitien d’occuper des charges et d’exercer certaines professions ou métiers. De la même manière, l’aristocratie foncière exige un autre type d’exclusion : elle supplie le souverain d’interdire aux sujets vénitiens d’acheter ou « in altro modo acquistare » des biens immobiliers dans le Comté. Les nobles demandent enfin qu’on impose aux étrangers déjà propriétaires de biens de les revendre aux sujets du Comté en établissant un juste prix.16

  • 17 ASPG, Atti degli Stati provinciali, sezione I, P 23, fol. 231.
  • 18 ASPG, Atti degli Stati provinciali, sezione I, S 6, fol. 170 ter, 24 mars 1584.

16Ces dispositions, déjà prises au XVIe siècle, sont réaffirmées entre 1620 et 1670, ce qui montre bien leur inefficacité. On insiste alors sur le lien fondamental entre les droits de propriété et les devoirs qui découlent de la « citoyenneté »17, au premier rang desquels se trouvent les obligations fiscales, dont le non-respect entraîne la perte du titre nobiliaire et déclenche une procédure de vérification des preuves de noblesse18. Ces interdictions de vente et achat ne sont pas les seules à avoir des implications fiscales. Il existe aussi une requête d’intervention des États provinciaux auprès du souverain qui trahit un problème macroscopique du point de vue économique. Au-delà des raisons politiques et des réflexes de défense « corporatiste » du groupe de familles réunies dans les États provinciaux de Gorizia et, au-delà même des interventions normatives que ce groupe sollicite, ce document fait émerger un réseau de liens matrimoniaux et patrimoniaux qui touche aux deux sphères socio-politiques, la Patria del Friuli et le Comté de Gorizia ; un état de fait qui pose, de toute évidence, un problème de réglementation. Les délibérations montrent en réalité tout et son contraire, le refus des liens entre sujets de l’Empire et sujets de la République et l’existence de ces mêmes liens.

  • 19 ASPG, Atti degli Stati provinciali, sezione I, D 11, fol. 96-124 ; surtout fol. 117 (réplique des É (...)
  • 20 Il s’agit de la juridiction de Petzenstein et de celle du château de Santa Croce.
  • 21 Porcedda 1989, p. 20.

17Le 3 mai 1655, dans un document traitant une fois encore des questions relatives à la guerre, les États provinciaux informent leur souverain qu’en quelques années, la somme de 90.000 florins de Rhénanie a été transférée à l’État vénitien par le biais des dots. Ce chiffre semble étonnamment élevé si l’on considère qu’au cours de cette même année 1655, le souverain demande, pour l’ensemble du Comté, 5.000 florins de contribution aux États Provinciaux de Gorizia, réunis dans la Diète ouverte le 11 février 1655 ; et qu’il se contente, à l’issue des négociations (22 octobre 1655), des 4.000 florins « librement promis » par les États eux-mêmes19. Ce montant de 90.000 florins est pourtant équivalent aux 90.000 florins prêtés au souverain par les Attems, l’une des familles les plus importantes du Comté dans les dernières décennies du XVIe siècle. En échange, ils avaient reçu deux juridictions de première importance en deux générations seulement20. Il ne s’agit pas d’un cas isolé puisqu’en 1607, les Dornberg avaient ajouté à leurs charges et bénéfices la seigneurie et le capitanat de Tolmino en gage du prêt de 60.000 florins accordé au souverain21.

  • 22 Il s'agit de la procédure de détermination des contributions commencée dans les années 1720. Cfr. A (...)

18En l’état actuel de la recherche, il n’est pas possible d’en dire beaucoup plus sur la question des dots, ni sur les moyens par lesquels l’assemblée de Gorizia a pu fournir une quantification économique des dots transférées dans les patrimoines des familles de la République de Venise. Le montant de 90.000 florins révèle assurément un problème, même si l’on peut bien imaginer qu’il a été faussé par excès, au moment où l’on avait rouvert, quelques années après la conclusion de la guerre, le « facimento del libro nuovo »22, c’est-à-dire l’estimation cadastrale pour la contribution du territoire. Pour tenter de réduire le prélèvement fiscal, il était sans doute préférable de dénoncer une situation d’appauvrissement et de difficulté généralisée.

  • 23 Morelli 2003, v. II, p. 130.
  • 24 « Ordine che nessuna eredità possa passare in altro stato, se prima dal Governo non sia dimostrato (...)

19La question des dots qui passent la frontière est importante car elle touche plusieurs domaines : privé/familial, économique/patrimonial et politique/législatif. Le cadre où se déroulent d’habitude les échanges économiques à l’occasion d’un mariage se complique, et devient politiquement encore plus intéressant puisqu’au problème de la réglementation d’un échange social s’ajoute le problème de la frontière entre États et entre systèmes sociaux et juridiques différents. Nous savons que les statuts du Comté du XVIIe siècle interdisaient aux étrangers d’épouser des femmes nobles susceptibles d’être héritières d’une famille23. Au siècle suivant, le passage des biens au-delà de la frontière attire à nouveau l’attention des États provinciaux en raison des transferts d’héritages24 .

Les destins des familles, les destins des individus

20Nous ne possédons pas, pour le moment, de données sérielles sur lesquelles fonder solidement des hypothèses. Mais, dans ce contexte, un exemple tiré de la documentation familiale témoigne du large éventail de liens matrimoniaux et de quelques problèmes liés au respect des contrats de dot. On peut le compléter avec une source du for privé qui permet d’introduire une proposition méthodologique : le regard sur la noblesse de frontière requiert des sources de nature différente. Ces sources éloignent l’histoire de la famille du structuralisme, de l’abstraction, de la rigidité des études sur les typologies des familles, des mécanismes de succession où les individus et surtout les femmes tendent à disparaître. À travers les sources intimes, en revanche, l’histoire de la famille retrouve la chaleur du vécu biographique. Dans notre cas, il s’agit d’un journal inédit, rédigé par une femme entre 1541 et 1591, qui permet également d’ouvrir une perspective sur l’histoire du genre.

  • 25 Les archives Degrazia sont l’un des éléments des archives de la famille Coronini-Cronberg. Elles so (...)
  • 26 Francesco Degrazia épouse Maria, sœur de Venere, l’auteure du journal intime sur lequel je reviendr (...)

21La famille en question est celle des Degrazia. L’existence d’un fonds d’archive très riche permet d’aborder le problème des relations de parenté et des liens économiques que cette famille tissait de part et d’autre de la frontière25. Famille de marchands drapiers d’origine lombarde, les Degrazia arrivent dans le Frioul et s’établissent dans le territoire du Comté de Gorizia entre le XVe et le XVIe siècle. Génération après génération, ils poursuivent leur ascension sociale progressive et systématique. En 1532, ils obtiennent le statut de nobles et, en 1569, ils font partie de l’Assemblée des États. Toutefois, l’abandon progressif des activités commerciales et la qualification économique parallèle comme propriétaires fonciers se produit de manière plus nuancée, au point que dans la seconde moitié du XVIe siècle, ils sont encore liés à des familles d’artisans du Frioul occidental par des relations de parenté mais également par le biais de l’endettement26.

  • 27 Contrat dotal et extrait du testament de Antonio du feu Cristoforo Rigla, lié à la famille Bartolin (...)

22Un aperçu, certes très sommaire, des relations matrimoniales des Degrazia au XVIIe siècle fait entrevoir autant la complexité sociale de leurs alliances que leur capacité à franchir la frontière sans difficulté. Les Degrazia se lient à certaines familles de la noblesse archiducale, tels les Colloredo, mais aussi aux Coronini, aux Del Mestri et aux Lantieri, les familles les plus importantes du Comté. Les liens matrimoniaux sont également très nombreux avec des familles du Frioul vénitien aux origines sociales diverses : les châtelains Maniago, les Madrisio, membres du patriciat de Udine et défenseurs des positions antiféodales, les Bertolini, issus du milieu des marchands de Udine27. Le réseau social constitué par le mariage est un sujet à approfondir, car il permet de mieux interpréter les stratégies d’ascension et de renforcement de cette famille de Gorizia. Cependant, à partir de ces quelques éléments, il est possible de dresser un tableau de leurs alliances qui apparaissent comme bien diversifiées, d’un point de vue tant social que géopolitique. La somme des cas particuliers concernant les biens dotaux qui passent d’une famille à une autre et d’un territoire à un autre permet d’identifier un problème qui ne relève pas seulement de l’économie familiale, mais qui devient, comme nous l’avons vu, une question politique.

  • 28 ASGO, Coronini Cronberg, b. 84, fasc. 203.

23Plusieurs documents intitulés Heurathscontracte mit den Frauen, die in die Familie geheurathet montrent bien que les Degrazia sont très attentifs à la gestion des entrées dotales. Par exemple, les archives de la famille conservent une documentation, fort intéressante, relative à des litiges datant précisément du milieu du XVIIe siècle. Les causes les plus fréquentes sont le non-respect des obligations stipulées par les accords dotaux et les problèmes de revendication des biens maternels entre héritiers masculins et féminins. Je ne m’arrêterai pas sur les implications juridiques complexes de ces conflits, sinon pour souligner que les hommes de loi appelés à émettre leur avis doivent interpréter un cadre législatif très complexe en matière successorale et sont contraints de se référer à une hiérarchie stratifiée de textes juridiques. Cette hiérarchie trouve son origine dans un terrain juridique commun, remontant à la période du Patriarcat d’Aquilée. Les avis juridiques suggèrent souvent que les deux familles parviennent à un compromis. Le juriste pouvait conclure sa consultation en faisant appel à des critères extralégaux mais efficaces parce qu’ils représentaient un code universel et idéal de la noblesse. Par exemple, Giacomo Giorgio Attimis, consulté pour résoudre un conflit entre Rizzardo di Madrisio et Nicolò Degrazia qui trouve ses origines dans le non-respect des clauses d’un contrat de dot, suggère ainsi que les deux familles parviennent à un compromis qui leur soit favorable à toutes deux, et que la dot soit enfin payée : « Stimarei dunque, volendo provedere con il solito termine di Gentil’huomo, far per qualche cavalliere ricercare esso sig. Rizzardo a doversi far la fine remissione della dote ed interessi corsi ». En fondant son jugement sur une communauté de « buone maniere » et sur l’honorabilité des personnes impliquées, Giacomo Giorgio Attimis recommande à Rizzardo di Madrisio de verser à son beau-frère, Nicolò Degrazia, les 900 ducats de la dot de sa sœur qu’il avait épousée en 163228. Questions privées, vicissitudes patrimoniales de nature familiale, comme on peut en trouver de multiples autres exemples dans les archives. Mais les unes et les autres peuvent laisser entrevoir un problème politique important, qui se situe à plusieurs niveaux : celui des rapports entre les institutions territoriales qui représentent ces élites ; celui des rapports entre ces institutions territoriales et leurs souverainetés respectives ; celui, enfin, des cadres normatifs qui se réfèrent en partie à une tradition de droit commun mais qui doivent également réglementer des cas juridiques nouveaux ou faire droit aux intérêts opposés d’individus, de familles et de groupes économiques. Les documents, souvent très variés, conservés dans les archives des familles racontent leur histoire et offrent la possibilité d’approfondir l’enquête sur leurs problèmes matrimoniaux et dotaux, comme sur les controverses qui pouvaient se développer sur un plan politique – controverses dont nous avons vu précédemment qu’elles émergeaient de la documentation institutionnelle. Les sources personnelles et intimes offrent, quant à elles, la possibilité de saisir avec plus de profondeur les relations familiales, la formation des réseaux de parentèle, l’organisation de leurs intérêts, les choix économiques et religieux qu’hommes et femmes opéraient de part et d’autre de cette frontière.

  • 29 Pour faire le point sur les études européennes les plus récentes, voir Ciappelli 2009 et Bardet - A (...)

24À ce propos, le journal de Venere Bosina est une source particulièrement riche. Il permet de confirmer l’importance des écrits personnels dans le renouvellement méthodologique de l’histoire sociale et politique29. En outre, il ouvre une perspective vers l’histoire du genre qui conduit à souligner que l’agir des femmes avait un poids à la fois social et politique. Enfin, il permet de libérer l’étude de la politique de sa dimension publique et formelle – notamment à partir de ces deux perspectives – source « personnelle » et « féminine » –, pour la greffer sur les dynamiques sociales concrètes, sur les contextes économiques et sur la chaleur d’un vécu biographique.

  • 30 Biblioteca Statale Isontina di Gorizia, ms. 40, [Rosina di Porcia], Libro de le cose che son degne (...)
  • 31 [Rosina di Porcia], Libro, fol. 1.
  • 32 Ce « Bosina », originaire de Porcia, explique l’erreur de transcription en « Rosina » di Porcia. Bo (...)

25Venere Bosina, bien qu’elle ne soit pas issue de la noblesse du Frioul occidental, est liée à la famille Degrazia. Elle se trouve ainsi au cœur d’un réseau de parenté et d’affaires fort développé au milieu du XVIe siècle, dans l’aire vénitienne comme dans les territoires impériaux de la région de Gorizia. Du journal surgit son auteur et le contexte social dans lequel il a vécu. Le texte est un journal intime, dont la graphie féminine trahit un manque de raffinement : mots interrompus, caractères trop grands, termes dialectaux italianisés. Le Libro de le cose che son degne de eser notate et tenute a memoria dal 1541 in qua30 est un petit carnet autographe composé d’une soixantaine de feuillets, dans lequel l’auteur relate les uns à la suite des autres les événements de l’histoire politique locale et internationale, des faits de la vie quotidienne et de la vie privée, entre 1541 et 1591. Dès le premier feuillet, Venere Bosina déclare son intention de ne pas demeurer oisive durant les jours de fêtes (« non star in ocio » nei giorni « de festa »). Ce texte se présente à la fois comme de petites annales et comme un journal intime. Il commence en 1566 par l’inscription d’une date antérieure, qui correspond à une étape importante dans la vie de cette femme, le 25 novembre 1541 : « Il di de Santa Catarina fui maritata in messer Geronimo Bosina da Porcia et stete con lui fina l’ano del 1565. Lui morse poi il dì de Santo Iacomo che vien de luio a vinti et 5 »31. Ce sont les premières indications permettant d’identifier le lieu et le milieu social d’où Venere Bosina est issue. Le lieu est Porcia, un gros bourg rural du Frioul occidental. Elle est donc l’épouse de Girolamo Bosina, que j’évoquerai plus avant32 Quelle signification peut avoir cette première indication ? Le jour de son mariage et celui de la mort de son mari fixent les pôles temporels de sa vie d’épouse. On peut supposer que la raison qui la pousse à écrire son journal réside dans ces deux dates : continuer à relater les choses importantes, les affaires privées, là où son époux les avait interrompues ; et se charger, à la place de ce dernier, des affaires de la famille, en notant ce qui s’y rapporte.

  • 33 Cicchetti - Mordenti 1985 et 2002.

26Ces notes pourraient faire penser à un livre de famille, archétype même de ce type d’écriture que les spécialistes des écrits du for privé de l’aire italienne ont abondamment analysé et exploité33. La géographie et la typologie des livres de famille italiens sont certes très diverses, mais il n’est pas rare que l’épouse succède au mari dans la rédaction du texte et qu’elle poursuive son action. En l’occurrence, ce n’est pas le cas de Venere Bosina. Au fil de la lecture, il apparaît que le Libro est sans aucun doute un écrit personnel et individuel : en témoignent sa structure matérielle (un petit carnet écrit avec la même calligraphie) et son style. L’une et l’autre révèlent la capacité d’observation particulière d’une femme déjà habituée à gouverner elle-même les affaires privées, à s’occuper des affaires économiques et, pour cette raison, à regarder attentivement le monde qui l’entoure. Ses notes dessinent très précisément des « intérêts », dans la double acception de ce terme : « affaires économiques » dans lesquelles elle est impliquée et « nouvelles et événements » qui attirent son attention et sur lesquels elle exprime son avis. C’est un monde stratifié que le journal raconte, où des épisodes de la vie privée se mêlent à des événements de la vie publique, à des questions patrimoniales et financières et à des sentiments religieux. Partons de son horizon privé, de ces annotations permettant de donner une identité à cette femme qui s’est révélée être une figure centrale dans la gestion du patrimoine de la famille et dans les choix de transmission.

  • 34 « 1566 adi 13 zenaro. Messer Bernardin mio nevodo tolse mia nieza Marina fiola de messer Francesco (...)

27Le 13 janvier 1566, Venere, qui est sans descendance, écrit que Bernardino, son neveu par alliance, a épousé sa nièce Marina, fille de sa sœur Maria et du gentilhomme Francesco Degrazia, cette famille noble de Gorizia précédemment évoquée34. Grâce à cette annotation, il est possible de dessiner plus précisément les traits de ce personnage et de reconstruire son réseau familial. Dans les riches archives de la famille Degrazia se trouvent différents éléments permettant de préciser l’identité de l’auteur du journal, notamment des lettres autographes et d’autres carnets qu’elle a rédigés. Si certains aspects de sa généalogie doivent encore être éclairés, on peut esquisser le milieu social de sa famille et reconstruire son réseau de parenté. Venere, notre auteur, est la nièce de Pietro Stella, une famille de cordonniers (« calegari ») de Portobuffolé, près de Venise. Elle se marie, comme elle l’écrit elle-même, avec Gerolamo, dont le nom de famille est della Massara. C’est une famille de riches pelletiers et de marchands de blé de Porcia, surnommée « Bosina » ou « Bossina » en raison de ses activités commerciales avec la Bosnie. Par sa sœur Maria et par son neveu Bernardino qui se marie avec la fille de cette dernière, Venere a contracté un double lien de parenté avec la famille Degrazia, qui plus tard appartiendra à la noblesse impériale.

  • 35 ASGO, Archivio Coronini Cronberg, b. 88.

28Venere est une femme qui a l’habitude de s’occuper des affaires économiques et patrimoniales, de faire fructifier les rentes des champs qu’elle possède, d’encaisser les loyers et les baux, de prêter de l’argent. Elle enregistre systématiquement ses recettes dans deux carnets en particulier, le Libro d’affitti di madonna Venera Bossina et le Libro de mi Venere Bosina35. Ce dernier, entièrement rédigé de sa main, contient les calculs des prêts qu’elle a accordés à différentes personnes. Venere est donc en mesure de gérer avec une large autonomie son propre patrimoine, comme celui de sa famille : la transcription des opérations qu’elle effectue fait pleinement partie de sa manière habituelle d’agir. Les documents d’archive de la famille démontrent que nombre de choix économiques et relationnels dépendent de ses décisions.

  • 36 Comme celui d’un jour d’août 1582 : « fu amacato isepo dal ponte a ora una de di con un scopo con d (...)
  • 37 « Et per questo fu fata una gran costion tra li nostri signori conti et questo fu del 1554 del mese (...)
  • 38 Notamment le rôle de Beltrame Sacchia, ambitieux homme du peuple d’Udine enrichi par le commerce du (...)

29À côté des nouvelles concernant les membres de sa famille, Venere annote et commente deux autres catégories d’épisodes : d’une part les informations les plus directement utiles à ses activités économiques et, d’autre part, les faits relevant de la chronique sociale et politique en mesure de les influencer. Mais c’est surtout l’enregistrement des événements politiques qui étonne le plus : Venere est capable d’observer et de décrire avec attention le « pouvoir ». Elle peut être attentive tant au cadre politique local qu’à un horizon plus vaste. Elle raconte les conflits sanglants qui troublent sa communauté, montre qu’elle est au courant des dynamiques des factions et commente les luttes entre les groupes, les embuscades, les assassinats concernant les gens du peuple36 comme les seigneurs de Porcia, feudataires du lieu impliqués dans la vendetta entre factions nobiliaires37. Venere ne se penche pas seulement sur les événements locaux, sur les jeux de pouvoir dont l’influence ne dépasse pas le territoire où elle vit et qu’elle peut connaître par expérience directe. Elle commente également les grandes manœuvres des États, les événements militaires ou diplomatiques de la politique internationale même si, au premier plan, il y a toujours la question de la frontière vénitienne orientale, sa défense, sa capacité à tenir militairement – comme le montre l’exemple de la forteresse de Marano dont elle relate le passage à la Sérénissime, en 1542. Venere, avec quelques mots simples et directs, mélangeant style écrit et oral, synthétise les circonstances de l’attaque et repère les responsables de ces faits38.

  • 39 Voir respectivement fol. 15v, 17r, 18r.

30Qui possède des intérêts économiques de part et d’autre d’une frontière instable, comme celle séparant la République de Venise et l’Empire, et subit périodiquement les attaques turques, veut être informé. Pour cette raison, Venere enregistre des faits qui se sont déroulés bien loin de chez elle parce qu’ils peuvent avoir des conséquences sur la stabilité du territoire où elle vit et où elle conduit ses affaires. Elle note ainsi que les Turcs s’emparent de Nicosie en 1571, que le noble vénitien Agostino Barbarigo a été nommé général, ou encore que le gouvernement vénitien renonce, l’année d’après, à organiser une expédition maritime contre les Turcs en raison du désengagement espagnol ; et elle signale enfin la paix de 157339.

  • 40 Elle note à plusieurs reprises des informations concernant la météorologie et le climat. Ce témoign (...)

31Ces quelques fragments témoignent d’un texte où les vicissitudes familiales et les épisodes politiques alternent avec des considérations sur la rentabilité agraire, sur le déroulement du commerce, sur la météorologie40 et sur les prix des céréales, comme si tout cela appartenait, avec la même importance, à la vie de Venere et à ses journées. Et, faut-il encore le rappeler, la condition sociale de cette femme du XVIe siècle, n’est pas très élevée. Il reste encore à reconstituer précisément son réseau familial et clientélaire qui comprend de riches artisans des communautés du Frioul occidental et des familles appartenant à la noblesse de la région de Gorizia. Ce réseau peut en effet apporter des éléments permettant de comprendre le système de relations sociales et économiques de part et d’autre de la frontière, les vicissitudes religieuses et la diffusion des idées hétérodoxes et réformées. Par exemple, dans un article qu’Andrea del Col a consacré à la diffusion des idées réformées en Frioul apparait l’époux de Venere. Parmi les figures les plus remarquables du milieu hétérodoxe de Porcia, il y a :

  • 41 Del Col 1978, p. 19. Pour mesurer l’extension des biens immobiliers de Girolamo, Del Col renvoie à (...)

Hieronimo Massara, detto il Bossina che, oltre ad essere calzolaio, commerciava in cereali ed era proprietario di moltissimi terreni e diritti su terreni di Porcia, Rorai Piccolo, Pordenone, Talmassons, Villadolt, Spinazzedo, Palse, Roveredo, Ranzano, Aviano, Marsure, Pedemonte, San Martino di Campagna, Vivaro, Orsago, Brische, Taiedo, Fiume, Tamai, Maron, Villanova, Roverbasso, Codognè, acquistati nel periodo 1541-1555, per un valore di oltre 1027 ducati ; nello stesso tempo vantò crediti per oltre 633 ducati […] Hieronimo era fra i più ricchi del paese41.

  • 42 Cfr. « Scritto di denari imprestadi a Hieronimo mio marido », in ASGO, Archivio Coronini Cronberg, (...)
  • 43 Lettre de Maria Degrazia à sa sœur, 19 mars 1567, in ASGO, Archivio Coronini Cronberg, Atti e docum (...)

32Hieronimo est un homme au profil professionnel complexe et indéniablement entreprenant. Cette indication nous permet de compléter le portrait de Venere : l’accumulation foncière de Hieronimo coïncide avec le moment où il l’a épousée. Le rôle du mariage et de la dot de Venere dans l’enrichissement de cet homme semble assez clair, même si l’on n’en connaît pas tous les détails. Certains documents d’archive dont l’analyse paléographique démontre qu’ils sont de la main de Venere attestent son activité de prêt en faveur de son époux. À maintes reprises, Hieronimo a recours à elle pour des prêts, comme le montre, par exemple, un reçu daté de 1554 et conservé dans les papiers de Venere : Scritto di denari imprestadi a Hieronimo mio marito, écrit-elle, alors que Hieronimo écrit de sa main avoir reçu une somme d’une centaine de ducats. Cette activité de crédit déployée par Venere en faveur de son mari vient s’ajouter à celles que nous avons déjà mentionnées précédemment42. Leur union, dont les implications économiques sont considérables, permet également d’éclairer les positions religieuses des deux conjoints. Ma recherche est encore incomplète, mais il est probable que Venere, femme bien renseignée et attentive aux nouveautés, ait suivi son mari et son entourage dans son choix religieux, au point qu’elle s’est laissée « comover dal vostro anthacristo de Babilonia », comme elle l’écrit dans une lettre à sa sœur, Maria Degrazia. Mais j’ignore si par la suite, devenue veuve, elle a suivi le conseil que sa sœur lui adressait : « ricordatevi dei vostri erori et ricorete a Idio in bona penitentia pregandolo che vi perdona »43. Cette recherche ne permet pas encore de répondre à toutes les questions. Il serait nécessaire de la poursuivre dans d’autres directions. L’une des plus fructueuses pourrait consister à reconstruire le réseau de parenté et de relations économiques aussi inattendues qu’efficaces unissant des familles de la noblesse impériale à des familles d’artisans et de marchands du Frioul vénitien de part et d’autre de la frontière.

Haut de page

Bibliographie

Amaseo - Amaseo - Azio 1884 = L. Amaseo, G. Amaseo, G. A. Azio, Diarii udinesi dal 1508 al 1541, a cura di A. Ceruti, Venise, 1884.

Bardet - Arnoul - Ruggiu 2010 = J.-P. Bardet, E. Arnoul, F.-J. Ruggiu, Les écrits du for privé en Europe du Moyen Âge à l’époque contemporaine. Enquêtes, Analyses, Publications, Bordeaux, 2010.

Bianco 2010 = F. Bianco, 1511. La « crudel zobia grassa », Gorice, 2010 (1ère éd. 1995).

Casella (à paraître) = L. Casella, Raccontare la « crudel zobia grassa ». Cronache politiche, scritture di famiglia, dans Rivolte e ribellismo tra medioevo ed età moderna. A cinquecento anni dalla « crudel zobia grassa » di Udine. Atti del Convegno internazionale di studi, Udine, 12-14 maggio 2011, Venise, à paraître.

Casella 2003 = L. Casella, I Savorgnan. La famiglia e le opportunità del potere, Rome, 2003.

Casella 2008 = L. Casella, Donne aristocratiche nel Friuli del Cinquecento tra strategie familiari e conflitti di fazione, dans L. Arcangeli, S. Peyronel (dir.), Donne di potere nel Rinascimento, Rome, 2008, p. 89-128.

Casella 2012 = L. Casella, Un laboratorio politico di confine : la Patria del Friuli prima dell’Italia (secc. XVIII-XIX), dans A. De Benedictis, I. Fosi, L. Mannori (dir.), Nazioni d’Italia. Identità politiche e appartenenze regionali fra Settecento e Ottocento, Rome, 2012, p. 151- 178.

Cattaruzza 2003 = M. Cattaruzza, Nazionalismi di frontiera. Identità contrapposte sull’Adriatico nord-orientale 1850-1950, Soveria Mannelli, 2003.

Cattaruzza 2007 = M. Cattaruzza, L’Italia e il confine orientale 1866-2006, Bologne, 2007.

Cicchetti - Mordenti 1985 = A. Cicchetti, R. Mordenti, I libri di famiglia in Italia. I. Filologia e storiografia letteraria, Rome, 1985.

Cicchetti - Mordenti 2002 = A. Cicchetti, R. Mordenti, I libri di famiglia in Italia. II. Geografia e storia, Rome, 2002.

Ciappelli 2009 = G. Ciappelli, Memoria, famiglia, identità tra Italia ed Europa nell’età moderna, Bologne, 2009.

Conzato 2005 = A. Conzato, Dai castelli alle corti. Castellani friulani tra gli Asburgo e Venezia 1545-1620, Verone, 2005.

Del Col 1978 = A. Del Col, Eterodossia e cultura fra gli artigiani di Porcia nel secolo XVI, dans IlNoncello, 46, 1978, p. 9-76.

Morelli 2003 = C. Morelli di Schönfeld, Istoria della Contea di Gorizia, Gorice, 2003 (1ère éd. Tipografia Paternolli 1855).

Muir 1993 = E. Muir, Mad blood stirring. Vendetta and factions in Friuli during the Renaissance, Chicago, 1993.

Panjek 2002 = A. Panjek, Terra di confine. Agricolture e traffici tra le Alpi e l’Adriatico : la Contea di Gorizia nel Seicento, Mariano del Friuli, 2002.

Pillon 2010 = L. Pillon, L’archivio della famiglia Degrazia, I, Udine, 2010.

Porcedda 1989 = D. Porcedda, « Un paese sì di piccola dimensione, come è la nostra Contea, più dal caso che da una Provvidenza diretto ». Autorità sovrana, potere nobiliare e fazioni a Gorizia nel Seicento, dans Annali di Storia Isontina, 2, 1989, p. 9-29.

Trebbi 1998 = G. Trebbi, Il Friuli dal 1420 al 1797. La storia politica e sociale, Udine, 1998.

Verginella 2008 = M. Verginella, Il confine degli altri. La questione giuliana e la memoria slovena, Rome, 2008.

Wörsdörfer 2008 = R. Wörsdörfer, Il confine orientale. Italia e Jugoslavia 1915-1955, Bologne, 2008.

Haut de page

Notes

1 En 1584, de retour de la cour de Vienne, l’ambassadeur vénitien Girolamo Lippomano écrit dans sa relation diplomatique que les confins frioulans « sono intermisti e confusi tra loro », ce qui provoque des querelles, des dissensions, des préjudices pour les sujets et, par conséquent, des soucis pour les princes. Cependant, malgré les négociations entamées maintes fois, cette situation d’incertitude perdurera jusqu’à la fin de la République de Venise, lorsque Napoléon Bonaparte effacera les conditions de cette fragmentation politique et juridictionnelle et, donc, de cette géographie compliquée à proximité de la frontière. L’incertitude juridictionnelle, que ce découpage territorial engendre, est accentuée par la vente de Gradisca aux Eggenberg en 1647 et par la création du Comté de Gradisca, territoire indépendant jusqu’en 1754. Cfr Archivio di Stato di Venezia, Provveditori alla camera dei confini, b. 164. Le rapport a été publié en Antonini 1873, p. 550-559.

2 Même les études les plus récentes ont insisté sur la frontière politico-militaire du XIXe siècle. Dans une production éditoriale très vaste, il suffit de rappeler les volumes récents de Cattaruzza 2003 et 2007 ; Wörsdörfer 2008 ; Verginella 2008.

3 Pour un approfondissement de ces questions voir Casella 2012.

4 Conzato 2005. Pour une vue d'ensemble on peut toujours se référer à Trebbi 1998.

5 Ce témoignage, dans lequel chronique politique et histoire familiale s’unissent, a été déjà mentionné par Cicchetti - Mordenti 1985 dans le premier volume de leur ouvrage. La partie du manuscrit correspondant à la chronique politique (Biblioteca Ambrosiana di Milano, D 185 inf) a été publiée en 1884, cfr. Amaseo - Azio 1884. Sur cette source et son caractère hybride voir Casella (à paraître). La révolte du carnaval a été étudiée, entre autres, par Muir 1993 et Bianco 2010 ; celui-ci publie en annexe la partie des Diarii udinesi écrite par Gregorio Amaseo et intitulée Historia della crudel zobia grassa et altri nefarii excessi et horrende calamità intervenute in la città di Udine et Patria del Friuli del 1511 (p. 125-198). Pour une lecture plus attentive de l'épisode du point de vue de l’histoire de la famille Savorgnan, voir Casella 2003.

6 Panjek 2006 parle de « demarcazione tra due diversi tipi di feudalesimo », l’un de type frioulan dans la partie méridionale du territoire, caractérisée par un relief de collines, l’autre de type autrichien, présent sur le reste du territoire du Comté (p. 26).

7 Voir Archivio degli Stati Provinciali di Gorizia (ASPG), Atti degli Stati provinciali, sezione I, P 22, fol. 152-152v.

8 Par exemple, l'interdiction de « non tollerare i sensali veneti » ou « stranieri » en général, est plusieurs fois réitérée et prévoit des peines pour les contrevenants. ASPG, Atti degli Stati Provinciali, sezione I, S 3, fol. 84, 9 septembre 1572 et R 5, fol. 114, 136 ter, 29 avril 1583. En outre, en 1728, une disposition impériale interdit l'introduction de plusieurs manufactures étrangères (P 52, fol. 51, Juillet 18, 1728) et, en 1736, un rescrit souverain rappelle que les tissus fabriqués en Vénétie sont interdits (R 29, fol. 55, 28 Juillet, 1736).

9 ASPG, Atti degli Stati provinciali, sezione I, R 1, fol. 181-182.

10 ASPG, Atti degli Stati provinciali, sezione I, S 9, fol. 149.

11 ASPG, Atti degli Stati provinciali, sezione I, S 2, fol. 258 ter.

12 ASPG, Atti degli Stati provinciali, sezione I, R 4, fol. 80.

13 ASPG, Atti degli Stati provinciali, sezione I, R 6, fol. 82-83.

14 ASPG, Atti degli Stati provinciali, sezione I, R 7, fol. 84 ; S 8, fol. 123.

15 Une province « che non molto prima felicemente sotto l’ali di V.S. Maestà era tutta amena et florida, hora è tutta squalida et horida, questa che prima era tutta culta et laurata, hora è tutta hispida et deserta, questa che per mezo de sudori degli huomeni favoriva Iddio co’ la copia d’ogni bene, è rimasta vota d’ogni cosa, se non in quanto ripiena d’ogni disagio, e di ogni calamitade. Sono la maggior parte mancati gli habitatori, ridotti a nulla gli animali, arse le case, spianate le ville, insterilite e rinselvate le terre, svelte o tagliate da la radice le vigne et tutto ciò ch’era di fruttifero et frondoso. Non fu mai, per dirla in una parola, veduta sembianza più misera e miseranda della faccia di quest’afflitta Patria ». Cfr. ASPG, Atti degli Stati provinciali, sezione I, P 22, fol. 152-152v. Voir Porcedda 1989, p. 11.

16 ASPG, Atti degli Stati provinciali, sezione I, P 22, fol. 154.

17 ASPG, Atti degli Stati provinciali, sezione I, P 23, fol. 231.

18 ASPG, Atti degli Stati provinciali, sezione I, S 6, fol. 170 ter, 24 mars 1584.

19 ASPG, Atti degli Stati provinciali, sezione I, D 11, fol. 96-124 ; surtout fol. 117 (réplique des États du 19 mai) et fol. 123 (acceptation souveraine du 22 octobre). La même année les États de Gradisca accordent au prince Eggenberg un financement de 3.000 florins. Cfr. ASPG, Atti degliStati provinciali, sezione II, b. 214, fol. 9, Dieta du 26 avril 1655.

20 Il s’agit de la juridiction de Petzenstein et de celle du château de Santa Croce.

21 Porcedda 1989, p. 20.

22 Il s'agit de la procédure de détermination des contributions commencée dans les années 1720. Cfr. ASPG, Atti degli Stati provinciali, sezione I, S 14 fol. 174, 17 novembre 1625.

23 Morelli 2003, v. II, p. 130.

24 « Ordine che nessuna eredità possa passare in altro stato, se prima dal Governo non sia dimostrato che in quel paese venga osservato lo stesso ». ASPG, Atti degli Stati provinciali, sezione I, R 40, fol. 63, 23 juin 1753. Résumé tiré du Répertoire de l’ASPG dressé par Morelli, l’original ayant été perdu.

25 Les archives Degrazia sont l’un des éléments des archives de la famille Coronini-Cronberg. Elles sont déposées à l’Archivio di Stato de Gorizia (ASGO). Ce fonds a été réorganisé récemment. Des informations générales sur l'histoire de la famille sont contenues dans l'introduction et dans l'arbre généalogique qui renvoie à des indications biographiques concernant les membres de la famille ; voir Pillon 2010.

26 Francesco Degrazia épouse Maria, sœur de Venere, l’auteure du journal intime sur lequel je reviendrai plus loin et femme d’un riche artisan hétérodoxe de Porcia, Gerolamo della Massara dit Bosina (ou Bossina). D'autres descendants de cette famille se marient dans les générations suivantes avec les Degrazia : par exemple, Marina Degrazia en 1542 épouse Bernardino Bosina, neveu de Venere. J'ai déjà présenté les premiers résultats de cette recherche, toujours en cours, dans Casella 2008. Les rentes foncières des Degrazia ont été étudiées par Panjek 2002, p. 108 ss.

27 Contrat dotal et extrait du testament de Antonio du feu Cristoforo Rigla, lié à la famille Bartolini, citoyen et boulanger de Udine, daté du 25 avril, 1645, ASGO, Coronini Cronberg, b. 196, fasc. 498.

28 ASGO, Coronini Cronberg, b. 84, fasc. 203.

29 Pour faire le point sur les études européennes les plus récentes, voir Ciappelli 2009 et Bardet - Arnoul - Ruggiu 2010.

30 Biblioteca Statale Isontina di Gorizia, ms. 40, [Rosina di Porcia], Libro de le cose che son degne de eser notate et tenute memoria dal 1541 in qua.

31 [Rosina di Porcia], Libro, fol. 1.

32 Ce « Bosina », originaire de Porcia, explique l’erreur de transcription en « Rosina » di Porcia. Bosina donc, et non Rosina, comme le montre l’inventaire, en raison d’une erreur de transcription.

33 Cicchetti - Mordenti 1985 et 2002.

34 « 1566 adi 13 zenaro. Messer Bernardin mio nevodo tolse mia nieza Marina fiola de messer Francesco de Gracia gentilhomo de Goritia et de mia sorela madona Maria ». [Rosina di Porcia], Libro, fol.1.

35 ASGO, Archivio Coronini Cronberg, b. 88.

36 Comme celui d’un jour d’août 1582 : « fu amacato isepo dal ponte a ora una de di con un scopo con dui bale e non se sa da chi ma faco questo pronoscico che tuti queli che aveva dato consilio favore a zanbatista de la avostin de tal tradimento che tuti farano la mala morte per aver tradito il sangue iusto e uno apostol de cristo lo cerca causa e il dito messer isepo fu macato in casa sua avanti il suo balcon che si vestiva ». [Rosina di Porcia], Libro, fol. 27r.

37 « Et per questo fu fata una gran costion tra li nostri signori conti et questo fu del 1554 del mese de avosto adi 13. Cosi fu derito il conte Alfonso su il braco ma poco, ma messer Francesco have molte ferite del milisso. Andete a Venecia tuti li conti per far la pace ma fu tuto al contrari che fu amacato il conte Giulio dal conte Ascanio /…/. Del 1558 fu fata la pace » . [Rosina di Porcia], Libro, fol. 7v.

38 Notamment le rôle de Beltrame Sacchia, ambitieux homme du peuple d’Udine enrichi par le commerce du blé, a été le protagoniste de l’assaut de la forteresse pour le compte de Venise. Voir Trebbi 1998, p. 140 et suivantes.

39 Voir respectivement fol. 15v, 17r, 18r.

40 Elle note à plusieurs reprises des informations concernant la météorologie et le climat. Ce témoignage est particulièrement important car il est rare pour cette époque, d’autant plus qu’il est laissé par une femme.

41 Del Col 1978, p. 19. Pour mesurer l’extension des biens immobiliers de Girolamo, Del Col renvoie à plus de 150 actes concernant « il Bossina ». Ils sont conservés dans les archives notariales de l’Archivio di Stato de Pordenone. La plupart se trouvent parmi les actes des notaires Paolo Saminiati et Paolo de Gregoriis, notaires de référence dans les milieux hétérodoxes de Porcia.

42 Cfr. « Scritto di denari imprestadi a Hieronimo mio marido », in ASGO, Archivio Coronini Cronberg, b. 84 fasc. 203.

43 Lettre de Maria Degrazia à sa sœur, 19 mars 1567, in ASGO, Archivio Coronini Cronberg, Atti e documenti, b. 220 filza 568.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Laura Casella, « Noblesse de frontière. Espace politique et relations familiales dans le Frioul à l’époque moderne », Mélanges de l’École française de Rome - Italie et Méditerranée modernes et contemporaines [En ligne], 125-1 | 2013, mis en ligne le 23 septembre 2013, consulté le 24 octobre 2017. URL : http://mefrim.revues.org/1134 ; DOI : 10.4000/mefrim.1134

Haut de page

Auteur

Laura Casella

Università degli Studi di Udine - Dipartimento di storia e tutela dei beni culturali - laura.casella@uniud.it

Articles du même auteur

  • Introduzione [Texte intégral]
    Paru dans Mélanges de l’École française de Rome - Italie et Méditerranée modernes et contemporaines, 125-1 | 2013
Haut de page

Droits d’auteur

© École française de Rome

Haut de page
  • Logo École française de Rome
  • Revues.org