Navigation – Plan du site
Mythe, Histoire, Croisade. Autour d’Alphonse Dupront

La lingua franca en Méditerranée entre mythe et réalité

Cyril Aslanov

Résumés

La présente étude aborde la question de la lingua franca en tentant de dépasser certaines idées reçues sur ce véhiculaire de contact méditerranéen. Plutôt que d’y voir un idiome panméditerranéen destiné à la communication entre musulmans et chrétiens, je propose de considérer la lingua franca comme une langue de la Méditerranée occidentale réservée au contact entre les locuteurs de diverses langues romanes séjournant volontairement ou non dans les États barbaresques. Manifestement, la langue franque du Maghreb était un système à géométrie variable oscillant entre l’espagnol et l’italien. Pourtant, on y discerne des traits structuraux renvoyant à une influence discrète mais fort profonde exercée par le portugais. Nous en déduisons que la langue franque maghrébine fut jadis un pidgin luso-arabe remontant aux contacts belliqueux qui s’instaurèrent entre Portugais et Marocains à partir de 1415, voire depuis les temps de la domination maure dans l’Algarve. Par la suite, ce pidgin aurait entamé un processus de créolisation en se revêtant d’une étoffe hispano-italienne.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Voir Kahane - Tietze 1958.
  • 2 Voir Aslanov 2006, p. 16-26.
  • 3 Voir Aslanov 2010.
  • 4 Voir Dakhlia 2008.

1Dans le cadre du colloque Mythe, Histoire, Croisade. En lisant Alphonse Dupront, qui s’est déroulé au Palais du Luxembourg les 29 et 30 mars 2001, j’ai délivré une communication où j’ai tenté de distinguer la langue ou les langues des Francs dans l’Orient latin à l’époque des Croisades, de la lingua franca au sens strict. À mon sens, celle-ci est liée au contexte de la Méditerranée occidentale à l’époque moderne. Cette hypothèse n’est en rien invalidée par le volumineux ouvrage de Kahane et Tietze qui analyse le vocabulaire maritime d’origine romane en turc et en grec au début des Temps modernes bien plus qu’il ne décrit une langue de plein droit1. J’ai repris une partie des idées de mon allocution dans l’introduction de mon livre sur le français au Levant2 ainsi que dans la recension3 que j’ai publiée sur le livre de Jocelyne Dakhlia4.

2Dans l’état actuel de la recherche, il apparaît que même en Méditerranée occidentale où l’existence de la lingua franca ne fait aucun doute à l’époque moderne (jusqu’à la conquête de l’Algérie au moins), ce plus petit commun dénominateur entre les idiomes romans était redondant dans la communication entre chrétiens et musulmans. Ceux-ci connaissaient souvent au moins une langue romane – italien en Tunisie et en Tripolitaine ; espagnol dans les États barbaresques ; espagnol et/ou portugais au Maroc – et ceux-là maniaient quelques rudiments d’arabe maghrébin, surtout si le commerce, la guerre ou la captivité les avaient exposés à cette langue.

3Le face-à-face entre l’arabophonie et la romanophonie n’avait rien d’une coupure rigide entre les deux langues puisque dans le paysage cosmopolite d’Alger, de Tunis et de Tripoli, l’arabe n’était qu’une langue seconde pour bien des habitants, qu’ils soient des chrétiens renégats originaires de Corse ou de Calabre, des Juifs sépharades ou des Morisques hispanophones arrivés en Afrique du Nord après la grande expulsion de 1609.

4Pour tenter de résoudre le paradoxe du caractère apparemment superflu de la lingua franca dans une situation d’échange verbal où quelques langues romanes étaient connues de part et d’autre de la coupure somme toute très relative séparant les chrétiens des musulmans, je voudrais suggérer l’hypothèse selon laquelle la lingua franca aurait avant tout servi à faciliter la communication entre les locuteurs de diverses langues romanes mis en contact par les aléas du négoce, de la guerre ou de la captivité. Un indice qui pourrait militer en faveur d’une telle conjecture est la quantité somme toute assez négligeable d’éléments arabes, turcs ou berbères dans les vestiges de la lingua franca qui sont parvenus jusqu’à nous. Cette discrétion de l’arabe et des autres langues parlées du côté musulman de la Méditerranée occidentale est-elle due au fait que les transmetteurs de la lingua franca n’étaient pas en mesure de percevoir la composante non romane de la langue dont ils s’efforçaient de noter les échos ? Mais la question du relatif effacement de l’arabe dépasse la dimension du lexique et touche à des questions structurelles, les seules qui soient réellement pertinentes dans une perspective linguistique.

5La genèse de la lingua franca en Méditerranée occidentale remonte sans doute à la fin du Moyen Âge, comme en témoigne le texte parodique connu sous le titre de Contrasto della Zerbitana, « dialogue de la Djerbienne », composé en Italie du Sud au XIVe siècle. Si tant est qu’on puisse postuler une continuité entre ce premier écho connu de la lingua franca et des traces plus tardives appartenant à l’époque moderne, il est intéressant de voir à l’œuvre dans les quelques vestiges écrits que nous possédons de cette langue difficilement saisissable une réduction des contrastes entre des langues romanes mises en contact dans le contexte des bagnes turcs, des chiourmes méditerranéennes et des ports barbaresques. Considérée de ce point de vue, la lingua franca participe davantage de la problématique des langues en contact au sein d’une même famille linguistique qu’à celle de la fusion de deux systèmes linguistiques d’origine différente. La proximité génétique entre les langues romanes parlées en Méditerranée occidentale a donc facilité un processus de convergence et de réactivation d’un héritage commun. Reste à justifier pourquoi les vestiges de la lingua franca font apparaître un certain nombre d’isoglosses frappantes avec le portugais, langue ibéro-romane qui était séparée du continuum méditerranéen et qui n’était guère connue qu’au Maroc où les Portugais réussirent à établir durablement une série de têtes de pont de Ceuta à Mogador.

La composante arabe, portion congrue ?

6Pour analyser la composante non romane de la lingua franca, mieux vaut laisser de côté le turc, langue superficiellement implantée dans les États barbaresques et qui n’a laissé que quelques mots, sans doute intégrés par l’intermédiaire de l’arabe dialectal. Le tamazight, langue ethnique cantonnée dans l’intérieur des terres, était encore moins présent dans la mixture caractérisant la langue de contact de la côte méditerranéenne. Quant aux mots authentiquement arabes émaillant occasionnellement la lingua franca, ils ne sont guère plus nombreux que les arabismes du sicilien, du castillan ou du portugais.

  • 5 Voir Dictionnaire 1830.

7Mais c’est du point de vue structurel que les divergences avec l’arabe apparaissent le plus clairement. En effet, un examen du Dictionnaire de la langue franque ou petit-mauresque, l’une des attestations les plus complètes et les plus fiables de la lingua franca5, révèle que les seules formes verbales usitées dans cette langue sont les formes nominales du verbe : infinitif et participe passé passif. Certes l’arabe possède un participe passif, mais l’infinitif n’y existe pas en tant que catégorie syntaxique. De fait, le maṣdar n’est tout au plus qu’un nom d’action exprimant de façon abstraite l’idée générale du verbe. Or l’emploi de l’infinitif roman dans la lingua franca fait de cette forme un substitut universel du verbe conjugué. Cette caractéristique syntaxique se situe aux antipodes des structures grammaticales de l’arabe.

8Un autre point de divergence notable entre les structures de l’arabe et celles de la lingua franca est l’insensibilité du substantif au pluriel. Certes l’arabe emploie parfois le singulier au lieu du pluriel pour dénombrer une quantité supérieure ou égale à dix, mais en l’absence de numéral, c’est évidemment le pluriel qui est de rigueur. L’arabe a même conservé de façon très vivante le nombre duel.

  • 6 Voir Lefebvre 1999.

9L’arabe, langue dotée d’une si riche morphologie nominale et verbale, ne peut donc en aucun cas être considéré comme la structure latente de la lingua franca. Le modèle en vigueur dans certains courants de la créolistique qui attribuent à l’influence substratique des langues africaines la refonte du système de la langue6 ne saurait être retenu pour rendre compte d’une structure latente arabe dans le système linguistique simplifié qui se fait jour dans la lingua franca. D’un point de vue typologique, l’arabe, langue à la morphologie riche, ne saurait influencer les langues romanes dans le sens de la simplification.

10Du reste, l’indifférence des noms au nombre qui se manifeste dans la lingua franca rappelle le fonctionnement du français, si ce n’est qu’à la différence de ce qui se passe en français, la lingua franca n’a pas dévolu à l’article le soin de compenser l’absence de désinence de pluriel dans le corps du substantif. Seuls les démonstratifs questo et quello sont susceptibles d’assumer ce rôle de marqueurs morphologiques.

11L’un des seuls traits structuraux de la lingua franca qu’on serait tenté d’attribuer à la prégnance d’une structure latente arabe maghrébine est l’expression de la possession au moyen des tours prépositionnels postposés di mi « mon » ; di ti « ton » ; di ello/ féminin di ella « son » ; di noi « notre » ; di voi « votre » ; di loro « leur ». Cette caractéristique grammaticale est sans doute le calque du déterminant possessif arabe maghrébin diali, dialek, dialu, dialha, dialna, dialkum, dialhum ou de nta‘ i, nta‘ ek, nta‘ u, nta‘ ha, nta‘ na, nta‘ kum, nta‘ hum. Cela est d’autant plus vraisemblable qu’à la 3e personne du singulier masculin ou féminin des possessifs de la première série (dial-), l’homonymie entre la lingua franca et l’arabe maghrébin est presque parfaite : di ello comme dialu ; di ella comme dialha.

12Dans une perspective sociolinguistique, l’effacement relatif de l’arabe dans les strates apparentes ou latentes de la lingua franca pourrait être due au fait que les locuteurs de la lingua franca maîtrisaient au moins de façon sommaire l’arabe maghrébin. Dans la communication entre chrétiens et musulmans en Méditerranée occidentale, le roman en bouche musulmane avait sans doute pour contrepartie l’arabe simplifié employé par les chrétiens. Une réverbération de cette symétrie dans la connaissance partielle des deux langues nous est fournie par le Dictionnaire de la langue franque mentionné ci-dessus. Aux pages 100-107 de ce petit lexique français-lingua franca, destiné à la communication entre le corps expéditionnaire français et les populations locales, on trouve un glossaire français-arabe maghrébin destiné à inculquer les bases d’un semilecte arabe dialectal reflétant probablement la connaissance partielle que les Européens avaient de cette langue dans les situations où l’arabe était préféré à la lingua franca.

13Du point de vue pragmatique, l’oscillation entre la lingua franca et les rudiments d’arabe dialectal correspond sans doute à la courtoisie élémentaire qui consiste à s’adresser à quelqu’un dans sa langue. Du reste, ce geste en direction de l’Autre n’est pas dénué d’une certaine condescendance, mais elle avait sans doute pour contrepartie la volonté des arabophones de s’adresser en lingua franca ou même dans une langue romane de plein droit aux Européens qu’ils rencontraient sur leur passage. Cette condescendance courtoise fait partie d’une stratégie de connivence ou de convivialité qui consistait à suggérer à l’Autre qu’on connaissait sa langue, ses codes et ses coutumes.

  • 7 Voir Weinreich 1966, p. 14-20.

14Si l’on adopte les catégories développées par Uriel Weinreich, la coexistence de la lingua franca et de l’arabe rudimentaire dans l’écosystème linguistique de la Méditerranée occidentale peut s’analyser comme un modèle quadripartite où les pôles de l’arabité et de la romanité sont relayés par deux instances intermédiaires : la romanité en bouche arabophone et l’arabité en bouche romanophone. En termes weinreichiens, on dirait que la romanité en bouche arabe constitue un système secondaire par rapport au système primaire constitué par les langues romanes dans leur contexte original, de même que l’arabité en bouche romane correspond à un système secondaire par rapport au système primaire constitué par les dialectes maghrébins parlés par des locuteurs natifs7.

15Quant à la dimension proprement lexicale de la lingua franca, elle ne semble pas très marquée par la présence de l’arabe. Cette discrétion de la présence arabe pourrait s’expliquer par le fait que dans l’écosystème linguistique des rives du Maghreb et de la Tripolitaine, il se produisait des phénomènes d’alternance de codes entre la lingua franca et l’arabe rudimentaire des chrétiens. Le Dictionnaire de la langue franque aurait isolé deux composantes – la lingua franca, version rudimentaire des langues romanes en contexte arabophone et les quelques notions d’arabe dialectal en milieu chrétien. Il est fort probable que ces deux langues devaient s’imbriquer l’une dans l’autre au moment de l’échange verbal.

16Quoi qu’il en soit, les quelques mots arabes ayant reçu droit de cité dans la partie proprement romane du Dictionnaire de la langue franque ne sont pas forcément arabes. S’il est vrai que le mot turc paşa « pacha » apparaît sous la forme arabisée bacha (p. 27, s.v. dey), le terme arabe tarjumān figure sous la forme occidentalisée drogman ainsi que sous la forme francisée trucheman (< truchement) qui peut aussi s’interpréter comme la réverbération de l’avatar hispanisé truchimán du français truchement (p. 43, s. v. interprète).

  • 8 Sur les plus anciennes phases de ce contact, voir Ineichen 1997.

17Ces hésitations qui se manifestent sur la filière empruntée par les emprunts lexicaux révèlent l’intensité, l’ancienneté et la complexité du contact entre l’arabe et les langues romanes8. Un même terme a pu entrer dans la langue à plusieurs reprises et par plusieurs filières. Ainsi de miskīn « pauvre » devenu en ancien français meschine « jeune fille » ou mesquin au sens d’avare en français moderne et dans la plupart des autres langues romanes. Mais en lingua franca, l’avatar de l’étymon arabe miskīn garde son sens premier d’« infortuné » qu’il a également conservé dans l’arabisme mischinu du sicilien. Grâce au contact direct entre arabe et roman le mot meskin a retrouvé sa signification étymologique, comme en témoigne l’équivalence que le Dictionnaire de la langue franque a établie entre le lemme pauvre et la forme meskin (p. 57).

18Le dictionnaire contient d’autres avatars romanisés d’étymons arabes ou inversement, des avatars arabisés d’étymons romans. Ce processus de convergence entre les deux langues en contact révèle que dans la lingua franca, l’hybridation se manifeste à l’intérieur du lexème et non pas forcément à travers la coexistence de mots hétéroclites à l’intérieur du lexique. Ainsi l’étymon arabe ḫazānah « armoire » apparaît sous la forme romanisée casana pour traduire le lemme armoire (p. 14). Parfois, la forme romanisée du mot arabe est bien enracinée dans l’une des langues romanes entrant dans la composition de la lingua franca. C’est le cas de l’italien catrame « goudron » (écrit avec la graphie francisée catramé) qui sert à traduire le lemme goudron (p. 39). Or catrame aussi bien que goudron sont tous des avatars de l’arabe qaṭrān.

19Comme nous le mentionnions ci-dessus, certains vocables sont des formes arabisées d’étymons romans. Ainsi de flinta « platine » qui traduit le lemme platine (p. 59). La réalisation de [p] en [f] révèle que ce terme est passé par le filtre de l’arabe. Le même raisonnement peut s’appliquer à la forme osbidal traduisant hôpital (p. 41). On reconnaît là la forme italienne ospedale adaptée au système phonologique de l’arabe où le phonème [p] fait défaut. Enfin, les noms de la châtaigne et de la datte apparaissent sous une forme hybride où l’on reconnaît un étymon roman arabisé, voire turquifié si tant est que l’élément -li soit identifiable avec le suffixe turc li/ lı : datoli qui pourrait remonter à un étymon sicilien dàttula plutôt qu’à l’espagnol dátil (p. 25) avec une intéressante resuffixation au moyen du morphème turc -li ; castali qui pourrait constituer lui aussi un avatar resuffixé de l’italien castanea ou de l’espagnol castaña (p. 21).

20Par ailleurs, le spécimen de lingua franca fourni par le dictionnaire a conservé quelques Kulturwörter directement empruntés à l’arabe maghrébin. Certaines denrées concrètes sont désignées au moyen du terme arabe en cours dans l’horizon quotidien du Maghreb. Ainsi du lemme jujube traduit par aneb, translittération en caractères latins de ‘annāb (arabe dialectal ‘annäb) qui prend note de l’imālah (apophonie) caractéristique du dialecte maghrébin (p. 44, s.v. jujube). Mentionnons aussi, limoun transposant le lemme limon, nom d’une variété d’agrumes (p. 46), festouk pour pistache (p. 59) avec la réduction typiquement maghrébine de la voyelle inaccentuée à [ə], notée au moyen du graphème <e> et rouss pour riz (p. 70). Cette forme rouss correspond à l’arabe maghrébin rūz prononcé à l’espagnole moyennant la neutralisation du voisement de [z].

21Dans la catégorie des realia caractéristiques de la civilisation maghrébine, on notera la présence de Cadi (<qāḍī) pour juge (p. 44), de foundouk (< funduq) pour marché (p. 47) et de bernus pour manteau (ibid.).

22Chose curieuse, certains termes dénués de toute connotation affective particulière et sans rapport avec les realia maghrébins sont traduits par des mots arabes translittérés, ce qui pourrait faire penser qu’ils constituaient des arabismes au sein de la lingua franca. Ainsi le lemme miroir est traduit maréïa, transcription de l’arabe dialectal mareyah (arabe classique mar’ah) (p. 50), cependant que le lemme berger est transposé par raï (< arabe rā‘ī) (p. 17).

Italien hispanisé ou espagnol italianisé ?

  • 9 Voir Dictionnaire 1830, p. 6.

23À en juger par les données rassemblées dans le Dictionnaire de la langue franque, la base de ce véhiculaire de contact ressemble fortement à l’italien rudimentaire naguère utilisé en Méditerranée orientale. Mais à la différence de ce broken Italian, le petit-mauresque apparaît comme un italien fortement hispanisé, en ce qui concerne le lexique notamment. Certes cette impression peut être due à une illusion d’optique liée aux conditions dans lesquelles s’est effectuée la rédaction du dictionnaire. Voulant rendre compte du véhiculaire de contact dans la Régence d’Alger, l’auteur ou les auteurs ont sans doute condensé en un même livre la lingua franca hispanisante d’Algérie avec sa contrepartie tunisoise dont le caractère italianisé est explicitement reconnu dans la courte introduction du Dictionnaire9.

24Le résultat de cette prise en compte des deux types de lingua franca est un objet linguistique hybride, produit des contraintes de la lexicographie plutôt que langue effectivement attestée telle quelle. La preuve en est qu’à plusieurs reprises, le lemme français est traduit par deux termes dont l’un est italien et l’autre espagnol, comme si le lexicographe avait voulu donner deux options correspondant chacune à une partie de l’espace barbaresque. Citons par exemple le cas du lemme plus rendu par le doublet piou ou mas, c’est-à-dire italien più et espagnol más (p. 60).

25À cela s’ajoutent quelques provençalismes. Un bel exemple d’interférence occitane nous est fourni par le nom gorba « corbeille » où l’on reconnaît une forme hispanisée ou italianisée de l’occitan gòrba [górb ɔ] (p. 56). On pourrait aussi mentionner un autre provençalisme notable qui est l’emploi de crompar au lieu de comprar « acheter » (p. 11), forme avec métathèse qui distingue l’occitan crompar/ croumpa de ses équivalents italiens ou ibéro-romans comprare/comprar.

  • 10 Voir Aslanov 2010, n. 3, p. 109.

26Au-delà de cette hésitation qui se manifeste tout au long du dictionnaire entre une lingua franca italianisante et son pendant hispanisant, il est important de remarquer l’impact discret mais insistant du système de la langue portugaise sur les structures de la langue franque. L’un des lusismes les plus frappants est l’extension de star, avatar apocopé ou italianisé de estar, aux dépens de ser. La tendance à employer estar là où l’espagnol aurait utilisé ser est un trait caractéristique du portugais, langue où l’opposition entre l’essence et la condition est brouillée par l’existence de ficar qui signifie littéralement « rester » mais qui est en mesure de servir de copule pour exprimer la condition où se trouve le sujet. Ce verbe ficar traduit bien souvent l’espagnol estar : ex. portugais ficar bravo « être fâché » correspondant à l’espagnol estar enfadado, même signification. La spécialisation de ficar au sens d’une copule exprimant la condition où se trouve le sujet a permis à estar d’empiéter sur les emplois de ser comme le révèle l’expression está certo « c’est vrai » dont l’équivalent espagnol es cierto fait apparaître la copule ser10. La généralisation de star aux dépens de ser (italien essere) apparaît comme une façon de systématiser à l’extrême ce qui ne constitue qu’une tendance structurelle du portugais.

27Enfin, le phénomène du possessif postposé signalé ci-dessus à propos de l’influence arabe constitue également une isoglosse notable avec le portugais, du moins pour la troisième personne : di ello comme dele « son ; sa ; ses » (possesseur masculin) ; di ella comme dela « son ; sa ; ses » (possesseur féminin) ; di loro comme deles/delas « leur, leurs ». Du reste, il est possible qu’en portugais aussi cette tournure soit imputable à une influence de l’arabe. La question est donc de savoir si di ello, di ella, di loro est un arabisme direct ou un arabisme médiatisé par le portugais. Il est important de souligner que ni ello ni ella ne sont reconductibles aux pronoms espagnols homographes mais non homophones ello, pronom démonstratif neutre et ella, contrepartie féminine de ce dernier. Si ces mots avaient été espagnols, le Dictionnaire qui adopte généralement une graphie très phonétique aurait prit note du yeismo caractéristique de l’espagnol hors d’Europe (en contexte morisque notamment) et il aurait noté ces mots eyo et eya. Manifestement ello et ella doivent être interprétés comme une italianisation superficielle du portugais ele et ela.

28Un autre lusisme possible est l’emploi de la préposition italienne per dans des fonctions qui rappellent les emplois tous azimuts de para en portugais parlé, notamment pour introduire un complément d’objet : ex. mi star contento mirar per ti « je suis bien aise de vous voir » (p. 93). Une telle phrase rappelle le portugais populaire eu vejo para ti (você) « je te vois » où para ti (você) fonctionne comme un substitut du pronom datif lhe employé dialectalement au lieu des pronoms accusatifs enclitiques -o et -a ou de leur contrepartie tonique ele ; ela. La piste portugaise est d’autant plus tentante que per entretient davantage de ressemblance avec para qu’avec l’espagnol a employé dans les mêmes contextes syntaxiques. On pourrait déceler ici une relexification au moyen de per d’une structure latente où para était employé comme expliciteur de la relation transitive.

Essai d’interprétation historique

29Comment justifier en termes d’histoire externe des langues la présence discrète mais tenace de traits structurels portugais dans l’interlangue italo-espagnole qu’il est convenu d’appeler lingua franca ? À vrai dire, le Portugal ne fait pas partie de l’espace méditerranéen même si, comme nous le rappelions ci-dessus, certaines têtes de pont de la côte méditerranéenne du Maroc furent conquises dès le XVe siècle par la maison d’Aviz. Ce premier contact belliqueux entre Européens et Maghrébins, qui précéda les débuts de la course barbaresque, fut probablement à l’origine d’un véritable véhiculaire de contact entre chrétiens portugais et musulmans marocains. Par la suite, ce noyau rudimentaire fut englobé par l’espagnol et l’italien, donnant lieu aux deux variétés mentionnées dans l’introduction : une variété hispanisante en usage à Alger et une variété italianisante davantage liée aux horizons tunisois. Les lusismes occasionnels qui caractérisent la structure profonde de cette langue seraient les réminiscences d’un prototype de la lingua franca à base portugaise.

30Le rôle du portugais dans la genèse ou la préhistoire de la lingua franca doit sans doute être mis en relation avec un fait notable qui concerne spécifiquement l’histoire du portugais. Le fait est que les arabismes de cette langue ibéro-romane ne correspondent pas forcément aux arabismes du castillan. Là où le castillan emploie un lexème d’origine latine, le portugais recourt volontiers à un arabisme : ainsi les mots castillans granada « grenade », lechuga « laitue » et dátil « datte » ont pour pendant romã (< arabe rummān et non latin romana comme le pensent encore beaucoup de romanistes), alface (< arabe al-ḫasa) et tâmara (< arabe tamr), respectivement. Il faudrait ajouter à cela un fait qui dépasse le simple lexique : il s’agit de la désignation des jours de la semaine au moyen de numéraux cardinaux, exactement comme en arabe. Ce surcroît d’arabisation qui affecta les dialectes méridionaux, dont le rôle fut capital dans l’affirmation d’une lusophonie distincte du galaïco-portugais, révèle qu’en contexte lusophone, les chrétiens maîtrisaient sans doute un peu mieux l’arabe que ne le faisaient leurs voisins espagnols. En tout cas, il s’agissait probablement d’une arabité différente, celle de l’Algarve (Gharb al-Andalus, l’extrémité occidentale de l’Andalousie arabo-musulmane).

  • 11 Voir Machado 1958.

31De même que le Dictionnaire fait coexister la romanité rudimentaire représentée par la lingua franca avec des bribes d’arabe maghrébin, de même le sud du Portugal fut sans doute le théâtre d’un contact quadripartite entre le portugais en bouche chrétienne, le portugais en bouche musulmane, l’arabe en bouche musulmane et l’arabe en bouche chrétienne dont les nombreux arabismes du portugais sont les ultimes fossiles11. Comme dans les États barbaresques des Temps modernes, l’emploi de la langue franque à base romane a pour contrepartie l’utilisation d’un arabe véhiculaire qui en est le reflet spéculaire. C’est le contact de cet embryon de lingua franca à base portugaise avec d’autres langues romanes qui aurait estompé la « lusanité » de cet idiome qui se mit à servir non seulement au contact entre chrétiens et musulmans, mais aussi à la communication entre des chrétiens venus de tous les coins de la Romania occidentale. Cet élargissement d’une lingua franca portugaise employée en Algarve ou sur les côtes marocaines à l’ensemble du Maghreb et à toutes les langues romanes peut être considéré comme la promotion d’un pidgin luso-arabe à la dignité d’un créole méditerranéen qui fut bien autre chose qu’un simple expédient destiné à faciliter la communication entre chrétiens et musulmans en Méditerranée occidentale. De même que les créoles des Caraïbes ou de l’Océan Indien servaient d’instrument de communication entre les esclaves autant sinon plus qu’entre les maîtres et les esclaves, autant cette lingua franca issue du pidgin portugais mais distincte de lui a pu servir de contact entre des captifs ou des renégats venus de divers horizons de la Romania occidentale.

Effets de la parenté linguistique sur le contact entre les langues

  • 12 Voir Campagnano 2007, p. 161-190.

32La base portugaise de la lingua franca initiale ne subsiste donc que comme le substrat d’une interlangue italo-espagnole qui servait autant sinon plus à la communication entre les chrétiens présents dans les États barbaresques qu’à l’échange verbal entre chrétiens et musulmans. L’examen du Dictionnaire révèle que la majorité des lexèmes sont plutôt italiens qu’espagnols, mais cela tient sans doute aux circonstances de la composition de ce petit ouvrage. Le vocabulaire ne saurait consister à lui seul une preuve des mécanismes de convergence entre deux langues apparentées. Du reste, ce ne serait assurément pas la seule fois dans l’histoire de l’espagnol et de l’italien qu’une interlangue s’est créée entre ces deux idiomes. Le bagitto des Juifs livournais d’origine hispano-portugaise est un type de toscan hanté par la présence de l’espagnol et du portugais12. Inversement, le cocoliche jadis en usage dans les quartiers italiens de Buenos Aires est un espagnol colonial marqué par l’empreinte des dialectes d’Italie méridionale.

  • 13 Voir Van Coetsem 2000.

33Le caractère particulier de la lingua franca ne serait donc pas dû à la simplification de la grammaire romane au contact de l’arabe, mais plutôt à la recherche du plus petit commun dénominateur entre l’italien et les langues ibéro-romanes. Ainsi s’expliquerait la renonciation aux marques du pluriel aussi bien dans le système nominal que dans la conjugaison des verbes. Comme les dialectes italo-romans et les langues ibériques forment le pluriel des noms de façon radicalement différente (alternances vocaliques dans le cas de l’italien ; emploi de la désinence -s en espagnol et en portugais), le moyen le plus simple pour former le pluriel est d’utiliser la marque zéro comme dans l’expression « questi signor star amigo di mi » « ces Messieurs sont mes amis » (p. 7). Ce phénomène de simplification dû au contact entre deux langues apparentées rappelle les processus d’érosion morphologique décrits par Frans van Coetsem dans son ouvrage sur les changements diachroniques induits par le contact entre les langues13. De même qu’au contact de l’anglais, le néerlandais et le frison parlés par les émigrants hollandais installés en Amérique ont simplifié leurs paradigmes verbaux, de même le contact entre des langues romanes dont les systèmes morphologiques diffèrent très profondément l’un de l’autre (au point que ce critère a été retenu pour établir une ligne de démarcation entre Romania occidentale et orientale) aurait favorisé la réélaboration d’un système morphologique réduit à sa plus simple expression.

34Le même raisonnement peut s’étendre au système verbal, surtout en ce qui concerne la désinence de 2e personne du singulier : -i en italo-roman, -s en ibéro-roman. L’impossibilité d’hybrider deux formes si différentes aurait provoqué l’adoption d’une solution radicale consistant à utiliser l’infinitif du verbe.

35Certes l’indifférence du substantif au nombre et l’érosion drastique des paradigmes verbaux sont également attestées en français et en provençal. Le syntagme nominal questi signor cité ci-dessus rappelle même le mécanisme que le provençal a mis au point pour compenser la perte des marques du pluriel à la droite du substantif. En recourant au pluriel li (lei) de l’article, aux pluriels aquesti (aquestei) et aqueli (aquelei) du démonstratif et en recyclant cette désinence -i (-ei) pour marquer les adjectifs antéposés les parlers orientaux de l’occitan sont parvenus à compenser la perte de la marque du pluriel dans le corps du substantif.

36Malgré la présence occasionnelle d’isoglosses avec le provençal (d’ordre lexical surtout), cette ressemblance ponctuelle avec la langue de Mistral ne saurait être attribuée à un contact direct. Le fait que la marque du pluriel soit -i fait plutôt penser à une convergence parallèle du provençal et de la lingua franca vers des schèmes morphologiques italo-romans où le pluriel est marqué au moyen de désinences vocaliques.

37Une autre isoglosse notable unit la lingua franca à certaines variétés populaires de l’italien, très marquées par le substrat dialectal. Il s’agit de l’emploi des formes du pronom mi, ti utilisé à l’origine en fonction d’accusatif ou de complément prépositionnel en fonction de nominatif : « ti crédir per mi, mi poudir assicourar per ti » « Croyez-moi, je puis vous l’assurer » (p. 93). Certes, on constate au moins trois différences notables entre cet emploi en lingua franca et la tournure analogue en italo-roman. Dans cette dernière langue, il ne s’agit pas de l’accusatif, mais de la forme prépositionnelle te (différence neutralisée en sicilien où l’on trouve ti de toutes façons). De plus, l’empiètement de l’accusatif sur les plates-bandes du nominatif se limite à la 2e personne du singulier : « te mi credi » « toi, tu me crois ». Enfin, l’économie interne du syntagme verbal diffère d’une langue à l’autre : dans la lingua franca, le pronom est la seule marque possible de la personne en l’absence d’informations morphologiques dans la forme verbale employée à l’infinitif ; en italo-roman, le pronom te est une marque redondante de la personne par rapport à la forme conjuguée du verbe contenant déjà la mention de la personne.

38Cette isoglosse partielle entre la lingua franca et les dialectes italo-romans révèle l’importance de la composante italienne dans le compromis italo-espagnol qui constitue le gros du matériel de la langue (en dépit de sa structure profonde et de son noyau initial que nous avons rattachés à une origine lusitanienne). En tout cas, ce trait de langue confirme l’impression que la lingua franca ne doit rien ou presque rien à l’arabe puisque dans cette langue, le pronom sujet diffère profondément du pronom à l’accusatif ou du complément prépositionnel. Et à nouveau on voit se profiler l’ombre du portugais, langue où presque toutes les personnes du paradigme pronominal peuvent servir de sujet, de complément d’objet ou de complément prépositionnel : você/ você/ para você « vous sujet ; vous objet ; pour vous » (singulier) dans la variété qui est devenue la norme brésilienne ; ele ; ele ; para ele « il ; le ; pour lui » ; ela ; ela ; para ela « elle ; la ; pour elle » ; nós ; nós ; para nós « nous sujet ; nous objet ; pour nous » ; vocês ; vocês ; para vocês « vous sujet  ; vous objet ; pour vous » (norme brésilienne) ; eles ; eles ; para eles « ils ; les ; pour eux » ; elas ; elas ; para elas « elles ; les; pour elles ». Une fois de plus il apparaît qu’une structure latente éminemment attachée aux variétés archaïques ou colloquiales du portugais (celles-là même qui se sont conservées au Brésil en vertu du principe selon lequel les périphéries sont plus conservatrices que les foyers d’innovation) a été réinterprétée moyennant une relexification par le détour de l’italien.

Conclusion

39C’est donc au terme d’une convergence entre deux ou trois langues romanes que la lingua franca aurait prit corps à partir d’un noyau correspondant quant à lui à un véritable véhiculaire de contact, à un pidgin entre lusophones et arabophones. Cette redéfinition de la lingua franca comme une langue de communication entre locuteurs de langue romane permet de comprendre pourquoi ce créole méditerranéen n’avait pas sa place en Méditerranée orientale où les langues romanes (français et italo-roman essentiellement) constituaient des transplantations d’origine occidentale. En Méditerranée occidentale, en revanche, l’italo-roman, l’espagnol et le provençal sont des langues indigènes disposant d’une assise réelle et d’un arrière-pays. Leur contact sur les rives méridionales de l’espace ouest-méditerranéen doit donc être considéré comme une prolongation de leur existence pérenne sur les côtes septentrionales de la même aire géographique.

40L’irruption du français dans le système écolinguistique maghrébin mit fin à l’existence de ce créole où l’italo-roman et l’ibéro-roman convergeaient de façon subtile et nuancée. Après avoir servi de lemme au Dictionnaire si souvent utilisé au cours de la présente étude, le français subjugua le « petit-mauresque » au point que l’acception même du terme sabir changea du tout au tout. Dans l’Algérie de naguère et dans les milieux pieds-noirs d’aujourd’hui, ce mot désignait irrévérencieusement le français en bouche musulmane, système secondaire par rapport au français en bouche européenne pour reprendre la terminologie weinreichienne employée ci-dessus. Les lecteurs se rappellent sans doute la façon dont Roland Bacri parodia cette variété de français. Si brillantes qu’elles fussent, ces contrefaçons grotesques ne doivent rien à l’authentique lingua franca dont le Dictionnaire donne une image somme toute assez complète.

41Curieusement, le Maghreb d’aujourd’hui, où la présence du français s’est parfois estompée, s’est rouvert à l’influence des langues romanes qui constituaient les deux piliers de la lingua franca : l’italien et l’espagnol. L’impact de l’italien s’est réaffirmé dans les régions du Maghreb oriental (Constantinois ; Tunisie ; Tripolitaine) où la lingua franca était la plus italianisée, cependant que l’espagnol est particulièrement bien implanté dans l’Oranais et dans tout le Maroc. Les vagues d’immigration qui ont amené un grand nombre de Marocains en Italie ont en outre contribué à exposer les clients traditionnels de la romanité ibérique à la langue italienne. Or cette réactivation du lien que le Maghreb avait jadis entretenu avec l’italien et l’espagnol a parfois créé une zone interlope où les deux langues déteignent à nouveau l’une sur l’autre, surtout lorsqu’un Marocain ou un Oranais habitué à l’espagnol se voit contraint de parler l’italien ou qu’un Tunisien plutôt accoutumé à l’italien est confronté à l’espagnol.

Haut de page

Bibliographie

Aslanov 2006 = C. Aslanov, Le français au Levant, jadis et naguère : à la recherche d’une langue perdue, Paris, 2006, p. 103-113.

Aslanov 2010 = C. Aslanov, Débat sur l’ouvrage de Jocelyne Dakhlia Lingua franca : histoire d’une langue métisse en Méditerranée, dans Langage et société, 134 (décembre 2010).

Campagnano 2007 = A. R. Campagnano, Judeus de Livorno : Sua língua, memória e história, São Paulo, 2007.

Dakhlia 2008 = J. Dakhlia, Lingua franca : histoire d’une langue métisse en Méditerranée, Arles, 2008.

Dictionnaire 1830 = Dictionnaire de la langue franque ou petit-mauresque, Marseille, 1830.

Ineichen 1997 = G. Ineichen, Arabisch-orientalische Sprachkontakte in der Romania. Ein Beitrag zur Kulturgeschichte des Mittelalters, Tübingen, 1997.

Kahane - Tietze 1958 = H. et R. Kahane, A. Tietze, The Lingua Franca in the Levant : Turkish Terms of Italian and Greek Origin, Urbana, 1958.

Lefèvre 1999 = C. Lefebvre, Creole Genesis and the Acquisition of Grammar, Cambridge, 1999.

Machado 1958 = J. P. Machado, Influência arábica no vocabulário português, Lisbonne, 1958.

Van Coetsem 2000 = F. van Coetsem, A General and Unified Theory of the Transmission Process in Language Contact, Heidelberg, 2000.

Weinreich 1966 = U. Weinreich, Languages in Contact : Findings and Problems, Londres-La Haye-Paris, 1966.

Haut de page

Notes

1 Voir Kahane - Tietze 1958.

2 Voir Aslanov 2006, p. 16-26.

3 Voir Aslanov 2010.

4 Voir Dakhlia 2008.

5 Voir Dictionnaire 1830.

6 Voir Lefebvre 1999.

7 Voir Weinreich 1966, p. 14-20.

8 Sur les plus anciennes phases de ce contact, voir Ineichen 1997.

9 Voir Dictionnaire 1830, p. 6.

10 Voir Aslanov 2010, n. 3, p. 109.

11 Voir Machado 1958.

12 Voir Campagnano 2007, p. 161-190.

13 Voir Van Coetsem 2000.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Cyril Aslanov, « La lingua franca en Méditerranée entre mythe et réalité », Mélanges de l’École française de Rome - Italie et Méditerranée modernes et contemporaines [En ligne], 124-1 | 2012, mis en ligne le 30 septembre 2012, consulté le 24 juin 2017. URL : http://mefrim.revues.org/112 ; DOI : 10.4000/mefrim.112

Haut de page

Auteur

Cyril Aslanov

Université Hébraïque de Jérusalem - msaslan@mscc.huji.ac.il

Haut de page

Droits d’auteur

© École française de Rome

Haut de page
  • Logo École française de Rome
  • Revues.org