Navigation – Plan du site
Famiglie al confine

Transmissions de réseaux et effets de frontière. Les rapports entre élites souveraines et élites sujettes dans l’Ancienne Confédération suisse (XVIIe-XVIIIe siècles)

Marco Schnyder

Résumés

L’Ancienne Confédération suisse, par son polycentrisme politique marqué et ses multiples situations de frontière, constitue un laboratoire privilégié pour l’étude de la transmission de réseaux et de pouvoirs. La thématique est abordée en analysant les rapports entre les élites des cantons souverains et les élites sujettes des bailliages de Lugano et Mendrisio à l’époque moderne. Les notables de ces deux préfectures arrivent à se profiler comme de véritables partenaires aux yeux du souverain par le biais de dons, de la parenté spirituelle, de mariages, de contacts noués lors des séjours d’étude et grâce à l’acquisition de titres divers. Ils assurent ainsi stabilité et continuité au gouvernement des bailliages. Actifs aussi bien au sud qu’au nord des Alpes, les membres de cette élite sont conscients du fait que la clé de leur succès est d’être quelqu’un partout.

Haut de page

Notes de la rédaction

Abréviations : ADL = Archivio storico diocesano di Lugano ; BAT = Battesimi (Parrocchia San Lorenzo, Lugano) ; ASL = Archivio storico comunale di Lugano ; ACB = Atti del Consiglio del borgo di Lugano (Patriziato e atti protocollari, IV. Lugano e pievi. Registri protocollari 2) ; ACC = Atti del Consiglio della Comunità (Reggenza) di Lugano (Patriziato, registri e atti protocollari, IV. Registri e atti protocollari 3) ; ASTi = Archivio di Stato del Cantone Ticino, Bellinzona, FT = Fondo Torriani ; DHBS = Dictionnaire historique et biographique de la Suisse, Neuchâtel, 1921-1934 ; DHS = Dictionnaire historique de la Suisse / Historisches Lexikon der Schweiz / Dizionario storico della Svizzera, Hauterive, 2002-2013 (www.snl.ch/dhs) ; EA = Amtliche Sammlung der ältern Eidgenössischen Abschiede (1618-1648 ; 1649-1680 ; 1681-1712 ; 1712-1743 ; 1744-1777 ; 1778-1798).

Texte intégral

  • 1 Avec l’expression « Corps helvétique », on désigne à l’époque le territoire qui correspond en gros (...)

1Les pratiques des élites suisses à l’époque moderne se prêtent fort bien à une analyse des modalités de transmission de réseaux et de pouvoirs dans un contexte de frontière. Le Corps helvétique1, en effet, est à la fois une entité étatique polycentrique – formée par les cantons souverains, les pays alliés et les bailliages sujets – et un territoire relativement restreint, présentant de nombreuses situations de frontière, internes et externes, de nature géographique, politique, confessionnelle et culturelle-linguistique.

2Afin d’identifier les modalités de transmission des réseaux, on se concentrera sur des occasions privilégiées de rencontre entre souverains et sujets, d’abord dans la sphère publique et ensuite dans la sphère privée. Les deux sphères étant bien sûr très souvent imbriquées. Il sera enfin question des retombées que la mise en place de ces réseaux peut engendrer, notamment dans les institutions.

Sphère publique

3Dans toute pratique de reproduction du pouvoir, un problème s’impose. Il s’agit de la relation avec le souverain. Cela peut paraître un constat banal à bien des égards, mais il ne l’est pas dans le contexte helvétique, caractérisé par un polycentrisme institutionnel accentué, par des pratiques familiales de reproduction du pouvoir fondées sur la mobilité et l’émigration, ainsi que par des situations de frontière multiples.

4Il faut donc s’interroger sur les occasions et sur les formes dans lesquelles les réseaux de pouvoir sont tissés. Les contacts peuvent se nouer lors de cérémonies publiques officielles, mais également selon des dynamiques privées, par le biais de mariages, de parrainages et grâce aux connaissances faites au cours des études.

5Un cas très intéressant, dans cette perspective, est certainement celui des bailliages communs du sud des Alpes, et en particulier ceux de Lugano et Mendrisio, dans lesquels la frontière joue un rôle plus important. La présence sur place des XII cantons suisses, qui depuis le début du XVIe siècle contrôlent ces territoires, se limite au bailli (« capitano reggente » à Lugano, « landfogto » à Mendrisio) – en charge deux ans, selon un système de rotation entre les XII cantons souverains –, parfois au secrétaire du bailli (appelé « landscriba », de l’allemand « Landschreiber ») et, à l’occasion, à quelques officiers subalternes. Dans l’administration des bailliages, le bailli est assisté par des officiers autochtones qui composent le « Magnifico Officio ».

  • 2 Sur le phénomène des « andate » dans les cantons voir entre autres Schnyder 2007.

6Les bailliages italiens sont séparés des cantons souverains par la chaîne alpine et dans leurs territoires ne réside donc qu’un magistrat, le bailli, sans véritable apparat bureaucratique, ni milices permanentes. Les occasions privilégiées pour la création et la transmission de réseaux sont surtout les sessions annuelles du « Sindicato », tribunal composé par les délégués des cantons (« sindacatori »), envoyés une fois par année au sud des Alpes. Les opportunités de rencontre ne se limitent toutefois pas à ce tribunal : en effet, si les interventions du bailli et des « sindacatori » se révèlent insuffisantes à résoudre un contentieux, il est possible de s’adresser à la Diète, instance suprême de l’Ancienne Confédération, ou auprès de chaque canton, et cela tout au long de l’année, aussi bien par voie épistolaire que par des missions au nord des Alpes (appelées « andate in Alemagna »). Lors de ces missions – impliquant une absence de plusieurs semaines, voire de plusieurs mois – les délégués des bailliages ont la possibilité de nouer des relations avec les élites dirigeantes des cantons2. La nature des rapports de pouvoir dans l’Ancienne Confédération est paradoxale, étant marquée à la fois par une considérable autonomie des communautés qui la composent et par une intense communication entre souverains et sujets. L’analyse du phénomène des députations dans les cantons exigerait trop d’espace et on se bornera donc, dans le cadre de cette contribution, à des considérations sur le « Sindicato ».

« Sindicato » et intronisation du bailli

  • 3 Avant 1654 la session avait lieu en juin (Weiss 1998, p. 36 et 210).
  • 4 Ceschi 2000, p. 62-64.
  • 5 Vers les années 1770, Schinz affirme que, auparavant, les délégués avaient l’habitude de faire une (...)
  • 6 Weiss 1998, p. 39.
  • 7 C’est le cas de Helen Williams, à Lugano en 1794, citée dans Martinoni 1989, p. 383-389.

7Le 10 août de chaque année3 les ambassadeurs des XII cantons se rendent à Lugano pour la remise des comptes du bailli, ainsi que pour juger les causes en cours dans les préfectures méridionales de Lugano et Mendrisio. Les délégués sont accueillis par les notables indigènes à Bironico, à l’extrémité septentrionale de la préfecture de Lugano, et ensuite accompagnés, sur environ une quinzaine de kilomètres, jusqu’au chef-lieu du bailliage, où le cortège se rend d’abord dans la collégiale de San Lorenzo et ensuite dans le « Pretorio », à la fois tribunal et résidence du bailli4. Au cours du XVIIIe siècle, afin de réduire les dépenses, on supprime le cortège, de sorte que les ambassadeurs arrivent à Lugano de manière éparse5. En 1730, on avait même renoncé à embaucher des musiciens pour accompagner la permanence des délégués à Lugano6. Toutefois, au-delà de ces mesures d’austérité, la venue du « Sindicato » demeure un moment très solennel et important, comme le témoignent entre autres les récits de voyage de l’époque7.

8La session dure deux, voire trois semaines. La permanence de ce tribunal itinérant a une importance qui va au-delà de sa mission spécifique. Dans une société où, souvent, sphère privée et sphère publique se superposent, des rencontres pour ainsi dire officielles constituent une occasion pour créer, entretenir et transmettre des réseaux non seulement entre corps sociaux et entre institutions, mais aussi entre familles. Parmi les phénomènes les plus visibles de cette volonté de nouer des liens de confiance durables, on relève la distribution de dons et la parenté spirituelle.

  • 8 Comme en 1656 pour le bailli Hans-Jakob Zörnlin de Bâle (ASL, ACB 1641-1664, p. 199).

9Tous les deux ans la session du « Sindicato » coïncide avec la fin du mandat du bailli. Au cours de la cérémonie qui scelle la passation de pouvoir entre l’ancien et le nouveau représentant du souverain, les notables locaux ont l’habitude de saluer le magistrat partant avec des attestations de « buon governo »8, des louanges rhétoriques, la récitation de sonnets et la distribution de cadeaux. Le 9 juillet 1662, le colonel Giovanni Pietro Neuroni, régent de la Communauté de Lugano, salue le départ du bailli sortant, l’uranais Jakob Lusser, en soulignant que ce dernier s’est

  • 9 ASL, ACC 1654-1692.

diverse volte affaticato a’ pro’ della Magnifica Comunità in scrivere a’ diversi suoi amici et padroni ne’ Cantoni […] haver Sua Illustrissima in questo decorso biennio si buona giustizia et diffeso li privilegÿ et ordini nostri in modo tale, che essendoli essebito ancora à protegere la magnifica Comunità per l’avvenire haver dichiarato all’Illustrissimo Capitano o per sue fattiche scudi 50.9

10Les louanges et les dons sont bien sûr une expression des codes sociaux et du protocole de l’époque, mais ils ont également un but très concret : jeter les bases pour un rapport de confiance et de protection qui puisse se poursuivre dans le temps au bénéfice de la communauté, mais aussi, et surtout, des notables et de leurs privilèges particuliers. En effet, dans la plupart des cas les anciens baillis sont encore impliqués dans les affaires des bailliages, lors des sessions du « Sindicato » ou dans le cadre des réunions de la Diète.

  • 10 ASL, ACC 1743-1762, p. 187.
  • 11 Meyer 1928, p. 736.
  • 12 ASL, ACC 1743-1762, p. 197.

11Le 6 juillet 1760, en décidant de remercier Clemens Damian Meyenberg, les députés de la Communauté de Lugano rappellent que le bailli zougois occupera la charge d’ambassadeur pour son canton10. La préoccupation de prolonger le rapport de confiance est évidente. Dans les années suivantes Meyenberg occupe effectivement des postes de premier plan dans son canton11. En 1762, en remerciant le capitaine Python de Fribourg, les conseillers de la Communauté mentionnent sa nomination à la « ragguardevolissima carica di Sindacatore », qui assure un patronage aussi bien dans les sessions du « Sindicato » que dans son canton d’origine12.

  • 13 ASL, ACB 1756-1785, p. 175.
  • 14 Durrer 1932, p. 369.

12Au mois d’août 1774, pendant la session du « Sindicato », le Conseil du bourg de Lugano décide d’offrir au « capitano reggente » sortant un cadeau, afin qu’il demeure un protecteur à l’avenir13. Le bailli en question est Josef Ignaz Stockmann d’Obwald, canton dans lequel il occupera même, par la suite, la plus haute charge, celle de landammann. Les souhaits de le revoir au sud des Alpes à l’occasion du « Sindicato » sont satisfaits, mais sa venue à Lugano en 1788 aura une issue tragique puisque Stockmann meurt pendant la session14.

  • 15 ASL, ACB 1641-1664, p. 112.
  • 16 ASL, ACC 1654-1692 (21 août 1669).
  • 17 ASL, Sindacato 1748, p. 69-70.
  • 18 ASL, Sindacato 1748 ; sur le bailli et sa femme v. Lischer (url : http://www.hls-dhs-dss.ch/textes/ (...)

13La distribution de cadeaux est un phénomène courant tant au XVIIe qu’au XVIIIe siècles, et le don se présente sous différentes formes : de la simple somme d’argent à « qualche buon fiasco di vino » et à une paire de chaussettes ou des mouchoirs en soie,15 en passant par une tasse d’argent16. Les destinataires des cadeaux ne sont pas seulement les ambassadeurs et les baillis, mais également leurs femmes. En 1748, toujours à Lugano, on discute du cadeau pour l’« illustrissima signora capitanessa »17, vraisemblablement Anna Maria Meyer von Schauensee, femme du bailli sortant Jost Niklaus Joachim Schumacher. Entre 1758 et 1761 le patricien lucernois est à nouveau à Lugano comme délégué de son canton au « Sindicato »18.

  • 19 ASL, ACB 1756-1785, p. 41.
  • 20 ASL, ACC 1743-1762, p. 187. La présence à Lugano de Meyenberg est contestée avant même son intronis (...)
  • 21 ASL, ACB 1756-1785, p. 89.
  • 22 ASL, ACC 1743-1762, p. 117-118.

14Les décisions concernant les cadeaux aux baillis sont prises à la majorité des voix dans les assemblées des Conseils du bourg et de la Communauté. À ce propos, il est intéressant de relever que les propositions de gratification sont souvent loin de faire l’unanimité. En 1760, le conseiller Pietro Antonio Rusca s’oppose à l’hommage destiné au bailli sortant Meyenberg19 ; au sein du Congrès de la Communauté, à la proposition de récompenser le même bailli s’opposent 45 consuls sur 9520 ! De même, en 1766, à propos du cadeau de 24 « filippi » et 7 livres au capitaine régent sortant, le schwytzois Caspar Dominik Gut, on recense quatre oppositions contre 17 votes favorables21. Il est vraisemblable que les tensions qui parfois caractérisent les rapports entre baillis et sujets peuvent à l’occasion avoir des conséquences sur la pratique du don. En 1752, les régents de la Communauté de Lugano décident à l’unanimité de quand même offrir un cadeau au capitaine sortant Geymüller, bien que ce dernier n’ait pas voulu accepter un nouveau règlement concernant les monnaies22.

  • 23 ASL, ACC 1743-1762, p. 155.
  • 24 Schinz 1987, p. 180-181.

15En offrant des dons, on ne cherche pas seulement à obtenir des bénéfices pour l’ensemble de la communauté, mais également pour les particuliers. En 1756 les conseillers de la Communauté de Lugano justifient le cadeau de 1000 livres de Milan au capitaine régent Lavater par son « incorrotta Giustizia e zelo indefesso […] in favore e vantaggio di questo Magnifico Pubblico non solo, ma de Particolari ancora »23. Dans sa description détaillée des bailliages vers la fin du XVIIIe siècle, le pasteur zurichois Hans Rudolf Schinz consacre quelques pages au « Sindicato » en relevant que « le famiglie di antica nobiltà danno il benvenuto al delegato di Zurigo mandandogli ogni genere di confetture e frutta scelta, limoni, ecc., i grandi vasi d’argento, la cui grandezza dà la misura della ricchezza del casato »24. On comprend encore mieux le zèle des notables locaux si l’on rappelle qu’au délégué de Zurich est traditionnellement réservée la présidence de l’assemblée, ce qui lui confère le droit de fixer l’ordre du jour pour la session.

  • 25 Ceschi 2000, p. 64.

16La masse de travail pour les ambassadeurs est considérable, mais pendant les deux ou trois semaines de permanence à Lugano on trouve le temps de se détendre : Ceschi rappelle les bals offerts par les grandes familles locales, les invitations réciproques, les promenades dans la région et même les excursions aux Îles Borromées et à Milan25. Les occasions ne manquent donc pas aux membres de l’élite dirigeante locale pour tisser des liens avec les patriciens des cantons souverains.

  • 26 ASTi, FT/scat. 237, doc. 24.
  • 27 Joos 2010, p. 721 ; Stiefel - Bryner 1930, p. 267.

17Le 30 janvier 1784, un notable de Mendrisio, peut-être Giovanni Battista Torriani, écrit à l’ambassadeur Peyer de Schaffhouse26. La lettre est rédigée en français et l’auteur parle entre autres d’une longue tournée « dans la belle Italie » que le magistrat schaffhousois s’était proposé de faire, peut-être en profitant de la session du « Sindicato », prévue au mois d’août suivant. L’auteur de la lettre lui fait part de la « reconnaissance » et de l’« estime » que Madame Odescalchi aimerait lui « témoigner en personne au mois d’août prochain », ainsi que les salutations de Monsieur et Madame Beroldingen qui l’ont chargé de lui « faire leurs respects ». L’auteur termine sa missive en demandant à l’illustre destinataire de « bien honorer toute ma famille ». Deux membres de la famille Peyer sont baillis de Mendrisio dans la deuxième moitié du XVIIIe siècle : Johann Ludwig dans les années 1753-1756 et Lukas en 1778-1780. Le premier est aussi « sindicatore » dans les années 1761-176327.

Sphère privée

Parenté spirituelle 

  • 28 Pour une panoramique récente des différentes approches sur la parenté spirituelle voir entre autres (...)

18Un indicateur intéressant de la volonté de tisser et surtout de transmettre des liens à travers les générations, mais dont la portée réelle n’est pas toujours facile à évaluer, est le parrainage28, pratique répandue aussi bien chez les réformés que chez les catholiques, et qui accompagne les rites de passage, comme le baptême, la confirmation et la prise d’habit des religieuses.

19On se concentre sur les cas relevés dans les bourgs sujets de Lugano et Mendrisio. Dans les rangs de l’élite dirigeante luganaise le choix des parrains se caractérise par deux orientations surtout : endogamique au sein du « vicinato » du bourg et de la famille, et exogamique par les demandes adressées aux représentants du souverain. Ces orientations sont un indicateur à la fois de la fermeture sur elles-mêmes des élites urbaines, qui renforcent ainsi leur cohésion de groupe, et du besoin de se lier davantage aux élites souveraines.

  • 29 ADL, BAT 1665-1677, p. 095.
  • 30 Gilardoni 1978, p. 333.

20Parmi les notables de Lugano et Mendrisio il est courant de demander comme parrains et marraines le capitaine régent et sa femme. En 1673 le parrain de Giulia Margherita Neuroni est le capitaine régent de Lugano en charge, le soleurois Wolfgang Greder29. Parmi les parrains des fils du dernier « landscriba » de Mendrisio Giuseppe Antonio Beroldingen, figure aussi le zurichois Hans-Konrad Heidegger, bailli entre 1780 et 178230. Et les exemples pourraient être multipliés.

  • 31 ADL, BAT, p. 110 et Lischer 2006, p. 25.
  • 32 ADL, BAT, p. 110.
  • 33 ADL, BAT, p. 141. L’absence du bailli Brenner, ainsi que la présence d’un remplaçant, pourraient mê (...)

21Si le baptême peut être célébré au moment de la session du « Sindicato », les ambassadeurs des cantons sont également sollicités. Le 11 août 1699 est baptisé le petit Alfonso Ignazio Neuroni avec comme parrain Alphons von Sonnenberg et comme marraine Maria Barbara Pfyffer von Wyher, femme du capitaine régent Franz Leonz Fleckenstein, tous lucernois31. Alphons von Sonnenberg est à Lugano pour le « Sindicato ». Quelques jours plus tard, une autre famille de l’aristocratie locale profite de l’occasion, il s’agit des Riva. Le comte Giovanni Battista et sa femme Lucrezia demandent aux mêmes parrains d’accompagner aux fonts baptismaux leur fils, à son tour appelé Alfonso Ignazio, en l’honneur du parrain32. Le choix du prénom est également révélateur. Si, très souvent, les prénoms reprennent ceux des parents et des grands-parents, des cas où ceux du parrain ou de la marraine sont employés ne manquent pas, comme on vient de le voir. Les registres des baptêmes de la paroisse de Lugano montrent aussi que, dans un nombre non négligeable d’occasions, les illustres patriciens suisses sont représentés par des notables locaux. C’est le cas en 1702 quand, au baptême de Francesco Saverio Riva, au nom du bailli, le bâlois Johannes Brenner, et de Maria Cecilia Fresteyn de Lucerne, sont présents deux aristocrates autochtones33.

  • 34 Gilardoni 1978, p. 333.

22Dans les deux bailliages méridionaux une famille joue un rôle particulier. Il s’agit des Beroldingen. D’origine uranaise, ils s’établissent au sud des Alpes entre la fin du XVIe et le début du XVIIe siècles, en arrivant à obtenir l’importante charge de secrétaire du bailli sous forme héréditaire. Dans le but de nouer un rapport privilégié avec le souverain, s’allier avec cette famille – dont les membres restent bourgeois uranais, et donc souverains, tout au long de la période de domination suisse – est indéniablement très important. Au cours du XVIIe siècle, un certain nombre de Neuroni, famille de l’aristocratie gouvernementale de Lugano, a comme parrain ou marraine des Beroldingen. En 1624, Sebastiano Beroldingen est parrain de la petite Marta, fille de Agostino ; en 1673, Orsola Beroldingen est marraine de Giulia Margherita fille de Agostino. L’année suivante, le colonel et la « colonella » Beroldingen sont les parrains de Francesco Antonio Neuroni. En 1680, Marta Neuroni a comme parrain Giuseppe Beroldingen. De leur côté, les Beroldingen, tout en jouissant d’un statut social plus élevé par rapport à l’aristocratie locale, nouent une multitude de liens de parenté spirituelle avec les notables autochtones. À la fin du XVIIIe siècle, les fils de Giuseppe Antonio Beroldingen sont pour la plupart confiés à des parents étroits et à des notables locaux34.

  • 35 Schinz 1987, p. 304.

23La pratique de s’adresser aux baillis et aux ambassadeurs, ainsi qu’à leurs femmes, en matière de parrainage, est indicative de la volonté de maintenir et de renforcer les liens avec les représentants du pouvoir temporel. La cérémonie du baptême est une occasion de rencontre importante, dans laquelle la famille peut manifester sa richesse et son influence. Schinz note que lors du baptême du premier enfant, les familles aisées des bailliages font des dépenses considérables, en organisant un banquet proportionné à leur condition et à leurs moyens, auquel sont invités non seulement les parrains, mais aussi l’ensemble de la famille et les amis35. Comme avec les cadeaux, les familles ont l’occasion de s’illustrer aux yeux des souverains et de la communauté.

  • 36 ASL, ACC 1712-1743 (15 septembre 1732).
  • 37 ASL, ACB 1756-1785, p. 252.
  • 38 ASL, ACB 1785-1796, p. 104.
  • 39 Meyer 1921, p. 324-325.

24La parenté spirituelle est un moyen d’établir des rapports non seulement pour les notables sujets, mais également pour le souverain. En 1732 le bailli de Lugano souhaiterait que le Conseil des régents, au nom de la Communauté, accompagne aux fonts baptismaux sa fille36. De même, en 1783, le capitaine régent demande à l’ensemble de la communauté du bourg (« Pubblico ») d’être le parrain de son fils. Sur 25 votants, on recense tout de même 9 oppositions à cette requête37. Le 18 août 1789, toujours à Lugano, est baptisé le fils du délégué zougois Franz Josef Andermatt, qui avait été capitaine régent de Lugano en 1782-178438 ; il s’agit d’un autre exemple de rapport privilégié construit au fil du temps avec une famille dont les membres sont souvent envoyés à Lugano pour le « Sindicato »39. Les deux premières requêtes mentionnées sont adressées à un corps social, et non pas à un individu, comme d’habitude, et cela pourrait faire penser à la volonté de la part du bailli de ne pas afficher des préférences, mais au contraire de se rapprocher de l’ensemble de l’élite dirigeante locale. D’autre part on pourrait également imaginer que, pour les notables locaux, se lier au bailli soit une sorte d’obligation sociale, un geste attendu de la part du souverain ; ce qui pourrait expliquer les innombrables requêtes dans ce sens adressées aux baillis et aux ambassadeurs.

  • 40 ASL, ACC 1654-1691, p. 262.

25Pour les souverains, le séjour au sud des Alpes est aussi une occasion pour resserrer les liens avec les cours des États avoisinants. En 1675 Rudolf Mohr, bailli de Lugano, invite leurs Altesses royales de Savoie à accompagner son fils aux fonts baptismaux par l’intermédiaire d’un chevalier de la cour.40 Les régents de la Communauté, qui doivent s’exprimer sur la question, soulignent que la volonté de rapprochement avec la cour savoyarde est entre autres justifiée par le bénéfice que nombre de « nostri paesani » ont dans les États de Savoie. Ce parrainage, tout en mettant en relation la famille du bailli avec la cour de Turin, semble donc pouvoir être également à l’origine de retombées positives pour l’ensemble de la communauté. En parlant de « nostri paesani », les régents du bailliage de Lugano font en effet référence à la multitude de migrants qui régulièrement partent pour le Piémont et pour Turin tout particulièrement.

  • 41 Guzzi - Heeb 2010, p. 552.
  • 42 ASTi, FT/scat. 235, busta 28 et busta 30.

26En introduisant la thématique du parrainage, on a souligné l’importance d’en évaluer la portée au-delà de la valeur strictement sacramentelle. Par le biais de ce genre de lien, on insère bien sûr la descendance dans un réseau, mais avec quels devoirs de la part du parrain et quels bénéfices pour le filleul ? S. Guzzi-Heeb relève, dans les réseaux de clientèles mis en place dans certaines régions suisses, dont les bailliages italiens, la fonction protectrice et de soutien politique assurée par le parrainage.41 Au cours de l’été 1680 Giovanna Torriani, femme du lieutenant de Mendrisio, en écrivant à son fils Alessandro, ecclésiastique à Rome, au sujet de sa carrière, lui rappelle de « pregare il Signor Don Livio [Odescalchi] ancora a mio nome per la parentella spirituale » et le mois suivant de « farli rimbembranza dell’antica servitù di nostra Casa verso alla Sua e con l’agionta con la parentella spirituale »42. Parmi les réseaux mobilisés en vue de l’obtention d’un bénéfice semble donc figurer aussi le parrainage, qui s’ajoute à d’autres formes de liens, tels que la parenté biologique, les solidarités communautaires et corporatives, ainsi que l’amitié.

  • 43 ADL, BAT 1730-1747, p. 120.

27Il est enfin difficile d’évaluer la portée du phénomène de la parenté spirituelle avec le souverain parce qu’elle touche un éventail assez vaste de familles, parfois même appartenant à des couches sociales subalternes, comme dans le cas du petit Giovanni Battista, fils du paysan Giovanni Battista Rossi, baptisé le 9 février 1738 avec comme marraine la fribourgeoise Marie Anne Fiva, fille du capitane régent de Lugano43. La multiplication des liens de parenté spirituelle, en effet, semblerait diluer la force sociale du lien, ce qui bien sûr n’influence pas son caractère sacramentel, qui reste quant à lui intact.

Mariages

28Le mariage est un des principaux moyens de constitution et de transmission de réseaux. Cela est vrai en général pour les sociétés prérévolutionnaires européennes et également dans le contexte républicain suisse, où le pouvoir est monopolisé par cooptation au sein des oligarchies patriciennes. Sur les pratiques matrimoniales on se bornera ici à de brèves considérations, bien que leur importance demanderait davantage d’approfondissements.

29Aux XVIIe et XVIIIe siècles, les pratiques matrimoniales des élites dirigeantes des bailliages méridionaux sont caractérisées par une endogamie sociale et territoriale assez marquée : la plupart des mariages sont en effet conclus au sein du corps privilégié des bourgs de Lugano (« vicinato ») et Mendrisio (« nobili e borghesi »), ce qui contribue à resserrer ultérieurement les rangs de l’aristocratie de gouvernement. Une moindre partie des alliances sont scellées avec des familles exclues des conseils. Mais est-ce que dans le domaine matrimonial, on peut également relever des effets de frontière et donc aussi le souci de nouer des liens plus étroits avec le souverain ? À l’instar du caractère disloqué de leurs activités, les horizons des familles de l’élite dirigeante locale en matière matrimoniale ne se réduisent pas aux seuls bourgs de Lugano et Mendrisio. En effet, la situation de frontière qui caractérise les bailliages méridionaux se reflète dans les pratiques matrimoniales aussi : un nombre non négligeable de familles aristocratiques locales se lie à la noblesse lombarde et, bien que ce soit l’exception, on constate même des alliances avec des familles souveraines des cantons.

  • 44 Il s’agit de familles vraisemblablement originaires de Chiuro en Valteline (cf. Dissertazioni 1755)
  • 45 On parle de « istromento di fine ».

30La pratique de marier des hommes en Valteline est assez fréquente dans les rangs de l’élite dirigeante des bailliages méridionaux : c’est le cas, entre autres, des Neuroni et des Riva à Lugano, des Torriani à Mendrisio. Dans une branche de la famille Neuroni, on dénombre deux alliances avec des familles de la Valteline : le colonel Agostino se marie avec Maria Ludovica Gatti aux alentours de 1673 et leur fille Clara Sidonia avec Curzio Quadri44. Les raisons à la base de cet intérêt mutuel entre élites des bailliages méridionaux et élites de la Valteline ne sont pas claires. On pourrait y voir une cause d’ordre économique si l’on considère que les femmes mariées en Valteline conservent plus de droits sur l’héritage familial que leurs homologues des bailliages, qui normalement, au moment du mariage, signent un acte de renonciation à toute prétention sur le patrimoine45. Les deux régions partagent la dépendance spirituelle (en faisant partie du diocèse de Côme) et, en partie, celle de l’autorité temporelle (territoires sujets à des souverains germanophones, à la fois catholiques et réformés, appartenant au Corps helvétique), ainsi que la position géographique (territoires italophones alpins et préalpins au sud des Alpes sur un important axe de transit nord-sud).

  • 46 Torriani 1903, p. 78.
  • 47 Voir aussi ASTi, FT/scat. 209.
  • 48 ASL, ACB 1785-1796, p. 347.

31Les alliances matrimoniales dans les cantons suisses sont en revanche plus rares : dans le rapport vers le nord des Alpes, l’asymétrie de pouvoir demeure un facteur dissuasif, même si quelques exceptions témoignent de l’intérêt que les élites sujettes peuvent susciter auprès de leurs souverains. À Mendrisio, vers la moitié du XVIIe siècle, les Torriani figurent comme alliés d’une illustre famille lucernoise par le biais du mariage de Francesco, lieutenant du bailli, et Cecilia Sonnenberg46. Toujours à Mendrisio, mais en 1773, Giovanni Torriani réussit à marier sa fille Ludovica au bailli sortant, le brigadier glaronais Johann Jodocus Fridolin Freuler47. Une autre alliance unissant souverains et sujets, toujours dans les dernières décennies du XVIIIe siècle, est à signaler en 1794, cette fois-ci à Lugano. Il s’agit du mariage entre le bailli soleurois Urs Xaver Anton Josef Zeltner et Orsola Peri, membre d’une ancienne famille patricienne de Lugano48. Les cas sont rares, mais ces exceptions montrent tout de même que les notables locaux peuvent être perçus, par les élites des cantons, comme de véritables partenaires et non pas seulement comme de simples sujets.

  • 49 Pour une réflexion sur les orientations nord-sud des élites des bailliages de Lugano et Mendrisio v (...)

32Le cas des Beroldingen mérite un discours à part. Au sein de cette famille, les orientations matrimoniales reflètent de manière plus évidente que chez le reste de l’élite dirigeante locale la double orientation nord-sud. En effet, chez les Beroldingen, les mariages au nord des Alpes sont beaucoup plus nombreux : ils s’allient principalement avec des familles du canton d’Uri – où ils cherchent surtout des femmes (familles Zwyer von Evibach, Bessler, Schmid) – mais aussi d’autres cantons catholiques (famille von Roll zu Emmenholz de Soleure), et cela surtout au XVIe et au XVIIe siècles. Toutefois, marier les hommes au nord des Alpes n’est pas non plus une règle absolue : on trouve aussi des hommes de la famille mariés avec des femmes du lieu (membres entre autres des familles Torriani, Canevali et Maderni), voire lombardes (comme Gorani et Turconi). Marier les femmes dans les cantons est une opération intéressante surtout du point de vue de la légitimation politique. Les alliances avec l’élite locale en revanche constituent plutôt un investissement économique, et cela surtout dans le cas des alliances avec la noblesse lombarde49.

33Les pratiques matrimoniales des élites dirigeantes des bourgs de Lugano et Mendrisio, y compris des Beroldingen, montrent une tendance à l’endogamie sociale et territoriale, mais également le souci d’étendre les réseaux au-delà des frontières des patries respectives. Dans les politiques matrimoniales, les effets de frontière sont donc évidents.

Études et formation

34Les parcours formatifs sont à leur tour des indicateurs intéressants des horizons des élites dirigeantes. La dimension transnationale et cosmopolite est le propre des cursus d’étude de cette époque et les pratiques des élites suisses dans ce domaine ne constituent pas une exception. Si l’on se borne aux catholiques, on remarque la nécessité de sortir des frontières helvétiques afin de compléter une formation académique. Il ne faut pas oublier que, avant le XIXe siècle, la seule université suisse est implantée dans la ville réformée de Bâle. Les jeunes catholiques suisses se rendent dans les universités de l’Allemagne méridionale, comme à Ingolstadt ou à Fribourg-en-Brisgau, mais aussi dans les collèges pour les nobles de l’Italie septentrionale, comme à Parme et à Modène, ou en France, bénéficiant souvent, dans ce cas, de bourses octroyées par le roi aux cantons en raison du service militaire assuré par les régiments suisses.

35Dans le cas des bailliages méridionaux, il y a la possibilité d’entamer une formation de qualité sur place, surtout au collège Sant’Antonio, implanté à Lugano dès 1608, et géré par la congrégation des Somasques. D’autres collèges et certains couvents offrent des enseignements, mais pour compléter une formation de niveau supérieur il faut quitter les bailliages. En simplifiant on pourrait dire qu’on envoie les jeunes destinés à la carrière politique et militaire au nord des Alpes et les futurs ecclésiastiques au sud. C’est un autre effet de frontière.

  • 50 ASL, Fondo Riva III. B.B. 2.1.
  • 51 Cit. dans Riva 1971, p. 67-68 : « von den Ersten Jahren dahero seiner Jugend, welche Er in hier in (...)

36Mais revenons à la transmission des réseaux et au cas des élites des bailliages de Lugano et Mendrisio. La communication avec les cantons se fait en allemand, et il est donc impératif pour les jeunes destinés au mariage et aux magistratures de quitter le pays afin d’apprendre la langue du souverain. Les destinations sont surtout les collèges jésuites de Lucerne et Soleure, mais également les universités des Etats catholiques allemands. Les séjours d’étude impliquent une absence prolongée du pays d’origine, ainsi que le partage de la vie quotidienne avec les camarades du nord des Alpes. Il s’agit donc d’une occasion de tisser des liens ou de s’insérer dans les réseaux hérités de la famille. En 1723, le jeune Giovanni Battista Riva – en route vers Fribourg-en-Brisgau pour y poursuivre ses études – est hébergé pour un certain temps à Lucerne, dans la maison de Johann Joseph Dürler, avoyer de la ville50. Des rapports privilégiés entre la famille Riva de Lugano et la ville de Lucerne sont entretenus depuis longtemps. En 1656, l’arrière grand-père Antonio avait servi dans les troupes lucernoises lors de la première guerre de Villmergen et son grand-père Giovanni Battista avait étudié au collège des Jésuites de la ville. En 1691 Giovanni Battista est accepté dans l’exclusif patriciat lucernois et dans le document d’octroi de la citoyenneté, les autorités lucernoises se réfèrent explicitement à ses études à Lucerne, où il s’était rendu pour apprendre l’allemand51.

Titres

  • 52 Pour l’expression « Ehrgemeinschaft », voir Lau 2008, p. 73.

37Une autre forme potentielle de transmission de réseau est l’acquisition de titres de noblesse et de droits divers. Grâce à leur caractère souvent héréditaire, les titres et les privilèges insèrent les descendants bénéficiaires dans un corps social, comme un patriciat, ou dans une « communauté d’honneur »52. La question des titres présente un intérêt particulier dans un contexte helvétique politiquement et juridiquement morcelé, privé de distinctions nobiliaires – étant formé par des entités républicaines – et en situation de frontières multiples.

  • 53 EA 1681-1712, p. 2098.

38Dans la société d’Ancien régime, on est étranger du moment où on sort de sa propre ville et de son propre village. La patrie, à laquelle est lié l’exercice des droits, est donc une entité extrêmement localisée. Il s’avère par conséquent souvent nécessaire d’entrer dans différents corps sociaux afin d’accéder aux privilèges dans une multiplicité de territoires. Ce constat est très intéressant dans un contexte de forte émigration tel que les bailliages italiens. Dans les registres de la Diète pour l’année 1700 il est par exemple question des droits de bourgeoisie à Venise et dans d’autres Etats étrangers, dont bénéficient de nombreux membres du « vicinato » de Lugano53.

  • 54 Riva 1971, p. 107-111 et Frey 2009, p. 246.

39L’accès aux patriciats dans les villages, voire dans d’autres villes ou cantons, est à interpréter dans ce sens, ainsi qu’en termes de prestige et de capital relationnel. L’entrée de Giovanni Battista Riva dans le patriciat lucernois en 1691, pour reprendre l’exemple précédent, est avant tout un investissement en capital social, vu que la famille ne réside pas sur place et n’y exerce pas d’activités économiques. Le droit, soumis à renouvellement tous les dix ans, est transmissible à la descendance, mais à condition de bâtir une maison en pierre dans la ville de Lucerne. Cette obligation n’est par la suite pas satisfaite et la famille est déchue de son titre en 1760. Giovanni Battista Riva est aussi à l’origine d’un autre investissement de cette nature avec l’acquisition, en 1721, de la seigneurie et du château de Mauensee, dans la campagne lucernoise. Le titre et la propriété de Mauensee sont transmis aux descendants jusqu’en 180754.

  • 55 Ostinelli - Lumia 2009, p. 133.
  • 56 Le « fiscale » est l’officier du « Magnifico Officio » qui gère les recettes du bailli.
  • 57 Maffioli 2004, p. 74.
  • 58 Franz Josef Leodegar, né en 1728 et mort en 1788, est cité, entre autres, comme protonotaire aposto (...)

40D’autres familles du bailliage de Lugano entrent dans le patriciat lucernois. Diego Maderni devient bourgeois en 1655, en remerciement pour son soutien pendant la révolte de l’Entlebuch et pour avoir favorisé le développement de l’industrie de la soie dans la ville55. En 1723 le « fiscale »56 Giacomo Francesco Castoreo et son fils Giovanni Battista sont à leur tour accueillis dans la bourgeoisie de la principale ville catholique suisse57. Giovanni Battista, déjà chancelier depuis 1716, sera également chargé d’affaires de la nonciature de Lucerne (1737-1739), tout comme Franz Josef Leodegar, cité comme chancelier en 1752 et comme chargé d’affaires en 1754 et 1780. Cette famille venue de Lugano réussit donc à acquérir une certaine position à Lucerne, tout en conservant des liens avec son bourg d’origine, où le même Franz Josef Leodegar est cité comme représentant de la nonciature dans la deuxième moitié du XVIIIe siècle58. Les Castoreo revêtent ainsi, comme d’autres familles de la région, le rôle de médiateurs, dans leur cas entre la nonciature de Lucerne, Lugano et le Saint-Siège.

41Les horizons des notables suisses, y compris ceux des bailliages italiens, ne se limitent toutefois pas à l’espace helvétique. Un certain esprit d’émulation, l’ambition naturelle de devenir des nobles rentiers, mais également les activités transnationales sont à la base de l’acquisition de titres de noblesse à l’étranger, tels que celui de comte ou de baron impérial. À l’origine de ces titres il y a souvent la carrière militaire, mais les acquisitions sont parfois aussi facilitées par des politiques d’octroi complaisantes menées par certaines cours en quête de fonds pour redresser leurs finances. Les Beroldingen sont barons d’Empire et ils font également partie de la communauté d’honneur espagnole. D’autres familles de la région jouissent du titre de comte, comme les luganais Somazzi et Riva. Ces derniers obtiennent le titre à la cour Farnèse de Parme en 1698.

42Dans un contexte de frontières multiples, il est souvent nécessaire de vanter plusieurs titres afin d’exercer des droits dans différents domaines. Pour être propriétaires fonciers en Lombardie, pour ne citer qu’un exemple, il faut être membres du patriciat de Milan. Antonio Riva, fils du susdit Giovanni Battista, y accède en 1728. Il pourra ensuite constituer une propriété foncière avec demeure seigneuriale à Masnago, dans la campagne de Varèse. D’autres familles de l’élite dirigeante luganaise font partie du patriciat milanais, comme les Morosini et les Roviglio.

  • 59 ASL, ACC 1693-1712, p. 192-193.

43L’acquisition de titres est donc un moyen pour exercer et transmettre des droits aussi bien dans la patrie, qu’à l’étranger, dans des cadres normatifs différents. En termes de réseau, il semble bien que cela ait des retombées en ce qui concerne les patriciats, mais que peut-on dire des autres titres ? La branche des comtes Riva offre encore une fois des éléments de réflexion intéressants. L’entrée dans le patriciat lucernois en 1691 permet aux Riva de se démarquer au sein de l’oligarchie gouvernementale de Lugano, en acquérant un statut formellement paritaire par rapport au souverain. L’acquisition du titre de comte en 1698 auprès du duc Farnèse, bien qu’étant héréditaire, ne semble en revanche pas insérer le bénéficiaire dans un véritable réseau. Ce titre, tout en n’assurant pas de privilèges dans un espace helvétique éminemment républicain, confère tout de même un certain prestige. Cela est témoigné à la fois par l’envie manifestée par certains notables à Lugano, ainsi que par l’attitude en revanche positive des cantons. En 1706 en effet, certaines personnes – « alcuni malevoli, che invidiano il mio ingrandimento » – essayent d’empêcher Giovanni Battista Riva d’utiliser son titre dans les documents officiels, mais les cantons donnent raison au noble luganais, en affirmant « che godono di havere fra di loro sudditi una famiglia caratterizzata con distintione dalle altre e considerata meritevole da un principe forestiero »59. L’ordre d’effacer le titre venait pourtant du bailli en charge, qui se défend en affirmant que cette mesure ne visait que le fils Giovanni Rodolfo, ce à quoi Giovanni Battista rétorque que le titre avait été octroyé à l’ensemble de la descendance masculine.

Retombées

  • 60 Sur l’octroi des adjudications, voir entre autres Negro 2006, p. 202-219, 230-235 et Schnyder 2011, (...)

44Il est bien sûr difficile d’évaluer avec précision les retombées des contacts noués. S’agissant de liens tissés avec le souverain, afin d’essayer d’en cerner les conséquences concrètes, il faut se concentrer sur les domaines de compétence des autorités suisses, parmi lesquels les magistratures, l’accès aux ressources60 et les charges militaires. On se limitera ici aux magistratures.

Magistratures

45Les cantons qui détiennent le pouvoir dans les bailliages de Lugano et Mendrisio sont au nombre de douze (Appenzell exclu) et leur représentant, le bailli, réside sur place deux ans selon un tournus préétabli entre les cantons, qui attendent donc 24 ans pour envoyer leur représentant dans chacun des bailliages. La nomination des titulaires des charges du « Magnifico Officio » revient au bailli en ce qui concerne le lieutenant, mais à l’ensemble des XII cantons pour les autres principaux offices (secrétaire du bailli, « fiscale » et chancelier criminel). Se mettre en relation avec le souverain dans le cas des bailliages de Lugano et Mendrisio a donc une signification particulière.

46Cette configuration politique implique la mise en place d’un réseau de contact extrêmement ramifié : des relations doivent être établies avec les autorités de douze cantons, douze républiques dont les intérêts et les priorités sont souvent divergents. Pour les notables autochtones, garder des contacts, voire des rapports de confiance, avec le souverain est un enjeu capital pour s’assurer la permanence au plus haut niveau dans la hiérarchie institutionnelle.

47Mais quelles sont les conditions à remplir pour accéder aux magistratures ? Concernant la charge de secrétaire du bailli, par exemple, les statuts ne spécifient pas si le candidat doit être originaire des cantons ou simplement appartenir à l’élite dirigeante locale, en se bornant à demander la connaissance du latin et de l’allemand. En réalité, d’autres facteurs jouent un rôle décisif : dans un système de gouvernement marqué par la vénalité des charges, la nomination est souvent une question d’argent, mais aussi de prestige et de rapports de force, aussi bien entre familles locales qu’entre cantons souverains.

  • 61 ASTi, FT/scat. 237, doc. 64.

48Il est important de relever le fait que l’on procède aux nominations de compétence souveraine pendant la session du « Sindicato ». On comprend donc aisément l’importance de se profiler face aux ambassadeurs et, dans ce but, le capital social et les réseaux sont bien sûr mobilisés. La procédure prévoit la publication d’une annonce publique (« grida ») pour convoquer les candidats. C’est ce qui passe, par exemple, le 16 août 1787, pour le poste vacant de « fiscale » de Lugano61, une des charges les plus intéressantes de la préfecture du point des revenus. Les candidats sont invités à se présenter le lundi 20 août, avant le début de la session.

  • 62 EA 1712-1743 (surtout les années 1735-1740) et EA 1778-1798 (surtout les années 1787-1790).
  • 63 EA 1649-1680, p. 1394-1395.

49Le débat sur la prééminence des offices du « Magnifico Officio » qui anime les sessions de la Diète dans les années 1720-1740, ainsi que vers la fin du siècle, est également révélateur des enjeux dans les nominations62. En effet, les délégués des cantons discutent avec une certaine fréquence de ces charges, notamment en ce qui concerne les droits d’héritage des offices et la préséance. À ce sujet il faut rappeler que, bien que l’on évolue dans un système républicain qui prévoit une certaine rotation, au fil du temps, un nombre relativement restreint de familles acquière le monopole des principales charges. Un changement de préséance peut se révéler une promotion pour quelqu’un, mais en même temps un déclassement pour d’autres. Les conflits pour l’accès aux charges ne manquent pas. En 1663, par exemple, la mort du chancelier Carlo Morosini est à l’origine d’une diatribe entre les familles luganaises Morosini et Neuroni pour la succession. L’affaire est débattue à la Diète63.

  • 64 EA 1778-1798, p. 527.

50Dans ce sens, l’appui que les différentes familles arrivent à obtenir auprès des cantons est décisif. Il y a donc une sorte de course aux protecteurs de la part des notables des bailliages. Dans le cas des Riva on relève le soutien de Lucerne, dont les membres de la famille sont patriciens depuis 1691. Vers la fin des années 80 du XVIIIe siècle, au moment où un débat s’ouvre sur la nomination au poste de capitaine général des milices (« Landeshauptmann »), le canton de Lucerne déclare appuyer le comte Raffaele Riva : « ertheilt dem Grafen, als einem seiner Bürger, die Anwartschaft auf die Landshauptmannstelle »64.

  • 65 EA 1712-1743, p. 1107.

51La véritable ambition des familles plus en vue n’est pas seulement de transmettre un certain pouvoir, mais d’acquérir le monopole, en montrant par là une conception patrimoniale des magistratures, typique des sociétés prérévolutionnaires. Les Beroldingen arrivent, comme il a été dit, à obtenir la charge de secrétaire du bailli par voie héréditaire, tant à Lugano qu’à Mendrisio. En 1726, à la mort de Joseph Anton, respectant la logique héréditaire, les cantons désignent comme successeur le fils Sebastian Peregrin, mais ce dernier est encore à Soleure pour ses études. On nomme donc temporairement un substitut65.

  • 66 EA 1778-1798 (année 1780).
  • 67 ASL, ACB 1643-1681, p. 151.
  • 68 EA 1778-1798, p. 555.

52Les Beroldingen ne sont toutefois pas les seuls à acquérir une telle prédominance. Même parmi les familles notables locales il y a en a qui arrivent au monopole, comme les Visetti dans le poste de « fiscale » à Mendrisio.66 La supplique du Conseil du bourg de Lugano adressée en 1675 aux souverains, dans laquelle on demande qu’au « fiscale » Antonio Canevali, « trovandosi dotato de molti figli maschi, a quali desidera provedere impiego di poter servire alle nostre Superiorità, et alla propria patria, ad essempio de suoi Signori Antenatii », soit octroyé « la Substitutione con futura Sucessione del suo Officio di Fiscale », est indicative de cette tendance oligarchique. Et le caractère héréditaire est bien mis en évidence, puisque l’on demande que l’office soit réservé à « uno de suoi Signori figli tanto nati, quanto che potranno nascere »67. En 1780, à la Diète, on discute de la succession de Giovanni Ottaviano Visetti dans le poste de « fiscale » de Mendrisio, mais comme dans le cas des Beroldingen précédemment cité, le fils est encore mineur68.

53Si, d’une part, l’accès aux conseils et aux postes dans les institutions locales, est rigidement contrôlé par l’aristocratie gouvernementale indigène, de l’autre, les postes du « Magnifico Officio » échappent partiellement à leur emprise, comme la nomination demeure de la compétence des souverains. En effet, les membres de familles telles que les Maderni de Capolago, les Stoppani de Ponte Tresa, les Maggi de Castel San Pietro, les Buonvicini de Lugano et les Frasca de Soldino, tout en étant exclues de l’aristocratie gouvernementale de Lugano et Mendrisio, arrivent à occuper des offices dans le « Magnifico Officio ».

54Les modalités de transmission du pouvoir sont multiples – dons, parenté spirituelle, mariages et titres, entre autres – et elles assument formes et significations spécifiques selon le contexte géopolitique où elles sont adoptées. Le contexte géopolitique donne forme au pouvoir. En effet, les orientations dans la transmission des réseaux de pouvoir reflètent la situation de frontière et de pays sujets propre aux bailliages de Lugano et Mendrisio. Un effet de frontière est certainement la volonté, voire la nécessité, de s’assurer des marges d’action dans une multiplicité spatiale : être quelqu’un partout est un but pour toute famille de l’élite dirigeante des bailliages méridionaux.

55Parmi les domaines d’action des familles, il a été surtout question du rapport avec le souverain et de la présence dans les institutions. La volonté des notables locaux de nouer des liens étroits et durables avec les souverains est évidente, au point qu’il ne serait pas exagéré de parler, pour les familles les plus en vue, d’une évolution de sujets à partenaires. Les rapports sont particulièrement étroits avec les élites des cantons catholiques, avec lesquelles il est possible de nouer des liens de parenté spirituelle, voire de mariage, dans certains cas. Quant à l’insertion dans les magistratures, l’émergence de monopoles et de charges héréditaires peut être interprétée comme un signe de la volonté des souverains, par la fidélisation des notables locaux, de conférer stabilité et continuité au gouvernement des bailliages. Sans cette collaboration en effet, ces préfectures seraient difficiles à administrer à cause de la rotation du bailli entre douze cantons et de l’absence d’apparat bureaucratique développé, ainsi que de milices permanentes.

Haut de page

Bibliographie

Alfani - Castagnetti - Gourdon 2009 = G. Alfani, P. Castagnetti, V. Gourdon (dir.), Baptiser. Pratique sacramentelle, pratique sociale (XVIe-XXe siècles), Saint-Etienne, 2009.

Caldelari 2002 = C. Caldelari, Bibliografia luganese del Settecento : le edizioni Agnelli di Lugano. Fogli, documenti, cronologia, Bellinzone, 2002.

Ceschi 2000 = R. Ceschi, Governanti e governati, dans R. Ceschi (dir.), Storia della Svizzeraitaliana. Dal Cinquecento al Settecento, Bellinzone, 2000.

Dissertazioni 1755 = Dissertazioni critico-storiche intorno alla Rezia di qua dalle Alpi oggi detta Valtellina, Al Santissimo Padre Benedetto XIV P.O.M. dedicate dall’Abate Francesco Saverio Quadrio, Milan, 1755.

Durrer 1932 = R. Durrer, Stockmann, dans DHBS, VI, Neuchâtel, 1932.

Frey 2009 = W. Frey, Mauensee, dans DSS, 8, Hauterive, 2009.

Gilardoni 1978 = V. Gilardoni, Tra talami, dignità e altari. A proposito di un taccuino di « memorie » del landscriba Beroldingen, dans Archivio Storico Ticinese, n. 76, 1978.

Guzzi-Heeb 2010 = S. Guzzi-Heeb, Parrainage, dans DHS, 9, Hauterive, 2010.

Joos 2010 = E. Joos, Peyer, Johann Ludwig, dans DHS, 9, Hauterive, 2010.

Lau 2008 = T. Lau, « Stiefbrüder ». Nation und Konfession in der Schweiz und in Europa (1656-1712), Cologne, 2008.

Lischer = M. Lischer, Schumacher, Jost Niklaus Joachim, dans DHS, version du 18 mai (traduit de l’allemand), url : http://www.hls-dhs-dss.ch/textes/f/F14493.php.

Lischer 2006 = M. Lischer, Fleckenstein, Lorenz Franz, dans DHS, 5, Hauterive, 2006.

Lorenzetti 2003 = L. Lorenzetti, Les élites du monde alpin italien durant l’époque moderne : les voies de la médiation et de la reproduction, EUI Working Paper HEC n. 2003/2, Florence, 24 mars 2003.

Maffioli 2004 = A. Maffioli, Castoreo [Castoyra], dans DHS, 3, Hauterive, 2004.

Martinoni 1989 = R. Martinoni (dir), Viaggiatori del Settecento nella Svizzera italiana, Locarno, 1989.

Meyer 1921 = W.-J. Meyer, Andermatt, dans DHBS, I, Neuchâtel, 1921.

Meyer 1928 = W.-J. Meyer, Meyenberg, dans DHBS, IV, Neuchâtel, 1928.

Negro 2006 = G. Negro, Un borgo prealpino in età moderna. Momenti di storia luganese all’epoca dei baliaggi, Lugano, 2006.

Ostinelli-Lumia 2009 = G. Ostinelli-Lumia, Maderni, Diego, dans DHS, 8, Hauterive, 2009.

Riva 1971 = W. et A. Riva (dir. Fidecommesso Riva in Lugano), Storia della famiglia Riva, I, Lugano, 1971.

Schinz 1987 = H. R. Schinz, Descrizione della Svizzera italiana nel Settecento, Locarno, 1987 / édition originale : Beyträge zur nähern Kenntniss der Schweizerlandes, Zurich, 1783-1787.

Schnyder 2007 = M. Schnyder, Potere contrattuale, comunicazione e negoziazioni attraverso le Alpi. Sovrani e sudditi nel Corpo elvetico durante l’Antico regime, dans Histoire des Alpes. Storia delle Alpi. Geschichte der Alpen, 12, 2007, p. 215-231.

Schnyder 2011 = M. Schnyder, Famiglie e potere. Il ceto dirigente di Lugano e Mendrisio tra Sei e Settecento, Bellinzone, 2011.

Stiefel-Bryner 1930 = O. Stiefel-Bryner, Peyer, Lukas, dans DHBS, V, Neuchâtel, 1930.

Torriani 1903 = E. Torriani, Catalogo deidocumenti per l’istoria della prefettura di Mendrisio e pieve Balerna dall’anno 1500 circa all’anno 1800 […], dans Bollettino storico della Svizzera italiana, n. 4-6, 1903.

Weiss 1998 = O. Weiss, Il Ticino nel periodo dei baliaggi, Locarno, 1998 (édition originale : Die tessinischen Landvogteien der Orte im 18. Jahrhundert, Zurich, 1914).

Haut de page

Notes

1 Avec l’expression « Corps helvétique », on désigne à l’époque le territoire qui correspond en gros à la Suisse actuelle. L’Ancienne Confédération au sens strict du terme est en revanche formée par les cantons souverains et les bailliages sujets.

2 Sur le phénomène des « andate » dans les cantons voir entre autres Schnyder 2007.

3 Avant 1654 la session avait lieu en juin (Weiss 1998, p. 36 et 210).

4 Ceschi 2000, p. 62-64.

5 Vers les années 1770, Schinz affirme que, auparavant, les délégués avaient l’habitude de faire une entrée solennelle à Lugano, mais que depuis déjà quelques années la coutume avait été abandonnée (Schinz 1987, p. 175).

6 Weiss 1998, p. 39.

7 C’est le cas de Helen Williams, à Lugano en 1794, citée dans Martinoni 1989, p. 383-389.

8 Comme en 1656 pour le bailli Hans-Jakob Zörnlin de Bâle (ASL, ACB 1641-1664, p. 199).

9 ASL, ACC 1654-1692.

10 ASL, ACC 1743-1762, p. 187.

11 Meyer 1928, p. 736.

12 ASL, ACC 1743-1762, p. 197.

13 ASL, ACB 1756-1785, p. 175.

14 Durrer 1932, p. 369.

15 ASL, ACB 1641-1664, p. 112.

16 ASL, ACC 1654-1692 (21 août 1669).

17 ASL, Sindacato 1748, p. 69-70.

18 ASL, Sindacato 1748 ; sur le bailli et sa femme v. Lischer (url : http://www.hls-dhs-dss.ch/textes/f/F14493.php).

19 ASL, ACB 1756-1785, p. 41.

20 ASL, ACC 1743-1762, p. 187. La présence à Lugano de Meyenberg est contestée avant même son intronisation. En 1758 le « Sindicato » avait en effet essayé de l’empêcher de devenir bailli à cause de pratiques douteuses dans l’acquisition de sa charge (Ceschi 2000, p. 67).

21 ASL, ACB 1756-1785, p. 89.

22 ASL, ACC 1743-1762, p. 117-118.

23 ASL, ACC 1743-1762, p. 155.

24 Schinz 1987, p. 180-181.

25 Ceschi 2000, p. 64.

26 ASTi, FT/scat. 237, doc. 24.

27 Joos 2010, p. 721 ; Stiefel - Bryner 1930, p. 267.

28 Pour une panoramique récente des différentes approches sur la parenté spirituelle voir entre autres Alfani - Castagnetti - Gourdon 2009.

29 ADL, BAT 1665-1677, p. 095.

30 Gilardoni 1978, p. 333.

31 ADL, BAT, p. 110 et Lischer 2006, p. 25.

32 ADL, BAT, p. 110.

33 ADL, BAT, p. 141. L’absence du bailli Brenner, ainsi que la présence d’un remplaçant, pourraient même être dus à la foi réformée du magistrat bâlois.

34 Gilardoni 1978, p. 333.

35 Schinz 1987, p. 304.

36 ASL, ACC 1712-1743 (15 septembre 1732).

37 ASL, ACB 1756-1785, p. 252.

38 ASL, ACB 1785-1796, p. 104.

39 Meyer 1921, p. 324-325.

40 ASL, ACC 1654-1691, p. 262.

41 Guzzi - Heeb 2010, p. 552.

42 ASTi, FT/scat. 235, busta 28 et busta 30.

43 ADL, BAT 1730-1747, p. 120.

44 Il s’agit de familles vraisemblablement originaires de Chiuro en Valteline (cf. Dissertazioni 1755).

45 On parle de « istromento di fine ».

46 Torriani 1903, p. 78.

47 Voir aussi ASTi, FT/scat. 209.

48 ASL, ACB 1785-1796, p. 347.

49 Pour une réflexion sur les orientations nord-sud des élites des bailliages de Lugano et Mendrisio voir Lorenzetti 2003.

50 ASL, Fondo Riva III. B.B. 2.1.

51 Cit. dans Riva 1971, p. 67-68 : « von den Ersten Jahren dahero seiner Jugend, welche Er in hier in denen Studiis und Ergreifung der Sprach » (de la transcription de la lettre des autorités lucernoises du 27 décembre 1691).

52 Pour l’expression « Ehrgemeinschaft », voir Lau 2008, p. 73.

53 EA 1681-1712, p. 2098.

54 Riva 1971, p. 107-111 et Frey 2009, p. 246.

55 Ostinelli - Lumia 2009, p. 133.

56 Le « fiscale » est l’officier du « Magnifico Officio » qui gère les recettes du bailli.

57 Maffioli 2004, p. 74.

58 Franz Josef Leodegar, né en 1728 et mort en 1788, est cité, entre autres, comme protonotaire apostolique et chanoine de Lucerne en 1751. En 1760, il est mentionné, sous le nom de Francesco, comme chanoine de la basilique de San Lorenzo à Lugano et commissaire apostolique à Lucerne (Caldelari 2002, p. 720).

59 ASL, ACC 1693-1712, p. 192-193.

60 Sur l’octroi des adjudications, voir entre autres Negro 2006, p. 202-219, 230-235 et Schnyder 2011, p. 255-258.

61 ASTi, FT/scat. 237, doc. 64.

62 EA 1712-1743 (surtout les années 1735-1740) et EA 1778-1798 (surtout les années 1787-1790).

63 EA 1649-1680, p. 1394-1395.

64 EA 1778-1798, p. 527.

65 EA 1712-1743, p. 1107.

66 EA 1778-1798 (année 1780).

67 ASL, ACB 1643-1681, p. 151.

68 EA 1778-1798, p. 555.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marco Schnyder, « Transmissions de réseaux et effets de frontière. Les rapports entre élites souveraines et élites sujettes dans l’Ancienne Confédération suisse (XVIIe-XVIIIe siècles) », Mélanges de l’École française de Rome - Italie et Méditerranée modernes et contemporaines [En ligne], 125-1 | 2013, mis en ligne le 14 octobre 2013, consulté le 24 juin 2017. URL : http://mefrim.revues.org/1008 ; DOI : 10.4000/mefrim.1008

Haut de page

Auteur

Marco Schnyder

Université de Genève - marco.schnyder@unige.ch

Haut de page

Droits d’auteur

© École française de Rome

Haut de page
  • Logo École française de Rome
  • Revues.org